Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Sortir de la dette par la croissance : impossible

Janet Yellen [1] a fait les gros titres il y a quelques jours. Elle a dit qu’elle se montrerait patiente au sujet de la « normalisation » des taux d’intérêt. Les investisseurs n’ont pas su quoi en penser. La moitié s’est dit que ce serait bon pour les actions — faisant grimper les cours. L’autre moitié en a déduit que cela signifiait une hausse des taux anticipée — et s’est débarrassée des obligations.

Les investisseurs attribuent à madame Yellen bien trop de crédit. Va-t-elle augmenter les taux à Pâques… ou à la Trinité ? Elle ne le sait probablement pas elle-même. Elle lit les journaux tout comme nous, et se demande comment elle va pouvoir s’en sortir. Elle se regarde dans le miroir le matin et reste le souffle coupé par la manière dont les gens la surestiment. Elle sait… du moins avant de se maquiller… que toute cette histoire n’est rien que cosmétiques et fausse comptabilité. Simplement, elle ne veut pas être la présidente de la FED qui l’admettra… celle qui fera finalement éclater la bulle et provoquera une dépression… [...]

Le PIB se mesure en additionnant les dépenses – la consommation, l’investissement, les dépenses gouvernementales et les exportations nettes.

Pour prendre un exemple, le PIB américain serait actuellement de 18 000 milliards de dollars, dont 3 500 milliards sous la forme de dépenses fédérales. Ajoutez à cela les dépenses des autorités locales et le total dépasse les 6 000 milliards. Cela signifie que le secteur privé – celui qui paie les factures – ne représente que 12 000 milliards.

La dette totale aux États-Unis est désormais de 58 000 milliards de dollars (et non 60 000 milliards comme annoncé hier… mais que sont quelques milliards ici ou là ?) C’est près de cinq fois l’économie réelle qui la soutient.

Ceci contribue à expliquer pourquoi il est si difficile de se sortir de la dette par la croissance. Même si l’on pouvait limiter l’augmentation de la dette à 3 % du PIB par an, la partie productive de l’économie devrait se développer de 5 % rien que pour faire du surplace. Aucune économie développée au monde ne croît aussi rapidement.

Lire l’intégralité de l’article sur la-chronique-agora.com

Notes

[1] Présidente du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale des États-Unis depuis le 31 janvier 2014.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1067552

    L’usure c’est pour "esclavagiser" les gens,les peuples, les nations, le monde ! Pas besoin d’avoir un bac + 15 !I Il ne fallait pas se détourner des textes religieux qui l’interdisaient formellement !Mais au fait qui est derrière tout cela, à qui profite le crime .... tiens pardi ?!!

     

    • #1067602
      le 24/12/2014 par Ich liebe dich
      Sortir de la dette par la croissance : impossible

      Je crois que ça explique en partie l’aversion qu’a le système actuel pour l’islam, car loin de l’interdire simplement, il donne des alternatives qui peuvent facilement faire leurs preuves si elles sont appliquées. Encore faudrait-il en avoir la volonté.
      Pas d’usure = libération des chaines esclavagistes = pas bon pour les affaires de la communauté organisée.
      J’ai lu au moment de la crise de 2008 que certains économistes recommandaient une finance islamique, chose évidemment totalement occultée par les médias et chose qui a mis le feu aux poudres.
      Mais comment un état pourrait-il vivre sans crédit quand tout le peuple vit sur le modèle du crédit à la consommation si cher à nos banquiers usuriers.
      La clé c’est de ne plus emprunter pour vivre au dessus de ses moyens, ou alors de ne plus le faire avec des taux d’intérêts, mais qui est capable de suivre ?


    • #1068823

      Ooh j’ai ma petite idée la dessus ! Le faite de cacher où détourner la Vérité pour obtenir du pouvoir sur quelqu’un où de l’argent est grave, c’est pire de le faire pour détourner les gens de DIEU, c’est un blasphème impardonnable. Au moins, on peut se consoler en se disant que dans ce monde là on supporte ces déments, en revanche près de Dieu au Parardis, on est sur de ne jamais les croiser ! Ouf ! ALLELIUA !


  • Le but n’est assurément pas que quiconque sorte de la dette. Juste qu’ils continuent à payer !

     

    • #1067719

      " A la fin des temps, I....détiendra les clés de la richesse des nations" ( Talmud)....L’usure est cette clé ! Toutes les lois, promulguées depuis 2500ans, toutes les mises en garde que l’on trouve dans la littérature depuis l’antiquité, le CORAN, les EVANGILES ....Tout cela n’aura servi à rien , ils auront toujours contourné , détourné....et ruiné les nations !


  • "Même si l’on pouvait limiter l’augmentation de la dette à 3 % du PIB par an, la partie productive de l’économie devrait se développer de 5 % rien que pour faire du surplace. Aucune économie développée au monde ne croît aussi rapidement."

    Bravo, on y arrive. Effectivement, seule la partie productive d’une organisation sociale est a prendre en considération et c’est effectivement parce que ça n’est pas fait que ces organisations périclitent. Le souci fondamental réside dans la grosse différence qu’il y a entre les profils psychologiques d’un ’productif’ et celui d’un parasite. L’un n’a besoin de personne pour s’organiser et survivre, l’autre en est incapable sans phagocyter par tous les moyens a sa portée. Et c’est à cela que nous assistons ; les parasites se sont emparé des manettes et déséquilibrée l’organisation sociale au point de la mettre en faillite.


  • L’usure est d’une totale incompatibilité avec les Évangiles et le Coran !

    Les châtiments sont donc en train de se manifester ! Inutile de dire que la ligne rouge a été franchie : le Syndicat du Crime International le sait mais il poursuit affolé sa logique ! Les châtiments seront en proportion d’autant ! Qu’à cela ne tienne !

    Qui les transgresse, régresse ! Pas de moyen terme ! Ce que confirme Jésus « celui qui n’est pas avec moi (dans le JESU(I)S de l’être en son individuité personnelle) est contre moi (le JESU(I)S de l’ÉTRE impersonnel, immortel, universel, éternel » ! Cette Parole résonne comme une Épée "séparatrice, tranchante", il s’agit d’une Épée de Vie, exigeante, dérangeante : « Je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’Épée » !

    Les idoles de l’Avoir sont meurtriers de l’Éros divin : il EST ici, maintenant, l’enfant divin dont nous sommes « enceints » en tant qu’Homme-en-devenir d’ETRE (hommes & femmes) issus de l’humus !

    L’œuvre d’Annick de Souzenelle est éclairante à ce propos et vient en écho à l’ouvrage de Francis Cousin « L’ÊTRE CONTRE L’AVOIR ».

    « Dans l’étreinte, la force féminine acquise dans le chemin des profondeurs devient ... puissance mâle de pénétration amoureuse ».(Le Féminin de l’ÊTRE p. 300)

    Il s’agit d’une situation objective !

     et, non pas de critères, ni de jugements moraux !

    Il suffit d’observer paisiblement, sereinement, objectivement autour de soi et de le constater !

    Ou vous êtes dans le courant du don ou vous n’y êtes pas ! 

    Les Sept Sceaux des erreurs humaines nécessaires à sa croissance jusqu’alors, se sont ouverts ! Ils arrivent au maximum de leurs puissances : les lions, les aigles, les vautours, les loups sont lâchés ! Ils veulent une guerre totale du « tous contre tous » ! Chacun reconnaîtra son frère dans le péché comme dans la vertu correspondante !

    Les Sept Sceaux des Vertus (étym. de « viril ») sont aussi ouverts prêts à accueillir et à embrasser à tous moments quiconque ! « Demandez et vous recevrez ».

    La Maturité est au prix d’une dette envers qui ? Ce Syndicat du Crime !

    Devoir de liberté, celui d’exercer son libre-arbitre et son droit d’obéissance à l’égard de Dieu, le JE SU(I)S !

    Les Évangiles parlent d’un « vin nouveau ». Le Coran n’est-il pas le « cri d’alerte »

    du Corbeau du Patriarche Noé(EL), ivre de ce vin !

    Dans la mythologie nordique, Hugin et Munin sont les deux corbeaux messagers qui accompagnent Odin. (source wikipedia Hugin & Munin

     

    • addenda :

      « harab » en hébreu c’est le corbeau ! Il est étrange que ce trilitère inversé donne « hébreu » d’où sa consonance « arabe-hébreu », à noter aussi dans « berbère » ?

      Se pourrait-il qu’il en soit de même du terme Coran consonantiquement proche de « cri », tel celui du Corbeau ?

      Le corbeau est un oiseau réputé pour sa grande longévité (qui pourrait dépasser trente ans), son intelligence et son organisation sociale qui semblent très supérieures à la moyenne des oiseaux. Il n’a quasiment jamais été chassé, sauf dans les périodes de grande famine, sa chair étant considérée comme immangeable, sauf après une très longue cuisson.

      Du fait du comportement charognard de ces espèces, le corbeau a aujourd’hui une mauvaise réputation en Occident.

      Ceci n’a pas toujours été le cas puisque « Hugin et Munin », deux grands corbeaux dans les mythologies nordiques étaient les messagers des dieux.

      Dans la mythologie nordique, Hugin (du vieux norrois huginn signifiant « pensée » ou « esprit ») et Munin (du vieux norrois muninn signifiant « mémoire ») sont les deux Corbeaux messagers qui accompagnent Odin.

      À l’aube, ils partent et parcourent les neuf mondes et reviennent le lendemain matin pour rapporter au dieu Odin ce qu’ils ont vu et entendu, en le lui murmurant à l’oreille.

      La Mythologie est antérieure à la révélation christique mais ne lui est pas étrangère !

      Les lois cycliques se confirment donc !

      Le dernier « cri » dviin fut celui de محمّد Muḥammad, dernier des prophètes du monothéisme, au sens où il clos et scelle le cycle de la révélation du monothéïsme abrahamique.