Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Vers une nouvelle "révolution colorée" au Kirghizistan ?

Le Kirghizistan se trouve à nouveau au bord de la révolution. À deux reprises, en 2005 et 2010, la crise politique du printemps s’est terminée par un changement de gouvernement. Cette année, l’opposition politique a entrepris une nouvelle tentative d’offensive contre le pouvoir en place. Que veulent ces opposants du pouvoir ? Un Maïdan kirghize est-il possible ?

Chaque printemps, les citoyens du Kirghizistan, et notamment les habitants de la capitale, Bichkek, sont inquiets. Car c’est au printemps que le calendrier politique du pays est particulièrement chargé. Le 24 mars 2005, à la suite d’une « révolution de tulipes » le président kirghize Askar Akaïev a été renversé. Cinq ans plus tard, le 17 avril 2010, le président Kourman bek Bakiev était obligé de fuir le pays. Les deux révolutions ont été accompagnées par une effusion de sang, des vols et des pillages. Depuis lors, les forces d’opposition organisent des actions chaque printemps. Et avril 2014 ne fait pas exception. Le mouvement national d’opposition formé tout récemment organise des rassemblements à travers le pays. L’action qui a réuni le plus de manifestants a eu lieu à Bichkek, la capitale du pays. Le leader des forces de l’opposition Ravchan Jeenbekov explique quelles sont les exigences des manifestants. Selon l’opposant, le président actuel abuse régulièrement du pouvoir, persécute l’opposition, conclut des transactions illégales et libère des criminels.

« Nous sommes opposés à la concentration du pouvoir dans les mains d’Atambaev, explique-t-il. Ensuite, nous voulons que le pouvoir réexamine sa décision par rapport à la mine de Kumtor. Troisièmement, nous voulons que les personnes coupables de la libération de Batoukaev soient punies. Quatrièmement, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher Atambaïev de vendre l’aéroport de Manas. »

Lire la suite de l’article sur french.ruvr.ru

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • J’ai tout l’impression que l’oncle Sam et ses sbires, à défaut de pouvoir l’attaquer frontalement, ont entrepris de grignoter la sphère d’influence de la Russie petit bout par petit bout, afin de l’affaiblir...

    Vous ne trouvez pas que ça y ressemble bougrement, vous ?


  • Une nouvelle étape dans l’encerclement de la Russie, le bras de fer d’influence entre l’impérialisme américains et l’impérialisme russe, qui tente de se relever, continue !!


  • Mon épouse est Kirghize, et je peux vous affirmer que le Kirgizstan est prondondément instable politiquement, avec une classe politique corrompue, le plus souvent obeissant à des interêts tribaux (l’appartenance à des clans est ancrée dans l’identité kirghize). Ce qu’il en ressort de plus en plus est la possibilité d’un retour du Kirghizstan dans le giron russe. Si vous avez la chance de discuter avec des kighizes éduqués (il y en a pléthore dont mon épouse), cela semblerait la solution la moins douloureuse sachant le désordre socio-politique et économique du pays depuis la chute de l’Union Soviétique. Ce scenario n’est donc pas à prendre à la légère, les kirghizes étant plutôt proche des russes culturellement et préférant nettement l’ordre au désordre, et un ordre assuré par un pays "ami". De fait, il y a un rejet de la volonté d’influence et de domination chinoise dans le pays et la region, ainsi qu’une méfiance ancrée à l’égard des américains. Il n’est donc pas impossible à terme de revoir le Kirghizstan devenir une sorte de province russe, si l’ordre ne revient pas.


  • Selon Z Big Brezinski, C’est là que commence la 3ième guerre Mondiale...


  • Quelle chance ! Les Khirghizes parlent le Russe
    V. Poutine fera ce qu’il faudra, c’est sur.


  • @Florent : les kirghizes n’ont rien n’à avoir avec les russes culturellement. Mais a l’heure actuelle il vaudrait mieux un rapprochement avec la Russie que de tomber dans le piège du panturquisme sponsorisé par les USA par le biais de sa marrionnette qu’est la Turquie...