Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Trump évoque ses liens avec Zuckerberg : "Il venait à la Maison-Blanche pour me faire de la lèche"

Dans une interview, l’ex-président républicain est revenu sur les relations qu’il entretenait avec le patron de Facebook en des termes qui ont déclenché l’hilarité des individus présents.

 

Dans une interview accordée à la chaîne d’information en continu Fox News, Donald Trump a évoqué sans ambages la nature des relations qu’il entretenait avec le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg.

L’ancien président des États-Unis s’est exprimé en ces termes : « He used to come to the White house to kiss my ass », ce qui peut se traduire poliment par : « Il venait à la Maison Blanche pour me faire de la lèche ». « To kiss my ass », se traduit littéralement par « pour m’embrasser le c** », ce qui a provoqué l’hilarité des personnes présentes dans la pièce.

Et de poursuivre : « Je disais : "oh, c’est sympa, le chef de Facebook vient avec son adorable femme, ils viennent et dînent avec moi à la Maison-Blanche !" Et puis vous voyez ce qu’ils ont fait à mon égard et envers les républicains, et c’est assez fou, mais ainsi va le monde. »

Le milliardaire républicain faisait allusion à son éviction de Twitter et Facebook alors qu’il était encore président, après avoir été accusé d’avoir encouragé l’invasion du Capitole par la foule de ses partisans pendant la cérémonie de certification de la victoire de son rival Joe Biden le 6 janvier. Un bannissement critiqué par les conservateurs qui jugent que les réseaux sociaux s’attaquent ainsi à la liberté d’expression, et qui a entraîné en juillet dernier le dépôt d’une plainte par Donald Trump contre ces deux géants des réseaux sociaux ainsi que contre Google. Avant d’en être banni, il comptait près de 89 millions d’abonnés sur Twitter, 35 millions sur Facebook et 24 millions sur Instagram.

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Dans le langage start-up, on appelle cela entretenir ses relations !

     

    Répondre à ce message

  • Zuckerberg doit avoir la langue bien râpeuse à force de lécher des culs, avec sa tête d’androïde, comment ce mec a pu arriver à une telle position dans le monde ? Ah ok, la réponse est dans la question.

     

    Répondre à ce message

  • Vu de profil, Zuckerberg pourrait être surnommé le "Macron américain".

    Est-ce que les magnats des infâmes GAFAM pourraient se lancer en politique d’ici quelques années ? Pourquoi pas ?

    Le système a besoin de nouveaux Obama.

     

    Répondre à ce message

    • Pour ça, il va falloir qu’ils fassent de beaux "coming out" à défaut de pouvoir bronzer suffisamment.

       
    • #2808738

      Zuckerberg a essayé de se lancer dans la campagne présidentielle au printemps 2016... il s’en est suivi une campagne médiatique mondiale, où on nous expliquait que Facebook "avait des problèmes", et que "les gens commencent à se désabonner". Ensuite, Zückerberg est venu en costume-cravate demander pardon au Sénat. Et la campagne de presse a cessé, et les gens ont recommencé à aimer Facebook.

      Voilà qui m’a fait beaucoup réfléchir à l’époque.

      Les GAFAM ne sont pas indépendants. Ce sont bien les oligarchies financières, siégeant à la Banque Centrale Américaine, et possédant les leviers de la création monétaire, qui sont au sommet de la hiérarchie. Ce sont eux qui sont les "gate-keeper", qui choisissent qui peut se présenter et à quel moment. Zückerberg sera peut-être coopté, mais seulement quand les autres l’auront décidé. Et pas autrement.

       
  • On peut dire pourtant que Trump n’est pas le premier naïf venu en ce qui concerne la puissance et l’influence des sionistes aux USA et dans le monde. Il a un gendre (Jared Kushner) qui lui est très proche et qui connait aussi plus que très bien la question.
    Il se rend quand même compte que lui "Le Donald" n’a pas de faveur spéciale à attendre en retour de tout ce qu’il a pu faire pour Israël.
    50% des juifs américains qui votent, votent Démocrates, 25% votent Républicains et 25% naviguent entre ces 2 partis selon les circonstances Ces proportions sont constantes depuis très longtemps.

     

    Répondre à ce message

    • On peut élargir le raisonnement, de juif à sioniste. C’est bien là qu’est tout le drame de l’influence du lobby sioniste là bas.
      S’il n’y avait que les juifs sionistes tout cela n’aurait que peu de conséquences, quand bien même les juifs eux mêmes prennent une part conséquente du pouvoir profond.
      Le soutien des chrétiens sionistes notamment confère au lobby un pouvoir tout à fait démesuré, ceci même à contresens de l’intérêt du pays.

       
  • #2808195

    Puis qu’il "connaissait" Zuckerberg pourquoi l’a-t-il reçu ? A l’époque il pensait sans doute avoir quelque chose à gratter. Il y a quelque chose de pathétique, maintenant qu’il n’est plus aux affaires de faire une inversion accusatoire de ce qu’il a recherché. Sans doute recevoir Zuckerberg lui a été soufflé par son gendre, comme de reconnaitre Jérusalem comme la capitale de la Palestine.

     

    Répondre à ce message

  • Ce qui n’a pas empêché le nabot de le poignarder dans le dos en le radiant par la suite...on ne se refait pas !

     

    Répondre à ce message

  • Trump avait tout le temps de légiférer contre les GAFAM durant son mandat, en leurs interdisant de censurer ou de fermer des comptes sans passer par la justice, il n’a rien fait, résultat cela s’est retourné contre lui.

     

    Répondre à ce message

  • #2808731

    Pour filer la métaphore, rappelons qu’un lécheur de cul se dit "a brown tongue’, littéralement une langue marron.

    Cheers !

     

    Répondre à ce message

  • Spéciale "élections USA".
    - Trump avait annoncé qu’ils allaient décertifier les élections
    - Le Président Trump a été interrogé sur ce qui se passerait si les Etats procédant à des audits annulaient la certification de leurs élections." Quand vous braquez un magasin, s’il s’agit de diamants et que vous vous faites prendre, vous êtes censés les rendre. Et puis, tu va devoir dire :"Bien, d’accord, nous les avons surpris en train de tricher." Voir allocution traduit par Mohamed Diallo.
    - Wendy Rodgers - Le rapport d’audit arrive la semaine prochaine ! Les actes criminels seront transmis au procureur général.
    - Effectivement si les résultats des élections de 2020 sont décertifiés, Biden pourra s’asseoir sur son décret. Le décret (Executive Order) 13848 concernant les interférences étrangères sur les élections Américaines de Trump devait expirer le 12 Septembre 2021. Or il a été étendu au-delà (sans précision d’une date) aujourd’hui par Biden ! Celui-ci doit passer par le Congrès.
    - Le 14/09/21, la Cour suprême de l’Arizona autorise la publication des dossiers d’audit des élections de 2020. La Cour suprême de l’Arizona a rejeté mardi un effort du Sénat de l’État pour conserver des dossiers secrets de son examen en cours des élections de 2020 dans le comté de Maricopa qui sont en la possession des entrepreneurs chargés du recomptage. (WTimes)
    - Ils ils vont peut-être pousser encore plus loin la révélation de la fraude et le discrédit de Biden par cette élection par les grands électeurs :
    https://youtu.be/jdwlHLqSR1I
    - Comme l’a dit, la semaine dernière, le général américain Michael Flynn, "nous sommes dans notre combat ultime". Il note "qu’il n’y a personne à la Maison Blanche" et que parler de choses comme "Donald Trump en 2024" n’a aucun sens, car "il n’y aura pas d’autre élection équitable, tant que nous n’aurons pas résolu celle de 2020."
    - La police réinstallera des clôtures autour du Capitole des États-Unis avant le 18 septembre. Pourquoi donc ? (vidéo web)

     

    Répondre à ce message

  • Faudra demander à Cassandre, elle au moins nous donnera LA réponse...

     

    Répondre à ce message