Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Thomas Sankara : le Chavez africain

Partie 1 :


Partie 2 :


Partie 3 :


Découvrir Thomas Sankara chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #475015
    le 26/07/2013 par Jérôme
    Thomas Sankara : un Chavez avant l’heure

    Je voudrais poser une question aux nationalistes français : On voit Thomas Sankara parlait français, langue des anciens colonisateurs.
    Imaginez-vous un instant un chef politique français parlait allemand après 45 ?
    L’impérialisme est déjà là, dans le fait de parler une langue (le français en l’occurence ici, ou l’anglais) dans un pays africain.
    Quand on se dit contre l’impérialisme, il faut lutter contre TOUS les impérialismes, même celui issu de son propre pays.

     

    • #475344
      le 26/07/2013 par resistancebelge
      Thomas Sankara : un Chavez avant l’heure

      Salut Jérôme,
      n’oublie jamais que la langue n’est qu’un moyen. Quant t’es né dans un foyer ou dans un pays qui a fait du français sa langue, c’est un fait et tu composes avec. Tu utilises cet outil pour sortir le pays du marasme social d’abord (eh oui il faut avoir le sens des priorités), mais si elle devient une fin en soi (comme certains qui veulent à tout prix parler dans la langue de molière pour paraître meilleurs que les autres), là çà devient une aliénation imposée par l’impérialisme qui cherche à créer un complexe chez les colonisés, en le séparant de son histoire d’une part et en le rendant étranger à sa propre culture d’autre part. Autrement dit, je m’exprimerai dans la langue qui est la mienne, c’est à dire celle que je maîtrise le mieux, peu importe qui me l’a imposée, dans la mesure où je l’utilises pour libérer les miens de l’exploitation. Et puis, parler un langage aussi relevé que celui de Sankara est un formidable pied de nez aux impérialistes français, puisqu’en dernière instance c’est à eux qu’il s’adresse dans ses discours virulents.
      Donc français moyen de libération OUI, français outil de domination, NON.


    • #475371

      Tu veux qu’il parle quelle langue ?
      Faut pas tout mélanger.


    • #475400

      Cela s’appelle "chipoter" monsieur, et pendant ce temps là d’autres se recueillent pour saluer sa mémoire et rendre hommage à son parcours (là est l’essentiel)


    • #475540
      le 26/07/2013 par passante
      Thomas Sankara : un Chavez avant l’heure

      Bravo Jérôme pour votre remarque...
      Car beacoup ici mettent pas le doigt sur l’impérialisme français en Afrique :
      - francofonie
      - franc des colonies françaises d’Afrique
      - ingérence dans les élections africaines
      - etc...


    • #475546
      le 26/07/2013 par Christian
      Thomas Sankara : un Chavez avant l’heure

      La langue n’est qu’un instrument, me semble t-il. Le plus important étant les idées et le message que ladite langue permet de véhiculer. Le français est la langue que je maîtrise le mieux, pour des raisons environnementales, culturelles et intellectuelles. Pour les mêmes raisons ma deuxième langue est le roumain, car j’ai vécu et étudié pendant quelques années dans ce pays. Je suis pourtant un Français d’origine Africaine (Congo-Brazzaville) depuis quatre générations. Et pourtant je parle moins bien les langues congolaise que les deux premières citées. Alors ta remarque n’a aucun sens. Tu voulais que Sankara s’exprimât dans une langue du Burkina Faso ? Quel aurait été la portée de son message aujourd’hui ?


    • #475590

      @Jérôme
      Je suis assez d’accord, c’est un prestige pour la France que sa langue soit parlé en Afrique mais si le français disparaissait, les africain viendraient moins en France.


    • #475743

      Mais après les pays Africains ont été découpés souvent de tel manière que plusieurs langues cohabitent dans un même pays, c’est plus simple d’utiliser le français. C’est triste, mais c’est pratique. En Afrique, si tu parles l’arabe littéraire, le swahili, le bantu, ou le français tu t’en sort pas mal... L’impérialisme est partout même en France, on nous force à apprendre l’anglais, c’est obligatoire !

      Paix l’Ami


    • #475752
      le 27/07/2013 par LeLibreFarceur
      Thomas Sankara : un Chavez avant l’heure

      Il existe plus de 60 langues dont les principales sont : le mooré langue parlée par l’ethnie Mossi, le san parlé par les Samos, le fulfuldé parlé par les Peulhs, le gulmancéma parlé par les Gourmantché dans l’Est du Burkina Faso, le dagara parlé par les Dagaras, le dioula qui est une langue commune à plusieurs pays d’Afrique de l’ouest (la Côte d’Ivoire, le Mali, la Guinée etc.), le lobiri parlé par les lobis, le marka parlé par les markas communément appelés "Dafing", le bobo, le bwamu parlé par les bwabas, le senoufo, le toussian parlé par les Toussians, le kassena et le lyélé (langues parlées par le peuple dit Gourounsi) et le bissa qui est la langue parlée par les Bissa.



      Dans des pays où les dialectes sont aussi nombreux que feriez vous ?


    • #475763

      Oui tu as parfaitement raison. Supprimons le français d’Afrique. Et supprimons l’arabe du Maghreb. Et aussi les Kanjis du Japon. Sans oublier bien évidemment les chiffres arabes d’Europe, les chiffres romains c’est peut-être pas pratique, mais au moins c’est romain.

      PS : Ceci est bien évidemment de l’ironie, au cas où un attardé ne l’aurait pas compris.


    • #475897
      le 27/07/2013 par Afro-caribéenne au Québec
      Thomas Sankara : un Chavez avant l’heure

      S’il te parlait dans sa langue maternelle, je ne pense pas que tu comprendrais ce qu’il dit. Alors oui, luttons contre l’impérialisme, mais faisons-le intelligemment.


    • #475988

      Peut-être, mais alors à ce moment là tu "reproches" aussi à un dissident comme Kémi Seba (ou d’autres) de ne pas porter, quand il en met, un costard et la laisse qui va avec (cravate) qui représentent la tenue du pouvoir occidentale par excellence ? Il devrait donc se vêtir toujours avec une tenue traditionnelle de son origine comme le faisait Khadafi ?


    • #476031

      peut être parce que le français permet d’articuler des idées précises et claires...
      ce que le globish ou le fulfuldé ne permettent peut être pas ou mal ou ne seront carrément pas "entendues" ni du tout lues (encore eut il fallu qu’elles s’écrivassent).
      peut être aussi parce que c’était sa langue de réflexion tout simplement...de ses lectures...de ses références
      pourquoi des russes ont écrit en français ?...pourquoi des noirs ont écrit sur la négritude en français et pas en créole ?
      en tous cas, il devait certainement se relire (en homme intègre) pour éviter les fautes de français et ne pas paraître ridicule et décrédibiliser son discours...
      enfin, après 45, on aurait dû (devrait toujours ?) PARLER anglais...ce sont eux les colonisateurs...il me semble que les allemands ont perdu, non ? (les bases gluantes du NATTô sont là pour nous le rappeler)
      de toute façon, tu peux toujours revendiquer en parlant breton, basque, provençal ou arabe mais après des centaines d’années de français, soit t’es naïf, soit t’es payé...il faut donc que ta lutte tienne compte de la situation réelle...même s’il ne faut pas oublier, c’est vrai que la langue est première et les mots conditionnent la pensée...
      la boucle est bouclée...car Thomas Sankara (nous) PARLE (encore) français !


    • #476049

      Depuis quand le Français est une langue gauloise ?

      " L’histoire de la langue française commence avec l’invasion de la Gaule par les armées romaines sous Jules César de 58 à 50 av. J.-C. On considère que la Gaule comptait alors environ 10 millions d’habitants. Après la conquête, les soldats et les commerçants romains ont importé avec eux le sermo cotidianus, ou latin vulgaire. Malgré l’apparente similitude des deux langues (syntaxe, numération, morphologie), il n’y a pas de continuité entre le gaulois et le latin. "

      Source ; wikipédia


    • #476066
      le 27/07/2013 par Le Chaton
      Thomas Sankara : un Chavez avant l’heure

      Imaginez-vous un instant un chef politique français parlait allemand après 45 ?



      Non, il parle anglais...


    • #476116
      le 27/07/2013 par goy pride
      Thomas Sankara : un Chavez avant l’heure

      As-tu conscience que dans la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne il y a des dizaines de langues différentes parlées au sein d’un même pays et la plupart ne peuvent pas s’écrire ? Ainsi pour des considérations purement pragmatiques on choisira une langue qui servira de lingua franca compréhensible par tout le monde. Or quand on choisi une lingua franca il y a plusieurs conditions : son acceptation par l’ensemble de la population et la capacité intrinsèque de cette langue de servir non seulement d’outil de communication mais aussi de transmission du savoir. Il s’avère que le français et l’anglais sont des langues capables de remplir ses fonctions. Elles ont un statut international et le fait qu’elles soient des langues étrangères permet de diminuer les problèmes de tensions inter ethniques qui pourrait surgir si un dialecte ou une langue locale devait s’imposer au détriments d’autres langues locales dans une même entité étatique.
      Et puis tu compares ce qui n’est pas comparable. Les Allemands ont envahi la France que durant 5 ans ! Et ils ont envahi un pays fort et structuré qui avait un niveau de développement similaire, doté d’une langue ayant un statut international important et de ce fait il n’y avait aucune raison pour qu’au bout de 5 misérables années d’occupation les Français se mettent à parler l’allemand. A l’inverse les Gaulois qui furent soumis par les Romains ont fini par perdre leur langue. Ce fut un drame mais les Gaulois parvinrent à surmonter cela en fondant la brillante civilisation gallo-romaine. Dans l’histoire il y a des perdants, ensuite c’est aux perdants de sublimer leur défaite.
      Et puis quelle arrogance inouïe de reprocher à un grand homme comme Sankara de parler le français ! Le français, l’anglais, l’espagnol, le chinois, le japonais, l’arabe, l’allemand...sont des langues hautement fonctionnelles car peuvent décrire avec plus ou moins d’efficacité tout ce qui existe dans la modernité : concepts philosophiques, vocabulaires scientifiques...or le pygmée est très certainement une magnifique langue, capable de décrire avec beauté et précision toute la richesse de la forêt équatoriale mais qui sera incompétente dès lors que l’on voudra parler de marxisme, de biologie moléculaire...on pourrait certes moderniser cette langue en créant de nouveaux mots...mais l’effort colossal nécessaire n’en vaut pas la chandelle quand on a à sa disposition l’anglais ou le français.
      Et toi Jérôme parles-tu le patois de ton patelin ?


    • #476123

      Il a peut être utilisé le français pour se faire comprendre de ceux à qui il voulait adresser un message. Ou encore parce que c’est la seule langue qu’il avait apprise, ou bien encore parce que c’était la seule langue comprise par l’ensemble des ethnies qui composaient son pays....

      Je ne comprends pas où est le problème ! Les noirs ne seraient pas capable de faire aussi bien que les blancs ?

      Je vous pose la question parce que c’est le genre de sottises que j’ai déjà entendues...


    • #476125

      En même temps, dans de nombreuses ex-colonies, la langue coloniale est souvent la seule langue commune à l’ensemble de la population.


    • #476140

      Hugo Chávez parlait espagnole c’est pourtant la langue qui leur a étais imposer par les conquistador... ce que vous dites n’a aucun sens...une langue n’est qu’un outil de communication...


    • #476163

      Sur ce sujet, comme sur la plupart, on peut avoir un raisonnement intellectuel plus ou moins conscient de la réalité des faits.
      Je pense comprendre ton propos, Jérome, et il peut sembler plutot cohérent si on l’extrait du monde réel.
      Nous pouvons tous avoir une idée d’un monde idéal mais vouloir en faire un principe premier me semble voué à l’échec et à la discorde.
      Une observation réaliste de ce monde nous amène à constater que l’idéal n’existe pas, et par conséquent, les principes de vie qui peuvent fonctionner entre nous doivent nécessairement s’inscrire dans cette réalité d’imperfection.
      Une fois cette réalité imparfaite prise en compte, on peut essayer de construire ensemble un fonctionnement qui tend vers un mieux être, un mieux vivre ensemble.
      Quand j’écoute Thomas Sankara, j’ai le sentiment que c’était un humain courageux, et j’en ai pas rencontré beaucoup des humains courageux. C’était un humaniste, il croyait dans l’humain.
      Son message il l’exprime en Français, non pas parce qu’il est encore sous l’emprise de l’empire mais parce que c’est la voie d’expression qui correspond à ce moment là, le mieux à la démarche qu’il a choisie.
      Quand j’achète quelque chose, la plupart du temps je l’achète avec des euros, parce que la réalité du monde présent autour de mon lieu de vie fonctionne ainsi. Je suis pourtant conscient de nombreux abus permis par la mise en place des transactions au moyen des euros ou autres monnaies.
      Il m’est arrivé de "payer" avec des productions de ma petite ferme mais cela reste marginal.
      Le choix de la langue d’expression de Thomas Sankara, n’est pas vraiment un choix, il est la conséquence d’une réalité, d’un état des lieux, imparfait.
      Ce "choix" était la voie qui lui semblait la plus appropriée à sa démarche d’indépendance vis à vis de l’Empire.
      Critiquer ce mode d’expression, plutot que s’interesser au message exprimé, me semble une erreur qui ne prend pas en compte les réalités du monde présent.


    • #476220
      le 27/07/2013 par Rémi_Pierre
      Thomas Sankara : un Chavez avant l’heure

      Bon ben alors mes parents avaient pour langue maternelle le catalan, il faut interdire le francais a Perpignan pour lutter contre cet imperialisme parisien insupportable sur la province.


    • #476585
      le 28/07/2013 par Clarisse
      Thomas Sankara : un Chavez avant l’heure

      Hugo Chavez s’adressait à son peuple en espagnol, langue hérité des colons... Tous les peuples de la terre ont été à un moment donné de leur histoire influencés par les coutumes, langues, religion... de leur envahisseurs. Cela ne les a pas empêché dans les décennies ou siècles qui ont suivi de se battre pour leur identité ou leur aspirations patriotiques. Ma société franco-gauloise fournit des équipements industriels à l’Iran, ce sont les rares (avec les Chinois) qui travaillent automatiquement en anglais, cela n’a rien de politique, c’est de la communication. Pour l’anecdote, ceux qui refusent catégoriquement de bosser en anglais sont les espagnols, les italiens et bien naturellement les russes.

      J’en profite pour remercier E&R pour ce magnifique documentaire !


    • #476645

      il faut d’abord balayer devant sa porte : en France, la langue de Molière est en voie d’effondrement ( il suffit de comparer les écrivains d’il y a encore 50 ans avec Marc Lévy ou Guillaume Russo, et idem avec les hommes politiques)...de plus, nous sommes obligés- le mot n’est pas trop fort- de parler anglais et ce, dès la maternelle- ou presque !


  • #475363
    le 26/07/2013 par Antonin
    Thomas Sankara : le Chavez africain

    Merci à E&R et à Vincent Lapierre pour ces vidéos très instructives. Continuez


  • #475381
    le 26/07/2013 par marion
    Thomas Sankara : le Chavez africain

    Thomas SANKARA a une grande place dans la réflexion des burkinabés, ils ont, a mon avis, encore bcp de ressources. Contrairement aux occidentaux qui ont troqué la liberté contre le confort, ils n’ont ,pour le moment, pas peur de se battre pour leurs droits. Je respecte ce peuple qui aime son pays, et veut se battre pour qu’il soit meilleur.
    Alors, camarades, n’oublions pas que chaque jour, ne serait-ce que par des gestes simples, nous pouvons faire bouger les choses. Si nous tous ,petits, nous unissons, alors nous deviendrons forts. ça prendra peut être du temps, mais nous pouvons participer à l’amélioration de notre nation parce qu’il y a encore du boulot !!! Cependant, préparer un avenir meilleur à nos enfants est une motivation puissante !!!
    Bien à vous tous, combattants de coeur !


  • #475608
    le 26/07/2013 par Jean
    Thomas Sankara : le Chavez africain

    Thomas Sankara était un sacré bonhomme !
    Il semblait vraiment étre seul (conscient) dans son combat,on lui a reproché de ne pas savoir délégué mais le pouvait t’il vraiment ?

    Dommage qu’il ne fut pas soutenu jusqu’au bout et qu’il y eu une incompréhension du véritable enjeu de cette révolution.
    Séba a compris qu’une des raisons de cet échec est le manque d’éducation du peuple.

    Il est drole de constater que nous avons le meme problème d’indépendance et de souveraineté en France et que si un homme du Calibre de Sankara prenait le pouvoir, le manque d’éducation des Francais serait également un frein puissant a une révolution ainsi qu’un outil de destabilisation redoutable.

    L’éveil des consciences n’est pas une étape a prendre a la légère !

    Cet homme respirait la bonté et la simplicité,bravo a lui pour le bien qu’il a fait pour son peuple et l’exemple qu’il est encore aujourd’hui pour le monde.


  • #475715
    le 26/07/2013 par solaine
    Thomas Sankara : le Chavez africain

    ...Jérôme,
    Parler la langue de l’envahisseur n’est pas un problème, ça permet de se faire comprendre, mais lui laisser main libre sur tes ressources naturelles ou l’achat à vil prix, c’est là où ça coince, il faudrait que les Africains reprennent la main... !!!


  • #475792
    le 27/07/2013 par Stenka
    Thomas Sankara : le Chavez africain

    Chavez, un Sankara Sud-Amréricain...


  • #475951
    le 27/07/2013 par Syra de Tarade
    Thomas Sankara : le Chavez africain

    Merci à Egalité et réconciliation de nous faire connaitre des figures d’hommes politiques intègres et courageux qui travaillent pour leurs peuples et non pour se remplir les poches...
    comme quoi c’est possible...
    A quand une vidéo sur Garcia Moréno président équatorien assassiné, sur Antonio de Olivera Salazar président Portugais ? Et ce serait une apotéose de nous montrer enfin le vrai visage du Maréchal Petain et ce que fût réellement son action sous l’occupation pour réhabiliter sa mémoire ...


  • #476205

    A l’intention de ceux qui voudraient en savoir encore plus, la fiche Wikipedia anglophone de Sankara, http://en.wikipedia.org/wiki/Thomas... est un travail de très bon niveau, et très informative.


  • #476782
    le 28/07/2013 par Philippe de Macedoine
    Thomas Sankara : le Chavez africain

    Je vous invite à noter quelques points :
    - Chavez et Sankara partagent ce trait particulier que leur humour fédérait et était l’expression sincère de leur très grande humanité. L’humour de Chavez était décapant tandis que celui de Sankara était tout en subtilité et en douceur. Il s’agit d’humour populaire et non pas du cynisme de cour, vieux substrat de la préciosité du XVIIIe (Céline ou Rabelais contre Voltaire pour faire simple). Il y a à mon avis une réflexion à mener là dessus : l’humour comme élément déterminant le grand homme et élément constitutif d’une révolution apaisée. (Je pense aussi au Général tançant Malraux après sa contre-manif en 1968).
    - C’est un reportage Arte (le système) mais, malgré tout, il ne tombe pas dans la caricature et ne présente que le côté positif de Sankara (si tant est qu’il eût un côté négatif). C’est intrigant. Reste-t-il des journalistes qui font leur travail et les a-t-on trouvés sur Arte ? Ou alors, journalistes et directeurs de chaîne sont-ils si idiots qu’ils ne se sont pas rendu compte qu’ils passaient un vrai message subversif pour une fois ?
    - Ha pardon... je suis naïf... Ce reportage montre Chirac le salaud contre Mitterrand le gentil vieux monsieur... C’est ça le système gaucho-bobo... La colonisation, c’est pas nous c’est la droite.
    - J’ai été choqué quand j’ai vu Mitterrand donner des conseils au jeune chef d’état africain avec une condescendance abominable. C’est lui la Françafrique. En traitant Sankara comme un petit merdeux fougueux, il a insulté tout un pays, c’est presque du même niveau que le discours de Sarkozy à Dakar.


  • #477028

    Il faut aussi savoir que Sankara était mi-peul mi-mossi. Cela a aussi contribué à sa chute alors que certains Mossis avaient de la difficulté à accepter le pouvoir d’un "bâtard". Au contraire, Compaoré est Mossi, l’ethnie majoritaire. Son célèbre cri de ralliement "Pouvoir au peuple" était ainsi détourné ironiquement en "pouvoir aux peuls" ! S’il avait osé parlé le peul-fulfufé plutôt que le Mooré (mossi), le clivage aurait été bien pire.

     

  • #487026
    le 07/08/2013 par atome
    Thomas Sankara : le Chavez africain

    sankara n’est pas un chavez africain,c’est chavez qui est un sankara sud-americain !


Afficher les commentaires suivants