Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Toka, une cyberarme israélienne bien pire que Pegasus

Dimanche dernier, une enquête sur l’utilisation abusive dans le monde entier d’un logiciel d’espionnage mis au point par des vétérans de l’unité 8200 des services de renseignement israéliens a attiré l’attention de tous, car il a été révélé que ce logiciel, vendu à des gouvernements démocratiques et autoritaires, avait été utilisé pour espionner illégalement quelque 50 000 personnes.

[...]

Alors que le NSO Group est devenu tristement célèbre, d’autres sociétés israéliennes ayant des liens encore plus étroits avec l’appareil de renseignement israélien vendent des logiciels qui non seulement fournissent exactement les mêmes services aux gouvernements et aux agences de renseignement, mais prétendent aller encore plus loin.

 

Pire que Pegasus

Toka a été lancé en 2018 dans le but explicite de vendre un « écosystème sur mesure de cybercapacités et de produits logiciels pour les organismes gouvernementaux, d’application de la loi et de sécurité ». Selon un profil de l’entreprise publié dans Forbes peu après son lancement, Toka s’est annoncé comme « un magasin unique de piratage pour les gouvernements qui ont besoin de capacités supplémentaires pour lutter contre les terroristes et d’autres menaces pour la sécurité nationale dans le domaine numérique ».

[...]

Aujourd’hui, la suite logicielle de Toka prétend offrir à ses clients des services de police, du gouvernement et du renseignement la possibilité d’obtenir des « renseignements ciblés » et de mener des « enquêtes médico-légales » ainsi que des « opérations secrètes ». En outre, Toka propose aux gouvernements son service « Cyber Designers », qui fournit aux « agences les stratégies à spectre complet, les projets personnalisés et les technologies nécessaires pour assurer la sécurité et la durabilité des infrastructures critiques, du paysage numérique et des institutions gouvernementales ».

Étant donné que Pegasus de NSO ne cible que les smartphones, la suite de piratage de Toka – qui, comme Pegasus, est également classée comme un produit d’« interception légale » – est capable de cibler n’importe quel appareil connecté à Internet, y compris, mais pas seulement, les smartphones. En outre, sa clientèle cible est la même que celle de Pegasus, ce qui offre aux gouvernements une occasion facile d’accéder à encore plus de capacités de surveillance que celles offertes par Pegasus, mais sans risquer la notoriété dans les médias, puisque Toka a longtemps évité les feux de la rampe et est aujourd’hui plus ou moins protégée par le bad buzz de NSO.

En outre, alors que Toka professe que ses produits ne sont utilisés que par des gouvernements et des agences « de confiance » pour combattre le « terrorisme » et maintenir l’ordre et la sécurité publique, l’argumentaire de vente de Pegasus du groupe NSO est remarquablement similaire, et cet argumentaire n’a pas empêché son logiciel d’être utilisé pour cibler les dissidents, les politiciens et les journalistes. Il permet également à bon nombre des mêmes groupes qui sont clients de Toka, comme les agences de renseignement, d’utiliser ces outils dans le but d’obtenir des effets de levier via du blackmailing.

Lire l’article entier sur linkedin.com

 

Pegasus et la surveillance des Français, sur E&R :

 






Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2777015
    Le 31 juillet à 14:49 par homme_des_fôrets
    Toka, une cyberarme israélienne bien pire que Pegasus

    Pour pirater un appareil informatique (smartphone ou pc), il faut y installer un logiciel et donc avoir accès à l’appareil cible.
    On nous dit que pour pegasus, ce logiciel peut être installé a distance via des supposées failles sur les systèmes android ou apple !
    En théorie, cela est possible, mais le bon sens dit qu’il y a des ingénieurs et informaticiens de hauts vols qui travaillent tous les jours pour corriger ce genre de faille et sécuriser leur système.
    Donc soit il y a failles qui sont voulues bénéficiant aux auteurs de pegasus et donc google et apple se sont entendus avec les auteurs de pegasus, soit s’il y a bien des failles, elles seront corrigées ce qui rendra pegasus inopérant jusqu’à ce que pegasus trouve d’autres failles a exploiter !

    Et désormais il y aurait pire que pegasus !
    Une autre hypothèse, dirait que tout cela n’est que du bluff surtout quand on connaît d’où vient ce genre d’histoires.

    Peut être que ces histoires pourront produire une réflexion qui amènera à la conclusion qu’il serait peut être tant de développer des os open source pleinement fonctionnel sur smartphone (car il y a déjà entre autre linux debian pour les ordis) et surtout du matériel également open source car les attaques peuvent également se produire au niveau du matériel.

    M’enfin, c’est juste une idée probablement a creuser.

     

    Répondre à ce message

    • #2777155

      D’accord avec vous : la publicité faite autour de cette affaire est suspecte et si Israël dispose d’une telle technologie, pourquoi pas le reste du monde, dont la Chine et la Russie ? Comme si les Français, les Allemands ou les Américains n’avaient pas d’ingénieurs qualifiés ?!

       
    • #2777242
      Le 1er août à 12:58 par letroudanslatete
      Toka, une cyberarme israélienne bien pire que Pegasus

      Il faut effectivement installer un logiciel... mais avoir accès à l’appareil cible n’est pas requis si l’accès se fait par "une mise a jour" ordinaire et si régulière. Dans ce cas 1 accès au serveur envoyant les mises à jour permet d’infecter une quantité astronomique d’appareils. Mais oui pour l’open source... plus c’est ouvert et simple, plus est facile de constaté une intrusion. Ce n’est pas en compliquant la chose qu’on empêchera les intrus d’entrée. Il est bien plus facile de constaté un cambrioleur dans un studio que de le retrouver un chateaux de 25 pièces muni de 36 alarmes...

       
    • #2777483

      Tu as entièrement raison camarade, cela fait plus de 20 ans que les OS Windows sont livrés avec certaines bibliothèques en format objet, sans que Microsoft n’en possède le code source. Il en est de même pour les anti virus qui doivent laisser des backdoor pour les "services gouvernementaux". Même chose pour les routeurs Internet (Box) que nous avons chez nous, peu importe la taille du mot de passe ou du type d’encryption.
      Le sommet sera atteint avec les objets connectés quand potentiellement chaque objet de nos maisons sera un espion en puissance (merci le CPL et Linky)

       
    • #2777492
      Le 2 août à 09:21 par homme_des_fôrets
      Toka, une cyberarme israélienne bien pire que Pegasus

      @letroudanslatete,

      Parce que tu crois que les serveurs google ou apple ne sont pas sécurisés ? Qu’un vilain pirate peut passer par ces serveurs pour infecter une quantité astronomique d’appareils ?
      Ou peut être crois tu que google ou apple laisser des failles ou backdoor exprès en étant de mèche avec les pirates ?

      Tu m’as l’air de bien porter ton pseudo pour la bonne raison qu’un serveur google ou apple est également sécurisé. Donc sous entendre qu’infecter une quantité astronomique via les serveurs google ou apple serait un fait est fort de café !

       
    • #2778115

      backdoors volontaires officialisées de longue date...

       
  • #2777091
    Le 1er août à 03:45 par En roue libre
    Toka, une cyberarme israélienne bien pire que Pegasus

    Ils ne se cachent même plus

     

    Répondre à ce message

  • #2777107

    Difficile de croire que seul Israël maîtrise ces technologies ! Comme si la France, les Etats-Unis ou la Chine n’avaient pas les moyens et les compétences de développer leurs propres systèmes d’espionnage….

     

    Répondre à ce message

    • #2777352

      Certains se donnent les moyens dans des domaines plus tortueux quand d’autres ne saisissent peut être pas assez l’importance de ces domaines, question de stratégie d’investissement.

       
  • #2777278
    Le 1er août à 20:23 par contempor
    Toka, une cyberarme israélienne bien pire que Pegasus

    Il paraît que Pegasus va révéler la liste des ’’amants’’ de Macron...
    ...ça promet !
    Brigitte la potiche est en trans...

     

    Répondre à ce message

  • #2777693

    Je crois que ça ne peut marcher qu’avec le concours de Google et Apple qui laissent des portes dérobées à disposition des autorités compétentes….

     

    Répondre à ce message