Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Viol : le "J’accuse" de Valentine Monnier contre le J’accuse de Roman Polanski

Il y a des rencontres, dans le sens de tamponnage, qu’on ne peut pas inventer. 44 ans après sa rencontre avec le réalisateur controversé, l’ancien mannequin Valentine Monnier accuse Roman Polanski de viol, et pas n’importe lequel. Elle témoigne dans un article du Parisien :

« En 1975, j’ai été violée par Roman Polanski. Je n’avais aucun lien avec lui, ni personnel ni professionnel, et le connaissais à peine. Ce fut d’une extrême violence, après une descente de ski, à Gstaad (Suisse). Il me frappa, roua de coups jusqu’à ma reddition puis me viola en me faisant subir toutes les vicissitudes. Je venais d’avoir 18 ans. »

 

Le réalisateur, qui violera deux ans plus tard, en 1977, une fille de 13 ans aux États-Unis, toujours protégé par la socioculture française (mais pas américaine), est en pleine campagne de promotion pour son film sur l’affaire Dreyfus.

Le Parisien a retrouvé deux témoins de l’époque qui ont corroboré les faits. Contacté, le réalisateur a nié l’accusation via son avocat Hervé Temime qui « déplore gravement la parution à la veille de la sortie du film de telles accusations ». On n’est pas loin du complot anti-Polanski, là, voire du complot antisémite, puisque Polanski est juif et que son film traite de l’antisémitisme en France. Mais pour Valentine, l’intouchabilité des stars doit cesser, car elle sont « exemplaires » dans les affaires de viol :

« Je dénonce un crime, sachant qu’il ne peut y avoir de châtiment, pour tenter d’en finir avec les exceptions, l’impunité. Les personnes publiques font figure d’exemples. En sacralisant des coupables, on empêche d’autres de mesurer la gravité de leurs actes. »

Polanski, accusé de crime, est pourtant toujours soutenu par le milieu du cinéma français. Est-ce parce qu’il est un grand réalisateur ? Parce qu’il a souffert de la Shoah ? Parce qu’il fait partie d’un milieu favorisé, protégé par les médias et les politiques ? Parce qu’on ne touche pas impunément à un VIP, very important people ? Parce qu’il a des connexions et des protections en haut lieu ? Probablement un peu de tout ça.

 

 

Justement, dans sa longue confession au journal, Valentine démonte l’idée selon laquelle il faut séparer l’œuvre de l’homme. Or, cela n’a pas été fait pour Céline, dont les écrits éblouissent tous les connaisseurs et les amoureux de la littérature, mais qui est toujours présenté comme un salaud et un antisémite par la socioculture. Il faudrait alors s’interroger : d’où viennent les oukases de la socioculture, qui décide de la vie et de la mort médiatique d’une personne et en vertu de quelles lois ou de quels critères ?

Sur l’homme et l’œuvre, donc, Valentine a une réflexion et des mots lucides :

« “Il faut séparer l’homme et l’œuvre”, a-t-on pu entendre dans un récent passé, mais Polanski lui-même se transpose à répétition dans ce film qu’il essaie de monter depuis des années, rapprochant son affaire de celle de Dreyfus, poussant la comparaison jusqu’à se poser en victime du même acharnement mensonger des tribunaux et des médias ! »

On appelle ça une inversion accusatoire et cette méthode de défense est très utilisée dans le show-biz, la politique, les médias, par ceux qui ont fauté et qui renvoient la culpabilité sur un ailleurs très nébuleux. Ce qui a été interdit à Céline est autorisé à Polanski, deux poids, deux mesures, comprenne qui voudra.

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir », écrivait La Fontaine, et Blaise Pascal parlait de « vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà ». On voit qu’en France il y a une ligne de démarcation entre les accusables et les intouchables, entre les protégés et les sans protection.

Quand on pense que les Gilets jaunes ont, en un an de luttes, connu 10 000 gardes à vue et plus de 3000 condamnations, alors qu’ils n’ont violé personne. Sinon la sacro-sainte impunité de l’oligarchie. Les salauds qui se cachent dans le pouvoir profond (qui n’est pas composé que de salauds) payeront-ils un jour ?

L’impunité polanskienne, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

107 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.


  • Polanski, accusé de crime, est pourtant toujours soutenu par le milieu du cinéma français.[...]
    Or, cela n’a pas été fait pour Céline, dont les écrits éblouissent tous les connaisseurs et les amoureux de la littérature, mais qui est toujours présenté comme un salaud et un antisémite par la socioculture.




    Et moi, je suis pour la réhabilitation scientifique de Céline, et de l’homme et de son oeuvre.
    L’indécente et fallacieuse inversion accusatoire ne peut indéfiniment et impunément gouverné et la France et le monde !
    Satan, lui-même quoi, ou la mort que le Christ a vaincue !

    Dr Destouches n’a violé ni tué personne !

     

  • Le film "J’accuse" de Popaul en ski est largement diffusé dans les écoles militaires...
    J’en veux à mort au petit moustachu !

     

  • Cette femme violée dit avoir eu l’impression de vivre un cauchemar mais quand on voit cette répression judiciaire des GJ ce n’est pas une impression qui nous saisit à la gorge : nous vivons vraiment un cauchemar.

    La question lancinante que nous nous posons est : "Quand ce cauchemar va-t-il cesser ?".

    Méfions-nous toujours de ceux qui jouent les victimes pour attirer la compassion et qui une fois autorisés à "entrer dans la maison" se permettent tout et se révèlent de vrais monstres...


  • 40 ans après, ça ne vaut rien : pas de témoin, pas la moindre preuve autre que sa parole...
    Elle a eu des décennies pour en parler ; c’est beaucoup trop tard et de toute façon, invérifiable !

     

    • Elle a sans doute voulu protéger sa carrière, c’est comme pour l’autre qui s’était tue quand dsk l’a tripoté, il y a eu l’affaire du Sofitel et quand elle a senti qu’il y avait un billet à se faire elle s’est jointe à la meute........ sauf qu’en creusant, sa propre mère était peut-être une amante de la bête de sexe ...... c’est un monde de pourritures que voulez-vous.


    • Jamais trop tard de faire traîner devant les tribunaux des nonagénaires, pour avoir fait la patrouille à Auschwitz, il y a 75 ans, lorsque l’accusé n’en avait que 17...


    • Ça me fait penser à Dieudo : « Juridiquement, ferme-la ! ». Peu importe la prescription, car même si cela s’avérait au final ne servir à rien, elle aurait quand même raison de parler histoire de mettre le nez des tartuffes dans leurs matières. Personnellement, je me marre. On attend les leçons de morale des Besson, Allen et Cie, pendant qu’on y est.


    • Calomnier, calomnier (ce qui n’est pas le cas)il en restera toujours quelque chose et c’est très bien pour cette fripouille invétérée.


    • Éric...
      Son histoire est invérifiable ! Et elle aura mis 44 ans pour en parler... rien que cela la decridibilise !
      Et même Polanski a droit à la présomption d’innocence, non ?


    • Même si c’est invérifiable, elle est a priori plus crédible qu’un Polanski tellement sûr de son innocence qu’il s’est tiré des États-Unis pour échapper à son procès, ce qui plaide vraiment en sa faveur !!! Quant à votre crédibilité, on n’en parle même pas, mais on peut noter au passage que vous penchez toujours du même côté ! Mais sans doute que tout ce qui a été dit sur lui n’est que le fruit de l’antisémitisme, antisémitisme qui lave plus blanc que blanc, encore que la formule a de plus en plus de plomb dans l’aile et commence à jaunir !


    • Ceux qui ne savent pas ferait mieux de se taire. Si tous ceux et celles qui se faisaient violer,abuser pouvaient parler dès l’acte commis alors le monde ne serait pas empli de pourriture impunie se sentant dans la toute puissance.Avez vous entendu parler de l’état de sidération,du stress post traumatique...Ces commentaires qui font des victimes des affabulatrices sont honteux. Heureusement que ces crimes sortent de l’ombre petit à petit,nos ascendants hommes comme femmes ont dû vivre des choses terribles. Ici se rajoute le fait que ce type soit encensé,pour les victimes ça doit être terrible.


    • @ "KING" (KONG ?) : Moi, je vous trouve attendrissant à la longue. Vous êtes comme ces grosses mouches qui se posent sur l’assiette et le visage, viennent parasiter la quiétude, pour finir sur leur lieu de prédilection : une grosse merde fumante. On la chasse, on veut la tuer, mais elle revient à tous les repas. On finit par s’habituer à son bourdonnement, on s’accomode de la nuisance, mais rien n’y fait, ce n’est pas une convive.

      Valentine Monnier possède deux témoignages écrits, ceux des deux hommes qui lui ont porté secours après que Polanski l’eût violée. Le premier, John Bentley, producteur aisé qui louait le chalet voisin de la scène de crime et chez lequel elle a couru. Le second est une fréquentation de Polanski souhaitant conserver l’anonymat (ils ne se parleraient plus) à qui elle aurait téléphoné afin qu’il l’héberge. Elle raconte que ce dernier lui aurait proposé de l’emmener à la gendarmerie, ce qu’elle dit avoir refusé, pour ne pas embarrasser sa famille de notables et de crainte d’être prise pour une pétroleuse en mal de carrière.

      J’observe simplement que Valentine Monnier a ce type de beauté slave que le pervers affectionne particulièrement. Elle ressemble un peu à Nastasja Kinski dans son film TESS.


    • Calmez-vous svp, qu’un détraqué sexuel comme polansky tombe pour viol ou pédophilie ne serait que justice. J’accepte les explications de post-traumatisme etc etc etc, il n’empêche que certaines de ces dames qui ont fait carrière parlent de ces mésaventures avec amusement (voir la jeune journaliste tripotée par dsk, elle s’en était vantée sur un plateau tv avec Ardisson). Donc oui, il y a des post-traumas mais il y a aussi de la séduction (promotion canapé). Quand on fait carrière dans le showbiz c’est mieux de parler en fin de course ou pour faire le buzz quand on est au ralenti. À part ça, c’est un monde qui ne m’intéresse vraiment pas.


    • A ceux qui m’ont répondu...
      la définition du mot viol est très floue de nos jours puisque remplacée de plus en plus par le mot « agression sexuelle », qui recouvre tout et n’importe quoi...
      Et encore une fois 43ans après les faits, c’est beaucoup trop tard : on ne saura jamais ce qui s’est passé...


    • « On » ne vous a pas « répondu » (il n’y a pas de question), « on » vous a informé comme il faut le faire très régulièrement. Il n’y a rien de flou sinon pour les esprits confus et/ou tordus qui essaient de noyer le poisson voire ne comprennent pas tout ou sont intellectuellement malhonnêtes et moralement tout aussi déréglés. Défoncer sexuellement quelqu’un contre son consentement, ça s’appelle un viol. C’est de ça qu’il s’agit. On parle de ça et pas d’autre chose, et quand on parlera d’autre chose alors on jugera cette autre chose différemment et comme il se doit. Et « encore une fois », il n’est jamais trop tard pour parler même si l’on peut toujours considérer qu’il est préférable de le faire plus tôt. En même temps, qui ici a déjà été victime de ça pour en parler de manière aussi catégorique à coups de reproches du style « elle aurait dû ceci, elle aurait dû cela,,, » ? Le jour où vous vous serez fait déboîter le caisson vous viendrez nous faire part de votre expérience et de vos « réflexions ». En attendant, essayez une fois de temps en temps de hiérarchiser les choses par ordre d’importance et de gravité, ce serait pas mal.


  • Au fait, on va encore nous emmerder combien de temps avec cette "affaire Dreyfus" ?

     

  • Depuis les exploits du presque nain (1m57) Charles Manson, depuis Sharon Tate et "Rosemary’s baby" - il y a de cela 50 ans ans déjà- on sait que le génial et presque nain lui aussi (1m65) Polanski est lié profondément au satanisme initiatique, cette pratique généralisée au sein de l’élite de la communauté rayonnante (... et autres trabans exerçant le pouvoir sous ttes ses formes bien sûr) . Patience donc, leurs âmes malsaines trouveront bientôt leur juste issue. Amen.


  • Je trouve assez bizarre que toutes se plaignent lorsqu’ells vieillissent !!

    Où étaient ses proches à cette époque ?
    Si c’était tellement violent et qu’elle pensait pouvoir mourir, comment se fait-il que ses proches n’ont rien remarqué ?

    Non pas que je défende ce PÉDOPHILE, non... c’est juste que j’ai du mal avec ces plaintes tardives !

    "Se réfugier auprès d’un proche de Polanski" ?!

    Plus de 40 ans après... alors que cet homme n’est pas un proche pour qu’elle décide de ne rien dire !

    Mais on sait bien que certaines, pour percer, elles "baisent", puis 40 ans plus tard, transforment ces coucheries en viols, c’est bien connu !

     

    • @Clara GROS
      à la Julie Graziani Macron, NON, de grâce, MERCI !


    • Effectivement c’est équivoque. On a là une belle jeune fille blonde et majeure qui est présentée à Polanski dans son chalet de Gstaad, qui fait du ski toute seule avec lui, puis après la descente aux flambeaux (arrosée d’alcool ?) qui part seule avec lui dans son chalet, qui monte toute seule dans la chambre de Polanski puis... se fait "violer" d’après ses dires.
      Comme Valentine est à l’époque une mannequin désireuse de devenir actrice, peut-être a-t-elle pensé que cette "scène" n’était qu’un début, et puis la gloire, les sunlights que sais-je. Finalement non, silence radio de la part de Polanski, la belle ressasse cet épisode toute sa vie, et décide 40 ans plus tard de se prendre un petit billet ?
      Bref c’est comme souvent après un tel délai un témoignage qui laisse le champ à beaucoup d’interprétations différentes...


  • Tant que les GJ ne s’en prennent pas au pouvoir profond (qui a pied sur rue) qui protège Polanski, la République et toute la merde, ça n’avancera pas.
    Rdv l’an prochain !
    C’est pas en suivant des faux leaders que ça va marcher, c’est en lisant. S’ils ne lisent pas, faites-le pour eux, et prenez leur place !
    Quand je vois la mouche à casquette ("fly rider") parler de complot à propos de la franc-maçonnerie... Ce jeune homme doit se reposer, et aller lire, car y’a du boulot !
    (Boulo aussi tiens !)
    "Lellouche" ! T’en penses quoi de la franc-maçonnerie ? B’naï B’rith tout ça ?

     

    • Oui ça me gêne moi aussi, dans toutes les videos GJ, ces leaders s’adressent a castaner, a macron...

      Vrai bêtise ou peur de dire la vérité ?

      Avec plus de recherche sur la vérité et le courage de la dire, les choses prendraient peut-être une autre tournure, la lumière fait fuir les ténèbres.

      Pourquoi restent-ils dans les ténèbres du pouvoir visible ? Je comprend pas.


  • Grand réalisateur, il ne faut pas exagérer non plus, il a des moyens, la preuve il tourne encore alors qu’il n’a plus aucune cote. Pour rester dans sa communauté à laquelle il semble ne pas pouvoir échapper comme beaucoup, Kubrick semble meilleur, bien que son dernier soit assez pénible à regarder.
    Pas que des salauds dans l’état profond, ça se discute, si tuer dans des conditions généralement horribles et réduire en esclavage le monde entier fait partie des beaux arts (comme une minorité le pratique depuis le néolithique au moins) alors nous sommes d’accord. Après tout, la plupart accepte ce sort, non ?

     

    • Chaque fois que j’ai vu le nom de Polanski à la fin d’un film, c’était après un film longuet, inintéressant et casse-couille.
      Alors peut-être j’ai pas vu les bons ... en tout cas j’ai jamais vu la fin du film "Le pianiste", souvent cité comme un de ses plus grands films, car trop chiant.
      Je sais pas comment marche la critique cinématographique, mais soit je suis trop con, soit ça marche comme Lou Reed décrivait (plutôt sous-entendait) celle de la musique (notamment la fameuse diatribe du "Take No Prisoner" ... moment où il propose même de tirer sur les journalistes ("somebody shoots those journalists")).


    • Je n’ai pas vu tous ses films mais de ceux que j’ai vu « Le pianiste » était, et de loin, le plus mauvais. De facture téléfilmique, platitude formelle, d’une longueur et Danube lenteur mortelle, misérabiliste à l’excès (jusqu’au tragicomique, à un point tel que j’ai même été pris d’une crise de fou rire que j’ai dû réprimée lors de la projection dans une salle qui évidemment était silencieuse et en génuflexion). C’était un passage où, si je me souviens bien, il se tordait une cheville en voulant franchir je ne sais quoi. Je me suis dis « ce n’est vraiment pas possible d’en faire des caisses à ce point pour tirer les larmes du chaland ». Ce film ne doit ses récompenses et son succès qu’à sa thématique. Un dénommé Finkelstein parle d’un certain business, c’en est une illustration parmi tant d’autres. J’allais dire qu’il y en a des wagons !
      Rosemary’s Baby est un excellent film par contre. À mon avis, c’est vraiment le film qui se démarque dans sa filmographie. Il faut dire aussi que les acteurs y sont pour beaucoup.


    • « ... d’une lenteur mortelle ... »


    • C est un plagiaire qui fait ses films avec sa cinémathèque personnelle .


  • C’est terrible de se dire au fond de soi qu’on aime les excellents films d’un monstre. C’est difficile de séparer l’œuvre de l’homme, comme pour Woody Allen et pourtant ces criminels devraient depuis longtemps croupir en prison. Son J’accuse est un comble du cynisme et prouve qu’il est loin de toute repentance et qu’il sera toujours prêt à tout pour se sortir de l’ornière. Donc, si ses penchants de violeur ne sont plus remontés à la surface depuis, c’est que ce ne doit être du qu’aux limites imposées par la vieillesse. Ou alors nous allons encore en apprendre. Combien de femmes encore n’ont pas osé parler ?


  • Polanski, tout un Roman

     

  • Dreffuss n’était pas plus innocent que Polanski.

    Popol espère sans doute se blanchir "par association" avec son coreligionnaire sauvé - à grand peine- de la justice goy.


  • Je n’irai pas voir ce film.
    Je trouve ce témoignage courageux. Des gens la jugeront (il suffit de voir ici certains commentaires) et elle n’a rien à y gagner, sauf une paix de l’esprit.

     

    • Je ne suis pas d’accord avec vous,
      elle a voulu ,protéger sa carrière mais elle a exposé d’autre victimes en ne parlant pas...
      "Le réalisateur, qui violera deux ans plus tard, en 1977, une fille de 13 ans aux États-Unis"
      Précision supplémentaire la fillette de 13 ans a été violée deux fois de suite et la deuxième fois elle a été sodomisée.
      Alors je reproche à cette femme une certaine complicité pour non révélation de crime.


    • @TISARIO
      "fillette de 13 ans a été violée deux fois de suite et la deuxième fois elle a été sodomisée.",
      Vous n’avez probablement pas lu les faites dénoncés par Valentine Monier et qu’elle avait subi toutes les vicissitudes du viol, si vous comprenez ce que vicissitude veut dire et qu’elle a été battue et droguée si ça ne vous suffit pas.


    • @ Spinoza,
      t’as rien compris, je ne parlais pas de Valentine Monnier, mais de la fillette américaine qui s’est faîtes violer deux ans plus tard.


    • @TISARIO
      "t’as rien compris, je ne parlais pas de Valentine Monnier, mais de la fillette américaine qui s’est faîtes violer deux ans plus tard."
      Mais si, mais si, j’ai parfaitement compris mais j’estime que Valentine Monnier semble avoir subi de plus graves outrages que la fillette de 13 ans Samantha Geimer.


    • "elle a voulu ,protéger sa carrière mais elle a exposé d’autre victimes en ne parlant pas...". Cela s’appelle un présupposé. Cela ne parle que de vous, en rien de la personne victime.


  • Désolé, mais son témoignage, je n’arrive pas à y croire.
    Entre le "après une descente à ski", "je le connaissais à peine" mais je le connais quand même car je me retrouve dans son chalet, et "les ombres silencieuses", ça pue la mythomanie féminine.
    Sérieusement, arrêtez d’alimenter toutes ces conneries. Je croyais qu’on était là pour dénoncer ce genre de manip et de campagne féministe.

     

  • Sortie du film Shoah 1985, loi Fabius Gayssot 1990.
    Sortie du film J’accuse 2019, loi machin 20 ??.

    Tant qu’il est encore temps, lire le livre d’Adrien Abauzit.


  • Le type est en plus un manipulateur. Le voilà qui chiale, pour en plus faire de la peine à sa victime. Sa femme actuelle ne vaut pas plus que lui, car sachant tout cela elle reste. C’est dur d’avouer un viol, surtout quand en fait on est invité. Un viol de rue par un inconnu c’est clair et net, personne ne mets en doute votre non consentement, mais un viol "mondain", le fait de vous retrouver sur le territoire du violeur ne vois rends pas crédible, et pourtant... Il y a la honte, et on se console en inhibant d’avoir été objectivée et en s’inventant une attirance de la part du malfaiteur afin de compenser. Beaucoup de femme on eu a subir cela, la grande majorité préfère oublier, sinon on vit avec un sentiment dégradant au quotidien. Le plus dur doit être de voir la gueule de son violeur sur tous les écrans, heureux, adulé, récompensé, encensant d’autres femmes quand vous il vous a pris pour un sac à ...

     

    • Et les poissons qui mordent à l’hameçon ? On n’en parle pas non plus hein ... Les poissons, ils ont honte aussi, parce que, en final, c’est eux qui ont croqué dans le ver qui pendait là.

      Alors forcément, ils se sentent coupables. Coupables d’être pris au piège, coupable de subir un sort qu’ils ne voulaient pas.

      https://www.youtube.com/watch?v=3SG...

      En France, sommes environ 67 millions d’habitants, soit environ 50 millions d’adultes qui subissent un sort qu’ils ne souhaitent pas, qui subissent un viol et un vol quotidien. Viol de leur conscience, de leur territoire, de leur être collectif, vol de leur travail et de leur vie.

      Alors tes histoires de gonzesses objets, si tu savais... Vous les avez fabriqué, vous vous en démerdez.
      On en a strictement rien a ciré. Pas plus que Dreyfus et la clique des apôtres en chocolat.

      Le viol intolérable, c’est avant tout celui de la nation. C’est lui qui donnera lieu à représailles comme jamais car les préjudices sont gigantesques.

      P.S. : On ne chiale pas sur commande. T’es pas à Hollywood ici.


    • @ alderic-dit-le-microbe :

      Votre commentaire est le meilleur qu’on ait pu faire sur cette affaire dont tout le monde ici devrait se foutre.
      Malheureusement, ce forum donne à lire de plus en plus de commentaires tout aussi imbéciles les uns que les autres et certains aussi abjects que les faits reprochés à Roman Polanski.
      Qu’il soit juif, on s’en fout, que les faits que lui reproche cette femme soient réels ou pas, on s’en fout aussi. Pour reprendre un expression macronienne, "ce n’est pas notre affaire" !
      C’est uniquement celle de cette femme, de RM et de la Justice.
      Et pour les incultes, Roman Polanski, quoi qu’il ait fait, restera l’un des plus grands réalisateurs des 50 dernières années. Dans l’ordre de mes préférences : 1 Macbeth, 2 Chinatown, 3 Rosemary’s Baby, 4 Tess, 5 The Ghostwriter, 6 Le Locataire, 7 Repulsion.

       

    • @L’Incorruptible : nous, on n’en a rien à foutre de ton classement de films ! Tu veux aussi nous dire ton parfum de glace préféré et si tu fais pipi assis ou debout ?


  • Son film "j’accuse" sera, je le crois (et je l’espère) un bide mémorable.
    Ce serait un juste retour des choses. Et à plus d’un titre.

     

  • #2317947

    lol, ce sont des affaires de riches
    ils vont faire du ski,
    un moment, ça glisse,

    en quoi est-ce que ça nous regarde ?

     

    • Bonne remarque
      on subit l’embourgeoisement obligatoire (confort, loisirs, "culture", bonnes manières,...) depuis assez longtemps
      Laissons les régler leur compte entre gens bien élevés, et laissons les laisser s’autodétruire dans leurs activités culturels inutiles et perverses.


  • Franchement, je m’interroge : ne pas être sensible au charme extraordinaire de Roman POLANSKI, ne serait ce pas quelque part, de l’antisémitisme ? C’est une question que l’on doit se poser dans la France de 2019.

     

  • 44 ans pour réaliser qu’elle s’est faite violée, 44 ans ???

     

    • Et vous, êtes-vous prêt à dire tous vos petits secrets dans 20, 30 ou 40 ans ?


    • Pas pour « réaliser » mais pour en parler. Les mots ont un sens, or ce n’est pas la même chose.


    • Non, pas 44 ans pour réaliser qu’elle se serait faite violer, 44 ans avant de s’exprimer publiquement sur ce sujet.
      Cette rectification mise à part, vous êtes en droit de vous interroger sur l’opportunité de révéler publiquement des faits commis il y a 44 ans qui sont de toute façon prescrits et qui concernent un homme public de 86 ans dont la carrière est faite depuis longtemps.
      On peut penser que ces révélations sont faites dans la foulée des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc et que cette femme, qui aurait donc 62 ans aujourd’hui, a ressenti le besoin de s’exprimer publiquement sur son cas.
      Je ne sais pas si les faits ont effectivement lieu ou pas.
      En revanche, il est certain que ces révélations ne pourront donner lieu à aucun procès et donc aucune réparation.
      Je m’interroge par ailleurs sur le choix d’adresser 3 courriers, selon le Parisien l’un à la Police de Los Angeles, un autre au Ministre de la culture, un 3e à Brigitte Macron (qui l’aurait transmis à Marlène Schiappa qui elle-même a répondu à la plaignante en mars 2018 en lui rappelant la prescription des faits).
      On peut imaginer que les 2 derniers courriers visaient à faire pression sur les autorités françaises afin de contrarier le tournage et la sortie du film de Polanski. Mais Los Angeles ?
      Pour rappel, les faits auraient eu lieu à Gstaad, en Suisse... et sauf erreur, Polanski est franco-polonais et résidant français.
      Enfin, elle rappelle que si Polanski est petit (1,65m), il est musclé. OK.
      Mais un mannequin femme mesure a minima 1,75 m soit 10 cm de plus que son agresseur supposé et si lui était dans la force de l’age (42 ans), elle avait pour elle sa jeunesse et sa vitalité, et un coup de pied dans les parties aurait suffi pour mettre un terme à la tentative de viol.


  • Perso, je ne sais pas si elle est mythomane ou si Polanski est vraiment l’ordure qu’il semble être ou avoir été (droguer pour sodomiser une gamine de 13 ans, crime jamais nié par l’intéressé lui-même, faut quand même prendre des libertés avec ce que l’on pourrait appeler la morale et avoir le cerveau un tantinet pourri).
    En revanche, je trouve bien sévères les commentaires qui présentent cette femme comme sinon une complice, au moins une victime consentante (ce qui est un oxymore).
    J’aimerais rappeler à ces sentencieux, peu soucieux des anachronismes, que cette affaire se serait déroulée en 1975 ! Pas en 2019 avec son tombereau de demi-boudins prêtes à tout pour "balancer leur porc" et gratter un petit billet. En effet, il était certainement moins facile ou évident de se plaindre de violences sexuelles à cette époque. Surtout lorsque l’on avait 18 ans, que l’on était pas grand-chose et que le mis en cause en avait 40 et disposait d’un statut social sans aucun rapport !
    Je pense que bon nombre des donneurs de leçons tomberaient de leurs chaises si, un jour, leurs mères, ou même leurs grands-mères, décidaient de parler !
    Qu’a-t-elle a gagner ? Rien !
    Polanski est-il connu pour avoir des antécédents dégueulasses et incontestables ? Oui !
    Après, à chacun de se faire une idée !

     

  • Le mec voit une pauvre gamine , la tabasse, et la viol comme un animal en rut .
    Après ça, on nous demande de le voir comme le grand réalisateur, une âme supérieure, ou un sage.
    S’il savait tout le mépris que j’ai pour ce genre de personnage, et pour tous ceux qui le protègent ou l’excusent.
    J’espère que les gens boycotterons cette énième daube pour faire chialer les tiroirs caisse.

     

  • le film fera un bide comme celui de bhl " la guerre sans l’aimer" ou le film kurdo lesbien de caroline fourée, on le fera circuler dans les écoles pour une rééducation des esprits !!! il faut à tout prix ne pas oublier, bourrage de crane à volonté,il faut tenir le goy par les neurones par les c.... c est deja fait !!! et puis il passera à la tv tous les jours !!!

    Hussein

     

    • Hahaha, pas certain hélas kamarad Hussein... Polanski est un excellent cinéaste, et gageons que toutes les critiques dithyrambiques et le tapage lié à cette affaire de Paul en ski aideront à booster les vues. Sans compter, tu as raison, les projections dans les institutions militaires, écoles, lycées et manifestations contre la HAINE ! C’est une sorte de « double subvention ». Comme tous les journaux qui après avoir touché leurs aides, font ensuite masse d’abonnements dans les Ministères, Rédactions, établissements scolaires, etc... Sans compter les salles d’attente des hôpitaux publics xD


  • Si l’on comprend bien Polan-sky (pour les sports d’hiver) est un sérial sodomisateur.


  • Accusé par une femme de viol l ordure judéo polonaise clame son innocence et se compare à Dreyfus ! " L assassin hurle qu’ on l égorge le truc est vieux comme Moïse " (celine) "

     

  • Deux psychiatres s’étaient penché sur le cas de Polanski dans le cadre de l’affaire Samantha Geitner , et voici ce qu’ils avaient conclu à l’époque ( extrait d’un article du figaro.fr ) :

    Dans la foulée de l’audience du 8 août, le réalisateur a été examiné par deux experts psychiatres commis par la cour, les docteurs Alvin E. Davis et Ronald Markman. Or, selon le résumé du procureur Gunson, « leurs deux rapports indiquent que M. Polanski ne présente pas un profil de délinquant sexuel mentalement dérangé ». Conseil du cinéaste, Me Doug Dalton complète : « Ces experts disent que le prévenu ne constitue pas un danger pour la santé et la sécurité des autres personnes. Par ailleurs, il n’a aucun antécédent judiciaire. Il n’est pas sexuellement déviant. Il n’a pas de penchant criminel. »

    Petit extrait d’un article de bfmtv.com :

    " En 2003, Samantha Geimer (sic) le pardonne publiquement mais réaffirme avoir été violée. En 2010, une nouvelle femme s’exprime : l’actrice Charlotte Lewis accuse également Roman Polanski de l’avoir violée dans les années 1980, alors qu’elle avait 16 ans. Puis en 2017, trois autres femmes le mettent elles aussi en cause. Chacune d’entre elles était mineure au moment des faits qu’elles avancent, l’une avait même 10 ans. "

    Conclusion : méfiez-vous des psychiatres !

     

    • surtout des psychiatre communautaire !


    • non ce n’est pas de psy qu’il faut ce méfier mais bien de ce type de personne très bien décris par hannah arendt dans son livre le totalitarisme : les vrais bourreaux ceux capable de faire les pires horreurs ne sont pas des déséquilibrés ce sont des gens totalement normaux, intelligent et surtout conscient de ce qu’ils font et qui assument pour une idéologie politique religieuse ou une idéologie de soi "je décide de le faire car je peux le faire " "je décide de ma vérité, je suis mon propre dieux je décide de ce qui est bien ou mal"
      Au dessus c’est le soleil comme dirait notre ami


  • « Viol en ski » : le roman. Bientôt sur vos écrans. On se rapproche...


  • J’étais à Gstaadt dans les années 70. Maintenant je sais que le nain circonci qui me poursuivait dans la forêt -après avoir mis du LSD dans ma tisane - n’était pas une hallucination.
    Mais bien un artiste immortel.


  • Lorsque je lis ce type d’injustice que ces enculés, s’en sortent encore en toutes impunités, j’ai le sentiment que l’état lui même et complice avec ces rats d’égouts.
    Je souhaite qu’un jours, Valentine puisse rencontré Marion Sigault, ça lui fera surement du bien.


  • Charles Manson (Man=Le Pere, Son= Le fils, donc peut-être le saint-esprit), en revanche, n’a viole personne, ni tue personne, on n’en pas fini avec le revisionnisme. Je trouve également curieux ces cold case de viols qui ressortent plus de 40 ans après, enfin ca y’allait gaiement dans les années 70, Le père Cosby aussi en fait les frais. Mais je peux comprendre aussi qu’une fois que l’on a une famille, ca n’est pas facile de mettre cela sur la place publique, et tout est fait pour que cela ne sorte pas.
    J’ai souvenance, quand j’étais étudiant aux US, d’avoir lu un livre sur le cinema je pense et il y avait des photos de Polanski prisent a son insu dans un parc ou il courrait après des adolescentes. Il n’y avait pas d’ambiguïté sur ses intentions car plusieurs cliches montraient les adolescentes prendre la poudre d’escampette.
    Apres le pianiste, voici la dernière pleurnicherie cinématographique dans l’espoir d’inverser la courbe du philosemitisme qui est en chute libre


  • Juste avant que Valentine ne parle, Brigitte Macron et Marlène Schiappa avaient soutenu publiquement Adèle Haehl d’avoir brisé un tabou en parlant de leur viol.

    J’attends de voir comment les potes de Polanski vont le défendre.
    Ca risque d’être difficile de traîner dans la boue Valentine (d’autant qu’il y a maintenant 3 autres femmes qui accusent Polanski de les avoir violer quand elles étaient mineures).


  • quiz :
    Dreyfus a-t-il fait la guerre de 14/18 ?
    si oui, où : (cocher la case)
    1- en première ligne ?
    2- au front ?
    3- à l’arrière ?
    4- dans un bureau ?
    5- chez lui ?
    6- à l’étranger ?
    Réponse : 4, à l’état major.
    Après l’Affaire, l’impossibilité où il est d’espérer une nomination d’officier général a poussé Alfred Dreyfus à demander sa retraite dès 1907. Faute d’avoir passé deux ans dans son grade, il est pensionné en qualité de capitaine mais va reprendre du service pendant la première guerre mondiale. À l’état-major de l’artillerie du camp retranché de Paris puis au parc d’artillerie de la 168e division, le commandant Dreyfus se veut un officier comme les autres. Sa nomination de lieutenant-colonel du cadre de réserve est suivie d’une promotion au grade d’officier de la Légion d’honneur en juillet 1919, après un courrier au président Clemenceau. Mais, au début des années trente, il se verra refuser la carte de combattant 14-18 pour n’avoir pas été assez longtemps en première ligne. (en fait, il n’y a jamais été) Bien que quatre de ses neveux soient morts pour la France pendant la Grande Guerre, jusqu’à sa mort et même sans doute après, l’Armée ne le tient pas quitte de l’Affaire... l’Armée savait.


  • Je pense (sans aucune preuve) que l’histoire est au moins partiellement vraie. Roman Polanski était réputé chand lapin. Et si la "dame" dit vrai, Il est assez odieux de vouloir forcer quelqu’un à prendre une pilule (et de quoi ?).
    Par contre, très probablement, la "violée" joue sur la nouvelle définition, très mode, du mot "VIOL", qui est imposée par la cabale féministo-LGBT-judiciaire, et qui désormais inclut TOUT ET PRESQUE N’IMPORTE QUOI, depuis une main sur des fesses habillées et un bisou dans le cou, jusqu’à beaucoup plus sérieux.
    Il y a surtout, de façon flagrante, un VIOL de la langue française. De même pour le mot "RAPE" qui désormais viole l’Anglais de Shakespeare.
    Autrefois, il y a bien longtemps, c’est-à-dire il y a 5 ans ou plus, le mot VIOL impliquait une pénétration sexuelle dans le vagin ou l’anus. Si un viol "à l’ancienne" avait eu lieu ici, il y a de très grandes chances que la plainte aurait été déposée il y a 44 ans. Tout ce que Polanski a dû obtenir ce soir-là se limite à quelques boutons arrachés (et encore) et à des caresses plus ou moins intimes. Mais personne n’était là pour voir.
    Quelles autres croustillantes « nouvelles » vont encore ressortir à l’avenir ? On peut imaginer par exemple que dans 20 ans, un Emmanuel Macron, aigri par de grosses défaites électorales et rejeté de tous (façon Manuel Valls), ne trouve rien de mieux pour se refaire une célébrité et saisir de force la une des médias, que de porter plainte pour VIOL de mineur de 15 ans contre Brigitte Macron.


  • Amausant, ( di l’on peut dire), ces affaires qui resurgissent 40 ans, 50 ans après les faits.
    Il semble qu’un mode féministe LGBT, prenne m lin plaisir à la vengence, ni pardon, ni oubli.
    Affaire Geitner : Une maman dépose sa fille agé de 13ans dans la villa de Polansky, pour faire une série de photo commandées par un magasine au réalisateur.
    Pourquoi laisser son enfant seule ?
    Après la sceance la jeune fille "éprouve des remords", en parle à sa mère, qui dépose une plainte, la police pose une série de question à la jeune fille :
    Etait ce la prmière fois que vous buviez de l’accol ?
    Réponse Non
    Avez vous l’habitude d’en prendre
    OUi
    jusqu’à l’ébrieté
    OUI
    Etait -ce votre premiere relation sexuelle
    NON
    Bref pour synthétiser l’audition, dont nous avons un extrait dans un reportage, dans lequel témoigne Samantha Geitner , elle avait déja tout fait : Vaginal , anal, drogue, alcool.
    c’est en fait le cas pour majoritée de jeune femme, qui, rejette en bloc, leurs famille, et font une crise allant jusqu à la prostition ( Charlotte Lewis ) dans le but d’obtenir, la gloire l’argent etc... Mais si ça ne dure pas, ou que leur carrière n’est pas à la hauteur, de ce qu’elles estiment, subitement, l’idée de réapparaitre au grand jour, c’est pour dire "on m’a violée", grace à ces nouvelles interprétation de viols.
    Il faut se souvenir à quel moment Polansky , s’est prit en pleine face le retour de l’affaire Geitner ; il finissait son film Gost Writer !
    Il est certain qu’il est un très chaud lapin, mais riche, et célèbre, pour certaines cela autorise un rapprochement, au même titre qu’un "investissement personnel" !
    Que dire des parents , Geitner , mais aussi pour Hamilton tous ces parents qui offrent sans vergogne leur enfants dont ils savaient PARFAITEMENT, le type de poses et tenues puisque Hamilton montrait les book de son travail.
    Il faut aussi lire Celine sur le cinema et les nababs dégeulassent, dont les mères et les filles en redemandaient dans l’espoir d’un petit role.
    Pourquoi ma fille ne risque pas de croiser un Hamilton un Polansky, parcequ’elle à des parents qui veillent sur elle. Si jamais il lui arrivait une tel chose, c’est à dire un Viol , un vrai, le Magnum ne serait pas du champagne et l’auteur n’aurait aucune chance, quel qu’en soit le prix pour moi.
    Quant aux gosses en pleine crise, l’autorité, doit y remedier, avec en corrolaire, l’amour et le respect bien sur.

     


    • Pourquoi ?
      Parce qu’elle a des parents qui veillent...



      Voilà qui est bien.
      Pour le Magnum glacé qui fut de mon métier par l’utilisation jusqu’à la transmission à ceux qui se voulaient d’élite j’ai une notion à apporter dans l’équation, que d’aucuns oublient souvent, tant sont « profanes » ceux qui se font épingler lors de ces parutions de faits divers : cette notion se veut parfois le fait de la mafia albanaise, tchétchène, israélienne, russe, on en passe et de meilleures : pour traffic d’organes ou d’êtres humains, ensuite.
      Dans pareil cas faut-il être doublement armé : et de sang froid.


  • C’est parole contre parole. Donc, pas de procès.
    Reste l’intime conviction. Donc chacun son opinion.
    Et pour ma part, Valentine Monnier dit vrai. D’autant que ses accusations ne vont rien lui rapporter, si ce n’est des emmerdes.


  • Il est tout à fait plausible que les choses se soient passées comme les décrit cette ex-mannequin.
    Une jeune fille de 18 ans dans les années 70, plutôt bien traitée dans sa famille et par la société, ne voyait pas le mal à croire des adultes sur parole.
    Dans un hôtel où tout son groupe réside, il n’y a alors rien d’anormal à retrouver quelqu’un dans sa chambre, pour partir de là faire du ski ; il y a toujours de petits préparatifs avant ces balades. et le monsieur a l’âge de papa, qui la protège et lui veut du bien.bLes filles qui ont un père sont plutôt confiantes dans les hommes adultes que méfiantes, c’était vrai à l’époque, peut-être bien moins aujourd’hui.


  • Et puis me-too n’existait pas, le porno généralisé non plus, les filles étaient plus responsabilisées qu’aujourd’hui, et avaient honte si quelque chose leur arrivait. Elles n’en parlaient pas. Des histoires circulaient d’interrogatoires policiers de femmes récemment violées, où les policiers s’esclaffaient, avides de détails croustillants.
    Cette femme dit vrai, le viol est un viol véritable.
    Pour Samantha, il semble qu’elle ait été poussée par sa mère vers les paillettes du spectacle, mais cela n’enlève rien au fait qu’elle n’avait que 13 ans, restait une enfant sous ses airs affranchis, n’était nullement consentante et fut gravement outragée alors qu’elle n’était encore qu’un bouton de rose.
    Polanski a le physique malsain d’un gnome maléfique. Les contes de fées mettent en scène de tels personnages. Il faut une conjonction de princes vaillants et d’enchanteur Merlin, avec le roi et la reine fermes, implacables et bienveillants tout à la fois, pour en venir à bout, quand, en horde, les nains s’installent aux palais.
    Ce qui n’empêche pas les films du skieur sur pistes minées d’être intéressants.


  • Rappelons que son "J’accuse", film d’auto victimisation, a été projeté en avant première dans des écoles militaires. Une provocation sous la barbe de la grande muette où le soldat ne peut exprimer son opinion.
    Dujardin aurait dû flairer l’arnaque et ne pas tourner dans ce film.

     

    • Sans parler du fond du scénario du film, sur lequel on pourra disserter de nombreuses années encore, le simple fait que l’Etat-Major en général, et le son chef en particulier, accepte de recevoir, au sein de l’Ecole Militaire, une ordure qui n’a jamais nié avoir drogué une fillette pour la sodomiser ensuite, déconsidère à jamais ces tristes guignols qui, pourtant,se prévalent de principes dont ils sont, en réalité,totalement dépourvus. Principes qu’ils oublient bien vite dès qu’il faut faire plaisir au prince. Malgré toutes leurs breloques, gagnées le plus souvent en crapahut sur moquette, ces sous-hommes font définitivement honte à la notion même d’honneur.
      Au pays du Soleil Levant, seul seppuku pourrait constituer une issue honorable à ce genre de situation ! Il est malheureusement impossible de demander à des rats de se comporter comme des lions !


  • C’est parole contre parole.

    Quelques semaines, voire quelques jours après les faits, c’est déjà très difficile pour un magistrat de savoir qui ment, qui dit la vérité, alors 40 ans après.

    Quelques soient les outrages subies par cette mannequin, si elle souhaitait dénoncer son agresseur, elle n’aurait jamais du attendre 40 années pour le faire.

    Une telle dénonciation si tardive, quelque soit la victime, quelque soit l’agresseur (je me fiche qu’il s’appelle Polanski ou Duchenoque), c’est du grand n’importe quoi.

    C’est anti-biblique au possible, le pardon des offenses étant un des fondements de la charité chrétienne.

    Soyons chrétiens et ne faisons pas notre ces paroles porteuses de haines recuites et perpétuelles : "Ni pardon, ni oubli"

    Rappelons nous la fameuse réplique de F Mitterrand à Elkabbach " Et dans 100 ans peut-être encore ... c’est l’entretien de la haine"

     

    • Euh...Attention ! Le pardon n’exclut pas la sanction ! Bien au contraire !


    • L’intéressée répond elle-même à cette interrogation de manière on ne peut plus simple : elle dit trouver insupportable de continuer de voir porter aux nues de tels personnages sachant ce qui leur est reproché et qui n’a jamais été jugé comme cela aurait dû l’être. Quant à profiter d’un film comme il le fait pour se poser en victime selon la méthode bien connue, on imagine que ça a dû bien lui plaire aussi. Déjà que ce genre de posture de donneur de leçons peut gaver sans même avoir été violé, alors on peut imaginer pour qui l’a été !


    • Non, justement, dans ce cas, ce n’est pas parole contre parole... Il semble que Valentine Monnier dispose de témoignages écrits des personnes qui lui sont venus en aide à l’époque, notamment d’un homme qui voulait la conduire à la gendarmerie...


  • Et le film sort le 13 novembre : faudrait surtout pas croire que l’important c’est la commémoration du 11 novembre, qui n’est qu’une anecdote sans importance, l’important, c’est Dreyfus, pas l’armistice...


  • Quand un Etat et une justice " protègent ce genre de pourriture, c’est que cet Etat même est constitué de pourritures qui ne font que se protéger en le protègeant !

     

  • Le chemin le plus court pour la gloire est parsemé de... braquemarts turgescents. Ces ravissantes idiotes gagneraient à le savoir ou à... s’en souvenir. Si seulement elles n’étaient pas aussi...

     

  • J’ai énormement d’admiration pour cette femme, intélligente et determinée, Valentine, avec synchro et coordinations, a dignement exposé son récit, J’ACCUSE en même temps que la sortie du j’accuse, produit et réaliser par son bourreau-violeur, ce film qui retrace l’affaire dreyfus, coté victimaire parceque juif, est déjà un bide annonçé comme un immense fiasco.
    L’affaire polanski, comme l’affaire dreyfus, sont simillaire à plus d’un titre, comme par exemple le soutient de certains de leur communauté, culpabilisant avec mépris et arrogances, les véritables victimes les accusant d’être les fautifs de l’affaire alors qu’ils sont parfaitement informés de la culpabilités de leurs proches.


  • Pour celles et ceux qui ne le savent pas, Valentine Monnier a joué dans une série B culte ,"2019 après la chute de New York", toute une époque... Chose étrange, son visage dans ce film, m’a toujours paru un peu triste...


  • Je préfère ecouté Alainanski, Pierranski et Dimitryanski...

    Désolé !


Commentaires suivants