Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sanctions américaines contre la Russie : Trump pris au piège

"Il n’est plus le seul maître à bord"

Les sanctions américaines qui touchent le secteur énergétique européen sont un véritable enjeu pour les Européens. Il s’agit pour ces derniers de s’unir et de parler d’une seule voix, estime Jean-Éric Branaa, spécialiste des États-Unis.

 

RT France : Rex Tillerson a déclaré que Donald Trump avait signé les sanctions « à contrecœur ». Pourquoi signer des sanctions dont il ne veut pas ?

Jean-Eric Branaa (J.-E. B.) : Parce qu’il y était obligé. Ces sanctions ont été votées par l’ensemble du Congrès, avec une majorité écrasante à la Chambre (où il ne manquait que cinq voix) et au Sénat (où il n’en manquait que deux). Le président des États-Unis n’avait donc que deux solutions pour refuser : soit mettre son veto, soit, si le Congrès était parti en vacances, faire ce qu’on appelle un pocket veto, et la loi serait tombée d’elle-même. Mais le Sénat reste en session quinze jours de plus : les dix jours données au président pour signer ne suffisent donc pas pour user du pocket veto. La majorité à avoir voté cette loi est énorme. S’il avait mis son veto, le texte serait revenu au Congrès et les Républicains avaient promis qu’ils passeraient outre. Il suffit en effet de 60% des sénateurs pour s’opposer au veto présidentiel. Comme ils ont été près de 95% en faveur de cette loi, cela aurait été une défaite cinglante pour Donald Trump. Il savait être pris au piège et incapable de faire autre chose que de signer la loi.

Trump a donc signé à contrecœur. Il voulait réchauffer les relations entre les États-Unis et la Russie, il l’a suffisamment dit durant sa campagne. Cela va être plus compliqué désormais : cette loi instaure de nouvelles sanctions, mais elle prévoit aussi un autre dispositif empêchant le président de revenir sur ces sanctions. Il sera obligé de demander au Congrès son autorisation s’il souhaite y mettre fin. Trump n’a donc plus la marge de manœuvre dont il disposait dans sa politique étrangère vis-à-vis de Vladimir Poutine. Et c’est bien ce qui a marqué ce dernier, qui a réagi en introduisant des sanctions contre les Etats-Unis.

 

Selon vous, la porte de la coopération avec la Russie s’est-elle totalement refermée ?

Non, elle n’est pas vraiment fermée. Donald Trump suit sa propre logique, qui est de tendre la main à la Russie. Il considère qu’elle est une des clés pour résoudre certains conflits, comme celui en Syrie, où une coopération est nécessaire. Cela va néanmoins être très difficile car le Congrès n’est pas du tout dans le même état d’esprit. Trump n’est plus le seul maître à bord. S’il devait y avoir un deuxième mandat Trump, il y aurait sans doute une embellie. Mais pour les trois ans à venir, tout cela va être très compliqué parce que le Congrès, lui, entend bien fermer les portes.

En revanche, je pense qu’une relation plus personnelle avec Vladimir Poutine va se développer. Le président russe a bien compris dans quelle situation se trouvait Donald Trump et l’état d’esprit de ce dernier à son égard. En conséquence, il y aurait une carte à jouer pour Poutine, sans toutefois donner trop de signes de son côté. En effet, il ne peut faire d’ouvertures s’il n’y en a pas du côté américain. C’est évident.

 

Les sanctions américaines, touchant le secteur énergétique européen, risquent de compliquer les relations des États-Unis avec l’Union européenne. Pensez-vous que cette dernière puisse adopter des contre-sanctions ?

C’est une vraie question. Les Européens ont du mal à parler d’une seule voix. La volonté de pays comme la France ou l’Allemagne prédomine mais, si l’on prend des pays comme la Pologne ou la Hongrie, on voit qu’il y a actuellement de vraies divisions en Europe. Donald Trump n’y est pas pour rien : il a essayé d’accentuer ces divisions entre Européens, étant conscient que des Européens unis pourraient décider de mesures de rétorsions face à la politique américaine. Une telle réponse semble, dans un premier temps, compliquée, mais je ne pense pas qu’elle soit impossible. C’est un véritable enjeu pour les Européens que d’arriver à être unis, à parler d’une seule voix.

Donald Trump face à l’État profond, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1778636

    Trump n’est plus aux manettes dans ce pays... ce qui prouve bien que le pouvoir n’est plus exercé par la voix du peuple mais bien par des puissances occultes !!!...

     

    Répondre à ce message

    • #1778671
      Le 4 août à 16:11 par Silence Radio
      Sanctions américaines contre la Russie : Trump pris au piège

      Pour la énième fois, nous ne sommes pas dans un monde digital binaire qui fonctionne en ON/OFF. Y’a des zones grises, comme dans votre cerveau je pense, qui ne sont pas toujours évidentes à saisir.
      L’absence de preuve de son pouvoir n’est pas la preuve de l’absence de son pouvoir.

       
    • #1778700

      @Silence Radio
      Les zones grises de mon cerveau fonctionne très bien Dr Freud... et si tu n’arrives pas à les saisir tu pourrais quand même faire fonctionner les tiennes d’une façon moins agressives et cauteleuses !!!...

       
    • #1778862
      Le 4 août à 21:39 par Georges 4bitbol
      Sanctions américaines contre la Russie : Trump pris au piège

      @ silence radio
      Point n’est nécessaire d’utiliser un ton sec et discourtois pour signifier votre désaccord..
      d’autant que les faits donnent raison à Redsniper sur de nombreux points capitaux, le décret sur l’immigration, l’abandon de l’obamacare, l’obligation des nouvelles sanctions contre la Russie, menaces d’impeachment, bombardements en Syrie et tout ce que nous ignorons.
      Pensez printemps !

       
    • #1779102

      @Georges 4bitbol
      Merci camarade pour ce complément clair et net à mon commentaire .
      Cordialement.

       
  • #1778657

    Arrêtez de chercher des excuses à ce type. C’est un WASP typique et s’il savait qu’il ne pourrait pas gouverner alors il ne fallait pas qu’il y aille. Ou bien s’il n’avait pas compris qu’il ne pourrait pas gouverner alors ce n’est qu’un con prétentieux et inconséquent. Je crois plus prosaïquement qu’il s’est fait élire en mentant éhontément au petit peuple américain et en sachant pertinemment qu’il ne ferait quasiment rien de ce qu’il disait. Comme tout bon protestant anglo-saxon, il est entre les mains du lobby et de la franc-maçonnerie (comme les nôtres d’ailleurs) et il leur obéit sans sourciller car il est sur la même longueur d’onde qu’eux.
    Alors de grâce, lâchez-nous la grappe avec Trump le grand héros. C’est une vulgaire marionnette comme les autres, point final. Je suis déçu, nous sommes tous déçus mais il faut avouer qu’on s’est bien fait avoir, même si ça fait mal au cul. Les mois passent et tout ce foutage de gueule ne fait que se confirmer. Il faut être très aveugle ou de très mauvaise foi pour ne pas le reconnaître. Reconnaître qu’on s’est trompé est une signe d’intelligence et d’humilité. Cela évite aussi de renouveler les mêmes erreurs comme celle de mettre sa confiance dans n’importe qui.

     

    Répondre à ce message

    • #1778682

      "C’est un WASP typique"
      Il est plutôt d’origine allemande qu’anglo-saxonne.

      "s’il savait qu’il ne pourrait pas gouverner alors il ne fallait pas qu’il y aille."
      Un peu de patience... et quel défaitisme. Vallait-il mieux laisser Clinton passer ou comme il le fait mener une lutte finale où tout est en jeu ? Il a une certaine expérience et connaît le sort de Kennedy et d’autres, donc je crois qu’il a établi un plan pour s’en sortir pendant 40 ans avant de s’engouffrer là-dedans.
      Pensez-vous vraiment qu’il n’avait pas anticipé ce coup là ? Il a peut-être perdu une bataille, mais pas la guerre. Ou encore mieux, cela pourrait être un coup de bluff comme il sait si bien les faire. Putin pourrait alors même être complice ! Ce n’est pas la première fois qu’il est "très en colère" puis se "réconcilie".

      Dans le pire des cas, Trump aura au moins eu le mérite de freiner autant que possible l’état profond, tout en en démontrant l’existence.

       
    • #1778690
      Le 4 août à 16:43 par matrix le gaulois
      Sanctions américaines contre la Russie : Trump pris au piège

      s’il savait qu’il ne pourrait pas gouverner alors il ne fallait pas qu’il y aille.



      As-tu déjà exercer un mandat électif ? Non ? Alors, la ferme !
      Tu aurais peut-être préféré Hilary Clinton et la 3ème guerre mondiale qu’elle nous promettait ?
      Il a mis au rencard le TPP & le TAFTA & les terroristes en Syrie sont en train de perdre grâce à lui.
      Rien que pour ça, et pour la gueule en biais des journalistes de BFM TV, l’élection de Trump reste une excellente nouvelle.

       
    • #1778745

      Au Gaulois

      Ecoute, le mieux pour toi est d’arrêter de croire au père Noël, en l’occurrence à l’homme ou à la femme providentiel. Je pense que quand tu auras cessé de te la raconter avec Trump ou tout autre sauveur qui tombe du ciel, genre "Vous allez voir ce que vous allez voir", tu vivras plus sereinement. C’est dur mais c’est comme ça. Le problème n’est pas le mandat électif. La question est plus simple : "Es-tu prêt à descendre dans la rue avec un fusil et renoncer à ton petit confort ?
      Moi non parce que le fait d’aller commenter des petits articles sur internet, le cul bien enfoncé dans mon fauteuil, ne fait pas de moi un héros révolutionnaire. Juste quelqu’un qui essaie de passer sa mauvaise humeur en postant rageusement des trucs dont nos maîtres se foutent éperdument. Si des sites comme celui-ci ne sont pas interdits, c’est parce qu’ils savent très bien que ce n’est pas très dangereux et que toi, moi, à part taper sur notre clavier d’ordinateur, on ne fera rien de plus. Ce n’est qu’une soupape où s’expriment notre exaspération et notre impuissance.
      Ne nous prenons pas pour ce que nous ne sommes pas.

       
    • #1778796

      Tant que la seule action sera de poster des commentaires sur le net, rien de rien de rien de rien ne viendra jamais ! Il est grand temps de se regrouper, physiquement s’entend, et symboliquement au plus près de l’Elysée, à la Concorde à la rentrée quoi !!!

       
    • #1778827

      @matrix le gaulois je cite ’’ & les terroristes en Syrie sont en train de perdre grâce à lui.’’

      euh non grâce à la Russie et à l’Iran car même avec le soutient des États-Unis et d’une dizaine d’autres puissances les terroristes sont en train de se faire écraser depuis plus d’un an soit bien avant l’arrivé de Trump.
      Avec ou sans lui les terroristes en Syrie étaient foutus dès lors que la Russie à apporté l’aviation et les technologies dernier cri que les troupes au sol irano-libano-syrienne avaient besoin pour renverser la vapeur.

       
    • #1780599
      Le 7 août à 23:09 par matrix le gaulois
      Sanctions américaines contre la Russie : Trump pris au piège

      @ Pierre Loup

      C’est Serge qui dit des énormités et c’est moi que tu corriges ? A tort en plus !
      Les russes participent au soutien de l’armée syrienne, mais la progression se faisait lentement, jusqu’à ce que Trump coupe les fonds alloués à Daech (voir Réseau Voltaire) et là : l’Etat (soit-disant) Islamique qui revendiquait 240 000 hommes en 2014, ne paie plus maintenant les salaires que de...19 000 combattants ! Trump n’est peut-être pas la seule cause de la déchéance de Daech, mais les russes non-plus (on dira que c’est une accumulation de ces efforts divers) et on peut convenir que Trump y contribue lui aussi, non ?

       
  • #1778684

    Trump n’est pas un politicien initialement . Je crois qu’il pensait imprimer ses idées beaucoup plus facilement , du seul fait de son fauteuil présidentiel et quelques amis postés judicieusement . Il doit déchanter , car depuis plus d’un siècle les lobbys ( dirigés par les mêmes ) eux , ne changent pas , et il s’aperçoit que ces derniers gardent le pouvoir . À mon avis , les " parlementaires " achetés comme il se doit par ces lobbys , obéissent servilement .

     

    Répondre à ce message

  • #1780748
    Le 8 août à 11:09 par Je réfléchis donc je suis antisémite
    Sanctions américaines contre la Russie : Trump pris au piège

    Trump n’a jamais été seul à bord. C’est un président sous influence. Il est mené par le bout du nez par son gendre juif et sa fille convertie qui place les intérêts d’Israël avant ceux des États Unis. N’est pas Staline qui veut.

     

    Répondre à ce message