Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Venezuela : comment les médias internationaux incitent à tuer

Indirectement, certains journalistes sont des criminels

Au sortir de la deuxième guerre mondiale, l’écrivain Primo Levi parlait de cette « zone grise » où la barbarie ne s’appuyait pas tant sur les plus visibles des chefs sanguinaires que sur le petit fonctionnaire qui se contentait d’ouvrir et fermer la porte d’un camp, de tourner la clef de contact d’un convoi [1].

Lorsqu’on fait le bilan de cent jours d’insurrection de la droite au Venezuela, on voit émerger comme pièce essentielle du dispositif la « zone grise » du pouvoir médiatique : combien de pigistes, de webmasters, de « spécialistes internationaux » qui ne voyagent plus depuis le rachat de leur journal par la Bourse et qui relaient l’AFP ou Reuters, combien de « fonctionnaires gris » de l’« actu » à demi inconscients de ce qui se passe ou simplement conformistes et désireux de faire carrière, auront-ils contribué à donner l’onction de manière permanente et automatique à des assassins ?

En cent jours de violences, huit personnes ont été lynchées et brûlées vives par les « manifestants pacifiques », certaines parce qu’elles tentaient de traverser de barricades montées pour empêcher la circulation, d’autres parce qu’elles ont été confondues avec des « infiltrés chavistes » [2]. La plupart des assassins restent en liberté vu les défaillances ou la lenteur de la Justice vénézuélienne, voire à cause de la proximité de certains juges avec le projet politique que les États-Unis baptisent « gouvernement de transition ». Les auteurs ou organisateurs d’exactions deviennent, grâce aux médias, des dissidents politiques [3]. Par contraste, en ce qui concerne la minorité de victimes blessées ou assassinées par des membres des forces de l’ordre ayant désobéi aux ordres de ne pas tirer, on observe l’arrestation et le jugement immédiat des responsables.

« Que se passerait-il », interroge le journaliste uruguayen Aram Aharonian, codirecteur de l’Observatorio en Comunicación y Democracia, « si des fondamentalistes religieux qui posent des bombes et mènent des actes terroristes en Europe, étaient présentés par les médias hégémoniques comme des patriotes sensibles et héroïques ? »

Il y a un effet de « commande médiatique » de la violence et du massacre subis par les Vénézuéliens. La droite locale s’appuie sur l’uniformisation du champ médiatique et a bien compris la plus-value de chaque mort à venir : il sera automatiquement attribué par les grands médias au gouvernement à abattre.

Notes

[1] http://www.universalis.fr/encyclopedie/primo-levi/4-la-zone-grise/

[2] Voir notamment « La rage raciste de l’extrême droite vénézuélienne » et « Peut-on porter des habits rouges quand on est journaliste au Venezuela ? »

[3] Une des plus respectables ONG occidentales de droits de l’homme (Amnesty International) se trompe dans ce cas particulier. Contrairement aux gouvernements antérieurs avec leurs cortèges de disparus, de torturés, etc., il n’y a pas aujourd’hui de « prisonniers politiques » au Venezuela. Le terrorisme, l’organisation de violences ou de massacres, les attentats à l’explosif, la corruption, etc., ne sont pas des délits d’opinion mais des faits de droit commun punissables dans n’importe quelle démocratie et par n’importe quel État de droit. La forte pression du stoyrytelling médiatique, l’image de marque à préserver pour les bailleurs de fond, la confiance accordée aux rapports d’ONG des droits de l’homme proches de l’opposition – ou mises en place en Amérique latine là où des gouvernements de gauche on été élus – mènent à ce genre d’erreur. Lire, de Rafael Correa : « L’opposition vénézuélienne est dix mille fois plus putschiste que la nôtre » et « La tactique de la droite nord-américaine en Equateur, au Venezuela et en Bolivie, est de financer des fondations pour déstabiliser les gouvernements progressistes. »

La Révolution bolivarienne sans les mensonges médiatiques,
chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1761561

    « Que se passerait-il », interroge le journaliste uruguayen Aram Aharonian, codirecteur de l’Observatorio en Comunicación y Democracia, « si des fondamentalistes religieux qui posent des bombes et mènent des actes terroristes en Europe, étaient présentés par les médias hégémoniques comme des patriotes sensibles et héroïques ? »

    Mais c’est le cas, Monsieur.... c’est bien le cas !!!

     

    Répondre à ce message

  • #1761590

    N’empêche Maduro qui était donné comme mort quasiment dès son intronisation tient le choc pour l’instant et ne renie pas ses engagements malgré la pression colossal qui pèse sur lui. Un certain président des U.S.A spécialisé en retournement de vestes pourrait en prendre de la graine...

     

    Répondre à ce message

  • #1761651

    Oui mais le fond véritable du problème est que Maduro a échoué économiquement (que ce soit sa faute ou non) et que la chienlit est avant tout due à la pauvreté généralisée et une situation générale hors contrôle. Rien ne va bien.
    Rien à voir avec ce qui se passe en Corée du Nord.
    De plus le Vénézuela est un pays naturellement très riche (énormes ressources pétrolières), ce qui excite les convoitises externes et provoque l’incompréhension interne. En comparaison, la Corée du Nord n’a presque pas de ressources (à part humaines). Elle a su conserver l’amitié avec la Chine. Le Vénézuela n’a que des amis pauvres ou impuissants.
    Maduro doit partir et il sera remplacé par des gens de droite. C’est le prix de l’échec intégral.

     

    Répondre à ce message