Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Victoire de la bien-pensance : le best seller d’Agatha Christie Dix Petits Nègres rebaptisé

Ils étaient dix sera désormais le titre du roman policier le plus populaire au monde. Les pays francophones étaient parmi les derniers à utiliser encore le mot figurant dans le texte original de 1938, qui venait du nom de l’île sur laquelle le drame se déroule.

 

Le best-seller de la romancière anglaise Agatha Christie Dix Petits Nègres ne s’appellera plus ainsi dans sa version française, a révélé mercredi la radio RTL. Le nouveau titre qui paraît ce mercredi au Masque s’intitulera Ils étaient dix, a-t-on appris auprès de l’éditeur.

La décision de changer le nom d’un des titres les plus connus de la « reine du crime » a été prise par l’arrière-petit-fils d’Agatha Christie, James Prichard, a précisé la radio. Le mot « nègre » qui était cité 74 fois dans la version originale du récit n’apparaît plus du tout dans la nouvelle édition traduite par Gérard de Chergé.

 

Des « mots oubliés »

« Quand le livre a été écrit, le langage était différent et on utilisait des mots aujourd’hui oubliés », a affirmé à la radio celui qui dirige la société propriétaire des droits littéraires et médiatiques des œuvres d’Agatha Christie.

« Mon avis, c’est qu’Agatha Christie était avant tout là pour divertir et elle n’aurait pas aimé l’idée que quelqu’un soit blessé par une de ses tournures de phrases. [...] Ça a du sens pour moi : je ne voudrais pas d’un titre qui détourne l’attention de son travail. Si une seule personne ressentait cela, ce serait déjà trop ! Nous ne devons plus utiliser des termes qui risquent de blesser », a insisté James Prichard.

 

C’était le titre original

Le roman a été écrit en 1938 par Agatha Christie et publié en français en 1940. Le titre original est Ten Little Niggers.

La France et les pays francophones était l’un des derniers pays au monde à utiliser encore le mot « nègre » pour l’appellation du livre de l’auteur de Mort sur le Nil. Aux États-Unis, le roman est publié sous le titre And Then There Were None depuis plusieurs décennies. L’île où se déroule l’intrigue qui s’appelait « l’île du nègre » est devenue dans la nouvelle version « l’île du soldat ».

Adapté au cinéma et à la télévision, le livre est un best-seller mondial. Il s’est vendu à plus de 100 millions d’exemplaires. « C’est l’un des plus grands succès de tous les temps, c’est son plus grand succès et c’est le livre de crime le plus vendu de l’histoire », a rappelé James Prichard.

 


 

On pourra aussi se souvenir de cette citation d’Agatha Christie, issue justement des Dix Petits Nègres : « Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. »

- La Rédaction d’E&R -

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

99 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bientôt dans les nouvelles tragédies policières on écrira « Lesdits niggers », selon le lexique d’Obama et de Chris Rock, lorsqu’il différencie fort justement les siens, "negroes", de "niggers".

     

  • « Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. », les artistes sont des visionnaires...

     

  • Le mot nègre est le type, et correspond à une culture. Léopold Cedar sangor parlait de négritude.
    Noir, black sont des termes racistes puisqu’ils pointent du doigt une différence de couleur de peau et donc divise les hommes. En différenciant les hommes par leur couleur de peau on fait du racialisme.
    Allez expliquer cela à un de ses abrutis de la bien-pensance !

     

    • Il me semble que le mot nègre veut dire "homme de couleur noir"
      comme en créole nég’ veut dire "homme".
      On lui a préféré noir qui était réservé aux objets pour que les nègres ne soient plus considérés comme des esclaves paraît-il...


    • On pourrait d’ailleurs ironiser sur le fait que des gens étiquetés à gauche voire à l’extrême-gauche en usaient encore (je pense à Sartre notamment) au siècle dernier. À l’époque parler de musique nègre quand on parlait de jazz ne posait aucune problème. Certains termes peuvent changer de connotation au fil du temps et actuellement on a une fâcheuse tendance à connoter péjorativement à des fins uniquement politiques. Par contre, vous tombez dans le piège que vous pintez pourtant du doigt en qualifiant de « racistes » des termes qui ne le sont pas en soi. On peut parler de « différence » sans qu’il soit question de pointer du doigt et encore moins de diviser.


    • Exactement Culturovore, mes potes noirs sont très fiers du mot "négritude" ou "nègre". Mais que veux-tu, ils lisent, eux.


    • @philippe

      Tout noirs cultivés est fier du mot negre, negus, nigga.
      "NIgger" était utilisé pour designer les Noirs qu’on pendaient aux arbres, alors que "niggaz" est lui utilisé par la population noire urbaine elle même sans connotation péjorative, c’est comme dire "poto" ou "mon gars". Avec un bémol pour certains noirs americains méprisant la culture urbaine et pour qui Niggaz veut toujours dire : sauvageons ou racailles..

      Au cours du 20e siècle que ce soit aux USA ou dans le monde francophone avec Césaire etc, les Noirs ont récupéré ce terme pour se l’approprier.
      Idem en France avec "mon negro" ou autres appellations entre Noirs..qu’on soit des antilles, d’Afrique ou de métropole.
      C’est une bonne chose, la connotation des termes comme dit @Eric change avec le temps.

      Par contre un non noir qui dit Nigga Negre, hé Negro, non ca passe pas..pour des raisons évidentes.

      Après changer le nom des classiques comme 10 petits negres d’une de mes auteures préférée (premier livre que j’ai lu) est stupide car on ne décèle plus quel sens avait tel mot, à telle époque.


  • Ils étaient dix, d"accord, mais dix quoi ?

     

  • Il me semble que dans "1984", le job de Winston consiste à rectifier divers articles de presse en supprimant des mots ou en les remplaçant. Bref, la réécriture de l’histoire et l’application de la Novlangue. Là, c’est pareil.


  • « La décision de changer le nom d’un des titres les plus connus de la « reine du crime » a été prise par l’arrière-petit-fils d’Agatha Christie »

    Ah bon, c’est pas à l’initiative des loges maçonniques pour pas trop choquer les millions d’Africains qui arrivent en Europe tous les ans 400 000 rien qu’en France ?

    Pourtant ils finissent tous "nègres" dans le sens d’esclave moderne du Grand capital friand de main d’oeuvre bon marché en plus d’être raciste anti-Blancs !

    *À moins que le traitre à son arrière grand-mère ne soit franc-maçon ! Y’a pas à dire, la filiation ces temps-ci a du vent dans l’aile !

     

  • il se nommera désormais " dix petits nez gros " rien de choquant.

    du coup j’ai cassé mon bol y’a bon Banania que j’utilise depuis 1970, par solidarité.

     

  • Je me faisais justement la réflexion en relisant "l’Oeuvre au Traoré" de Yourcenar.


  • Ça reste quand même un roman noir ! Reste à débaptiser d’urgence le Monténégro !
    Et à bannir Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor pour leur défense de la "négritude" !


  • Pendant ce temps l’Australie vient de voter une loi punissant les victimes de pédophiles qui oseraient donner leur nom.

    Bien sur cette loi est rétroactive.

    Grande victoire du camp du bien pour protéger les violeurs d’enfants.

    Garder les titres de livres des années 30 ? Pas bien.
    Protéger les pedo des années 2020 ? Tres bien.


  • Il n’est jamais trop tot pour apprendre l’anglais à ces enfants : https://www.youtube.com/watch?v=49n...


  • Aujourd’hui on commémore le cinquantenaire de la création du MLF et d’une sarabande de viragos venues à l’Arc de Triomphe pour la mémoire de la "femme du soldat inconnu". Elles y ont répandu leurs hormones femelles. "Plus oubliée que le soldat inconnu" disaient-elles (?). (rappelons que le MLF est un émanation des loges maçonniques féminines. On s’y excite pas mal là dedans. Dernière "lutte" de ces loges : le droit d’exhiber ses tétons sur les plages. Très beau combat.)

    Le même jour on épure la langue française du mot "nègre". Le "nègre" est soulignons-le, aussi une grande figure, presque mystique, de la maçonnerie et ce depuis le 18ème siècle (Société des Amis des Noirs). Il ne faut donc plus le prononcer et du coup on en parle. Evidemment. Plus on censure et plus on en parle. Les petites frappes en tablier de la censure tous azimut adorent mesurer leur pouvoir d’humiliation sur les français..

    Ce qui y a de terrible avec la connerie, c’est qu’elle n’a jamais tout à fait tort. C’est vrai qu’on s’est longtemps foutu de la femme du soldat inconnu. On y pensait même pas. On était cons et méchants. Et c’est pas bien. Disons-le donc et ne nions pas bêtement.

    C’est vrai que le mot "nègre" est méprisant (pas toujours pourtant). Mais si la femme du soldat inconnu est une "négresse", qu’est ce qu’on fait ? C’est pas impossible près tout ! Et d’ailleurs le soldat inconnu, c’est peut-être un "gay", un gay inconnu" ! Un trans même. Le "trans inconnu". Un "trans nègre inconnu". Que faire ?

    Puisqu’on est dans ce registre, restons-y et poussons jusqu’au bout le concept.


  • Bon coup de pub de l’arrière-petit fils...Les curieux vont se jeter sur le livre dont ils ignoraient jusqu’ici l’existence. Décidément on fait mentir le proverbe "Les chiens ne font pas des chats." Voyez ce qu’est devenu le petit fils de Georges Bernanos...
    Quant à moi, en tant que professeur de piano, je ne vais pas me priver d’ouvrir bien ostensiblement dans le métro la partition "Le petit nègre " de Debussy dont la couverture des années 60 est très proche de celle évoquant la poudre chocolatée Banania. Et si un mouton masqué s’offusque, je ferai mon collabo en lui rappelant les distanciations sociales. A noter que cette idée ne m’avait jusqu’ici jamais traversé l’esprit ! Mais à force de nous demander de tendre l’autre joue...


  • J’ai aimé ce roman, mais vous ne dites pas tout là. Sachez quand même que sur ce site y a pas mal de gens de culture aussi anglophone. En fait, ça fait déjà depuis des lustres que le titre en anglais a été rebaptisé parce qu’il était jugé trop controversé dès sa parution ; raison pour laquelle que ce bouquin a tjs - ou presque tjs eu - deux titres. Les bouquins contenant l’ancien titre coûtent quasi une fortune et sont quasi introuvables.

     


    • Sachez quand même que sur ce site y a pas mal de gens de culture aussi anglophone. En fait, ça fait déjà depuis des lustres que le titre en anglais a été rebaptisé



      Bah sachez lire, c’est dans l’article relayé !


    • Je crois que vous n’apprenez rien à ce site et que c’est plutôt vous qui êtes trop empressé et inattentif, comme vous l’a fait remarquer @Laboub. Ça peut arriver.


    • Une situation stupide peut toujours être prétexte pour tirer des enseignements. Au-delà du titre quelle FUT la perception de l’auteur Agatha Christie par rapport à la négritude par exemple ? Ma conclusion en fin de commentaire !

      On vous dit 70fois le mot « nègre »..qu’en est il du contenus du livre et quelle peut être la vision de l’auteur sur le monde fut-il le monde de son époque ?

      Dans ce roman l’auteur avec le personnage de PhilipLombard afflige une critique sévère envers le racisme et le colonialisme européen puisque dans son passé, il nous ai dit que le personnage avait causé la mort d’au moins vingt-et-un hommes indigènes (members of an East African tribe) qu’il avait abandonnés sans nourriture "self-preservation’s a man’s first duty. And natives don’t mind dying, you know. They don’t feel about it as Europeans do.”
      Oupss..

      Malheureusement la censure avait déjà frappé certaines premieres rééditions puisque Lombard dans le texte original a une façon très dérogatoire de parler des juifs qui lefait passer pour1 antisémite ; l’avocat Isaac Morris est qualifié de “little Jew” et “Jew-boy.” La censure ayant expurgé ou ignorés ces passages son coté raciste est fortement dilué mais il reste un homme cruel comparé plusieurs fois à un loup...

      L’ironie c’est qu’il y a un thème anti-raciste extrêmement fort dans l’ouvrage original !!! Les altérations par des éditeurs obsédés par le politiquement correct ont amoindri la critique, ils ont sapés en quelque sorte la vison du monde d’Agatha Christie ?....

      Sachez que les auteurs choisissent souvent des patronymes à leurs protagonistes qui révèlent un aspect de leur psychologie.. Ici l’auteur en associant « Les Lombards » ces rois européens ou en faisant une allusion à cette tribus germanique conquérante (les barbares), IMO ça illustre surement la prédation de peuples plus fort ou plus avancés sur d’autres peuples soumis ; une critique pleine et entière du colonialisme ?..

      N’oublions pas également que l’empire britannique avait à sa tête une famille royale germanique qui a tout fait pour cacher ses origines germaniques ; ; des origines hors des iles britanniques..

      J’en suis à me poser la question si l’auteur avait en réalité très bien mesurée ce que représentait le qualificatif de « nègre ».. Si Aimé Césaire était encore vivant, je lui demanderai volontiers si il ne considère pas le livre comme un hommage à la négritude.. tous les enfants ne sont-ils pas nécessairement beaux ?


  • Un jour, j’ai vu un film Norvégien étrange : "SVIDD NEGER"
    Moins connu que les dix petits nègres, il est bon pour être renommé !

     

  • Je n’ai pas pu demandé à un nègre d’écrire mon dernier bouquin aussi j’ai passé une nuit blanche. Je n’arrêtais pas de broyer du noir. On aurait dit un flic américain d’une Série Noire. Je regardais le sommet du Mont Blanc en chantonnant Noir c’est Noir. J’étais dans le coaltar. Je me prenais pour le chevalier Noir qui rêvait de la dame Blanche. J’avais prévu d’aller au Niger ou au bord de la mer Noire.

    Wikipédia me dit : "Le noir s’oppose ainsi à toutes les couleurs, mais surtout au blanc, la plus claire de toutes les couleurs. Certains auteurs, qui prennent le mot « couleur » dans un sens restreint, estiment que le noir n’est pas une couleur.
    " Dans les jeux de société de plateau qui opposent deux adversaires, comme les dames, les échecs, le jeu de go, les noirs et les blancs".
    "Le constructeur de voitures Henry Ford est célèbre pour avoir dit de son Modèle T, première voiture construite en masse pour être vendue à un prix accessible, vers 1920 : « vous pouvez choisir la couleur que vous souhaitez à condition que ce soit le noir29 » On m’avait dit qu’Henri Ford était raciste. C’est comme le chocolat certain le préfère noir d’autres blancs. Les vrais amateurs préfèrent le noir. On le dit aussi des a-mateuses. Comme pour le piano ou Charlotte Gainsbourg, deux noirs pour une blanche.

    Et puis je me suis rendu compte que toutes mes pensées étaient passibles d’emprisonnement. Alors j’ai jeté mon tube d’ Email Diamant. J’ai arrêté de travailler au black. Je ne prend plus de petit noir, ni de verre de blanc. Fini les Têtes de Nègre, les Congolais, la Dame Blanche, la Forêt Noire, le Blanc manger, le Blanc battu. J’ai tout laissé de but en vert. J’ai parlé sans m’arrêter pour éviter les blancs.

    Demain, dés l’aube, à l’heure où verdit la campagne je partirai...

     

  • Le Rouge et le noir est sur la sellette. Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir.


  • Bientôt Blanche Neige et les sept nains. . . .

     

  • Bien sûr, nos miroirs sont intègres
    Ni le courage d’être juif
    Ni l’élégance d’être nègre
    On se croit mèche, on n’est que suif

    Voir un ami pleurer de Jacques Brel, mon texte préféré avec La mémoire et la mer de Léo Ferré.
    On change aussi ?


  • Du coup, ils ont demandé à Pascal Nègre de se trouver un nouveau nom. Il avait pensé à Pascal Neige pour qu’il y ait une ressemblance avec son ancien nom. manque de bol, là, ils lui ont dit que neige, ça faisait trop blanc. Si quelqu’un a une proposition à lui faire pour son nouveau nom, il est le bienvenu.........

     

  • A force de ne plus nommer les choses par leur nom, on finit par ne plus rien dire du tout.
    Ces sottises sémantiques vont durer encore longtemps ?

     

  • Non seulement ce roman porte pour toujours le titre de « 10 petits nègres », puisque c’est le titre que son auteur lui a donné. Mais en plus, on s’en bat les noisettes de ce roman.


  • J’ai diné chez une copine hier soir, c’était tellement gras que c’en était écoeurant !!!! j’ai le droit de dire que son diner graisse ?


  • alors que..
    les 10 p’tits terroristes palestiniens, les 10 p’tits islamistes afghans, les 10 p’tits maffieux italiens ou les 10 p’tits fachos allemands...ça c’ est bien, ça on peut...c’ est même carrément recommandé par le haut-commissaire à l’ art $ioniste : l’ art de faire disparaître tout les autres pour prendre leur place !


  • jusqu’à qu’où allons nous sombrer .. ???
    meilleure réponse d’Agatha Christie : « Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. »


  • Selon le site de l’Agatha Christie Ltd., une société chargée de gérer les droits des livres, le fameux James Prichard qui en est à la tête est l’arrière petit-fils de l’auteure.

    En réalité, comme c’est avant tout une histoire d’argent grâce aux nombreuses traductions, et aux adaptation pour la télé et le cinéma, on préfère trahir l’œuvre plutôt que de finir comme le malheureux Horst Tappert alias l’Inspecteur Derrick qui a fait l’erreur de se battre sur le front de l’Est contre l’URSS.

    Le Nuremberg des séries de l’après-midi des EHPAD est implacable !


  • Putain avec leurs conneries, même le solfège le plus élémentaire sera taxé de racisme : une blanche vaudra-t-elle toujours deux noires ? Il est vrai que les rondes sont mises à l’honneur puisqu’elles valent à leur tour deux blanches...


  • Comment doit-on appeler à présent les nègres qui écrivent les livres d’Attali alors ?

     

  • Dans l’un des titres de l album " Bad news from the sky" de gainsbourg , on trouve les paroles suivantes :
    " 3 petits négros sont morts en héro".
    Vont ils interdire la chanson ?

    Match : négrophobie/ antisémitisme.
    Le popcorn est prêt


  • Gerd Honsik décrit l’essence du Plan Kalergi :

    " L’homme du futur sera de sang mêlé. La future race eurasiato-negroïde, très semblable aux anciens Egyptiens, remplacera la multiplicité des peuples.."

    Du coup, on fait comment manu ?

     

    • Il y a le grand complot maçonnique mondial qui est parti des Etats-Unis, Grande loge maçonnique devenue Etat. Ce sont eux qui veulent faire prévaloir une conception purement conventionnelle de l’homme et des nations et qui trouvent intolérable de se heurter à des réalités anciennes de droit naturel. La race, la religion, le groupe. Il faut tout broyer pour que ces connards aient raison. Et en plus, tout "free massons" qu’ils sont, ils sont racistes. Ils se tournent alors vers l’Europe et la rendent folle avec leurs discours sataniques.


  • #2533682

    nègre n’est pas un terme raciste :
    lol, selon la police, moi je suis "caucasien"

    - bin, je sais pas m’sieur, je suis né à Bondy, 93
    sur la RN3
    t’es sûr que c’est le caucase, là-bas ?

    "black", par contre, ça c’est insultant,
    hypocrite, puant, écouillé

    "black", comme une marchandise :
    c’est tout un état d’esprit

     

    • @par Palm Beach

      Je confirme, Nègre n’est pas un terme raciste du tout. Les Antillais entre eux utilisent ce terme pour se désigner entre eux... Exemple, un homme qui discuterais avec d’autres hommes à propos d’une belle femme, diraient : "c’est une belle négresse". Idem chez les femmes qui parleraient des hommes. Ce terme est utilisé aussi pour se pour se saluer aussi en créole.
      Ce sont les personnes qui crient au racisme qui ont déformé la signification de ce terme.
      De toutes façons nous sommes en pleine ingénierie sociale où tout est déformé et les gens tombent dans le panneau. Beaucoup de gens ne réfléchissent plus par eux-mêmes et ce sont les médias et leur propagande qui leur impriment dans l’esprit ce qu’ils doivent penser et toute personne qui penser hors des clous est aussitôt attaquée.
      Albert Camus disait à ce sujet :
      Chaque fois qu’une voix libre s’essayera à dire sans prétention, ce qu’elle pense, une armée de chiens de garde de tout poil et de toute couleur aboiera furieusement pour couvrir son écho » -


  • Je trouve ça bien qu’il ait enlevé le mot "petits".
    Les nains ont droit au respect aussi, merde !


  • Nul n’a le droit de changer le texte d’une oeuvre après le décès de l’auteur, même si on en est le petit-fils. Le titre fait partie du texte et a contribué à rendre le livre célèbre. On ne peut pas dire qu’il était choquant s’il a plu à 100 000 000 d’acheteurs. Il me semble probable qu’il y aura une chute des ventes annuelles futures de l’oeuvre après un regain passager dû à la couverture médiatique présente. Le livre va perdre sa personnalité et disparaître dans un anonymat relatif nouveau. Bien fait pour le petit-fils indigne de la vieille dame digne ! Espérons que son niveau de vie dépend en bonne partie des ventes de ce livre. Il sera à peu près le seul à payer cette stupidité que personne n’aurait imaginé possible.
    A propos, est-il le détenteur des droits d’auteur ? N’y a-t-il pas une loi interdisant de mutiler des textes connus, faisant partie du patrimoine culturel, même si on détient les droits d’auteur. Si c’est pour réécrire un texte mutilé, il y a plagiat.


  • Une forme de révisionisme.

     

  • Et comment on va appeler "lettre à la France nègre" de Yambo Ouologuem ?


  • Vont-ils débaptiser "Blanche Neige et les 7 nains" en "Brun Flocon et les 7 personnes de petite taille" ?


  • Pascal Nègre va être rebaptisé alors...


  • La marque de café "au bon nègre" a disparue. Elle était connue, appréciée, maintenant plus personne ne sais comment elle s’appelle et a forcément perdu de son image. Tous cèdent à ces pressions débiles que ni la majorité de noirs ne souhaitent ni les descendants de je ne sais qui. Ce n’est pas une infraction d’écrire négre me semble-t-il ! Alors quel intérêt si ce n’est bêtement réécrire l’histoire. Tout cela ne gênait personne car les trois tordus frustrés qui font la loi ne sont personne.

     

  • Le titre de ce livre est célébrissime.. Le roman captivant..
    Le terme « nègre » est mentionné plus de 70 fois dans le roman.. Par quel autre mot va-t-il être remplacé ?


  • Nègre est tout simplement un terme ancien (plus proche du latin) qui signifie noir ! Toute la bêtise prétentieuse des "progressistes" qui s’imaginent qu’ils vont changer ou améliorer les choses en changeant ou en interdisant certains mots !

    Je suis content de l’avoir acheté récemment, avec le bon titre, pour mon fils qui l’ a étudié en français...

     

  • Ce nouveau titre est nul, je propose : 10 petit.e.s racisé.e.s


  • Et la B.D de mon enfance bicot !!!.


  • "la Négritude existera tant qu’il y aura des nègres un peu partout."
    Aimé Césair, Callaloo, 1989.

    À force de supprimer le mot nègre, ne serait-ce pas toute la culture noire, la négritude, qu’on voudrait éradiquer ?

     

    • Il y a bien dans le milieu littéraire français des gens instruits qui ont encore en mémoire le mouvement « négritude » ?...

      C’est le public qui est trop ignorant ou bien trop débordé pour réagir ?...

      Ce qui est sure et certains... c’est que le titre à été maintenus de la sorte grace à Aimé Césaire.... Grace ou à cause ? Est ce qu’on va en discuter ?

      L’establishment parle facilement de la négritude d’un Adam Traoré symbole en carton qui à été choisi car il est défectueux par rapport à son passé criminel.. Tout comme un Tarik Ramadan sera promus sans réserve car son coté criminel (ou au moins adultérin) permet de descendre la fausse idole au moment le plus opportuns ?... Ils avaient déjà fait ça aux usa avec les téléevangelistes pris en flag fumant du crack dans un motel avec une prostitué travesti ou d’autres extravagantes storrytelling-téléréalité du genre...

      La disparition d’une figure respectable et respecté comme Aimé Césaire il y a une douzaine d’années permet aujourd’hui cette « avancée » en purifiant la littérature d’un supposé affront ?...

      Pourquoi cultiver la mémoire d’un Adam Traoré (meme si victime d’une bavure ?) au lieu d’un Aimé Césaire ? Il y a les figures historiques qui s’impose d’elle meme par leur travail intellectuel et celle suggèrée par des réseaux occultes ? On a les idoles qu’on mérite ou ceux qu’on nous impose ?


  • En même temps que nous apprenons ça, Disney vient de faire chanter Blanche Neige par un homme.
    "Un jour mon prince viendra ..." dit Blanc Neige.

    Houlaa Blanc Neige !!! Ce nom est entièrement à changer.



  • "La Négritude est la simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de Noir, de notre histoire et de notre culture."
    Aimé Césaire - 1913-2008 - Liberté 3




    À la fin des années 1930 est né la Négritude, un courant littéraire et politique qui rassemble des écrivains noirs francophones pour revendiquer l’identité noire et sa culture.

    Il est évident que le titre des dix petits nègres n’a jamais été remis en question en France ainsi que dans les pays francophone à cause de ce mouvement qui s’était approprié ce terme injurieux comme on se réapproprie son Histoire... D’ailleurs Jean Paul Sartre dira à ce sujet : la négritude c’est "la négation de la négation de l’homme noir".

    En effaçant en France le terme négre d’une oeuvre populaire littéraire reconnus et apprécier, c’est un affront fait à Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire et d’autres écrivains francophones anticolonialistes... Comment le milieu littéraire français a pu laisser faire cela ? Aimé Césaire doit se retourner dans sa tombe ?

    La France ça n’est pas les États Unis et leur Histoire ; un passé douloureux relativement proche de ségrégation raciale. Je peux par contre comprendre la charge émotionnelle que véhicule le mot "nigger" là-bas... à la fois chez les noirs et les blancs..

    L’utilisation constante du terme « nigger » (sa réappropriation), c’est aussi parce qu’il faut être du coté de la victime noire pour avoir le droit de l’utiliser.. car aucun blanc (ou chinois, asiatique ou autres races non noires africaines) n’a la possibilité d’utiliser ce terme dérogatif envers un noir.
    C"est intéressant qu’un terme dérogatif devient symbole d’une meurtrissure et rende son usage tabou pour des non-noirs afro-américains... C’est surement l’effet du village global, l’uniformisation et l’américaniisation de la société française.. CAR un français depuis des siècles comme notre Aimé Césaire ( car fondamentalement martiniquais) avait déjà donné sa solution quant à la nécessité de connaitre son passé pour construire son présent.

    Je préfère la suggestion de notre auteur créole à la novolangue semblable aux techniques d’Océania dans le roman 1984 de George Orwell !
    Le but de la Novolangue est de restreindre le champ de la pensée. À la fin, nous devrions pouvoir faire des pensées criminelles quelque chose de littéralement impossible, parce qu’il n’y aura pas de mots pour l’exprimer.. Effacer le mot « négre » c’est atrophier la pensée ?


  • Je propose un nouveau titre pour le roman d’Agatha Christie : ’ Les dix individus de souche africaine de taille intermédiaire "

     

  • Bientôt le tour à Cendrillon.
    Cendre : résidu de cuisson dans un four. oulala ... 6 millions cela fait des tonnes de cendres....
    Il faut changer ce nom de suite.... Chauatillon par exemple ?
    Ne nous trompons pas, ce sont les mêmes, encore, qui sont derrière tout ce bordel.


  • Ils n’ont pas peur du qu’en dira-t-on ?


  • Et "Le Petit Nègre" de Claude Debussy d’inspiration Ragtime. On fait comment ?


  • Il faut changer absolument "la case de l’oncle Tom".
    Je verrais bien "la villa de l’oncle Tom".

     

  • Nos amis espagnols vont devoir fissa changer leur façon de dire "noir" !


  • La bêtise bat des records. C’est faire offense à Senghor et Césaire de vouloir bannir le mot nègre ou négritude du vocabulaire de la bien-pensance.
    D’Aimé Césaire, qui revendiquait fièrement sa négritude, est l’ouvrage "Nègre je suis, nègre je resterai" Il ne s’agissait nullement d’accepter le terme comme l’entend le maître blanc. Mais de renverser le stigmate pour magnifier la fierté retrouvée d’être noir.

    Une recherche "nègre" sur Amazon livres donne des résultats surprenants.
    - Petits contes nègres pour les enfants des blancs
    - Pas de liberté pour le nègres ! (Sakré Vakabon)
    - Antériorité des civilisations nègres : Mythe ou vérité historique ? (Cheikh-Anta Diop)
    - Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française
    (Léopold Sédar Senghor, Jean-Paul Sartre, et al.)
    - Le vieux nègre et la médaille (Ferdinand OYONO)
    - Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer (Dany Laferrière)
    - Combat de nègre et de chiens. (Bernard-Marie Koltès)
    - Zaïre & Théophile. Pas de pitié pour les nègres (Imaniyé Dalila Daniel)
    Bref, les censeurs ont du pain (blanc ?) sur la planche pour caviarder tous les ouvrages qui comportent le mot "nègre". De ce fait, il effaceront le mouvement littéraire de la négritude de l’Histoire.


  • Faudrait voir a changer le nom du Montenegro aussi.
    Je propose le Montetravelo


  • Et que fait-on des expressions suivantes : Parler petit-nègre, (parler avec les tournures et l’accent qu’on prêtait aux indigènes des colonies d’Afrique). Nègre blanc (qui est formulé en termes ambigus, de manière à ménager des opinions contraires. Ex : Motion nègre blanc). (les rad-soc en étaient friands)

    On remarque que la culture politique sympathique de la gauche française plutôt gentille est remplacée par une intolérance féroce propre à la gauchiasse haineuse baveuse et sectaire, et surtout qui ne coûte pas grand-chose à ces philistins

    Sur cette question du mot "nègre", je propose une motion nègre blanc. Ha ! Ha ! Et cela ne les fait pas rire évidemment, ces calvinistes confits. La France est occupée par une bolchévicards sans humour.


  • Et il faut violer la tombe où dort le grand Charles Trenet pour avoir écrit un livre intitulé : "un nègre éblouissant".


  • Pour être aussi politiquement correct qu’un vulgaire polémiste franco camerounais je propose :
    "La décade des nanochocodermes".


  • Renommer "1984" en "2020" me paraît être une meilleure idée...


  • Moi qui avais l’habitude de lire le bouquin en mangeant des têtes de nègres.


  • On attend avec impatience que les gauchistes antiracistes mettent au pilori les méchants francs maçon racistes ayant poussé l’état francais à aller coloniser les races inférieures, les negres...
    A bas non, jules ferry, Gambetta et blum étaient de gauche, donc ce n’était pas du racisme...

     

    • En effet : la colonisation a été voulue par les francs maçons franco-allemands qui voulaient faire oublier l’Alsace Lorraine aux français Et les plus hostiles à la colonisation étaient très logiquement les nationalistes de l’Action Française. Ils ont fini dans le piège quand tout était foutu ;


Commentaires suivants