Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Véganisme, cause animale : le débat Charles Robin/Athlète éthique

Le philosophe Charles Robin (alias Le Précepteur) débat avec le youtubeur militant Athlète éthique. L’occasion pour un carnivore et un végan d’échanger leurs arguments sur l’éthique animale, les droits des animaux, le spécisme et l’antispécisme, l’utilitarisme...

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bonjour,
    J’avais quelque part espoir que E&R relaie ce "débat". Perso je l’écoute depuis quelques jours. Je me permets quelques corrections.
    Charles Robin n’est pas un "carnivore", pas plus que d’autres qui ne sont pas comme "L’athlète éthique". Ils sont ce qu’ils sont. Omnivores si vous voulez. Mais pas carnivore, la nuance est importante. A moins que Charles Robin vient me dire clairement dans les yeux qu’il ne mange jamais de végétaux parce qu’il n’aime pas ça et que son organisme ne le supporte pas !!
    Deuxièmement, pour avoir déjà écouté, je peux clairement dire que M. "L’athlète éthique" ne fait vraiment pas le poids face à Charles Robin. Pourquoi ? Tout simplement parce que ses connaissances en philosophie sont bien faibles comparativement. Le véganisme est une littérale perte de temps. Un faux-semblant pour des joutes verbales inutiles. Un paraître comme des milliers d’autres existent dans cette société.

     

    • Mon chien est carnivore et il mange des herbes, des pousses, des cerises, des fraises des bois et des figues, et de la bouse de vache..... comme le renard... il mange principalement de la viande, mais une petite proportion de végétaux lui font le plus grand bien.
      Et tous les herbivores mangent aussi des insectes qui contribuent également à leur equilibre de santé.
      Les catégories ne sont pas étanches.


    • Si ton chien mange de l’herbe, c’est un signe qu’il a besoin d’être vermifugé, d’autant plus si il mange de la bouse.


  • Il devrait aller prêcher le véganisme dans la savane chez les lions.

    SOS Antilopes !

     

    • Cher ami, la différence entre le lion et vous, c’est que vous avez le choix de votre alimentation, le lion non. Il est carnivore, il agit par instinct, il n’a pas le choix, point barre. Vous êtes omnivore, vous avez le choix de ce que vous mettez dans votre assiette...


  • Heinrich Himmler, bobo gauchiste végan s’il en fut, détestait la chasse : "Comment pouvez-vous prendre plaisir à tirer par surprise sur les pauvres bêtes innocentes et sans défense qui broutent paisiblement à l’orée des bois ? A bien y regarder, c’est de l’assassinat pur et simple..." Hitler se présentait lui aussi comme "l’ami des bêtes", titre d’une carte postale diffusée en 1934 où le Führer s’exhibe en train de nourrir des biches au milieu de la forêt. Promulguée au lendemain de son arrivée au pouvoir, la loi fondamentale de protection des animaux, l’une des plus "avancées" d’Europe, restera en vigueur jusqu’en... 1972.

     

    • Faux, totalement faux !
      Les témoignages de ses proches après la guerre nous ont appris que ce n’était que des histoires imaginées par la propagande du parti. Tout comme Hitler végétalien qui en vérité adorait les saucisses.


    • Ah bon les lois votées n’existe pas ? Hitler n’était pas végétarien ? encore un négationniste ? Propagande ou pas je signale juste qu’être anti chasse, végétalien & respecter les animaux ne signifie pas automatiquement bobo/gauchiste/centres villes/pro avortement etc... !

      Hitler fut le 1er chef d’état a promulguer d’importantes législations relatives aux droits des animaux et à la protection de la nature, avec notamment la loi sur l’abattage des animaux du 21 avril 1933, la loi fondamentale de protection des animaux du 24 novembre 1933, la loi entravant la chasse datée du 19 juillet 1934 et sur la protection de la nature du 1er juillet 1935.

      Pour la première fois dans l’histoire, l’animal était protégé en tant qu’être naturel, pour lui-même et par rapport aux hommes...


    • @féféo Entre l’anti-spécisme d’extrémistes vegan d’aujourd’hui et les lois interdictions la vivisection et l’abattage rituel d’Adolf Hitler, il y a un monde de différence.


  • On peut être "végétalien" comme moi, depuis presque un demi-siècle (des périodes végétariennes), ce qu’il est impropre d’appeler VEGAN, et être en même temps sur la ligne E&R. Si l’on parle des carences, je n’ai toujours aucune maladie chronique à 64 ans, je ne suis pas vacciné et ne prends aucun médicament. Je mange BIO.

     

    • Bravo pur ce commentaire et je serais même partisan de ne plus inserer ce genre de video ou on veut nous "imposer" les vegans contre les carnivores, alors que les deux peuvent se retrouver sur la ligne ER pour les grands combat de demain...
      A l’instar de la gauche du travail et de la droite des valeur tous les patriotes unis dans un même combat !!!!
      Ne faisant pas le jeu de l’ennemi...


  • Vue sa confusion face aux concepts soulevés par Robin, on peut comprendre que ce végan ne se différencie pas des animaux et va jusqu’à se considérer comme tel.
    Ce n’est pas avec ce niveau de bêtise (revendiquée) que le mal fait aux animaux va prendre fin.


  • J’évite de manger de la viande (depuis presque 5ans) pour plusieurs raisons :
    - je n’en ressens pas le besoin ni l’envie,
    - la qualité médiocre sur le plan nutritionnel et sanitaire de la viande disponible sur le marché, induite en grande partie par :
    - l’élevage et l’abattage intensif qui me dérangent sur le plan éthique
    - des perceptions d’ordre plus symboliques sur ce qu’est l’alimentation (l’alimentation vivante).

    Toutefois, c’est Robin qui est dans le vrai à mon sens, la valeur morale de la vie d’un être humain n’est pas comparable à celle d’un animal, à cause de sa conscience existentielle et dignitaire. Et c’est bien pour cela qu’il est le seul "animal" à se poser ces questions (à se poser des questions tout court !).

    Quand je suis invitée et, qu’occasionnellement, on me sert de la viande, je fais honneur au plat et j’en mange. Parce que je ne considère pas que ce soit un meurtre de tuer un animal pour le manger (alors que ça l’est bien sûr si on tue un être humain). C’est un ordre naturel. Sinon il faudrait interdire au lion de tuer la biche et le mettre en prison le cas échéant ? C’est évidemment ridicule.

    Les notions de spécisme, sentience animale etc. Je pense vraiment que ce sont des concepts fabriqués pour éloigner de la légitime recherche de la Justice (est ce Juste, pour mon corps, et vis à vis de la création, cette nature qui me nourrit, de m’alimenter sans conscience au point de participer à l’abomination qu’est l’élevage intensif, ce qu’il inclu et ses conséquences ?).

    Et puis je vois aussi dans ces concepts le potentiel manipulateur ; déconstruire (terme tant choyé par les franc mac) un ordre ancien et surtout naturel solide, pour recréer un ordre basé sur des notions fallacieuses et fragiles de droit égalitaire, justifiées par le cachet scientifique... Pour mieux abbatre le tout tel un château de carte et repositionner les cartes selon leur bon plaisir.


  • Le mec vegan n’est clairement pas au niveau : ses arguments sont pauvres et s’il faut résumer sa pensée, c’est que monsieur a mauvaise conscience de tuer des animaux. Il veut donc les préserver et leur donner des droits. Mais comme le lui a martelé Charles Robin, pour avoir des droits, encore faut il avoir conscience de les exercer, ce qui est impossible à l’animal...
    Le gars ne veut rien entendre, même s’il est resté très correct tout au long de ces échanges. Le gars ne veut pas ou ne peut pas comprendre que la vie, c’est la mort et que ce n’est pas en anoblissant l’animal, c’est à dire en rabaissant l’Homme, qu’il NOUS rendra service ...

     

    • Ce qui fonde les animaux à avoir des droits n’est absolument pas qu’ils en aient conscience ou non, mais leur capacité à souffrir et à ressentir de la douleur et des émotions, ce que nous partageons avec eux. Rappelons l’article L214-1 du code rural de 1976 : "tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions biologiques compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce". La perspective d’accorder des droits aux animaux, n’en déplaise à Monsieur Robin, est donc déja établie, et sur des critères objectifs et mesurables. Rappelons également qu’il y a un consensus scientifique à ce sujet : déclaration de Cambridge en 2012, puis de Toulon en 2019 (spécifique au droit).


    • Vincent...
      ‘La loi protège la bête de souffrance inutile, certes, mais l’interdit pas de la tuer. Du reste, il existe un moyen d’étourdir la bête avant de la tuer. Où est le problème, des lors ? Et de toute façon, ça ne change rien au fait que l’animal n’est pas doué de conscience au même titre que l’homme : jamais un animal ne prendre conscience de ses devoirs ou droits. Ça n’a aucun sens pour lui...


    • Le King...

      Dans la mesure où nous n’avons pas besoin de tuer l’animal en question pour vivre en bonne santé, quel intérêt avons-nous à le faire ? La vérité, c’est que nous considérons simplement que leur vie ne vaut rien. En tout cas moins que... nos quelques minutes de plaisir culinaires, ou nos habitudes alimentaires. Nous pourrions faire autrement, mais nous ne voulons pas faire autrement.

      En ce sens, l’approche Cartésienne de l’Animal-machine à grandement renforcé l’idée que les animaux (en premier lieu ceux de rente) ne sont que des ressources à notre disposition, et donc par extension de simples marchandises, qu’il convient de dépersonnaliser et de désincarner pour mieux les manger la conscience tranquille.

      Quant à la fameuse question de la conscience, et au risque de me répéter, je vous recommande la lecture du manifeste de Cambridge qui établit, sur la base de la littérature scientifique mondiale, que les animaux sont bien doués de conscience.


    • Vincent...
      Pour ce qui touche à la conscience, faut pas pousser mémé dans les orties ! L’animal, s’il a bien la conscience d’être au monde, s’il connaît les notions de peur, de liesse , ignore tout des notions abstraites telles que les droits et les devoirs, non ? Vous avez déjà discuté philosophie avec un berger allemand ?


  • Les animaux n’ont pas de droits car ils n’ont pas de devoirs.
    Donc les bébés, n’ont pas de droits, car ils n’ont pas de devoirs. On peut donc les manger.
    Donc les indigènes dans la brousse ou les habitants d’une contrée que l’on vient de découvrir etc... n’ont pas de droits car ils n’ont pas de devoirs.

     

  • La traitement des animaux est plus qu’inhumain !
    C’est satanique.

    Je suis végétarien (avec fromage et yaourts)
    Je fais du sport à haut niveau, je n’ai jamais eu autant d’énergie... Pas besoin d’être militant il faut essayer sans viande pendant 1 semaine et voir sois-même les résultats.
    Après végan ce ne veut pas dire : salade / pain / pate / riz / miel / fruits...
    Les graisses et protéines végétales existent !

     

    • Ça se discute, en effet...
      Mais que fait on des animaux dans la nature ? Doit on interdire au lion de tuer la gazelle ? Au serpent d’avaler une souris ? D’ailleurs, et vous êtes sans doute au courant, il existe des techniques pour étourdir l’animal avant de le tuer...


    • @FIFI,
      Je suis tout à fait d’accord avec vous !
      Et cette question n’est pas une question actuelle,écrivains,philosophes ont pensé cela depuis longtemps..Tolstoï n’était pas un gauchiste féministe hystérique comme certains ici dépeignent les végans.
      Je ne mange plus de viande depuis 25 ans,plus de laitages depuis 1an.C’est une évolution personnelle et je pense que la façon dont on s’alimente, modifie le corps mais aussi l’esprit.
      On ne peut pas objectiver le vivant,on ne peut pas nier la souffrance sans se poser de questions et à défaut d’avoir un pouvoir sur le monde on a un pouvoir sur ses choix.
      Et je fais un lien entre cette industrialisation des animaux et les apprentis sorciers qui permettent aux hommes d’avoir des enfants et autres aberrations scientifiques,nous sommes allés trop loin.
      Oui tout cela est satanique.


    • Le problème du traitement animal, c’est le capitalisme et la baisse tendanciel du taux de profit où l’abattage des animaux a été industrialisé.
      Manger une viande dont l’animal a été tué dans la souffrance est un aberration nutritionnelle car ce qui est potentiellement utile dans la viande ce sont les hormones.
      Cependant, la difficulté avec la Vitamine B12 vient de la surconsommation de pain, riz, pâtes, les féculents en général... sans mastication complète dans le palais des saveurs.
      Féculents = fait le cul lent ! pour un sportif, il faudrait tenter de voir si c’est vrai (sans prendre non plus de la viande !), je vous assure que vous serez encore plus performant.


    • Je vous rejoins, les amis : j’avais plutôt une mauvaise image des végétariens - comme on les appelait autrefois - que je classais entre les Mormons et les Témoins de Jéhovah mais un jour, il y a bien des années, je n’ai plus supporté d’avaler un cm3 de la chair de ces animaux massacrés dans des conditions inacceptables.

      Il parait que la France compte dix millions d’animaux domestiques, adorés par leurs propriétaires : comment peut-on être schizophrènes à ce point, quand on a le bonheur de connaitre la richesse comportementale de nos chères amies les bêtes, et continuer à consommer le fruit de ces horreurs, centuplées avec l’ère de la boucherie industrielle, alors que jadis, bon on tuait le cochon, une fois de temps en temps, ou l’agneau, ça restait un mode de vie traditionnel, dans des conditions limitées. A présent, plus rien ne peut justifier cette barbarie, en oûtre fort dommageable à l’Agriculture. C’est tout simplement immonde !


  • je me suis toujours demandé s’il y avait des végan chez les inuits ou autres peuplades africaines ou amazoniennes...
    Même si je pense qu’on mange trop de viande, je pense aussi que le véganisme est un mal occidental....un pb de pays riches.


  • Philosopher sur le besoin ou l’éthique à manger de la viande n’a, à mon humble avis, pas grand intérêt car chacun se raccroche à ses propres concepts tout aussi recevables de part et d’autre.
    Etre vegan par souci de la souffrance animale est tout à fait respectable mais vouloir imposer aux autres sa vision des choses à l’instar de l’islamisme, du LGBtisme, ... dans un esprit communautariste conquérant est là pour moi le vrai problème.
    A ce titre j’aurais aimé que Charles Robin demandât à son invité ce qu’il pensait de la détérioration des vitrines de boucher par certains vegans qui étrangement ne s’en prennent pas aux boucheries hallal ou à l’égorgement de milliers de moutons pour l’aïd.
    Le problème du véganisme est son totalitarisme servant de surcroît à saper les valeurs de la France traditionnelle au profit de cultures étrangères.
    Bref le veganisme est un des nombreux faux-nez du mondialisme.

     

    • Les animaux sont torturés avant d’être tués....

      Tout le reste n’est que littérature !


    • Lérins
      Tu te trompes d’ennemi
      Le problème n’est pas les gens qui bouffent de la viande, ni les bouchers, charcutiers, ni les éleveurs agriculteurs
      Le problème c’est le capitalisme, les marges colossales, le marché agroalimentaire


    • #2471189
      le 26/05/2020 par agriculteur anonyme français
      Véganisme, cause animale : le débat Charles Robin/Athlète éthique

      @Lérins
      Le problème c’est les lobbys, pas les éleveurs ou les gens qui mangent de la viande
      Comme pour tout....politique, pharmaceutique, alimentaire, militaire, agricole, financier/banque/monnaie, communautaire...
      L’éleveur du Quercy, du Berry, de la Bourgogne, du Comminges lui il n’y est pour rien, il ne peut lutter contre la loi du marché, quand le maquignon vient chez lui ,il n’a pas le choix, le petit boucher/charcutier, idem, la mère de famille qui bosse toute la semaine, elle non plus, elle n’y peut rien quand elle fait ses courses ,le petit restaurateur pareil ...
      Il y’a un problème majeur pour toutes ces personnes , les charges, la TVA, les cotisations, la concurrence, la fin de mois, les crédits, impôts, le marché...
      Les gens luttent comme ils peuvent, avec leurs moyen
      Comment fait un petit éleveur au fin fond du Comminges pour changer de modele, la vente a la ferme ?
      Si autour de chez lui il n’a que village d’agriculteurs comme lui, des villages de précaires, des villages de moins de 200 personnes , qui va lui acheter, qui va l’aider, qui va vendre son cheptel ?
      La vente directe très bien, changeons de modèle ,OK,mais tout dépend ou se trouve ton exploitation, quel type de géographie de tes terres ,l’investissement en matériel, coup de production, etc...
      Idem pour la maman qui fait ses courses, le prix de ses courses ne sera pas le même ,si elle veut acheter de la qualité, a Paris, plutôt qu’a Castelnau-Barbarens...
      Le petit boucher, charcutier, du quartier prolétaire et le commerçant d’un beau quartier qui achète en direct et choisi ses bêtes a abattre...
      Le restaurateur d’un petit routier de Saint-Julien-du-Puy ou de Tauriac-de-Naucelle , il n’ont pas le même budget, que le restaurateur de Toulouse place du Capitole, que celui de Juan les Pins ou du Marais à Paris...
      Ce qui imposent leurs règles c’est Auchan, Carrefour, Lactalis, Crédit Agricole, AXA, Danone, Kellogg, Syngenta, Herta, Yoplait, Liebig, Coca, EDF, Ass. British Foods, BNP, Allianz, HSBC, Monsanto, Bayer, Heineken, Engie, BASF...
      Nous en bas on lutte comme on peut, pour faire vivre nos familles, nos exploitations, payer nos charges et crédits...on fait ce que l’on peut pour ne pas perdre notre peu qu’il nous reste pour nos épouses, enfants, familles....pour ne pas crever loin de tous seul, pendu dans nos hangars
      Qui se soucis de l’éleveur de Castelgaillard, qui le connait, qui sait qu’il est en train de crever seul ?
      Le matin penses tu a eux tous ?
      salutation camarade


    • @Lérins
      Tu arrives a percevoir l’énormité de la chose, l’absurdité du raisonnement que tient cet Athlète soi-disant éthique, il se soucie plus des animaux, que de ses semblables précaires, de la vie de leurs enfants, familles
      La lutte politique, elle seule sauvera notre France, et seul ce combat, arrêtera le capitalisme bestial agroalimentaire, pharmaceutique, énergétique, banquier
      Ne nous trompons pas d’ennemis l’ami E&R
      Si tu veux un monde meilleur , c’est le bien-être des tiens avant tout qui fera qu’ils pourront avoir les moyens d’être responsable
      Il est plus facile d’être responsable pour un cadre d’IBM a 39000 €/an, qu’a un ouvrier de chaîne de montage à 1300€/mois, plus facile pour un versaillais, qu’un éleveur, a la prime activité de Saint-Loubouer a 932,29 €
      Il est là le combat politique, chez Soral ,pas chez Aymeric Caron ou chez les Action antifasciste et action antispéciste du groupe VEAN (Vegan Edge Antifasciste Nord) ou de NOR EHA ou de Solveig Halloin ou de 269 Life qui saccagent nos clôtures, nos bâtiments, nos tracteurs
      Qu’ils aillent faire ça a la Syngenta, Bayer AG, Monsanto Company, BASF SE...qu’ils s’en prennent à la MSA, au ministère de l’agriculture, du travail, au crédit agricole, ou a Carrefour, Auchan, Leclerc, Aldi, que sais-je ??
      Mais nous , on lutte comme on peut
      La plus part d’entre-nous sont précaire
      On est 412 040 agriculteur aujourd’hui on était 1,017 million dans les années 1990
      Combien crois-tu qu’il y a de millionnaire, de classe supérieur aisées, de très gros propriétaire dans ces 412 040 ,même pas 15%, pense aux autres , merci camarade
      Un agriculteur


  • #2470904
    le 25/05/2020 par Scientifique Révolutionnaire
    Véganisme, cause animale : le débat Charles Robin/Athlète éthique

    Sachant que 99% des etre humains sont traité comme des animaux,
    je trouve que les animaux sont aussi bien traité que les humains...

    j’aimerais bien que l’on soit d’abord pour arreter l’exploitation de l’Homme avant celle de l’animale qui en découlera de toute façon.

    mais peu peuvent concevoir un monde ou l’Homme n’est pas exploité, alors l’esclavagisme moderne de l’Homme et de l’animale continuera par manque d’imagination des esclaves lobotomate.


  • Bonjour à tous,
    En survolant les commentaires je vois que les végans sont souvent taxés d’extrémistes, prosélytes. Or au vu de mon expérience personnelle, mon épouse est végan et je peux vous dire que c’est bien elle qui s’en prends plein la gueule,
    de devoir toujours se justifier, de ne jamais trouver de plats digne de ce nom dans la plupart des restos, de se voir interdire jusqu’au nom "beurre" "crème" ou "steak" sur les préparations végé (pour ne pas choquer les carnivores !! )
    En revanche, nombre de produits arborant le label "végé" mais contiennent des oeufs, du lait... le végan doit lire chaque étiquette, mais le carnivore s’en fout.

    Bref, il existe peut être quelques nervis végé, mais je peux vous assurer que les végans sont AU QUOTIDIEN au mieux moqués, au pire agressés par les carnivores.
    Alors que... quoi ? s’ils mangent moins de viande... ça en laisse plus pour les autres !! Accessoirement ça pollue moins !
    Laissons les vivre bordel !!!!!

    Enfin, je peux vous dire que je n’ai jamais aussi bien bouffé que depuis qu’elle cuisine végé, car ça oblige à être curieux et créatif. Maintenant elle cultive ses légumes, et je peux vous dire que les pauvres légumes dits "d’accompagnement" qu’on trouve au marché font pitié par rapport à la diversité de dingue qu’on peut produire en potager.
    Alors soit ça prive de quelques plats "terroir" mais à côté de ça, quelle découverte !!

     

    • #2472561

      @rukkt
      La pauvre, nous on bousille nos clôtures, libère nos cheptels, saccage nos hangars, tague nos bâtiments, brûle notre foin....
      En suite moi, ta copine, je m’en moque ,je pourrais même dire , elle fait ce qu’elle veut, c’est son choix de vie, si elle ne m’emmerde pas, moi ce sera de même
      Mais ne viens pas nous faire la leçon
      Je ne pollue rien, j’élève mes bêtes dignement, correctement, travaille mes terres avec respect, je n’emmerde personne, je ne suis ni le nervi des carnivores, ni un soldat de la désunion
      Ni de la confédération paysanne, ni de la FNSEA
      Je mange ce que je produis (viande, œuf, miel, légume, fruit) et ce que je produis pas, je l’échange avec mes voisins agriculteurs (lait, farine, gnôle, vin, fromage...)
      Les vegans ,je connaissais pas avant et c’est le dernier de mes soucis
      Mais quand on me menace , je suis pas du genre à baisser la tête, j’ai ni le physique d’Aymeric Caron, ni sa coupe de cheveux, ni la force de Solveig Halloin et je suis un bonhomme, avec une paire de cojones en fonction et en état de marche, pas comme ces petits bourgeois antifa-veganistes
      Mon outil de production, mes terres ,je suis pas prêt de les lâcher, ni sous la menace ou la trouille.... de bobos, d’écolos de mes couilles, de Ségolène Royale, de L214 , 269 Life France et sa pétasse embourgeoisé de Tiphaine Lagarde
      Ceux qui valident, le marché agroalimentaire, le capitalisme consumériste, que ce soit du Bio en Biocoop de bobos ou les péquenots en supermarché, c’est pas nous autres, les paysans
      On bosse , on a pas le temps de s’inventer des combats de petites bourgeoises
      Les crises d’adolescents pré-pubères , on a pas le temps, vu ce que l’on touche
      Ça c’est comme le féminisme, des combats d’aristos nouvelle génération, des trucs de gonzesses
      Nos femmes bossent autant que nous , elles ont pas le temps a ces conneries
      Donc ,si ta copine se fait emmerder, c’est certainement pas, par des agriculteurs
      Qui eux, n’ont pour la plupart, pas le fric pour aller au resto, si ce n’est, le routier du coin et encore
      Grand bien lui fasse , elle peut bien être vegan, se peindre les cheveux en bleu , défiler en tutu pour défendre les majorettes ,si ça lui fait plaisir
      Mais de grâce, ne nous cassez pas les couilles
      Un agriculteur sympa (mais y’a des limites)
      Crdlt


    • @ un agriculteur sympa, ainsi qu’à @un éleveur, @agriculteur anonyme français et @Païsous (plus haut)

      Les amis, vos réponses sont vibrantes, et sortent des trîpes : évidemment que les gens raisonnables qui ont décidé de ne plus manger de viande, comprennent parfaitement ce que vous endurez.

      Moi j’ai une proposition à vous faire : vous les aimez vos bêtes, non ? Exigez que les lois concernant le bien-être des animaux, les conditions de leur transport, et bien sûr celles de leur abattage soient respectées sans défaut, c’est-à-dire que les animaux n’endurent pas de souffrances, je ne parle même pas des tortures qu’on leur inflige, et le moins possible de stress, jusqu’au moment fatal.

      Exigez-le, je ne sais pas à qui ? à vos Syndicats, à vos acheteurs, aux patrons des abattoirs mais faites-le, tout le monde y gagnera. Peut-être que l’on se remettra à la viande, si nous avons la certitude de ne pas participer à une monstruosité, vu les capacités inouïes des animaux, de ressentir la souffrance. C’est pas à vous que je vais l’apprendre.

      Amitiés, et bon courage, ce n’est certainement pas vous nos ennemis,


    • @rukkt



      ça prive de QUELQUES plats "terroir"




      Tu es sérieux ??
      Quelques ?
      Brandade de morue, Cassoulet, Bœuf bourguignon, Blanquette, Foie gras, Daube, Rillettes, Pot au feu, Fondue bourguignonne, Jambonneau, Aligot, Coq au vin, Escargots Bourguignonne, Tripes à la mode de Caen, Truffade auvergnate, Langue de porc, Petit salé, Quenelles, Pâté de tête, Pied de cochon , Cervelas, Carbonade, Pâté en croûte ,Fritons de canard, Tartiflette, Bouillabaisse, Andouillette, Ragoût, Tripoux, Escargots de Bourgogne, Gésiers, Aiguillettes, Saucisse de Morteau et lentilles ,Magret de canard, Potée champenoise, Truite aux amandes, Carré de porc à la moutarde, j’en passe et des meilleures
      Tu rigoles , c’est mieux qu’un quinoa, un steak de soja, le Big Mac 100% vegan ou un McWrap vegan de chez Macdo
      Bon sur ce je te laisse ,tu ne dois pas bien connaitre la richesse culinaire de nos terroirs
      Et c’est bien dommage !


    • @Lérins
      Nous notre métier c’est d’élever des bêtes
      C’est pas abattre
      Les fabricants de couteaux opinel, laguiole ou autres , ne manifestent pas contre les racailles, qui s’en servent pour planter, racketter ou agresser
      Le viticulteur ne peut pas dire aux gouvernement légiférez contre le binge drinking ou contre le poivrot qui rentre bourré et tue une famille qui part en vacance
      Le fabriquant d’allumettes ne peut rien faire contre les connards ,qui foutent le feu a Notre Dame de Paris
      Beaucoup de métier sont comme nous autres
      Le problème c’est le capitalisme et le lobby agroalimentaire
      Amicalement


    • Haha merci les gars de me donner raison.
      Je disais juste laissons vivre les vegans... et vous me répondez que vous avez des couilles pleines , des corrones, et qu’en gros les vegans vous font chier. Elle est où l’agressivité ?
      Bon je vous laisse avec vos certitudes et retourne faire du vélo en mangeant du quinoa.
      Ps : vous ne savez pas qui je suis ni quelle vie je mêne...
      Avez vous pensé un instant que je pourrais être cultivateur et que je retape seul une ferme en bourgogne ... ?
      Allez ... chouchoutez vos corronès, et mangez vos steak, la bise !


    • #2473510
      le 29/05/2020 par agriculteur anonyme français
      Véganisme, cause animale : le débat Charles Robin/Athlète éthique

      @Lérins
      Je pense que vous confondez un peu tout et avec un peu d’humour, je pourrais vous dire « pasd’amalgames !! »
      Un paysan il produit viande, lait, œuf, céréale, etc...
      Ce que font les acheteur/vendeur/multinationales (Attali &le lobby des intermédiaires parasites, qui eux ne produisent rien, mais se gavent sur le petit producteur, le paysan et son travail )
      Nous n’y pouvons rien
      On peut (pour certains) changer de modèle, mais pour cela, il faut des moyens financiers et surtout une géographie attractive (la vente à la ferme en direct a Eoux ,une centaine d’habitants moyenne d’age 68/82 ans, une densité de population en 2017 ,de moins de 13 hab/km², pour environ 917 ha et la vente en direct a la ferme à Lectoure dans le Gers, ville touristique, avec ses hôtels 3 étoiles, ses restaurants gastronomiques , son tourisme, ses familles, ses écoles, ses monuments, ses boutiques c’est pas la même chose , et c’est pas la même possibilité d’investissement ,qui nous faudra rembourser et sans retour sur vente, c’est la faillite assurée, les ATD, les huissiers et les gendarmes, pour finir au bout d’une corde dans un de nos hangars et nos femmes et nos enfants endeuillés et seul, virés de nos fermes pour se retrouver précaire dans un logement HLM)
      Moi je veux bien échanger avec vous ,discuter, mais faut un minimum connaitre le sujet
      Ici, je lis souvent, les céréaliers c’est des salauds ils polluent , et les céréaliers qui font de la qualité, des céréales particulières, rares , pour des petits boulangers bio traditionnel (dont les écolo-gaucho-bobos raffolent) ???
      Ici ,je lis souvent les laitiers, c’est des chiens, ils traitent et maltraitent, les éleveurs , ils maltraitent leurs animaux !!!
      J’ai jamais vu un de mes collègues ,courir avec un bâton, dans nos prairies, pour taper ses vaches ou ses brebis, faut arrêter avec les généralités
      L214 passe quelques vidéos et c’est rarement objectif et juste, on fait dire ce que l’on veut aux images) et c’est rarement chez des éleveurs, mais souvent dans des sociétés agricole de grandes taille et de grands groupes (groupe agro-indus. Lactalis, Matines, Doux, Avril)
      Les paysans vivent de leur production, ils n’ont aucun intérêt a produire de la merde
      Et l’éleveur qui a 1000 volailles et le groupe agro, qui a 40.000 volailles, c’est pas le même métiers
      C’est comme comparer Youssef Hindi & Chalghoumi, ou Soral & Conversano
      Cordialement camarade


    • #2473574

      @é-RUKKT-Elkrief
      On a jamais vu d’agriculteurs, sortir en bande, pour faire des végatonades (ratonnade sur des végans) ou pour tourner en voiture ,dans les villes et villages, pour insulter les végans
      Tu dois rêver, ce que dit « @Un-agriculteur-sympa » c’est juste, on en a un peu, plein les bombons, de l’agribashing (les éleveurs ,les agriculteurs sont des monstres, la pollution c’est eux, les cancers c’est eux, la dette (PAC) c’est eux, la malbouffe, c’est eux, etc...)
      Les pays qui ne produisent rien, ça n’existe pas, à par bien-sur le pays des lumières Israël
      Et on voit ce que ça donne
      80% des agriculteurs n’ont pas de ferme 1000 vaches, n’ont pas 5000 hectares, ni des hangars avec 15000 porcs en batterie ou 45000 volailles en cages (ici les palestiniens, c’est nous)
      Non les 3 quart des agriculteurs, si ce n’est plus, sont respectueux de leurs terres et vu le prix des intrants et des traitements, et vu le prix de la vente des céréales, du lait, de la viande, des œufs, vu le prix des charges, des cotisations, du carburant, du matériel..... qui peut se permettre de traiter a outrance ???
      Connais-tu le cahier des charges, des agriculteurs français ?
      L’as-tu comparé au cahier des charges des agriculteurs brésiliens, argentins, et même européen ou du Maghreb.. et quand je parle de cahier des charges, je parle pas juste des intrants, traitements, mais de tout... coup de production, TVA, coup de l’embauche, coup du transport ,export, coup douanier, normes, impôts, cotisations, etc.... ????
      https://www.egaliteetreconciliation...
      https://www.egaliteetreconciliation...
      Donc ta copine c’est juste un mauvais argument, c’est juste ça, et ne parlons même pas de l’argument



      devoir toujours se justifier, de ne jamais trouver de plats digne de ce nom dans la plupart des restos, de se voir interdire jusqu’au nom "beurre" "crème" ou "steak"




      T’en mieux pour toi et ta copine, si vous êtes heureux, mais lâchez nous un peu, c’est juste cela qui est dit !
      Merci bien l’ami cultivateur qui retape seul une ferme en bourgogne
      https://www.youtube.com/watch?v=Pwc...
      C’est pas nous qui insultons ta copine, si ??


  • Charles Robin est, aisément, à fronts renversés avec “Athlète éthique” (qui certes par son pseudo, d’emblée se diqualifie) lorsqu’il pousse, à raison, le bouchon de la sensitivité proprioceptive jusqu’à inclure les végétaux (le “réflexe” des sensitives en est un exemple immédiat ; et pourquoi pas les unicellulaires et même les bactéries ?) ; ce qui en effet oblige à quitter les utilitaristes matérialistes, anciens et nouveaux, pour une réflexion personnelle, toujours renouvelée car approfondissable (en corrélation avec un “prix à payer” plus dangereusement radical), sur le sens donné à sa propre vie et qui justifierait tant de meurtres alimentaires, directs ou non, envers la “biosphère”.
    Dès lors, puisqu’il se dit métaphysicien - et semble l’être en effet -, si Charles veut aller vraiment au fond concevable, à notre époque scientifique, il lui faudrait aborder :
    - l’étrange pratique du “cannibalisme réincanationniste”,
    - le “nouveau paradigme” en cours d’hégémonie : celui de l’auto-éco-dé/ré-organisation,
    - plus au fond, via la physique prigoginienne, le second principe de la thermodynamique
    - et, peut-être jusqu’aux Tréfonds & Confins “méta-psycho-physiques concevables et dicibles, la quête weilienne (Simone, philosophe, historienne et mystique) d’un troisième principe, capable de rendre compte de cet “impossible nécessaire” que serait l’Advenue de la “grâce” (opposée à la “pesanteur” - qu’elle affirme avoir vécue, à la fois de façon personnelle puis impersonnelle).

    Pour alimenter notre réflexion existentelle, si essentielle, que d’os encore à ronger !


Commentaires suivants