Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Rothschild et Goldman Sachs pratiquent la fraude et le blanchiment en Malaisie et ailleurs

Il manque un milliard de dollars au Fonds souverain malais ; une erreur des banques Goldman Sachs et Rothschild. S’il s’agissait de petites banques, leurs dirigeants seraient en prison. Mais celles-ci sont coutumières du fait et vous présentent leurs excuses.

 

 

On a découvert des transactions irrégulières à hauteur de cinq milliards de dollars, et un réseau de blanchiment d’argent dans dix pays, qui impliquent les banques d’investissement censées être au-dessus de tout soupçon Goldman Sachs et Rothschild, le tout dans une opération frauduleuse contre IMDB, le fonds souverain malais, et cela a secoué le monde financier, depuis les USA jusqu’à Singapour, en passant par la Suisse [1].

Les fonds vautour, sur lesquels règne l’Israélo-américain Paul Singer [2], qui ont dépecé l’Argentine [3], s’intéressent maintenant au Mexique, qui possède naïvement des bons Texcoco fournis par le couple apatride Videgaray/Peña.

Le site Bloomberg revient sur l’histoire de IMDB de Malaisie, le scandale qui a secoué le monde de la finance [4].

La banque Rohschild AG a – dit-on – sérieusement rompu avec les règles du blanchiment d’argent dans sa pratique corruptrice en Malaisie, qui a piégé les prêteurs dans le monde entier [5].

Bizarrement, le régulateur financier suisse Finma, qui doit encore à l’opinion publique mexicaine la liste des fraudeurs du fisc à très grande échelle du Mexique néolibéral mis à nu par les HSBC Papers [6], Panama Papers [7] et Bahamas Leaks [8] — ne signale pas de relation commerciale significative de la banque Rothschild avec un certains client « qu’on ne saurait nommer » dans le blanchiment d’argent.

Question idiote : qui peut bien être ce client secret ? George Soros, le philanthrope partenaire des banquiers Rothschild ? Est-ce que Soros est un blanchisseur, alors que l’un de ses pantins littéraires, Mario Vargas Llosa le romancier péruvien, s’est retrouvé exposé dans les pestilentiels Panamá Papers ? [9] Mario Vargas Llosa, avec ses deux alliés narco-littéraires au Mexique, a défendu férocement la CEU (l’Université d’Europe Centrale) fondée par Soros à Budapest, où il apporte la peste [10].

 

 

Excessivement corrompu, Vargas Llosa s’est attaqué au populisme du gouvernement hongrois. Je parie qu’il ne sait même pas ce que signifie le terme.

Selon Tom Wright du Wall Street Journal, la Malaisie poursuit Goldman Sachs pour malversation, à hauteur de 2 700 millions de dollars soustraits au fonds étatique d’investissements IMBD [11].

Le FBI s’est joint à l’enquête criminelle multinationale, déclenchée par Hong Kong, Singapour, le Luxembourg, les Émirats Arabes Unis, les Seychelles et l’Australie, qui a conduit à l’arrestation de l’ex Premier ministre malais Najib Razak, ce qui est l’une des raisons du retour triomphal de l’ex Premier ministre Mahathir Mohamad, ennemi bien connu du méga-spéculateur [12].

Le fonds souverain d’Abou Dabi, l’International Petroleum Investment Company, a déposé une autre plainte contre Goldman Sachs auprès des tribunaux de New York [13].

D’ailleurs, Martin Werner Wainfeld, l’Israélo-argentin coupable du Fobaproa, la plus importante opération frauduleuse contre le Mexique, a été directeur assistant des télécommunications avec le président mexicain Ernesto Zedillo, partenaire de Goldman Sachs, pour devenir ensuite propriétaire de la banque Mifel [14].

Combien ont bien pu détourner de Fobaproa les trois entités, Goldman Sachs, Zedillo et Werner [15] ?

Les scandales crapuleux de Sachs ne sont pas nouveaux, ils ont été résumés par Matt Taibbi [16]. Sans surprise, l’article original de Taibbi dans le magazine Rolling Stones a été censuré [17]. Cela faisait longtemps que les monstres et monstruosités commises par Goldman Sachs ne pouvaient plus être dissimulés, depuis l’époque de « l’effet tequila » [18].

On ne peut que s’étonner que cette énième combinaison de fraude et de blanchiment de Goldman Sachs ait brusquement éclaté au grand jour, alors qu’il s’agit d’un conglomérat de banquiers israélo-US, dont l’influence est énorme, au point que les présidents démocrates et républicains se suivent, sans que la légendaire banque frauduleuse et blanchisseuse se voie écartée du pouvoir : c’est le cas de l’ex patron israélo-US Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor du cabinet Trump.

 

[1] « How the 1MDB Scandal Led to Goldman’s First Criminal Charges », Shamim Adam, Yudith Ho and Cedric Sam, Bloomberg, December 21, 2018.

[2] « « Fondos buitre », detrás del latrocinio petrolero de México, Gaza y las Malvinas », Alfredo Jalife-Rahme, La Jornada, 5 de Mayo de 2014.

[3] Argentina, los fondos « buitres » y las Malvinas, Alfredo Jalife-Rahme, Orfila, 2014.

[4] « The Story of Malaysia’s 1MDB, the Scandal That Shook the World of Finance », Shamim Adam, Laurence Arnold, and Yudith Ho, Bloomberg, May 24, 2018.

[5] « Rothschild Bank caught up in money-laundering scandal », Russia Today, July 28, 2018.

[6] « 6 cosas que debes saber sobre el escándalo de HSBC en Suiza », Forbes, 15 de Febrero de 2015.

[7] « Wikileaks denuncia a George Soros de haber financiado Los papeles de Panamá », Alfredo Jalife-Rahme, La Jornada, 10 de April de 2016.

[8] « Bahamas Leaks : desnudan « lavado fiscal » de Pinochet, Macri, Pemex y el PAN de México », Alfredo Jalife-Rahme, La Jornada, 25 de Septiembre de 2016.

[9] « Los papeles de Panamá de Vargas Llosa : lavado neoliberal imperfecto en los paraísos fiscales », Alfredo Jalife-Rahme, La Jornada, 4 de Mayo de 2016.

[10] « Mario Vargas Llosa defiende la universidad fundada por George Soros », La Vangardia, 22 de Junio de 2017.

[11] « Malaysia Files Criminal Charges Against Goldman Sachs », Tom Wright, Wall Street Journal, December 17, 2018.

[12] « Increíble regreso nacionalista de Mahathir en Malasia : sacude a « globalistas » y al sudeste asiático », Alfredo Jalife-Rahme, La Jornada, 13 de mayo de 2018.

[13] « Goldman Sachs Sued Over ‘Central Role’ in 1MDB Scandal », Bradley Hope, Wall Street Journal, November 21, 2018.

[14] « Martín Werner Wainfeld : Del FOBAPROA/IPAB a socio de banca Mifel y Goldman Sachs », Alfredo Jalife-Rahme, Voces del Periodista, 1 de Abril de 2009.

[15] « Cuando el multigenocida Goldman Sachs saqueó México y Ghana », Alfredo Jalife-Rahme, La Jornada, 2 de Mayo de 2010.

[16] « ¿Goldman Sachs busca aniquilar a China ?  », Alfredo Jalife-Rahme, La Jornada, 29 de Agosto de 2010.

[17] « Matt Taibbi’s « Vampire Squid » Takedown Of Goldman Sachs Is Finally Online », John Carney, Business Insider, July 16, 2009.

[18] « ¿Abandonó « Dios » a Goldman Sachs ?  », Alfredo Jalife-Rahme, La Jornada, 21 de Abril de 2010.

Voir aussi, sur E&R :

À lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce sont des bandits en col blanc et en liberté ,c’est peut être ça le pire , qui s’affichent comme des personnalités recommandables, parce que tout d’abord riche par leurs vols tout en faisant croire qu’ils gagnent leur argent honnêtement .L’apparence est leur seule notoriété c’est cela le plus incroyable .Et par le fait qu’il soit riche, on vient leur manger dans la main .Maitre du monde par l’escroquerie, tout ceci paraît irréaliste, et pourtant c’est bien réel
    .


  • La Banque aujourd’hui c’est la mafia légalisée : des individus médiocres uniquement intéressés par leur petit pouvoir terrestre, sur le dos de peuples réduits à collecter des bouteilles en plastique pour 1 euro de l’heure, et encore.

    Il faut changer de système, çà n’est plus vivable !


  • Il est temps que ça se termine.

     

  • Je suis entrepreneur et depuis le début de l’insurrection Gilet Jaunes, je ne paye plus RIEN, j’ai envoyé des courriers à tous les organismes de racket du travail, je leur ai tous demandé des délais de paiement, des échéanciers, que je m’emploierai à ne jamais respecter, et que je vais remettre en cause dés le mois prochain...

    J’ai décidé de ne plus me laisser faire et les faire chier, les emmerder, les embrouiller est devenu mon Projet, mon Objectif, ma manière à moi de mener le combat !

    Je peux vous dire que ça bronche pas à l’URSSAF en ce moment, ils acceptent à peu prés tout ce que vous leur proposez !

    Depuis, aussi, je me sens plus libre avec la carte bleue de la boîte...j’ai même fait mes achats de noël avec !!! C’est ce que les boches n’auront pas, disait-on, avant !

     

  • Des procédés qui sont de toute éternité mais qui vont être portés de plus en plus souvent à la connaissance du public grâce à la manière dont circule désormais l’information et au niveau de pertinence critique qu’il a atteint. Il va devenir de plus en plus difficile pour ces crevards de passer sous le radar et d’échapper aux conséquences de leurs actes. Si c’est encore le cas, c’est que les systèmes sont encore orientés/organisés dans l’hyperviolence selon leurs exigences, ce qui ne va pas durer éternellement étant donné les dégâts qu’ils font sur des populations exédées et de plus en plus réactives. A la vitesse à laquelle circulent désormais l’information, les hommes, l’argent et les armes, escroquer à grande échelle va devenir de plus en plus risqué.


  • Ces monstres de banquiers nous ont tous réduit en esclavage :

    - L’argent se crée lorsque vous venez leur en demander :le banquier porte alors une ligne au crédit de son compte, la sienne et une au débit, la vôtre. Avant la somme n’existait pas, c’est vous qui venez de la créer. Les fonds ne vous sont pas prêtés, ils ne viennent pas d’ailleurs, c’est vous qui venez de créer l’argent chez le banquier dès lors qu’il la met à son crédit et au débit de votre compte

    - Au même instant que vous venez de créer l’argent pour le bilan de sa banque, vous vous êtes engagé à le rembourser (en fait à lui apporter la somme) et à le rémunérer PAR VOTRE travail : ce sont les intérêts. En effet, le banquier lui n’a rien à faire, il attend derrière son bureau que par votre sueur tout au long de votre vie, vous lui payez la somme que vous vous êtes engager à LUI verser et en plus les intérêts pour le remercier de votre mise en esclavage. Si vous êtes dans l’impossibilité de le laisser vous voler (au cas ou vous ne voulez plus ou ne pouvez plus travailler) vous vous êtes par ailleurs engagé à vendre votre maison pour lui payer SES intérêts. Comprenez-vous la perversité du système ? La gigantesque escroquerie ? C’est VOUS qui créez l’argent (PAS LUI) par votre travail et en plus vous le rémunérez pour que LUI ne travaille pas. Et si vous arrêtez le jeux, sa rente lui est quand même assurée par la saisie

    - Les banquiers ont obligé les gouvernants à créer l’impôt sur le revenu pour se garantir que vous allez toujours payer

    - Les banquiers ont obligé les gouvernants à ce que votre salaire ne vous soit plus versé directement pour que vous puissiez en disposer librement, mais qu’il soit viré sur un compte bancaire. Autrement dit c’est le banquier qui perçoit votre salaire sur SON compte, se sert en premier, et vous autorise selon SES conditions à utiliser le reste

    - Les banquiers ont crée la DETTE pour esclavagiser les peuples en corrompant les gouvernants pour qu’ils acceptent légalement de les laisser fabriquer l’agent et en empêchant les banques publiques de financer les crédits publics dans l’intérêt des peuples. Depuis 1913 aux USA et 1973 en France.

    - Les banquiers en 2008 ont sauver leurs fesses en obligeant les gouvernements à privatiser leurs pertes dues à leur spéculation. Ils ont été renfloués par VOTRE argent : leurs fautes sont payées par VOUS seul mais les milliards des commissions versés leur restent

    FIN DE L’ESCLAVAGE = NATIONALISER LES BANQUES !

     

    • S’il est clair que les banques ont commi le braquage du siècle et sans avoir de sympathie particulière pour les banquiers, reste néanmoins qu’un banquier n’a jamais obilgé personne à faire un emprunt. De plus, comme prêteur et gestionnaire de comptes le banquier n’a pas inventé le moyen de vivre sans manger et qu’il doit être rémunéré pour son travail (raisonnablement s’entend). Ce qui implique que cette profession est indispensable parce qu’utile mais qu’elle doit être bien plus réglementée/encadrée/sanctionnée à cause de ses abus.


    • Faire de la monnaie un bien public est une solution à laquelle beaucoup ont pensé avant vous. Quelles solutions mettez-vous en œuvre pour maîtriser le risque inflationniste ? Il faut y songer de toute urgence sans quoi vous courez à la catastrophe.
      Remettre au gout du jour le concept de l’Étalon Travail...


    • Merci pour cet excellent résumé qui est extrêmement clair !


    • @ anonyme

      Je pense que vous n’avez pas bien compris que c’est un métier d’escrocs et que le système de la banque a été mis en place pour nous réduire en esclavage. Dès lors comment comment pouvez-vous croire qu’ils sont utiles ? Vous vouliez dire nuisibles à l’Humanité toute entière je pense ? Et encore je ne parle pas de leurs actions mauvaises qui consistent à financer les guerres pour s’enrichir.

      Je viens de vous faire la démonstration en plus que l’on "emprunte pas", que c’est VOUS qui créez leur richesse en créant l’argent pas un simple jeux d’écriture. On a pas besoin d’eux pour cela, il suffit que la Banque de France fabrique de l’argent et la mette à disposition, sans intérêt.
      Pourquoi voulez-vous rémunérez des gens sur votre sueur avec une épée de Damoclès au-dessus de votre tête, alors qu’ils ne font rien qu’appuyer sur un bouton pour passer une écriture et vous rendre esclave à vie. Je ne suis pas masochiste.

      @ LDG

      Il convient de retrouver un étalon, quitte à en créer un, différent de l’or, mais en empêchant toute fluctuation au-delà d’un seuil imposé par la masse monétaire. Ensuite, si chaque pays a une monnaie souveraine, il pourra dévaluer sa monnaie si besoin. Enfin rien n’empêche de garder l’euro comme monnaie d’échange.


  • Vous n’avez pas l’impression que le monde entier est dirigé par une mafia ? La plus dangereuse des mafia, sans foi ni loi, qui ne craint rien car elle détient le pouvoir absolu et devant qui, tout courageux et nombreux que l’on puisse être, nous serons balayés comme des fétus de paille par ces hommes qui n’hésitent pas à déclencher des guerres, guerres qui tuent hommes, femmes et enfants par millier, juste pour asseoir encore plus leur pouvoir.


  • Ceci pourrait-il expliquer la vente des services de trust de la banque rotschild du côté de la Suisse courant octobre dernier ?

    Réponse au prochain épisode....


  • Si l’état malais aurait distribué ces milliards de dollars a son peuple. Cela élèverai son peuple vers le haut et combattrai la pauvreté mais on préfère la mélodie de l’usurier. Ces mêmes usuriers qui lise leur avenir, avec ces fonds souverains, comme pour le climat (taxe sur l’air respiré). A noté que lors de la crise 2008 tout les fonds souverains ont fondu comme neige au soleil ( grand braquage). Une pensée a Cheikh Imran Hussein qui vit en Malaisie et son combat contre l’usure.


  • De quoi s’étonne-t-on encore ?
    Il y a des voleurs (connus ) depuis la nuit des temps...Ils perdurent dans le temps..
    Ceux qui voudraient y asseoir une morale sont des naïfs.Le chef de production veut voir les machines tourner,le responsable des achats veut les moindres prix,et le banquier a sa mission:faire des ronds ;depuis bien avant Vespasien,on sait que l’argent n’a pas d’odeur ;si la combine est bien montée,on n’y voit que du feu,c’est le résultat qui compte !Seuls les grands hommes ont une morale en politique,mais généralement elle ne fait pas bon ménage ni en politique,ni avec l’argent ;tous les hommes ne veulent pas ou n’ont pas vocation de devenir de grands hommes.
    Tout celà est de la faute des naïfs qui n’ont pas su prendre assez de précautions,malgré les leçons du passé...
    C’est un peu l’histoire du mec qui a fait confiance à son copain ou a sa copine et qui se voit trahit ;est-ce la faute de ses traitres ou de la sienne ?Hélas,il a fait confiance à quelqu’un qui ne méritait pas sa confiance et dont la nature était incertaine ;il a pas eu assez de discernement et ne peut sans prendre qu’à lui -même dans le fond:la confiance ne se donne pas,elle se gagne..Avis à tous les naïfs : sans garde-fous,il y aura toujours un voleur...


  • Le pot aux roses de Malaisie a failli ne jamais être découvert :

    Najib ( surnommé ici NajiS qui veut dire "merde" en malais) était persuadé qu’il allait gagner les élections et ainsi pouvoir continuer à syphoner les fonds publics, tellement il avait arrosé (toujours avec les fonds publics) les boumis (les Malais historiques vs les chinois et les indiens d’importation).

    Quand il a vu qu’il perdait tous les états de Malaisie les uns après les autres, que son parti était laminé, il est devenu tout blanc. Et là il est en est devenu fou : il s’est persuadé qu’il n’avait rien volé, que les 300 sacs Dior de sa femme étaient des cadeaux (à 50 000 € le cadeau) et que bien sûr il y avait un petit trou dans les comptes publics d’1 Mds $ soit en monnaie locale 5 Mds de MR (pour vous, 5 Mds€) mais c’était parce que la nouvelle équipe ne savait pas compter.

    C’était en mai de cette année.

    Depuis, il a 65 chefs d’inculpation et son premier hearing aura lieu en fevrier.

    Normalement, il devrait écoper entre 100 et 200 ans de prison.

    Mais la morale de l’Histoire n’est pas là mais ici : ce dont nous nous sommes aperçus ici, c’est que le cas Najis est un cas ORDINAIRE et PLANETAIRE.

    Tout dirigeant qui se fait financer sa campagne par GS et consorts, tape dans la caisse.

    Or, dans le monde, il n’y a pratiquement que trois dirigeants qui n’ont pas fait appel aux "concours GS lato sensu "pour leur élection :

    - Xi jinping parce qu’il n’a pas été élu par le peuple mais par le parti.
    - Poutine parce que l’Etat russe, c’est lui.
    - Trump parce qu’il s’est autofinancé.

    Ce ne sont pas des saints.
    Mais GS n’y est pour rien.

    Tous les autres non plus ne sont pas des saints.
    Mais là, souvent, GS y est pour quelque chose, à doses d’1 Mds$ "la chose" (le détournement-remboursement-rémunération").

    C’est en Malaisie que le pot aux roses a été découvert
    Ceci dit, ça puait tellement partout, que depuis longtemps on s’en doutait un peu partout dans le monde.

    Donc, aux prochaines élections, quand vous élirez quelqu’un, ne lui demandez pas son programme.
    Demandez-lui le nom de son banquier.

    Au fait, le banquier de M....N, il s’appelle comment ?

    Eh bien, vous voyez bien que tout s’éclaire !
    Merci Najis !


Commentaires suivants