Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Un joueur de go professionnel battu par un ordinateur

L’intelligence artificielle fait une avancée historique... et inquiétante

Fan Hui, meilleur joueur de go européen, s’est fait laminer par une intelligence artificielle développée par Google. Il y a peu, une telle victoire était encore impensable. Ce qui a fait la différence : le « deep learning ».

C’est un jour à marquer d’une pierre blanche dans le domaine de l’intelligence artificielle. Une pierre de go. Pour la première fois, un joueur professionnel a été battu par une machine, un programme développé par Google et baptisé DeepMind, sans handicap et en conditions réelles. Jusqu’à présent, le jeu de go était le seul jeu de réflexion à deux joueurs qui résistait encore aux ordinateurs. Il y a un an et demi, une telle prouesse semblait hors de portée, comme nous l’expliquait un spécialiste, qui n’en revient pas. « La machine a battu un joueur professionnel sur le score de 5 à 0 dans des parties jouées à égalité sur des damiers 19x19. C’est incroyable », s’exclame Bruno Bouzy, chercheur en intelligence artificielle et spécialiste de la programmation des jeux de réflexion.

Le duel a eu lieu en octobre 2015, et les auteurs du programme ont publié ce jeudi un article scientifique dans la revue Nature pour expliquer leur méthode.

 

« La différence, ce sont les progrès du deep learning »

Que s’est-il passé, en si peu de temps, pour que le logiciel dépasse ainsi le cerveau humain ? Cela tient en deux mots : deep learning. « Apprentissage profond », en Français : un outil d’intelligence artificielle récent qui fonctionne sur le modèle des réseaux de neurones, comme dans un cerveau. Le « raisonnement » est donc non linéaire, les problèmes sont décomposés, et surtout, le programme devient capable d’apprendre seul. Plus besoin de tout lui montrer. Disons que les concepteurs d’un tel algorithme lui apprennent à apprendre.

Lire la suite de l’article sur lexpress.fr

Voir aussi, sur E&R :

Comment l’homme crée les conditions de sa propre disparition,
à lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Google c’est Skynet, l’armée américaine c’est les machines, et nous on doit être exterminés.


  • pas grave du tout !!

    je n’ai aucune intention de jouer au go contre une machine !

    ....laissons les jouer entre elles

     

    • "Et celui qui ne veut pas danser ne sait pas encore qu’il y ait obligé."
      C’est assez effrayant en réalité. Je joue et connaissant fan hui qui est un joueur de niveau international, certes pas l’un des plus fort mais un pro tout de même, qu’un programme ait atteint ce niveau est très problématique. Oui, il gagnera au match retour mais ce qui est effrayant est la vitesse de progression des programmes et machines. Il y en à même qui apprennent et d’autres qui programment d’autres programmes.
      La matrice approche.


  • En réalité, ce n’est pas un humain, le champion, qui a été battu par une machine, mais un humain qui a été battu par une équipe d’humain au moyen d’algorithmes de leur conception.
    L’intelligence artificielle est le produit de l’intelligence humaine et non pas de la machine.


  • #1383494

    Pour aller plus loin sur les errances de la civilisation technicienne :
    Le bluff technologique, de Jacques Ellul (1987)


  • Ce sont donc ces machines que l’homme impose à l’homme ? Ce sont ces machines qui vont planter mes tomates et pommes de terre ... NON ! elles ne rentrerons pas dans mon palais.Les techniciens-collabos qui travaillent dans ce sens, doivent avoir honte d’être humain, ils ont choisi de ne plus l’être...


  • Le cerveau humain n’est pas un ordinateur. Je commencerai à m’inquiéter le jour où l’humanité produira des bio-ordinateurs aussi évolués que nos molécules.

    D’autre part, les élites n’ont pas besoin d’une grande puissance de calcul artificielle pour contrôler les masses. Elles ont toujours plus ou moins "réussi" (plus ou moins car n’obéissent-elles pas à un dessein qui les dépassent ?) sans machines pour compter à leur place.

    Pour ma part, je garde l’espoir que les évolutions technologiques décisives soient conditionnées par les évolutions morales du groupe.


  • #1383520

    Aux échecs il n’y a jamais eu une seule ligne de code mettant en oeuvre de l’intelligence artificielle contrairement à ce qui a souvent été avancé. L’intelligence artificielle n’est qu’un outil de commodité de représentation pour le développeur et devient inutile lorsque le problème est basé sur du calcul. Dans les années 80 il était question d’intelligence artificielle par effet de mode et pour des motifs inappropriés. L’enjeu est l’effet d’annonce et il est probable qu’une équipe d’ingénieurs ait trouvé un moyen d’élaguer les calculs inutiles. Cependant si le programme est si fort, pourquoi ne pas le mettre à disposition en ligne afin que chacun puisse vérifier son niveau exact en calibrant le handicap ?


  • C’est de la pure propagande puisque l’ordinateur reste dans ce cas une calculatrice ultra puissante. Il analyse des combinaisons mathématiques.
    Le point faible des réseaux de neurones, donc des algoritmes qui sont sensés les singer concerne tout ce qui a trait aux états de conscience supérieurs, tels que les systèmes symboliques du langage et de la pensée, de la musique, des arts visuels. Les groupes de neurones connaissent l’objet et l’image de l’objet, mais ignorent tout du sens de l’être dans le temps.
    C’est exactement comme lorsque l’ordinateur Deep Blue a battu Kasparov...
    Tiens d’ailleurs comment s’appelle leur nouveau calculateur ?
    Deep Learning ! Tiens ! Tiens ! Ca ne vous rappelle rien ?
    Le jeu de go c’est du calcul stratégique et en mathématique on dit calcul statistique.
    Google est une puissante mafia, ou plutôt une Mafia du sixième type, du type Leviathan apocalyptique.


  • Ce n’est pas demain que les machines inventeront un jeu, et les machines ne sont jamais que des éxécutants rapides d’instructions formulées par d’autres humains.
    Techniquement parlant le champion à été battu non pas par une machine mais par des dizaines et des dizaines de personnes qui ont travaillé ensemble sur des algo et on eu recours à un systéme automatisé pour obtenir une exécution suffisement rapide.
    Chose que chacun d’entre eux seraitcomplétement incapable de réaliser.
    Bref ce n’est pas "une partie , 1 contre 1 " mais bien 1 contre 100 et ou les 100 ont le droit de réfléchir "éternellement " avant de proposer leurs coup et ensuite de les automatiser pour " faire semblant " qu’ils jouent une partie.
    Pas de complexe à avoir...


  • #1383568

    Dans le film Wargames, 1981, c’est le jeu du morpion qui a empêché l’apocalypse nucléaire, ce sera peut être le go à la nôtre, d’Apocalypse.

    En effet, google et ses algorithmes analysent toutes les interactions humaines à travers leur "moteur de recherche" collectent plus de données que jamais au cours de l’histoire connue et officielle humaine, qui peut dire si Terminator n’est pas une saga prophétique dans laquelle la machine décide de se passer de l’homme ?

    C’est de google qu’apparaîtra la fameuse intelligence artificielle, gageons, qu’ils savent au moins ce qu’ils font, mais j’en doute fortement, de plus nous y contribuons tous plus ou moins et à des échelles diverses à ce "cerveau numérique collectif" qui deviendra peut être, dans un jour prochain, conscience numérique collective de l’humanité, dans laquelle tout le savoir est condensé depuis que l’homme est l’homme. Tout ceci risque bien de zouker fort pour nos pommes, prochainement...

    Alors Jacques Attali ? Heureux ?

     

    • #1383806

      La machine ne peut pas se passer de l’homme car elle n’a absolument aucune autonomie ! Elle dépend entièrement de l’homme pour être entretenue, réparée, alimentée en énergie...la machine est une imitation imparfaite du vivant qui lui est une mécanique parfaite, autonome, capable de reproduire par le biais de la reproduction sexuée ou asexuée, capable de s’auto-réparer (la guérison), capable de se procurer l’énergie nécessaire à son fonctionnement en utilisant des sources énergétiques brutes abondantes dans son environnement. C’est ce qui explique pourquoi un simple bourricot et une charrette en bois reste supérieure à une voiture ! Certes la voiture est plus rapide et c’est tout ! Le bourricot fonctionne pendant 20 ans sans presque jamais être en panne, il est capable de s’autoréparer en cas de pépin, il suffit de le laisser se reposer...il vieillira et mourra mais avant cela il suffit d’avoir eu la présence d’esprit d’anticiper ce fait inéluctable en utilisant la formidable capacité du vivant de se reproduire. Le bourricot donnera un ou plusieurs nouveaux petits bourricots qui le remplaceront...le bourricot tire sa source d’énergie des plantes qui poussent spontanément dans son environnement...le jour où je verrais une machine capable de se reproduire, de guérir et de tirer son énergie de matières brutes présentent dans son environnement de manière autonome je commencerais à m’inquiéter !


  • #1383570

    Aucune importance, cette défaite ne veut rien dire du tout, car l’homme battu n’est que le champion d’Europe, et on est faiblard ici en go. Il fallait opposer la machine avec le champion du monde coréen, et là, on aurait eu un match significatif, du calibre de la défaite de Kasparov contre deep blue il y a 20 ans...

    Mais de toute façon, à terme, on prendra des raclées à tous les jeux contre des machines.... qui ne sont pas vraiment des machines, mais plutôt des créations humaines, de sorte que tout ça ne veut rien dire au final !!

     

  • #1383587

    Ce n ’est pas inquiétant car, pour l’ instant, la machine ne SAIT PAS qu’ elle joue au go ou aux échecs. Quand elle en sera consciente, là, ben on va morfler ! :-)


  • « L’intelligence » c’est la capacité à se « reprogrammer » Jean-Pierre Petit.

    On n’y est pas encore.

     

  • Moi j’ai confiance en l’être humain et en ses neurones. CAR (bonjour Le Bret imitant Y Moix) ces "machines" n’arriveront jamais à savoir comment se torcher suffisamment le C.. pour rester propre. Y a un oiseau ! (bonsoir Van Damme).


  • En tant que très modeste joueur de go (depuis 40 ans maintenant), il me semble que le prestige de ce jeu pluri-millénaire est désormais atteint, et cela m’attriste.

     

  • Inquiétant des clous ! Rien à battre de cette machine à la con dont le seul mérite est de calculer plus vite que moi, tu parles d’une prouesse... Tout con qu’il puisse être, n’importe quel prolo peut débrancher ce machin quand il veut, l’inverse est impossible.
    Humour, foi, projets, amour, rêves, elle peut tout ça la super console de jeu Google à 30 milliards de dollars ?


  • #1383680

    Sauf de nom, je ne connais en rien le jeu de Go. Ceci étant dit, la seule chose qui prouverait l’existence de cette « intelligence » artificielle serait d’opposer deux de ces machines, totalement identiques au niveau des composants et de la programmation, lors d’une rencontre. Si la partie perdure indéfiniment ou si le match nul est décrété, la preuve de leur non-intelligence sera faite. Si au contraire l’une des deux parvenait à l’emporter il me semble que nous aurions du souci à nous faire.


  • #1383745

    La défaite de Fan Hui n’est pas vraiment significative dans le sens où il doit être 4p ou 5p. Ce n’est pas comparable à la défaite de Kasparov, qui était le champion du monde. Si la machine avait battu Go Seigen, Lee Chang Ho, Lee Se Dol, ou un autre gros ponte, on en rediscuterait, mais je connais même un joueur qui a battu Fan Hui facilement, alors bon... Cela dit, il est tout de même un professionnel, je pense que c’est ce qui a ébranlé certains.

    Pour ceux qui ne connaissent pas le go, il s’agit du seul jeu (de stratégie combinatoire abstrait) qui résiste encore aux machines. Cela s’explique par la structure du jeu, où perdre une bataille peut amener la victoire de la guerre, entre autres parce que la victoire finale n’est pas de type tout ou rien (capture du roi adverse) : c’est un jeu de combats territoriaux (et dit comme ça, ça ne permet pas de comprendre, désolé). Le déroulement est moins scripté que dans les autres jeux de ce type (dames, échecs, xiangqi, shogi, awélé, etc.), c’est pourquoi beaucoup de grands joueurs disent que l’intuition a une place considérable dans la prise de décision.
    Une idée en vogue est que le go serait plus élégant et même plus « pur » que les échecs et dérivés, mais pour ma part je pense surtout que le go n’est pas contextualisé (contrairement aux échecs où les pièces ont une identité), c’est tout.
    En Chine, ce jeu était considéré comme un art majeur, au même titre que la peinture, la calligraphie et la musique, et tout militaire gradé devait s’y connaître un peu. Au Japon, le jeu était tellement pris au sérieux que des clans de joueurs ont été formés pour s’affronter à la cour de l’empereur ; chaque clan développait des bottes secrètes (et des livres comme le Igo Hatsuyoron) qui ne devaient jamais être divulguées car elles étaient sorties lors des affrontements importants ; les parties de tournois pouvaient durer plusieurs jours, voire des mois. On dit que si quelqu’un parlait lors d’un match important, ce qui pouvait s’assimiler à de la tricherie ou une tentative de déstabilisation de l’adversaire, il se faisait décapiter au sabre et sa tête était placée sur un goban (plateau de jeu) retourné. Ce jeu fait donc partie des non-jeux, car trop sérieux pour être des jeux au sens où on l’entend habituellement.

    Je pense que le programme de google doit copier le processus de pensées de joueurs professionnels de haut niveau. Quelques jours sur igs et il se fera défoncer. Les satanistes de google ont encore du boulot.


  • #1383775
    le 28/01/2016 par la pince mon seigneur
    Un joueur de go professionnel battu par un ordinateur

    Déjà le logiciel "many face of Go 12"(meilleur logiciel commercial), les pros ne le battentent pas facilement


  • Soit dit en passant le joueur de Go battu n’est que 1p (1dan Pro), comprenez que plus vous êtes fort plus vous montez en Dan (comme au judo). Fan Hui que je respecte se serait également fait laminer par un joueur juste 3 ou 4p (3 ou 4 Dan pro). Les joueurs professionnels les plus forts atteignent le niveau de 9p - 10p.
    Il aurait fallut faire le test contre un Maître de l’école Hon’inbô ou d’autre grands joueurs bien meilleurs que lui possédant au moins un titre. Champion d’Europe n’a aucune signification dans la sphère du jeu de Go (enfin si on en rigole :D)

    Pour info au Go vous commencez débutant à 30 Kyu, contrairement au Dan l’évolution se fait en sens inverse, moins vous avez de Kyu meilleur vous êtes. Arrivé à 1Kyu vous pouvez passer 1Dan Amateur jusqu’à 9Dan Amateur pour ensuite vous professionnaliser et passer 1p (1dan professionnel).

    Fan Hui avec tout le respect que j’ai pour lui est tout en bas de l’échelle de niveau professionnel.

    Les différences de niveaux au Go sont immenses...


  • #1383794

    Ne tombez pas dans ce piège grossier ! Cela n’a rien d’inquiétant ! Ce type d’intelligence est similaire au performance d’une calculatrice. Une calculette de poche est capable de calculer en une fraction de seconde 425458.255*674.2 or cette performance n’a rien à voir avec la cognition humaine et animale qui elle reste insurpassable !
    Toutefois il est vrai que les programmes faits pour jouer à ces jeux comme aux échecs imitent plutôt bien l’intelligence humaine et cela fait bizarre car on a l’impression quand on joue contre d’être en face une entité pensante ! Mais il ne faut pas se laisser berner et séduire ! On est loin, très loin de l’intelligence du vivant qui reste inimitable.


  • Etant programmeur professionnel, la façon d’auto apprentissage est une suite d’algorithme complexe sortant de la tête d’un homme, le code ne se tape pas seul.
    Quand on apprendra à une machine à auto coder ses programmes, alors là, ça sera la fin :D


  • Apprendre pour apprendre sans finalité n’a ni logique ni fin peu importe le supercomputer il devorera ses giga tera bits en pur stockage inutile,déjà qu’un bonhomme est incapable de faire une synthèse essentielle complète et pertinente sur un sujet quelconque et sur le sens réel de la vie ,un pc est un automate il repète des lignes de commandes plus ou moins sophistiquées et redondantes plus un programme est complexe moins il est rapide et plus il est soumis au crash !
    Alors oui si il y’a une guerre robotique un jour il est certain que les utilisateurs seront incapables de cohabiter avec leurs machine celle ci ne faisant pas de distinction une cible est une cible point à la ligne le vrai but des drones et robots c’est de finir le travail des bombes à neutrons,(par exemple un aspirateur aspire tout bien malin l’aspirateur qui n’aspirerai que la poussière) !


  • Faut arrêter avec le sucre !

    Qu’une machine soit plus rapide à faire ce qu’on lui demande, c’est logique vu que c’est fabriqué par l’homme à cette fin.

    Quand les premiers ordinateurs calculaient à la vitesse de l’électron, déjà des littéraires prophétisaient l’avènement de machines indépendantes qui nous feraient subir l’apocalypse.

    En réalité, on le voit bien aujourd’hui, l’apocalypse à l’aide des ordinateurs a bien lieu, mais avec des humains aux commandes. Humains despotes qui n’ont de cesse que de ramener l’individu à une somme de data maitrisable et contrôlable à souhait.

    Tous ces programmes de jeu, que ce soit les échecs ou le go, sont des applications dévolues et spécialisées autour d’une tâche unique, truffées d’heuristiques pour arriver au plus vite à une solution jugée bonne.

    J’entends ceux qui croient que les réseaux de neurones sont capables de cela. Or, ces fameux réseaux sont au cerveau humain ce que le courant continu est au courant alternatif quand il s’agit de parcourir de longues distances.

    Quand la recherche étudiera et développera des réseaux fréquentiels de neurones, là un début de pleur au niveau du fondement sera justifié. N’oublions pas, et je le dis aux crétins analphabètes qui travailleront sur le sujet, que la capacité à comprendre et à ressentir n’implique ni morale ni empathie. Il faut donc faire attention à ce qu’on fait avec le jouet.

    En attendant, tant qu’une machine ne sera pas capable de s’analyser et de s’optimiser elle-même on est parfaitement tranquille.


  • En strategie , l Humain a des failles connues . La technique du ptit billet sous la table peut être redoutable et a fait ses preuves .


  • #1383934

    Ne soyez pas obscurantistes, si vous ne comprenez pas ce n’est pas forcément faux ou inutile.

    L’intérêt de cet algorithme est qu’il représente une grosse avancée qui s’inscrit dans le dévelopement d’une intelligence supérieure à l’humain (comprendre pour toute tâche définissable et scorable, qui obtient un meilleur score). Certains prédisent que l’intelligence artificielle sera plus efficace à concevoir de l’intelligence artificielle que l’humain au alentour de 2040-2050 (voir meta-learning, omega point).

    Quoi que vous en pensiez, l’âme et le caractère ineffable/sacré/infini de l’humain et du cerveau n’ont jamais été prouvés scientifiquement. Croyez-moi, il existe des chercheurs passionés et honnêtes qui n’auraient aucun mal à l’admettre. Cela signifie que à niveau de complexité égal ou supérieur (ce qui est envisageable) à celui d’un cerveau, une machine contenant un algorithme d’apprentissage inductif peut être supérieur à l’homme pour tout ce qui est vérifiable, et donc pour tout ce qui compte.

    Pour répondre à certain, l’algorithme dans l’article en question est générique, il s’optimise tout seul (reinforcement learning) et il ne contient pas d’heuristique, uniquement la modélisation du jeu découplée de l’algorithme d’apprentissage. L’algorithme ne sait pas à quoi il joue, il sais uniquement explorer l’arbre de possibilité, jouer et il sais quand il a gagné ou perdu. Il peut apprendre les stratégies de jeu de l’humain en jouant avec et s’améliorer en fonction du résultat de ces stratégies. Et surtout, de par sa généricité, ce type d’algorithme peut potentiellement résoudre tout problème modélisable et de complexité similaire.

    C’est une grave erreur que de balayer ce type d’avancée d’un revers de la main. Par contre il est légitime de s’inquéter de la façon dont ces algorithmes sont conçus, si il identifie l’homme comme une contrainte à son optimalité et qu’il à les moyens d’éliminer cette contrainte, il le fera. Il existe des comités d’éthique, mais sans pouvoir. Une autre inquétude est aussi de voir que ces algo sont dévelopés dans les géants privés et plus dans les universités.

     

    • à El Diablo :

      meta-learning, omega point ... N’oubliez pas isio Four ... :-)

      Franchement, le marketing destiné à survendre la moindre merde produite par les américains ne m’impressionne pas le moins du monde. Si vous doutez de mon doute, alors je vais vous expliquer simplement, par une question simple : croyez-vous que l’humain a besoin de lire des millions de livres pour savoir formuler un discours ? Croyez-vous qu’une vraie intelligence a besoin d’étudier des millions de cas pour apprendre quoi que ce soit dans un domaine ?

      Cette approche profondément bourrin est typiquement la mentalité américaine : on compense la qualité par de la quantité. Une poitrine avec 10 kilos de plastique dedans au lieu d’une naturelle ? Belle ... 2 litres de coca pour 1 dollar au lieu de 33 cl d’une boisson plus élaborée ? C’est BON ça ! You get your money ...

      Un algo intelligent, à partir de quelques cas créé une trame logique, puis peaufine en boucle cette trame par les cas suivants. Un algo futé doit être pourvu d’un simulateur interne capable, en plus des cas soumis, de créer des cas fictifs aléatoires ou destinés à tester des hypothèses non encore rencontrées pour tester la viabilité de la réponse de la trame courante, étudier les failles, corriger la logique.

      En clair, dès qu’on me dit que des millions de cas ont été ’étudiés’ par le logiciel, c’est forcément de la merde probabiliste hyper spécialisée, noyautée par des matheux hors-sol, destinée à de l’effet d’annonce à forte odeur d’esbroufe commerciale. Au pire, on fait croire qu’on y est, histoire de tuer le marché !

      Ah oui : votre remarque sur l’absence totale d’heuristiques ... excellent !


    • #1384165

      @NoHope

      Libre à vous d’employer un ton moqueur, mais il ne cachera pas votre ignorance du sujet.

      Il faut effectivement disposer de beaucoup de donnés pour obtenir une bonne précision, mais c’est une contrainte facilement surmontable (on a beaucoup de données à disposition). Dans le cas présent, c’est le grand nombre de possibilité du jeu qui détermine la taille de l’ensemble d’apprentissage nécessaire. Dans d’autres cas, il faut peu de donnés pour obtenir une bonne précision.

      "En clair, dès qu’on me dit que des millions de cas ont été ’étudiés’ par le logiciel, c’est forcément de la merde"
      C’est la merde que votre assureur utilise pour détecter les cas de fraude à >99% de certitude, les assurés qui tomberont malade l’année prochaine, que la police de L.A. utilise pour relier des crimes et délits entre eux, et qui un jour fera votre boulot à votre place et mieux que vous...

      Renseignez-vous sur le sujet et vous comprendrez l’étendue de la puissance de ces outils.

      Un autre exemple qui vous parlera peut-être +, une intelligence artificielle autonome sur un drone militaire permet d’éviter le contrôle par ondes et donc évite tout risque de prise de contrôle par l’ennemi/brouillage. C’est la prochaine révolution militaire.


    • à El Diablo :

      Mon avis n’est pas par rapport à la question de ’est-ce que ça marche ou pas’, mais s’il s’agit bien d’intelligence artificielle ou pas.

      Quand un soft brasse des millions de combinaisons, l’approche devient statistique et probabiliste. Rien à voir avec de l’intelligence.

      Par contre, l’exemple que vous donnez sur les drones autonomes, là on est d’accord.

      L’intelligence à bord de l’aéronef, même si elle est restreinte, permet de prendre des décisions par rapport à la mission sans forcément une liaison constante avec la base. Gérer les munitions, l’autonomie, le plan de vol, voilà des tâches accessibles et gérables avec une logique basée sur les priorités et l’extrapolation temporelle.

      La conduite sur route est également une fonction demandant de l’intelligence. Là encore, rien à voir avec du massif du type échecs ou go.

      Enfin, pour comprendre s’il s’agit d’esbroufe ou pas, j’ai une astuce mise au point par ma propre N.I. ( Natural Intelligence) : si le spécialiste sourit comme un mauvais bluffeur au poker pendant qu’il cause, c’est du pipo !


  • Les intelligences artificielles, tout comme la robotisation en générale, représentent un pouvoir, qui comme tout pouvoir peut être utilisé dans le bien comme dans le mal. Au lieu de ne voir que l’aspect destructeur de ce type de technologie, on pourrait aussi imaginé qu’entre de bonnes mains, cette automatisation pourrait nous conduire à une gratuité totale de tout ce qui nous est nécessaire pour vivre. Si par exemple la fabrication d’une centrale électrique, de sa conception jusqu’à la production des matériaux nécessaires à sa construction, étaient réalisées par des machines qui elles-mêmes s’auto-réparent, le coût de l’énergie serait alors nul. Alors certes il n’y aurait plus d’emploi disponible, mais si tout devient gratuit l’humain aurait simplement plus de temps à consacrer à son enrichissement personnel. Comme toujours tout dépend donc des intentions des pouvoirs politiques, officiels ou "profonds".


  • "(...)avancée historique... et inquiétante"
    Ce titre montre bien que l’ignorance mène à la peur.
    Etant ingénieur informatique et ayant étudié l’intéligence artificielle certes je trouve ça techniquement intéressant et plutôt impressionnant, mais on est encore TRES TRES loin de l’intelligence artificielle telle qu’on l’imagine.
    Souvenez vous de Kasparov contre Deep Blue il y a... Presque 20 ans !! Et encore c’était contre le champion du monde de l’époque contrairement à aujourd’hui.
    Alors E&R s’il vous plait arrêtez de faire peur aux gens avec un sujet que vous ne maitrisez pas.

     

  • #1384271

    C’est juste incroyable... Quelqu’un saurait où trouver les kifu ?
    Et l’intelligence artificielle, elle bat aussi Motoki Nogushi ?
    Je suis certain qu’une IA ne battra jamais Iyama Yuta, même en ayant étudié ses propres parties.


Commentaires suivants