Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un bénéficiaire du RSA peut se voir demander du travail bénévole, tranche le Conseil d’État

C’était à prévoir : les Français qui dépendent entièrement de l’État pour leur subsistance sont à la merci des besoins de ce dernier.

Il est donc logique que l’État les fasse travailler, même gratuitement. Certes, les associations de gauche renâclent, mais c’est le prix de la soumission, ou du chômage longue durée.

Cependant, on constate dans notre pays, traversé par de fortes aides sociales, que le travail est souvent déconnecté du salaire, et le salaire du travail. Concrètement, beaucoup de gens font des boulots durs, mal payés, et beaucoup ne travaillent pas qui touchent autant, voire plus puisqu’ils ont en prime le temps de faire autre chose. Et là on ne parle pas que des inactifs : on vise par exemple les personnels des hôtels de région, qui portent bien leur nom...

On n’ira pas jusqu’à incriminer les presque 500 députés, dont les émoluments ne sont pas à l’origine des problèmes de paiement de notre pays. C’est l’exemple, qui compte... Danièle Obono a déclaré au début de ce mois de juin 2018 que 5 000 euros par mois ne suffisaient pas pour un député de la Nation.

Si Sarkozy avait raison sur une chose, c’est que le travail, à force de le figer dans des normes, était devenu une chose rébarbative en France. Mais il avait une idée libérale derrière la tête, à savoir la dérégulation du droit du travail. Il serait pourtant possible de libérer le travail sans détruire les droits du travailleur, par exemple en ne pourchassant pas les petits entrepreneurs – qu’ils soient en autoentreprise ou en société – fiscalement. Eux créent de la richesse, eux peuvent embaucher un jour, ils n’attendent que ça.

Mais les services de Bercy, si tendres avec les grands comptes, les attendent au tournant, avec un gros marteau fiscal.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

Un département a le droit de demander aux bénéficiaires du RSA de faire du bénévolat, a considéré le Conseil d’État dans une décision lue vendredi 15 juin. La plus haute juridiction française était saisie du cas du Haut-Rhin, qui avait tenté d’imposer sept heures de bénévolat par semaine aux bénéficiaires, sous peine de perdre l’allocation. Une mesure qui était, jusqu’ici, bloquée par la justice.

 

Le Conseil d’État a considéré que si le contrat conclu entre le département et le bénéficiaire du RSA est « élaboré de façon personnalisée », il peut « prévoir légalement des actions de bénévolat à condition qu’elles puissent contribuer à une meilleure insertion professionnelle du bénéficiaire et restent compatibles avec la recherche d’un emploi ».

 

Une autre mesure finalement adoptée dans le Haut-Rhin

Dans le Haut-Rhin, la mesure controversée avait été adoptée en février 2016 par le conseil départemental, et devait être appliquée à partir de 2017. Le président LR du conseil de l’époque, Éric Straumann, la présentait comme un moyen de faciliter l’insertion et le retour vers l’emploi des bénéficiaires. Mais elle avait indigné les associations venant en aide aux personnes précaires.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

Comment le libéralisme fabrique de la pauvreté, lire sur Kontre Kulture

 

Le RSA, couvercle de la cocotte-minute sociale, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

94 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Là au risque de me prendre une volée de bois vert de mes petits camarades de ER je trouve l’idée plutot saine et ce pour deux raisons :
    1) Permettre à une personne de retravailler plutot que de glander chez elle lui permet de ne pas vivre en vase clos, de se faire des contacts professionnels, de rester "dans le circuit" en etant obliger de se lever le matin au lieu de faire la grasse matinée, etc...
    2) 7 heures de taf par semaine en touchant le RSA c est bien la moindre des choses et au moins on peut rester fier en disant ok je touche le RSA, mais je bosse, donc ceux qui me critique allez donc vous faire voir (mais non pas chez les grecs ils ont deja assez de pb comme ça...) !!!

    A ce sujet je rappellerai que dans les pays dit communistes, le travail est OBLIGATOIRE, pas de faignants - je ne dis pas que tous les RSA le sont, n’ hurlez pas les petits gars - qui vivent aux crochets des autres...

    Comme dit le dicton : "Il vaut mieux apprendre à pécher plutôt que de donner du poisson..."

     

    • Vous légitimez donc qu’on impose aux personnes victimes du dumping social d’exercer un emploi pour continuer de survivre avec 500€/mois ? La main-d’oeuvre à moindre cout. C’est bien, vous êtes En Marche !
      Militez-vous également pour le retour des traites négrières ?
      Lorsque vous serez en capacité de faire la dichotomie travail/emploi, je pourrais commencer à vous considérer comme un camarade. Au vu de votre commentaire stupide, je peux affirmer que certains bénéficiaires des minimas sociaux, à défaut d’emplois, travaillent bien plus que vous. En attendant je vous laisse avec la "fierté" d’esclave qui vous semble si chère, et que vous a bien inculqué le système.



    • 1) Permettre à une personne de retravailler plutot que de glander chez elle lui permet de ne pas vivre en vase clos, de se faire des contacts professionnels, de rester "dans le circuit" en etant obliger de se lever le matin au lieu de faire la grasse matinée, etc...



      Le but final n’est pas l’épanouissement et la possibilité de créer de nouveaux salariés (on rappelle qu’un taux de chômage bas signifierait une création de richesse donc une hausse de l’ignoble infaltion : le haut taux de chômage n’est pas dû à la paraisse de ces feignasses de pauvres, c’est une politique mûrement réfléchie). Le but vise deux choses : une énième humiliation de ce sale petit peuple français coupeur de têtes et la possibilité, pour les maîtres oligarques, d’obtenir à terme une population aussi corvéable, aussi servile professionnellement qu’elle l’est déjà électoralement.

      Il faut garder cette seule vérité en tête : la classe politico-médiatique française ne veut pas du bien au peuple, elle est son ennemie. Point !



      2) 7 heures de taf par semaine en touchant le RSA c est bien la moindre des choses et au moins on peut rester fier en disant ok je touche le RSA, mais je bosse, donc ceux qui me critique allez donc vous faire voir (mais non pas chez les grecs ils ont deja assez de pb comme ça...) !!!



      La logique du petit pas, vous connaissez ? On commence par 7 heures contre la misère qu’est le RSA (qui est revenu de survie plus que de vie) et demain ; on fera travailler les veaux, pardon, les français, pour un demi-RSA dans des emplois non-rémunérés dont ils ne pourront pas se désister (bonjour la tyrannie du petit chef, les cadences infernales gratuites et la possibilité de faire bosser hors horaires de travail légal pour une bouchée de pain des millions de chômeurs longues durée).

      L’occident qui se sait de plus en plus seul anticipe les évolutions du monde : le travailleur chinois ou indien seront de moins en moins rentables surtout qu’ils enrichissent les gouvernements pas assez Charlie de ces mêmes pays. Alors, autant réduire les peuples occidentaux au niveau du salarié/esclave chinois ou indien.

      Là où je suis d’accord, c’est que la souffrance et l’esclavage peuvent être de bons moyens pour encourager le peuple à se réveiller et voir enfin que l’ennemi est à l’Élysée, pas "à l’ekstrêmdrouate".

      Après, n’oublions pas que le peuple français est responsable de son vote et mérite d’en payer les conséquences.


    • @greyfox silver :

      La meilleur réponse à ton commentaire agressif de gamin gauchiste pas sage a été faite par @michel amn :

      "Une somme d’argent que l’on reçoit tous les mois est l’équivalent d’un salaire. Si vous pensez que l’on peut recevoir tous les mois une somme d’argent aussi petite soit-elle sans contrepartie, vous faites partie de ces gens qui pensent que l’on a des droits sans contrepartie.
      N’oubliez pas les droits des uns sont les devoirs des autres.
      En france il y a en plus des fouriens, des princes et des princesses qui pensent que les droits c’est pour eux, et les devoirs c’est pour les autres (immigrés qui bossent dans les chiottes et les petits restaurants).
      C’est une question de principe : vous ne pouvez par recevoir des services sans en donner. Sinon vous ne valez pas plus que le gros banquier qui fait la même chose mais en plus grand.
      Vous devriez aussi comprendre que si je rédige des messages sur le site de E&R c’est que je ne suis par chez les marcheurs.
      Nous ne parlons pas de la même chose, je parle de principe simple, et vous parlez du système économico-politique mis en place.
      Comme vous je suis contre ce système de semi-esclavage mis en place pour contrôler la population. Le RSA n’aurait jamais du exister. Dans une économie saine tout le monde devrait travailler pour un salaire permettant de vivre décemment.
      Ce système n’est ni plus ni moins que : un petit peu de pain et beaucoup de jeux".


    • C’est du bon sens. Tout travail mérite salaire et tout salaire mérite travail. Le reste n’est que braillerie gauchiste. 7h de travail par semaine pour 500 euros ça fait a peut près du 20euros de l’heure. Et si demain on augmente les heures peut-être que les RSA-istes se diront qu’il vaut mieux qu’ils ouvrent une boîte rentable et utile au pays plutôt que faire ce que l’état leur dit de faire pour pas grand chose. Biensûr diminuer les charges sur le travail pour rendre cela viable. Ce qui sera plus facile quand le RSA ne devra plus être financé par les travailleurs. cqfd


    • Merci franky,

      Tu apportes une analyse humble et sage sur cette mesure, et ce ne sont pas l’humilité ni la sagesse qui règnent majoritairement dans ce Monde.


    • Mais les gens ne se retrouvent pas au RSA sans raison.
      L’idée est belle mais quand vous allez avoir des alcooliques peu ou pas qualifiés et à moitié dessociabilisés ; a 8h du mat. Le travail va être joyeux ; et bien fait !
      Surtout qu ils viennent par pur volontariat, de gaité de coeur , ces braves gens !

      Faut quand même etre réaliste.


  • Conversano et le cafteur obéissant tremblent...


  • Tout travail mérite salaire.

    Donc

    Tout salaire mérite travail.

    Sinon c’est injuste, c’est du parasitisme, qu’il soit grand comme avec les banquiers ou petit comme avec les fouriens*.

    Évidemment si petit salaire, petit travail bien sûr.

    *fourien : espèce invasive vivant sur le dos des travailleurs. En général commence à vivre sur le dos de parents, puis de la société. Donne souvent des leçon de morale et d’écologie.

     

    • Dans ce cas, il faut stopper l’usure et la spéculation.


    • Pour votre gouverne le RSA n’est pas un salaire mais juste un pécule pour ne pas crever de faim.
      Il provient des l’impôts que je paye et que vous payez aussi j’imagine. Seriez-vous entarté chez les marcheurs ? Vous en avez le langage et les idées.......le marche ou crève de l’ultra libéralisme si cher à macron.


    • Je m’attendais à plus de réaction !

      @envolées-des-incultes
      Stopper l’Usure : bien sur, c’est ce que je dis, les banquiers sont des parasites.

      @Loulou
      Un somme d’argent que l’on reçoit tous les mois est l’équivalent d’un salaire. Si vous pensez que l’on peut recevoir tous les mois une somme d’argent aussi petite soit-elle sans contrepartie, vous faites partie de ces gens qui pensent que l’on a des droits sans contrepartie.

      N’oubliez pas les droits des uns sont les devoirs des autres.

      En france il y a en plus des fouriens, des princes et des princesses qui pensent que les droits c’est pour eux, et les devoirs c’est pour les autres (immigrés qui bossent dans les chiottes et les petits restaurants).

      C’est une question de principe : vous ne pouvez par recevoir des services sans en donner. Sinon vous ne valez pas plus que le gros banquier qui fait la même chose mais en plus grand.

      Vous devriez aussi comprendre que si je rédige des messages sur le site de E&R c’est que je ne suis par chez les marcheurs.

      Nous ne parlons pas de la même chose, je parle de principe simple, et vous parlez du système économico-politique mis en place.

      Comme vous je suis contre ce système de semi-esclavage mis en place pour contrôler la population. Le RSA n’aurait jamais du exister. Dans une économie saine tout le monde devrait travailler pour un salaire permettant de vivre décemment.

      Ce système n’est ni plus ni moins que : un petit peu de pain et beaucoup de jeux.


    • De nombreux "bénéficiaires du RSA" utilisent leur temps "libre" à s’occuper de ménage, de leurs enfants et donc de leur éducation, de s’informer et réagir, de se cultiver, y compris techniquement, dans l’espoir de se sortir de cette situation de survie dégradante aux yeux de la société. Ils consomment peu, donc vivent de façon plus écologique. Ils travaillent plus et rendent plus de services indirects à la société que ces employés sédentaires qui glandent au bureau en masse, pour une finalité douteuse : enrichir les grosses boîtes à patrons et actionnaires étrangers, approuver des lois contre le peuple, assister l’invasion du pays, occuper un emploi subtilisé à un Français, etc.
      D’autres "bénéficiaires du RSA" abusent. Ils glandent intégralement, n’ayant rien dans le ciboulot. Ils volent, dealent, trichent sur leur identité, vivent à l’étranger, cumulent les RSA en profitant de leur extra-nationalité car ils peuvent aisément falsifier leurs papiers d’identité, achetables dans le tiers-monde, et les quartiers tiers-mondisés des métropoles européennes.
      Il faut les traquer, ceux-là. S’ils sont étrangers, les virer du pays.
      Pour cela, il faut un bouleversement complet des données du pouvoir.
      Il faut faire de la place, en France, une sélection sur critère de nationalité, fermer les frontières. Les Français ont toujours su très bien employer leur temps pour le profit général, quand ils étaient libres, français, en nombre suffisant (ni trop, ni trop peu).
      En France, il n’y avait pas de feignants, sauf les rentiers, perçus et assumés comme rentiers, pas comme employés de la fonction publique ou actionnaires d’entreprises inutiles !


    • @ Michel Amm,

      Votre texte est certes plein de bon sens mais la politique depuis 40 ans a laminé la classe ouvrière et la petite bourgeoisie au détriment d’une immigration dingue, incontrôlée....essayez de comprendre à qui profite ce remplacement.
      Pour ma part je ne laisserai pas les français, j’ai bien dit les français sur le carreau. Le RSA est un argent qui ne fait que bouger de poches en poches uniquement pour se nourrir donc qui ne nuit pas à l’économie et qui au final retombe dans les caisses de l’État. Ça n’a aucun impact sauf si il est envoyé au bled. Par ailleurs seul 30% des bénéficiaires le touche, c’est dingue mais c’est la vérité, le français de souche garde encore sa dignité et n’a pas la politique de l’aumône contrairement à ce que vous croyez......regardez plutôt qui en profitent, les centaines de milliers de migrants et ce n’est que le début. Les victimes sont les français dans la précarité.


    • « Un somme d’argent que l’on reçoit tous les mois est l’équivalent d’un salaire. »
      Pas forcément au sens où vous l’entendez. D’ailleurs si le rsa est un revenu de solidarité et non un salaire, ce n’est pas par hasard. Et le devoir du bénéficiaire est de chercher un travail, rémunéré donc, et non de travailler pour justifier du revenu de solidarité initial. Par ailleurs, imaginez le grand n’importe quoi auquel pourrait donner lieu ce genre de mesure de merde : un type pourrait se retrouver à filer des coups de mains à des associatifs gérant l’accueil de migrants auxquels l’humanisme ordonne ici de donner en échange de rien cela va de soi. Bref, on devrait être par principe contre ce genre de mesure dégueulasse, à plus forte raison quand on sait qui en sont les initiateurs. En tous les cas il faut au moins s’abstenir de jugements à l’emporte-pièce et qui plus est très fragiles.


  • Du travail pour 400 euros par mois, le patronat et l’oligarchie en action...
    Les fils et filles de catins !


  • « Il est donc logique que l’État les fasse travailler, même gratuitement. »

    bah voilà, on a résolu le problème du chômage ! Merci Macron !


  • C’est très malin. Comme ça ils occuperont presque gratuitement un emploi qui auraient dû être rémunérés normalement.

     

  • Faut le couper ce RSA, ça attire toute la misère du monde et surtout on produit des futurs français assistés sans aucun avenir. La seule solution pour que les français se mettent à bosser c’est de les payer, on augmente le smic à 2000 euros net, par contre on arrête de payer les patrons 50x plus que son salarié, voilà la vraie solution efficace et qui coupe pas un centime au contribuable. à 2000 balle vous n’aurez plus un seul mec au RSA croyez moi, ça va relancer l’activité et surtout plus d’excuse pour l’immigration économique, ils n’auront droit à rien.

     

    • Tu as raison en grande partie , mais pas dans tout , il manque des fondamentaux.
      Du boulot en France, il y en aurait si tout ce que l’on achète serait produit en France. Et pour pouvoir vendre les excédants ou faire des échanges commerciaux avec d’autres pays, il faut un coût correcte. Depuis la révolution Française, les dirigeants se sont comportés en magouilleurs et non pas en régulateurs. Le libéralisme de cette soi-disant démocratie a enrichit les plus riches et a détruit tout équilibre (NOM). Il faudrait à mon sens revenir à un protectionnisme et construire une démocratie participative. En faite, on est dans une telle merde avec Jupitére 1er Macron (employé de Banque Rothschild), et l’UE ceux-ci servant les intêrets du pétrodollars et toute la clique qui va avec ... ça va pas être du gâteau pour les virer ! vu les mougeons qu’on a en France !!!


    • Je crois que vous n’avez pas saisie que si vous coupez le RSA, les mecs vont venir vous dépouiller et au vu du nombre de personne qui survivent avec le RSA, ça tournera vite en guerre civile...
      On ne peut pas faire se cotoyer des mecs qui roulent dans des bagnoles à 100KE et d’autres qui n’ont pas de quoi nourrir leurs gosses.
      De plus il y a un facteur croissance / volume de travail qui ne correspond plus à la réalité du marché, il n’y a clairement pas assez de travail pour tout le monde.
      Vous êtes donc dans une impasse.


    • J’espère que c’est du second degré.

      1/ 80% de l’emploi c’est de PME de moins de 10 salariés.

      Dans ces boites là, le patron gagne 3x plus en moyenne que le salarié au SMIC (je parle du revenu réel après impôts sur le revenu). Donc bon, on n’en a rien à f... des patrons à 50 Smics. Leur influence est marginale.
      Et 3x plus, c’est plus que normal ! (et même limite injuste si tu veux mon avis, rapporté au stress, au nombre d’heures, aux enjeux : ca devrait être 6x).
      Aucune de ces boites n’a les moyens de débourser 50k par an par salarié (qui ne serait pas un commercial) sans faire faillite. Déjà que 20K (SMIC), c’est limite intenable... alors 2K. Dans quel monde tu vis ?

      2/ Quand y a pas de boulot, y a pas de boulot. Augmenter le salaire minimum ne sert à rien. Supprimer le RSA non plus. Ca ne remplira jamais le carnet de commandes.

      Du boulot y en aura de moins en moins, à cause de l’IA et des gains de productivité. Taux de chômage réel aux USA : 22,5%. En France, c’est pareil (sans doute bien plus une fois supprimés les faux boulots, fausses formations, etc.). Dans 20 ans, ce sera 40%.
      Les 40% sans revenu, sans RSA, quelle que soit leur origine, ils tueront pour nourrir leurs familles. Et ils auront raison de le faire.

      3/ Il faut accepter la fin du travail. C’est comme ça. C’est donc tout l’inverse qu’il faut faire : garantir à chacun, qu’il travaille ou pas, l’essentiel de ce qui est nécessaire (en nature) : transports, alimentation saine, web, etc.
      L’argent en + pour ceux qui bossent = argent de poche pour "le luxe".

      Inutile de dire qu’avec 40% de chômage, y aura pas de retraite non plus évidemment.


    • Stravoguine :

      Vous n’êtes pas dans une impasse vous ?


    • Coupez le rsa ? Et comment vous faites quand vous êtes français, de plus de 45 ans, pour vivre Car plus de travail ? " Les fraudeurs, on sait qui sait , mais on ne fait rien par peur des représailles " paroles d’un contrôleur !!!


  • Ils vont faire comment pour faire bosser ceux qui touchent le rsa depuis leur bled, ou qui en touchent 3 ou 4 sous différents noms ?!
    Les gros porcs qui veulent faire bosser gratos le pauvre petit français devraient déjà avoir bosser dans leur vie et arrêter d’être une charge de la société.

     

  • Le conseil d’état (minuscules SVP) a tranché, comme en 1793.


  • Et pourquoi pas, après tout ?

    En étant conscient qu’être payé à ne rien faire est un immense luxe par rapport à une grande majorité de pays ; que la reprise d’activité (très douce en l’occurence) peut faire du bien au moral et au physique d’un chômeur longue durée ; que les métiers imposés seront probablement d’utilité publique ; qu’elle pourrait donner une motivation au chômeur pour s’activer sur sa recherche d’emploi plutôt que de céder au vice de l’oisiveté et du parasitage... Pour toutes ces raisons, il faudrait vraiment être de mauvaise foi ou inconscient pour s’insurger contre une telle mesure ! De plus, on en a vécu de biens pires, pernicieuses, totalement dénuées de valeur pour le Bien Commun ces dernières années...

    P.S. : Je suis au RSA depuis 3 mois.

     

    • Ceux qui sont au RSA le sont généralement malgré eux, et toi tu préconise encore de les faire bosser gratuitement pour augmenter leur humiliation ! Être au RSA c’est pas la joie, mais si tu bosses gratos c’est la soumission totale et à la sortie la dépression !


    • Vous avez vécu dans ces autres pays que vous citez ? Je ne crois pas ou alors avec des oeillères. Dans les autres pays il n’y a pas d’aides ou moins (rarement plus) mais le mode de vie n’est en rien comparable. On peut faire son rsa avec de petits boulots sans avoir les mains liées comme ici à tout devoir déclarer. Et vous participez forcément en retour à l’économie nationale en consommant. Un peu de bon sens. Par contre, le rsa pour le type qui vit dans son bled ou qui l’envoie dans son bled ou qui vient d’arriver chez nous (en partie pour cela), ou qui ne participe en rien à la vie commune au profit de la nation, c’est autre chose. Le rsa doit être réservé aux français d’origine ayant déjà bossé et participé à la vie sociale (pompier volontaire, actif associatif, etc, ) et pas à la clique de parasites venus les poches et le cerveau vides profiter de tout. Au lieu de faire bosser gratos le type humilié par le rsa, il devrait y avoir un système de soutien notamment psychologique, de remise à niveau de ses compétences et d’aide à la réussite de trouver un emploi digne.


    • Avec la robotisation massive d’emplois en cours (et ce n’est que le début), je vois bien tous les chomeurs faire du bénévolat ... Ils ne savent vraiment plus comment si prendre pour calmer les gens qui travaillent et qui payent de plus en plus de taxes. C’est de la propagande intelligente.


    • @ratcaille
      plusieurs choses, déjà contrairement à ce que vous dites, le RSA permet aux pauvres de participer à l’économie, et si pour vous suivre, la moitié des mecs travaillaient au smic et l’autre moitié à 0, ca ne changerait strictement rien en terme de volume. Après les formations, les mise à niveau et bilan de compétence... ça me fait bien marrer, ce sont les outils actuels de la doxa qui fonctionnent tellement bien... Allez faire un tour à l’ANPE c’est affligeant.
      Sans changement profond (encadrement du libéralisme) il sera impossible de donner un travail digne à tout le monde. Là il s’agit simplement de pousser à l’affrontement les pauvres, et ça à l’air de très bien fonctionner...


    • fab,

      Je ne préconise rien, et suis au RSA malgré moi, n’arrivant pas à trouver un emploi dans mon domaine de compétence depuis bientôt 2 ans. Bosser ne m’humilierait pas, quel que soit le taf. Je considère que bosser 35h par mois en faisant des boulots d’utilité publique genre ramasser des ordures pour 480 euros par mois n’est ni de l’esclavage ni de l’humiliation ni de l’injustice. Ni du bénévolat, soit dit en passant.Et tu sais quoi ? Ca ne me fera pas de mal de travailler un peu ! Es-tu au RSA pour me dire et savoir mieux que moi ce que je dois ressentir par rapport à cette situation ?

      Rat caille,

      "Vous avez déjà vécu dans ces autres pays que vous citez ? Je ne crois pas ou alors avec des oeillères (...) Un peu de bon sens."

      Vous me parlez du haut de votre trône ou de votre estrade ? Merci d’en redescendre vite.

      Quant à vos suggestions d’aide pour les gens au RSA, elles sont bonnes mais existent toutes déjà, comme vous l’a souligné Stavroguine. Je ne vais pas perdre mon temps à commenter votre laïus sur la condition de vie tellement plus saine de ces nombreux pays que vous avez vus et moi pas, car apparemment vous me reprochez ce qui semble être votre propre problème... J’ai quand même une citation pour vous, monseigneur : « Avant d’enlever la paille
      de l’oeil de ton voisin, retire la poutre qui est dans le tien. »

      C’est un peu fou cette tendance qu’ont certains ici à détenir LA vérité et à vouloir l’imposer en reprochant à l’autre d’une façon hautaine voire agressive de ne pas la détenir. Derrière un écran, c’est si classe et viril, en plus...


    • Le mec qui s’en prends à Rat Caille en disant qu’il est agressif et hautain n’a pas relut son commentaire ! Et tout aussi viril que lui derrière son ordi. Ridicule. C’est raffiné par ici. Et tous les cocos qui veulent faire bosser les gens au rsa ont déjà vécu avec le rsa ? J’en doute fort même si je n’en sais rien. Mais inutile de me sauter à la gorge dès la moindre contradiction, vous ne savez rien non plus et surtout pas débattre sans vous sentir amoindris et bousculés dans vos idées. On se demande qui vaut mieux que l’autre ! (Car d’après vous, vous valez mieux que tous, bravo)


    • Stravoguine dit
      Quant à vos suggestions d’aide pour les gens au RSA, elles sont bonnes mais existent toutes déjà

      Non, rien de tel n’existe dans le cadre du RSA. Quand vous percevez le RSA, Pôle Emploi vous tourne le dos totalement car vous ne lui coûtez rien. De plus, chaque région semble avoir un système différent car il incombe au conseils généraux d’accepter ou non l’octroi du RSA selon ses propres conditions. Je pense que vous dites n’importe quoi et vous voulez imposer votre opinion quite à insulter ou prendre à partie les autres, qui d’ailleurs ont autant le droit que vous de se tromper.


    • « Non, rien de tel n’existe dans le cadre du RSA. Quand vous percevez le RSA, Pôle Emploi vous tourne le dos totalement car vous ne lui coûtez rien. »
      Le RSA relève des conseils généraux, tant dans son financement que s’agissant du reste. À chacun ses attributions, il est normal de ne pas demander au pôle emploi de s’occuper de gens qui n’ont pas ou plus droit au chômage car ayant épuisé leurs droits et n’ayant pas assez travailler pour qu’en ouvrir de nouveaux. J’ajoute qu’un chômeur ne « coûte » pas au pôle emploi puisque les indemnités chômage consistent en des cotisations qui ont été provisionnées sur les salaires pour être reversées en cas de perte d’activité.


  • En principe l’idée n’est pas mauvaise, mais on comprend que c’est dans son application que l’arnaque mondialiste va se poursuivre, car les Théo de ce monde seront peu ou pas inquiétés, mais on attendra du souchien un rendement de stakhanoviste, afin de soutenir une armée de branleurs aux allocs qui se vautrent devant leur X-box.


  • Quelle rigolade, je pensais que le début de l’article avait été rédigé par France info je ne sais pas quoi.
    J’ai relu les 3 premiers paragraphes deux fois et j’ai senti mon coeur accélérer.... Mais grâce à Dieu nôtre République bien aimée, phare de l’humanité, jalousée jusqu’à Jupiton et au delà ne craint donc rien. Cette infâme logorrhée puant la véri..., pardon, puant les heures plus sombres (bah ouai ça commence à sentir, c’est vrai ça pour le coup) blababla ne serait remettre en question la plus belle création jamais érigée par l’homme : La République, cette vieille pu.e (je ne conseillerai pas ce métier à ma fille mais il faut avouer quelles sont BIEN plus respectable que l’infâme Mariane).
    Mes excuses aux "Marianes du quotidien". ;-)


  • Retour du STO.

    On va voir avec cette forme d’exploitation, qui résiste, qui collabore, qui dénonce, et qui puni.

    Nous allons avoir des surprises.


  • Les Français se font baiser de tout les cotés ! Ah ah mieux vaut en rire !


  • Pierre Gattaz doit être satisfait...le chaos et en marche !

    Je présume que cette histoire de mains-d’oeuvres bénévoles au RSA va donner des idées à des patrons escrocs spécialistes des pratiques mafieuses...

    Aujourd’hui 7 heures mais demain ? Voilà comment la France va rattraper la Chine sur le plan économique !


  • Merde alors ! Les Conversano, Raptor, Papacito, Moualek...sont contraints de bosser ils n’auront plus le temps de nous gratifier de leur vidéos humoristiques ! Une perte pour la France !


  • Le conseil d’état vient tout simplement d’abolir le SMIC, voire l’idée même du travail rémunéré pour les petits boulots. En effet dorénavant un patron n’aura plus aucune raison d’embaucher au SMIC un salarié s’il peut bénéficier d’un esclave intégral au RSA. Il faut se pincer pour y croire tellement ce que l’on vit aujourd’hui est sidérant !


  • Ils ont fait le même coup avec les contrats intérims pour soi-disant palier au absence pour congé ou augmentation de production. Au final l’intérim c’est généralisé...Ils feront là même chose avec cette loi ! Les CDI n’existeront bientôt plus avec la loi Elconnerie Sans compter le fonctionnariat pour les couches populaires car tout va être vendu au plus riche. Bienvenue au emploi pour 450€ comme en Allemagne ! Bienvenue à l’esclavagisme moderne ! Il va falloir bouger ! réagir !

     

    • Puisque vous parlez d’intérim, je me permets d(ajouter ici que depuis quelques années, les boites d’intérim proposent des CDI...
      Sous ce contrat, vous perdez les primes de précarité - ce qui est logique - mais surtout pouvez vous voir imposer un poste hors de votre domaine de compétence, éloigné géographiquement et sans, bien sûr avoir la possibilité de refuser. Et si vous refusez ce CDI, pas sûr que vous restiez dans les bonnes grâces de la boite d’intérim et qu’elle vous confie d’autres missions... Il y a toujours d’autres esclaves potentiels à exploiter.
      Entre ça, le fameux "CDI de chantier" et ce que vous venez d’exprimer, on peut conclure qu’il n’y a même pas à détruire directement le CDI ou l’emploi, réformer et pervertir suffit.


  • Travailler pour l’argent c’est vendre son âme au diable !...
    " Rendez l’argent à celui qui l’a fabriqué" Jésus .


  • suite de mon commentaire :

    Il manque un projet POLITIQUE de grande envergure type humanitaire pour les français de souche et de branches tiers-mondisés par des non-politiques pernicieusement décrites comme un suicide français ! Et, ce depuis 1973 !

    Ce contre-projet existe. Élaboré et mis en route par l’un des gouverneurs intendant de l’ex-France, le saigneur soros. Projet dont les finalités sont à géométrie variable dans le Temps du Nord-Pas-de-Calais à la région PACA.

    Viviane Dreyfus épouse Forrester (1925-2013) a écrit un essai « L’Horreur économique » en 1996 où « sur un ton inhabituel, elle dénonce les discours habituels, qui masquent les signaux d’un monde réduit à n’être plus qu’économique (ou même pire : financier, virtuel). »

    Selon elle «  nous vivons au sein d’un leurre magistral, d’un monde disparu que nous nous acharnons à ne pas reconnaître tel ». « Quand prendrons-nous conscience qu’il n’y a pas de crise, ni de crises, mais une mutation ? »

    « Le chômeur subit une logique planétaire qui suppose la suppression de ce qu’on nomme le travail… qui se réduit comme une peau de chagrin ». La priorité va au profit ;

    « c’est ensuite qu’on se débrouille avec les miettes de ces « fameuses créations de richesses » ». Escamoté le monde de l’entrepreneur au profit des « multinationales, du libéralisme absolu, de la globalisation, de la mondialisation, de la déréglementation, de la virtualité ».

    1996-2018 ! Du RMI, ils sont passés au RSA !

    Vingt-deux ans après, nous avons des « stagiaires français de souche et de branches » en entreprise bossant plus de 35 heures avec quand même 815 €/ mois !

    En fait, une partie de leur temps est consacré à du travail bénévole qu’on te vole bien car tu le veux pour être libre grâce au travail, libre de ne plus pourvoir te consacrer correctement à ton ordinaire, libre de ne pas de consacrer à une authentique culture de l’Esprit, libre de pouvoir passer ton temps devant la télé, tes jeux vidéo en attendant de reprendre ton boulot à 6 h du mat. et te coltiner deux heures de trajet tous les jours et revenir crevé :

    « Parce que je le vaux bien » «  Parce que nous le valons bien depuis 2011 »,

    (véritable manifeste féministe à l’origine, est attaché à l’image de la marque L’Oréal) Paris (groupe L’Oréal) depuis 1970 !

    pour faire suite à l’entretien radio ERFM Niesche/Soral : mai 1968

    comment faire passer la pilule par des slogans type Arbeit macht frei !

     

    • La Caf de Rouen en partenariat avec le CG76, la CREA (gestion de l’eau), la TCAR (transports) accordent selon barèmes, un accès à des réductions pour le transport gratuit, un forfait déductible sur les factures eau, électricité, à un abonnement internet-tél (à vérifier) ce qui, tout en restant modeste est en fait une aide en nature en+ du RSA.
      Je suis en désaccord pour ce bénévolat. Le terme est inadéquat vu que pour être bénévole, faut l’être de plein gré, sans aucune façon subir une pression quelconque règlement administratif ou appât d’un avantage.
      Etre bénévole = engagement envers soi-même, l’association et la mission confiée. Si on a des valeurs, on n’arrête pas du jour au lendemain, selon ses caprices, contingences perso. hormis cas grave..
      Des associations caritatives type magasin social emploie des bénévoles "involontaires" , offre une aide en nature comme l’accès à l’alimentaire et produits d’hygiène. En réalité, le Rsiste devient bénévole parce qu’il sait qu’il y a une petite carotte au bout !
      Trouver des bénévoles devient de +en+ difficile parce qu’il y a toujours des dépenses annexes non prévues pour assumer correctement son bénévolat à savoir utiliser sa bagnole, transport bus, rester sur place pour manger un casse-croûte au bar du coin, assurance. Un rsiste compte le moindre centime.
      Etre bénévole, métier de dames patronnesses . Ces dames surveillent le cheptel avec mentalité de franc-mac, bourgeoise, avec relents de fausses catho !
      L’expression travail bénévole n’est pas utilisée par le Conseil d’Etat (pas cons les mecs) ils parlent d’actions de bénévolat :
      il peut « prévoir légalement des actions de bénévolat à condition qu’elles puissent contribuer à une meilleure insertion professionnelle du bénéficiaire et restent compatibles avec la recherche d’un emploi ».
      Actions dites de bénévolat encadrées (?) dans la logique du système RSA à savoir retour de +en+ à l’hypothétique CDI
      Durant ma carrière d’assistant social, kj’ai participé à la mise en route de telles actions. Je voyais des personnes tellement déstructurées que leur participation ne pouvait qu’avoir des effets direcement bénéfiques pour elles afin de les sortir de la spirale de la dépression, alcoolisme, solitude affective. Terme utilisé : « bénéficiaire » d’où ce terme bénéfique ...
      En réalité, le système a créé de l’exclusion massive en ayant saboté la société. Il propose ensuite des rustines sur un marché de l’emploi peau-de-chagrin !


    • Il faut recontextualiser le "arbeit macht frei" du national socialisme :
      - le travail est l’étalon qui mesure la productivité et non l’argent (étalon travail remplaçant l’étalon or),
      - le travail (pour la communauté nationale) rend libre du capital international...

      Livre référence pour comprendre le rapport du national socialisme avec le travail et l’argent :
      "La révolution européenne" de Delaisi.

      Hormis le côté racialiste, j’adhère totalement au concept du national socialisme... et je l’assume !


  • Ils ont besoin de bénévoles pour l’afflux de migrants qui arrive.

     

  • Selon l’épouvantable simplicité des lois naturelles un inactif ne peut pas survivre. Il est facile de comprendre, dans ces conditions, qu’organiser une société de manière à contrecarrer cette loi ne peut qu’être compliqué, ne serait-ce que dans une gestion ’’pacifique’’ des réactions des actifs contraints de subvenir aux besoins de ceux qui ne le sont pas quand, à fortiori, ils pourraient l’être (étant exclus malades, enfants, vieillards). Quoi d’étonnant à ce que cela devienne ingérable quand, de plus, on accueille des populations exogènes dans un pays où sévit le chômage de masse, et qu’on diminue la rétribution de production, de qui on tire l’impôt tout en continuant à surpayer suremployer qui ne produit rien ? Sauf à s’endetter à outrance...Faut-il faire un dessin ?


  • Quand je disais aux adeptes du revenu universel qu’ils hâtaient aussi la venue du travail forcé universel, ils me répondaient toujours "mais non, il y aura toujours des passionnés pour faire le sale boulot".
    En attendant les passionnés d’agriculture qui nourrissent tous ces parasites de gauche se font sauter la cervelle.

     

    • Parasite de gauche et honnête travailleur de droite ? Étrange vision binaire...
      Suffit-il de travailler pour ne pas être un parasite ? La grosse majorité des emplois actuels consistent à fabriquer de la merde pour alimenter la surenchère consumériste. J’affirme qu’un RMIste (ou RSAste si tu veux), par le simple fait qu’il ne produit pas, est moins nocif à la société - la société réelle et non le système capitaliste - qu’un fabricant de produit chimique, de bagnole, de téléphone portable, etc.
      Pour être expéditif : à part les métiers traditionnels (clercs, guerriers, artisans, paysans, commerçant) tout le reste sont des "jobs" nuisibles ; pire que du parasitisme, ils alimentent le cancer industriel.
      Même chez les paysans, à part dans les petites productions "bio" (il y aurait à redire sur ce terme...), ce sont des empoisonneurs, des chasseurs de prime européennes.
      Conclusion : beaucoup d’auteurs de commentaires remontés contre le prétendu parasitisme des "profiteurs du RSA" devraient repenser à la parabole de la paille et de la poutre avant d’asséner leurs énormes calembredaines. Sont-ils certains que leur métier est bien exempt de tout reproche ?


    • Tout à fait d’accord avec Emilien Chaussure, il faut distinguer le travail utile à la société, celui qui participe au bien commun et à sa pérennisation, de l’"emploi" de larbin soumis d’aujourd’hui, soit à l’Etat totalitaire, soit à la logique marchande pour le privé.
      Ces "emplois" non seulement contribuent à renforcer l’hégémonie de nos pilleurs-mafieux, mais en plus, ils nuisent très fortement au bien commun.

      Bien évidemment, des métiers utiles il y en a de moins en moins aujourd’hui, puisque avec la libre circulation des marchandises, des capitaux et de tout le monde, on peut produire moins bien pour moins cher ailleurs, parce que les français ont été paupérisés par la dette, les dépenses faramineuses et injustifiées de l’"Etat" et l’immigration massive, et enfin, parce qu’avec la destruction des liens familiaux, l’enracinement et les transmissions de savoirs ne s’effectuent plus.

      Et pour ceux qui ont encore le privilège d’exercer l’un de ces métiers, privilège car en réalité seul ce travail là est porteur de sens pour l’individu, ils vivotent souvent au RSA, contraints qu’ils sont, dans un pays "ouverts à tout et à tous" de devoir compléter leurs maigres revenus par ces "aides", puisqu’il n’est pas dans l’intérêt de nos traites de politiques et des usuriers de pouvoir nous faire vivre décemment et dans la dignité de nos salaires.

      Tout ceci pour dire qu’un pays ne peut tenir que lorsqu’il respecte sa population, lorsqu’il la protège, lui permet de travailler et de faire des enfants. Et nous nous situons aujourd’hui à l’exact opposé de cela, car nous sommes "gouvernés" par des personnes qui nous haissent. Et tant que cette haine là aura tous les pouvoirs, il ne faut pas espérer qu’un meilleur sort soit réservé aux français.


    • @Emilien Chaussure

      La vérité c’est que le RSA ne devrait pas exister dans une société saine.

      Je rapelle que la discussion porte sur les parasites, pas sur les accidentés sociaux qui eux touchent le RSA par nécessité.

      Quelques remarques :

      RSSiste est un métier maintenant ?

      Sous prétexte que Le Pen c’est moins mauvais que Macron, je devrait voter Lepen ?

      Contrairement à ce que vous dites, quelqu’un qui vit sans travailler fait quelque chose : il use un peu plus ceux qui travaillent pour lui.

      Donc oui les parasites, c’est le terme propre, nuisent à la société.

      Que vous vous réjouissiez que ce nombre croissant de parasites puisse tuer cette société dirigée par des crapules, je le comprend. C’est plus facile à faire qu’une révolution.

      Mais une bande de parasites n’a jamais fait quoi que ce soit de bon, puisqu’il ne font "rien".

      Pour rappel pour la génération facedebouc et gogolito

      L’oisiveté est la mère de tous les vices.


    • @Michel Amm
      « La vérité c’est que le RSA ne devrait pas exister dans une société saine. »
      Entièrement d’accord. Mais la seule conclusion qu’on peut en tirer c’est que la société n’est pas saine.
      « Je rapelle que la discussion porte sur les parasites, pas sur les accidentés sociaux qui eux touchent le RSA par nécessité. »
      Non, la discussion porte sur la tendance du capitalisme à disposer entièrement du temps et de l’énergie des gens.
      « RSSiste est un métier maintenant ? »
      J’ai beau relire mon commentaire, je n’y vois rien qui puisse causer cette question bizarre.
      « Sous prétexte que Le Pen c’est moins mauvais que Macron, je devrait voter Lepen ? »
      _ ?...
      « Contrairement à ce que vous dites, quelqu’un qui vit sans travailler fait quelque chose : il use un peu plus ceux qui travaillent pour lui. »
      Tomber ainsi dans le piège de la division sociale montre que le capital peut compter sur toi.
      « Donc oui les parasites, c’est le terme propre, nuisent à la société. »
      Ce serait vrai s’il y avait encore une société. Or le système a phagocyté la société. Confondre ainsi les termes montre que tu as besoin d’une remise à niveau politique. Dirais-tu de même pour le travail au noir ?
      « Que vous vous réjouissiez que ce nombre croissant de parasites puisse tuer cette société dirigée par des crapules, je le comprend. »
      Il n’est pas question de se réjouir de quoi que ce soit mais de comrendre le monde dans sa complexité. Mais la complexité ne semble pas ton fort...
      « C’est plus facile à faire qu’une révolution ».
      La révolution est un mythe bourgeois pour épuiser la colère du peuple.
      « L’oisiveté est la mère de tous les vices. »
      Très sain aphorisme mais tu confonds "passer son temps à fumer des joints" et "bénéficier du RSA". Et peut-être même "contemplation" et "oisiveté"...


    • Assez juste @Emilien Chaussure. Et j’ajouterais qu’utiliser le terme de parasite à pas moins de quatre reprises pour désigner des personnes est assez lamentable.


  • Du bénévolat chez les anti-fa gratos pour faire barrage a Vincent la pierre ou dans la LGBT histoire de bien grossir le nombre de participant dans les rue.
    on passera de 300 manifestant pour la propagande à 10 000 voir 100 000 manifestant. bien pratique les 7 heure gratuite.

    mieux encore du bénévolat pour l’association défense Palestine, TV liberté ou chez égalité réconciliation ou Dieudonné. sa fera une belle quenelle inversée.


  • A terme ça va donner ça : les rsaistes vont piquer le boulot des smicards qui seront au chômedu , puis rapidement au RSA. C’est une façon subtile de supprimer le smic.Donc le nouveau smic est à 500 euros. Merci Mac.


  • Ca va plutôt dans le bon sens, même si je pense que la meilleure des choses serait de diminuer un maximum toutes les aides sociales comme ailleurs dans l europe. Cela permettre au francais de comprendre que l immigré vient lui piquer son travail.
    Nous sommes les derniers a ne pas réagir face a la vague migratoire a cause de ce modèle social anesthésiant les fonctions vitales des francais.


  • Tout à fait d’accord. Qu’ils aillent nettoyer nos rues, plage, bords de rivière degueulasses que les communes ne nettoient plus privées de budget. Et croyez moi j’ai assisté à une réunion d’info sur le RSA quand j’ai créé mon entreprise et au vu des "chances pour la france" en présence, c’est sans pitié en ce qui me concerne...

     

    • Vous n’avez pas compris les enjeux. C’est toute la population, en tout cas les classes moyennes et en-dessous, qui vont se retrouver tirées vers le bas, avec en prime un fossé grandissant entre les riches et les pauvres. goy pride, Pousseur et noel l’ont très bien résumé dans leurs messages.
      A terme, c’est la généralisation des "travailleurs pauvres", style Allemagne et USA. Après, c’est le Brésil et les bidonvilles.
      Pour avoir été quelques mois au RSA, quelques précisions : pour une personne seule, vous avez à peine de quoi payer le loyer et les courses. Oubliez les délires de Xbox et smartphone dernier cri à 900 Euros, vous ne pouvez tout simplement pas vous le permettre. En tout cas moi je ne pouvais pas. Ceux qui le peuvent sont probablement ceux qui ont des revenus parallèles non déclarés.
      Ensuite, on ne vous "donne" pas l’argent du RSA : vous signez un contrat d’insertion, et d’autres pourront sûrement confirmer, l’encadrement est très strict. En tout cas le mien l’était. Vous avez des comptes à rendre, et des gens sur le dos pour tout surveiller. L’ingérence est quasi-totale, avec de plus en plus de sanctions au moindre manquement.
      D’après ce qu’on m’a dit, vous êtes désormais de plus en plus tenu de justifier de votre situation bancaire. L’argent qui coule à flot sans conditions, c’est un fantasme savamment entretenu par les semeurs de discorde parmi les Français.
      Le RSA et ces nouvelles mesures de "bénévolat" ne sont que des cache-misère qui parviennent de moins en moins à faire illusion, mais qui vont installer durablement la pauvreté dans le paysage social, pour le plus grand bonheur de ceux qui y trouveront une main d’oeuvre abondante et plus que bon marché.


  • Et les migrants qui foutent rien mais vivent à nos dépends, le conseil des Tas n’envisage pas de les faire travailler bénévolement ?

     

  • #1987340

    Je parie que seuls les blancos sont concernés.

     

  • si le marché du travail offrait un équilibre entre l’offre et la demande il n’y aurait pas de rsa

    actuellement le salarié intérimaire permet aux entreprises privées de faire face a des situations tendues tout en limitant les embauches , ce sont des emplois le plus souvent qualifiés, face auquel le cdd "dit i " de la nouvelle loin travail fait figure de nantit

    les emplois non qualifiés sont généralement dédiés a des sociétés de sous traitance, qui elles, sous payent, proposant le plus souvent des contrats a 1/2 temps et des horaires décalés

    l’idéal pour assujettir quelqu’un, lorsque l’on travail de 5h a 8 h et de 15 h a 18 h , 4 jours par semaine, l’energie disponible pour s’en sortir s’évapore aussi vite qu’une pluie d’été

    dans le cadre du rsa
    sur quelle base va t on s’appuyer, sur celle du smic horaire ? 500/10 = 50 heures par mois ou sur une base correspondant à la qualification réelle du bénéficiaire ?

    ces 50 heures représenteront un volant de main d’oeuvre disponible qui permettront de réduire le nombre d’emplois contractualisés ( l’interim en fait aussi parti ) auquel s’ajoutera un effet d’aubaine que l’on peut comprendre ainsi :

    ne croyez surtout pas que l’ensemble des personnes au rsa sont sous qualifiés

    (https://webcache.googleusercontent.... )

    alors disposer d’une main d’oeuvre, surqualifiée a l’embauche et sous rémunérée à l’emploi, ne peut qu’intéresser les acteurs économiques qu’ils soient issus du secteur privé ou du secteur publique
    pas convaincu ?
    moi patron de pme pourquoi ne pas m’attacher ,50 heures par mois , l’aide d’un comptable ? tant pis pour le diplomé sortant de son cursus, qui lui espère un travail avec une rémunération à la hauteur de sa qualification
    et cela vaut autant pour le privé que pour le secteur publique ( collectivité locale incluses )

    pour les 42% des personnes bénéficiaires qui sont non qualifiées, il conviendra non pas de les qualifier, mais de leur donner une compétence, volant labile et docile qui fera ce que l’on attend d’eux pour 500e / mois

    Cette société devient une société de M ....


  • et comment ils font en asie ou il n’y a pas de RSA ?
    je connais bien deux pays (l’Inde et la Thailande) dans ces deux pays, pas de chomâge, tout le monde a une activité. pourquoi ?
    l’ét(at fout la paix aux petis, pas d’impôts pas de flicage. n’importe qui peut monter son outil de production ( bouffe, petit commerce de détail, artisanat, réparations diverses (tel informatique deux roues electroménager) services divers etc, on peut vendre ou exercer dans les rues (gratuitement ou pour des loyer dérisoires) les marchés couverts ou non et bien sûr chez soi. pas d’impôts, pas de taxes si ce n’est la tva sur les produits manufacturés achetés. plus de la moitié de la population vit comme ça et souvent en famille (pour les restaurants particulièrement). Du coup, il y a des milliers de petits métiers et la vie est particulièrement agréable car il y a plein de services.
    ah oui, les agriculteurs aussi ne pas pas d’impôts et en plus ils sont aidés (en Thailande). ne paient des impôts que les sociétés et les employés de sociétés au delà d’un certain salaire.

     

  • Couper le RSA ,quelle bonne idée ! Il y a 9 millions de chomeurs dans ce pays peu importe pourquoi qui ou quesse .Si les travailleurs avaient été payés honnêtement pour le travail qu’ils fournissaient et non leur statut de classe ,nous ne serions pas au bord de l’implosion sociale .
    Que feront ces millions de gens s’ils n’ont plus de quoi survivre ? La révolution et la guerre civile !
    Les aides sociales ne sont en aucune façon des "aides " mais le stratagème que les nantis ont trouvés pour maintenir les pauvres en soumission et désespoir .
    Personne n’a envie d’étre pauvre ,dépendant et assisté. Chacun aspire à une vie agréable ,de la culture , des moyens de vivre décemment ,de voyager et de profiter de la seule VIE qui nous est donnée .S’il y a quelques resquilleurs ,qu’est ce que ça peut faire ,les autres souffrent du mépris et des humiliations dues à leur condition .
    Divisez par 2 le salaire des sénateurs séniles et fainéants , des députés incompétents , des ministres inexistants et des parlementaires escrocs .Puisqu’ils seraient des Citoyens comme les autres , qu’ils soient payés à leur juste valeur de travail
    Cette montagne de monnaie volée aux Français doit étre distribuée aux pauvres de ce territoire afin qu’ils puissent mener une vie digne d’étre vécue et qu’ils participent d’eux mémes à leur évolution en dehors du foot et des programmes débilitants TV qui seraient le remède pratique à la misère .
    Une République Citoyenne (puisqu’on nous pompe l’air avec ça) n’a que faire de réceptions à Versailles ,de logements de fonction de 800 mètres2 , de chauffeurs de Bentley et de branleurs botoxés ,mais d’universités pour tous ,de logements et de transports abordables .Et surtout de la mise en pratique de la Liberté de l’Egalité et de la Fraternité qu’elle prétend défendre .


  • La racaille de la gaule sémitique (dont une bonne partie d’ex Français ayant fait scission , les ducats étant plus importants pour ces derniers) s’assure que la tête du blanco turbo-prolétarisé soit correctement maintenue sous l’eau pendant qu’elle importe dans le même laps de temps une nuée de Chances des temps immobiles
    Ces Chances seront installées avec une précision chirurgicale dans les zones où une résurgence de bon sens Français (= la corde pour les traitres) pourrait ressurgir.


  • @ yul #1987278

    « Il faut recontextualiser le "arbeit macht frei" du national socialisme »

    Le slogan est « une formule concise et frappante qui exprime une idée, pour rassembler (recrutement, reconnaissance et ralliement). » La com’ politique introduit ainsi des virus mentaux, tels des mantras en rapport avec un rituel magique qu’utilise les sectes dont les kabbalistes.

    Dans le camp de travail devenu mondial à ciel ouvert, ne faut-il pas que le goy ait virtuellement de l’espoir : tu travailles (peu importe conditions, salaires, horaires) et tu seras libre (sans te dire de quelle liberté il s’agit).

    Le cobaye qui tourne à vide dans sa cage n’est-il pas libre de tourner encore et toujours comme l’âne avançant en même temps que la carotte fixée au bout d’une canne à pêche ? Pendant qu’il trotte, n’est-il pas dans l’espoir de manger la carotte écoutant le chant des sirènes de la propagande médiatique dans l’espoir d’une vie meilleure JAMAIS au rendez-vous éternellement lié à la Dette.

    Les salariés enchaînés aux 40 ans de boulot ; l’espoir d’atteindre la retraite enfin libre alors que l’usure au travail, la pénibilité t’aura usé à tel point que tu n’auras qu’une envie c’est de ne rien foutre.

    Le choc en retour, à régurgiter, c’est la remémoration quasi quotidienne même nocturne, d’événements, de faits, de souvenirs encombrants passés durant ces années de frustrations innombrables dont l’éveil spirituel non enclenché, inassouvi.

    La question lancinante du QUI SUIS-JE, la métaphysique de l’ÊTRE revient : qu’ai-je fait de ma vie ? à quoi ai-je servi ?

    Beaucoup de retraités sont écoeurés d’avoir bossé autant, espérant avoir contribué par leur labeur à un avenir meilleur pour leur pays : ils déchantent vu la spoliation de notre pays.

    Les politiciens VRP de la com’ sont chargés d’entretenir cet espoir durant toute la vie et au final, quelle solution concrète pour les jeunes générations issues précisément de ces retraités d’aujourd’hui ?

    70% des revenus des plus pauvres sont des prestations sociales donc si on les coupe, on s’attaque aux plus pauvres.

    Quand il faut abaisser la fiscalité des plus riches, la dette n’est plus un problème, quand il faut couper dans les dépenses sociales, la dette est un problème. »

    Nous sommes bien dans la logique du camp de travail même méthodes.

    Htler avait un PROJET POLITIQUE.

    Nous en sommes privés car il est dans les mains de moins en moins invisibles de « privés ».


  • "Travail bénévole" ? un bénévolat obligatoire ! Et si le travailleur bénévole ne veut pas travailler ? Que fait-on ? Des coups de fouets ? Le camps de concentration n’est pas loin.

    Cela ressemble ou aux impôts en nature appelée "corvées" sous l’ancien régime ou pire, aux razzias d’esclaves qu’on ne fait plus en Afrique et qu’on envisage de faire en Europe.

    Est-ce que les "réfugiés politiques" y seront tenus ? Non, évidemment. Ils regarderont les esclaves blancs travailler.

    Tout ce que fait ce gouvernement est con, tordu, bizarre, malsain.. Il n’a qu’à dire clairement qu’il cherche des raisons pour suspendre les allocations des pauvres. Un peu de franchise !


  • "Concrètement, beaucoup de gens font des boulots durs, mal payés, et beaucoup ne travaillent pas qui touchent autant, voire plus puisqu’ils ont en prime le temps de faire autre chose"

    Si l’on en croit votre constat, la mesure adoptée par l’État est-elle si choquante ? Je pense que les salariés mal payés, eux, n’apprécient guère que d’autres le soient à ne rien faire.

     

    • Ben arrêtez donc de travailler, jaloux que vous êtes. J’ai connu les deux options. Vivre en travaillant, et vivre au rsa. Il faut être complètement crétin pour continuer de travailler, très honnêtement ( à moins d’être patron de sa propre entreprise, mais ça, l’indépendance, l’Etat veille bien à en bloquer l’accès )
      Le jour où la france comptera une majorité de bénévoles rsa-istes, peut être se passera-t-il enfin quelque chose ?? Mais c’est vrai que les gens sont trop attachés à leur " pouvoir d’achat " !...


    • « Ben arrêtez donc de travailler, jaloux que vous êtes. J’ai connu les deux options. Vivre en travaillant, et vivre au rsa. Il faut être complètement crétin pour continuer de travailler, très honnêtement ( à moins d’être patron de sa propre entreprise, mais ça, l’indépendance, l’Etat veille bien à en bloquer l’accès )« 
      Pour moi, que l’on soit d’un côté ou de l’autre, y compris donc quand on a été alternativement l’un puis l’autre, il est aussi crétin d’insulter les gens qui travaillent que ceux qui ne travaillent pas.


  • N’importe quoi ! Le bénévolat, est une décision personnelle, privée, sans aucun lien de subordination quelconque, et sans but lucratif. C’est juste de la main-d’oeuvre gratuite qu’ils préparent.


  • Honnêtement, je ne vois pas où est le problème

     

  • On pourrait supprimer les salaires du million de personnes qui vivent de la politique. Puisque ce qui reste de ce "pays" est précipité dans le mur depuis l’étranger.
    Les migrants viennent d’Afrique où toute entreprise même le commerce informel paye ou est en passe de régler des taxes et impôts faramineux à une administration inutile.
    Un peu comme ici quoi.


  • C’est donc l’excuse qu’ils ont trouvé pour leur SMIC à 1€ / heure.


  • Les entreprises qui oseront s’abaisser à se genre de pratiques verront leur avenir s’obscurcir, c’est à prévoir.

    S’il y a des besoins d’employés, alors il faut faire une recherche pour embaucher et le type au RSA postulera. Un type qu’on force à bosser pour des cacahuètes apportera plus d’embrouilles qu’autres choses.

    Il y a des limites à tout . . . Cette mesure est surréaliste. Ça colle bien à l’époque.


  • Au départ, il fallait savoir si le bénévolat pouvait être imposé en contrepartie du RSA.
    La réponse du conseil d’état est non. Et c’est toujours non.

    Puis il fallait savoir si le bénévolat était autorisé en cela qu’il pouvait interférer avec l’obligation d’être disponible et en recherche d’emploi pour ceux qui sont inscrits à Pôle-emploi.
    La réponse est oui, le bénévolat est autorisé en cela qu’il permet d’accomplir des actes d’insertion qui sont la contrepartie obligatoire pour ceux qui ne sont pas inscrits à Pôle-emploi.

    Cette décision dit seulement que les activités bénévoles des personnes au RSA sont légales et peuvent être inscrites dans le contrat d’insertion.
    Jouant sur cette décision, les Hôtels de Région poussent à l’activité bénévole parce que cela les dispense de mettre d’autres activités en place pour l’insertion du bénéficiaire.


  • Vous verrez que ce " bénévolat " forcé, à coup de lois scélérates, passera du partiel au temps plein d’ici peu.
    Un patron pourra venir faire ses " courses " au pôle emploi en demandant un bac+2, par exemple, pour 500€/mois sans avoir à embaucher un salarié à 1500€/mois.
    Ou comment foutre en l’air le smic tout en douceur.

     

    • @ Le Den

      "Le smic sera foutu en l’air" ainsi que les cursus universitaires. Les bac+2 qui trouvent du travail d’un bac-2 (crise oblige) fournissent au début du travail à bac+2 et quand ils se rendent comptent qu’ils se font baiser, ils se mettent au niveau d’un bac-2. Les entreprises continueront à perdre la main d’oeuvre qualifiée, les étudiants déserteront les facs, faillite de l’enseignement supérieur, moins de création d’entreprises faute de diplômés, baisse du pouvoir d’achat, hausse des aides d’état pour compenser, hausse des cotisations, etc ... C’est le serpent qui se mord la queue. La république n’est pas loin de s’écrouler sous le poids de ses propres contradictions :)


  • Je suis actuellement en fin de droit et me suis largement investi par choix dans plusieurs associations depuis la fin de mon dernier contrat de travail.

    Je l’ai fait car les activités que j’ai pleinement choisi me conviennent parfaitement et qu’elles sont très motivantes. Je suis bien plus sociabilisé qu’en période de chômage et cela me permet de mieux envisager mon retour à l’emploi et de valoriser mon CV.

    Je suis avec des chômeurs, des retraités, des salariés, j’y trouve éventuellement des étrangers avec carte de séjour et m’adresse à tout public. Dans ce cadre, j ’ai eu depuis l’occasion de dialoguer avec une grande entreprise sans forcément solliciter un emploi auprès d’eux.

    Personne ne tient compte de mes rares retards ou absences (c’est plutôt un motif de plaisanterie) et la règle fait que nul n’a le droit de faire une seule remarque sur la productivité de chacun d’entre nous.

    L’État réagit comme si les chômeurs n’étaient que des oisifs (et l’oisiveté est mère de tous les vices, c’est bien connu).

    L’État se goure complètement et c’est la preuve que les politiques ne connaissent pas les français.

    En rendant obligatoire le travail bénévole pour les bénéficiaires du RSA, vu de ma propre situation, cela dévalorise complètement ces activités dans mon propre CV, mais aussi celui des salariés qui participent avec moi s’ils doivent en produire un pour chercher un autre emploi.

    Plus personne n’aura plus rien à y prendre, même s’il y donne déjà !

    Va-t-on aussi le rendre obligatoire pour les retraités ?

    Le tissu associatif est déjà très inégal sur le territoire.
    Comment le bénéficiaire du RSA d’un hameau où rien ne se passe et n’ayant pas de moyen de locomotion va-t-il faire pour se rendre à cette association ?

    Si une association peut permettre des stages dans le cadre de Pôle Emploi, il n’est pas sur que les possibles salariés de celle-ci, après les liens sociaux et amicaux tissés avec leurs bénévoles au chômage apprécient désormais de surveiller leur émargement ou leur pointe et d’en rendre compte à Pôle Emploi ou la CAF, ou même leur productivité. Bref, une administration des ressources humaines qu’ils n’ont jamais fait et n’ont pas forcément envie de faire.

    Pas sur non plus que j’apprécie personnellement un type que Pôle Emploi nous ai envoyé et qui pourrisse notre belle entente cordiale !

    Le bénévolat doit rester le bénévolat.

    Tout cela est fait pour tuer dans l’œuf ce qui reste de social dans ce pays.

    Rien de plus.

    Merci


  • he hop, encore un sujet ou un grand nombre reporte, dans ses commentaires, tout a lui même, sans entrevoir que l’objet même du principe est de créer une "enieme" division horizontale entre ceux qui au final se retrouvent dans la même barque

    avec 500e par mois on ne va pas très loin, en comparaison, les 160hr mensuelles du smic pour 1400e/mois sont sous rémunérés, deux faits, deux évidences avec comme unique différence, l’un travail pour être pauvre avec l’essentiel ( rien de plus) et l’autre ne doit pas travailler pour l’être sans pouvoir subvenir à l’essentiel que ce bénévolat ne le lui apportera pas !
    - si le rsa est une panacée, je rappel que vous avez tous ici le droit d’en bénéficier, il convient de démissionner et de vous lancer dans l’aventure
    - être dirigeant de pme n’est pas une obligation je rappel a ces derniers qu’ils peuvent tout a fait redevenir os, ils seront libérés
    - le smic devrait etre renommé smdp ( salaire minimal de pauvreté),

    ce qui apparait comme un bénévolat, dans le cadre du rsa, sera très vite ouvert au secteur marchand, en concurrence directe avec vos emplois dont les salaires seront toujours trop élevés, et puis n’est pas une forme de bénévolat le nouveau calcul des heures supplémentaires instauré par macron et cie ?

    Pas convaincus ?

    1 hamburger mac do en juillet 2002 = 0.75 €
    1 hamburger mac do en mai 2018 = 2 €
    taux d’inflation moyen de 6.5 %/an

    1 litre gazoil en juillet 2002 = 0.77 €
    1 litre gazoil en mai 2018 = 1.55 €
    taux d’inflation moyen de 4.5 %/an

    smic en juillet 2002 = 1 035,88 €
    smic en mai 2018 = 1498.5 €
    taux revalorisation moyen de 2.34 %/an

    si une revalorisation moyenne de 5.5%/an (*) avait été appliquée en mai 2018 , le smic s’éléverait à 2439.77 €
    (*) 6.5+4.5 = 11 - 11/2 = 5.5%

    2439-1498 = 941 € - 941 x 12 = 11 292 € en moins dans votre poche chaque année !

    1.65 million de "smicards" soit 941 x 1 650 000 x 12 = 18 631 800 000 soit 18,65 milliard d’€ par an en moins dans l’économie quotidienne et locale soit 51 000 000 d’€ quotidiennement, une paille !

    vous avez été et serez de formidables variables d’ajustements, à l’instant, dans l’état actuel des comptes les bénéficiaires du rsa vous laisseraient encore 9 milliard d’ € ( 18.6 - 10 = 9 - 10 étant le cout du rsa )

    capito !


  • quand je lis certains commentateurs qui se disent d’accord, je me dis que finalement l’élite a raison !! On n’est pas sorti du sable car ils adhèrent à son crédo : " L’esclavage par consentement, ils y viendront "


  • Personnellement ça me choque beaucoup moins que l’existence de la taxe foncière sur la résidence principale. Avoir le droit d’être propriétaire sans payer un pseudo loyer à l’état devrait être inscrit dans la constitution alors que le droit de gagner de l’argent (même peu) sans rien faire, bof, bof... Certains diront que ça n’a rien à voir, non en effet : ça n’a rien à voir pour les parasites nomades.

     

    • Aura : on ne gagne pas d’argent avec le RSA. On survit. Ceux qui en gagnent sont ceux qui cumulent RSA, travail au noir ou pas, cumul avec d’autres aides pour peu qu’ils aient des enfants, etc, etc... Quant à payer des taxes pour les impôts locaux/fonciers, tout à fait d’accord, dans certains pays, on est propriétaire une fois pour toute, et on ne paie pas toute sa vie ce droit.


  • Les commentaires se déchirent. Oui, en principe c’est très simple, tout travail mérite salaire (et un salaire digne est celui qui permet à un homme de nourrir sa famille et de construire sa maison). Mais on a des raisons de se méfier de ce genre de mesure, connaissant la nature perverse de ce système qui ne fait qu’ajouter des rustines aux problèmes qu’il a lui même créé, qu’il entretient, et qui continuerons de toute évidence.


Commentaires suivants