Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Voyage au cœur du chamanisme

Ayahuasca : l’expérience interdite (en France)

Je m’apprête à vous faire le récit d’une retraite chamanique de quatre jours à laquelle j’ai participé voilà quelques semaines. Ce récit vous fera peut-être pénétrer un monde dont vous ne soupçonnez pas même l’existence. Alors débarrassez-vous un instant de vos croyances et aprioris et écoutez mon récit, avec le cœur.

 

Avertissement

Cet article n’a pas vocation à pratiquer quelque prosélytisme que ce soit. Les substances dont j’ai fait usage au cours de ma retraite chamanique sont juridiquement des psychotropes, strictement interdits à la vente comme à la consommation.

Mais les considérer uniquement comme des drogues, bonnes à se défoncer, serait terriblement réducteur. Vous passeriez à côté de l’essentiel, à côté de la nature profonde de ces substances.

J’espère vous le faire comprendre à travers l’expérience personnelle que je vais partager avec vous.

 

Qui suis-je ?

Je ne suis ni scientifique, ni chaman, juste autodidacte. À 50 ans, j’ai passé ces dernières années à étudier l’ethnobotanisme, qui pourrait se résumer à l’étude de l’usage des plantes par les hommes, à travers le temps. C’est l’un des meilleurs spécialistes en France, François Couplan, qui a assuré ma formation. Je maitrise aujourd’hui l’art de s’alimenter avec les plantes sauvages comestibles qui nous entourent. Je donne des formations, notamment à travers Prenons le maquis, aux personnes qui recherchent une certaine autonomie alimentaire. L’étude des plantes psychotropes entre également dans le champ de ma formation et c’est ainsi que je me suis penché sur le sujet.

Aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours beaucoup plus intéressé à une possible révolution intérieure de ma petite personne qu’à toute autre révolution, politique ou sociale. Dans ma jeunesse, j’ai donc absorbé nombre de concepts ésotériques (Carlos Castaneda, …), philosophiques (Krishnamurti, …) ou psychologiques (École de Palo Alto,…), pratiqué nombre d’activités tournant autour de l’épanouissement de son corps et de son esprit (yoga, pranayama, ….).

Force est de constater que malgré ma détermination et l’énergie que j’y ai consacré, je ne suis jamais parvenu à atteindre le nirvana, pas même un quelconque éveil. À la lumière de cet échec personnel, j’en ai tiré la conclusion qu’Homo sapiens, qu’il soit un sage indien ou un ouvrier de la métallurgie, n’était pas apte à rencontrer « Dieu » de son vivant, sauf à de rares instants. Ne parlons pas de l’au-delà, encore plus hypothétique !

Il faut vous l’avouer, l’Ayahuasca vient de faire exploser cette croyance que j’avais chevillée au corps… Aujourd’hui, j’éprouve le besoin impérieux de partager mon expérience et en choisissant avec le plus grand soin mes mots, forcément bien ternes au regard de l’expérience vécue, de donner des informations précises sur ces substances, sur leur utilisation, sur leur capacité à créer un changement profond, sur leur limite aussi.

 

Avez-vous déjà entendu parler de l’Ayahuasca ?

L’Ayahuasca fait partie de la famille des enthéogènes, substances psychotropes induisant un état modifié de conscience, utilisées à des fins religieuses, spirituelles ou chamaniques d’après nos amis de Wikipédia. En Amérique du sud, on affuble l’Ayahuasca de petits surnoms comme Yagé, la Pacha Mama ou encore la « medicina ».

Ces dernières années, l’Ayahuasca est devenue très à la mode en Occident. L’utilisation d’Ayahuasca est prohibée en France mais elle est tolérée en Suisse, en Espagne, en Allemagne et dans bien d’autres pays. L’Ayahuasca est connue pour provoquer de puissantes prises de conscience, elle s’est popularisée pour les changements intérieurs profonds qu’elle semble induire chez les personnes souffrant notamment de dépressions ou d’addictions.

L’Ayahuasca est un breuvage, la combinaison d’au moins deux plantes. Plus de 80 plantes ont été répertoriées par les ethnologues comme pouvant entrer dans sa composition, la recette variant suivant les tribus amazoniennes en faisant usage.

Les deux plus connus sont Psychotria viridis et Banisteriopsis caapi. Leurs actions combinées permettent à la fameuse DMT, « molécule de l’esprit » de passer à travers la barrière intestinale sans être détruite et de pouvoir ainsi se libérer dans le sang.

Au cours de ma retraite chamanique, je consommerai l’Ayahuasca trois soirs de suite. La session, appelée « toma » démarre en général vers 22h00 pour se terminer vers 4h00 du matin. Pendant la cérémonie, on peut être amené à consommer 2 ou 3 fois le breuvage. Les effets de l’Ayahuasca varient énormément d’un individu à l’autre, d’une session à l’autre mais il y a quasi systématiquement une constante : l’Ayahuasca provoque chez la plupart des consommateurs de violentes crises de vomissement !

 

Présentation des trois autres enthéogènes utilisées pendant ma retraite

Au cours de cette retraite mémorable de quatre jours, j’ai pu consommer d’autres psychotropes. Ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas ici d’additionner les sensations extrêmes comme les tours de manège dans une foire. Pris ensemble, ces produits démontrent une véritable synergie et permettent, nous le verrons, d’effectuer une prise de conscience plus profonde, plus puissante.

 

⦁ Le(s) rapé(s)

Avant qu’il ne se fasse récupérer par les industries occidentales, le tabac a toujours été la plante magique de base des chamans. Le tabac est réduit en poudre (c’est le tabac à priser), éventuellement mélangé à d’autres plantes. Les chamans pulvérisent alors cette poudre dans chaque narine à l’aide d’un petit tube appelé tépi.

 

 

Le rapé a cette particularité d’aider à la concentration, à s’ancrer, à être dans l’instant. Suivant sa puissance, il peut provoquer les premières minutes des sensations de brulure au niveau des sinus, un écoulement nasal, voire une légère suffocation. Il est conseillé de ne pas respirer par le nez au cours des premières minutes, afin d’accroitre son efficacité.

 

⦁ Le Bufo alvarius

On passe ici du règne végétal au règne animal. C’est dans les glandes de ce crapaud, Incilius alvarius, vivant entre le Sud-ouest des États-Unis d’Amérique et le Nord-ouest du Mexique que l’on retrouve la molécule bufoténine, contenant de la DMT sous une autre formulation chimique.

 

 

Le psychotrope est fumé à l’aide d’une petite pipe en verre. La substance est préalablement chauffée et doit être fumé d’une seule et complète inspiration, après avoir au préalable vidé entièrement ses poumons.

C’est probablement le plus puissant des enthéogènes connus. Je confirme !

 

⦁ Le Kambo

On reste pour terminer dans le règne animal avec cette fois une grenouille géante, Phyllomedusa bicolor, vivant en Amazonie et qui sécrète à travers sa peau de nombreuses molécules chimiques. Les scientifiques ne s’accordent toujours pas sur les véritables principes actifs de son poison.

Le Kambo s’applique directement sur la peau, après l’avoir brulé à l’aide d’un petit bâtonnet incandescent. À jeun depuis au moins 12 heures, il faut auparavant boire a minima 2 litres d’eau que l’action du Kambo fera finalement régurgiter, purifiant corps et l’esprit.

 

 

L’histoire dit que cette pratique ancestrale du Kambo (comment récolter, comment appliquer la substance) aurait été communiquée à un chaman, au cours d’une transe sous Ayahuasca. Il aurait ainsi pu sauver toute sa tribu.

 

Le récit

Durant les semaines qui précédent cette expérience incroyable mais véridique, Je regarde quelques vidéos, lis quelques récits aussi, relatant des expériences sous Ayahuasca, sous Kambo et sous Bufo alvarius. Cela ne semble pas être une promenade de santé et je suis particulièrement angoissé à l’idée de participer à cette retraite.

 

Jeudi - 1er jour

C’est la fin de l’après-midi. Au cœur des Alpes suisses, altitude 1 200m, un grand chalet de montagne servant de gite accueille les participants. Le plafond nuageux très bas et le temps bien pourri, le paysage est peu engageant, un peu glauque même.

Je n’ai pris qu’un repas léger vers midi. J’ai un peu faim. Cela fait des semaines que je m’astreins à un régime alimentaire très strict, que je m’entraine, physiquement et mentalement aussi. Je n’aborde jamais une épreuve sans m’être préparé auparavant, j’arrive ici au top de ma forme.

Les participants à cette retraite chamanique arrivent au compte-goutte. Ils seront au nombre de 11. Je ne vois que des gens « normaux », certains semblants tout de même torturés par des problèmes psychologiques importants. Pas d’énergumènes allumés cherchant à se défoncer la gueule, juste des gens banals.

Je pensais l’avoir dompté, cette peur, raté, elle est là en moi, exubérante, irrépressible. Je retrouve de vieilles sensations qui m’ont abandonnées depuis de nombreuses années, violentes décharges d’adrénaline que l’on peut ressentir devant un stress ingérable et qui se prolonge.

Chacun notre tour, nous sommes pris en charge par 2 des 4 facilitateurs (3 femmes et 1 homme) qui vont nous encadrer tout au long du weekend. Un facilitateur est une personne occidentale ayant été formée aux techniques chamaniques. Ils sont humbles et respectueux de la tradition chamanique, semble-t-il. Émane d’eux une grande chaleur et une certaine sérénité malgré leur jeune âge.

Je suis accueilli dans un petit bureau, tout est fait pour nous mettre en confiance. Quand je m’engage dans une voie, quelle qu’elle soit, je m’y engage à 100 %. Je suis décidé à « jouer le jeu » sans me cacher derrière un personnage, être le plus honnête possible, en tout premier lieu avec moi-même. Échange informel, je suis invité à donner mon (mes) intentions. Intention, un mot plus percutant et moins vulgaire qu’objectif à mes yeux, poser une intention sur ce que l’on veut. Cela me rappelle le vocabulaire qu’employait Carlos Castaneda dans les récits relatant l’enseignement qu’il reçut du sorcier indien Don Juan Matus !

Je parle donc aux facilitateurs de mes motivations à participer à cette retraite, sans retenue. Je liste méthodiquement un ensemble de questionnements autour de ma vie, de mes relations avec mes parents, avec mes enfants, ma santé aussi.

Le démarrage est lent, les participants sont regroupés dans une grande salle ou se tiendra la « toma » d’Ayahuasca plus tard dans la soirée. La chef des facilitateurs nous briefe sur le déroulé des quatre jours.

Nous avançons progressivement vers l’heure fatidique. Il est 22 heures. Tout est fait pour nous rassurer et nous commençons par prendre un râpé léger, exclusivement à base de tabac. Il est à noter que ce tabac est cultivé et préparé avec toute l’intention des chamans d’Amérique du sud avec lesquels les facilitateurs travaillent.

Ça brûle au niveau des sinus, je suffoque un peu mais garde mon calme et vais me rassoir, suivant les recommandations, ne respirant que par la bouche pendant dix minutes. Les sinus se mettent à couler librement. Je ne ressens pas grand-chose mais un certain calme intérieur s’installe en moi. Je me concentre sur ma respiration, assis en tailleur et les yeux fermés. L’heure approche et après que chacun ait reçu sa dose, la « toma » peut débuter. La salle est plongée dans la pénombre, seules quelques bougies sont là pour donner l’ambiance et éclairer le chemin des toilettes. Il est clair que je m’attends au pire niveau vomissement, voir diarrhée aigüe. Ça fait partie du jeu parait-il.

Chacun des participants est invité à se lever un par un, et devant la facilitatrice, après un « salute » cérémonial, se saisit d’un petit verre d’Ayahuasca et le vide. Y’a pas à dire, ça met dans l’ambiance. Je regarde dans les yeux la facilitatrice, lui prends des mains son verre, qu’elle a auparavant rempli et pesé. Je le vide d’un trait sans que le gout ne me pose aucun problème à la déglutition. Mon palet en a vu d’autres ces dernières années avec les plantes sauvages dont je me nourris !

Je retourne sur mon matelas, par terre, un grand sac de plastique et une serviette en papier, comme seul compagnon. Afin de parer à toute éventualité, je décide de rester en tailleur pour prévenir tout vomissement. Très vite, je suis dans un état de profonde relaxation. Le poids de ma tête, mes épaules pèsent lourdement à travers mes bras sur mes cuisses, j’ai les yeux fermés et ma peur s’est totalement dissipée. Je n’ai pas lutté contre elle, je l’ai laissé prendre le dessus sur moi, j’ai accepté d’avoir peur et elle a disparue. Mon corps est totalement relâché, peut-être comme jamais.

J’observe mes paupières closes et me concentre sur les petits flashs lumineux que l’on peut généralement apercevoir. Progressivement, des images se forment, des images changeantes, colorées et chaleureuses, elles s’animent au son de la musique rythmée qui occupe tout l’espace. Ou alors les visions sont la musique, lancinante et envoutante. C’est objectivement un spectacle somptueux. Une petite voix, vient-elle du fond de mon être ou de l’extérieur, je ne pourrais le dire, cette voix part dans tous les sens, de manière rapide et déterminée. Elle manipule mes idées et mes souvenirs avec dextérité et frénésie. Mon ventre semble travailler intensément de l’intérieur mais aucune envie de vomir.

À la mi-temps, vers 1H30 du matin, les participants qui le souhaitent sont invités à venir chercher le « booster », nouvelle rasade pour continuer le trip. Je me lève, la facilitatrice me regarde intensément au fond des yeux et me demande comment je me sens. Bien c’est sûr ! Et c’est reparti pour un tour. Je n’en tire pas plus que pendant la première cession. Je suis heureux de me sentir bien, aucune envie de vomir, aucun désagrément. On ne peut pas en dire autant de la plupart de mes compagnons de fortune. Vomis, pleurs, cris parfois, l’Ayahuasca n’est visiblement pas une partie de plaisir pour tous.

Il est à noter que si l’on peut ressentir des distorsions de temps, notre conscience pendant l’Ayahuasca reste entière la plupart du temps. Ainsi se superposent les visions et autres sensations avec la perception fine de ce qui se passe dans la réalité autour de soi. Sons, présences des camarades, tout est très réel. Bien que je ne l’ai pas testé, je restais les yeux fermés pendant toute l’expérience, j’avais le sentiment de pouvoir revenir à la réalité suivant ma volonté, un peu comme dans des rêves morphiniques que l’on peut interrompre momentanément pour avoir une petite discussion avec l’ami qui vient nous rendre dans la chambre d’hôpital, avant de replonger.

 

Vendredi – 2ème jour

Fin de la séance vers 4H du matin. Les participants sont invités à regagner leur chambre mais il est également possible de rester dans la salle pour finir la nuit. Je monte. Ma tête tourne un peu comme après une bonne cuite, l’écœurement en moins. Non, cet étourdissement n’est pas désagréable.

Alors que je m’allonge sur le lit de ma petite chambre, un nouveau processus inattendu débute alors. Je l’appellerai intégration, vocabulaire sur lequel je reviendrai plus loin. Yagé est toujours en moi et déclenche, alors que je suis allongé dans le silence de la nuit des pensées autour des intentions que j’avais formulées clairement la veille. Les pensées virevoltent, rapides, tranchantes, clairvoyantes. Je repense aux évènements marquants de ma vie, mes peurs. Tout passe en revue. Je ne suis clairement pas dans un état normal, mon esprit est affuté, limpide. Je repars de temps en temps dans des songes oniriques, entrecoupés de réflexions bien réelles.

J’ai le sentiment que Yagé me guide dans la gestion de mes peurs, pour cette journée de vendredi qui s’annonce la plus intense. Cette fin de nuit, elle me dit que je ne suis pas obligé de participer à la séance de Kambo, encore moins de Bufo. Cela m’apaise, je me laisse le choix, décide finalement de ne pas participer aux autres séances, l’Ayahuasca étend largement suffisante pour moi.

J’insiste sur le fait que je ne sais pas, au cours de cette fin de nuit comme pour les autres expériences intenses que je m’apprête alors à vivre, si Yagé est en fait une entité extérieure à moi (ce serait plutôt mon sentiment) ou plus simplement un révélateur de mes pensées les plus profondes mais une chose est sûre, ce psychotrope donne une acuité mentale incomparable.

La nuit se termine sans que je ne dorme vraiment. À 8H30, je me lève et à ma grande surprise, je descends participer à la cession de Kambo, prévue pour 9H00, sans me poser plus de questions. C’est une évidence. En revanche, pour le Bufo, j’ai définitivement décidé de ne pas y participer, vraiment trop la trouille.

Dans la petite pièce qui va être utilisé pour ce cérémonial atypique, les deux camarades qui vont subir l’expérience, oui « subir » est bien le terme, sont déjà là. La première participante est en train de boire avec difficulté ces 2 litres d’eau, nous sommes à jeun depuis plus de 15 heures. Je serais donc le 3ème et dernier sur la liste. Le facilitateur spécialiste es Rapé et Kambo, est d’un grand calme et débute ses préparatifs.

La participante s’assoit sur un siège confortable, et le facilitateur commence à lui bruler à 3 endroits sur l’épaule, 3 petits points brulés au second degré. Il applique ensuite le poison sur les brulures bien nettoyées. Avec un petit spray, il humidifie le poison. On peut voir le visage de la participante rougir, elle déglutit, tout cela a l’air intense. Elle tremble un peu. Il est demandé de rester les yeux ouverts pour rester présent à l’expérience et ne pas « partir », juste respirer profondément en se tenant bien droit.

Une deuxième phase débute avec visiblement une envie montante de vomir. Le facilitateur lui demande de reboire, humidifiant en parallèle le poison. Finalement après avoir visiblement souffert le martyr, douleur puissante dans le bas ventre, la participante finit par tout ressortir par saccade dans un sceau prévu à cet effet. Elle se remet doucement, épreuve éprouvante vue de l’extérieure. Puis vient le tour du 2ème participant dont l’expérience semble être encore plus difficile, puis c’est à mon tour, j’ai bien eu le temps de gamberger, toujours cette peur profonde de l’inconnu.

Tel un guerrier, vocabulaire emprunté à Carlos Castaneda, totalement présent à l’expérience, je me lève pour m’assoir sur le siège de torture. J’ai rapidement avalé un ¼ d’heure avant les 2 litres d’eau sans aucune difficulté, concentré. Le facilitateur m’applique le poison sur mes points. Il se diffuse partout dans mon corps rapidement, je le sens, dans chacune de mes cellules. Grosse chaleur au niveau du visage, mon corps entre en vibration intense mais je perçois l’ensemble des sensations ressenties comme profondément apaisantes et agréables. Je respire profondément, des respirations complètes entrecoupées de petites apnées poumons vides. Je regarde droit devant moi, suis totalement dans l’expérience.

Ma petite voix intérieure ne s’interrompt pas, elle ne s’interrompra d’ailleurs jamais au cours du séjour, mais une couche plus profonde en moi m’observe, observe le mouvement de ma pensée, sans jugement.

Une deuxième phase débute, le calme avant la tempête. Je suis relaxé, il a dû s’écouler 10 minutes que déjà une envie de vomir monte en moi. Je comprends, une compréhension directe, l’intellect n’a rien à voir dans ce processus, que vomir est très subtil. On ne peut pas s’obliger à vomir mais pas plus se retenir. Tout est dans le lâcher prise, notion galvaudée de nos jours mais qui veut tout de même bien dire ce qu’elle veut dire.

Par un geste miraculeux ou réflexe, je me saisis du saut et un geyser sort de mon corps, au moment où cette compréhension, ce lâcher prise me saisit. Je me vide littéralement d’un liquide jaune. Ça vient de la bile me confirme le facilitateur, assez satisfait de moi !

Une sérénité profonde m’envahit rapidement, j’échange quelques éléments sur mes intentions formulées pour cette retraite avec les deux facilitateurs. Des propos généraux, je parle notamment de mes peurs et de la façon dont j’ai organisé ma vie pour me mettre en sécurité de façon illusoire. Une vraie pipelette ! Les choses commencent à prendre sens en moi. Touché par ma sincérité du moment, l’un des facilitateurs me dit observer un diamant brut au fond de mon cœur. Il me cueille.

Je ressors ému de la pièce et vais respirer dehors. Le temps est magnifique ce matin, le cirque de montagne, invisible la veille, m’apparait majestueux, avec une intensité saisissante. Tout est pur, les couleurs et les formes se détachent les unes des autres. J’ai une énergie intérieure qui coule littéralement en moi. Je suis serein.

Je ne prends pas de petit déjeuner, un fruit peut-être. Je suis bien, je suis ici, posé, centré. L’heure de l’intégration, 11h00, approche. C’est un moment important où les facilitateurs nous réunissent dans la grande pièce de la « toma ». Chacun peut ici parler librement, sans ressentir quelque jugement que ce soit. C’est en quelque sorte une psychothérapie de groupe, activité que je n’ai jamais considéré comme utile, encore moins comme souhaitable.

Je n’ai pas grand-chose à dire et ce sont surtout deux femmes, celles dont j’avais ressenti leur détresse la veille en observant la souffrance qui dégoulinait de leur visage torturé, qui se lâchent. Pas facile, des pleurs des sanglots, elles sont mal, elles ont mal. La facilitatrice ne dit pas grand-chose mais ses quelques mots, ses quelques phrases font mouche à chaque fois et font ressortir toute la souffrance de ces participantes. Je suis impressionnée par le savoir-faire des facilitateurs, malgré leur jeunesse.

La séance d’intégration s’achève par un petit travail qui me donne envie de prendre mes jambes à mon coup. Il faut se choisir un partenaire, se mettre face à face, et chacun son tour, considérer l’autre comme soi-même enfant, se parler ainsi à soi-même. Pudique, c’est vraiment tout ce que j’aime faire ! Mais je suis venu participer à cette expérience comme je sais faire, à fond, dans un engagement total et me voilà à m’adresser à moi-même. J’éprouve le besoin de rassurer le petit enfant toujours en moi, lui dire qu’il doit avoir confiance, que tout se passera bien et que sa vie sera belle. Je sers contre moi cet étranger, moi enfant aussi et j’ouvre mon cœur.

Je suis maintenant assez relaxe car je pense les vrais challenges terminées, j’ai fait le Kambo et ne redoute plus trop les deux séances du lendemain et surlendemain matin et vu comment s’est passée la « toma » d’Ayahuasca la veille, je n’ai vraiment aucune raison de la redouter.

L’intégration terminée, les facilitateurs s’activent déjà pour préparer la pièce pour la cession Buffo. Chaque participant, ils sont au nombre de 3 ont le droit à deux matelas. Une nouvelle fois et malgré ma décision irrévocable, je me vois décider au dernier moment d’y participer. J’ai la trouille au ventre et j’ai une nouvelle fois l’impression que Yagé a œuvré pour contourner mes peurs avec beaucoup d’habileté.

Encore une fois, je me retrouve le dernier à passer. L’expérience sous Bufo alvarius peut durer jusqu’à 1 heure. Tous les quarts d’heure, un participant est invité à fumer une petite pipe en verre. C’est l’horreur, on a eu beau nous prévenir que ce que l’on voit de la personne en train de triper est radicalement différent de ce qu’elle vit, le spectacle auquel j’assiste est choquant. Je suis littéralement mort de trouille, une trouille profonde, animale, la peur de mourir en fait. Les participants s’effondrent les uns après les autres, quelques secondes après avoir recraché la fumée, les bras en croix, certains se redressent ensuite, gigotent dans tous les sens, prononcent des phrases sans grand sens. Ils ouvrent parfois les yeux, d’un regard totalement vide, observant l’assemblée, donnant le sentiment qu’ils ne sont pas là. Non, ils ne sont clairement pas là !

Et puis très vite, c’est mon tour, je suis assis en tailleur. Mon cœur bat fort dans ma poitrine, la facilitatrice approche doucement la pipe en verre après avoir préalablement commencé à chauffer le contenu. J’ai auparavant inspiré profondément puis vidé intégralement mes poumons par la bouche.

J’aspire doucement et longuement, suivant les instructions de la facilitatrice à la lettre. Mes poumons sont pleins, je ne suis déjà plus ici, la facilitatrice me murmure de tenir l’apnée. C’est au moment où je relâche tout doucement, dans un semblant de conscience restante, la fumée par le nez que le Bufo me pulvérise littéralement vers le ciel, je me dissous dans l’infini. Je n’existe plus. Je reste en tailleur, les yeux fermés et ce mouvement puissant d’une respiration si profonde est la seule chose qui me relie à la vie. C’est l’univers qui respire en moi, l’univers tout entier est moi et je suis lui. On me raconte que pendant sept minutes environ, j’étais statufié, pas un mot, pas un geste, totalement immobile à part ce souffle de vie qui parcourait à intervalle régulier mon corps.

N’échappant pas à la règle, ces premières minutes écoulées, je m’étends tranquillement sur le dos, les bras en croix !

J’observe alors comment ma conscience, très subtilement se réincarne en moi, comment les bribes de pensée se réorganisent tout doucement, tout doucement. J’observe cela, je n’ai aucune peur, j’observe ce processus incroyable se dérouler en moi, ou ce qu’il en reste à ce moment-là !

Il m’a bien fallu encore 50 minutes pour refaire surface. 5 minutes encore avant de me redresser, je me demande comme je vais faire pour redevenir normal, pour me lever,… cela paraît totalement hors de portée et pourtant je finis par ouvrir les yeux. Je fonds littéralement en larme, une émotion d’une pureté incomparable remonte de mon ventre et m’envahit. Je pleure de tout mon être, je suis mort, je suis vivant à nouveau. Je décide de tout arrêter, comblé par cette expérience totale.

Mais non, j’ai maintenant l’habitude de mes décisions à l’emporte-pièce ! J’irai au bout de cette retraite.

Je rejoins mes camarades pour partager notre repas sur la terrasse. Je suis vivant, tellement vivant, l’émotion pure m’habite. Je regarde se dessiner le cirque de montagne qui entoure notre chalet, avec une acuité encore plus intense que ce matin après le Kambo.

Buffo alvarius est bien le papa, on ne négocie pas avec lui, on ne le dompte pas non plus. J’ai eu la chance incalculable qu’il me permette de le chevaucher un instant. Merci.

La nourriture est si bonne et je suis assez vite rassasié. Je vais me balader tranquillement dans le village, bien, serein. Il est incroyable de voir comment après avoir été dans un état pareil, quelques minutes après, on peut interagir normalement avec le reste du monde.

La journée se termine et bien vite, nous nous retrouvons pour la deuxième cession d’Ayahuasca. La préparation ne se fait pas avec du rapé cette fois-ci. Nous nous prêtons à un exercice d’ouverture des chakras, à partir d’odeurs spécifiques correspondant à chaque chakra.

Nous sommes allongés les yeux fermés et offerts aux sensations. Une facilitatrice nous fait passer une à une des bandelettes parfumées que nous respirons profondément de nombreuses minutes. Et peu à peu, nous remontons du bas vers le haut, parcourant les différents chakras, les explorons, les ouvrons. Je ne peux pas dire avoir senti l’ouverture de mes chakras mais à la fin de cette séance qui dura probablement plus d’une heure, je suis à nouveau dans un état de relaxation rarement atteint.

Et la 2ème « toma » débute, tour à tour nous nous levons pour aller nous abreuver. Je retourne me coucher, beaucoup plus confiant quant à ma capacité à supporter gastriquement la boisson d’un aspect assez chargé et d’un goût assez indéfinissable, pas très amer comme entendu ou lu auparavant. Les minutes, les heures s’écoulent, le booster est avalé et rien, rien de spécial ne se passe durant toute la cession. Je ressens une frustration montante, intense, je n’arrive pas à lâcher prise, je sens que Yagé me tend des perches pour m’emporter, avec l’intelligence de cœur et la bienveillance que je lui reconnais. Mais assoiffé de sensations fortes, je me jette comme un mort de faim sur chacune d’entre elle sans parvenir à les saisir. Je reste ici et je finis par m’emmerder sérieusement. C’est long. Je comprends, intimement une nouvelle fois, mon besoin vain de sensations fortes, mon goût pour les sports et l’engagement physique extrêmes, cela commence à faire sens.

Et puis finalement, Yagé me donne une leçon magistrale, alors que j’avais renoncé à quoi que ce soit, me prend et m’enveloppe dans un demi cocon d’une douceur extrême, me fait flotter dans l’espace infini, calme, détendu, serein encore. Yagé prend soin de mon cœur, de mon corps et me met dans un état de bien être intense, on peut appeler cela une extase profonde, que de l’amour autour et en moi.

La cession se finit alors qu’elle commençait pour moi, et le réveil est un peu difficile. Mais une seconde vécue dans cet état de bien être total valait tout le reste. Je remonte dans ma chambre, laissant certains de mes compagnons derrière moi, encore bien malades et éprouvés par cette 2ème « toma ».

Une nouvelle intégration, très intense, débute alors dans le silence de la fin de nuit. Si je ne dors pas plus, Yagé me donne une leçon de vie magistrale. Les évènements de ma vie se lient, se relient, LA vérité m’est donnée, implacable et incontestable, elle est là. Net, précis, limpide, les connexions se font en moi, les unes après les autres. Ma compréhension profonde, totale et soudaine n’a rien à voir avec une compréhension intellectuelle, c’est une compréhension qui vient du plus profond de mon être. Mon cœur me permet de voir des choses que je connais parfaitement, mais sous un angle radicalement nouveau. L’Ayahuasca agit de manière frénétique, systématique, implacable et déroule la démonstration avec assurance, bienveillance et amour. C’est incroyable.

L’amour total que Yagé me donne m’engage à vivre chaque instant intensément et à profiter du chemin au lieu d’atteindre une quelconque délivrance dans un futur hypothétique. Ma course aux sensations fortes et futures est vaine, tout est ici, maintenant, comme on dit. Oui, comme on dit, mais de le vivre au plus profond de soi change tout !

Je vis les actions que je vais mettre en place dans ma vie pour lui donner une nouvelle orientation, des évidences. Je vis les scènes, ça déroule, toujours limpide, évident.

Expérience inoubliable.

 

Samedi – 3ème jour

8H30, j’émerge avec énergie malgré cette sensation de tête qui tourne. Cela passe rapidement. Je repars pour une deuxième cession matinale de Kambo avec juste un peu d’appréhension. De nouveau, mes amis souffrent au cours de cette expérience, éprouvant toujours beaucoup de difficulté à vomir, après de longues minutes de souffrance.

J’ingurgite à nouveau mes 2 litres d’eau réglementaires, à jeun comme il se doit. Le facilitateur me brûle la peau et le poison coule une nouvelle fois dans mes veines, bouffées de chaleur, je respire profondément et me concentre sur mes sensations, les yeux grands ouverts. Fortes et agréables, ces sensations, mon corps entre en résonance. Je suis bien, serein.

Les minutes passent et une vague envie de vomir s’approche. Je ne sais pas si mon lâcher prise est total ou si mon corps n’éprouve plus le besoin d’expulser le poison. L’état second dans lequel me plonge le Kambo dure beaucoup plus longtemps que la veille, une bonne heure, sans que je n’éprouve le besoin de vomir. Je reste les yeux toujours ouverts, très présent, vigilant et concentré.

Et c’est déjà 11h00, la deuxième intégration du séjour. Cette fois, j’ai envie de parler et je commence à raconter les connexions qui se sont faites en moi, concernant mes relations avec mes enfants, mes parents et me reviennent des anecdotes qui me prennent aux tripes et ça déroule, tout est logique, tout est cohérent, je n’ai jamais su aborder ma vie qu’avec mon intellect là où la voie du cœur est l’unique solution. Une vive émotion s’empare de la salle au vue de la sincérité de mon témoignage. J’étais venu pour aller au bout de moi-même et c’est ce que je fais. Je ne triche pas, je ne me cache pas.

Parce que je connais par cœur, intellectuellement, les stratégies de communication, de psychologie et autre, la façon d’aborder les problèmes, je peux observer une nouvelle fois la grande habilité de la facilitatrice à placer précisément les bons mots, les mots qui me font aller plus loin dans mon introspection publique. Je suis impressionné par la précision de ses actes. Yagé se cacherait-il derrière ?!

J’ai l’impression que mon cœur s’ouvre totalement, qu’un poids très ancien se retire de mes épaules, que la respiration, que j’ai apprise avec le Bufo, se libère et que je respire plus profondément, plus intensément que jamais.

La fin du séjour approche à grands pas et le dernier soir est là. Je ne sais si c’était Yagé qui me l’avait suggéré pendant la cession de la veille ou ma propre force de conviction, mais je sentais qu’il me fallait plus d’Ayahuasca pour aller plus loin. Je décide d’en parler à la facilitatrice. Elle me dit que cette décision m’appartient et que bien sûr, si j’en veux plus, il suffit de le demander. À la bonne heure !

Allongés sur nos matelas, nous attendons calmement le début de la « toma ». Le facilitateur vient vers moi et me sert dans ses bras chaleureusement Je ressens son émotion au vue de l’intensité du processus de changement amorcé en moi au cours de cette retraite et il me le manifeste.

Le facilitateur nous prépare un rapé plus fort, toujours à base de tabac mais accompagné d’autres plantes non précisées dans la mixture. Il m’en insuffle une dose dans chaque narine avec toute son intention et l’effet est puissant. Je respire profondément en gardant tout mon calme malgré la brulure intense que je ressens au niveau des sinus.

Puis la facilitatrice nous administre notre dose maintenant quotidienne d’Ayahuasca. Je retourne à ma place, m’allonge immédiatement car je sais que l’Ayahuasca est bonne envers moi et ne me veut que du bien durant cette retraite. Je ne vomirai pas. Je suis apaisé, profondément centré mais rien de très particulier ne se produit. Le temps passe vite et la musique prend toute sa dimension dans l’expérience.

Et la facilitatrice nous éveille déjà pour nous proposer le booster. Je me lève titubant un peu les premiers pas et me dirige vers elle. Je lui demande une double dose et l’avale d’un trait. Je regagne ma couche. Le facilitateur arrive peu de temps après à côté de moi pour s’occuper d’une voisine en souffrance. Je lui demande à nouveau un rapé. Il me demande de patienter mais bientôt, il me fait signe de venir. Avec une intension toute particulière, je le vois dans ses yeux, il se prête à quelques rituels avant de m’administrer le rapé dans chaque narine. Quelle force dans ma tête. Je regagne ma couche, reste assis un moment à respirer, par la bouche les premières minutes. Je suis posé, centré, impeccable. Ma respiration est lente et puissante.

Alors que la musique envoutante monte progressivement en moi, je pars dans l’espace, univers de fractales, dégradés de gris de jours d’orage en montagne. Je me ballade dans cet espace majestueux à couper le souffle, la musique et les fractales ne font plus qu’un. Je veux aller plus haut, plus loin, explorer mais Yagé me retient dans cet espace. L’exploration de l’infini n’est pas pour aujourd’hui, je le comprends instantanément. Je n’insiste pas, à quoi bon !

Je voyage ainsi pendant un certain temps et au loin, je finis par distinguer une forme particulière, je m’en rapproche, immense, allongé, il s’agit de mon propre corps. Ma tête rayonne comme un immense soleil en expansion, d’un jaune très chaud. Et je vois la présence de Yagé s’occuper intensément de mon corps, le parcourant de ces ondes expertes, frénétiquement, mais toujours dans un mouvement juste. Yagé sait, cela ne se discute pas. Il scanne mon corps profondément et tout semble parfaitement fonctionner. Il s’arrête néanmoins au niveau de mon ventre et toujours avec une rapidité et une dextérité incroyable, dans un mouvement juste et vrai, parcours et dénoue chaque fibre de mon ventre, toutes ces tensions, tous ces blocages accumulés au cours des 50 dernières années. Les tensions sont dénoués une à une. Je ressens physiquement des remous au tréfonds de mon ventre, durant ce traitement de choc. Oui, il se passe bien des choses au cœur même de mon enveloppe physique. Yagé est vraiment en train d’accomplir un miracle en redonnant de la fluidité et de l’harmonie dans mon ventre.

Je suis profondément ému par la beauté du spectacle que Yagé m’offre. Je m’allonge et pars rapidement dans un espace infini d’amour et d’extase totale. Yagé prends soin de moi, me rassure, me montre que la vie n’est qu’amour. C’est un moment d’une rare poésie. Ce sont des instants magiques que je vis, quel magnifique cadeau.

La cession se termine et je regagne ma chambre avec une énergie incomparable, une envie de rigoler et de plaisanter. Je m’en abstiens, certains camarades encore allongés et en peine. Mes deux intégrations solitaires des deux derniers petits matins sont encore tellement présentes en moi, je suis curieux de savoir ce que Yagé me réserve.

L’Ayahuasca va alors m’offrir une expérience à la hauteur de celle du Bufo, avec beaucoup plus de douceur et de tendresse mais une même détermination sans faille. L’Ayahuasca est bien féminine, c’est une évidence.

Je ne comprends pas ce qui se passe, des sensations très fortes et bizarres m’assaillent. C’est la seule fois au cours du séjour où j’aurai pu, pendant les expériences, me laisser gagner par la peur. Mais non, Yagé me rassure par je ne sais quel moyen et je m’abandonne une nouvelle fois totalement à l’expérience. Yagé me « décorpore » littéralement. J’abandonne mon enveloppe corporelle cette fois et meurt d’une autre manière. Bien que plus conscient qu’avec le Bufo, l’expérience est tellement loin de mon champ de compréhension que je ne pourrais en dire plus. Je me souviens clairement de la difficulté à finalement réintégrer mon corps, faisant un parallèle avec la reconstruction de ma pensée après le Bufo, très progressivement.

Je reste silencieux, en état de choc après l’intensité extrême de cette expérience. Je ressens une gratitude infinie pour ce que je viens de vivre et l’amour déborde de mon ventre en un flot continue. J’en aurai chialé.

 

Dimanche – 4ème jour

La fin approche, pour la dernière fois en compagnie de mes trois compagnons de Kambo. Je propose au facilitateur de faire le Kambo sans rien boire, c’est comme cela que je le sentais ce matin où comme cela que Yagé me l’avait suggéré. Je voulais également faire un rapé au cours de cette expérience. Il ne préfère pas me voir expérimenter le Kambo sans eau, ayant appris cette pratique par des chamans qui affirment que l’eau est un point fondamental dans l’expérience. Je n’insiste pas et bois mes 2 litres d’eau réglementaire.

Assis droit et centré sur le fauteuil, les points de Kambo me sont appliqués une dernière fois et le processus débute, toujours cette vibration dans tout le corps. Les 2 fois précédentes, je contrôlais ma respiration pour la rendre profonde et ample. Ce jour, je me fais confiance, j’ai appris à respirer et je laisse faire le mouvement infini et fluide du souffle. Je suis totalement dans mon corps, calme et observe fixement autour de moi. Au bout d’un quart d’heure, toujours aucune envie de vomir, juste un bien être absolu. Le facilitateur me dit que j’ai dû relâcher toutes les toxines et blocages les jours précédents. Il me sort un rapé conçu pour être pris avec le Kambo. Je n’ai toujours aucune idée des plantes mélangées au tabac que je m’apprête à absorber.

Ce rapé est puissant. Il me fait transpirer instantanément à grosses gouttes, les larmes coulant doucement du coin de mes yeux. Je m’abandonne totalement à l’expérience. Nous échangeons informellement avec les facilitateurs, ils trouvent les bons mots, je suis bien et en confiance totale, entouré de leur bienveillance. Et l’intégration continue, compréhension complète des rapports entre mon père et moi-même, rapprochement avec mes propres relations avec mon fils cadet. Je pleure devant l’amour qui déborde littéralement de mes entrailles. Profonde sensation de bien-être et de gratitude devant cet état d’ouverture totale de mon cœur au monde.

Merci Kambo, voici la trace qu’il me laisse. Elle disparaitra bientôt mais restera au plus profond de moi-même.

 

 

11h00, dernière intégration où pour finir, participants et facilitateurs, nous nous prenons dans les bras les uns des autres, devenu une partie de nous-même. Après ces épreuves traversées et partagées ensemble, un lien fort nous unis ce jour-là. Nous ouvrons notre cœur, nous partageons ce sentiment d’être humain, de faire partie de la même famille, d’être un.

 

Épilogue

Pendant les jours qui suivent, je continue d’intégrer mon expérience tous les matins. Yagé est encore en moi et se manifeste puissamment. Je respire comme jamais, sentant mon bas ventre totalement relâché, sans aucune tension. Je perçois les évènements extérieurs avec détachement et acuité. Je suis dans l’action. Pas grand-chose ne me touche et comme je l’avais vu au cours de mes intégrations matinales, j’ai pu sans retenue changer de mode de communication avec mes proches et agir ainsi efficacement dans ma vie personnelle.

Bien sûr, tout cela va s’estomper progressivement et les mauvaises habitudes mentales reprendre le dessus. En fait je n’en sais rien. Cette expérience a profondément bouleversé un grand nombre de mes certitudes. Je m’étais préparé mentalement à une expérience violente et difficile, je n’ai eu que beauté, amour et compréhension globale. Cette expérience m’oblige à reconsidérer ma vie qui n’est pas un combat à gagner, des résultats à obtenir mais un chemin d’une beauté de chaque instant.

La compréhension que l’on peut atteindre avec l’aide de ces puissants enthéogènes est tout bonnement incroyable. Ce n’est pas pour rien que l’Ayahuasca est appelé « Medicina » en Amazonie. La réflexion consciente et l’intellect pur s’effacent et nous avons ainsi accès, je le crois parce que je l’ai vécu au cours de cette retraite, à la vérité vraie. Cette vérité n’est pas négociable, cela ne ressemble pas à une opinion que l’on peut s’amuser à questionner. Cette vérité est le résultat d’une compréhension totale et intime de tout. Certains éléments de cette compréhension nous sont parfaitement connus mais notre point de vue change. Il est global, total.

Je ne veux pas dénaturer cette expérience fondatrice en ressassant, en la transformant et en accordant trop d’importances à ces expériences sensorielles vécues. Elles ne sont qu’anecdotes. En fait, elles n’ont aucune importance. Ce qui compte, c’est ce processus de changement qu’elles peuvent induire, agissant en puissant catalyseur. Seul le processus enclenché est important, ce que j’en fais ici et maintenant.

Tout être humain peut rencontrer dans sa vie un catalyseur, qui sera pour les uns, la mort d’un être aimé, une frustration extrême ou tout autre évènement profondément perturbateur. Dans certains cas, ces évènements extérieurs provoqueront une compréhension très profonde et un changement radical s’en suivra.

Quand je me remémore les visages des participants en début d’expérience et que je les compare avec nos beaux visages de la fin, rayonnants, je me dis que l’Ayahuasca est vraiment une « medicina » exceptionnelle. Je porte la conviction que c’est un fantastique moyen de dénouer, débloquer de façon intentionnelle sa vie.

Bien sûr, rien de miraculeux, libre à chacun de continuer le processus ou de retomber dans ses ornières personnelles, d’en faire une expérience mystique absolue ou de se recentrer sur le présent. C’est mon choix mais il est évident que j’ai envie de poursuivre la découverte de l’inconnu, de m’y frotter car au fond de chaque être humain, il y a le désir de comprendre, d’aller plus loin. Le secret de la vie réside bien dans l’instant, on nous le répète sur tous les tons, dans toutes les langues, depuis la nuit des temps, et en plus, je l’ai vu ! Oui, le secret de la vie réside tout simplement dans la beauté de l’instant. Rien ne sert de chercher encore et encore, de se péter le crâne à vouloir trouver ce qui est ici, tout simplement. C’est si simple, trop simple, cela doit être la raison pour laquelle Homo Sapiens n’y parvient qu’en de rares et fugaces instants.

 

Musique

Ai-je bien insisté sur le rôle prépondérant de la musique dans cette expérience ? Parmi tant d’excellents morceaux, en voici trois emblématiques qui me rattachent encore à la Pachamama. Tout y est !

 

Ivan Donaldson – Aguila Aguile

 

Nessi Gomes – Pacha Mama

 

Danit Treubig – Cuatro Vientos - Aliento

 

Hugues Dantin

Voir aussi, sur E&R :

À lire en complément chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

139 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1978623
    le 03/06/2018 par franky
    Voyage au cœur du chamanisme

    Je vous prépare un petit texte sur une expérience intéressante : le jour ou j’ai consommé pour la première fois de la cocaïne, un récit qui donnera envie de tenter l’expérience a plein de gens, je n’en doute pas.
    Eh oui ces premiers "cérémonials", c’était vraiment très bien.

    Bon finalement je vais m’abstenir.

     

    • #1978839
      le 03/06/2018 par Marc Merisse
      Voyage au cœur du chamanisme

      Bof, la cocaïne c’est rien par rapport à quelques pilules de Dynatel. Si je vous racontais ma première fois...
      Le cerveau c’est de la chimie et de l’électrique, avec les bonnes molécules, on peut vivre ce que l’on veut, et mourir aussi. Que ça vienne d’un labo ou d’une grenouille.


  • #1978626
    le 03/06/2018 par Carlos
    Voyage au cœur du chamanisme

    Pour que cela intéresse, regardez l’excellent film "Altered States" (Au-delà du réel, en français) sur un scientifique qui utilise cette plante dans ses recherches...

     

    • #1978679
      le 03/06/2018 par Samsara
      Voyage au cœur du chamanisme

      Excellent film (comme on n’en fait plus aujourd’hui) ,j’ai d’ailleurs créé un bluray avec piste audio VF qui n’existe qu’en sous-titré VF.

      Au sujet de cette expérience, il y a également le film de Jan Kounen suivi d’un documentaire qu’on peut voir ici https://www.youtube.com/watch?v=NC6...


    • #1978716
      le 03/06/2018 par Eric
      Voyage au cœur du chamanisme

      Très bon film en effet, avec l’excellent William Hurt.


    • #1978724
      le 03/06/2018 par Joe l’indien
      Voyage au cœur du chamanisme

      Ca me fait penser Qu’Aldous Huxley relatait aussi ces expériences psychédéliques dans "les portes de la perception ".

      Attention que lorsqu’on absorbe une de ces plantes, c’est l’esprit de la plante qui prend le contrôle...(à quel prix ?)... il faut avoir établi une relation de confiance préalable car cela peu se voir comme une forme de possession...

      L’utilisation d’agent externe pour permettre l’exploration de dimensions particulières est une perversion... l’être humain à cette capacité naturellement....il faut juste apprendre et travailler, c’est comme tout !

      pour le plaisir :
      https://m.youtube.com/watch?v=Ym0kI...


    • #1978728
      le 03/06/2018 par César
      Voyage au cœur du chamanisme

      dans le film (français) Blueberry, ils absorbent cette boisson et ont tenté de recréer les effets visuels et sonores.


    • #1979295
      le 04/06/2018 par César
      Voyage au cœur du chamanisme

      film "Altered States" (Au-delà du réel, en français)




      Je connaissais pas ce film, je viens de le voir.
      L’intention du chercheur, dans ce film, est de remonter aux origines de la vie, ce qui amène a des scènes spectaculaires d’explosion et de franche régression, il subit des transformations génétiques et devient un personnage du néolithique mi-homme mi-singe, mouais, tout en subissant les assauts des évènements présents de manière cauchemardesque. Pas vraiment la démarche de guérison des chamans qui pratiquent ces rites depuis des milliers d’années.


  • #1978634
    le 03/06/2018 par JUL
    Voyage au cœur du chamanisme

    Merci de ce temoignage.

    Cela tient plus de l’Alchimie que du Chamanisme. L’alchimie a pour protocole Vitriolum, acronyme de "​Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem Universal Medecina" qui peut se traduire par "regarde en toi et tu découvriras ta divinité, cette médecine universelle. Les deux pratiques (Alchimie et Chamanisme) n’ont nul besoin de prise de substance. Le jeune est une autre voie d’accès. Concernant le Chamanisme, voir le parcours - non toxique - de Corine Sombrun.

     

    • #1982231
      le 09/06/2018 par crylovitch
      Voyage au cœur du chamanisme

      Bonjour,au sujet de l’alchimie les exposés de Patrick Burensteinas sont époustouflants.


  • #1978639
    le 03/06/2018 par Que Toute Chair Fasse Silence
    Voyage au cœur du chamanisme

    Je pratique le chamanisme depuis 15 ans et je peux dire que ce témoignage, bien qu’intéressant, n a que très peu à voir avec le chamanisme.
    Le chamanisme est basé sur l idée que les rêves sont un monde parallèle réel peuplé d esprits avec lesquels on peut interagir et desquels on peut apprendre.
    L absorption de plantes psychotropes est certes impressionnante mais elle n est qu un moyen commode d aller à la rencontre des esprits. Commode parce que facile et rapide.
    Toutefois je déconseille fortement à un esprit occidental non initié et pour qui un rêve n est qu un ramassis d images générées par le cerveau de tenter l expérience de l Ayahuasca. Certains en reviennent détruis à jamais.
    Le chamanisme n est pas une expérience divertissante, un trip trop cool ou un enrichissement personnel, c est une technique médicale millénaire qui demande une dévotion quasi monastique et le plus souvent douloureuse.

     

    • #1978780
      le 03/06/2018 par Toto
      Voyage au cœur du chamanisme

      L’Initié qui deconseille aux autres l’initiation, c’est l’hospital qui se moque de la charité...

      Quand on profite d’une expérience on la partage avec ceux que ça intéresse .. Ensuite les chiens aboient et la caravane passe...


    • #1978989
      le 04/06/2018 par Hugues Dantin
      Voyage au cœur du chamanisme

      Que Toute Chair Fasse Silence, tu dis "Certains en reviennent détruis à jamais." Cette remarque manque de précision. A ma connaissance, les seuls exemples documentés de retraites qui ont mal tournées sont dûs à l’usage d’un autre genre de plantes que l’on peut mélanger à l’Ayahuasca pour accroitre les visions. Nous pourrions parler du genre Datura par exemple, qui contient des alcaloïdes tropaniques dont la dose mortelle est très proche de la dose hallucinogène.
      Comme dirait l’autre, quelles sont tes sources ? Cela m’intéresse au plus haut point. Merci de ton retour.


    • #1979231
      le 04/06/2018 par Que Toute Chair Fasse Silence
      Voyage au cœur du chamanisme

      Bonjour Toto. Croyez-vous vraiment que l’on peut s’initier au chamanisme en buvant de l’Ayahuasca ?
      Le chamane est un guérisseur. Il entretient des rapports avec les esprits (c’est à dire les êtres que vous croisez dans vos rêves, qui pour lui sont parfaitement réels et agissants) pour négocier la guérison des malades ou la clémence de la Nature quand la chasse est mauvaise (ce qui dans la pensée Amazonienne signifie que les chasseurs ont été la cible du sort d’un esprit)
      Sa responsabilité est immense parce qu’un chamane dont les patients meurent est toujours soupçonné d’être à l’origine de leur mort. Il est donc tué !
      Le chamane observe une hygiène de vie particulièrement stricte :
      Pas de rapports sexuels
      Beaucoup de jeûne
      Une alimentation très légère dont est exclu la viande
      Beaucoup de solitude
      De longues et solitaires retraites dans la Nature
      Son sort n’est pas enviable. D’autant qu’il ne choisit pas de devenir chamane, ce sont les esprits qui le choisissent (en le rendant malade ou en le visitant dans des rêves particulièrement intenses (c’est mon cas) )
      Vous êtes injuste en disant que je ne partage pas. Relisez-moi. Je vous parle des rêves. Or tout est là. Apprenez à maîtriser vos rêves. C’est la clef.
      Mâchez des ipomées Violacea, vous aurez la sensation de léviter.
      Les chamanes vous diront qu’ils volent vraiment.
      Vous, vous direz qu’il s’agit juste d’une sensation induite par un alcaloïde.
      Pour le chamane, ce qui se passe dans l’esprit est réel ! C’est toute la différence
      Si vous réussissez à ne plus croire que après 10 whisky vous n’êtes pas bourré mais plutôt possédé par l’esprit qui vit dans le whisky, alors le chamanisme sera peut-être fait pour vous.


    • #1979248
      le 04/06/2018 par Que Toute Chair Fasse Silence
      Voyage au cœur du chamanisme

      Bonjour Hughes.
      Les témoignages négatifs liés à l’absorption d’Ayahuasca sont légion sur internet. Notamment sur les forums dédiés à la "spiritualité" et aux drogues.
      De plus, si le chamanisme vous intéresse, boire le Yagé n’aura pour vous aucun intérêt sur le sujet.
      Tout au plus, vous ferez un beau "voyage". Au pire un "bad trip". Je ne parle pas bien sûr des vomissements qui sont secondaires.
      Mais rien alors ne vous sera enseigné sur le chamanisme !
      Seuls les esprits peuvent vous enseigner.
      Comment les rencontrer ? Par le rêve, par le jeûne, par la transe.
      Apprenez à maîtrisez vos rêves (rêves lucides), apprenez à jeûner, apprenez à entrer en transe et vous pourrez entrer en contact avec les esprits.
      Chose importante, il faut que vous croyiez absolument en leur réalité. Sinon il s’agira juste de rêves. Vous saisissez la différence ? C’est une question de point de vue.
      Pour vous donner un exemple précis puisque le sujet semble vous intéresser :
      Si je dois soigner un patient, j’entre en transe puis les esprits m’enseignent un chant ou une formulation inlassable (vibratoire). (cherchez icaros chamanicos sur internet et vous en entendrez)
      Le rituel consistera ensuite à entrer en contact avec l’esprit de la maladie et de réciter la formule afin de le chasser, afin en fait de le faire se montrer. En se montrant : il se rend vulnérable et le rejeter hors du corps du patient devient facile.
      Un peu comme un exorcisme où le prête demande au démon de se nommer !
      La littérature sur le chamanisme est sans fin, donc faites vous plaisir, mais évitez Castaneda ou juste pour le plaisir de la lecture.
      Et n’oubliez pas que si vous considérez vos rêves comme une simple activité cérébrale alors le chamanisme n’est pas fait pour vous !
      Le premier pas c’est de comprendre que les rêves sont un autre monde ou vous vivez autant que dans la veille et ou la réalité est de même nature que celle de la veille.


  • #1978659
    le 03/06/2018 par Koloss
    Voyage au cœur du chamanisme

    C’est bien, mon grand. La prochaine fois file-moi 1000 euros et je te mets une grande claque dans la gueule. Tu vas réaliser l’ici et le maintenant plus vite et pour moins cher. Ne te réjouis pas trop vite, certains se suicident par la suite, pour retourner dans le monde des esprits. Allez, peace " broth " ! ( jeu de mot entre brother, frère et broth, bouillon )

    Au fait, il y avait le wifi dans le carbet ?


  • #1978667
    le 03/06/2018 par Gille
    Voyage au cœur du chamanisme

    La Salvia en extrait donne le même effet pour peu de temps et sans les vomissements

     

    • #1978990
      le 04/06/2018 par Hugues Dantin
      Voyage au cœur du chamanisme

      Gille, pour moi il y a un vrai cousinage entre Salvia divinorium et Bufo alvarius.


  • #1978692
    le 03/06/2018 par Chercheur
    Voyage au cœur du chamanisme

    Je cite :
    "je me suis toujours beaucoup plus intéressé à une possible révolution intérieure de ma petite personne qu’à toute autre révolution, politique ou sociale. Dans ma jeunesse, j’ai donc absorbé nombre de concepts ésotériques (Carlos Castaneda, …), philosophiques ou psychologiques, pratiqué nombre d’activités tournant autour de l’épanouissement de son corps et de son esprit (yoga ….).
    Force est de constater que malgré ma détermination et l’énergie que j’y ai consacré, je ne suis jamais parvenu à atteindre le nirvana, pas même un quelconque éveil. À la lumière de cet échec personnel, j’en ai tiré la conclusion qu’Homo sapiens, qu’il soit un sage indien ou un ouvrier de la métallurgie, n’était pas apte à rencontrer « Dieu » de son vivant, sauf à de rares instants. Ne parlons pas de l’au-delà, encore plus hypothétique !"

    — > Mr, quand on fait quelque chose, on le fait sincèrement, ainsi :

    1) quand on approche la spiritualité, allons vers les VRAIS maitres éveillés, non vers les farfelus (castaneda etc). Dans l’Hindouisme, Bouddhisme, Taoisme, un vrai Eveillé irradie d’énergie vitale très forte (Amour) qui vous aurait donné au moins l’expérience d’un début d’éveil, et de façon bien plus authentique et stable, sans dépendre d’aucun élément matériel.
    Seule la paresse fait qu’on s’impatiente, mais il faut méditer longuement, suivre une ascèse.

    2) l’au-delà n’est pas hypothétique, vous n’aviez qu’à suivre une ascèse sérieusement, patiemment, avec méditation, avec un maitre véritable, et vous auriez perçu les morts, qui sont de l’énergie consciente, tout simplement. En plus d’élever votre conscience, en l’ancrant en vous, sans dépendre de "substances".

    3) les "substances", y compris alcool etc, détruisent certains canaux énergétiques subtils, en même temps qu’elles ouvrent des perceptions, ce qui peut empêcher par la suite de vivre une élévation de conscience, tout seul, sans psychotropes.
    Si vous aviez étudié le yoga, vous l’auriez su. (lire Swami Sivananda, Muktananda, Vivekananda, etc)

    4) votre expérience est assez authentique, oui, mais dangereuse, passagère, avec risques inutiles. Allez voir un véritable maitre éveillé, maintenant, passez aux choses sérieuses, et vous verrez l’immense différence.
    Quand vous verrez un vrai Saint, et que rien que par le regard silencieux, vous recevrez une Bénédiction énorme (Shakti) qui vous donnera ce que vous avez vécu, multiplié par 10 000, vous comprendrez mon propos.

    Bonne route

     

    • #1978995
      le 04/06/2018 par Hugues Dantin
      Voyage au cœur du chamanisme

      Chercheur, tu touches ici un point fondamental que je ne fais qu’effleurer. Tu parles de "VRAIS maitres éveillé". Comment fais tu pour juger de leur degré d’éveil ? Existe t-il des classements concernant les êtres les plus éveillés et ceux qui le sont moins ? Quand on observe de prêt la vie intime de ces "VRAIS maîtres", on s’aperçoit qu’ils sont souvent aussi mesquins et pitoyables que n’importe quel être humain. Ils vivent au travers du regard de leurs disciples et cela me fait penser à tout sauf à de l’éveil.
      Ma vérité est de penser que l’éveil n’est pas un chemin, une discipline, des techniques. Cela se saurait depuis le temps. C’est ce qui est tellement paradoxale. On ne peut pas atteindre l’éveil, car le fait même de chercher à l’atteindre implique un but, une projection qui nous éloigne un peu plus de la vérité.L’éveil viendra ou ne viendra pas, tout cela est très très subtil !
      Comme l’a si bien dit Jiddu Krishnamurti, "J’affirme que la Vérité est un pays sans chemin, et qu’aucune route, aucune religion, aucune secte ne permet de l’atteindre. "


    • #1979090
      le 04/06/2018 par Chercheur
      Voyage au cœur du chamanisme

      à Hugues Dantin,

      Ce n’est pas la peine de se focaliser sur les charlatans, nombreux, ce qu’il faut, c’est s’occuper de la recherche des vrais.
      Et un faux n’implique pas qu’il n’y ait pas des vrais sur Terre. Se décourager à cause des faux est un manque d’ardeur, il faut demander à Dieu ardemment, et l’authenticité parait.

      Pour rencontrer un vrai maitre, il faut s’en donner les moyens : j’ai d’abord écouté et rencontré Arnaud Desjardins au début des années 90, puis au lieu de me marier, faire des gosses, acheter une grosse maison, etc j’ai travaillé et j’ai été en Inde pendant des années, jusqu’à rencontrer 2 maitres authentiques. L’un des deux, célèbre, était Ranjit Maharaj, Maitre réalisé, et co-disciple, avec le célèbre Nisargadatta Maharaj, de leur ancien maitre décédé. Ranjit Maharaj venait parfois en France, dans les années 90 (il est mort en 2000), tu aurais donc pu le rencontrer facilement !
      Comment fait-on pour reconnaitre un vrai maitre ? Plus simple qu’on le croit (c’est juste rare, il faut chercher), méthode de Desjardins :
      On arrive, on fait en sorte de méditer le plus possible en présence du Maitre silencieux, en suivant les règles de son ascèse. Si le Maitre est vrai, on reçoit à terme une Grâce, une dose immense de Shakti, qui est de l’énergie vitale (de l’amour), qui émane d’un maitre éveillé.
      Tu ressens alors, en plus d’une élévation de Conscience, les énergies du corps, les chakras, etc, et tu avances.
      S’il n’y a pas réception de cette Grâce immense, au bout d’un certain tems, il faut tourner les talons et s’en aller. (pas besoin d’attendre les ragots "ah il couche avec les filles, il demande du fric, etc, car l’inauthenticité d’un maitre est d’abord dans le fait qu’il n’irradie pas de Shakti, même s’il ne commet aucun acte répréhensible ! Je peux très bien jouer au maitre, sans violer et sans arnaquer, tout en étant quand même un faux ! se baser sur les faits matériels est donc dangereux).
      Je confirme aussi que l’Abbé Pierre irradiait d’une Shakti immense, je me suis approché 1 fois de lui : énorme.

      L’éveil est un chemin, et ca se sait depuis toujours, mon cher ! Il faut juste la Grâce, indispensable, et les techniques ne sont plus des techniques, mais des réalités.
      Ce n’est pas la secte, ni les techniques qui sont indispensables, c’est le Maitre !

      Et Ramana Maharshi a discrédité Krishnamurti (new age), tu n’as qu’à lire ses Enseignements, et tu verras. La Grâce, Shakti, est nécessaire, c’est une bénédiction qui "ouvre".


    • #1979164
      le 04/06/2018 par paramesh
      Voyage au cœur du chamanisme

      @ chercheur, s’il vous plait, n’accolez pas le mot grâce à Shakti, ou alors c’est que vous n’avez strictement rien compris à la trilogie Satchitananda. Shakti est l’énergie pure incontrôlable au delà du bien et du mal , Shakti est Durga l’innaccessible, rien à voir avec la grâce ou la force de l’amour.
      c’est bien d’avoir un guru mais c’est bien aussi d’étudier la Samkhya pour être un peu plus sérieux quand on veut manipuler des concepts indiens. cela dit le Yoga avec un bon guru vous amène aussi loin et surtout sans aucun discours (je me méfie toujours des gurus voyageurs en occident, ils parlent trop).
      Enfin vous avez raison, un bon guru se remarque au premier contact, cela s’appelle le darshan (qui veut dire à la fois vision et connaissance, ce qui sous entend aussi que la connaissance peut être instantanée, ce qui rend le langage bien accessoire.


    • #1979438
      le 05/06/2018 par Chercheur
      Voyage au cœur du chamanisme

      Paramesh,

      N’intervenez pas pour dire n’importe quoi, merci.
      Quand on ne fait que lire des bouquins, ça ne donne pas du tout une compréhension exacte des réalités spirituelles. On n’est pas en sciences.

      Je n’ai pas "compris" ou "pas compris", je l’ai vécu, nuance. Contrairement à vous qui jouez apparemment à l’intello new age avec des livres.

      Au delà des écritures Samkhya ou autres, Shakti est l’énergie Divine, c’est la Grâce, je n’ai jamais dit qu’elle était contrôlable par nous autres non-éveillés, elle est "contrôlable" (le terme est impropre, puisque c’est l’énergie de Dieu de toute façon) par Dieu, et transmise par les Eveillés sous forme de Grâce Divine, Shakti Kundalini, et cette énergie Divine supérieure est l’amour lui-même. L’amour n’est pas un sentiment, le sentiment n’est qu’une conséquence physico-psychico-mentale de fluctuations énergétiques et de conscience.
      (je rajoute que les maitres bouddhistes ne disent pas autre chose sur le fond).

      Ce n’est pas bien de lire des livres de façon vide, sans avoir de Guru authentique, sinon, vous manquez d’instructions venant de la part des maitres, et vous comprenez tout de travers.
      Vous parlez à un hindou, monsieur, alors pas de donnage de leçon juste parce que vous vivez en asie du sud est.
      Vous feriez mieux de profiter d’être là-bas pour rencontrer des Eveillés, justement, en pratique.

      Nisargadatta Maharaj et Ranjit Maharaj, des gens qui parlent trop ??? Pfff quelle idiotie, quel orgueil, quel blasphème, ce sont des maitres immenses et reconnus dans toute l’Inde, même en Occident d’ailleurs, vous ne les connaissez même pas !
      Sortez de vos bouquins et allez vraiment en Inde, cette fois, pas pour jouer à l’expatrié mondain, mais pour VIVRE, sérieusement !
      Ranjit irradiait d’une Shakti immense, et il ne parlait que très peu, et les paroles sont le véhicule de la Grâce, sachez le ! Un Eveillé ne parle pas comme nous, il ne bavarde pas, ses mots sont juste une excuse pour la transmission, oui, Shakti passe à travers les mots.

      Le Darshan s’effectue par tout moyen, le silence est le 1er, mais ce n’est pas obligatoire, vous avez le regard, la parole, le toucher, la pensée qui transmet, etc.

      Pratiquez un peu et allez recevoir ce qui est recevoir de Qui de droit, car analyser et juger à la façon des occidentaux, rien qu’avec la tête et les bouquins, n’est qu’un exercice new age de l’ego, même si on connait tous les livres.

      Bien à vous.


    • #1979667
      le 05/06/2018 par paramesh
      Voyage au cœur du chamanisme

      mon jeune ami vous n’êtes pas plus hindou que je suis rabbin, vous vous prétendez hindou mais vous nous gavez de grâce et d’énergie divine. Or les dieux sont des créations humaines le moindre paysan indien le sait : les dieux sont du domaine de maya (l’illusion). votre discours n’a donc rien d’hindou.
      De plus avec 40 ans de périgrinations et de pélerinages en Inde, une vraie initiation brahmanique (namakarana) il y a près de trente ans, je crois que le jeune prétentieux new age c’est plutôt de votre côté qu’il faut le chercher. Je vous rappelle que mon propos était simplement de vous éviter de faire un contresens sur la vraie essence de shakti.Et pour tout argument vous me foutez comme seule référence à la gueule, les enseignement d’un guru de pacotille qui vend sur Amazon et qui mélange christianisme et hindouïsme ( Je confirme : deux générations de "sages" ne suffisent pas à créer une école en Inde, au mieux une secte dissidente) .Or votre guru très prisé des occidentaux tout comme Krishnamurti, Osho, Aurobindo, et autres Said Baba prend une sacrée liberté doctrinale avec la samkhya hindoue, c’est un fait que n’importe quel brahmane de n’importe quelle école orthodoxe vous confirmera (vous remarquerez que je ne mets pas Vivekananda dans le même panier). vous qui vous prétendez chercheur, cherchez donc avec un peu plus d’humilité. (j’ai la fâcheuse impression que vous confondez l’éveil de Kundalini avec une crise d’hémorroïdes) Et oui moi aussi je sais être désagréable, sans rancune.


    • #1979798
      le 05/06/2018 par Chercheur
      Voyage au cœur du chamanisme

      à Paramesh,

      Je suis en tout cas bien plus authentiquement hindou (et d’origine aussi), que vous qui racontez n’importe quoi.

      La Grâce Divine, Shakti, c’est la même chose, mais vous n’y connaissez rien, je ne vais même pas poursuivre sur la Kundalini, car vous allez encore nous gratifier d’une compréhension new age bidon. J’ai donné plus d’arguments que vous, j’ai expliqué, vous n’avez fait qu’écrire le mot "samkya" et c’est tout. pfffff...

      Je n’ai jamais parlé "des Dieux", je suis de l’Advaïta Vedanta (d’où mon contact avec Ranjit Maharaj, Nisargadatta et Ramana Maharshi, et Ma anandamayi), donc vous racontez n’importe quoi, vous ne connaissez même pas ces maitres, c’est pitoyable.

      Vos initiations bidons faites pas des non-éveillés, quelle bouffonnerie, qu’est ce qu’elles valent, mouarf, c’est de la religion exotérique. L’initiation, vous devez la recevoir de Dieu, à travers un Eveillé véritable, pas d’un simple prêtre non-éveillé.
      40 ans en Inde, j’en ai fait autant, et en allant voir des Eveillés, et non des pretres ou profs de yoga, quant à moi.
      Vous n’êtes qu’un jeune new age très égotique et orgueilleux qui a vu un post intéressant ici, et qui a voulu se placer au-dessus, conformément aux gens mondains du new age qui ne fonctionnent qu’avec la tête et le rang social, voilà la vérité. Aucun travail sur vous.

      Mettre Nisargadatta Maharaj au même niveau que le new age et Krishnamurti et y rajouter Aurobindo, ah ah, il faut le faire quand même, quelle imbécilité ! Et rajouter Sai Baba, n’importe quoi ^^ C’est tout ce que vous avez compris de l’Inde ?? ZERO POINTE !
      Et Ramana Maharshi, Ma Anandamayi, pas de lignée et prenant des libertés aussi, donc, c’est zéro aussi je suppose ?? ah ah mdrrr, quelle stupidité, je vous laisse à vos petites cérémonies exotériques et religieuses.
      Nisargadatta est prisé de tout le monde, comme Ramana Maharshi et Ma Anandamayi, et alors ? ils sont SUBLIMES, des vrais maitres, c’est autre chose que vos pretres du quotidien, Vos brahmanes, c’est zéro à côté de Ramana et Ma, zéro !
      C’est comme comparer un cardinal, un curé, avec Saint Francois d’Assises ou Jésus, même écart magistral.
      Rabatter un peu votre orgueil adulescent, surtout pour dire des conneries monumentales, et bougez vous le train avant de mourir !
      Aller depuis si longtemps en Inde, et ne pas être allé recevoir le Darshan de Ma Anandamayi (décédée en 1982) est une bouffonnerie gigantesque. (pour rester poli).


    • #1980033
      le 06/06/2018 par paramesh
      Voyage au cœur du chamanisme

      @ chercheur,
      Vous, vous êtes un bon, un très bon. merci pour la rigolade. shanti, shanti


  • #1978721
    le 03/06/2018 par JUL
    Voyage au cœur du chamanisme

    Pour ceux qui ont la flemme de tout lire : un gars prend des substances toxiques pour se rendre compte que ses relations aux autres sont toxiques.


  • #1978739
    le 03/06/2018 par Trev
    Voyage au cœur du chamanisme

    Agréablement surpris de voir sur ER un article qui traite du chamanisme et de Carlos Castaneda. L’article est bigrement intéressant.
    Un très bon témoignage aussi est celui de l’anthropologue québécois Jérôme Narby qui travaille sur les peuples d’Amazonie. Il raconte son expérience de la consommation de cette plante : https://www.youtube.com/watch?v=Y5J....

    Par un heureux hasard, je suis tombé sur un livre génial sur le jeûne qui traite merveilleusement du jeûne dans l’histoire, le jeûne thérapeutique, le jeûne sec, etc. Il est bourré de témoignages de jeûneurs. Dans un chapitre consacré au jeûne initiatique, l’auteur Yéléna C. Kentish relate comment le jeûne est utilisé avec l’iboga, une plante hallucinogène qu’on compare souvent à l’ayahuasca. Tandis que cette dernière est originaire d’Amazonie, l’iboga est originaire d’Afrique centrale.
    Comme l’ayahuasca, l’iboga est utilisée depuis des millénaires par les populations dans les rites de passage. Elle est consommée en période de jeûne qui est apportée à l’initié par le grand prêtre, appelé Kombo ! Le pouvoir du jeûne : https://www.amazon.fr/dp/B07D83MRZ5.

    Son principe actif est l’ibogaïne et cette plante est étudiée intensément par les scientifiques depuis les années 60 car on lui suppose des vertus de faire décrocher les personnes dépendant aux opiacés. https://www.youtube.com/watch?v=UZc... (en français).

    Un entrepreneur canadien qui a décroché de toutes ses dépendances se demande pourquoi le gouvernement n’oblige pas les drogués à prendre de l’iboga. https://www.youtube.com/watch?v=d6o... (en anglais).

    Tout cela ne fait que confirmer que notre monde n’est pas le fruit du hasard mais une réalité complexe qui a en elle-même la solution à tous les problèmes. Le monde végétal en est la preuve. Les grands groupes pharmaceutiques genre Bayer et Monsanto veulent la breveter et faire le coup du riz basmati en Inde. Il faut le préserver. C’est notre patrimoine naturel.

    Merci pour ce témoignage.

     

    • #1979439
      le 05/06/2018 par Nono
      Voyage au cœur du chamanisme

      Correction : Ce n’est pas Jérôme, mais Jérémy Narby ;-) qui témoigne d’une belle manière sur les chamans d’Amazonie péruvienne.
      Par ailleurs, une de mes connaissances s’est sevrée de son addiction à la cocaÏne grâce à une retraite chamanique au Brésil, utilisant l’Ayahuasca.
      Les chamans du Gabon et d’Amazonie ont su trouvé des substances Iboga et Ayahuasca pour arriver à des résultats similaires.


    • #1989739
      le 21/06/2018 par Erkaa
      Voyage au cœur du chamanisme

      Oui Trev ! Tout ce que tu dit est complètement exact ! Mais il manque malgré tout de nombreuses infos (mais j’imagine qu’elles se retrouvent dans tous les liens que tu as cités !
      Moi ayant été accro à l’héroine et la coke pendant plus de 20 ans ! Je me suis fait offrir par ma mère des vacances en Charentes-Maritimes, dans un camping à Royan fort sympathique !! (surtout niveau flexibilité intello sur les "massages" tantriques ou sur les relations sexuelles de groupes ...) et sur tout un tas d’autres choses, et ayant du partir avec un sc entier rempli de flacons de métha juste pour passer 1 mois là-bas, j’ai eu la chance de rencontrer de nombreuses personnes qui m’ont effectivement parlés de leur expérience avec l’Iboga (racines d’un petit arbuste qui pousse au Gabon et qui une fois pelées, pilées puis écrassées aussi finement que possible, dont on tire la substance psychotrope appelée : l’Ibogaine !)
      Or une fois tous ces témoignages entendus et les résultats obtenus par ceux qui en avaient fait "l’expérience" je décidais de me renseigner sur, et la plante et les effets etc etc ....
      Il y a une chose que beaucoup de gens semblent ignorer, c’est que la substance active de la racine d’Iboga, permettrait, de "réparer" les brins d’ADN endommagés par l’usage de drogues, elle serait aussi selon plusieurs études de mettre un terme à de dangereux "extraits" de mémoire, tels des "revivals" de scènes de viols, de "Mind-Kontrol" etc etc ! Cette plante vous reconnecte de manière indéniable avec notre bonne vieille terre ! Et ce que vous soyez/viviaient en ville, à la capagne ou bien en foret ! Moi par exemple pendant mon "initiation" j’ai pris plus de 30 gr d’iboga (je n’ai jamais rien gouté d’aussi dégueulasse ! je suis persuadé que les excréments sont meilleurs à avaler ! Bon il faut prévoir un sceau pour vomir mais moi je n’en ai pas eu besoin je la prenais avec du miel ou dans de très grosses gélules ! pendant 2 nuits ! Et cela se passait le 4, 5 et 6 Décembre 2004 ! Et la 1ère nuit j’ai fait un reve façon "dessin-animé" Walt Disney où je voyais des vagues énormes et des mats de bateaux qui s’entrechoquaient des voitures emportées etc etc etc .... Et il n’y a que 20 jours plus tard lorsque les 1ères vidéos amateurs du tsunami qui a ravagé toute l’Indonésie, la Thailande etc etc que j’ai compris que j’avais probablement senti de par ma "connexion" sipirituelle les futurs tremblements de terre et les dégats collatéraux qu’ils causeraient !!


  • #1978750
    le 03/06/2018 par Grindsel Tirédunevi
    Voyage au cœur du chamanisme

    Ça ne serait pas plutôt une experience de possession ?


  • #1978757
    le 03/06/2018 par Mariana
    Voyage au cœur du chamanisme

    La lecture de Castaneda, si elle n’est pas inintéressante pour comprendre ce que fut la quête d’une génération, m’a laissé l’impression d’une imposture.

    Le besoin de témoigner est très occidental : les sages témoignent par leur simple présence au monde.

     

    • #1978993
      le 04/06/2018 par Hugues Dantin
      Voyage au cœur du chamanisme

      Mariana, est-ce si important de savoir si le récit de Carlos Castaneda, qui tient dans une quinzaine de livres, est vrai, à 10%, à 50%, totalement faux ? Pour ma part, j’ai arrêté de me questionner sur cela depuis bien longtemps. J’aime les leçons de vie qui nous sont données et trouve cette "saga" écrite d’une manière magistrale.


    • #1979144
      le 04/06/2018 par Mariana
      Voyage au cœur du chamanisme

      De deux choses l’une : ou le récit de Castaneda est autobiographique et sincère (cela n’a rien à voir avec sa véracité) ou c’est une construction qui répond aux besoins d’une génération. L’auteur mélange les genres, ce qui laisse une très désagréable impression.


    • #1979732
      le 05/06/2018 par paramesh
      Voyage au cœur du chamanisme

      Castaneda est une arnaque intelligente (j’y ai cru quand c’est sorti) en ce sens que ce type est un véritable ethnologue assez pointu, qui a romancé (en inventant le personnage de Don Juan) mais sur le fond, il y a des enseignements que tout connaisseur des pratiques chamaniques ne peut contester, cela va des rituels de purification et de préparation (la cuisine sacrée) les rituels du voyage astral (on retrouve tout çes thèmes dans le popol vuh, le bardo todol ou le livre des morts egyptien) et enfin une authentique connaissance de la pensée traditionnelle. toute la partie (dans l’herbe du diable si je me rappelle bien) sur la façon de trouver sa vraie place est savoureuse et ne serait pas reniée par un hindou ou un chinois. Après çà, pour le reste un trip reste un trip, pas de quoi fouetter un chat.


  • #1978767
    le 03/06/2018 par Pierre-Albert Espénel
    Voyage au cœur du chamanisme

    Quand les occidentaux se mettent à singer les pratiques obscures des amérindiens, il faut bien qu’ils se trouvent des mots pour raconter leur trip. Ici, la narration de l’expérience est d’une fadaise décevante.
    Tout est centré sur l’ego, sa propre vie personnelle à partager avec plus paumé que soi.
    Qui en profite ? Quelques facilitateurs, chaman de banlieue, à 5 ou 600 euros le stage, c’est rentable.
    Pourtant certains retours nous parlent de personnes qui sont resté collées au plafond et qui se sont fermé pour un bout de temps à toute tentative de pratiquer une véritable voie spirituelle.
    Et puis ce jargon new-age imbuvable qui donne la nausée encore plus que ces psychotropes. Allez savoir quelles séquelles irréversibles les poisons opèrent sur le corps et les organes et le cerveau.
    On joue aux apprenti sorcier.


  • #1978771
    le 03/06/2018 par Nox44
    Voyage au cœur du chamanisme

    @franky et @Koloss
    Merci au moins pour votre tentative d’humour
    @aux autres qui suivront
    Il y a beaucoup de choses à apprendre dans l’ethnobotanisme, certaines étant en lien avec les traditions et la spiritualité. Merci à la rédaction et à l’auteur pour cet article !
    @Chercheur, Castaneda était peut-être un farfelu, le contenu de ses livres - qu’on le prenne comme une fiction ou une autobiographie réelle - demeure fort intéressant, au même titre que des chercheurs ’’officiels’’ comme Jung et Éliade.

     

    • #1978918
      le 04/06/2018 par Chercheur
      Voyage au cœur du chamanisme

      Nox44,

      Bien sûr que le contenu des livres de Castaneda est très intéressant, et que, comme je l’ai dit, votre expérience est authentique, selon moi. Je ne nie pas tout cela.

      Quand je disais "farfelu" à propos de castaneda, c’est juste par rapport aux vrais Eveillés, car dans l’Hindouisme et le Bouddhisme, il est spécifié de faire attention aux faux maitres non éveillés qui font perdre du temps aux gens, car la vie est courte, attention.

      Ca ne veut pas dire que les instructeurs intermédiaires sont des nuls, non, ils sont bons, mais ne mènent pas au but, et font prendre aux gens des chemins de traverse, et font perdre du temps. Par exemple, même pour le yoga, il faut un maitre éveillé, sinon un prof lambda fera faire de la gym, la plupart du temps. (avec un maitre, vous sentez les énergies, les chakras, etc, rien à voir).
      Et certains s’en apercoivent à 55 piges, voire plus, que les instructeurs intermédiaires font perdre du temps, quand il est bien tard pour aller essaimer le monde pour tenter de trouver un véritable éveillé....

      Bonne route.


    • #1979010
      le 04/06/2018 par Pierre-Albert Espénel
      Voyage au cœur du chamanisme

      Je dois vous contredire car de mon expérience des lectures hallucinées des pseudo enseignements du faux disciple de cet hypothétique "Don Juan" m’ont laissé un arrière goût de perte de temps magistrale et d’illusions des plus vaines à enfouir dans la honte de s’être fait berner à longueur de chapitre.

      Plusieurs années à spéculer sur les possibilités d’obtention d’un savoir magico-mystique qui n’est en fait que les excréments des circonvolutions de la cervelle agitée par l’addiction aux intoxicants les plus variés .

      Des gosses aujourd’hui en sont à poursuivre ces vieilles chimères refagotés, avec des produits toujours plus toxiques. Combien d’entre eux échoueront hébétés, effondrés sur les chaises d’un hôpital psychiatrique, le liquide céphalo-rachidien saturé de molécules neuroleptiques agréées par la SS ?

      Non, l’émancipation de l’esprit hors de la matière n’est pas dans la lecture des élucubrations mentales d’écrivaillons malins, prolixes et intéressés poussant à l’inhalation de fumées délétères. Mème la propagande sociétale est plus finaude à détecter les impostures pour imposer son relativisme ou son progressisme égalitariste.

      Il existe bien une troisième voie au-delà du matérialisme passionné et de l’illusionnisme ignorant, celle de la quête sincère fondant sa réflexion sur le développement des vertus régulatrices permettant le discernement des impostures de l’égarement.


    • #1980240
      le 06/06/2018 par paramesh
      Voyage au cœur du chamanisme

      @ pierre albert,
      tout n’est pas aussi simple, savez vous qu’une neuro psychiatre de l’unesco, le docteur Thérèse Brose a fait toute une série d’expérimentations avec des yogis et saddhus indiens, en leur faisant prendre du LSD sous contrôle scientifique, le résultat : on arrive au même résultat qu’après 20 ans de pratique ascétique. ce qui revient à dire que certains psychotropes ont la faculté de réellement vous transcender (restons malgré tout honnêtes, ces maîtres du yoga avaient une longue pratique du voyage astral avec tous les risques que ça comporte, cela ne veut donc pas dire non plus que n’importe quel zozo arriverait à l’illumination(le samadhi)en prenant un trip.
      tout ceci est relaté dans un de ses livres (passionnant au demeurant pour plein d’autres raisons) :
      Docteur Thérèse Brosse
      La "conscience -Energie" structure de l’homme et de l’Univers. Ses implications scientifiques sociales et cuturelles
      et magie de l’internet cela se trouve encore sur Amazon, je viens de vérifier :


  • #1978773
    le 03/06/2018 par :beretblanc
    Voyage au cœur du chamanisme

    Cher Hugues, tout d’abord un immense merci pour ton riche tèmoignage et aussi un grand "pardon" pour certains commentaires un peu dèsobligeants de lecteurs d’ E&R.

    C’est grâce à Graham Hancock que j’ai appris l’existence de l’Ayahuasca. Il prèvient que son expérience ne se fait pas sans conséquences ni dangers. La qualité du Chamane est d’une importance primordiale.

    Bravo à E&R pour la publication de cet excellent article.


  • #1978775
    le 03/06/2018 par Trismegistus
    Voyage au cœur du chamanisme

    Bonjour,

    Cette expérience est certe enrichissante pour vous mais qu’en est il du prix demandé par ces "initiateurs" ?

    Pour moi cela ressemble à un trip contrôlé et je trouve irresponsable d’en faire la promotion, car des participants peuvent perdre beaucoup ce que vous avez omis de raconter.
    S’il suffisait de planer pour atteindre la sagesse cela se saurait :)


  • #1978779
    le 03/06/2018 par Fred
    Voyage au cœur du chamanisme

    Je rappelle pour certains que l’ Hayahuasca n’est pas une drogue on n’en devient pas "accro" d’ailleurs des personnes droguées ont réussi à se sortir de leur dépendance grâce à l’ Hayahuasca
    et pour la question du suicide, ces personnes là n’étaient-elles pas déjà suicidaires avant cette expérience ?? beaucoup de personnes se tournent vers l’ Hayahuasca car justement elles ont énormément de problèmes dans leur vie et cette substance n’a peut être Rien à voir avec leur suicide. Moi je trouve ce témoignage très intéressant, livré avec honnêteté quoique l’on en pense, à chacun de trouver l’harmonie même si l’on est en désaccord avec le procédé.
    Qui a la vérité absolue ? n’y en aurait-il pas plusieurs vérités Pour trouver la paix intérieure, n’en déplaise à certains, à chacun son assertion... mais au final aucun n’a peut-être tort
    à méditer....


  • #1978795
    le 03/06/2018 par Frédo
    Voyage au cœur du chamanisme

    Ca me rappelle ma fumette quand j’étais jeune adulte. Ebloui par tout ce qui me traversait la tête, la profondeur et la portée de mes pensées était telles qu’il me fallait tout noter dans un cahier pour ne rien en perdre.

    Mais le lendemain, quand je relisais le tout, c’était futile, niais et sans aucun intérêt.

     

    • #1978999
      le 04/06/2018 par Hugues Dantin
      Voyage au cœur du chamanisme

      Salut Frédo, excellente remarque, nous avons tous connus des moments de génie qui se sont révélés le lendemain matin profondément débiles.
      Cela n’a absolument rien à voir avec cette expérience mais pour le savoir, il n’y a pas d’autres moyens que d’expérimenter par soi même ou de rester circonspect par rapport à une expérience que l’on ne vivra jamais.
      Et pour expérimenter, il faut avoir le courage de se confronter à nos peurs les plus profondes.


  • #1978796
    le 03/06/2018 par ketsa
    Voyage au cœur du chamanisme

    A la lecture de ces commentaires, on ne peut que constater une fermeture d’esprit, une étroitesse toute Française.

    Les pays Anglo-Saxons sont eux très ouverts sur la question.
    Par exemple, chez eux la recherche sur les substances psychedeliques a redémarré.
    Nombreuses conférences sur le sujet.

     

    • #1979095
      le 04/06/2018 par Margat
      Voyage au cœur du chamanisme

      les anglo-saxons ? tu fais surement référence à l’empire judeo-protestant-maçonnique qui les contrôle et qui transforme tout concept en bouillie kabbaliste avec réception sur la caisse enregistreuse. Pas étonnant que l’on voit ce mouvement partir de Hollande, Angleterre puis USA. Ne t’inquiètes pas, ça arrive en France, on se fait de plus en plus"ouvrir" (raiealisafion). Surtout en Bretagne, chez les forestiers et les urbains. Même le survivalisme en fait parti.

      C’est juste une autre forme de consommation, faut pas être bouddha pour le constater. C’est un marché qui explose, les éditions, les salons, les méthodes, les stages. Le chamanisme n’est qu’un truc à la mode. Même ma voisine esthéticienne est partie au Pérou cet année se faire vomir. Elle a parlé avec un petit chat dans ses visions. L’année prochaine elle part en Espagne se faire inséminer tout en continuant à boire et à fumer. Une aute voisine avait fait çà, son gosse de quelques mois est mort, étouffé. Les psychotropes sont un énorme marché et les acteurs mettent la pression, parlent de réformes sous couvert d’ouverture, comme toujours. Le cannabis est en vente libre au canada et certains états américains.
      La réalité c’est quoi ? Après le "stage" le gogo touriste rentre à la niche, prêt à tout accepter il se croit plus centré, plus fort et plus productif. Le système est doublement gagnant. Ou alors il commence à se construire une yourte à la campagne mais conserve sa voiture et sa yaourtière.
      Le ramadan et le Haj sont un business
      Lourdes et le Vatican sont un business
      Le yoga, l’ayurveda, sont un business
      Le bouddhisme est un business
      le développement personnel est un business
      Tout cela est fait pour te distraire, pour t’enchainer à leur vision. Un monde plus beau (snif), arc-en-ciel, libre, égalitaire, solidaire. Mais ne parle pas d’économie sinon c’est la pendaison pour antisémitisme. Tout cela est inventé, déformé, supervisé par la communauté lumineuse marxisée. L’historique du mouvement new-age et leurs auteurs le prouve.


    • #1979542
      le 05/06/2018 par SuperDupont
      Voyage au cœur du chamanisme

      Margat #1979095

      Boire son yaourt ou construire sa yourte , il faut choisir ! ;-)
      Plus sérieusement , l’article - de même que ses commentaires - est très intéressant ; j’aimerais en voir plus sur tout ce qui touche à la spiritualité , au sens large et non sectaire , sur le site , çà ouvrirait peut être l’esprit à certains , qui sont un peu ( et même beaucoup ... ) trop dans la négativité et la récrimination continuelle ... ( je précise que ce n’est pas une attaque contre vous Margat ...) ;


  • #1978803
    le 03/06/2018 par jeremy
    Voyage au cœur du chamanisme

    Est ce que tout cela n’est pas finalement régie par le Démon ?
    La communication des Chamanes avec des "esprits" seraient en réalités des entités Diaboliques.Au 19é siècle, les Prêtres Missionnaires exorcisais justement les Villages tenus par les Chamanes et suite aux Prières les "Guérisseurs" perdaient leurs pouvoirs.Il faut Lire le Livre de Paul Verdun :"Le Diable dans les Missions", c’est vraiment très intéressant.

     

    • #1979057
      le 04/06/2018 par L’après Macron
      Voyage au cœur du chamanisme

      Je pense que oui.
      Il y a beaucoup de récits d’expériences spirituelles, mais toutes ne relèvent pas de Dieu.
      Je dis cela en connaissance de cause, ayant passé du temps à chercher et à expérimenter avant d’en venir au christianisme.

      Ce que j’ai remarqué :
      - les fausses voies spirituelles ont toute l’apparence de la vraie, mais le fond n’y est pas (quand je parle de fond je parle de la renaissance en Christ)
      - quand on s’amuse à explorer ces voies, on ouvre des portes, et on en paie à un moment donné le prix (et j’insiste sur ce point, on est loin de tout connaître, certaines choses nous dépassent, soyez donc prudents)
      - dans toutes ces fausses voies, c’est l’homme qui décide toujours seul de sa spiritualité, qui l’a construit, pas Dieu, donc... l’homme étant imparfait et ignorant du divin, son expérience ne sera toujours limitée qu’à lui-même, point d’accès à la vérité possible dans ces conditions-là
      - ces voies n’offrent pas de connaissances, seulement des illusions, et d’illusions en illusions, on a l’orgueil qui gonfle, au point parfois de s’imaginer être plus avancé spirituellement que ses semblables
      - étonnamment, on retrouve ces histoires d’initiation dans la kabbale et dans tous les mouvements occultes, toute spiritualité cachée n’est en générale pas bonne

      Notre héritage catholique nous mettait pourtant en garde, et nous donne encore tant à apprendre...
      Contrairement à ce que veulent nous faire croire les manuels scolaires et la télévision, nos ancêtres étaient loin d’être des crétins. Lisez par exemple un Bernanos, et vous comprendrez à quel point le christianisme affutait sa vision du monde qui l’entourait.
      Malheureusement, la mode est à l’exotisme, y compris dans le domaine de la spiritualité, et ceci n’est pas un hasard, puisque nous sommes en plein dans une nouvelle période d’obscurantisme.


    • #1979268
      le 04/06/2018 par yo
      Voyage au cœur du chamanisme

      Après avoir pratiqué toutes sortes de spiritualités durant plusieurs années, je suis arrivé à la conclusion que oui, tout cela appartient au Démon.

      J’ai été baptisé très jeune, par tradition, avant de grandir dans l’athéisme le plus complet. Ceci, et les doutes de ce monde, en rapport à la vraie relation à Dieu, ont fini par me faire questionner sur ma propre Foi.
      Pendant toutes mes pérégrinations spirituelles, je n’ai rien trouvé de comparable à la Grâce sanctifiante de Notre Seigneur, heureusement toujours présente.
      Tous les courants, si séduisants et nombreux soient-ils, ne sont que des voies sans issues. Plus encore que cela, j’ai pu constater dans les communautés que je fréquentais à l’époque, un déracinement complet des êtres, victimes inconscientes de pertes de repères, perte du bon-sens, du Réel, jusqu’à la dépression, la folie et parfois le suicide.

      Ces spiritualités à la mode, au contraire d’élever l’homme vers Dieu, le maintiennent dans sa condition et comme sous anesthésiants.
      L’homme a toujours eu soif de Vérité, et plus encore aujourd’hui, depuis qu’en occident l’Eglise s’est éclipsée, laissant la place aux traditions venues de l’orient.
      Tout ceci n’est en réalité que la poursuite d’un agenda mondialiste, qu’ici, nous ne connaissons que trop bien.
      J’ai maintenant pour habitude de dire, que ce vaste mouvement que l’on nomme souvent "New Age" et qui regroupe toutes les pratiques occultes remises au goût du jour, n’est que le pendant spirituel du Nouvel Ordre Mondial, caractéristiques du règne autorisé de l’Adversaire de la Vie et de la Vérité, avec un grand V.

      Ce règne possède une face noire, obscure, usurière et meurtrière. Il a aussi une face blanche, "lumineuse", rassembleuse et "bienfaitrice", savant mélange de plusieurs traditions, prémices à sa future et très désirée religion unique, avec le peuple Juif, comme intermédiaire unique entre Satan et le reste des hommes...


  • #1978809
    le 03/06/2018 par sev
    Voyage au cœur du chamanisme

    Comme souvent en France, pays d’un indécrottable rationalisme qui passe pour garantir une certaine intelligence et protéger l’esprit de trop rêver, les commentaires frisent le mépris. Rien d’étonnant, la plupart des français n’entrave que dalle aux expériences d’altération de la conscience et associent souvent cela à des petites lubies personnelles...
    Dommage, oui, vraiment, tant d’ignorance laisse perplexe...

    Personnellement, je saisis tout à fait le témoignage de l’auteur. Venant d’Afrique, j’ai moi-même été initiée à l’équivalent de l’Ayahuasca : l’iboga.
    Ceux qui n’ont jamais essayé devrait juste passer leur chemin...

     

    • #1978942
      le 04/06/2018 par skds
      Voyage au cœur du chamanisme

      Donc en faite c’est réservé a une élite ton truc comme d’habitude quoi ! les ignorants restent ignorants et les sachants et ben des sachants du coup avec ce genre de mentalité oui je passe mon chemin


    • #1979128
      le 04/06/2018 par Grindsel Tirédunevi
      Voyage au cœur du chamanisme

      Et si c’était vous qui n’entraviez que dalle ? Le "rationnalisme" français, fort irrationnel, qui se distingue surtout par son mépris envers toute réalité surnaturelle (en particulier l’existence de Dieu), est en réalité de l’antichristiannisme élaboré dans les loges et inculqué par l’école laïque obligatoire, selon la volonté même de Jules Ferry (le même franc-maçon qui a théorisé la colonisation et l’acculturation de l’Afrique, soit dit au passage). Et Dieu merci, on n’a pas besoin d’essayer soi-même pour condamner des pratiques jugées dangeureuses et sataniques. Alain Soral n’a pas été invité aux orgies de la très haute société à ce que je sache, ce qui ne l’empêche pas de les dénoncer.


    • #1980034
      le 06/06/2018 par Elisa
      Voyage au cœur du chamanisme

      @Grindsel : j’ai lu presque tous les commentaires.... que d’arrogance. Que ce soit chez les “experts” sur le sujet ou chez les pragmatiques qui balayent tout ca d’un revers de main comme n’étant que des délires de hippies. Votre commentaire soulève un point important : le francais et sa fameuse pseudo-rationalité insupportable, qui n’est en fait que le signe de son incapacité à envisager la complexité du monde.... et vous avez raison, ce vilain défaut nous vient tout droit de Jaurès et de lz république laïque. Cependant, Il y’a une piste de réflexion qui n’a pas été abordée : la physique quantique. Intéressez vous aux bases et vous verrez que les religions ne font que vulgariser des concepts d’une science infiniment complexe, qui a littérzlement remis en question toutes nos certitudes scientiques classiques. Le fameux chat de Shrödinger, introduit l’idée de la conscience comme force influente dans l’univers. Les religions d’asie ont tendance a parler d’énergie pour tout suzlifier. La physique quantique avance que la matière n’est qu’une illusion, et qu’elle est en réalité le résultat de l’énergie ai sein de chaque atome. Tesla a beaucoup parlé de spiritualité, de conscience collective, de cosmos... Einstein aussi d’ailleurs... donc pour les grands sceptiques, je ne vous demznde pas de vous inscrire dans une secte New Age a Los Angeles, mais explorez juste les bases de la physique quantique. C’est déjà accéder a un niveau de conscience supérieur à mon avis.


  • #1978819
    le 03/06/2018 par davideduardo
    Voyage au cœur du chamanisme

    krishnamurti est une ode au relativisme et s accorde beaucoup plus au gauchisme qu au traditions et au nationalisme a mon avis,
    Se changer soi meme, c est bien, mais il ne faut pas oublier que seul les réseaux et les mouvements globaux font bouger les lignes.

    Tout comme toute cette mouvance new-new age yoga-paolocuelho-castaneda-dalai lama...
    relativisme, syncretisme, passivité, ascetisme maladif,
    Il n y a qu a voir tout ces "grands penseurs" repris en coeur par tout les bobos sur facebook avec des des images emotionelles qui défilent et une musique mieleuse.

    Non ! ce qu a besoin la jeunesse francaise aujourdhui c est de coup de pied au cul ! du sport, de l action, de la camaraderie dans l effort, du courage et de la virilité.
    Et non pas de remise en question psychologisante sur son propre soi ni de replis sur son monde interieur.

    Les 10 lecons de rochedy posté en meme temps sur ER me parait beaucoup plus en phase avec la pensée ER.

    (je parle en connaissance de cause et suis revenu de tout cela ganja, ayahuasca, recherche spirituelle....)

     

    • #1978972
      le 04/06/2018 par Sounor
      Voyage au cœur du chamanisme

      C’est parce que vous connaissez layahuesca que vous pouvez en parler. Je suis en partie d’accord avec vous concernant les besoins de la jeunesse. Je pense cependant que cette expérience est intéressante pour nous les vieux :)
      J’en avais entendu parler pour aider les drogués et alcooliques.
      Ce témoignage est motivant et je vais me renseigner pour y participer.
      Merci à ER pour son ouverture d’esprit.
      Un gros gros MERCI.
      Sounor


  • #1978821
    le 03/06/2018 par LDG
    Voyage au cœur du chamanisme

    ...je me suis toujours beaucoup plus intéressé à une possible révolution intérieure de ma petite personne qu’à toute autre révolution, politique ou sociale.
    Pourquoi opposer ces deux choses ? Certes les expériences spirituelles et le chemin intérieur et intime parcouru par chacun dans sa quête de sens est essentiel. Mais les rapports sociaux ne sont pas seulement psychologie, il y a aussi les rapports de production n’est-ce pas, et ils sont la résultante de grands équilibres déterminés eux par des rapports de force.
    L’organisation collective n’est pas incompatible avec une quête intérieure, j’espère en tout cas.
    Merci à vous de nous faire partager votre expérience... et bonne continuation.


  • #1978835
    le 03/06/2018 par Od
    Voyage au cœur du chamanisme

    Mon expérience pour arriver au même résultat est différente car elle nécessite ni rituel, ni breuvage. Il s’agit de s’aligner, d’accepter que le corps est une partie de l’âme et non l’inverse et travailler le physique, le psychique et le spirituel pour les rendre cohérents.
    Je reste constamment en présence observateur et observé, cad au delà de la dualité et donc de toute religion. Il est évident qu’un cadre bienveillant favorise l’élévation des vibrations et donc de la conscience pour un accès facilité au champs informationnel.
    Dans cet état de joie et de paix les synchronicités sont perpétuelles et les moments magiques deviennent la norme.
    Pour ceux qui ne le savent pas encore...la terre ascensionne, ce qui est scientifiquement prouvé mais ne fait pas l’objet d’article de presse.


  • #1978836
    le 03/06/2018 par Marc Merisse
    Voyage au cœur du chamanisme

    Bonjour,
    Vu que je n’ai vu aucun prix, c’est gratuit ?
    Le seul paiement c’est l’amour, c’est bien ça ?

     

    • #1979459
      le 05/06/2018 par Chercheur
      Voyage au cœur du chamanisme

      Non, ce n’est pas gratuit du tout, car ce ne sont pas des vrais maitres.

      Les faux maitres sont "à moitié" mondains, donc font payer et ne mènent pas au But.

      Certains s’en contentent, ça les regarde, chacun sa vie.


  • #1978843
    le 03/06/2018 par Mojo Risin
    Voyage au cœur du chamanisme

    Les psychotropes sont excessivement dangereux. Leur consommation ne peut qu’ètre le fruit d’un "hasard" qu’on se gardera bien d’ériger en méthode, en technique, en réponse, en philosophie.

     

    • #1978977
      le 04/06/2018 par Mojo Risin
      Voyage au cœur du chamanisme

      Vus les commentaires un peu durs, j’ajoute...
      Sur les conseils d’’un facilitateur (en fait un dealer du club Le Rose Bonbon), j’ai cru que les champignons psyllos faisaient l’effet de l’herbe. 200 champignons plus tard (oui... un peu goinfre, le jeune d’alors), le premier effet : mes doigts mesurent 70 centimètres. En route pour les couloirs du temps, la décorporation et la grande lumière éternelle.
      Aucune séquelle : la preuve, des années après, je suis capable de lire Mein Kampf tranquillement (éditions Kontre-Kulture) et de poster sur EetR (grace à un média dont mes hallus ne m’avaient pas parlé)

      Bon... Je vais faire mon footing, puis lire et me concentrer sur l’éducation de mes gosses. A bon entendeur.


    • #1979220
      le 04/06/2018 par matc
      Voyage au cœur du chamanisme

      Regarde, esprit obtus soumis à la propagande :

      https://www.economist.com/sites/def...

      LSD et Champignons psychédéliques parmi les drogues les moins dangereuses...


    • #1979407
      le 04/06/2018 par Mojo Risin
      Voyage au cœur du chamanisme

      @Matc
      Crétin soumis à ta propre connerie, retourne a tes tableaux.
      1 Est-ce que j’ai parlé frontalement de dangerosité ?
      2 J’ai jamais vu les millions d’accrocs au Tranxène et autres Benzos développer les pathogies psychiatriques rapidement gravissimes observables chez les adeptes des psychotropes. Pareil pour l’alcool, n’importe quel abruti sait qu’en France on peut picoler pendant 50 ans sans problème. Fait en autant avec des psylos, des acides ou des X...


    • #1980245
      le 06/06/2018 par paramesh
      Voyage au cœur du chamanisme

      Mojo, ton commentaire est un vrai bol d’air pur, clair net et précis, du pur factuel, rien à ajouter.


  • #1978845
    le 03/06/2018 par Manu
    Voyage au cœur du chamanisme

    Merci pour ce témoignage très intéressant.


  • #1978848
    le 03/06/2018 par Clovis
    Voyage au cœur du chamanisme

    L’absorption et l’usage de l’ayahuasca en dehors du mode vie traditionnel des indiens , de la vie tribale ne mène pas la ou devrait mener cette cérémonie , c’est n’importe quoi ... .
    Cordialement


  • #1978885
    le 03/06/2018 par Cédric
    Voyage au cœur du chamanisme

    L’homme occidentale qui cherche à combler son vide intérieur en s’appropriant les expériences cultures traditionnelles de peuples primitif amazoniens.
    Pour quoi faire, se reconnecter avec le monde sauvage de la foret amazonienne ? Ou avec le monde urbain européen ? Il y a sûrement une reconquête du spirituel a opérer dans nos cœur et nos tête, mais la, on reste dans le tourisme spiritualisant.


  • #1978891
    le 04/06/2018 par Mirza
    Voyage au cœur du chamanisme

    Merci beaucoup pour votre passionnant témoignage. Tous mes vœux de réussite pour la suite de votre vie vous accompagnent.

     

  • #1978896
    le 04/06/2018 par Igor meiev
    Voyage au cœur du chamanisme

    Toutes ces substances afin de se sentir plus vivant à force de se sentir comme mort. Ca m’attriste en vérité.

     

    • #1979160
      le 04/06/2018 par De Lassus
      Voyage au cœur du chamanisme

      une petite chaise pliable 10e. qu on trouve magasin sport
      tous les soirs à la tombé de la nuit, contempler la nature dans le silence
      yeux ouverts pour etre en action et non endormie. Meditation active.
      Des sessions repetés dites "gratuites" nul besoin de produits particulier pour se nourrir de la nature et se sentir heureux. A bon entendeur...


  • #1978914
    le 04/06/2018 par goy pride
    Voyage au cœur du chamanisme

    Une question me taraude ; est-ce que ces facilitatrices sont "bonnes" ? Parce si je devais me taper 4 jours avec des nuits blanches, vomissements et mal de ventre il me faudrait une motivation supplémentaire qu’une expérience mystique...D’habitude mon heure de couché est 21h, ces 20 dernières années je n’ai jamais veillé au delà d’une heure du matin...rien qu’à l’idée de devoir passer une nuit blanche j’angoisse et me sens fatigué par anticipation !

    Plus sérieusement, je pense que ce que l’homme a gagné de par son intellect il l’a perdu en terme d’instinct et de connexion à l’univers. Par exemple les animaux connaissent d’instinct les propriétés médicinales des plantes et des argiles sans avoir eu à passer par une transmission culturelle ni processus expérimental. Autrement dit il y a une connaissance intuitive qui semble montrer que toutes les créatures de l’univers sont liées les unes aux autres, par ailleurs cela pourrait également expliquer les phénomènes de mimétisme qui chez certains arthropodes atteignent un tel niveau de perfection (cela va jusqu’à reproduire sur l’aile de l’insecte des tâches de moisissures d’une feuille malade...certaines araignées miment des fientes d’oiseaux !), que les processus évolutifs par sélection naturelle ne suffisent pas à expliquer...
    Or chez l’humain cet instinct n’a certes pas complètement disparu notamment chez les enfants, mais est considérablement amoindri notamment chez les populations domestiquées et dégénérées des sociétés modernes industrialisées. Donc je me demandais si ces plantes/champignons ayant des vertus psychotropes n’avaient pour fonction de faciliter la reconnexion de l’homme à l’univers et permettrait d’obtenir des connaissances qui seraient inaccessibles dans un état de conscience normal. Par exemple il y a beaucoup d’anecdotes où les propriétés de telle ou telle plantes furent découvertes pendant l’état second induit par la drogue où le sorcier/chaman...a eu la vision de quelle plante il fallait utiliser pour guérir d’une maladie...
    Toutefois, ceci ne fait pas parti de ma culture et je préfère induire de changements de conscience par l’extase mystique produit par la méditation au calme sur le sens de l’univers, sur les Saintes Écritures et la prière...

     

    • #1978970
      le 04/06/2018 par icounil
      Voyage au cœur du chamanisme

      Pour commencer la prise d’Ayahuasca répond à un besoin profond.
      Comme en médecine occidental, en chirurgie dite froide, il n’y a pas nécessité à intervenir sur un patient si il arrive à vivre avec ses problèmes.

      Si vous essayez de résoudre un problème profond qui vous empêche de vivre, vous être prêt à endurer autant de nuits blanches et de vomit qu’il le faudra.

      Ensuite en effet l’Ayahuasca reconnecte les hommes à leurs "racines naturelles" mais il y a d’autre moyen pour cela. Vous pouvez vous pencher sur le l’Hermétisme qui est la forme occidentale de ces sciences sud-américaines.
      En pratiquant des techniques dites "alchimiques ou magiques" pendant un certain nombre d’année, vous pourrez obtenir des réponses à toutes les questions que vous vous posez.

      Mais encore une fois, cela demande un effort particulier, il faut en avoir la vocation, le besoin profond.


    • #1978986
      le 04/06/2018 par Hugues Dantin
      Voyage au cœur du chamanisme

      goy pride, tu soulèves un élément tout à fait passionnant, l’accès à la connaissance. Dans notre monde moderne, nous ne voyons la connaissance qu’à travers la science, les approches empiriques, ... L’homme n’a pourtant pas toujours fonctionné ainsi. Si on considère le nombre colossal d’espèces végétales et animales en Amazonie, si on considère les "recettes" complexes pour fabriquer ces enthéogènes, les combinatoires étant tellement énormes, on ne peut sérieusement imaginer que c’est par une approche scientifique que ces tribus ont pu accéder à ces connaissances. C’est bien en étant connecter à l’univers tout entier qu’ils y accèdent.


    • #1979179
      le 04/06/2018 par Grindsel Tirédunevi
      Voyage au cœur du chamanisme

      @ Hugues Dantin
      Les connaissances traditionnelles ne sont pas seulement le fruit d’une lente accumulation de découvertes empiriques, mais au contraire, il s’agit essentiellement de la transmition plus ou moins fidèle, de génération en génération, d’un savoir originel infus ou révélé. C’est pour ça que les traditions ancestrales ont toutes un certain nombre de points communs, et un fond de vérité plus ou moins altéré par les ans, les défauts de mémoire, l’inconstance humaine, ou l’action de l’esprit de mensonge. Par exemple, quand un missionnaire débarquait quelque part, il se gardait bien de mépriser d’emblée la tradition locale, mais au contraire il s’évertuait à l’étudier à fond, pour en tirer cette substancifique vérité et la retablir en sa pureté originelle. C’est pourquoi on dit que l’église "absorbait" certaines traditions des peuples convertis. D’ailleurs, la plupart des documents de référence sur les traditions anciennes ou disparues nous viennent d’auteurs chrétiens.


  • #1978927
    le 04/06/2018 par Antoine.s
    Voyage au cœur du chamanisme

    C’est dommage que les commentaires soient si méprisants, ils ont du mal à comprendre que c’est le but même de notre existence, la révolution c’est avant tous le retour à notre propre nature. Une seule chose est nécessaire comme dirait le Christ.
    Les pseudos maîtres spirituels qui sont ici ne comprennent même pas que toute réalisation spirituelle s’effectue à partir de l’état de l’être en question, il est donc évident que l’égo, son parcour personnel, joue un grand rôle avant d’être intégré dans la plénitude de l’être et de se fondre dedans.
    J’ai deux grosses réserves concernant votre article. La première est la confusion que vous faites entre l’intellect et la raison. L’intellect est transcendant, dieu lui même est intellect, ce que vous appelez intellect n’est que la partie rationnelle de l’homme. Et l’intellect se situe symboliquement dans le cœur tandis que la raison est dans le cerveau.
    La seconde vient du caractère new-age de votre expérience, la musique elle même n’est pas anodine. Si certaines description ressemblent évidemment à une véritable réalisation spirituelle, d’autres portent des marques bien moins rassurante, il serait dommage que votre petit séjour ouvre des portes à des entités dont seule une véritable transmission traditionnelle pourrait limiter l’action. J’espère que vous irez consulter un exorciste ou que vous commencerez un chemin de foi pour limiter la casse. Vous en avez vu assez pour vivre une spiritualité plus posé axée sur la prière et la méditation plutôt que les psychotropes.

     

    • #1978996
      le 04/06/2018 par lili
      Voyage au cœur du chamanisme

      Merci pour ce commentaire ! Vous devez être un lecteur assidu de rené guénon .
      Bien à vous.


    • #1979053
      le 04/06/2018 par Grindsel Tirédunevi
      Voyage au cœur du chamanisme

      Pas le moindre mépris de ma part pour ce Monsieur et pour sa quête de sens qui est le propre de l’Homme. Beaucoup plus, en revanche pour ces pratiques typiquement démoniaques, pour l’illusion des paradis artificiels, et pour tous les concepts fumeux qui en decoulent, pseudos vérités sans Dieu qui reprennent à la lettre a doctrine satanique. "Ne vivez pas d’extraordinaire, vivez de foi" disait le Padre Pio (un des plus grand faiseur de miracles de tous les temps) à l’adresse de ceux qui venaient le voir par curiosité pour les phénomènes surnaturels. Dieu n’agit pas ordinairement de manière spectaculaire, mais délicate, discrète, secrète, puissante. Sans violer la dignité et la volonté des individus. Ma connection est trop mauvaise pour pouvoir donner des liens et creuser le sujet, et je n’ai pas la science infuse, mais il est évident que les expériences décrites son très malsaines, une singerie grotesque de la vraie religion. Il y aurait tant à dire... Sans même parler des sacrifices humains, qui sont le marqueur fréquent de ce genre de cultes païens antiques, tous homicides spirituellement et très souvent aussi, physiquement.


  • #1978945
    le 04/06/2018 par prout
    Voyage au cœur du chamanisme

    Je paierai le prix du stage pour ne pas entendre les 3 musiques de fin le jour où je dois être aussi "loin".


  • #1978957
    le 04/06/2018 par skawiwen
    Voyage au cœur du chamanisme

    Alors là je tombe sur le c.. de lire ce témoignage sur ER , preuve en est qu’ils évoluent sortent du chemin biblique qui trace la route aux guerriers de la guerre , la référence au guerrier qui cherche la connaissance comme si il allait à la guerre ( cf : C Castaneda) vient en echo répondre aux 10 questions que tout homme doit connaitrehttps://www.egaliteetreconciliation...
    L’expérience des substances permettant de briser la représentation du monde ordinaire n’est pas unique au monde amérindien , toutes les régions du monde terrestre ont leurs propres recettes , je lirais plus attentivement cette confession car pour le moment je n’en ai lu que les prémices , pour avoir fait l’expérience de la réalité non ordinaire LSD et Psylocibe , j’en garde un souvenir vivace qui m’ont toujours aider à admettre que ce monde n’est qu’illusion et concernant le piège du chercheur de vérité l’auteur admet que pour avoir accès à cette connaissance il faut etre choisi , et là l’égo en prend un sacré coup , "on ne peut rien faire les choses arrivent"
    Concernant certaines remarques lut ici , je m’associe à certains qui s’excusent auprès de l’auteur , de ce monde de l’expérience psychotropique sachez que Dieu perd sa forme humaine , Dieu n’a jamais écrit de livres.

     

  • #1978967
    le 04/06/2018 par icounil
    Voyage au cœur du chamanisme

    Pour avoir fait une retraite de un mois dans la forêt amazonienne il y a quelques année, je peux aussi témoigner de l’extrême efficacité des techniques du chamanisme sud-américain (dans mon cas principalement de l’Ayahausca).

    De plus elles sont parfaitement complémentaires avec la médecine occidental qui est plutôt technicienne (chirurgie, intervention en intraveineux, imagerie...).

    Là on a à faire à quelque chose qui est basé sur les aspects énergétiques, spirituels, psychologiques... qui peut mener à des guérisons aussi bien psychiques que physiques dans des cas ou les techniques occidentales sont totalement inefficaces. J’ai été témoin d’éventements qu’ici on qualifierait de "miracles".

    Il est TRES regrettable que les médecins occidentaux (a l’exception du Dr. Jacques Mabit et de quelques autres) ne se penchent pas plus sérieusement sur ces techniques ancestrales extrêmement pertinentes dont l’humanité a beaucoup à gagner.

    Et pour ceux qui penseraient que c’est un truc de hippie, je précise tout de suite qu’il s’agit de techniques médicales, encadrées, parfois extrêmement difficiles à endurer, qui n’ont rien de récréatif, croyez moi !!!


  • #1978975
    le 04/06/2018 par Kikiopap
    Voyage au cœur du chamanisme

    "Homosapiens" n’est pas apte à rencontrer Dieu de son vivant". C’est faux. Il se laisse trouver facilement. Il faut juste mettre les genoux par terre et lui demander de l’aide.


  • #1978978
    le 04/06/2018 par patrick
    Voyage au cœur du chamanisme

    Chacun menant sa vie comme il l’entend, c’est son choix de faire ses retraites. Mais hem, pourquoi faire ça dans les Alpes, et polluer un beau chalet de montagne avec la fumette de ces cochoneries et le degueli ? Allez au bout des choses et faites votre retraite en Amazonie ou en Chamanie .

     

    • #1979025
      le 04/06/2018 par Retransmission
      Voyage au cœur du chamanisme

      Pourquoi limiter le shamanisme et les techniques de soins à l’amazonie, partir la bas est justement bien plus dangereux pour un occidental, surtout la phase de retour. Faire l’expérience de ces états de conscience dans un environnement familier est justement bien plus sécurisant, et ce n’est pas le degueuli de gens qui se reconnecte avec leur être profond qui pollue les montagnes, mais ceux qui les arpentent sans aucune conscience de ce qu’elles représentent et de ce qu’elles apportent aux hommes et au "vivant" au sens le plus profond depuis des millers d’années. Le chamanisme est un terme, sa réalité s’experimente et ces outils entheogène puissants sont des méthodes aujourd’hui indispensables pour les humains à la glande pinéale entartré que nous sommes, nous empêchant toute compréhension prodonde de notre relation à Dieu, au Vivant, en nous même. Rien que le fait de lire ce retour d’expérience apaise l’âme quand on la lit avec le coeur sans a priori, c’est un voyage de l’esprit qui démontre que cela va bien au delà de la simple "prise de psychotropes" ces outils de la conscience servent au contraire à se purifier et à sortir des nos anciens shémas destructeurs et addictif à notre société de pilules et de consommation, c’est une médecine qui est utile pour la majorité des personnes l’ayant expérimentée, alors certes il y a toujours des risques comme avec toute medecine, mais lorsque l’on évoque des cas d’echec ou de troubles post expérience, il faut savoir que dans la plupart des cas ces personnes étaient déjà dans une grande détresse avant l’expérience et cela les auraient conduit tôt ou tard à une impasse bien plus terrible, même dans les cas de difficultés post expériences, c’est le plus souvent enrichissant et pousse les gens à "se penser" avec plus d’amour, j’en parle en connaissance de cause j’ai utilisé l’ayahuasca et le kombo, en Amazonie et en France et cela m’a permis de guérir de nombres d’addictions, et bien que l’expérience demande d’affronter ses propres "démons" d’une manière entière et avec une certaine prise de risque dans son rapport au "réel" le soin pour moi a eté profond et incomparable. On parle réelement de gratitude d’être en vie et de reconnexion au Divin au sens le plus vrai en nous même. Il fut un temps ou les gaulois utilisaient la potion magique des druides... Cela revient aujourd’hui et ce n’est certainement pas un hasard pour retrouver les trésors de nos terres, profondément et amoureusement.


    • #1979079
      le 04/06/2018 par Retransmission
      Voyage au cœur du chamanisme

      Lorque je dis "indispensable" je ne fait pas une géneralisation absolue pour tous. Je précise que je parle surtout pour les gens qui souffrent d’addiction par shémas souffrant dont il n’arrivent pas à se sortir car il n’en comprennent pas la cause profonde, ou bien ils pensent la connaître alors qu’il n’en ont effleuré la surface, car l’esprit résiste à ce qui pourrait réellement le faire progresser en conscience, justement à cause du satanisme que l’on a avalé depuis l’enfance dans cet occident décadant. Alors quand j’entend parler que cela aurait à voir a du satanisme c’est une erreure, car le satanisme nous baignons dedans depuis toujours par la télévision et le mensonge sur ce que nous sommes en tant qu’être humains porté en étendard de la réalité pour tous. J’entend dans certains commentaires que l’on a pas besoin de ça pour s’en remettre à Dieu, c’est en partie vrai tout comme il est vrai que nous n’avons pas le même chemin pour rencontrer ou bien reconnaître Dieu, ou bien vivre réellement physiquement et spirituellement la " Grâce d’être en vie" avec tout ce que cela représente pour nous "être humains" tombés dans l’oublie de la responsabilité et de la beauté que cela représente. On se voudrait humanistes ou bien "croyants" mais souvent sans réaliser pleinement la chance eternelle que nous avons, plutôt que le prendre comme un problème, c’est une solution qui s’offre à nous à chaque instant, le Vivant nous montrant son amour dans toutes situations, même les plus perilleuses ou celles qui "parraissent" les plus désespérées. Je ne dirais pas aux gens prenez ces "substances", je leur dirais plutôt ecoutez ce que certaines personnes qui les ont utilisées ont à nous dire sur nous même, quel miroir ils nous renvoient, avec amour et gratuité, au delà des dogmes tout puissant sur les masses erigés comme des idoles à la place du Dieu d’amour et de Pardon... Comment connaître Dieu si on a jamais pleurer du bonheur d’exister, que l’on vit dans les ténèbres des illusions de ce que nous pensons douloureusement être "moi"... La guerison passe par le Nous, et Il est offert en permanence, à " nous "de le saisir pour retrouver une réele souveraineté, sortir de ce vampirisme universel que l’on s’est imposé comme unique manière d’aprehender le réel, " nous" devons être des "amoureux universel" si l’on veut re-connaître le chemin du "Nous" , et ce quelque soit la méthode que l’on aura choisi pour cette cause primordiale.


    • #1979389
      le 04/06/2018 par Grindsel Tirédunevi
      Voyage au cœur du chamanisme

      Pourtant vos théories sont tres proche du luciferianisme ou du new age. Cela mériterait mieux comme réponse j’en suis conscient, et je ne suis certainement pas le plus qualifié pour vous répondre, mais le "satanisme" (racourcis certes facile et trop utilisé) n’est pas seulement un culte sombre, macabre, ouvertement criminel... Au contraire, la plupart du temps il revêt des habits de lumière, d’amour, de paix...
      Nous sommes très influençables sur ce plan là, et sans une grâce spéciale il est impossible de ne pas se perdre dans cette jungle spirituelle plus trompeuse encore que le monde sensible, avec encore bien plus de complots, de pièges et d’impostures... Les dogmes que vous fustigez sont justement les gardes fous providentiels contre l’erreur. On peut les retrouver dans les Conciles et les encycliques (ne pas prendre en compte tout ce qui est après 1958).


  • #1979037
    le 04/06/2018 par perséus algol
    Voyage au cœur du chamanisme

    Il semblerait que l’usage de l’ayahuasca ait des similitude avec la pratique du yoga en Inde (c’était cool, et ça soignait le mal-être de l’occidental). Malheursement ce n’est qu’une carte postale ou de l’exotisme (même si ça change un individu et si ça l’ouvre vers une autre tradition), il suffit de faire un constat à froid et s’apercevoir que ce n’est qu’une économie qui découle de ce breuvage dans lequel les indiens, et les occidentaux perdent tout deux leur identité respective.

     

    • #1979106
      le 04/06/2018 par Jésus57
      Voyage au cœur du chamanisme

      Jésus aurait déclaré que ceux qui prônent l’amour universel mais pas au nom de Dieu pouvaient continuer s’ils ne faisaient pas de mal. Je vous l’ai faite courte.


    • #1979340
      le 04/06/2018 par Bank Kartel
      Voyage au cœur du chamanisme

      @Jésus57 :

      Jésus n’a pas dit cela.


  • #1979096
    le 04/06/2018 par MT
    Voyage au cœur du chamanisme

    Je vais essayer d’élever un peu le niveau, ne pas partir dans l’anathématisation, ni dans le délire exotique ; ni même dans les spéculations spirituelles.

    La spiritualité, c’est élever son esprit, le faire grandir. Ce n’est pas l’obtention de la "Connaissance", mais comme aurait pu le dire Socrate, c’est augmenter la conscience de son ignorance. La philosophie, qui est une dévotion au savoir, un amour de savoir qui est aussi l’amour christique quand l’interprétation des Evangiles passe du sens allégorique au sens analogique, selon les règles théologiques antiques et médiévales ; la philosophie ne se démarque que de la spiritualité dans son histoire et dans sa façon, parfois, d’aborder les choses ; mais la philosophie, chez Socrate, fait office de spiritualité, pour répondre à d’éventuelles objections.

    La spiritualité, donc, ce n’est pas planer dans l’univers des sens et des stimuli de son Cerveau qui, même s’ils étaient, de façon tout à fait spéculative, en lien avec le "Divin", ne seraient aucunement démontrables comme tels et, le cas échéant, susceptibles d’être exprimés raisonnablement et traduits par des actes justifiables comme tels. Car cela reviendrait à dire : "c’est comme ça, Dieu me l’a dit, je l’ai vu" ; et de suggérer aux gens d’aller lui demander. Entre ça, l’hallucination collective, l’auto-suggestion, etc. ; il n’y a pas de critère pour savoir de quoi il s’agit ; et le critère, c’est la grande innovation de Socrate, puis d’Aristote.

    Dans l’incompréhension, on me reprochera peut-être d’être trop intellectuel et pas assez spirituel. Eh bien non, justement, car toute personne qui contrevient à ces règles (ou critères) enfreint les bases du dialogue. Cela ne sert plus à rien de discuter, et lorsqu’on ne peut pas discuter, le réel se fait ressentir bien plus fort et de façon déterminante par les coups, la bestialité ; bref, l’ordre naturel des choses au sens physique.

    Fin de la première partie.
    - la deuxième partie sera postée dans les réponses à ce commentaire et signalée comme telle

     

    • #1979150
      le 04/06/2018 par MT
      Voyage au cœur du chamanisme

      (Deuxième partie)

      Bien, une fois la spiritualité définie, examinons le résultat de cette "expérience chamanique" : un peu d’introspection. C’est bien. La remise en question est la base de toute démarche spirituelle. Descartes suggérait de se dépouiller de tout ce que l’on croit savoir pour progresser, le Christ, lui, disait déjà de tout vendre pour acheter une perle symbolique. Et la remise en question profonde, on peut aussi y venir par la méditation, la psychanalyse, l’hypnose, de simples expériences ponctuelles, une paire de claques, etc. Seulement, certaines approches sont contre-productives, voire dangereuses. Le tout est dans le suivi, dans la persévérance, dans le maintien du bon cap, etc. et pour y parvenir il n’y a pas mille principes différents. Il y a quelques règles, bizarrement toutes contenues dans les Evangiles, si on est à même de les comprendre - on m’accusera d’être prosélyte ou un catholique borné ; soit, c’est votre problème, plus le mien, car c’est de vous qu’il s’agit, non de moi. Moi, je ne suis qu’une étape sur votre propre parcours. Et les règles, elles sont universelles, car la réalité est ce qu’elle est. On a beau débattre et argumenter, prendre conscience qu’on a négligé ses gosses, la réalité reste, indifféremment, telle qu’elle est, quelle que soit la façon dont on essaye de la modéliser.

      On peut alors continuer à se shooter pour ne faire que “prendre conscience” ou alors, on peut agir, répondre aux claques par des coups de poing et, parfois, en tendant l’autre joue, en s’arrêtant et en réfléchissant un moment. C’est un combat, un combat spirituel, qui commence par la nature animale la plus crasse et qui se termine par l’abstraction de certaines règles de survie pour s’approcher de l’ordre naturel des choses ; et tout cela fonctionne en synergie, car nier qu’on a besoin de manger pour vivre, c’est nier le principe de réalité ; et pour les petits malins qui prétendraient vivre sans apport énergétique, je suis toujours là pour leur demander s’ils estiment aussi pouvoir survivre à une balle de gros calibre, si les liaisons moléculaires qui constituent leurs organes se nourrissent de voyages astraux plutôt que d’énergie réelle. On peut toujours tenter l’expérience. Alors oui, l’aboutissement est pur esprit, mais le cheminement est fait de chair et d’os. Et ceux qui sont arrivés au bout, comme ceux qui sont morts sans y parvenir, ne sont plus là pour en parler.


    • #1979151
      le 04/06/2018 par MT
      Voyage au cœur du chamanisme

      (fin)

      l n’y a, évidemment, aucun critère qui soit exempt du principe de réalité. C’est tout.


    • #1979232
      le 04/06/2018 par Retransmission
      Voyage au cœur du chamanisme

      Merci, ceci dit le tout ne peut être dans l’opposition chair vs esprit puisque l’ésprit s’étant fait chair, "le tout est énergie" , le matériel et le spirituel sont donc intimement liés. Pour qu’une une balle nuise à un un corps, il faut avant tout que la destinée de l’origine de l’énergie de cette balle soit programmée pour être la cause de la fin énergétique du corps (énergétique) réceptacle de l’àme qui l’habite, en d’autre terme si le Début et la Fin de cette énergie ne l’a pas décidé il n’y a pas à avoir soucis du résultat de l’impact d’une balle sur son propre corps, mais surtout sous quel forme sera l’état énergétique de l’âme portant ce corps quand elle fera retour à son Origine. Jésus disait bien qu’il n’était pas de ce monde... De quel monde parlait t’il donc... Certainement de celui de ceux qui ont prit "la matière" ou bien les causes pour divinité et non le causateur Suprême, le grand Esprit chez les peuples animistes. Voilà pourquoi parmis ses miracles il transformait la glaise en oiseau vivant, Dieu lui ayant donné la capacité de donner vie à ce qui paraît mort, et aussi pour comprendre que l’homme est déjà lui même de la glaise inerte faite vie par son Créateur. Et pour bien réaliser que l’homme n’a que deux possibilités de chemin véritables, soit celui de l’outils s’affutant en mourrant à lui même par amour au service du Réalisateur Eternel en lui même soit celui du mortel se croyant vivant au service de ses passions projetées sur les autres lui même en pensant en être le seul maître, dans un cas comme dans l’autre l’energie qui fait battre son cœur ne lui appartiendra jamais, ni les systèmes de défenses qu’il croit maîtriser pour que ce cœur qu’il croit physique ne s’arrête pas de battre. La pulsation de vie en lui, seule, est éternelle et n’est qu’amour et lumière, les ténèbres de ses pensées de lui même et du reste ne sont que le résultat d’un désamour, d’un oublie plus ou moins long de son Origine, ou d’un manque de gratitude par divinisation de ses propres désirs d’autosuffisance. Je vous rejoins, nous ne sommes pas là pour être auto suffisant de cette énergie, mais plutot pour vivre heureux de la gratitude, ou gratuitude envers l’Origine de cette ergergie sublime et inépuisable, envers l ’Alpha et l’ Oméga, plus que Perfection nous ayant permis de tendre vers plus de perfection pour que tout soit dans l’Ordre Universel, individuel d’abord tel le model victorieux du Christ pour l’amour de Dieu.


    • #1979234
      le 04/06/2018 par ac
      Voyage au cœur du chamanisme

      Oui Hegel dit : " qu’un symptôme est une isolation dans une totalité". Les hypnotherapeute sérieux disent que les patients traités par l’hypnose qui accepte la confusion de l’état hypnotique font perdre au symptôme sa place( l’isolation). Et ainsi se refond dans la totalité. Monsieur a semble t- il eu cette expérience et a retrouvé mouvement simplicité et liberté. Mais peut-être est-ce autre chose, je ne sais pas.


  • #1979140
    le 04/06/2018 par pivert
    Voyage au cœur du chamanisme

    Pour le chamanisme par rapport à ces origines, c’est un peu comme le yoga, c’est une salade niçoise new-age/gymnastique dans 99% des cas. Mais il reste 1%, ce qui reste très important.
    La peur ou le rejet des religions entre autres est compréhensible, vue que nous avons été manipulés sans le savoir pendant longtemps.
    C’est évident qu’au-delà de notre bêtise, il existe des choses extraordinaires que notre perception n’à aucune idée.
    Dans l’extra sensoriel, il y a aussi le bien et le mal. Tout ce qui est « magique » n’est pas automatiquement du bon côté.
    Ce qui parait à première vue, c’est que chacun de nous est un cas particulier. Si pour n’importe quel raison, on s’illusionne sur nous même, et sur ce que l’on voit, il nous faudra avoir une bénédiction (de la chance ?) et la participation d’une partie de nous même pour en sortir.
    La psychiatrie et son vocabulaire sont de très mauvais outils.
    Ne pas choisir est une sorte de choix.
    L’addiction n’est pas le naturel du genre humain, c’est plutôt la liberté (avec un grand L).
    Peut-être que la réponse définitive réside dans ce que nous sommes vraiment.


  • #1979147
    le 04/06/2018 par FUNES
    Voyage au cœur du chamanisme

    Quelle perte de temps, rechercher l’absolu dans la création et non dans son créateur. Le Christ n’est donc pas venu ? Le chamanisme actuel est un retour en arrière bien dommage.


  • #1979153
    le 04/06/2018 par Laurent Guyénot
    Voyage au cœur du chamanisme

    Dans ma jeunesse, j’ai donc absorbé nombre de concepts ésotériques (Carlos Castaneda, …), philosophiques (Krishnamurti, …)




    Moi aussi, et puis, un beau jour, j’’ai commencé à tout recracher, petit à petit, jusqu’à finalement comprendre que je m’étais fait profondément manipuler. Castaneda et Krishnamurti (je n’inclus pas l’école de Palo Alto dans cette critique, ça n’a strictement rien à voir) sont parmi les plus grostesques impostures de cette mouvance, mais celle de Castaneda fut largement plus dévastatrice sur ma génération. Car le second n’a fait que vivre en parasite en prononçant des banalités avec son aura de Messie récalcitrant, tandis que le second a entraîné des centaines de milliers de jeunes occidentaux dans la drogue et aux frontières de la folie. Même chez Gallimard, qui a continué à exploiter financièrement le sillon Castaneda jusqu’à la fin, on savait très bien que c’était 100% bidon. En écrivant cela, je n’émets aucun jugement sur l’expérience décrite dans l’article ; si j’avais l’occasion, quelques années de moins, pas de responsabilité familiale, et rien de mieux à faire, je tenterais aussi peut-être l’expérience. Ou peut-être pas.

     

    • #1979193
      le 04/06/2018 par pivert
      Voyage au cœur du chamanisme

      Du point de vue du danger, c’est exactement le contraire : l’école de Palo Alto c’est celle du mondialisme, de la neuro linguistique. Ces gens là sont très fort, ils peuvent embobiner les plus intelligents, puisqu’ils utilisent un langage scientifique (en réalité pseudo scientifique). Pour contrer ces gens là, il faut étudier
      - Lucien Cerise : Neuro-piates, réflexions sur l’ingiénérie sociale + Gouverner par le chaos, ingénierie sociale et mondialisation.
      et
      Marco della Luna et Paolo Cioni : Neuro-esclaves, techniques et psychopathologies de la manipulation.


    • #1979262
      le 04/06/2018 par Laurent Guyénot
      Voyage au cœur du chamanisme

      Je voulais dire "le filon"


  • #1979203
    le 04/06/2018 par Min
    Voyage au cœur du chamanisme

    Merci pour ce témoignage Hugues.
    Nous tentons de trouver un sens à la Vie dans toutes sortes de démarches sincères, en faisant des faux pas aussi. Tout est enseignement et humilité. Ce qui valable pour les uns, ne l’est pas pour le autres. Qui peut en juger ?
    Ce que vous avez trouvé dans les Alpes est la puissance de l’amour qui réside en vous. Je forme le voeu qu’il puisse grandir encore.
    Dieu et le Christ vous accompagnent.


  • #1979217
    le 04/06/2018 par Erkaa
    Voyage au cœur du chamanisme

    Camarade je te conseille le baptème de l’Iboga !!!


  • #1979303
    le 04/06/2018 par Alex
    Voyage au cœur du chamanisme

    Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.
    Profitez des prodiges qu’offrent les drogues et les démons de ces fausses religions, bientôt vous mourrez, et le réveil va être dur.

     

    • #1979647
      le 05/06/2018 par Erkaa
      Voyage au cœur du chamanisme

      Et bien cher camarade ?? Tu parais bien vite perdre ta mémoire !! A tu oublié les premiers baptèmes prodigués, par Jean-Baptiste et les apotres ou ceux de Jésus Christ en personne ??!!!
      As tu oublié que lors de ceux-ci celui qui baptisait appliquait de l’huile à oindre sur tous les objets de cultes nécessaires à la cérémonie, ainsi que sur l’ensemble de son corps et sur celui du futur baptisé ??? Et as tu déjà oublié de quoi était constituée cette huile à oindre ? Si ?!
      Elle était constituée à 80% d’huile de chanvre indien, d’extraits de concentré d’oium, et de diverses huiles essentielles !! Alors une fois que tout ceci t’es revenu en mémoire, dit-toi que le passage le plus direct de ces 2 psychotropes carrément puissants (cannabis+opium) est la peau et ses pores !!! Alors il ne faut pas etre étonné que tous que ce soit autour de Jésus, des apotres, etc etc aient pu avoir quelques "visions" !! C’est d’ailleurs pour cela que l’huile à oindre et ses qualités chamaniques a été remplacée lors du 1er schisme et remplacée par de l’eau bénite ! Alors je t’en supplie Alex que celui qui n’a jamais expérimenté ces plantes aux pouvoirs certains et qui n’a jamais eut la chance de gouter à toutes les visions, à tous les univers et à tous les champs du possible qu’elles permettent d’offrir jette la 1ère pierre à ce jeune homme ! Et puis ces plantes ne sont pas des "drogues" au sens où j’imagine que tu l’entend ! Personne ne t’en vendra au coin d’une cité ! Et surtout personne ne serait capable d’en prendre plus de 4 jours d’affilés !! Ces plantes (comme l’Iboga par exemple ) sont faites pour connaitre des expériences qui modifierons le cours de ta vie de manière irrémédiable et ta compréhension au monde qui t’entoure en sera modifiée à tout jamais ! Rien avoir avec n’importe laquelle des drogues les pus consommées de nos jours !!


    • #1979813
      le 05/06/2018 par oups
      Voyage au cœur du chamanisme

      Erkaa,
      Saint Jean Baptiste ne baptisais que dans l’eau. Jésus Christ n’a baptisé personne. Il faut revoir son cathéchisme.


    • #1989764
      le 21/06/2018 par Erkaa
      Voyage au cœur du chamanisme

      Moi je ne te parle pas de catéchisme !!! Je te parle de réalité !
      En revanche tu as raison sur un point ce n’est pas "Jean-Baptiste" qui baptisait les premiers croyants mais Jean ! Puis Thomas etc ....
      Mais Jésus lui était connu pour faire don de "boites à oindre" et de toute façon la profusion de chanvre indien dans ces régions était telle qu’elle était utilisée dans de nombreuses occasions et sous de nombreuses formes (huiles, haschish etc ....) et il aura fallut attendre une quarantaine d’années (certains stipulent 60 ans ...) pour que le 1er schisme de la Chrétienté ait lieu et il concernait la façon de pratiquer le baptème, d’aurénavent il se pratiquera dans de l’eau !
      J’avais lu un article (tu parles d’un article !! Long comme les 2 bras et les 2 jambes !!! Mais tellement instructif ! et j’en avais parlé en commentaire sur la page FB de soeurs néherlandaises qui fabriquaient pas mal de produits cultuels, de beauté etc à partir du chanvre indien et j’avais mis le lien vers cet article ! Elles m’avaient envoyé un échantillon de leur huile au chanvre indien pour me remercier de leur avoir laissé ce lien !!!!


  • #1979313
    le 04/06/2018 par Cheik Enblanc
    Voyage au cœur du chamanisme

    Moi je vais vous parler de ma biture de samedi soir au PMU ’Chez Roger’
    Bon, j’ai commencé par 2 Ricard cul sec ...

     

    • #1979700
      le 05/06/2018 par Gsjke
      Voyage au cœur du chamanisme

      Un bobo friqué qui va se faire défoncer sur commande dans un chalet suisse... et qui emballe tout ça dans un salmigondis de hippie crasseux à la mode soixante huitarde. On est loin du MEDEF ou de Macron, quoi que...


  • #1979457
    le 05/06/2018 par yaya bee
    Voyage au cœur du chamanisme

    Vous aimez trop débattre comme des coq sur ce forum et jouer les éloquents. Ce sont des médecines millénaires et elles aident désencrasser nos cerveaux arrogants d’occidentaux.
    Ce sont des expériences parfois magnifiques et parfois violentes mais qui permettent d’approfondir la connaissance de soi en dehors de la personnalité temporelle et mortelle. Ce sont des expériences mystiques et ceux qui les tentent en font le choix et il n’est pas plus ou pas moins honaorable que d’aller faire un boulot que l’on deteste le lundi matin..
    BONNE NUIT

     

    • #1979520
      le 05/06/2018 par Olaf
      Voyage au cœur du chamanisme

      Je n’aurais pas mieux dit ! Que chacun fasse ses expériences de vie, nous sommes à l’école sur cette terre 3D. Bonne journée.


    • #1979526
      le 05/06/2018 par MT
      Voyage au cœur du chamanisme

      Je vous conseille mon commentaire, un peu plus haut. Je n’aime pas plus le débat que vous, mais les dialogues honnêtes, entre deux personnes, pas forcément égales, jamais égales, même, car ils permettent d’établir des critères sérieux et d’éviter de se faire avoir, aussi. Ce n’est rien d’autre. L’arrogance, où est-elle ? Entendons-nous bien, il y a de l’arrogance chez l’Occidental, mais il y a de la prétention et de l’orgueil chez ceux qui n’ont pas connu deux mille ans, plus ou moins, de génie chrétien, parachevant des choses similaires, parfois bien plus évoluées, même, en "occident". Mais surtout, il n’y a pas plus méprisable que l’occidental qui, par pur exotisme et incapacité à s’élever, se raconte des histoires et va voir les marchands de sagesse tropico-orientale. Et puis en toile de fond, il y a ceux qui, à divers niveaux et pour divers motifs, organisent ou favorisent ce genre de commerce.

      En fait, l’Occidental, quand il a derrière lui le poids de deux mille ans d’Histoire, est paré pour aller à la rencontre d’autres cultures, les examiner et même en faire l’analyse critique, qui, de son point de vue, fait parfaitement sens ; mais lorsque ce poids est chez ses pairs et qu’il se targue d’en être le dépositaire par pure prétention, pour "faire le coq", comme vous dites, pour débattre comme on peut le détester, alors là… Mais il est encore une nuance à ajouter : sa réaction peut être parfois sincère, ce qu’il lit ou entend peut, sincèrement et au vu de ce qu’il sait - ou croit savoir - , lui hérisser les poils ; et parfois, même si la réaction est inappropriée, cela peut aussi partir d’une bonne dose de bon sens.

      Il y a un cheminement personnel, qui se doit d’être humble face à la réalité des choses, face à la Vérité, qui vous mène à l’accepter, quelle qu’elle soit, et de vrais critères qui s’établissent, lorsque tous les rêves et tous les fantasmes font place à une remise en question saine, de par la capacité de tout remettre en jeu, toujours et lorsque l’on relève la moindre contradiction - et pas seulement dans le discours - , la vraie question, c’est : êtes-vous vraiment prêts à tout remettre en jeu, absolument tout ? Votre discours ne semble pas le laisser entrevoir, mais c’est à vous de savoir, entre vous et vous. Tout ce que je dis n’est pas vérité absolue, mais un aiguillon et comme pour toute indication, l’important est surtout la lecture qu’on en fait. A la fin, il n’y a plus que vous, vous face à la Vérité qui rend humble. Bonne route !


    • #1979528
      le 05/06/2018 par ici ou ailleurs
      Voyage au cœur du chamanisme

      « Ce sont des expériences parfois magnifiques et parfois violentes mais qui permettent d’approfondir la connaissance de soi en dehors de la personnalité temporelle et mortelle. Ce sont des expériences mystiques »

      Je n’ai personnellement pas eu le choix car c’est une piqûre de scorpion qui m’a amené à expérimenter un "voyage" assez similaire à ce qui est décrit dans ce témoignage, mais je vous rejoins complètement sur la conclusion que vous en faites. Merci pour votre résumé pragmatique et juste !

      Et merci à l’auteur pour son partage et à E&R d’être si ouvert d’esprit dans les sujets publiés.


  • #1979568
    le 05/06/2018 par noor
    Voyage au cœur du chamanisme

    Merci beaucoup Hugues pour ce tres beau temoignage. Les musiques egalement parlent au coeur.


  • #1979587
    le 05/06/2018 par Fabien
    Voyage au cœur du chamanisme

    Rien n’empêche de boire de la bave de crapaud, réciter notre père ou de s’enfiler tout Socrate au p’tit dèj mais votre coeur ne verra la vérité que si vous le méritez.


  • #1979588
    le 05/06/2018 par Laurent Guyénot
    Voyage au cœur du chamanisme

    Je retire mon commentaire précédent un peu cynique : non pas sur Castaneda et Khrishanmurti (je maintiens), mais sur l’expérience de Hugues Dantin. Je n’avais pas vraiment lu l’article et cédé à mon défaut principal, le donneur de leçon : c’est un témoignage intéressant et éclairant sur la nature mystérieuse de l’esprit humain, sur laquelle, je dois dire, le christianisme a été bien pauvre en enseignement. Merci Hugues. ça m’a rappelé que j’avais lu dans l’auto-biographie de Sting (une surprise agréable, trouvée par hasard sur une table de chambre d’hôte) son témoignage très similaire sur la même expérience.
    Ecoutez-le sur : https://www.youtube.com/watch?v=5Qh...

     

    • #1979657
      le 05/06/2018 par MT
      Voyage au cœur du chamanisme

      Le Christianisme n’a pas été - et, de par son caractère éternel, n’est pas - pauvre en enseignements sur l’esprit humain, mais il le laisse accessible à qui sait l’entendre : cela évite que la société, entre autre, se laisse aller à des séances spirituelles collectives, ou spiritueuses, plutôt ! Et cela, parmi bien d’autres facteurs et bien d’autres considérations, lui a permis de construire quelque chose d’aussi grand.

      Au milieu des choses sous-jacentes qu’impliquent mes commentaires précédents, il y a aussi le fait que tout ce que l’esprit peut atteindre d’éventuellement positif avec des drogues, il le peut aussi par la méditation, la réflexion, la profondeur d’âme, et sans les effets indésirables.

      Ce rejeton de cinquante ans, peut-être né en ’68, fait un peu penser aux hippies, qui, à cette époque-là, au détour d’un "space cake", découvraient les principes de biologie les plus terre à terre de l’homme, pour ne pas ajouter : nu dans la nature.

      Je ne voulais pas faire dans la caricature, mais c’est plus fort que moi : je n’ai que du mépris pour ces générations-là, lesquelles feraient bien, avant toute chose, de retourner sur un banc d’école, mais pas de celle qu’ils nous ont légué.

      Il ne faut pas se méprendre, cela dit : je suis très ouvert, mais je possède des critères qui permettent à l’ouverture d’être saine, je le crois, et posée ; remise dans le bon contexte. Ce témoignage, si je peux ajouter quelque chose, c’est celui d’un déçu, qui ferait tout pour vivre une expérience surnaturelle, quelle qu’elle soit, alors que c’est parfaitement vain, et parfois même dangereux. La seule expression du Divin accessible à l’homme, c’est l’accomplissement harmonieux de soi, au regard ce qu’on est, des perceptions de notre esprit à l’univers qui nous comprend ; à Ce ou Celui qui en est la raison, un insaisissable cap à maintenir, pourtant.

      Et d’ailleurs, si j’écris ici, je le fais aussi pour moi : cela me permet de structurer et conserver une impression induite par cet article. Rien de nouveau pour moi, non plus, mais une restructuration d’anciennes pensées, que, par ailleurs, j’estime être digne d’être partagée.


  • #1979772
    le 05/06/2018 par ZTE
    Voyage au cœur du chamanisme

    Étant musulman et connaissant ce qui serait l’équivalent chez nous d’un exorciste (raqy) il m’a une fois affirmé que la prise de substances hallucinogènes et/ou drogues augmenterait significativement l’emprise que le pourrait avoir un djinn (=esprit, en gros c’est la même chose) sur nous.
    Plus vous êtes dans un état second plus vous êtes vulnérables aux éventuelles manifestations d’êtres occultes.
    C’est l’entité qui prend entièrement le contrôle de votre corps (jusqu’à même vos pensées) qui vous fait ressentir toutes ces sensations bizarres.
    Attention de graves séquelles peuvent subsister si vous tombez sur de très mauvais esprits durant ces "expérimentations" pouvant vous mener jusqu’au suicide (lorsque ce sont des esprits démoniaques qui adorent faire le mal).

     

    • #1980076
      le 06/06/2018 par Jean-Louis
      Voyage au cœur du chamanisme

      Les musulmans sont bien les derniers arrivés.


    • #1980129
      le 06/06/2018 par Marie
      Voyage au cœur du chamanisme

      @ZTE
      Pareil chez les chrétiens.


    • #1982121
      le 09/06/2018 par Nono
      Voyage au cœur du chamanisme

      Le chamanisme permet d’exorciser ses propres démons, c-à-d, la part d’ombre que l’on ne veut pas voir en soi. L’Ayahuasca et autres amènent cela de manière brutale et sans concession (ce qui est très bien expliquée dans cette expérience). Forcément, pour nous occidentaux qui sommes dans le mental, ça peut secouer et même créer des dégâts psychiques si l’on n’est pas prêt à recevoir


  • #1980018
    le 06/06/2018 par Chris
    Voyage au cœur du chamanisme

    Oui et tout un tas d’autres personnes ont vécu l’expérience la plus traumatisante de toute leur vie. Avec l’ayahuasca, ont vraiment cru qu’elles allaient mourir et en ont gardé de lourdes séquelles. Certaines en sont même mortes, donc faites très attention avec cette plante, ça ne marche bien qu’avec des gens ayant des aptitudes bien particulières. Se sentir devenir une plante ou être "décorporé" peut vous percher à tout jamais. La désintégration totale de votre ego, imaginez seulement ce que ça peut être, de quoi provoquer une immense terreur.
    Bref, cet article est bien car il nous fait vivre une expérience chamanique positive mais c’est loin d’être toujours le cas et il aurait été bien de le préciser aussi. L’ayahuasca est dangereux, sachez-le. Si c’est interdit en France, ce n’est pas pour rien.

     

    • #1982116
      le 09/06/2018 par Nono
      Voyage au cœur du chamanisme

      Hello,
      En France, le chamanisme se pratique via la respiration holotropique (hyper-ventilation) et le tambour chamanique (qui permet de guider les personnes)... Le chamanisme permet une introspection de son soi profond (inconscient/subconscient) en trouvant son animal de pouvoir ou animal totem (ours, aigle, loup...) qui sera le guide du "pratiquant" par rapport à l’intention qu’il aura pré-alablement poser avant la scéance.
      Et donc, le chamanisme permet entre autres de contacter notre part d’ombre et de libérer ainsi des émotions anciennes ou récentes, qui nous entravent.
      Ou de voir notre vie et nos projets de vie dans une lumière nouvelle.
      Et de mieux nous connaître nous-mêmes.


  • #1980157
    le 06/06/2018 par Enys M.
    Voyage au cœur du chamanisme

    Bonjour M.Dantin, votre expérience m’intéresse et j’aurais voulu savoir qui dois je contacter pour faire un séjour/retraite de ce type ? Merci d’avance


  • #1980188
    le 06/06/2018 par Hugues Dantin
    Voyage au cœur du chamanisme

    Chers camarades,
    Merci pour vos messages, certains m’ont profondément touchés (suis-je devenu une fiotte avec cette merde d’Ayahuasca ?!). D’autres messages témoignent, par leur vigueur, du fait que le patron a vraiment toujours raison. Avant publication, il m’avait averti que mon article était « hautement polémique ! ». Je le comprends que maintenant !
    Bon, n’avons-nous pas d’autres combats à mener que de nous prendre la tête sur qui connait l’être le plus éveillé, qui a mieux compris que l’autre les mouvements religieux, ésotériques ou philosophiques.
    Cet article n’avait d’autres intentions que de partager une expérience, démarche somme toute assez naturelle entre humains, n’est-ce-pas ? Aucun prosélytisme, aucune envie de convaincre qui que ce soit de quoi que ce soit, un simple témoignage donc.
    Alors, à nos combats de la vraie vie, à l’intérieur comme à l’extérieur.
    Courage à tous, les années qui viennent seront agités, avec ou sans Ayahuasca…
    Hugues Dantin

     

    • #1980274
      le 06/06/2018 par Lacedemone
      Voyage au cœur du chamanisme

      Vous êtes le symptôme typique de l’Occidental en perdition morale et identitaire.
      Vous êtes Français, vos ancêtres étaient catholiques, sont morts parfois pour leur Foi, vous ne pouvez faire 10 km dans votre pays sans croiser un édifice majestueux élevé en l’honneur du vrai DIeu qui s’est révélé en Jésus Christ, et vous voilà à fantasmer sur des erreurs ridicules pseudo-mystique orientales.

      Que Dieu vienne en aide à notre peuple vidé de sa substance. Les Eglises sont vides, et voilà partout des exemples de jeunes qui ne font même pas l’effort de s’intéresser à ce qui a fait la grandeur de leur civilisation.

      Ce n’est pas à moi de vous juger, mais croyez moi, l’addition sera salée, les Français ayant moins de raison que quiconque au monde de tourner le dos à la Foi, compte tenu de notre histoire.


    • #1980305
      le 06/06/2018 par fauconpelerin
      Voyage au cœur du chamanisme

      Le courage de la découverte et les mondes subtiles

      Grand merci Hugeus Dantin, merci aussi a l’ouverture légendaire d’Esprit ER.

      En fait il faut dire ici que je peux témoigner de que on peut aller a des mondes ailleurs -autres dimensions- avec quelques jour de jeune, forte intention d’y aller et l’humilité nécessaire face a la vaste beauté de la contemplation de la nature, un peu par tout.

      Bien évidemment certains lieux de la mère terre, sont plus propices que d’autres. Les anciens Chrétiens avaient déjà la connaissance des ponts de force tellurique pour bâtir ses bâtiments. En faisant une sorte de que la plupart des citoyens aient la chance d’en bénéficier de ces énergies pendant le vraie rite de la messe ou au repos méditatif, tout simplement.

      Donc forte volonté intuitive, humilité et courage en la découverte des mondes parallèles. Mon royaume n’est pas de ce monde -yeshua ben yosef dixit-. Aucune substance nécessaire ni rien du tout.

      Vous étés très doué pour la narrative de la découverte d’autres mondes. Continuez Mr Dantin et a l’occasion filez nous cette précieuse adresse des Alpes. On aurais bien besoin pour s’entrainer a comprendre le changement énergétique que approche -on est déjà dedans- et par conséquence le changement de pouvoir plus grande connu en la civilisation qui es la notre.

      Quel honneur d’avoir croisé quelque part ER. De lire en ce merveilleux forum -unique dans le monde cybernétique-

      Merci camarades, j’adore votre bravoure, si on gagne cette bataille qui nous décrit Hugues, on est mieux barré pour faire face aux méchants organisés, que connaissant la Loi, essaient de fermer les portes du ciel -l’au delà- en satanisant la vie de tous les jours et des honnêtes gens.

      Tout le monde aurais compris....


    • #1981346
      le 08/06/2018 par Mordicus
      Voyage au cœur du chamanisme

      Merci M. Dantin pour ce récit, vous avez une belle plume. J’avais déjà entendu parler de la ayahuasca et je trouve intéressant de lire ce témoignage sur ER.

      Par contre, les chevaliers du forum sont de plus en plus épuisants... Ils se prennent pour le patron alors qu’il n’a pas fait que des commentaires internet, lui. Et qu’ils aillent donc à l’église au lieu de nous en ecoeurer !
      Celui qui vous alpague au dessus est vraiment un beau spécimen.

      Je suis en Thaïlande en ce moment et j’ai l’impression que les gens ne se battent pas pour des opinions. Ici, on suit le Roi.
      C’est peut-être un des résultats de la ’démocratie de marché et d’opinion’ que nous subissons en France ?
      Je précise (avant la réponse des donneurs de lecon) que la Thaïlande est loin d’être parfaite à mon gout, ainsi que sa ’religion’ dominante.
      J’aimerais la comparer avec les Philippines ou la Corée du Nord lors de mon prochain voyage.

      Ps : je voyage en Thaïlande donc je suis aussi une caricature de l’occidental qui se cherche, merci d’avance Messieurs .

      Bien à vous,
      Mordicus.


    • #1981455
      le 08/06/2018 par tingerlilly
      Voyage au cœur du chamanisme

      A Hugues Dantin
      Il n’ a pas de hasard : je tombe sur votre article alors que depuis quelques temps je m’intéresse au chamanisme (il y a bien sur un effet de mode, articles dans les journaux...etc) dans le journal "soleil levant" distribué gratuitement dans les magasins Biocoop on trouve pas mal d’adresse de retraites, mais sans connaître les personnes c’est difficile de se décider..pourriez vous m’indiquer en MP où vous avez fait ce séjour ? et avec qui ? merci à vous, je peux continuer la conversation en MP.


  • #1980565
    le 07/06/2018 par Yol V
    Voyage au cœur du chamanisme

    Récemment, en écoutant la conférence de Claire Colombani/ER sur le Moyen-âge, j’ai été interpellé par son passage sur le génie culturel français d’alors "national et patriote" (enraciné) avant la Renaissance, et sur son aspiration d’historienne à davantage croiser ses recherches avec l’Histoire de l’Art.
    Il me semble qu’un complément essentiel serait un croisement avec l’Histoire de la botanique et de l’usage de substances visionnaires. Les pratiques populaires et "savantes", la répression des sorciers, l’apport des échanges avec d’autres sociétés contemporaines lointaines ...

    Autrement, le reportage de Vincent Lapierre (gal) "Dieudonné en cavale" : émouvant de voir Dieudo, son équipe, son public dissidents amenés à évoluer en pleine campagne, dans une rencontre symbiotique avec la Nature, le Cosmos.
    Plutôt que d’envisager comme certains un hypothétique soutien bienveillant d’entités extra-terrestres envers l’humanité chutante, je préfère encore croire en une coopération retrouvée avec les forces spirituelles naturelles.

     

    • #1980626
      le 07/06/2018 par Hugues Dantin
      Voyage au cœur du chamanisme

      Yol V
      Oui ce serait intéressant. Nous l’avons oublié mais en Europe comme partout où il y a eu des hommes, il y a eu des guérisseurs, des sorciers.
      En France, nous en avons perdu les recettes précises, mais 4 plantes magiques, au delà des champignons dont le plus emblématique est Amanita muscaria, ont été utilisés pour la fabrication d’ongents, plantes que l’on trouve facilement dans la nature.
      Elles sont bien plus dangereuses et délicates à l’utilisation que l’Ayahuasca, car elles sont ... mortelles :
      Atropa belladona
      Datura stramonium
      Hyoscyamus niger
      Mandragora officinarum

      Riches en alcaloïdes tropaniques, la mort est assurée au delà d’une certaine dose, relativement proche de la dose entraînant les visions. Ca ne rigole pas...


    • #1980691
      le 07/06/2018 par Yol V
      Voyage au cœur du chamanisme

      Hughes Dantin : "En France, nous en avons perdu les recettes précises..."
      De même les rituels adéquates pour un apprentissage initiatique prudent et efficace.

      Le docteur Jacques Mabit, une sommité dans la connaissance de la médecine amazonienne l’explicite bien, notamment dans les 15 premières minutes de cet entretien ; la suite étant davantage consacrée au long processus (9 mois) de désintoxication aux addictions élaboré dans son centre péruvien.


    • #1980968
      le 07/06/2018 par Hugues Dantin
      Voyage au cœur du chamanisme

      Yol V très intéressante cette vidéo ! Merci


    • #1981307
      le 08/06/2018 par paramesh
      Voyage au cœur du chamanisme

      @ Hugues, vous oubliez la principale au niveau symbolique : l’ergot de seigle qui entrait dans la composition des gâteaux rituels des mystères d’Eleusis . Tout impétrant devait prononcer la phrase
      "J’ai jeûné ; j’ai bu le cycéon ; j’ai pris dans le panier"
      l’initiation comprenait une phase psychotrope assez violente (ref : les mystères d’Eleusis, Paul Foucart)
      quant à Dyonisos la divinité autour de laquelle tournent les mystères, les trois plantes qui lui sont associées sont le lierre la colchique(safran) et le laurier sauce, mortelles à haute dose et curatives à petite dose.
      la cuisine sacrée oscille toujours entre mort et renaissance


  • #1980641
    le 07/06/2018 par MP
    Voyage au cœur du chamanisme

    Le mot ’’Chakra’’ veut dire ’’disque’’ en sankrit et désigne un capteur-analyseur du milieu. Les chakras fonctionnent par binôme. Un seul capteur d’ouvert, ne fait que capter, et ne peut analyser. Les chakras répondent donc à la Loi de Bipolarité, et surtout ne souvrent qu’en fonction de la Loi d’Evolution, c’est-à-dire qu’ en fonction de la maturité de l’être selon ’’les étapes calendaires’’ de sa vie, si bien sûr l’être n’est pas bloqué et n’a pas été ’’abîmé’’ par un système conditionnant ayant empêché le développement cet être... Il paraît donc difficile, d’un point de la nature, d’ouvrir les chakras sur commande... Bref...

     

    • #1982163
      le 09/06/2018 par Nono
      Voyage au cœur du chamanisme

      Voir Jean-Jacques Charbonnier (également médecin ré-animateur) qui pratique la TCH (trans-communication hypnotique) qui fait ouvrir les chakras auprès des expérienceurs en début de scéance de TCH. ;-)


    • #1982188
      le 09/06/2018 par MP
      Voyage au cœur du chamanisme

      Pauvre monde...


  • #1981889
    le 08/06/2018 par Hugues Dantin
    Voyage au cœur du chamanisme

    Les personnes souhaitant me contacter peuvent le faire à travers FB en message privé


Commentaires suivants