Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"La question de l’origine du SARS-CoV-2 se pose sérieusement"

Naturelle ou synthétique ?

Étudier l’origine de SARS-CoV-2 est une démarche scientifique qui ne peut être assimilée à une thèse complotiste. De plus, j’insiste sur le fait que, tant qu’on n’aura pas trouvé l’hôte intermédiaire, cette hypothèse d’un échappement accidentel ne peut être écartée par la communauté scientifique. […] La question de l’origine naturelle ou synthétique du SARS-CoV-2 ne doit pas dépendre d’un agenda politique ou de logiques de communication. Elle mérite d’être examinée à la lumière des données scientifiques à notre disposition.

Soyons rigoureux jusqu’au bout ! Si le SARS-CoV-2 s’est retrouvé dans la nature après avoir été bidouillé en laboratoire, on peut certes imaginer qu’il s’en soit échappé accidentellement, mais aussi qu’on l’y ait un peu aidé…

-La Rédaction d’E&R-

 


 

Près d’un an après que l’on a identifié le coronavirus SARS-CoV-2, les chercheurs n’ont toujours pas déterminé comment il a pu se transmettre à l’espèce humaine. Le virologue Étienne Decroly fait le point sur les différentes hypothèses, dont celle de l’échappement accidentel d’un laboratoire.

 

Le SARS-CoV-2, qui a rapidement été identifié comme le virus à l’origine de la Covid-19 est, après le SARS-CoV en 2002 et le MERS-CoV en 2012, le troisième coronavirus humain responsable d’un syndrome respiratoire sévère à avoir émergé au cours des vingt dernières années. On connaît désormais bien cette famille de virus qui circulent principalement chez les chauves-souris, et dont le transfert zoonotique (Une zoonose est une maladie infectieuse qui est passée de l’animal à l’homme.) provoque épisodiquement des épidémies chez l’humain. Il est donc crucial de comprendre comment ce virus a passé la barrière d’espèce et est devenu hautement transmissible d’homme à homme. […]

[…]

[…] Pour faire bref, le SARS-CoV-2 est génétiquement plus proche de souches virales qui ne se transmettaient jusqu’alors qu’entre chauves-souris. Il ne descend pas de souches humaines connues et n’a acquis que récemment la capacité de sortir de son réservoir animal naturel qui est probablement la chauve-souris.

Aucune épidémie liée à la transmission directe de la chauve-souris à l’homme n’ayant été démontrée à ce jour, on pense que la transmission à l’humain doit plutôt s’effectuer via une espèce hôte intermédiaire dans laquelle les virus peuvent évoluer puis être sélectionnés vers des formes susceptibles d’infecter des cellules humaines. Afin d’identifier cette espèce intermédiaire, on examine habituellement les relations phylogénétiques entre le nouveau virus et ceux provenant d’espèces animales vivant près de la région d’émergence ; c’est cette méthode qui a permis d’établir que la civette a été probablement l’hôte intermédiaire du SARS-CoV au début des années 2000, et le dromadaire celui du MERS-CoV dix ans plus tard. La découverte dans le génome de coronavirus infectant des pangolins d’une courte séquence génétique codant pour le domaine de reconnaissance du récepteur ACE-2, apparenté à celle qui permet à SARS-CoV-2 de pénétrer les cellules humaines, a un temps fait penser qu’on tenait un possible hôte intermédiaire, mais le restant de son génome est trop distant du SARS-CoV-2 pour être un ancêtre direct.

Le SARS-CoV-2 aurait ainsi pu résulter de recombinaisons multiples entre différents CoV circulant chez le pangolin et la chauve-souris, ce qui aurait conduit à une adaptation ayant rendu possible la transmission du virus à l’humain. La pandémie de Covid-19 proviendrait secondairement du contact avec l’hôte intermédiaire, éventuellement vendu sur le marché de Wuhan. Cette hypothèse pose cependant de nombreux problèmes. Tout d’abord à cause de la géographie : les échantillons viraux de chauves-souris ont été recueillis dans le Yunnan, à près de 1500 km de Wuhan où a éclaté la pandémie. Ensuite pour une raison écologique : chauves-souris et pangolins évoluent dans des écosystèmes différents et on se demande à quelle occasion leurs virus auraient pu se recombiner. Et surtout, on note que le taux d’identité entre les séquences de SARS-CoV-2 et celles issues du pangolin n’atteint que 90,3 %, ce qui est bien inférieur aux taux habituellement observés entre les souches infectant l’humain et celles infectant l’hôte intermédiaire. Par exemple, le génome du SARS-CoV et celui de la souche de civette dont il descendait partagent 99 % d’identité.

[…]

Dans les zoonoses, les hôtes intermédiaires se retrouvent généralement parmi les animaux d’élevage ou sauvages en contact avec les populations. Or, en dépit des recherches de virus dans les espèces animales vendues sur le marché de Wuhan, aucun virus intermédiaire entre RaTG13 et le SARS-CoV-2 n’a pu être identifié à ce jour. Tant que ce virus intermédiaire n’aura pas été identifié et son génome séquencé, la question de l’origine de SARS-CoV-2 restera non résolue. Car en l’absence d’éléments probants concernant le dernier intermédiaire animal avant la contamination humaine, certains auteurs suggèrent que ce virus pourrait avoir franchi la barrière d’espèce à la suite d’un accident de laboratoire ou être d’origine synthétique.

On ne peut éliminer l’hypothèse [que le SARS-CoV-2 soit sorti d’un laboratoire], dans la mesure où le SARS-CoV qui a émergé en 2003 est sorti au moins quatre fois de laboratoires lors d’expérimentations. Par ailleurs, il faut savoir que les coronavirus étaient largement étudiés dans les laboratoires proches de la zone d’émergence du SARS-CoV-2 qui désiraient entre autres comprendre les mécanismes de franchissement de la barrière d’espèce. Toutefois, pour l’instant, les analyses fondées sur la phylogénie des génomes complets de virus ne permettent pas de conclure définitivement quant à l’origine évolutive du SARS-CoV-2.

On dispose de trois grands types de scénarii pour expliquer comment SARS-CoV-2 a acquis son potentiel épidémique. Premièrement, il s’agit d’une zoonose. La Covid-19 est due au franchissement récent de la barrière d’espèce par le coronavirus. Dans ce cas, on doit retrouver un virus plus proche que RaTG13 dans une espèce domestique ou d’élevage. Pour rappel, ce n’est toujours pas le cas. Deuxième scénario, il pourrait également s’agir d’un coronavirus différent de SARS-CoV ou de MERS-CoV, qui se serait adapté à l’humain il y a déjà plusieurs années, qui aurait circulé jusqu’ici à bas bruit, et qu’une mutation récente aurait rendu plus transmissible d’homme à homme. Pour étayer ce cas de figure, il faudrait pouvoir analyser les échantillons viraux de personnes décédées de pneumonies atypiques dans la zone d’émergence avant le début de la pandémie. Enfin, il reste la possibilité que SARS-CoV-2 descende d’un virus de chauves-souris isolé par les scientifiques lors des collectes de virus et qui se serait adapté à d’autres espèces au cours d’études sur des modèles animaux en laboratoire ; laboratoire dont il se serait ensuite échappé accidentellement.

Étudier l’origine de SARS-CoV-2 est une démarche scientifique qui ne peut être assimilée à une thèse complotiste. De plus, j’insiste sur le fait que, tant qu’on n’aura pas trouvé l’hôte intermédiaire, cette hypothèse d’un échappement accidentel ne peut être écartée par la communauté scientifique. À ce jour, les études scientifiques n’ont apporté aucun élément définitif qui démontrerait cette hypothèse ; il n’en demeure pas moins que des analyses plus approfondies sont nécessaires pour trancher. La question de l’origine naturelle ou synthétique du SARS-CoV-2 ne doit pas dépendre d’un agenda politique ou de logiques de communication. Elle mérite d’être examinée à la lumière des données scientifiques à notre disposition.

[…]

[L’hypothèse du Pr Montagnier selon laquelle le SARS-CoV-2 serait une chimère virale créée dans un laboratoire chinois entre un coronavirus et le virus de l’immunodéficience humaine (VIH)] n’est en tout cas plus considérée comme [sérieuse] par les spécialistes, qui en ont réfuté les principales conclusions. Néanmoins, elle part d’une observation tout à fait sérieuse et importante pour la compréhension du mécanisme d’infection de SARS-CoV-2 : il a été découvert que le gène codant la protéine Spike contient quatre insertions de courtes séquences que l’on ne retrouve pas chez les CoV humains les plus proches génétiquement. Ces insertions confèrent probablement des propriétés remarquables à la protéine Spike de SARS-CoV-2. Des études structurales indiquent que les trois premières insertions sont localisées sur des domaines exposés de la protéine S et jouent donc probablement un rôle dans l’échappement du virus au système immunitaire de l’hôte.

La quatrième insertion est plus récente et fait apparaître un site sensible aux furines, des enzymes protéases produites par les cellules de l’hôte. Il est aujourd’hui clairement démontré que le clivage de Spike par les furines induit un changement de conformation favorisant la reconnaissance du récepteur cellulaire ACE2. S’interrogeant sur l’origine de ces insertions, des chercheurs ont affirmé dans une prépublication qu’au niveau de ces séquences, la protéine Spike de SARS-CoV-2 présenterait des similarités troublantes avec des séquences de fragments du virus VIH-1. Très critiqué pour ses faiblesses méthodologiques et ses erreurs d’interprétation, l’article a été retiré du site bioRxiv.

Cette hypothèse serait donc restée anecdotique si, en avril 2020, Luc Montagnier, prix Nobel de médecine pour ses travaux sur le VIH, ne l’avait relancée en proclamant que ces insertions ne résulteraient pas d’une recombinaison naturelle ou d’un accident, mais d’un vrai travail de génétique, effectué intentionnellement, vraisemblablement dans le cadre de recherches visant à développer des vaccins contre le VIH. Ces affirmations ont une nouvelle fois été réfutées par des analyses biostatistiques qui ont montré que les séquences similaires entre VIH et SARS-CoV-2 étaient trop courtes (10 à 20 nucléotides sur un génome qui en compte 30 000) et que cette ressemblance était vraisemblablement fortuite.

Cependant, devant la difficulté à comprendre l’origine de ce virus, nous avons conduit des analyses phylogénétiques en collaboration avec des bio-informaticiens et des phylogénéticiens. Leurs résultats montrent que trois des quatre insertions que l’on observe chez le SARS-CoV-2 se retrouvent chacune dans des souches plus anciennes de coronavirus. Notre étude indique de façon certaine que ces séquences sont apparues indépendamment, à différents moments de l’histoire évolutive du virus. Ces données invalident l’hypothèse d’une insertion récente et intentionnelle de ces quatre séquences par un laboratoire.

Reste la 4e insertion qui fait apparaître un site de protéolyse furine chez le SARS-CoV-2 absente dans le reste de la famille des SARS-CoV. On ne peut donc pas exclure que cette insertion résulte d’expériences visant à permettre à un virus animal de passer la barrière d’espèce vers l’humain dans la mesure où il est bien connu que ce type d’insertion joue un rôle clé dans la propagation de nombreux virus dans l’espèce humaine.

[…]

Il faut bien comprendre qu’en quelques années les paradigmes de la recherche sur les virus ont radicalement changé. Aujourd’hui, obtenir ou faire synthétiser une séquence génétique est à la portée de n’importe quel laboratoire : on peut en moins d’un mois construire de toutes pièces un virus fonctionnel à partir des séquences disponibles dans les bases de données. De plus, des outils de manipulation du génome rapides, bon marché et faciles à utiliser ont été développés. Ces outils permettent de faire des avancées spectaculaires, mais ils démultiplient aussi les risques et la gravité potentielle d’un éventuel accident, notamment lors d’expériences de « gain de fonction » sur des virus à potentiel pandémique.

[…]

Lire l’intégralité de l’article sur lejournal.cnrs.fr

 

« Complotiste », mais avec des arguments, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2581447

    Il y a une patente sur le Covid ...

    Il n’y a jamais eu de patente à la con sur la tuberculose , ou la rage , ou la peste bubonique et autres beautés dont Mère nature est dotée ... pour nous foutre une raclée pour tenter de nous ramener dans le droit chemin !!!

     

    • Quand Calmette et Guérin on découvert le BCG, vaccin contre la tuberculose, ils ont refusé de prendre un brevet, pour qu’il soit le moins cher possible et accessible à tous . Les labos pharmaceutiques actuels doivent penser autrement...


    • Un vaccin contre la Covid ? Fastoche ! Il suffira de s’inspirer des grands ancêtres, à commencer par Jenner qui a inventé la vaccination et vaincu la variole . Il avait inoculé la vaccine, virus de la variole bénigne de la vache pour créer des anti-corps qui permettaient de résister à l’arrivée du virus mortel pour l’humain . Il suffira de diminuer la virulence du virus de la Covid pour trouver le vaccin : c’est ce que Calmette et Guérin ont fait en créant le BCG : "BACILLE de Calmette-Guérin" : affaiblir le Bacille de Koch, le rendre bénin alors qu’il était mortel, en lui conservant le pouvoir de créer des anti-corps . Pasteur lui a affaibli le virus de la rage en le diluant tout simplement dans de... l’eau . Autre solution : trouver un virus voisin du corona virus, par exemple chez un animal, mais ayant le pouvoir de créer les fameux anti-corps : ce fut l’intuition de Jenner qui inocula le virus de la variole de la vache .


  • Après le dernier paragraphe , si le contenu est avéré , on’peut " tirer l’échelle " !


  • L’apparition d’une variante très différente de Sars-cov2 décrite par l’ IHU de Marseille mais inexpliquée par le professeur Raoult milite pour une origine artificielle du virus.
    La nature peut faire des sauts de puce et non des bonds de géants.


  • #2581476

    Remontez jusqu’au Talmud, nous gagnerons un temps appréciable !!!


  • Oui mais bon , cet article commence bien dans le titre : Elle mérite d’être examinée à la lumière des données scientifiques à notre disposition.
    Puis : Étienne Decroly fait le point sur les différentes hypothèses ....
    On peut toujours faire des hypothèses , ça fait pas avancer le chmilblick ...


  • #2581508

    Le gang Levy-Buzin plane au-dessus de tout ça. C’est une attaque contre l’humanité .


  • l’ensauvagement de la société n’est-il pas un autre moyen de franchir la frontière entre l’homme et l’animal ?


  • #2581514

    il faudra un tribunal international du coronavirus, un nuremberg.

    les familles Pierrepoint et Woods ont elles des descendants pour reprendre le boulot ?


  • Retenons bien cet extrait publié dans le journal du CNRS : "Aujourd’hui, obtenir ou faire synthétiser une séquence génétique est à la portée de n’importe quel laboratoire : on peut en moins d’un mois construire de toutes pièces un virus fonctionnel à partir des séquences disponibles dans les bases de données".
    On imagine donc ce que peut désormais faire toute organisation terroriste, qu’elle soit privée ou d’Etat ... et il n’en manque pas comme l’a prouvé par exemple le crime du 11-septembre !

     

    • d’autant plus qu’on trouve le code source (comme un code informatique !) du SARS COV 1 sur internet dans le brevet déposé par l’institut pasteur. Tout y est il me semble !!!!
      Donc n’importe qui touchant un peu en génie génétique peut fabriquer des virus dont le brevet est déposé ou non (qui va pouvoir tracer d’ou ça vient ???).

      Ca porte un nom, le Bio terrorisme...

      Le passage a l’homme des coronavirus a fait l’objet de publications (au moins un de ces exercices a été réalisé dans le centre de Wuhan, la directrice du labo étant dans la liste des contributeurs...)


  • Ces labos où on tripote des virus sous prétexte de "recherche" devraient être interdit au même titre que les armes chimiques, le clonage humain et les créations de frankenstein !


  • #2581548

    Désolé mais comme je l’ai déjà dit dans un autre commentaire il y a quelques mois, je n’ai jamais cru en ce pangolin circus et je n’ai pas changé d’avis.


  • Toute cette histoire pue. Entre le fait que le labo de Wuhan a été construit avec l’aide des Etats-Unis et du laboratoire Pasteur, qu’une chercheuse de Pasteur s’est fait chopper à l’aéroport avec une fiole de virus type SRAS au milieu de son maquillage (cela rappellera l’Armée des 12 singes de Terry Gilliam), fait bien froid dans le dos, toutes les hypothèses sont valables avec ce genre de comportement.


  • Luc Montagnier, biologiste et virologue, a complètement disparu des radars pour avoir douté du Pangolin.
    Pour mémoire, il avait trouvé étrange que de l’ADN du VIH soit présent dans le SARS-COV-2, formulant l’hypothèse que ce dernier ait pu être une création de labos chinois.

    Cohn-Bendit avait beuglé que "Raoult ferme sa gueule !" mais Montagnier n’a pas eu droit aux mêmes éructations Trotskystes, il a été tout simplement effacé des médias.

    A méditer.


  • Psychotronique et inductions de symptomes via les ondes millimètriques.

    Si vous ne voulez pas mourir, va falloir vous en prendre aux tours récemment installées, c’est elle, la bête de l’évènement qui va irriter les différentes strates de la population les unes contre les autres.

     

    • c’est exactement ça.
      Personne ou presque n’aborde le sujet 5G (pour faire court), c’est totalement tabou.
      Pourtant, les effets secondaires sur la santé induits par l’électricité et ce qu’elle génère d’ondes sont connus depuis le début de son exploitation.
      Je pense que ce que tu soulignes est la forêt que cache l’arbre covid.


  • Avec la rigueur de ce genre de labo, la fuite accidentelle est plutôt bancale comme hypothèse


  • Qu’est devenue cette chinoise immigrée aux états unis, qui prétendait avoir des preuves que le covid avait été fabriqué à Wuhan ?


  • #2581661

    Radio Québec : Le Général Flynn confirme le Coup d’état mondial contre les peuples comme le disait l’archevêque


  • Pour le quidam téléphile : le corona virus est issu d’un pangolin vendu sur un marché chinois.
    Pour le sceptique sinophobe : le corona virus a été fabriqué dans un labo en Chine.
    Pour l’americanophobe : l’équipe américaine a amené le corona virus en Chine lors des jeux militaires de l’automne 2019.
    Pour le complotiste pharmaphobe : le corona virus a été fabriqué par l’Institut Pasteur qui dispose d’un labo P4 à Wuhan.
    Pour l’être humain philosophe : le corona virus est issu des médias.

     

  • #2581691

    Nous savons que la professeure shi zhengli travaillait aux États-Unis sur les coronavirus, et les états unis ont arrêté le financement parce que jugé trop dangereux, nous savons que beaucoup de scientifiques dont celle ci https://www.liberation.fr/checknews..., nous savons que shi zhengli était la responsable des coronavirus à wuhan : « Le coronavirus 2019 est la nature punissant l’humanité pour avoir gardé des habitudes de vie non civilisées. Moi, Shi Zhengli, jure sur ma vie que cela n’a rien à voir avec notre laboratoire »,tout en répétant que les coronavirus sont le plus grand danger et la vengeance contre l’humanité. Maintenant un petit peu de complot, elle a obtenu son doctorat en France, et Lévy a inauguré le laboratoire, et nous en sommes arrivés à aujourd’hui.


  • Je travaille moi-même dans un laboratoire CNRS. Cet article m’étonne un peu car la plupart des gens qui travaillent là-dedans sont des serviles complets ou des andouilles qui croient aux versions officielles. Quand on a un bac +8, ça fait un paquet d’années sur les bancs du formatage idéologique de l’éducafion nationale. En ces temps de grande tribulation, je me prends le chou un paquet de fois en ce moment. La dernière en date, une chercheuse qui voulait absolument que je crois aux chiffres officiels. Ca ne lui a pas plu quand je lui ai dit que ces chiffres je m’en carrais le fion. Je voulais lui dire que normalement la science ça part de l’observation de choses dans la vie réelle, au sens où je ne connais personne autour de moi qui est décédé de cette arnaque "virale", mais bon (bac+8 je vous dis les gars). Ah oui et l’autre jour je me suis fait balancer à ma direction, par je ne sais pas qui, parce qu’un matin je me suis promené sans masque dans le labo...
    Voilà où mène la prédominance des gros cerveaux, pour ceux qui se pignolent sans arrêt sur la carte des QI (ça rejoint ce que disait Alain sur la société technicienne totale). Avoir un grand cœur et une grosse paire de baloches, comme les avait notre Jésus Christ, c’est bien la seule chose qui compte.

     

    • Ton témoignage a fait ma soirée, camarade !


    • #2582172

      Merci pour ton témoignage. Je constate ce drôle d’état d’esprit chez les "experts" à qui je pose des questions.
      Un historien m’expliquait qu’il préférait avancer des théories farfelues dans ses papiers plutôt que de remettre en cause les dogmes de sa branche.
      Une scientifique spécialisée dans les ondes et dont le laboratoire a validé la 4G et la 5G m’a dit qu’on se faisait beaucoup de fausses idées sur ces sujets. Au bout d’une demi-heure de questions, elle a fini par concéder qu’elle avait des maux de tête au travail et que tous ses collègues mâles exposés longuement aux ondes n’avaient que des filles... Mais à part ça, non, ça va, la 5G, c’est sans danger.
      Vivement la 6G ! Ca fera saigner du cul et on aura quelques cas de cervelles qui dégoulinent un peu, mais ce sera sans danger aussi.
      J’imagine que c’est leur manière de s’arranger avec leurs consciences.


  • #2581718

    Réfléchissons un peu sans faire péter ses diplômes (je suis un scientifique retraité) :

    1- il semble que le virus soit venu de Wuhan (comme la peste noire en 1344 !!) et se soit répandu dans le monde entier à partir de cette source ;

    2- imaginons qu’un tube à essais contenant une culture de ce virus ait été sorti du labo P4 et (imaginons le pire) cassé à l’extérieur. La dilution de la culture dans l’air environnant n’est pas assez concentrée pour contaminer le monde entier ;

    3- imaginons que des laborantins du labo de Wuhan aient été tous contaminés et aient contaminé par la suite tout leur entourage. Un confinement et une ceinture sanitaire serait venu très vite à bout de la contamination ;

    4- imaginons qu’on n’ait pu tout de suite circonscrire l’épidémie et que des voyageurs venant ou allant en Chine aient disséminé le virus en Europe et aux USA. Mais certains continents comme l’Amérique du Sud, l’Afrique bénéficient peu des grands mouvements internationaux de visiteurs scientifiques potentiellement contaminés. Alors comment tout cela a-t-il flambé aussi vite ?

    5- Première hypothèse : le virus est d’origine naturelle et il a bénéficié d’une dissémination par de nombreux vecteurs du genre oiseaux comme la grippe espagnole en 1918...

    6- Deuxième hypothèse : le virus est d’origine synthétique et il a été accidentellement répandu par des manips en génie génétique pour faire des vaccins. Il s’est donc trouvé à un moment donné dans certains vaccins et s’est répandu à travers la population mondiale par ce moyen. Souvenez-vous qu’au moment de la crise du SIDA, on avait découvert que les cellules de reins de singes verts sur lesquels on cultivait le virus de la polio pour faire le vaccin étaient contaminées par le virus Sida ! Du coup ils ont arrêté de cultiver sur ce genre de cellules...

    7- Troisième hypothèse, la pire et complètement complotiste : "ils" ont décidé de répandre volontairement ce virus par le moyen de vaccins (type grippe par exemple) pour mettre le monde entier à leur botte. Il faudrait réfléchir sur les coïncidences qui pourraient exister entre la vaccination grippe et l’apparition de la Covid 19 ?

    8- Quatrième hypothèse : le virus existait à l’état naturel, transporté par des oiseaux (par exemple) comme des dizaines de coronavirus et il a muté pour devenir agressif et pathogène.

    9- Le virus continue de muter (cf Pr Raoult ) et des souches plus ou moins toxiques émergent.

    10- Ce ne sont que des hypothèses : soyez indulgents...

     

    • #2581773
      le 31/10/2020 par Mon fils de David aussi !
      "La question de l’origine du SARS-CoV-2 se pose sérieusement"

      11 - Ils (elles) se foutent de vos gueules depuis la nuit des temps...


    • Merci mais il y en manque une. Toujours la même, celle dont personne ne veut parler.
      La 5G ( et tout ce qui va avec ) . La science connait déjà et depuis longtemps les effets induit sur la santé des ondes hautes fréquences mais pas que.. !
      Les quelques chercheurs qui ont abordé le sujet, avec le plus souvent des résultats négatifs, subissent une omerta voire de la répression féroce des médias spécialisés et aussi grand public surtout sur la 5G. C’est la qu’il faut chercher.


    • #2581854

      @

      L’hypothèse 11 était tellement évidente que je ne l’ai pas citée et vous avez bien fait de la rappeler...

      Oui, tout ce qui est hyperfréquence est très néfaste pour le vivant et on pourrait imaginer qu’à un niveau moléculaire la 5G induise des effets néfastes voir mutagènes ou cancérogène.
      On verra cela dans trente ans si d’ici là nous ne nous sommes pas auto-détruits et s’il reste de vrais scientifiques pour étudier les causes de la mauvaise santé des gens...


    • Des hypothèses certes plus ou moins farfelues ou plus moins exactes peu importe, mais là où "il y a anguille sous roche" c’est quand la mère Buzyn classe l’hydroxychloroquine comme substance vénéneuse sur la liste II par un arrêté du 13 janvier du directeur général de la santé, Jérôme Salomon, cela sent déjà fortement l’entourloupette .
      Et aujourd’hui l’Agence du médicament (ANSM) refuse au Pr Didier Raoult une utilisation plus étendue de cette molécule (l’hydroxychloroquine) en France pour traiter le Covid-19.
      Le Big Pharma préférant bien sûr faire un commerce beaucoup plus juteux avec le Remdesivir
      substance active du médicament Veklury qui pourrait être responsable de graves lésions rénales.
      Ce qui prouve bien que les lobbies pharmaceutiques ne sont là que pour faire du fric et quels qu’en soient les moyens et les conséquences pour y arriver !
      Et comme dirait l’autre, allez un petit dernier pour la route et pour conclure "le cerisier sur le gâteau" le vaccin salvateur du Big Pharma qui arrivera bientôt tel le Messie pour sauver la planète moyennant quelques menus deniers certes (quelques milliards d’euros et plus si affinités) mais bon !
      Alléluia !!!
      Et tout ça bien sûr à cause de ce rapport lubrique contre-nature entre un pangolin et une chauve souris !
      j’ai bon là ?


    • @oileb

      si montagnier le publie ....
      https://www.robindestoits.org/L-eto...

      encore faudrait t il en bien comprendre le sens, celui des causes et des effets

      onde virus maladie ou onde maladie virus


    • Pour l hypothèse n5 :
      La grippe espagnole n était pas une grippe, parce que bactérienne, ni espagnole, parce que venant des états unis il me semble. Certains ont fait le boulot sur ce dossier, ou l on retrouve l institut Rockefeller ...


    • A Victor ,

      Votre "bon sens", est tellement scientifique
      ... et le système tellement idéologique et ...Mercantile !


    • Hypothèse 13 (on ne pourra pas me traiter de complotiste puisque tous ceux qui font un service militaire sérieux avec conditions de combat anti-guérilla en temps réel sont informés en assez grand détail par leurs officiers préposés à l’entraînement depuis que ces armes sont à l’ordre du jour, c’est à dire depuis le milieu du XXème siècle) : une guerre bactériologique est en cours à la fois des gouvernements contre leurs propres peuples et entre grandes puissances en concurrence pour les ressources planétaires.

      Les données manquent encore pour spécifier à coup sûr qui a attaqué qui, qui a provoqué et qui a répliqué à qui mais la logique économique la plus probable est que le monde anglo-sioniste a attaqué la Chine pour lui signifier qu’il valait mieux pour elle toujours se contenter du second rang économique mondial, or la Chine entend prendre le premier et ruiner les économies occidentales pour se garder la part du lion des ressources naturelles, ainsi qu’asséner un choc karmique en retour au monde juif (qu’elle perçoit comme seul responsable du progrès économique occidental) pour le rôle des compagnies comme celle des Sassoon dans la guerre de l’opium menée contre elle au XIXème siècle : elle aussi est dans la logique du ni pardon ni oubli.

      La Chine a venu venir le coup et l’a paré d’une botte sans faute. Donc l’énergie de déstabilisation de cette bataille menée par des moyens bactériologiques retombe sur le camp adverse au point que les oligarques occidentaux prennent des décisions auto-mutilantes sous l’effet de leurs émotions, souvent la haine des peuples, et non plus de leurs intérêts.

      Si la Chine n’avait pas bien répliqué l’Occident jouirait du spectacle de sa débandade économique sous l’effet de la crise virale et pousserait ce pays rouge en direction d’une deuxième perestroika avec glasnost, et l’installation d’un nouvel ordre mondial plus unipolaire et démocratique (entendant par cela selon les voeux communautaires) que jamais, avec Jérusalem pour capitale, serait chose faite aux applaudissements de presque tous comme la chute du communisme en 1989.

      En réalité, derrière la crise virale (l’agent pathogène est mal identifié, car militarisé, mais réel), il y a la troisième guerre mondiale en cours désormais et si les gouvernements empêchent les gens d’aller au restaurant c’est le temps de mettre en place un système de rationnement de toutes les ressources en vue d’un contexte guerrier qui se fera de plus en plus clairement savoir.


  • La covid issu d’une recherche sur un vaccin hiv et Forbes qui nous annonce que le vaccin Covid pourrait faciliter l’infection du sida. La boucle est bouclée


  • Peut être la vraie raison ?
    https://youtu.be/-eEXOE2hppU

     

    • Merci d’avoir posté cette vidéo. Si j’ai bien compris, le virus de cette maladie a été créé en France dans un laboratoire renommé, pour en faire une arme de guerre bactériologique génocidaire et de justifier le vaccin, dont certains additifs modifieront notre ADN... Infos impressionnantes, à confirmer.


  • Sean Connery, premier interprète de James Bond au cinéma, est mort à l’âge de 90 ans ,
    sans doute du Covid 21 ?

     

  • #2581924

    Tout ça c’est des conneries. Jus de pangolin en alternant 1 jour sur 2 avec du jus de chauve-souris, photos de Buzyn, Salomon, Véran, Defraissy et autres dans le salon, masque permanent, plus aucun contact physique avec les proches, douche au gel hydroalcoolique, attestations au sein même de la famille, dernier discours de Castex en boucle...
    Je suis « safe ».


  • Je ne comprend pas pourquoi on fabrique des virus dangereux dans des labos , alors qu’on devrait trouvé des remèdes pour le bien de tous ... Je sais je rêve ...


  • On va rappeler au CNRS et à tous les labos en manque de génie véritable que le tripatouillage du génome animal, voire depuis quelques années carrément humain, ne se fait pas sans retour d’éprouvette dans la fiole !

    La Vie n’aime pas qu’on la charcute, l’homoncule de la modernité subclaquante se prend pour Dieu depuis qu’une certaine gauche à voulu substituer à la transcendance mystique de tout temps une religion matérialiste au ras des ustensiles dans laquelle l’homme s’est auto proclamé créateur. De lui-même déjà, en claironnant à tous les vents que l’IA (cette grotesque marotte des Dr Folamour du type L. Alexandre) serait son œuvre, et de la réécriture de tout ADN qui lui tombe sous le gant de laborantin en mal de gloriole.

    Le covid19 contient vraisemblablement deux inserts pas catholiques du tout ;-) L’un, extrait du virus du sida, a pour effet de désacidifier le milieu de la cellule infectée permettant ainsi une contagion plus agressive et rapide ; le second "serait" un morceau génomique du virus de la malaria... qui expliquerait que l’hydroxychloroquine ait un net effet sur l’inflammation excessive dite "tempête cytokinique" que l’on retrouve dans les infections aiguës de malaria.

    Quoi qu’il en soit, c’est comme pour les "bébés éprouvettes", dont pas mal sont des adultes et dont on ne parle quasiment jamais et pourtant... il semblerait, d’après quelques études éparses, qu’il y ait quelques anomalies à terme chez les "fabriqués en labo"...

    La Vie supporte beaucoup et longtemps les conneries humaines, mais le jour où elle se réveille, en générale, elle ne fait pas dans le détail...


  • Tout le monde sait que c’est le corrompu FAUCI qui a utilisé l’argent des contribuables américain pour faire développer des Coronavirus synthétiques dans le labo de WUHAN.


  • je suppose que nos militaires ont analysé et tracé l’origine de ce virus... je ne peux pas croire que l’Armée ne se soit pas préoccupée de connaitre (pour elle-même au moins !) l’origine de ce virus, et son utilisation...

    J’aimerais d’ailleurs connaitre plus sur la position de la grande muette (très muette en ce moment) sur tous ces événements... l’Armée va-t-elle laisser la France basculer dans le délire totalitaire du grand reset ? Si jamais E&R a une idée...


  • A la limite on s’en moque. Le covid est l’arbre qui cache la forêt du grand reset./
    Le reste n’est que de la diversion.

     

  • ça fait dix mois que je le dis, le sars-cov-2 n’a jamais existé. quelle preuve de son existence ? ne me dites pas les gens malades... des cadeaux sous le sapin ne sont pas preuve de l’existence du père noël. sérieusement..
    le sras que certains ont présenté en mars et avril à paris et à mulhouse était du à un empoisonnement délibéré.


Commentaires suivants