Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le conseil de surveillance de Facebook maintient l’interdiction de Trump

 

 

Le conseil de surveillance de Facebook a décidé mercredi [5 mai 2021] de maintenir la décision prise par le groupe d’interdire à l’ancien président américain Donald Trump de poster des messages sur sa page Facebook et sur son compte Instagram.

 

Le conseil de surveillance estime toutefois qu’il n’était « pas approprié pour Facebook d’imposer » une sanction d’une durée indéfinie et lui demande de « réexaminer la décision arbitraire imposée le 7 janvier » dans les six prochains mois.

Le conseil de surveillance, dont les décisions sont contraignantes, a jugé que l’ancien locataire de la Maison Blanche « avait créé un environnement où un risque sérieux de violence était possible » avec ses commentaires le 6 janvier, jour de l’assaut du Capitole. « Au moment de la publication des messages de M. Trump, il y avait un risque clair et immédiat de préjudice et ses paroles de soutien aux personnes impliquées dans les émeutes ont légitimé leurs actions violentes », a-t-il détaillé.

 

35 millions d’abonnés sur Facebook et 24 millions sur Instagram

En tant que président, M. Trump exerçait une forte influence, ont-ils également argué. « La portée de ses publications était importante, avec 35 millions d’abonnés sur Facebook et 24 millions sur Instagram », a-t-il poursuivi. Le Conseil a également formulé des recommandations politiques à mettre en œuvre par Facebook « pour élaborer des politiques claires, nécessaires et proportionnées qui favorisent la sécurité publique et respectent la liberté d’expression ».

Lire l’article entier sur frenchweb.fr

La détrumpisation de l’Amérique

 






Alerter

33 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • avait créé un environnement où un risque sérieux de violence était possible

    Et pendant ce temps-là, les Daechiens et autres terroristes intellectuels de la cancel culture peuvent s’exprimer librement sur le même réseau (as)social.

    Au moment de la publication des messages de M. Trump, il y avait un risque clair et immédiat de préjudice et ses paroles de soutien aux personnes impliquées dans les émeutes ont légitimé leurs actions violentes

    C’est complètement faux, Trump n’a jamais soutenu les BLM, à ma connaissance.

     

    Répondre à ce message

  • Leur censure pourra connaitre des relachements temporaires en dehors des périodes électorales ... merci a nos défenseurs de la démocratie.

     

    Répondre à ce message

  • qui favorisent la sécurité publique et respectent
    la liberté d’expression

    Fessebouque est en perte d’adhérents depuis
    un bon moment.
    Il y a plein d’alternatives comme Gab ou VK,
    mais d’autres vont apparaître,
    et fesbouc disparaitre.
    Ils auront l’air malins avec leur censure.

     

    Répondre à ce message

  • Facebook c’est la privatisation de la liberté d’expression . Un pays souverain devrait créer un "facebook" public et non plus privé .

     

    Répondre à ce message

  • 35 millions d’abonnés sur FB ! WTF. C’est sûr que Trump prépare la mise en place d’un réseau social qui va faire un carton biblique lors de son lancement.

    Tous les dissidents vont se précipiter dessus et facebook deviendra le seul endroit où l’on peut voir en boucle des chats faire des trucs marrants ou les pages de petits vieux qui revendent le déambulateur dont ils n’ont plus besoin.

    Pour moi il est évident que le raz de marée Trump ça sera le lancement d’un réseau social. Et là plus ne l’arrêtera.

     

    Répondre à ce message

  • "Si on en parle pas ça n’existe pas...ça n’existe pas. Si je regarde pas, le monstre retourne dans le placard...il peut plus me faire du mal...je vois rien, j’entends rien...LALALALA LALA LAAAAAAA !!!!!!"
    Ils sombrent les médiassossios, et sombreront avec ceux qui leur auront fait confiance.
    Je ne peux pas dire que ça me chagrine, c’est pas comme si c’était pas dit depuis des années que c’était Big Brother que ces machins...
    Ad majorem dei gloriam. Le reste coulera de source.

     

    Répondre à ce message

  • Grâce à sa nouvelle plateforme, le Président Donald Trump peut à nouveau dire ce qu’il a envie de dire et il ne s’est pas gêné ce matin (05/05/21)
    "Ce que Facebook, Twitter et Google ont fait est une honte totale et une honte pour notre pays. La liberté d’expression a été enlevée au Président des Etats-Unis parce que les fous radicaux de gauche ont peur de la vérité, mais la vérité sortira de toute façon, plus grande et plus forte que jamais. Le peuple de notre pays ne le supporteras pas ! Ces sociétés de médias sociaux corrompues doivent payer un prix politique et ne doivent plus jamais être autorisées à détruire et à décimer notre processus électoral."
    — > et cela sera !

     

    Répondre à ce message

  • Il s’agit donc d’une censure politique. Ok c’est désormais officiel.

     

    Répondre à ce message

  • #2719678

    "Der Überwachungsausschuss hält das Verbot von Donald Trump aufrecht"... le titre en allemand... ça sonne "vintage", mais on comprend presque mieux ;)

     

    Répondre à ce message

  • - Le rapport RAND soutenu par Google recommande d’infiltrer et de subvertir les « groupes de conspiration en ligne » de l’intérieur. L’analyse initiale axée sur le bavardage en ligne(..) les extra-terrestres, les origines du COVID-19, le génocide des Blancs et la lutte contre la vaccin.

    - Bien que la connexion entre Dominion Voting Systems et Smartmatic soit constamment qualifiée de fausse, la pépite qui devrait être étudiée est de savoir dans quelle mesure un logiciel de Smartmatic a été utilisé par Dominion Voting. Smartmatic a commencé au Venezuela sous le régime d’Hugo Chavez. La société a été fondée par deux Vénézuéliens et la société a été au moins plus tard constituée en Floride, puis le siège social a été transféré à Londres. Antonio Mugica est le PDG de Smartmatic et le voici avec Bill Gates. Le lien que personne ne semble suivre est le fait que cela mène à Bill Gates et Microsoft. Microsoft a récompensé Smartmatic pour l’innovation technologique lors des élections. Alors que les théories du complot tentent d’établir un lien entre Dominion et Smartmatic, je trouve plus curieux qu’elles essaient d’effacer toutes les connexions entre Microsoft et Smartmatic.
    J’ai passé en revue l’examen du Texas de Dominion et pourquoi ils ont rejeté le logiciel. « Les systèmes informatiques doivent être conçus pour prévenir ou détecter les erreurs humaines chaque fois que possible et minimiser les conséquences des erreurs humaines et des pannes d’équipement. Au lieu de cela, la Democracy Suite 5.5-A est fragile et sujette aux erreurs. À mon avis, il ne devrait pas être certifié pour une utilisation au Texas. "
    Dominion utilise Microsoft SQL. La vraie question qui doit être posée est la connexion de Dominion avec Microsoft. Il est étrange que les liens entre Microsoft et Smartmatic disparaissent. Selon certaines allégations, Microsoft, sous la direction de Bill Gates, a conçu le logiciel de comptage des votes utilisé pour commettre des fraudes électorales par Dominion Voting Systems et des sociétés concurrentes.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents