Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux : passe d’armes entre le Président et Twitter

Le réseau social, souvent accusé de laxisme dans son traitement des propos tenus par des dirigeants, a ajouté une mention « vérifiez les faits » à deux tweets de Donald Trump, provoquant sa colère.

 

Donald Trump est connu comme l’homme politique qui s’est le plus approprié l’usage de Twitter, pour accéder au pouvoir, mais aussi une fois installé à la Maison-Blanche. Pourtant, mercredi 27 mai, le président des États-Unis est entré en guerre contre le réseau social. Lancé dans un bras de fer avec la firme américaine, qui a – timidement – mis en doute la véracité de ses propos dans un tweet, le chef d’État a menacé de faire purement et simplement « fermer » des plateformes de réseaux sociaux qu’il estime biaisées contre les discours conservateurs, pourtant bien représentés sur ces plateformes. Il signera jeudi un décret visant les opérateurs de réseaux sociaux, selon des représentants de la Maison-Blanche. Mais ces derniers n’ont donné aucune précision sur la possible teneur du décret présidentiel.

Retour une passe d’armes en quatre actes.

 

Acte 1 : Trump tweete sur le vote par correspondance

Tout a commencé par deux tweets tout à fait « Trumpiens », à savoir, riches en lettres majuscules et en accusations, postés mardi. Le président américain s’en prend alors à la décision du gouvernement démocrate de Californie de mettre en place le vote par correspondance en vue de l’élection présidentielle de novembre. Annoncé le 8 mai, ce dispositif doit permettre aux Californiens de se rendre aux urnes, même si le pays n’est pas parvenu d’ici là à enrayer l’épidémie de coronavirus. Or, plusieurs groupes appartenant au parti républicain ont attaqué cette décision en justice, estimant qu’il s’agissait d’un procédé illégal.

(...)

 

Acte 2 : Twitter signale les messages comme « trompeurs »

Dans la foulée de la publication de ces tweets, Twitter a, pour la première fois, signalé ces messages de Donald Trump comme « trompeurs ». Pour ce faire, le réseau social, souvent accusé de laxisme dans son traitement des propos tenus par des dirigeants, a ajouté une mention « vérifiez les faits » aux deux tweets du président américain : sous ces deux tweets s’affiche désormais la mention « Obtenez les faits sur le vote par correspondance », qui renvoie à un résumé des faits et à des articles publiés dans la presse américaine.

Évidemment, ce signalement n’a pas plu à Donald Trump. « Twitter interfère avec l’élection présidentielle de 2020. Ils disent que ma déclaration sur le vote postal est incorrecte, en se basant sur des vérifications des faits par Fake News CNN et le Amazon Washington Post », a réagi le milliardaire républicain, qui est suivi par 80 millions de personnes sur son réseau social de prédilection. « Twitter étouffe la LIBERTE D’EXPRESSION », a-t-il ajouté.

 

Acte 3 : Trump menace de « réglementer » ou de « fermer » des réseaux sociaux

Attaqué sur ce réseau social qu’il utilise quotidiennement, Donald Trump a menacé mercredi de « réglementer » ou de « fermer » ces plateformes. « Les républicains ont le sentiment que les plateformes de réseaux sociaux censurent totalement les voix conservatrices. Nous allons les réglementer sévèrement, ou les fermer, pour ne pas permettre qu’une telle chose se produise », a tweeté Donald Trump.

(...)

 

Acte 4 : le PDG de Twitter se défend d’être « un arbitre de la vérité »

Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a finalement réagi en fin de soirée. Il a déclaré que les propos de Donald Trump sur le projet de vote par correspondance en Californie « pourraient induire les gens en erreur » en les laissant croire qu’ils n’ont pas besoin de s’inscrire pour voter. « Notre intention est de pointer des déclarations contradictoires et de montrer les informations en débat afin que les gens puissent juger par eux-mêmes. Une plus grande transparence de notre part est essentielle afin que les gens puissent voir clairement pourquoi nos actions », a-t-il ajouté dans un autre tweet, se défendant d’être un « arbitre de la vérité ».

Lire l’intégralité de l’article sur francetvinfo.fr

Ne pas manquer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Alexis Cossette dans l’une de ses vidéos annonçait la fermeture temporaire des réseaux sociaux, il suit un agenda...

     

    • Fermeture des réseaux sociaux ? Ils n’iront pas jusque là ; des centaines de millions de gens en dépendent, en vivent et ne sauraient plus s’en passer...
      Se passer des réseaux sociaux, ce serait pour beaucoup l’obligation de se tourner vers un dialogue intime, ce dont ils font incapables aujourd’hui.,.


    • @ SF,

      Toute addiction peut être arrêtée, ça s’appelle la désintoxicatio !
      Il faut d’abord de la volonté, et ensuite certaines aides médicales peuvent aider.

      Vous savez qu’il y a des gens qui volontairement, ont choisi de ne pas utiliser ces e-drogues ?

      Si si, ça existe, j’en suis un exemple !

      Et je me porte comme un charme en plus, j’ai un très bon système immunitaire, qu’il soit physique et/ou mental.


    • Au promeneur...
      Je vous souhaite bonne chance pour désintoxiquer les millions de Français complètement accrocs à Instagram, Twitter et Facebook ! Je ne suis inscrit à aucun RS mais je dois être le seul...


  • Il etait evident que twitter allais faire de l’ingérence sur l’election.
    Très bien qu’ils commencent très tôt.
    Ca donne l’occasion à Trump pour les enchainer avant l’election.
    Il va donc se créer un bouton nucléaire pour les bloquer si jamais il se mettaient à l’emmerder.
    Sans deconner, ils croient quoi, je te met un tag "Fake News" sur un tweet de Trump et il ne va rien faire ?


  • En fait il y a largement plus simple a faire quand on est un milliardaire comme lui, créer un réseau social 100% libre qui ne subirait pas l’ influence du mondialisme le plus vil et le plus malfaisant.

     

    • Pas si simple :

      - Il faut du temps, un logiciel pour fonctionner sans bug c’est 6 mois à 1 an de tests intensifs.

      - Il faut des fermes de serveurs connectés à internet par des liens spécialisés haut-débit : tous les liens physique sont déjà occupés. Pour en créer d’autre il faut tirer de nouvelle fibres.

      - Twitter, facedeplouc et google ont déposés des brevets pour empêcher la concurrence.

      Tout est verrouillé.


    • Il suffit de trouver la clé


    • @michel à

      Trump pourrait remettre une loi anti-Trust
      qui obligerait la mutualisation des réseaux.
      Ça c’est bien passé comme ça en France avec
      France Télécom et que Free a pu s’installer
      sans tirer une seule ligne.
      Au nom de la libre concurrence.


    • Sans oublier un petit point non négligeable : il faut aussi que les gens rejoignent ton réseau et fassent l’effort de s’y inscrire.

      Il y a déjà des dizaines sinon des centaines d’alternatives à FB ou Twitter et autres : mais tout le monde veut pouvoir toucher tout le monde et reste donc par attraction gravitationnelle médiatique sur les trous noirs des GAFAM - je ne parle même pas de l’instinct grégaire - et reste volontairement en prison.


  • Au sujet des réseaux sociaux, quelque chose de judicieux dans notre contexte serait d’interdire la centralisation des réseaux sociaux. Ainsi cela forcerait les utilisateurs d’user de réseaux sociaux décentralisés.
    Bien sur cela ne serait que symbolique car il sera toujours possible pour les gafas et autres de développer des réseaux sociaux décentralisés et d’utiliser des bots pour récupérer et continuer d’analyser les contenus.
    Mais au moins l’idée de la décentralisation, notion allant dans le sens du réseau internet, pourrait faire son chemin dans la tête des utilisateurs. Car pour le moment internet ressemble toujours au minitel, soit un serveur centralisé avec tous les clients qui s’y connectent !
    A mon sens, internet n’est toujours pas utilisé à sa juste valeur première.

     

  • Fermer Twitter, le pied...

     

  • Ce qu’ils sont arrogants et prétentieux ces patrons de réseaux sociaux, ils se portent détenteurs de la vérité absolue et juges autoproclamés pour décider qui a raison et qui a tort, qui doit parler et qui doit se taire. Oser aller jusqu’à écorcher la déclaration d’un Président légitimement élu par le peuple américain, d’une mention de doute est inadmissible et révélateur d’un dysfonctionnement inquiétant dans toute cette sphère virtuelle, bras armé de propagation de l’idéologie libérale mondialiste. Mais, si Trump leur tient tête et les remet à leur place, ce n’est pas parce qu’il est le président des Etats-Unis seulement, mais c’est parce qu’il a une bonne dose de courage et de virilité qui le maintient droit dans ses bottes et l’assure dans ses convictions. TRUMP for 2020 ????????


  • L’arrosé arroseur...en apparence du moins, tous pourris !


  • « ...la firme américaine,... »
    Je croyais qu’elle était Saoudienne.



  • Jack Dorsey, a finalement réagi en fin de soirée. Il a déclaré que les propos de Donald Trump sur le projet de vote par correspondance en Californie « pourraient induire les gens en erreur »



    C’est ce qui s’appelle une interférence d’opinion et outre passe ainsi le rôle de ce media. C’est comme le journaliste qui dirait que untel à raison ou tort (ce qui d’ailleurs ce fait depuis longtemps) mais ils ne sont pas là pour juger un propos ou interférer avec leur opinion.


  • Twitter peut bien être détruit, personne à part les communicants n’y trouvera rien à redire... c’est pas la bibliothèque d’Alexandrie !


  • Vas y Trump fait le ménage ! T’as tout compris !


  • Après m’avoir bloqué 4 fois pour avoir posté des liens contenant le mot diabolique "Soral", ils m’ont suspend u mon compte alors que j’étais bloqué depuis 15 jours et donc je n’avais rien publié de nouveau. Si je veux faire appel et récupéré’mon compte je dois leur fournir une pièce d’identité. En gros ils anticipent ma prochaine exaction pour me balancer directement à la kommandantur. Alors j’ai décidé de mettre aux oubliettes Facebook, désinstaller l’application. De toute façon ils se sont déjà arrangé pour que très peu de gens voient nos publications, on ne voit plus les publications d’artistes que l’on suit etc. Bref on s’emmerde.

    A propos de Twitter j’ai été bloqué une seule fois pour avoir dit "que cette génération de soixantuitards crève", j’ai récupéré mon compte un mois après et à présent je suis seul dans un tunnel, personne ne voit mes tweets, plus aucun like, plus aucune nouvel abonnement à non compte... Mais çà le patron. De Twitter l’avait expliqué qu’ils faisaient çà, ils ne te bloquent pas ton compte, ils sont gentils, ils te le laissent pour que tu soies le seul à le lire. Le nouvel ordre mondial n’est pas vraiment un projet de liberté (d’expression).

     

    • La même camarade ! Lundi j’ai eu l’agréable surprise de voir que mon compte FB et Messenger a été désactivé de manière définitive, pour avoir partagé la vidéo de Trump et l’Etat profond. Après avoir pris 60 jours pour les conseils de lecture sur l’Iliade et l’Odysée et 90 jours pour un même humoristique sur Hitler... j’ai aussi décidé de tout désinstaller mais j’ai tellement envie de retourner leur glisser des quenelles sur leur propre terrain. J’avais remarqué aussi que je n’étais jamais menacé pour mes story mais juste pour les publi sur le mur... p-ê une solution ????


  • Le vote par correspondance : qu’est ce que c’est ringard, ce qu’il faudrait c’est le vote par SMS !

    Blague à part, à partir du moment où l’on autorise le vote par correspondance : à quoi ça sert de voter ? Étant donné que c’est extrêmement facile à truquer.
    J’ai une proposition encore plus provocatrice :
    Que cela soit une intelligence artificielle qui choisisse le candidat le plus approprié en fonction des sondages, l’analyse des réseaux sociaux, de la gesticulation personnelle des candidats.....


Commentaires suivants