Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Ruffin, Macron, même combat !

Décidément, notre proverbe « la gauche est un sous-programme de la droite pour baiser les pauvres » se vérifie une fois de plus. Le Ruffin s’est fait choper la main dans le sac macronien avec cet enregistrement qui fait mal à la Cause, à la Pureté, à la Gauche :

Ruffin  : « Moi je pense que si on réfléchit stratégie, il faut que vous soyez vivement interpellé, et publiquement, par les salariés d’Ecopla, ça fera un épisode. Et ensuite, que vous y répondiez en disant : "Moi je suis prêt à aller me déplacer sur place, ben ça fait un deuxième épisode."

Macron  : Ok, ok. […] Un : on échange sur le dossier. Deux : on vous tient au courant des avancées. Trois : vous, vous m’interpellez publiquement. Quatre : dans la foulée, on cale ensemble une date de déplacement. Le 5 octobre, ou courant fin septembre, et on voit comment on la communique ensemble.

Ruffin  : Et je pense qu’on sort d’ici en n’étant pas contents…

Macron  : Oui. En disant "vous avez fait part de"… Voilà.

Ruffin  : Tout ça, voilà. »

 

Seuls les naïfs seront stupéfaits devant ce petit arrangement de pré-campagne, ou déjà de campagne en 2016, sur le dos des ouvriers. La gauche française, et cela inclut la gauche de la gauche, sert de rabatteur d’électeurs pour le libéralisme (on ne parle pas de la droite, qui défend ouvertement le libéralisme), car il n’y a qu’un camp : le libéralisme. Le libéralisme possède deux faces, la droite et la gauche, mais c’est la même pièce.

D’un côté il y a Macron, de l’autre Mélenchon, ou Ruffin, puisque Mélenchon est un peu hors-jeu actuellement, et que le libéralisme, ce parti unique, a besoin de nouvelles têtes pour faire croire à un changement, une évolution. Il met en scène de nouvelles têtes dans chaque camp pour affoler les médias qui affolent un peuple en quête perpétuelle de changement. Le peuple veut du changement ? On va lui en servir, mais du changement qui ne change rien. C’est l’astuce des ingénieurs sociaux qui bossent pour le pouvoir profond, celui qui nous fait les poches par la dette.

 

 

On avait déjà révélé, entre les deux tours de la présidentielle 2017, le tour de cochon des mélenchonistes qui, après une campagne populiste de gauche, se sont ralliés à l’ennemi de classe, Emmanuel Rothschild Macron. Un rabattage parfait qui amènera 20 % des voix (du 1er tour) à un Macron qui n’en demandait pas tant, mais qui avait besoin d’un plébiscite pour sa politique de dérégulation brutale, du jamais vu en France, même celle de Sarkozy.

On pourrait se moquer des petites gens qui se sont fait berner par la paire Mélenchon-Macron hier ou Ruffin-Macron aujourd’hui, dans ce petit théâtre de boulevard à deux voix qui lisent un texte écrit dans la coulisse par un unique auteur, mais il n’est pas dans notre objectif de railler la partie crédule du peuple, ce peuple français travailleur et croyant, qui cherche toujours la sécurité et la paix. Ce peuple-là a besoin d’informations pour accéder à une lucidité qui lui permettra de mieux voter, ou de ne pas voter, au choix, ce peuple-là n’a pas besoin d’être rabaissé plus encore.

Et pourtant, ça démange quand on voit les souris qui votent pour le chat avec la complicité du chien !

Normalement, le Ruffin ne devrait pas se relever d’une telle opération, qui est somme toute bénigne : c’est ça la politique. Le service de vérification des faits de Libération a nuancé le scandale en reprenant les faits depuis le début entre le pas encore président et le pas encore député.

« Dans quel contexte cette séquence a-t-elle été enregistrée ? Au QG de campagne d’Emmanuel Macron, en septembre 2016 donc, où François Ruffin, accompagné par plusieurs salariés d’Ecopla était venu plaider la cause de l’entreprise d’aluminium alors menacée de fermeture. Le détail importe : les salariés étaient donc associés à la discussion avec Macron, là où le tweet de Juan Branco peut laisser à penser que François Ruffin a agi dans leur dos. »

Voici la défense de Ruffin publiée par Le Figaro :

« Il reste alors deux mois pour mobiliser le plus de personnes possible, pour qu’Ecopla devienne un sujet médiatique pour sauver l’entreprise. On utilise alors tout ce qui est possible pour ça. S’il faut utiliser l’aura de Macron, on l’utilise. J’étais dans un combat pour sauver des salariés d’une boîte située au fin fond de l’Isère. J’avais une carte Macron à jouer, je l’ai jouée. Et j’ai d’ailleurs joué d’autres cartes avec d’autres candidats à la présidentielle au même moment »

On pourrait croire, à entendre Ruffin, qu’il a utilisé Macron, que le futur président a été manipulé par le futur député, sinon que chacun avait à gagner dans cette opération de communication conjointe. Les salariés d’Ecopla passeront, eux, à la trappe un peu plus tard. Comme les électeurs de Mélenchon après le passage du cyclone libéral Manu.

En d’autres temps, toute entente entre la droite et la gauche était impossible, ça se tirait dessus en Russie de 1917, en Allemagne de 1930 ou en France de 1934, et à balles réelles. Le conflit gauche/droite ou peuple/oligarchie s’est adouci avec le temps et aujourd’hui, on a du mal à distinguer la droite de la gauche, elles se sont même (con)fondues dans le mouvement de Macron depuis 2017.

 

 

La gauche française est laminée, la droite française est laminée, le parti libéral unique a gagné, et les Français doivent comprendre qu’il n’y a plus de gauche ni de droite, ou alors pas celles-là. Tout a été fait pour neutraliser la lutte des classes. Alors, il reste soit à redéfinir la droite et la gauche, soit à trouver une autre ligne de partage qui ne soit pas utilisable par le pouvoir, le vrai, celui qui a avalé son opposition ou qui la contrôle.

Cette nouvelle ligne de partage peut être celle entre souverainistes et libéraux, mais les souverainistes sont peu à peu aspirés par la dominance, on le voit avec les nationaux-sionistes, ce deuxième fer au feu du pouvoir profond. Si l’on pose que ce dernier est libéral et sioniste, ce qui semble raisonnable, alors la seule ligne d’opposition est antilibérale et antisioniste. On ne nous laisse pas le choix, ou alors on arrête la politique.

Tout est dit, sur E&R :

 






Alerter

74 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2332484
    Le 29 novembre à 22:40 par Le bon lardon
    Ruffin, Macron, même combat !

    On est à quel chapitre de l’Apocalypse de Jean 14, 15, peut-être même le 16
    Sacré Ruffin !

     

    Répondre à ce message

  • #2332541
    Le 30 novembre à 00:41 par TeddyTed
    Ruffin, Macron, même combat !

    Ruffin je l’ai longtemps suivi, après avoir lu son livre "Les petits soldats du journalisme" très bien vu à propos des écoles de journalistes. Plus tard j’ai eu un mouvement de recul quand il s’est déclaré "France Insoumise", et j’ai carrément laissé tomber quand il s’est lancé dans la climatocroyance. La climatocroyance arrange toute l’oligarchie aux dépends du peuple. C’est un marqueur qui ne trompe pas.

     

    Répondre à ce message

    • #2332886
      Le 30 novembre à 14:39 par banzai
      Ruffin, Macron, même combat !

      La climatocroyance arrange toute l’oligarchie aux dépends du peuple. C’est un marqueur qui ne trompe pas.



      absolument d’accord !

       
  • #2332584
    Le 30 novembre à 05:10 par dav
    Ruffin, Macron, même combat !

    oh putain le traitre...si avec ca il est pas fini les mecs sont cons...mais quelle ordure

     

    Répondre à ce message

  • #2332601
    Le 30 novembre à 07:23 par Soral Clone
    Ruffin, Macron, même combat !

    "Qui me trompe une fois honte à LUI, qui me trompe 2 fois honte à MOI. "proverbe Canadien cf commentaire précédent

    https://soundcloud.com/user-8070470...

     

    Répondre à ce message

  • #2332685
    Le 30 novembre à 10:29 par murat
    Ruffin, Macron, même combat !

    On rêve d’arriver comme Murat en 1799 à l’Assemblée Nationale, avec nos soldats déterminés et s’écrier face aux gros députés qui s’enfuient : foutez-moi tout ça dehors !

     

    Répondre à ce message

  • #2332733
    Le 30 novembre à 11:24 par Un François
    Ruffin, Macron, même combat !

    .... un pour tous , tous pour (ris) !

     

    Répondre à ce message

  • #2332753
    Le 30 novembre à 11:51 par GERARD R.
    Ruffin, Macron, même combat !

    RUFFIN RUFFIaN, finalement !

     

    Répondre à ce message

  • #2332865
    Le 30 novembre à 14:07 par kribe
    Ruffin, Macron, même combat !

    Pour tous les naïfs gaucho-bobo-antifas-LFI- et tous ceux qui s’étonnent que les Gilets Jaunes authentiques soient méfiants envers toute tentative de récupération de tous bords..

     

    Répondre à ce message

    • #2332931
      Le 30 novembre à 16:07 par Ed
      Ruffin, Macron, même combat !

      Et c’est pour ça que les gens qui pensent comme toi, majoritaires, voteront Macron, parce qu’ils sont prêts à sacrifier leur liberté pour de la sécurité... même sans confort !

      Je sais que, ici, nombreux sont ceux qui croient sincèrement que le mouvement des Gilets Jaune est spontané, et même s’il peut sembler légitime, ils se fourvoient méchamment, c’est une manipulation du gouvernement, la suite logique d’Anarchy (2014 France 4/Internet) et des Nuits Debout (2016 espace public/internet).

       
  • #2332893
    Le 30 novembre à 15:12 par Ed
    Ruffin, Macron, même combat !

    Anarchisme et Fascisme même combat !

    "Travailleurs Libres" est un oxymore, et toute l’agitation "anarcho-syndicaliste-libertaire-communiste-internationale-terroriste" (mon sur la commode) de la fin du XIXe et du début du XXe n’aura servi que l’aristocratie impériale et non la bourgeoisie ou le peuple, qu’à justifier une répression mondiale contre les individus et le collectif, les 2 faces d’une même pièce morbide, 2 guerres mondiales post-coloniales 100% européennes indispensables pour créer artificiellement un "Homme Nouveau" et établir un NOM..

    Bref, on est soit sauvage, soit d’élevage, et il suffit de voir la matérialité de ces "révolutions", le coton (uniformes), le papier (propagande/aliénation), l’acier (les canons), la dynamite (Nobel), la cellulose (photos et films) etc

     

    Répondre à ce message

  • #2333112
    Le 30 novembre à 20:06 par Bakloe
    Ruffin, Macron, même combat !

    Encore un adepte de l’obédience du droit humain qui formate tous ces chiens de garde à la gauche de la finance internationale.

    Cela ne date pas d’aujourd’hui, ni d’hier. L’origine du mouvement ouvrier est issus de la hascala imaginée par des khazars convertis au judaïsme (pour échapper à l’oppression chrétienne d’un côté et musulmane de l’autre selon l’éminent universitaire qui y brilla par son absence, Luc FERRY sauf sur les plateaux télé) immigrés en Rhénanie, qui donnera naissance au parti travailliste anglais essaimant à travers le monde en même temps que les agences bancaires Bauer alias l’enseigne rouge (rothschild) en souvenir de leur agence historique et familiale de FRANKFURT, siège aujourd’hui de la BCE.

    Londres a été le centre névralgique de la fusion des courants de la pensée socialiste qui bouillonnaient en France durant tout le XIXème siècle.

    Il fallait pour les industriels et leurs banquiers issus de la bourgeoisie naissante rhénane fédérer, s’étendre tout en captant la force des travailleurs juifs pauvres et en faire une armée à leur solde, rien de mieux qu’une idéologie universelle bien ficelée via leur réseau occulte sans frontière.

    Depuis, ils ont élargi leur "recrutement" sans perdre de vue leur projet, détruire la Mosquée Al Aqsa à Jérusalem pour construire l’hypothétique temple de Salomon transgressant ainsi toutes les lois divines, normal pour des suppôts de LUCIFER.

     

    Répondre à ce message

    • #2333423
      Le 1er décembre à 11:35 par Ed
      Ruffin, Macron, même combat !

      Et donc, avant Rothschild l’aristocratie européenne n’était pas inique, belliqueuse, supranationale impériale, coloniale, universaliste, prosélyte, capitaliste et esclavagiste ? Ben tiens mdr

      Non, y a rien qui tient dans votre fixette, à part l’asservissement séculaire et aveugle à vos maîtres anonymes qu’on n’est pas près de voir dans les médias... eux !

       
Afficher les commentaires précédents