Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Trump est le Président qui a le plus d’influence sur les marchés boursiers

Le retour du politique

Il fût un temps, le marché fonctionnait sur trois piliers : l’aspect fondamental, l’aspect technique et l’on y rajoutait toujours un peu de politique, voir de géopolitique.

 

Avec ce groupe de trois, nous arrivions, en général, à nous faire une opinion globale de la destinée des indices, de ses composants et de ses périphériques. Dans un monde idéal, il y avait même un doux équilibre entre ces trois piliers.

Puis, il y a quelques années, nous avons eu la crise grecque. Déjà, en ce temps-là, les marchés avaient totalement perdu la raison et ne fonctionnaient plus sur les deux premiers piliers – le fondamental et le technique – mais principalement sur l’aspect géopolitique des choses. Les traders et autres investisseurs s’étaient alors improvisés experts en politique européenne, donnaient l’impression de maîtriser l’histoire grecque et ne parlaient plus de cela. À cette époque, le simple fait de voir arriver Tsipras à la télé pouvait faire chavirer le marché. Vous noterez qu’à peine cinq ans plus tard, plus personne ne sait qui est Tsipras et encore moins ce qu’il est devenu.

Si je vous fais un cours d’histoire de la finance en mettant l’éventuel GREXIT, comme exemple central de mon explication, c’est d’abord parce que nous en reparlons – discrètement – mais nous en reparlons. Et si nous en reparlons uniquement discrètement, c’est que TOUT LE MONDE a les yeux (et les oreilles) fixés sur Trump. Ce qu’il va faire, ce qu’il va dire, ce qu’il pourrait faire et ce qu’il pourrait dire.

À l’époque du GREXIT éventuel, on pouvait dire que le marché se concentrait à 10% sur les fondamentaux, à 10 % sur l’aspect technique et à 80 % sur l’aspect géopolitique entre la Grèce et l’Europe. Aujourd’hui, on se concentre à 100 % sur l’aspect politique de Trump et on se fout totalement du reste.

Je le conçois, j’exagère un tout petit peu. Cependant, alors que l’on sort à peine de la saison de publication des chiffres du quatrième trimestre 2016, jamais on ne s’en est si peu intéressé. Et si l’on s’en est totalement désintéressé, c’est que la clé de l’avenir de la finance mondiale – enfin, surtout américaine, mais nous sommes tous conscients que si le Dow Jones double ou se divise par deux, il y a tout de même peu de chance que le DAX ou le Nikkei prenne la direction opposée – donc, si l’on s’est totalement désintéressé de tout, c’est principalement parce que depuis la fin de l’été passé, nous sommes totalement obsédés par la politique américaine.

Au début c’était parce que l’on se demandait ce qu’Hillary allait pouvoir faire pour soutenir l’économie et remplacer Obama, ensuite c’était de savoir si Trump avait une chance de l’emporter – puis on avait bien compris qu’il n’avait pas une chance et que d’ailleurs c’était mieux pour les marchés. Ensuite on s’est rendu compte que les sondages étaient tout pourris et que Trump était président pour de vrai – le marché a donc paniqué (comme prévu), pendant au moins 3 heures avant de tout récupérer et d’entamer ce que l’on appelle encore aujourd’hui : le « Trump Rally » – ça, en revanche, ce n’était pas prévu du tout, puisque les experts attendaient une correction d’au moins 10 % en cas d’élection de Donald.

Et puis, aujourd’hui, près de 30 jours après la prestation de serment de Donald Trump – prestation qui était censée donner lieu à une nouvelle correction annoncée – le marché américain est 4 % plus haut encore. Non seulement il est 4 % plus haut, mais cela représente aussi la cinquième meilleure performance pour les 30 premiers jours dans toute l’histoire des États-Unis. La meilleure depuis 1945.

Tout ça pour vous dire qu’aujourd’hui, on peut nous parler de fusion, d’acquisition, de robotisation, de trimestre moins bon ou meilleur, de bull market qui s’essouffle, d’économie qui est mal en point ou pas, de chômage qui augmente, qui stagne, de citoyens qui « sortent » de listes et qui ne travaillent plus, de surendettement, d’un dollar fort ou faible, de l’or qui est une valeur refuge ou pas, du pétrole qui est dirigé par l’OPEP ou pas, de l’Europe qui va mieux ou moins bien ou encore de l’angoisse dans laquelle peut vivre la France à l’idée de la future campagne présidentielle qui l’attend, la seule chose qui intéresse la finance mondiale en général et les marchés boursiers en particulier, c’est ce que Donald Trump va faire.

Lire la suite de l’article sur leseconoclastes.fr

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Depuis l’élection de Trump Wall Street a pris plus de 15% et Paris 13% : les bourgeois bobos - et actionnaires Madame ! - qui bavent sur Trump sont vraiment ingrats !


  • Oui enfin il est en train de créer une immense bulle. Avec sa politique fiscale et sa volonté d’augmenter les dépenses il fait évidemment exploser les marchés mais ça ne montera pas eternelement et quand la FED augmentera un peu les taux...

     

  • Vague impression : Les démocrates président les Etats-Unis et pendant ce temps les républicains préparent leur programmes pour les prochaines présidentielles. Les républicains président et pendant ce temps, ce sont les démocrates qui préparent leur programme. Qui sert qui ? A mon avis, il faut suivre l’économie américaine. Il me semble que les démocrates jouent une politique apparemment modérée alors que les républicains ont une attitude plus directe et plus "théâtrale". Observation quelque peu superficielle mais néanmoins je persiste à penser que la politique américaine est cadencée par des motivations qui m’échappent. Est-ce parce que justement ce sont les Etats-Unis qui dirigent le monde sur le plan économique et qui font "tourner la planète" ? Internet est l’instrument qui va influencer le plus le 21ème siècle et ce sont les américains qui créent et qui maitrisent le mieux ce média. L’observation n’est pas très précise et peut être tronquée mais c’est un sentiment qui persiste depuis les années 80.


  • Perso j’ai abandonné les marchés dès que j’ai réalisé que ce n’était plus des marchés car trop contrôlés par les banques centrales qui font joujou ça risque de péter à tous moments. Mais peut-être que la lévitation n’est pas si grave...