Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Vers la sécession aux États-Unis ? Les citoyens "conservateurs" quittent en masse les États "progressistes"

Les signes ont vraiment commencé à se manifester à la fin du mois de janvier 2020 ; un exode de personnes se préparait, et il galvanisait les craintes des deux côtés du spectre politique. La « pandémie » est citée par les principaux médias comme la cause première mais en réalité la migration avait commencé au moins trois ans plus tôt. Les Américains quittaient certains États et villes par dizaines de milliers – des endroits majoritairement à gauche dans leurs politiques et leur population : Californie, New York, Illinois, New Jersey, Maryland, Massachusetts, Connecticut, etc. ; tous ces États progressistes saignent leurs habitants depuis 2017, la pandémie n’ayant fait qu’accélérer la situation.

 

Un certain nombre de raisons sont avancées pour expliquer ce déplacement spectaculaire de population mais deux raisons spécifiques se détachent du lot : l’économie et les idéaux politiques.

La pandémie elle-même n’est qu’un facteur de motivation mineur. Il suffit de penser au fait que les habitants de la Californie ont quitté l’État en masse pour le Texas au cours de l’été, malgré le problème des pics d’infection du Covid-19 dans les principales zones métropolitaines du « Lone Star State ». Les gens ne s’en souciaient pas, ils voulaient juste quitter la Californie le plus vite possible.

Là encore, une des principales raisons invoquées par les anciens Californiens était la politique. Ce sont des conservateurs ou des modérés qui se sentaient isolés ou piégés dans un cloaque d’extrême gauche et ils ont réalisé que leurs perspectives d’avenir dépendaient de leur transplantation dans un endroit plus libre et moins bureaucratique.

Les conservateurs craignaient que la pandémie n’emporte les gauchistes hors de leurs ruches et qu’ils ne s’étendent à des régions plus conservatrices et ne « prennent le dessus ». Cela ne semble pas être le cas. En fait, il semble que la plupart des gauchistes refusent obstinément de reconnaître que leur État est en train de mourir et défendent activement les politiques de l’État sur le web. Regardez les commentaires furieux et délirants des progressistes californiens sur cet article d’opinion [1] en Arizona leur disant de laisser derrière eux leurs politiques ratées s’ils s’installent dans cet État.

Ces personnes souffrent d’un grave aveuglement, et le fait qu’elles tentent encore de prétendre que des États comme la Californie sont économiquement stables montre à quel point elles sont vraiment délirantes. Les États conservateurs n’ont pas à s’inquiéter – les gauchistes sont trop bêtes pour se délocaliser. Ils vont s’asseoir parmi les cadavres en décomposition des États qu’ils ont détruits et prétendre que ça sent la rose. C’est ce qu’ils font ; quand ils ont tort ou quand ils ont échoué, ils doublent et triplent la mise. C’est leur caractéristique principale.

Dans mon État du Montana, les achats de biens immobiliers ont augmenté en flèche au cours de l’année dernière. Selon des données récentes, le nombre d’inscriptions dans les écoles a augmenté de 15 à 20 % dans des villes comme Missoula. Ce chiffre comprend les nouveaux élèves des écoles publiques ainsi que ceux inscrits à l’école à domicile, et c’est un pic énorme pour la région. La majorité des nouveaux élèves sont des greffés récents venus d’autres États. J’ai parlé personnellement avec des centaines de ces personnes et TOUTES m’ont dit qu’ils déménageaient au Montana parce qu’ils étaient conservateurs, beaucoup d’entre eux étaient des survivalistes et beaucoup d’entre eux voulaient être avec d’autres conservateurs au cas où le monde continuerait sa spirale descendante actuelle.

Ils mentionnent parfois la situation du coronavirus, mais ils ne s’inquiètent généralement pas du virus lui-même. Ils sont plutôt préoccupés par la réponse politique au virus. Cela signifie qu’ils veulent conserver leurs libertés, qu’ils n’aiment pas les restrictions draconiennes mises en place dans leurs anciens États et qu’ils essaient d’échapper au verrouillage des entreprises qui tue les économies locales.

Certains États comme la Californie ont réagi comme le font généralement les gauchistes, en cherchant à punir les gens qui s’éloignent du collectif. Une nouvelle loi sur l’impôt sur la fortune est notamment en préparation, qui obligerait les personnes à hauts revenus, comme les propriétaires d’entreprises quittant la Californie, à continuer de payer des impôts à l’État pendant dix ans, même s’ils n’y vivent plus. En d’autres termes, les propriétaires d’entreprises prospères qui quittent la Californie devront payer des impôts à deux gouvernements d’État distincts en même temps.

Le député californien Rob Bonta, l’un des partisans de la proposition d’impôt sur la fortune, affirme que la pandémie est à l’origine des difficultés économiques de la Californie, notamment d’une augmentation considérable de la population des sans-abri. Cependant, la montée en flèche de la pauvreté et du nombre de sans-abri s’est accentuée bien avant l’apparition du coronavirus. C’est la politique de la gauche dure du gouvernement de l’État qui a causé ce gâchis ; on ne peut pas tout mettre sur le dos du Covid-19, même si des escrocs comme Bonta vont certainement essayer.

Le fait que les États de gauche soient sur le point d’instituer des sanctions ou des mesures dissuasives pour ceux qui seraient incité à partir (ce qui est d’ailleurs anticonstitutionnel), montre à quel point la migration est devenue néfaste pour eux. Franchement, il faut donner une leçon à ces gouvernements d’État, et l’une des seules leçons qu’ils comprennent est la perte de recettes fiscales.

Il n’est pas du tout surprenant que les conservateurs se précipitent vers la sortie, ces lieux sont en feu et les législateurs progressistes lancent des cocktails Molotov pour faire bonne mesure. Je suis seulement surpris par la vitesse et l’ampleur de la migration ; tout se passe si vite que ça vous fait tourner la tête.

Ce que je veux dire, c’est que la migration est très réelle. Personne ne peut plus nier qu’elle a lieu. Mais qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir de l’Amérique ?

Comme je l’ai noté dans de précédents articles, à mon avis, le meilleur scénario que nous puissions espérer en tant que conservateurs est une balkanisation des États-Unis fondée sur des idéaux et des principes. D’après les données économiques et les bouleversements sociaux que je constate, je pense qu’il y a peu de chances que nous puissions sauver l’ensemble du pays à court terme. Au contraire, les conservateurs qui s’organisent au niveau régional sont les mieux placés pour mettre fin aux changements anticonstitutionnels généralisés de nos lois et à l’usurpation de notre culture.

Dans les zones rurales en particulier, nous jouissons d’une liberté bien plus grande et la majorité des gens n’ont aucun intérêt à respecter les restrictions de confinement. Nous les ignorons. Un de mes amis a récemment reçu la visite d’une famille de Californie et ils ont été étonnés de constater à quel point la vie quotidienne était « normale » dans le Montana. Ils m’ont dit que le simple fait de pouvoir aller au restaurant et d’y manger, ou d’entrer dans un magasin sans être obligé de porter un masque était un sentiment étrange, comme s’ils visitaient une nation étrangère.

Cela m’attriste. Le coronavirus ne vaut certainement pas cette perte de liberté.

Je soupçonne que la migration conservatrice entraînera des effets secondaires intéressants. Avant tout, il y aura des tentatives continues pour l’arrêter. À terme, des États comme la Californie essaieront de mettre en place des mesures allant au-delà de la simple sanction fiscale. Ils pourraient même essayer d’exploiter la pandémie pour justifier le verrouillage des frontières de l’État au nom de la « protection de la santé des citoyens ». Je ne serais pas surpris que les États très à gauche tentent activement d’empêcher physiquement les résidents de déménager.

Alors que l’économie continue de décliner et que la stagflation frappe, probablement très durement en 2021, quel que soit le président qui occupe le siège de la Maison-Blanche (vous pouvez remercier la Réserve fédérale pour cela), les hausses de prix finiront par empêcher les Américains de pouvoir déménager de toute façon. Mais, pour les six prochains mois au moins, je pense que la migration va continuer à s’amplifier.

La congrégation actuelle des conservateurs est peut-être la première depuis longtemps qui cherche à construire un front unifié pour préserver le mode de vie américain, sans grand gouvernement, sans bureaucratie et sans subversion socialiste. Sans cette migration, nous n’avons aucune chance d’y parvenir, mais certains s’y opposeront.

J’ai remarqué que certains conservateurs et modérés prétendent qu’en quittant des endroits comme la Californie ou New York, le mouvement « abandonne la lutte » et expose ces régions à une prise de contrôle complète. Flash Info pour ces gens : vous avez déjà perdu ces États. Vous avez perdu ce combat. Ils ont été pris en main. Et, si vous comprenez un tant soit peu la stratégie, vous vous rendrez compte de la nécessité d’un retrait stratégique afin de pouvoir vivre pour mener d’autres batailles gagnables un autre jour.

Cette mentalité me rappelle celle des personnes qui disaient que les conservateurs ne devraient pas lancer leurs propres plate-formes de médias sociaux « parce que le vrai combat est sur Twitter et Facebook ». C’est une pensée naïve. Ces plates-formes sont la propriété de l’extrême gauche, et personne sur ces sites web ne sera convaincu par vos arguments, même s’ils sont raisonnables ou factuels. Il est temps de construire des alternatives plus libres et d’arrêter de gaspiller nos énergies pour des lemmings qui ne peuvent être sauvés.

Ce que je trouve le plus fascinant dans la migration actuelle, c’est qu’elle rassemble des conservateurs et des modérés ou des « libéraux classiques » qui ont été aliénés par les mouvements modernes de justice sociale. À mon avis, la plupart des libéraux modérés sont en fait des conservateurs ou des libertaires et ils ne sont pas encore prêts à l’admettre, mais je suis heureux de voir ces personnes travailler ensemble.

Le combat qui s’annonce va nous obliger à nous allier avec des gens qui ne partagent pas nécessairement TOUTES nos opinions, et c’est bien ainsi. L’objectif est d’arriver à la vérité, d’utiliser ce qui fonctionne le mieux et de maintenir un ensemble de principes culturels communs qui valorisent la liberté. Les Américains ne se délocalisent plus par commodité ou pour des raisons économiques – c’est en fait plutôt gênant et coûteux de se délocaliser de nos jours. Ils ne déménagent pas en raison du climat, de la disponibilité des emplois ou des salaires. Ils déménagent parce qu’ils ont un désir commun d’être libres. C’est vraiment aussi simple que cela.

Et plus vite les peuples libres se regrouperont, plus nous serons à l’abri des adeptes d’un état fort et des tyrans du monde. Si cela signifie que les États-Unis sont séparés pendant un certain temps, alors qu’il en soit ainsi. C’est mieux que de voir le pays tout entier s’effondrer parce que des gens rationnels ont été isolés les uns des autres.

En lien, sur E&R :

 






Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2566623

    La Floride reçoit près de mille nouveaux habitants par jour qui viennent principalement des états de New York et du New Jersey....d’une source de West Palm Beach....

     

    Répondre à ce message

    • Je confirme l’info. Un ami travaille pour le gouverneur de Floride. C’est un des états qui reçoit le plus de nouveaux habitants depuis quelques années déjà, à cause du climat mais aussi parce que la fiscalité est une des plus avantageuses pour les entreprises (petites et grandes), entrepreneurs indépendants et les employés. L’administration est aussi légère, on peut ouvrir sa propre entreprise en 10 minutes pour $150.

       
  • Je connais très bien les EU et l’article me semble mal documenté. Il n’y a aucun travail dans le centre pour des citadins. L’ami chez qui je vivais a résidé des années à LA près de Venice et quand il est parti il n’a trouvé de travail qu’à Seattle et encore pas au centre-ville et c’est pire.

     

    Répondre à ce message

    • C’est effectivement une réalité. J’ai quitté LA où j’avais une belle carrière pour l’Arizona. Je gagne beaucoup moins d’argent et ai du diversifier mon activité de consultante pour pouvoir rester à mon compte sans devoir prendrw un travail partiel d’employé. Je gagne effectivement presque 2 fois moins d’argent qu’à LA, mais comme je dis, ma qualité de vie est 100 fois mieux. J’ai plus de temps pour moi et mes proches dans un environnement plus sain et une habitation plus grande pour moins cher.

       
  • La seule Californie possède à elle toute seule plus de SDF que tous les autres états américains réunis. C’est un véritable cloaque ! Les gens payent des taxes ahurissantes, le prix de l’immobilier est délirants, le prix du carburants plus élevés que partout ailleurs...et les gens normaux doivent vivre dans une poubelle ! Avec des clodos et toxicos agglutinés en bas de chez eux, des ordures, seringues usagées...un peu partout...c’est un enfer. En Californie il va bientôt rester que 3 types de populations : les peoples/gens de la haute société et leurs serviteurs de luxe (médecins, professeurs de fitness), les immigrés au service des people/sous-prolétariat des ghettos ethniques et les marginaux (SDF, toxicos). Les gens normaux de la classe moyenne fuient en masse.

     

    Répondre à ce message

  • Si ça continue, en France il faudra imiter Gérard Depardieu ou Xavier Moreau et s’installer en Russie. Ce n’est pas la place qui manque. Fini, le rêve americain !

     

    Répondre à ce message

  • Est ce que cela va jouer sur les élections le mois prochain ? si les conservateurs californiens ne peuvent pas encore voter dans leur nouvel état de résidence, c’est tout bénef pour la clique progressiste !

    Il faudra attendre alors la prochaine élection pour voir peut-être le nombre de grands électeurs diminuer en Californie (ce nombre dépend de la population résidant dans l’état je crois ?), qui est comme tous les états côtiers plus démocrates, et j’espère que le "poids" des grands électeurs des états du centre, plus républicains, va aller en augmentant...

    En tout cas, dans deux ou trois décennies, la Californie va être un véritable dépotoir humain à ciel ouvert, dans un véritable système de "bantoustans" ou de "réserves" où les rares civilisés tâcheront de survivre comme ils pourront ?

     

    Répondre à ce message

  • Donc, si on récapitule : dans l’impossibilité de contrôler démocratiquement leurs existences ; les tortionnaires social psychotiques restent sur place et leurs victimes quittent les lieux laissant derrière eux potentiellement des années d’efforts, de travail, des relations humaines, enfin, leurs vies entières gâchées par des psychopathes de prédation, cerveaux malades. Pour un pays qui a la statue de la liberté à l’entrée...et qui n’a que la démocratie à la g...

     

    Répondre à ce message

  • #2567040

    Rien de neuf depuis « la question du logement » de Engels.

    C’est comme Guiluy pendant la présidentielle française : annoncer des évidences.

    Les mégapoles bobos gauchos immigrées sont les fruits du CAPITALISME.
    Idem pour les états « progressistes » du Capital.

    Les prolos réfractaires américains font donc comme les prolos réfractaires gaulois : ils s’isolent entre eux.
    Car les gauchistes et les immigrés du capital sont leurs ennemis directs.

    il va être cocasse de voir apparaître le terme « lutte de classe » aux USA sous peu.
    USA étant synonyme de « capitalisme mondialiste cosmopolite ».

     

    Répondre à ce message

  • Ce qui veut dire que la situation aux Etats-Unis est en état d’"explosion dormante". Ce qui veut dire qu’actuellement il y a une scission tellement forte entre les électeurs démocrates et conservateurs que cela ne peut que conduire à une divison des Etats-Unis... peu importe les résultats des élections présidentielles...

     

    Répondre à ce message

    • #2567441
      Le 14 octobre à 07:05 par On vit quand même une époque d’enculés
      Vers la sécession aux États-Unis ? Les citoyens "conservateurs" quittent en (...)

      @Mich
      On peut faire ce constat un peu partout et de plus en plus
      L’Ukraine, États-Unis, Italie du nord et du sud, Allemagne de l’ouest et de l’est, aujourd’hui la France rurale et Paris, etc...
      C’est un mal mondial, sans parler des guerres, des tensions, des révoltes sous-jacentes (Chine, Moyen-Orient, Pays de l’Est "V4", Suède, Espagne Catalogne et Madrid, etc... ) les scissions ne cessent ça et là
      Nous allons avoir des révolution colorées ou pas, des partitions, des Maïdan, des printemps arabes, des Dombass un peu partout, des Grèce, des gilets jaunes, des guerres de basses intensités, idem
      Ça craque de tout côtés, et ça n’augure rien de bon !!!!!

       
  • Ce serait une bonne chose que l’Amérique soit partitionné.

     

    Répondre à ce message

  • Le constat dans ma belle montagne est le suivant : en deux cents ans, mon village est passé de 800 habitants de souche à 120 zombies d’ici et d’ailleurs, dont une moitié de retraités individualistes sans courage et un quart de gauchistes, baba cools, etc, le tout consommateur de psychotropes et vivant d’argent public, ça devient une sorte de réserve d’indiens.
    En quarante ans, les deux tiers des indépendants et agriculteurs ont disparus, il n’y aura bientôt plus aucuns véritables créateurs de valeur à causes des tracasseries de l’administration est des taxes, le pays nous échappe de tous les cotés, ça ressemble à du néo soviétisme.
    Outre l’exil temporaire, la seule solution est un regroupement de personnes autonomes, mais dans une semi clandestinité obligatoire, car ceux qui distribuent les cartes de ce jeux, truquent aussi les rêgles à notre détriment évidement, une sorte de sécession du parasitisme jusqu’à ce qu’il s’écroule, c’est inévitable, il faut se préparer à passer a travers le mur...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents