Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Antiracisme" : Autant en emporte le vent déprogrammé à Memphis

Tout doit disparaître

Un cinéma du Tennessee a annulé la présentation du mythique film Autant en emporte le vent, paru en 1939, à cause de contenu potentiellement raciste envers les personnes noires.

Les dirigeants du Memphis Orpheum Theatre ont annoncé que le film ne ferait pas partie de la programmation estivale de l’été 2018. Brett Batterson, président du cinéma, a déclaré :

« En tant qu’organisation dont la mission est de divertir, d’éduquer et de mettre en valeur la communauté que nous servons, The Orpheum ne pouvait diffuser un film qui est insensible à une grande partie de la population locale. »

Le film est diffusé chaque année au Orpheum depuis 34 ans. La dernière représentation était le 11 août dernier.

Autant en emporte le vent raconte l’histoire tourmentée de Scarlett O’Hara, la fille d’un propriétaire de plantations en Géorgie durant et après la guerre civile. Il avait révélé Vivian Leigh au grand écran. Clark Gable y jouait le rôle de Rhett Butlet, et Olivia De Haviland celui de la vertueuse Mélanie Hamilton. Olivia de Havilland a d’ailleurs obtenu sa première nomination aux Oscar pour ce deuxième rôle.

La comédienne Hattie McDaniel a été la première Afro-Américaine à gagner un Oscar en remportant celui de la meilleure actrice dans un rôle de soutien. Le film a remporté huit oscars.

 

 

Déjà en 1939, les producteurs savaient que le contenu racial du film pouvait être offensant pour certaines personnes. Lors de l’adaptation du roman de Margaret Mitchell, quelques modifications avaient été apportées. Par exemple, l’homme qui attaquait Scarlett était de couleur noire dans le livre, mais pas dans le film.

Brett Batterson a avoué au journal Memphis Commercial Appeal que de nombreux messages sur les réseaux sociaux avaient joué un rôle dans cette décision.

Sur la bêtise antiraciste, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1792479

    Notre société part en vrille et c’est réellement inquiétant quand on prend une certaine hauteur ...

     

    Répondre à ce message

  • #1792561

    J’ai comme l’impression que dans quelques temps Dixie Will rise again ... Et c’est tant mieux...

     

    Répondre à ce message

  • #1792583

    Le personnage de femme de chambre, tenu par Hattie McDaniel (la comédienne noire que l’on voit sur la photo), est pourtant doué d’une forte personnalité et ne saurait encourir les plaintes des antifas.

     

    Répondre à ce message

  • #1792643

    Y’en a marre du dénigrement systématique du "Deep South". Les Etats Confédérés ont toujours été un modèle de civilisation : haut-niveau culturel, bonne cuisine, sens de l’humour. Les gens cohabitaient sur les grands établissements agricoles, souvent en ponctuant les travaux des champs par des rires et des chansons rytmées.
    Et maintenant voilà qu’on parle de dissoudre une association culturelle (le klan) ou d’interdire Autant en emporte le vent. Mais quoi ! C’était la réalité de l’époque : les femmes noires étaient plus souvent cuisinières que patronnes de plantation.

     

    Répondre à ce message

  • #1792664

    OTAN en emporte le migrant, ça sonne bien, non ?

     

    Répondre à ce message

  • #1792678

    Pourquoi pas faire du politiquement correct jusqu’au bout , avec un Sud où il y aurait eu de méchants esclavagistes noirs (en même nombre que les esclavagistes blancs) qui auraient opprimés misérablement leurs esclaves (blancs comme noirs en quantité égales) , et ainsi reculerai dans l’opinion publique le stéréotype populaire du raciste blanc, en même temps que le stéréotype injustifié du noir anti-esclavagiste.

    Il faut impérativement que le cinéma promeuve le vivre-ensemble.
    Quoi, comment ? Pas dans ce sens là ? Pourquoi, il y aurait un sens unique pour le vivre-ensemble ?

     

    Répondre à ce message

  • #1792687
    Le 30 août à 22:14 par SpiritusRector
    "Antiracisme" : Autant en emporte le vent déprogrammé à Memphis

    Exemple de manipulation amusant mais flagrant :

    La série "Esprits criminels" de ce soir (30/08/2017) faisait clairement allusion au fait que ce vilain film (que je n’ai jamais vu) "Autant en emporte le vent" n’était pas gentil pour les noirs...

    Une petite fille à disparue en France il y a peu (Nous sommes beaucoup ici à avoir une "idée" sur qui organise les rapts d’enfants en Europe... Des satanistes organisés par exemple...) L’avis de disparition de mineure est désormais visible sur tous les médias mainstream du net...

    Et devinez quoi, dans cette même série, à la session de lavage de cerveau suivante : Bing ! Un vilain papa psychotique et très certainement "fasciste" a enlevé sa fille...

    - Essayez maintenant de deviner ce que le veau moyen va penser de l’actualité demain...

    je ne connais pas l’audience réelle de cette daube, mais je me doute qu’elle n’est malheureusement pas mauvaise. En tout cas j’ai dû m’en coltiner une partie ce soir car mes hôtes adorent cette série, et finalement, ce ne fut pas en pure perte...

    Le choix du contenu de ces série B lamentables n’est certainement pas lié au pur hasard...

     

    Répondre à ce message

  • #1792749

    Le film à du tomber dans le domaine public et ne doit donc plus rapporter de fric à ses producteurs inuits...

     

    Répondre à ce message

  • #1792845

    Bravo pour le bel euphémisme concernant le role de l’Afro-américaine en "role de soutien" ! C est bien trouvé, nous disions auparavant "second role" ...
    Mais il n y a plus de premier ni de 2ème, ni de dernier nulle part : tous égaux !

     

    Répondre à ce message

    • #1792966

      @Decee...........société merdique où le langage ne sert plus à désigner mais à cacher, quand ce n’est pas à tromper carrément ( ce qui est très courant )....le nouveau visage de la haine ( correcte ) a de beaux atours et parle un sabir immonde que tout le monde ingurgite telle une mauvaise potion !

       
  • #1792898

    Ce film est d’une grande subversivité, encore aujourd’hui.

    Il montre comment des esclaves devenus libres sont moins bien traités dans leur travail par leurs patrons que lorsqu’ils étaient esclaves chez les O’Hara.
    Le tout sous fond de guerre civile américaine.

    Un film humaniste comme je les aiment. Je vous le conseille.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents