Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Venezuela : Maduro demande des pouvoirs spéciaux pour risposter à Washington

Le président du Venezuela Nicolas Maduro a demandé mardi à l’Assemblée nationale à Caracas de lui donner des pouvoirs spéciaux pour répondre à « l’agression impérialiste » des États-Unis, en riposte aux sanctions de Washington contre de hauts responsables vénézuéliens annoncées la veille.

M. Maduro a aussi appelé la population vénézuélienne à participer aux côtés de l’armée à des exercices de défense qui seront organisés dès samedi prochain.

Dans un discours prononcé à l’Assemblée nationale, le président a demandé aux députés de lui donner « des pouvoirs suffisants pour défendre la paix, la souveraineté et le développement du Venezuela face à la menace du gouvernement des États-Unis », qu’il a qualifiée d’« aberration historique ».

« L’agression et la menace des États-Unis sont les plus graves qu’ait jamais subies le Venezuela, et il faut lui répondre par l’unité nationale », a insisté M. Maduro.

Le président a indiqué avoir ordonné « un exercice défensif militaire spécial samedi prochain 14 mars ». « J’invite tout le peuple du Venezuela (...) à soutenir les forces armées et la milice nationale dans cet exercice », a-t-il lancé.

Dès lundi soir, le président Maduro avait qualifié de « coup le plus agressif, injuste et néfaste jamais porté au Venezuela » l’annonce des sanctions de Washington, prises selon la présidence américaine en réaction à des violations des droits de l’homme au Venezuela.

« Vous n’avez pas le droit de nous agresser et de déclarer que le Venezuela est une menace pour le peuple des États-Unis, la menace pour le peuple américain, c’est vous », avait-il déclaré à l’adresse du président des États-Unis Barack Obama.

Celui-ci avait qualifié lundi la situation au Venezuela de « menace extraordinaire et inhabituelle pour la sécurité nationale et la politique extérieure des États-Unis ». Il avait annoncé des gels d’avoirs et des interdictions de visas contre sept responsables vénézuéliens impliqués dans la violente répression des manifestations contre le gouvernement Maduro entre février et mai 2014.

Lire la suite de l’article sur lapresse.ca

Voir aussi, sur E&R :

Obama et l’ancien chef de l’État vénézuelien vus par Zéon,
chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je préfère un dictateur qui travaille dans l’intérêt de son peuple qu’un despote élu travaillant dans l’intérêt d’un petit nombre

     

    • Je m’interroge sur le sens du mot "dictature", ou plus exactement ce qu’on en a fait. Il fait partie des "gros mots" que certaines "démocraties" dénoncent, aujourd’hui encore plus qu’hier, pour faire peur et justifier leurs propres errances et interventions. Nos libertés fondent comme neige au soleil sous des prétextes de plus en plus fallacieux.
      Dictature, dictateurs, antisémitisme, homophobie, etc. Non pas que de telles dérives n’existent pas en elles-mêmes mais qu’on stigmatise aujourd’hui toute attitude et personne qui montrent que tout n’est pas toujours très clair dans nos soit-disant paradis démocratiques en utilisant ces mots chocs qui font peur et deviennent ainsi des armes.
      "Restez tranquille, sinon il va vous en cuire !" est le message à peine subliminal qui est fort bien entendu par la grande majorité des gens qui veut surtout s’en sortir... sans emmerdes. Sauf que, les dits emmerdements arrivent quand même d’autres façons et qu’il y aura tôt ou tard un ras le bol suffisant pour qu’un réaction de masse se produise. Un seuil critique en quelque sorte.


  • Quand les USA ratent un renversement de pouvoir en Amérique latine. Ils inventent de toute pièce un scénario catastrophe pour isoler économiquement le pays. Et une grande partie de la population américaine, inculte, suit.

     

    • Elle n’est pas forcément inculte, mais s’accomode très bien de ce que font leurs dirigeants, tant qu’ils ont à bouffer, un sofa pour poser leurs fesses, une TV et leur drapeau qui flotte devant le péron... Tant que tout cela veille à leurs intérêts.. ils conssentent donc volontiers à cette politique qui arrangent, même faussement, leurs petits conforts de vie et leur idéologie. Le peuple se fiche pas mal de comment se dirige leur pays et sa politique mondiale à partir du moment où ils en tirent profit, même utopique. Ils sont prêts à payer de leurs libertés pour pouvoir bouffer sur leur canapé... Et cela s’applique aussi en France, de plus en plus.


  • Le Vénézuela serait une « menace extraordinaire et inhabituelle pour la sécurité nationale et la politique extérieure » de la première puissance militaire du monde (maintenue sous perfusion de fausse monnaie) ? La fameuse « sécurité nationale » des USA... C’est comme si l’empire romain se plaignait que sa "sécurité nationale" est menacée par les gaulois. C’est une façon de dire que toute résistance à leurs intérêts est une menace et, de manière lâche, qu’ils ont des intérêts au Vénézuela.


  • Le Venezuela devrait profiter de l’occasion pour devenir membre du « BRICS ».