Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Royaume-Uni : enquête sur l’"identité sexuelle fluide"

Les conséquences du matraquage LGBT

Il y a soixante ans – c’était en 1955 – 2 500 hommes britanniques faisaient encore l’objet de poursuites pour activité homosexuelle et près de la moitié d’entre eux se virent condamnés à des peines de prison. Cela paraît aujourd’hui incompréhensibles aux jeunes d’Outre-Manche qui ont majoritairement de l’identité sexuelle une vision rendue floue par…quelques années seulement de matraquage de l’idéologie du genre, à l’efficacité aussi étonnante que redoutable. Les enfants comme les adolescents considèrent aujourd’hui qu’il est « normal » d’avoir une identité sexuelle « fluide ».

 

C’est ce qu’expose Alice Thomson dans une chronique publiée par The Times de Londres, partant de l’expérience de ses propres enfants adolescents horrifiés par le sort qu’on faisait il y a moins d’un siècle à l’attraction et au comportement homosexuel, tel qu’ils ont pu le découvrir dans une exposition en cours dans le célèbre musée d’art britannique, Tate Britain, sous le titre Queer British Art. En l’occurrence, ils ne comprennent pas pourquoi on utilise le terme « queer » – qui veut dire « bizarre » – tant toutes les expériences sexuelles LGBT leur paraissent normales.

 

L’identité sexuelle fluide, l’aboutissement de l’idéologie du genre

Qu’on soit passé si vite de la honte sociale à l’approbation généralisée, étendue aussi aux jeunes qui, soixante ans en arrière, ne connaissaient même pas le concept d’homosexualité pour la plupart d’entre eux, est le signe d’une révolution radicale particulièrement réussie… On peut la résumer en quelques mots comme le fait inconsciemment l’auteur de l’article en rappelant que David Cameron considère la légalisation du « mariage » gay comme « l’une des plus grandes décisions qu’il ait prises en tant que Premier ministre ».

Aujourd’hui, on ne sait plus qui on est et d’ailleurs on s’en moque. « Ma fille est tout à fait militante quand il s’agit de défendre le droit de ses amis de choisir leur genre et leur identité lorsqu’ils se lèvent le matin », note Alice Thomson, saluant le fait que les jeunes n’ont « aucun problème » avec les transgenres. Un climat détendu qui mérite d’être « célébré », écrit-elle.

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Remettre les choses en ordre avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1701484
    le 13/04/2017 par Aiguiseur de guillotines
    Royaume-Uni : enquête sur l’"identité sexuelle fluide"

    Putain, mais ça s’arrête jamais ces conneries... ??

     

  • Lisez la citation de Shulamith Firestone (juive féministe) de 1979, et vous aurez tout compris :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Postg...

    Ce qui est intéressant, c’est que cette radicalité LGBT-féministe existait dès le début de la révolution sexuelle : détruire littéralement la différence homme/femme, empêcher les femmes d’enfanter naturellement, remplacer tout cela par un être humain indifférencié artificiel...

    Sans oublier la "pansexualité" promue par les rapports Kinsey. A la fin, on finit esclaves, animaux, voire objets sexuels. Pour le plaisir de l’oligarchie.

     

    • #1701531

      Souvenez vous des écrits de Richard-Coudenhove-Kalergi dans prachtiger idéalismus en 1922 ; une sous-humanité bestiale de type asiatico-négroide.
      Tout est planifié depuis fort longtemps et rien n’est laissé au hasard. Notre ignorance fait leur force.
      La guerre c’est (leur) paix
      La liberté c’est notre esclavage
      L’ignorance (la notre) c’est (leur) force


    • Les écrits de Kalergi ne stipulent pas cela, c’est un mauvais procès qu’on lui fait.


  • si cela a pu être déconstruit si vite, c’est bien la preuve qu’à la base il s’agissait bien d’une construction... si l’homme s’est élevé au dessus de l’animal il n’a pas à être subordonné par ses limites animales : il doit s’en affranchir, définitivement !..

     

    • c’est tout de même un peu contradictoire : d’un côté on nous présente les comportements sexuels déviants comme étant contre-nature, et de l’autre on nous dit que ces comportements sexuels déviants nous cantonnent par trop dans les limites de notre nature animale, et qu’il conviendrait donc de s’en émanciper. Il faudrait savoir ! C’est naturel ou pas naturel ? Animal ou pas animal ?


    • #1701580

      Dans tes rêves. Il n’y a rien de déconstruit, seulement le martèlement insupportable d’une frange de tortionnaires de l’ingénierie sociale et de malades mentaux promus par l’élite aux postes de propagande pour rendre fou le peuple. Pour le mettre en retrait, effrayé par une folie présentée comme la norme morale sur laquelle il serait en retard. Pour pousser ses enfants dans la névrose, en les culpabilisant de croire ce que la nature leur fait sembler tellement évident et sain, ou pour préférer le bon sens enseigné à la maison.
      Mais tous les matins, au réveil, les homos persistent à n’être qu’1,5% d’humains sexuellement déviants. Les autres seront toujours sexués naturellement.
      Le reste de la population, au fond, malgré toute la pression, le chantage politique, le pilpoul hystérique, les lois maçonniques, les regardera toujours, consciemment ou inconsciemment, comme des dysfonctionnants, avec pitié, dégout, ou tristesse.


    • les jeunes générations n’ont pas l’air d’être dans la névrose, au contraire ils ont plutôt l’air de prendre leur pied !
      quant aux ’déviants sexuels’, c’est sans doute le cas par rapport au sexe comme support de reproduction biologique, mais nullement le cas pour le sexe comme activité de loisir et de plaisir : sans doute la plus grande partie du plaisir masculin est obtenu par stimulation anale...
      1,5%... moi je dirais beaucoup beaucoup plus d’après ce que je vois autour de moi....
      je ne vois pas ou est le problème d’avoir une sexualité fluide, c’est la liberté !!


    • French (passons sur le pseudo) : pour commencer ce n’est pas de la déconstruction mais bien de la destruction et méthodique. En outre je ne saisis pas votre raisonnement de casseur.


    • #1701768
      le 13/04/2017 par rappel d’anatomie
      Royaume-Uni : enquête sur l’"identité sexuelle fluide"

      Cher french, l’anus est un orifice à sens unique, ne pas l’admettre c’est déjà dévier ; quoique vous en pensiez !


    • jusqu’à présent, c’est plutôt les homos qu’on a forcés à devenir hétéros par culpabilité. Quand la pression "morale" se relâche, on voit plus d’hétéros devenir homos que l’inverse. L’homosexualité semble donc être une pente naturelle, pas besoin de formatage social pour çà.On a bseoin de formatage éducatif pour fabriquer des hétéros, pas pour fabriquer des homos. C’est bien pour çà que les sociétés du passé, qui avaient besoin de chair à canon (ou à arbalète) et de main d’oeuvre, dans un contexte de forte mortalité infantile, craignaient la contagion de l’homosexualité, donc la raréfaction des naissances, et prohibaient l’homosexualité.
      Plus une chose est sexuellement interdite, plus elle est désirable. A la limite, si on obligeait les gosses à devenir homos, comme vous le craignez, çà les pousserait peut-être à devenir hétéros.


    • #1702205

      C’est bien French, vous connaissez par coeur le discours Voltairien des Lumières.
      Il faudrait peut-être à votre tour vous en affranchir.


    • @French et Anonyme

      Il nous importe peu que vous pratiquiez la sodomie comme activité de loisir mais par pitié arretez de faire chier le monde avec ça.

      Ce qui dérange ce n’est pas qu’il y ait des homos mais simplement l’ideologie et l’ingenierie sociales qui se cachent derriere.

      libre a vous de vous faire enculer, mais je ne vois pas ce que l’ideologie LGBT viennent fouttre dans les programmes scolaires.


    • @LS , il me semble légitime d’apprendre aux enfants qu’ils ne sont pas déterminés par leur sexe biologique, mais qu’ils sont libres d’explorer le monde et les êtres au gré de leurs besoins et pour bâtir leur évolution personnelle.
      D’un point de vue neurobiologique la théorie du genre se tient : il y a des femmes avec des cerveaux ayant des caractéristiques plus masculines et vice versa pour les hommes. C’est une question de câblage neuronal mais aussi de physiologie ( structure et taille des lobes etc..), le tout sans doute renforcé par la génétique, l’épigénétique , le système hormonal, et bien sûr l’environnement. Bref : la science c’est la recherche de la vérité. La vérité c’est ce que l’école doit apprendre aux enfants, contrairement a la famille qui peut enseigner toutes sortes de bêtises... Et la vérité c’est que tous les gars ne sont pas 100% hétéros ni les filles. Tout cela obéit sans doute a une distribution normale ( courbe Gauss) et donc il me semble que la majorité des gens devraient donc se situer entre hétérosexualité a 100% et homosexualité a 100%. Par ailleurs, j’ai souvent fait le constat, personnellement, que plus un individu était dans l’abstraction ( QI ++) moins il avait des caractéristiques animales. Concrètement, il y a beaucoup d’asperger et d’autisme chez les individus ayant un QI élevé, mais également plus d’homosexualité. Peut-être que l’intelligence et l’abstraction se font au detriment des caractéristiques ’animales’ pures comme la force, l’empathie, ou le fait d’être sexué de façon cisgenre. C’est justement parce que cela est complexe et va au-delà des impulsions primitives, qu’il faut enseigner ces choses aux enfants. En un mot comme en cent : c’est le progrès.


    • Faites vos "trucs" ensemble, Beurk ! Mais foutez nous la paix avec ça, et surtout oubliez les enfants... Vraiment dégénérés...


    • @French

      "mais qu’ils sont libres d’explorer le monde et les êtres au gré de leurs besoins et pour bâtir leur évolution personnelle. "

      oui donc il n’a pas besoin d’école pour cela. tout le monde peut explorer sa sexualité librement à son rythme.

      "D’un point de vue neurobiologique la théorie du genre se tient [...], le système hormonal, et bien sûr l’environnement. "

      la theorie du genre n’a pas de fondement scientifique.
      le sexe existe. le genre c’est de la grammaire...
      examiner un peu l’idéologie fumeuse professée dans les "gender studies" dans le monde anglo saxon qui n’a rien de scientifique. ce que vous décrivez (de manière générale, confuse et sans citer de sources, c’est simplement la variabilité biologique que personne ne conteste.
      il ne suffit pas de palabrer en termes biologiques. il faut que le raisonnement tienne debout.

      "Peut-être que l’intelligence et l’abstraction se font au detriment des caractéristiques ’animales’ pures comme la force, l’empathie, ou le fait d’être sexué de façon cisgenre"

      Je ne vois pas comment le fait de se définir purement par sa sexualité nous éloignerait de l’animalité ?

      simple curiosité : que pensez vous de la pédophilie ? la nouvelle frontière du mouvement LGBT ?


  • J’ai décidé de ne même plus lire ce genre d’articles pour préserver ma santé mentale. Mieux vaut parfois ne rien savoir.... Heureux sont les ignorants.

     

  • ideologie lgbt a l’ecole

    "exemple de bonnes pratiques"

    en plus de theorie du genre, observez bien le phenomene de grand remplacement...

    https://www.gov.uk/government/uploa...

     


  • Qu’on soit passé si vite de la honte sociale à l’approbation généralisée, étendue aussi aux jeunes qui, soixante ans en arrière, ne connaissaient même pas le concept d’homosexualité pour la plupart d’entre eux, est le signe d’une révolution radicale particulièrement réussie…



    Et voilà comment arrivera à la légalisation de la pédophilie.
    Il suffit juste de commencer le lavage de cerveau...
    Et c’est déjà le cas aujourd’hui : Mini miss, porno à volonté sur les smartphones des enfants, toutes les putes de Disney comme Miley Cyrus idoles des petites filles...

    Et les pédophiles n’auront même plus besoin de kidnapper des enfants, ils pourront les commander via GPA.


  • A ce stade, les fils ne se touchent plus...c’est la cervelle qui est fluide...

     

  • L’identité sexuelle fluide , n’est qu’un énorme mensonge , pourquoi aussi gros ? les spécialistes en propagandes partent d’un principe qu’un mensonge aussi énorme ne peut pas tomber en faillite , normal quand on sait qui ont financés les violes sur enfants pour établir le rapport de Kinsey (voir les livres chez Kontre Kulture ) , bref ils célèbrent la destruction des futurs hommes et femmes dans la plus grande joie , on est vraiment dans l’antéchrist.


  • Tant qu’à multiplier les options, pourquoi pas les décliner en identité sexuelle liquide ou identité sexuelle gazeuse. Avec un peu d’imagination ( ), et de bonne volonté ( ), les joyeux drilles qui s’amusent à ça devraient pouvoir caser des profils particuliers dans ces nébuleuses catégories.


  • #1701916

    Lorsque on en est arrivé à ignorer chaque matin qui l’on est, et à s’obséder sur l’usage de ses génitoires et de ce qu’en pense son voisin, on est incapable de formuler une vison cohérente et globale de la réalité, des rapports de force entre groupes sociaux qui la structurent. Les ilotes modernes forgent leurs chaînes en se croyant libre parce qu’il vous parlent éjaculats et excrétions.

    Et d’une certaine façon, ce n’est que justice. Aux narcisses avides de vous jeter leur supériorité morale au visage : l’aliénation, le servage, la vilenie. À ceux qui savent encore la valeur de l’effort nécessaire à se sculpter par la fréquentation des Anciens et de la véritable culture, la valeur du labour du corps et de l’esprit, qui suppose l’oubli de son nombril, de l’instantané et de l’ici : la liberté.


  • #1702065

    Beaucoup de pesticides travaillent sur la sexualité des insectes, et notre posologie est quotidienne c’est pour moi le plus gros facteur bien avant la propagande.


  • Tout cela c’ est seulement du sexe. Le bon sens est de dire qu’ on ne peut ni ne doit baser son existance uniquement sur ses pulsions sexuelles. C’ est pourtant précisement l’inverse que l’on dit aux jeunes une fois qu on est venu perturber leur evolution mentale naturelles .
    Les caractéristiques intrinsèques de la relation hétéro sexuelle sont quant a elles presentées comme des tares a corriger : machisme ,drague ,virilité etc mais elles redeviennent, acceptables dès qu’ elles sont immitées par dautre groupes sexuels.


  • Les victimes de la TV reviennent en force...
    Intéressante cette propagande de l’identité "fluide", je voudrai proposer le terme de l’identité "dégoulinante" à la place. Cela me semble mieux convenir.


  • #1702227

    Vous savez ce que l’on devrait faire ? Allez en masse faire changer notre genre sexuelle sur nos carte d’identité pour rigoler et jeter la confusion ! Ils veulent jouer à ce jeu ? Et bien jouons tous ensemble !


  • il serait peut être temps de casser un mythe : les animaux ne s’enculent pas, il ne font que mimer la sodomie, c’est simplement un comportement qui ritualise un pouvoir et une soumission.
    la pratique grecque de l’homosexualité si elle est bien comprise suit le même principe et s’appelle d’ailleurs elle même la pédérastie, le vieux encule le jeune et pas le contraire, ce qui est fort mal vu de même le vieux qui cherche à paraître jeune (le giton) pour se faire enculer alors que ce n’est plus son rôle. les textes grecs fourmillent de ce genre de jugements "philosophiques"
    et surtout, l’homosexualité exclusive est une abomination, tout homme doit être hétérosexuel, la pédérastie n’est qu’une pratique à but social ritualisée dans l’ armée et l’enseignement. (mes sources , les texte grecs mais si vous voulez un aperçu du problème : l’histoire de la sexualité de Foucault, c’est tendancieux mais il a le mérite de partir des textes.)
    je maintiens donc que l’homosexualité exclusive est une perversion et ne repose que sur le critère dominant dominé, et ceci même si les rôles peuvent être interchangeables ce qui accroit encore la confusion et donc la perversion.
    cette perversion étant d’utiliser la sexualité non comme une union dialectique des contraires (homme femme) avec pour finalité naturelle la procréation mais une division de l’unité homme, en homme dominant/homme dominé, naturellement stérile et donc inutile si ce n’est pour justifier socialement le rapport maître/esclave.

    l’hétérosexualité est naturelle et sociale, l’homosexualité n’est que sociale
    Et ce n’est qu’un aspect du problème.

     

    • #1702383
      le 14/04/2017 par Une étudiante de lettres classiques
      Royaume-Uni : enquête sur l’"identité sexuelle fluide"

      J’ai trouvé votre développement très intéressant, surtout sur la pédérastie et son rôle dans les sociétés grecques antiques. Je connais un peu le sujet mais je n’avais jamais envisagé les choses ainsi. Merci pour cet avis. Voilà. :)


  • #1702298

    Identité sexuelle fluide = syndrome dissociatif généralisé par le MK-ultra de masse.

    L’instrumentalisation des troublés du mental par la ligue internationale LGBT est du délire, même les LGBT réels, les personnes, le disent.

    Les ordures d’en face ont dû comprendre que leur seul espoir est de rendre toute la population complètement tarée.


  • #1702613

    Ne nous inquiétons pas :
    si les jeunes ont pu si facilement accepter l’idéologie LGBT et leur sexualité "fluide", avec les conséquences dramatiques à venir, la 2è génération acceptera encore +facilement de revenir à une sexualité "classique"... !


Commentaires suivants