Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Transgenre", "fœtus", "diversité" : Trump purge son ministère de la Santé

La décision révélée par le Washington Post d’interdire des termes comme « diversité », « fœtus » et « transgenre » dans les documents concernant un organisme dépendant du ministère de la Santé, a suscité samedi des critiques contre l’administration Trump, appelée à faire marche arrière.

 

D’après le quotidien, des experts ont eu connaissance vendredi lors d’une réunion de cette décision, qui concerne les documents d’élaboration du budget du Centre américain de contrôle et de prévention des maladie (CDC).

L’un des experts a précisé que les expressions et mots « fondé sur la science », « fondé sur des faits », « vulnérable » et « droits » allaient également être interdits.

« Parmi les mots interdits dans les documents sur le budget du CDC figurent "fondé sur des faits" et "fondé sur la science". Un mot n’a cependant pas disparu : "ridicule" », a ironiquement tweeté l’Association américaine pour le progrès scientifique.

Le directeur adjoint du Centre pour la science et la démocratie Michael Halpern a déclaré que « résoudre de manière efficace les problèmes de santé publique impliqu(ait) d’être honnête et tolérant sur les risques et sur ceux qui les subissent ».

« Pour empêcher l’agence de perdre sa légitimité, le directeur du CDC doit s’exprimer pour défendre le rôle central de la science dans ses travaux », a demandé M. Halpern dans un billet de blog.

La Marche pour la Science, un mouvement qui avait fait défiler des milliers de personnes à Washington et dans d’autres villes du pays le 22 avril, a appelé l’administration à revenir sur cette décision.

« Nous appelons l’administration à revenir sur cette interdiction, et nos élus à protéger le droit des communautés scientifiques de discuter ouvertement de leurs recherches et de leur impact sur notre monde », a écrit l’organisation sur son compte Twitter.

« Interdire aux scientifiques et aux chercheurs d’utiliser des termes médicaux précis est une manœuvre de plus pour limiter nos libertés et droits fondamentaux » a ajouté une organisation pour la défense du droit à l’avortement, NARAL Pro-Choice America.

Face aux critiques, le département de la Santé, dont dépend le CDC, a expliqué que la description faite par les médias de cette interdiction était une « déformation totale ».

« Affirmer que le département de la Santé aurait des "mots interdits" est une déformation totale des discussions sur l’élaboration du budget », a déclaré le porte-parole du département de la Santé Matt Lloyd dans un mail à l’AFP.

« Le département va continuer à utiliser les meilleurs connaissances scientifiques pour améliorer la santé des Américains. Le département encourage vivement l’utilisation des résultats et des données dans les programmes d’évaluation et les décisions budgétaires », a-t-il ajouté.

À lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les formules TOUTES FAITES pour se vanter d’être intelligent (ou scientifique) ne sont pas des preuves d’intelligence ou de compétences. Elles sont juste provocantes et stigmatisantes.

    De même, les formules TOUTES FAITES en faveur de l’égalité et de la tolérance.

    C’est pour cela qu’il faut les supprimer.


  • Les discussions sur le budget ont probablement eu pour résultat d’économiser sur des postes rajoutés sous Obama. Les remboursements pour se faire couper le zig, pousser les seins (mots-clé "transgenre, "fondé sur la science", "droits"), se faire avorter aux frais de la princesse, celle qui n’est pour rien dans l’affaire (mot clé "foetus"), se déclarer "vulnérable" pour se faire payer des psychanalyses et des séjours par la pauvre princesse aux nombreux solliciteurs, etc., tout ce luxe misérable a dû sauter.
    D’où les piaillements de la sociétal-voyouterie US qui raconte n’importe quoi. Les mots qu’elle a introduits dans des textes de loi, comme prétextes à des extorsions iniques, ont en effet disparu du texte remanié par le Budget, puisque les comptes clairs et sains exigent la suppression de ces "droits acquis" très récemment, et donc des lignes rajoutées où ils s’étalaient.
    Par la même occasion, les privilèges sonnants, trébuchants et confortables acquis (suite à ces rajouts) des "soignants" et des "soignés" abusifs aux dépens de la classe active, ont sauté.
    Alors ils piaillent, évidemment.


  • La Novlangue ou les dicos réduits à 10 pages ..


  • Allez hop Trump, range moi le bordel que tes prédécesseur ont laissé derrière eux, c’est dégueulasse !