Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Transcription inverse de l’ARN du SARS-CoV-2 et intégration dans le génome humain

Une étude, passée inaperçue du grand public, sortie le 13 décembre 2020, tend à démontrer que le virus SARS-CoV-2 est capable d’une rétro-transcription qui viendrait modifier l’ADN du patient infecté. Ceci expliquerait pourquoi des patients déjà infectés, et guéris, excréteraient encore de l’ARN viral des semaines et des mois plus tard. La bizarrerie de ce virus ne laisse de surprendre et étonner encore.

 

La Rédaction d’E&R a traduit le résumé et l’introduction de cette longue étude, pour les mettre à la connaissance de ses lecteurs et du grand public en général.

À noter que le site bioRxiv, conscient du caractère très sensible des informations pouvant paraître dans leurs colonnes, en particulier sur le sujet du Covid19, s’est fendu d’un avertissement qui semble à notre sens bienvenu dans le sens où ce sujet est très technique et ne devrait pas prêter le flanc aux théories les plus fumeuses, mais ne devrait pas non plus être passé sous silence :

bioRxiv reçoit de nombreux nouveaux articles sur le coronavirus SARS-CoV-2. Un rappel : il s’agit de rapports préliminaires (pre-print) qui n’ont pas été examinés par des pairs (peer-review). Ils ne doivent pas être considérés comme concluants, ni guider la pratique clinique ou le comportement en matière de santé, ni être rapportés dans les médias comme des informations établies.

 

Les rédacteurs de cette étude sont :

Liguo Zhang
Whitehead Institute for Biomedical Research, Cambridge, MA, USA

Alexsia Richards
Whitehead Institute for Biomedical Research, Cambridge, MA, USA

Andrew Khalil
Whitehead Institute for Biomedical Research, Cambridge, MA, USA
John A. Paulson School of Engineering and Applied Sciences, Harvard University, Cambridge, MA, USA
Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering, Harvard University, Cambridge, MA, USA

Emile Wogram
1Whitehead Institute for Biomedical Research, Cambridge, MA, USA

Haiting Ma
Whitehead Institute for Biomedical Research, Cambridge, MA, USA

Richard A. Young
Whitehead Institute for Biomedical Research, Cambridge, MA, USA
Department of Biology, Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, MA, USA

Rudolf Jaenisch
Whitehead Institute for Biomedical Research, Cambridge, MA, USA Department of Biology, Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, MA, USA

 

Résumé

L’excrétion prolongée de l’ARN du SARS-CoV-2 et la récurrence des tests PCR-positifs ont été largement rapportées chez les patients après leur guérison, même si ces patients sont le plus souvent non infectieux. Nous avons étudié ici la possibilité que les ARN du SARS-CoV-2 puissent faire l’objet d’une transcription inverse et être intégrés dans le génome humain et que la transcription des séquences intégrées puisse expliquer les tests PCR positifs.

À l’appui de cette hypothèse, nous avons trouvé des transcrits chimériques constitués de séquences virales fusionnées à des séquences cellulaires dans des ensembles de données publiés de cellules cultivées infectées par le SARS-CoV-2 et de cellules primaires de patients, ce qui correspond à la transcription de séquences virales intégrées au génome.

Pour corroborer expérimentalement la possibilité d’une rétro-intégration virale, nous décrivons les preuves que les ARN du SARS-CoV-2 peuvent être transcrits de manière inverse dans des cellules humaines par la transcriptase inverse (TI) à partir d’éléments LINE-1 ou par la TI du VIH-1, et que ces séquences d’ADN peuvent être intégrées dans le génome cellulaire et être ensuite transcrites.

L’expression endogène humaine de LINE-1 a été induite lors de l’infection par le SARS-CoV-2 ou par l’exposition aux cytokines dans des cellules en culture, ce qui suggère un mécanisme moléculaire de rétro-intégration du SARS-CoV-2 chez les patients. Cette nouvelle caractéristique de l’infection par le SARS-CoV-2 peut expliquer pourquoi les patients peuvent continuer à produire de l’ARN viral après leur guérison et suggère un nouvel aspect de la réplication des virus à ARN.

 

Introduction

Des tests PCR positifs continus ou récurrents pour le SARS-CoV-2 ont été signalés chez des patients des semaines ou des mois après la guérison d’une infection initiale. Bien qu’une réinfection de bonne foi du SARS-CoV-2 après la guérison ait été signalée récemment, des études de cohorte avec mise en quarantaine stricte des sujets guéris du COVID-19 ont suggéré que les cas de nouveaux positifs n’étaient pas dus à une réinfection. En outre, aucun virus capable de se répliquer n’a été isolé ou propagé à partir de ces patients PCR-positifs.

La cause d’une telle production prolongée et récurrente d’ARN viral est inconnue. En tant que virus à ARN à brin positif, le SARS-CoV-2 et d’autres bêta-coronavirus comme le SARS-CoV-1 et le MERS utilisent une ARN polymérase ARN-dépendante pour répliquer leur ARN génomique et transcrire leurs ARN sous-génomiques. Il est possible que les ARN du SARS-CoV-2 fassent l’objet d’une transcription inverse et s’intègrent dans le génome humain, et que la transcription des copies d’ADN intégrées soit responsable des tests PCR positifs.

Une activité de transcriptase inverse (TI) endogène a été observée dans les cellules humaines, et il a été démontré que les produits de la transcription inverse s’intègrent dans le génome. Par exemple, il a été démontré que les transcriptions de l’APP sont transcrites de manière inverse par la RT endogène, les fragments d’APP résultants étant intégrés dans le génome des neurones et transcrits. Les éléments humains LINE-1 (environ 17 % du génome humain), un type de rétrotransposons autonomes, sont une source potentielle de RT endogène, capables de se rétrotransposer eux-mêmes et d’autres éléments non autonomes tels que Alu.

 

L’article scientifique en entier (et en anglais) : bioRxiv.

Le virus SARS-CoV-2, un bien curieux virus :

 






Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Ayons du bon sens et de l’humilité...

    Notre "science" n’a pas fait de réels progrès spectaculaires en matière de curatif, elle en a fait essentiellement en terme de diagnotiques et c’est ce qui donne l’impression que cette médecine aurait "fait d’extraordinaires progrès".

    Cette médecine est devenu un enjeu financier majeur grâce :
    - au brevetage des molécules qui rapporte des sommes colossales de royalties,
    - à l’amortissement de l’achat d’appareils de diagnotiques de plus en plus sophistiqués et archi onéreux.

    C’est donc le patient, devenu "client" entre temps, qui paye le coût exorbitant de cette médecine et plus particulièrement la Sécu pour la France.

    Il y a là une manne énorme que reluquent les BlackRock et autre Vanguard qui attendent de récupérer cette industrie de profits exponentiels... comme les retraites.

    Cette techno permet d’observer l’organisme humain au niveau du plus petit élément. La conséquence est calamiteuse car elle exclue de facto le fonctionnement parfaitement holistique de tout organisme vivant.

    A force de vouloir trouver une unique "cause originelle" à toute maladie, dysfonctionnement par l’isolement de la plus petite particule observable, on finit par croire que le ciblage sur cette infime particule isolée permettra de soigner (!) en agissant, souvent chimiquement, sur cet élément microscopique. C’est erreur totale.

    Tout organisme vivant vit en mode holistique, en interaction intégrale extérieur / intérieur. C’est pourquoi la médecine moderne, à études séparatives, ne peut soigner mais seulement taire les symptômes.

    Ce choix consistant à cibler uniquement les symptômes entretien les gens dans un état de "bobos chroniques", ce qui est beaucoup plus rentable pour Big Pharma. Tout le monde ici l’aura compris.

    Démontrer la fonction de transcription inverse de l’ARN (qui est en réalité la grande découverte de Beljanski) ne permettra pourtant pas de trouver un remède miracle, ni pour le corona19 ni pour tout autre pathologie... parce que notre organisme fonctionne par une interaction très mystérieuse que la science d’aujourd’hui est infichue de comprendre puisqu’elle n’étudie que par isolement des parties.

    L’Artemisia anua

    ou afra

    est l’exemple notoire qui illustre cette interaction géniale. C’est la composition intégrale de la plante qui soigne la malaria et non l’unique artémisine qui la compose !

     

    Répondre à ce message

  • #2703709

    La conclusion que des rétrovirus intègrent leur code génétique dans le notre, ce qui est connu depuis un moment, est que c’est potentiellement ainsi, et entre autres, que la nature fait évoluer l’ensemble des êtres vivants.

    Nez simiesque des africains, forme phalloïde de champignons, pour ne prendre que 2 exemples frappant, l’échange dans le vivant que l’on pensait vertical (ressemblance frappante d’un fœtus avec un poulet, partage du nombre d’os et de leur agencement pour les mammifères, ainsi que leurs hormones sexuelles identiques, cellule énergétique identique pour tout ce qui bouffe de l’oxygène etc) est donc également horizontal inter espèce, voire inter règnes.

    Dans ce cas ce sont donc probablement les organismes vivants qui fabriquent les virus. Ce qui va dans le sens d’une vie formée autour des microzymas.

     

    Répondre à ce message

  • Ce terme de "transcrit chimérique"... évoque un virus de grippe avec des rajouts en laboratoire.
    Et une sale bête à tête(s) humaine(s).
    Chimères, chimères. Tout leur plan va finir en chimère.
    Quoi qu’il en soit, il faudra bien se relever, après cette "guerre".
    Que les bons et les vaillants la gagnent à plate couture.

     

    Répondre à ce message

  • Ce qui est sûr c’est qu’il s’agit du virus de la folie !

     

    Répondre à ce message

  • Donc, plus tard si les gens ont des problèmes qui peuvent être expliqué par l’altération de génome ils vont nous dire que c’est ce mystérieux "covid19" et non pas le vaccin ARNm. Il n’y a même pas d’infos accessibles aux grand public démontrant qu’un nouveau virus a été isolé à part des déclarations du gouvernement de Wuhan et du CDC. Les prétendu vagues ont été fabriquées a base de jeux numériques, voir de fraude, et de tests PCR qui n’étaient pas valides dès le début. (Voir https://cormandrostenreview.com/ )

    Tout ça a été planifié par les ’oligarques’ pour poursuivre le projet.."planétaire".

    Un chercheur (agent/sayan) de confession "non-catholique" états-unien s’est déplacé de l’US à Manitoba pour un centre de virologie connu pour ses recherches d’application militaire, puis de là au centre de recherches douteuses de Wuhan peu de temps avant le déclenchement de la prétendu pandémie. Depuis, tous les gouvernements se sont pliés (sauf une ou deux en Afrique) soit par une pression inouïe soit pour volontairement cacher quelque chose des peuples.

    Le moins qu’on puisse dire c’est que les médias et les gouvernements ont menti aux peuples pendant plus d’un an pour mener à une campagne de vaccination extrêmement douteuse.

     

    Répondre à ce message

  • Silvano Trotta avait relayé ces chercheurs italiens, parlant également du fait qu’ils auraient prouvé que le virus infecte aussi les bactéries, qui sont ensuite capables de produire des virions en l’absence du virus :
    https://www.affaritaliani.it/corona...
    http://www.craniomed.it/

    D’où la présence dans la flore intestinale et les selles (eaux usées), d’où l’efficacité des antibiotiques, ...

    Il faudrait évidemment une expertise pour évaluer tout ça.

    Idriss Aberkane l’a expliqué dans une vidéo récente, la revue par les pairs est un début mais ça ne garantit absolument rien, c’est presque une blague en fait souvent.

     

    Répondre à ce message

  • Sans être spécialiste de la question, il est évident que les cocktails qu ils veulent nous injecter sont dangereux pour la santé (c est le but). Alors qu il existe des méthodes thérapeutiques pour soigner, on interdit aux médecins de le faire et d utiliser des molécules qui ont fait leurs preuves : hcq, IVERMECTINE, azythromicine....
    Des spécialistes en virologie, immunologie et en médecine dont le Pr Fourtillan et le Dr Maudrux ont bien décrit les effets dévastateurs sur le corps de ces poisons (maladies auto-immunes, corps transformé en ogm,
    Ces ordures du gvt dont veran accelere la vaccination en créant des vaccinodromes (pour piquer le betail) avec le consentement de médecins (au courant des dangers de la piqouze). Et beaucoup de moutons vont réclamer la piqure salvatrice dont bfmwc ou tf1 vantent les mérites
    Dans peu de temps les cas de décès ou d effets secondaires vont exploser (évidemment on va attribuer ça aux nouveaux variants (sud africain ou de Papouasie) et ça va passer comme une lettre à la poste
    Tant qu il y aura des abrutis mougeons prêts à se faire piquer, les doses vaccinales vont vite s écouler
    De toute façon les gens lobotomisés ne méritent que ce qu il leur arrive

     

    Répondre à ce message

    • #2704628

      Arrêtez de jeter la pierre aux autres, informez les plutôt. Beaucoup de gens n’ont pas internet, il faut arrêter de croire que vous êtes meilleurs qu’eux. Vous avez juste croisé dans votre vie des gens courageux, croyants au Bien et capables de se battre pour la Vérité. Eux n’ont pas eu encore cette chance alors soyez pour eux cette chance !

       
    • @je réfléchis 2 secondes
      Ecoute camarade je n ai pas de leçons a recevoir de ta part car le travail d informations ou de reinformations, je le fais depuis 1 an , auprès de mes proches ou de connaissances et sur internet et RS
      Donc je fais ma part du taf concernant l eveil des consciences cher à E&R et Alain Soral
      Mon commentaire s adressait particulièrement aux covidiots, les mêmes qui mettent la muselière jusque sous les yeux même en extérieur, qui vont se tester sans justification, et vont se faire piquer avec la piqouze miracle. Je ne parle pas des personnes âgées (souvent non informées ou du moins via bfmwc ou tf1) et victimes collatérales de la folie du COUILLONAVIRUS
      Donc oui je reitere, les personnes qui se font piquer en connaissance de cause et qui ont des complications, et bien elles le méritent, y a mele parmi elles des médecins ou personnels soignants c est dire la lobotomisation des cerveaux
      Et je suis désolé mais a l heure d internet (j exclue les personnes âgées, souvent non familières avec i outil) et bien si on n est pas informé de la réalité c est qu on ne le veut pas

       
    • #2705960

      @Nono Donc pour toi les Sdf enfermés de force et testés de force sont des cons parce qu’ils n’ont pas internet ?! Sans commentaire... ton raisonnement est celui du mec bourgeois qui ne comprend rien à la réalité car il croit que tout le monde vit comme lui.

       
  • L’abetissement généralisé de la population par la propagande, le saccage de l’éducation nationale,l’éclatement de la famille ne suffit plus à tenir le couvercle de la marmite. On passe donc à la vitesse supérieure : la modification génétique afin de rabaisser encore la capacité de réaction des masses.

     

    Répondre à ce message

  • Rappelons que le QI est essentiellement lié à des facteurs génétiques.....

     

    Répondre à ce message

  • Ce qui relevait de l’hypothèse devient une quasi-certitude.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents