Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

10 chiffres pour comprendre pourquoi l’Algérie a peur d’une crise sociale majeure

L’ex-bon élève du Maghreb qui cumulait excédent commercial, croissance soutenue et faible endettement voit sa situation se détériorer à toute allure du fait de l’effondrement des cours du pétrole. Avec un baril à 110 dollars, l’Algérie pouvait financer un État-providence qui achetait la paix sociale dans ce pays où près de 30% des jeunes sont au chômage. À 35 dollars, elle est contrainte de tailler dans les subventions des produits de base, de relever le prix de l’essence et de l’électricité, d’imposer des quotas d’importations. Le gouvernement redoute une crise sociale majeure.

 

96%

L’économie de l’Algérie repose depuis des décennies sur le gaz et le pétrole qui représentent 96% de ses exportations, près de la moitié de son PIB et 60% des recettes budgétaires de l’État. Autant dire que l’effondrement des prix est une catastrophe. Les revenus pétroliers du pays ont chuté de 70% depuis l’été 2014 a rappelé dans un communiqué le président Bouteflika la semaine dernière avant d’avertir ses concitoyens qu’ils allaient devoir affonter des temps difficiles. L’Algérie est un des pays les plus touchés par cet effondrement avec le Venezuela et la Russie.

 

750 milliards de dollars

Ce sont les rentrées colossales générées par les exportations de pétrole et de gaz entre 1999 et 2014. L’Algérie est le cinquième pays producteur de gaz et le 13ème producteur de pétrole. Problème, cette manne a très peu été investie dans le développement de l’économie nationale : elle a surtout servie à acheter la paix sociale en finançant des produits de première nécessité comme le lait, le sucre, la farine ou l’électricité et des augmentations de salaires versés aux fonctionnaires et employés des entreprises publiques.

 

+40%

L’augmentation du prix de l’essence depuis le 1er janvier est liée à la réaction du gouvernement qui n’a plus les moyens de subventionner des dizaines de produits, ce qui était pour lui le moyen de soutenir le pouvoir d’achat des Algériens. Un pouvoir d’achat déjà amputé par l’affaiblissement de la monnaie, le dinar qui a baissé de 15% en un an par rapport à l’euro. Le gouvernement a aussi décidé de tailler dans les grands projets d’infrastructures, en reportant des chantiers de nouvelles autoroutes et des créations de lignes de tramway dans plusieurs villes. Tant pis pour le chômage qui grimpe.

 

12,7%

Le taux de chômage qui frappe 1,33 million de personnes, monte depuis deux ans. Il touche massivement les jeunes (moins de 25 ans) et le ralentissement de l’économie n’améliore pas leurs perspectives bien au contraire : en un an seulement, leur taux de chômage est passé de 25,2% à près de 30%, selon l’Office National de la Statistique.

 

-13,7 milliards de dollars

La balance commerciale du pays est déficitaire pour la première fois depuis un quart de siècle, plombée par l’effondrement des recettes liées aux hydrocarbures. Or les Algériens importent tout ce qui entre dans leurs magasins, même les dattes, les oranges ou la semoule. En janvier, le gouvernement a donné un coup de frein en mettant en place des licences d’importations sur les véhicules et le ciment notamment. Objectif ? Réduire la facture des importations bien sûr : le quota d’importation de véhicules a ainsi réduit de moitié (à 152 000 unités) par rapport au nombre importé l’an dernier. Malgré cela le ministère des Finances prévoit un nouveau déficit de la balance commerciale à hauteur de 26 milliards en 2016.

Lire la suite de l’article sur capital.fr

L’Algérie peut-elle décoller avec un pouvoir figé ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "a peur d’une crise sociale majeure"

    En écoutant les vidéos d’Aldo Sterone, je n’ai pas vraiment l’impression que ce pays ait connu un jour ses trentes glorieuses d’où mon incompréhension pour le titre. Peur de quoi ? A moins que c’était sous forme d’ironie ? Je n’ai jamais entendu une bonne nouvelle venant de ce pays. La seule chose qui semble être stable c’est le marasme dans laquelle elle se trouve depuis son indépendance.

     

  • Qui va s’occuper des pauvres petits Polisarios maintenant ? Je suggère d’importer un peu de démocratie dans tout ce merdier. Allez BHL, on t’écoute !


  • Je ne crains que cette situation soit similaire dans tous les pays. Qui entraînera qui, peut importe, la finalitė est que tout les peuples vont encore devoir payer un lourd tribu

    PS : a tous ceux qui se réjouissent de la probable chute de l Algérie, je tiens à vous préciser qu’ il n est pas sain de souhaiter le malheur a autrui, de plus dire que c est la France qui a élevé et éduquer l Algérie je pourrais en dire autant des américains vis à vis de la France, donc un peu de maturité svp

     

  • L’Algérie depuis la fin des années 70, son industrie ainsi que son agriculture commençaient à se détériorer pour arriver a un effacement total aux profits des nouvelles boites dites import-exports mais, en réalité se sont des bureaux import-imports. Toutes les initiatives pour revenir à l’industrie et à l’agriculture ont étés vaines.
    Les barons du fonciers ont spoliés des terres agricoles pour les revendre et bétonner pour une nouvelle classe de "bourgeois".

    Le chômage ! personne ne peut dire exactement ou approximativement le nombre de personnes concernées. La plupart des gens vivent avec la débrouille, petit commerce, à la sauvette et autres sytèmes D.

    Le problème Algérie ne date pas d’aujourd’hui, faut remonter à l’indépendance, tout a été fait pour que ce pays ne relevera jamais la tête. C’est long à raconter et, aussi compliqué que l’on pense.


  • Beaucoup de blabla dans cet article quasiment à charge et truffé d’erreurs factuelles comme la supression d’un million de postes de fonctionnaires (d’où il la sort celle-là alors que le chiffre des fonctionnaires se situe aux alentours de 1.5 millions ?) ou encore parlant de l’importation, il cite les dattes et les oranges, il faut pour cela vraiment ne rien connaitre.
    Bref, comme d’hab ça manque de source, ce qui est une réalité lorsqu’il s’agit de ce pays, donc on invente...

     

    • Exactement, ça sent la propagande à ce boucher le nez. Comme par hasard juste avant la visite de Sergueï Lavrov. Le plus drôle c’est que certains y croient.


    • Travaillant pour une société d’import/export je connais les chiffres de la CMA-GGM et j’ai constaté que depuis de nombreuses années les conteneurs partent pleins de France mais reviennent a 90% vides d’Algérie, ça en dit beaucoup sur son économie actuelle.
      C’est un triste constat pour beaucoup, y compris moi même, de voir un pays avec une rente pétrolière qui ne développe pas d’agriculture ou d’industrie.
      En même temps la situation Française n’est guère meilleure, elle tend plutôt a détruire son industrie et son agriculture existante depuis des années, ce qui est tout aussi malheureux.


    • Je viens de trouver cet article sur le site de algerie-focus.com :
      http://www.algerie-focus.com/2015/0...

      Je me contenterai de citer le titre de l’article :

      "L’Algérie importe désormais des pastèques, des dattes et même du couscous !"

      L’Algérie importe la plus grande partie des céréales qu’elle consomme, et la semoule est faite à partir du blé dur...

      Concernant le nombre de fonctionnaires, les statistiques officielles du gouvernement algérien donnent le nombre de deux millions :
      http://www.dgfp.gov.dz/fr/stat.asp


    • @ harty
      En réalité, vous faites un constat de ce que vous avez observé, ce qui n’est qu’une impression pas une information. Or, vous savez très bien que les compagnies maritimes n’ont pas forcément d’agrément ou de clients dans les deux sens. La seule indication que je relève c’est que les échanges franco-algériens ont beaucoup diminué en raison, très souvent, d’une diversification voulu côté algérien.

      @Horzabky
      L’importation est une réalité que personne ne peut nier mais les dernières décisions de stopper net les importations dans l’agroalimentaire a obligé plusieurs entreprises à investir dans cette industrie. Il était temps !
      Quant aux informations que l’on trouve ici et là, je m’en méfierais. D’une part, la presse algérienne est très faible et ne s’est pas encore mise à niveau, d’autre part, tout ce qui relève de l’information stratégique est quasiment impossible à trouver. Il me semble que c’est un choix volontaire des autorités algériennes pour se prémunir contre la voracité de l’Empire (c’est mon interprétation).
      Pour ce qui est des dattes, celui qui a écrit l’article est un « âne bâté », il ne connait rien au secteur. Ce qu’il faut savoir justement c’est que la datte algérienne est exploité mondialement mais les importateurs finaux ne savent même pas son origine, la plupart croient qu’elle est tunisienne. Je le tiens directement des producteurs. La commercialisation de la datte algérienne, en raison de sa qualité exceptionnelle, profite aux trafiquants et aux lobbies…. Je n’en dirais pas plus ;-)
      Quant aux fonctionnaires, le chiffre approximatif que j’ai donné correspond à celui que vous donnez. Un contractuel n’étant pas par essence un fonctionnaire (CQFD)…


    • @ solmed
      Les chiffres sont les chiffres, vous pouvez vous leurrez sur leur sens autant que vous voulez. De plus vous parlez d’agréments maritime or, même ne faisant pas partie de l’OMC, ceux d’Algérie s’obtiennent assez facilement. (c’est une question de temps seulement)
      A savoir qu’il n’est pas très rentable pour un transporteur de faire voyager un conteneur vide et qu’il ouvre une ligne dès qu’il obtient les agréments nécessaires dans les deux sens, espérant alors remplir au maximum ses boîtes.


  • "c est la France qui a élevé et éduquer l Algérie..."

    Ce n’est pas en énumérant des faits que je souhaite le malheur à quiconque. Il y a des choses que nous, anciens colonisés, il faut parfois oser admettre. Quand les Français étaient là, il n’y a jamais eu autant de routes - pour ne pas dire toute l’infrastructure - qu’ont été construites ; toute l’architecture dans la ville d’Alger est française ; ça en dit long sur ce qui il y avait avant. Ce sont des faits que tu peux aisément vérifier par toi-m^me en lisant des bouquins de Bernard Lugan ou d’autres auteurs.
    A propos, j’ignorais que les ricains avaient appris quoique ce soit aux Français.

     

  • "Les experts estiment que si les tendances actuelles se prolongeaient, la Sonatrach, la compagnie nationale, n’aurait plus rien à exporter d’ici 2025. D’où les ordres venus du sommet de l’Etat d’accélérer la prospection des ressources en gaz naturel. Et l’intérêt marqué pour le gaz de schiste dont les réserves pourraient être supérieures à celles du gaz naturel."

    Sauf que le gaz et le pétrole de schiste coûtent cher à produire, et cette production pollue beaucoup. Pour produire un litre de pétrole de schiste, il faut trois ou quatre litres d’eau, que l’Algérie n’a pas. Exit donc le pétrole de schiste. Le gaz de schiste pourra - peut-être - reculer l’échéance de cinq ans. Pas plus : les puits s’épuisent très vite.

    Le gaz de schiste n’est rentable qu’aux Etats-Unis, car ce sont les seuls pays qui ont les moyens de créer une bulle financière (autrement dit, une arnaque de banksters). Ailleurs, on dépense plus d’argent à extraire le gaz de schiste qu’il n’en rapporte.

    Même si de grandes réserves de gaz naturel sont découvertes, ce qui reste à voir, le gaz ne remplace pas le pétrole dans toutes ses applications. Mais dans le meilleur des cas, comme je l’ai dit, on ne fait que repousser l’échéance de quelques années.

    2025, c’est dans 9 ans. Ça viendra très vite. Est-ce que d’ici là l’Algérie a les moyens de construire des centrales solaires, analogues à celle de Ouarzazate au Maroc ? C’est pas sûr, car l’argent devra venir de quelque part, or l’Algérie en est déjà à faire des coupes sévères dans ses budgets sociaux...

    "les Algériens importent tout ce qui entre dans leurs magasins, même les dattes, les oranges ou la semoule."

    En 2025, ils paieront leurs importations avec quoi ?

    Comme l’Algérie ne vit pas dans une bulle, il y a gros à parier que la situation de l’Egypte (85 millions d’habitants à ce jour) sera encore pire. Bref, question migrations de masse, et aussi guerres et famines, on n’a encore rien vu.

    Désolé de vous casser le moral, chers lecteurs et lectrices d’E&R. Si quelqu’un peut me prouver que j’ai tort, je suis preneur...

     

  • l’Algérie a deux problèmes majeurs , elle n’en a pas d’autres : D’abord la corruption des chefferies et des "elites " FLN post- indépendance , et ce problème est surtout lié à la complicité des state occidentaux dont la France , la Suisse et le Canada qui permettent la double nationalité pour les enfants de ces potentats et les facilités bancaires pour blanchir leurs fortunes mal acquises ....
    Le deuxième problème de l’Algérie c’est l’intrusion dans sa société de la culture religieuse et politique du Wahabisme saoudien et des frères musulmans internationaux qui ronge structurellement le corps national algérien en installant la division , la paresse , la culture du Harem , les mœurs sauvages des émirs , la violence , la haine de l’autre , le charlatanisme théologique , la régression urbaine , mentale et scientifique , la saleté , la culture politique monarchiste de l’allégeance au prince , le sectarisme islamiste , le gout de la laideur , l’intolérance ...Toutes ces mœurs anti-humanistes étrangères aux représentations du monde berbères algériennes et au nationalisme algérien ; mais implantées grâce à la subversion des frères musulmans égyptiens et aux dollars des monarchies saoudiennes et qatariennes
    La corruption généralisée et le wahabisme empêche toute perspective fiable au développement et au projet de civilisation en Algérie ...Les algériens ont vécu depuis des millénaires sans pétrole et travaillaient dans leur pays même sous l’occupation des empires ... La chute des prix du pétrole est perçue par les nationalistes algériens en general comme une Bonne Nouvelle et une chance pour le redressement moral et économique national


  • C’est dommage que cet article ne constate pas aussi tout simplement que la situation actuelle algerienne est la meilleure qu’elle ait connu depuis son independance, et qu’elle est meilleur que tous les autres pays de la region.


  • Les Français doivent s’attendre à un afflux massif d’immigrés venus d’Algérie .

     

    • Ne vous inquiétez pas l’algérien ne veut plus venir en France.


    • Ben oui, tiens. Et après, une fois la France colonisée jusqu’au trognon et le dernier champ de blé bouffé, ils iront coloniser l’espace à dos d’âne pour trouver de la bouffe, c’est ça ?


    • Je ne crois pas qu’ils aient attendu.

      Parmi les "migrants syriens" on trouve de tout dont de nombreux Algériens et Marocains. Ce qui pousse les gens à l’émigration clandestine c’est avant qu’elle soit possible, avec l’ouverture de fait des frontières européennes et le laxisme des politiques d’accueil.

      Si un gouvernement démocratique prend le pouvoir en Europe, avec un peu de volonté politique le nombre de migrant chutera brutalement. Avant le "rideau de fer" et le mur de Berlin, des millions d’Est-Allemands avaient fuit à l’Ouest. Moscou a décidé que cela devait suffir et en quelques temps plus personne ne passait. Genre 100 par an vers la fin. Alors qu’il s’agissait d’une frontière terrestre au milieu d’un même pays !!!

      A mon avis l’afflux de migrants sera plutôt dans l’autre sens, une sorte de "valise ou cercueil inversé" en plus civilisé.


  • Elle a surtout une jeunesse qui ne pense qu’à s’amuser et à zoner. Il est normal que ce pays ne connaisse que cette manne pétrolière pour survivre.


  • La situation de décrépitude de l’Algérie n’ est pas récente.
    Les pénuries en tout genre font partie du quotidien de la population algérienne depuis des décennies.
    La France avait pourtant laissé de nombreux atouts à ce pays avant l’indépendance (bon réseau routier, lignes ferroviaires, agriculture florissante, gisements de pétrole et de gaz). Tout cela a été dilapidé par l’incompétence et la corruption de la classe politique algérienne.
    Ainsi, au début des années 80, l’Algérie devait importer des tomates de Roumanie (le comble pour un pays méditéranéen....) qui étaient vendues à un prix exhorbitant !
    Les magasins étaient aussi vides que dans les pays communistes et le peu qu’on y trouvait était hors de prix.
    La population algérienne ne survivait que par la combine et le marché noir.
    D’autre part l’Algérie disposait d’un potentiel touristique hors pair (plages, montagnes , désert, patrimoine culturel...) qui aurait pu lui permettre de diversifier son économie.
    Je pense que les algériens en ont assez de ce gâchis.
    L’Algérie pourrait être un pays aussi riche que certains pays européens si elle avait été gouvernée de façon intègre depuis son indépendance.

     

    • « La France avait pourtant laissé de nombreux atouts à ce pays avant l’indépendance (bon réseau routier, lignes ferroviaires, agriculture florissante, gisements de pétrole et de gaz). »

      Vous dressez l’actif légué à l’ex colonie qui dès lors et pour longtemps fut désigné comme un pays du tiers monde. Sans doute dépourvu des atouts que sont le 21, l’excuse, le petit, les rois et les dames ;) Vous reviendrez pour dressez le passif.

      Je ne connais pas le "bon réseau routier", ni le réel réseau routier au jour de l’indépendence de l’Algérie. Comme pour les autres colonies, il fallait bien construire des infrastructures pour exploiter les ressources africaines. Je doute que les infrastructures aient été construites par altruisme.

      En revanche je connais et vous fais part du réseau autoroutier en France.
      En 1960, il y avait 174 km d’autoroute.
      En 1962, il y avait 244 km d’autoroute. Ce qui n’est pas énorme. S’il n’y avait en France que 244 km d’autoroute en 1962, année de l’indépendance de l’Algérie, on peut à partir de là essayer d’imaginer quelle dimension avait le réseau routier algérien.

      En 1960, en RFA, il n’y avait pas 244 km d’autoroute. Il y avait 2550 km d’autoroute.
      En 1970, il y avait en France 1599 km d’autoroute tandis qu’en RFA il y avait 4110 km d’autoroute.

      La RFA ne faisait pas parti du tiers monde contrairement à l’Algérie. On voit aujourd’hui quel rang économique occupe l’Allemagne, la France et l’Algérie. Il n’y a à ce jour aucune ancienne colonie qui soit économiquement passée devant le pays qui l’a colonisé. Des pays sont encore tenus par le franc cfa par exemple qui n’est pas un atout.

      Par ailleurs je suis d’accord avec vous sur la mauvaise gestion économique algérienne et la corruption des politiques qui se sont succédés au pouvoir.

      Aussi je suis d’accord avec vous sur l’aberration des importations des nombreuses denrées alimentaires pourtant simple à produire.

      Je rajouterai que ce pays (comme d’autres) ne s’est même pas doté, au moins, d’un seul hôpital de grande importance qui aurait les moyens de soigner son président de la république ;)


  • Si c’est vrai c’est triste... Il faut que ce peuple se réveille aussi et se libère..... !


  • La remigration de tous les Maghrébins de France refusant leur francisation pourrait être une manne pour le pays. Cette remigration est inévitable, sera un déchirement pour beaucoup, mais pourrait avoir aussi de bonnes conséquences.


  • Quand on le dernier classement PNUD, on remarque que l’Algérie est très loin devant le Maroc.
    En matière de développement humain, les indices socio-économiques dépassent très largement ceux du Maroc :
    Algérie 83 eme pays à développement élevé, Maroc 126 eme pays à développement moyen.

    Cet article omet volontairement tout ce qui a été réalisé ces dernières années en Algérie grâce à cette manne pétrolière et qui font que ce pays se développe et justifie sa place actuelle dans le classement PNUD (infrastructures, transports, logements, éducation, consommation, armements,...)
    Meme l’agriculture en Algérie, dont le Maroc se vante tant, utilise beaucoup beaucoup plus de machines modernes agricoles que son voisin de l’ouest.
    Le Maroc quant à lui est déjà affecté par la chutes des cours de pétrole car ses maîtres du golfe ne peuvent plus le financer comme il le voudrait.
    Il vient d’ailleurs d’annuler l’organisation du prochain sommet arabe car ses parrains du golfe embourbés au Yemen sont devenus moins généreux.

    Et ceux qui sont intéressés par la fabuleuse et authentique histoire de l’Afrique du Nord je vous conseille de lire Ibn Khaldoun et son encyclopédie La Moqqadima.
    Les marocains apprendront ainsi que leur pays n’a jamais existé avant la conquête musulmane de l’Afrique du Nord.
    Ils apprendront également que le royaume de Numidie, ancêtre de l’Algérie ( plus de 3000 ans d’histoire) actuelle régnait sur toute cette partie du monde avec comme capitale Cirta/Constantine et avec sa propre Armée et sa propre monnaie.
    Ils apprendront également que plus de 90% des figures historiques de l’Afrique du Nord sont originaire de l’Algérie actuelle, le reste ne sont pas même originaire du Maroc actuel.
    Mais les sujets de la pédo narco monarchie sioniste ne le comprennent pas, leurs fort taux d’analphabétisme l’explique en partie.

     

    • Je ne vois pas en quoi le sujet a à voir avec le Maroc. Et puis de toute façon se comparer à son voisin dépourvu de pétrole et de gaz prouve déjà votre manque de logique et de courage intellectuel ( lorsqu’on se considère fort on se compare au plus fort). Pour terminer tout les pays arabes sont dans un état merdique, que ce soit l’Algérie , le Maroc ou l’Égypte c’est bonnet blanc, blanc bonnet. Niveau culture ,science,économie,sociale,et même spirituelle c’est le néant absolu......


    • Pourtant ce commentaire est vrai, on tire souvent à boulets rouges sur l’Algérie alors qu’en regardant les chiffres macroéconomiques (économie réelle et finance) d’autres pays ont une situation bien pire, il parle du Maroc dans son commentaire qui au niveau macro est une catastrophe, malgré une forte présence d’entreprise occidentale sur son territoire et le phosphate.
      L’Algérie est considérée comme un mauvais élève par les économistes du FMI à cause de sa fermeture et de son économie peu diversifiée, la faiblesse de sa spécialisation ne lui permet pas d’anticiper ses revenus futurs.
      En Algérie la production microéconomique a une part peu importante dans les revenus du pays, sans compter tous les petits revenus du peuple qui ne sont pas déclarés.

      Ensuite pour la partie histoire, il n’y avait pas d’état-nation avant, même si il est vrai que la grande majorité des pouvoirs maghrébins berbères sont originaires d’Algérie du nord, hormis les almoravides qui eux aussi d’ailleurs n’étaient pas originaire du Maroc.
      Le mouvement almoravide étaient principalement constitué au niveau de son élite de touaregs et d’un peu de sahraouis, la dynastie et leurs campements militaires se sont formés entre le sud de la Mauritanie et le nord du Sénégal, ils ont envahis progressivement le maghreb occidental et l’andalousie en s’appuyant notamment sur les fatwas abbassides.


  • Le problème majeur de l’Algérie et de plusieurs pays, c’est qu’ils sont dirigés d’outre tombe par un chef de guerre arabe, qui a engendré et continue d’engendrer des souffrances et des persécutions, à travers l’application d’une loi totalitaire empruntée à la loi juive. L’Algérie doit se débarrasser de cette malédiction, si elle veut se libérer sincèrement.


  • Bof, il y eu les partisans de l’Algérie Française à un moment... Là, certains commentaires nous cassent les couilles avec la France Algérienne... Nous les souchiens, on pense qu’ils sont "encore" malheureusement des sous-Français pour la plupart. Apatrides, plus Algériens que Français disent-ils mais là bas, intelligemment, personne ne voudrait d’eux. Le problème posé par l’article n’est pas de demander "l’avis des subventionnés et autres parasites", mais de montrer qu’une crise est possible dans ce pays. Pour ma part, en pensant à ceux qui vivent là bas et aiment leur pays, j’espère que ce problème sera réglé dans l’unité nationale algérienne. Les avis des franco-algéro-franco-algériens, mais qu’est-ce qu’on s’en tape, et surtout, là bas, les "purs" Algériens, qu’est-ce qu’ils s’en tapent aussi...


Commentaires suivants