Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Votes à l’ONU sur Jérusalem : quelles perspectives pour une paix juste ?

Les protestations contre la décision irresponsable du président des États-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël et d’y déménager son ambassade sont passées de la rue à l’ONU. Les É.-U. viennent d’y essuyer deux revers : au Conseil de sécurité et à l’Assemblée générale, où une large majorité de pays ont maintenu leur condamnation de la décision étasunienne. Ces positions pourront-elles ouvrir quelques brèches vers une paix juste ? Nous pensons que oui, mais à certaines conditions seulement.

 

Oser déboulonner certains mythes

Quand Benyamin Netanyahou affirme que Jérusalem est « la capitale éternelle et indivisible d’Israël depuis 3 000 ans », il répète le mythe religieux qui sert à justifier l’occupation et l’annexion de Jérusalem-Est, en gommant le rôle de Jérusalem dans les deux autres religions monothéistes. En Israël, l’archéologie et l’histoire ont massivement servi à authentifier la continuité d’une histoire juive allant des anciens Hébreux aux Israéliens d’aujourd’hui. Israël s’est ainsi bâti sur un principe mono-ethnique — Israël défini comme « juif » — et sur une fondation religieuse, ce dont témoigne le rôle de quasi-constitution du texte biblique dans l’Israël d’aujourd’hui. Quelques heures avant son assassinat en 1995, Yitzhak Rabin avait fait remarquer aux partisans du « Grand Israël » qu’appliquer la Bible à la lettre obligerait les Israéliens à évacuer les rivages de la Méditerranée puisque les Juifs de l’époque biblique n’y ont jamais habité. Il dénonçait ainsi l’amalgame entre Bible, Terre promise et peuple d’Israël, auprès des sionistes et des religieux pour qui la Bible continue de servir d’étalon pour toutes leurs politiques actuelles.

L’histoire canonisée par Israël cadenasse les contenus des manuels d’histoire, organise le calendrier des fêtes nationales et sert à « judaïser » Jérusalem-Est. Toute critique du Grand Récit national est suspectée de porter atteinte à l’unité de la nation, en remettant en cause un Israël fantasmé, idéalisé et inventé. Des historiens ont pourtant fait voler en éclats la légende d’un peuple juif unique préservé des contaminations extérieures. Ultimement, ce qui fait problème et qu’il faut gommer, c’est… l’existence même des Palestiniens ! D’où les entreprises de nettoyage ethnique qui n’ont cessé depuis la création de l’État d’Israël en 1948 et que l’annonce de Trump amplifie en légitimant l’annexion de Jérusalem-Est

Il faut s’opposer à l’idée qu’un peuple — ici le peuple juif — puisse effacer, au nom de son dieu, le droit à l’existence d’un autre peuple, les Palestiniens, vivant sur la même terre.

 

Le projet sioniste initial

Le projet initial des sionistes n’a jamais été la coexistence de deux États vivant côte à côte en harmonie. D’emblée, ils ont planifié systématiquement, et par tous les moyens (diplomatiques, économiques, militaires, instrumentalisation de la Shoah, etc.) la disparition du peuple palestinien en tant que peuple. Dès les années 1930, Ben Gourion, « le père fondateur », avait appelé les siens à accepter les premiers projets de partition […].

Tous les pays occidentaux, y compris le Canada, ont gobé cette hypocrisie d’abord en votant pour la partition de la Palestine historique en 1947 puis en continuant d’appuyer, directement ou indirectement, le projet sioniste qui a fait avorter tous les débats relatifs à la création d’une Palestine souveraine. Peu de pays ont dénoncé la futilité de rencontres diplomatiques sans jamais contester la nature de l’État d’Israël en tant qu’État national du seul peuple juif.

Après plus de 70 ans de pourparlers, le résultat est que les Palestiniens ont été de plus en plus dépossédés de ce qui doit être leur territoire national, au point même où plusieurs doutent maintenant de la faisabilité de la solution à deux États si rien n’est fait pour contrer le projet sioniste.

Lire l’article entier sur ledevoir.com

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 

La décision de Trump fait tomber les masques, voir sur E&R :

 






Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article