Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

29 mai 1966, discours de Charles de Gaulle à l’ossuaire de Douaumont

Charles de Gaulle, l’évêque, les anciens combattants, le défilé militaire, la cérémonie est empreinte d’une incroyable solennité.
Des centaines de milliers de jeunes Français reposent là, sous leurs pieds.
Nous sommes le 29 mai 1966, loin, très loin de Hollande, Black M et des médias antifrançais.

« Sur ce champ de bataille, il fut prouvé, qu’en dépit de l’inconstance et de la dispersion qui nous sont trop souvent naturelles, le fait est qu’en nous soumettant aux lois de la cohésion nous sommes capables d’une ténacité et d’une solidarité magnifiques et exemplaires »

« La seconde leçon que nous enseigne Verdun s’adresse aux deux peuples dont les armées furent aux prises, si chèrement, et si courageusement, dans une Europe qui doit se réunir toute entière après l’affreux déchirement, se réorganiser comme le foyer capital de la civilisation »

Verdun et les hommes politiques d’aujourd’hui, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Revoir La Grande Illusion de Jean Renoir, lorsque les prisonniers militaires français et anglais donnent un spectacle devant leurs geôliers allemands, quand la nouvelle de la reprise de Douaumont intervient. Spontanément est entonnée une Marseillaise d’anthologie, provoquant le départ des Allemands de la salle et la mise au cachot de Maréchal alias Jean Gabin.


  • Très agréable de voir que le Général De Gaulle termine son discours par : "Vive la France" tandis que depuis 30 ans les présidents et ministres successifs terminent leurs discours par "Vive la République".
    Par ailleurs c’est un beau discours.

     

  • Beau discourt ,avec le peuple qui écoute dignement son Président .En 1966 ça avait de la gueule ,en 2016 ça ne ressemble à rien ,ça ne peut ressembler à grand chose puisque le président est insignifiant et que la dignité a fait comme ces pauvres soldats mort pour la France ,elle est enterrée . Pauvre France ,comment as -tu pu sombrer à ce point ??


  • je ne prend pas beaucoup de risques à parier que demain, Hollande ne rendra aucun hommage au maréchal Pétain, contrairement à De Gaulle, il y a 50 ans .


  • Dans la France encore chrétienne des années 1960, il était normal que les enfants de chœur fasse une haie d’honneur au chef de l’état et qu’une messe fasse partie d’une telle cérémonie commémorative .

     

  • "Notre pays ayant fait ce qu’il a fait, souffert ce qu’il a souffert, sacrifié ce qu’il a sacrifié, ici comme partout et comme toujours pour la liberté du monde, a droit à la confiance des autres ; s’il l’à prouvé hier en combattant, il le démontre aujourd’hui en agissant partout dans l’univers, NON PAS POUR PRENDRE ET DOMINER, mais POUR AIDER ou que ce soit, à l’équilibre, au progrès et à LA PAIX. C’est ainsi que la leçon de Verdun est liée directement à notre effort d’aujourd’hui. Puisse en être raffermie la foi de tous les Français et de tous les Hommes en LA VOCATION ÉTERNELLE DE LA FRANCE.
    VIVE LA FRANCE !."


  • #1475236

    C’est avec émotion que j’ai ré-écouté le discours du Général de Gaulle.
    Mon enfance a été bercée par les musiques militaires et ... Luis Mariano.
    Dans les années soixante, on dansait le twist et on respectait les militaires et nos anciens.
    Nous étions conscients des immenses sacrifices de nos parents pour la patrie et l’avenir des enfants.
    Black M n’est absolument pas à sa place à Verdun.
    Vive la France !


  • Il savait trouver les mots justes,Le Grand Charles !
    Quelle dimension par rapport aux tribuns de nos jours !


  • Je pleure... c’est tout.
    Il nous faut un vrai chef ou un Roi pour sauver notre Pays.
    Surtout ne venez pas faire de commentaire après ce que je dis ici...
    je n’ai pas le cœur à me batailler tandis que nous sombrons dans l’abîme jour après jour et sans apercevoir le bout du tunnel.

    Venez voir au sanctuaire de Ste-Anne d’Auray sur les murs de l’enclos les 130 000 noms des morts de 14-18... rien que pour La Bretagne !
    Ils se sont battus et ont donné leur sang et leur vie pour nous pour que nous vivions et soyons maîtres chez nous. Et maintenant nous sommes au bord de l’abîme... mais bon sang : que nous est-il arrivé ?
    Merci mon Général ! Je me souviens bien : nous avions un avenir, nous allions en vacances l’été, notre Pays devenait prospère et nous étions souverain chez nous... Nous avions cette certitude de faire partie d’une même et grande famille qui s’appelait La France. Chez mes parents nous ne faisions pas de politique politicienne : nous étions patriote, naturellement ; cela allait de soi.
    Nous aimions ce Général qui avait contribué déjà à sauver la France... Je le sais d’autant plus que mon grand-père faisait partie de la Résistance et son fils aussi.
    Quand cet homme est mort, j’allais avoir 20 ans ce même mois de novembre. J’étais jeune alors... mais je n’étais pas une soixante-huitarde. Je ne comprenais pas ces fils de petits-bourgeois et étudiants favorisés qui faisaient la pagaille pour faire la pagaille... Mes parents étaient des petits artisans et ils travaillaient dur, très dur pour gagner leur vie et élever leurs six enfants, le mieux possible.
    Je savais, j’avais cette intuition que la vie de notre Pays serait changée dans les années à venir. Pourquoi ? Parce que peu d’êtres humains sont capables d’une telle abnégation, d’un tel sens du sacrifice pour son Pays.
    Pauvres de nous ! Puisse le Bon-Dieu nous venir en aide maintenant !
    Puisse La Très Sainte-Vierge, Notre Dame de France, intercéder pour nous auprès de son Fils NSJC ! A vue humaine, nous ne pouvons plus nous en sortir sans La Divine Providence.
    Réveillons-nous et défendons notre cher vieux Pays comme on su le faire tous nos aînés, si vaillamment à Verdun comme ailleurs !
    Paix à leur âme.

     

    • Pas de commentaires, vous m’avez simplement mis la larme à l’oeil !


    • Effectivement.


    • Vous avez tout dit , juste l’essentiel .


    • Pour moi aussi, les larmes sont venues. Merci pour ce beau message, si français et si chrétien. Prions pour notre patrie.


    • LES BLES

      Elle avait du printemps dans les yeux, le corsage
      Sa bouche de framboise lui mangeait le visage
      On s’fit un brin d’causette et même davantage
      Et nous avons couru ensemble au mariage.
      Quel couple nous formions, tout le beau voisinage
      Enviait la belle entente régnant dans le ménage,
      On jetait des sourires devant notre attelage
      En chemin le dimanche pour la mess’ du village.

      Un enfant deux puis trois, c’est en mille neuf cent treize
      Que vint le quatrième et le bonheur à l’aise
      Dans la grande maison s’installait sur les chaises
      Qui fleurissaient de rires autour d’un plat de fraises.
      La moisson de quatorze engrossait la Corrèze
      Le soir après l’travail le corps chaud comme la braise
      On veillait sous la lune rougie par les mélèzes
      Les vieux de soixante dix écoutaient nos fadaises.

      Puis la guerre échangea aux paysans halés
      La serpe du labeur pour la faux des tranchées
      Et nous vîmes chaque jour la mort nous moissonner
      Empilant les cadavres en gerbes entremêlées.
      Quand l’aube paraîtra l’ordre sera donné
      Nous sortirons de terre, levant comme le blé
      Les obus nous faucherons en arrachant nos pieds
      Et nos bouches mangeront la terre tant aimée.

      Le vin est arrivé tout à l’heure par tonneaux
      Pour ne pas déserter on boira tant qu’il faut
      Allons-nous donc mourir lors de l’ultime assaut
      Sous les balles ennemies ou celles des généraux ?
      Baïonnette au fusil pour l’honneur du drapeau
      Paysans ouvriers mourrons c’est notre lot
      Le métal creusera ses sillons dans nos peaux
      Le soleil y sèmera les graines des jours nouveaux !

      Quand la guerre épuisée par sa grande fureur
      Remplacera les soldats par les ambassadeurs
      Les blés recouvriront les traces de l’horreur
      Mais le temps fera mal son métier d’fossoyeur.
      Le drapeau qui flottait sur tous les champs d’honneur
      S’inclinera de honte sur les tombes sans fleurs
      Et des femmes des enfants les terribles clameurs
      Retentiront si forts que le siècle aura peur.

      Mon amour sur ma tombe ne vient pas en pleurant
      Mais les yeux et l’ corsage tout remplis de printemps
      Me parler du pays, de ce bonheur d’antan
      Qu’on a vécu au temps du blé de nos vingt-ans.


  • Le contraste est incroyable, à un tel point que ça en est déprimant, entre De Gaulle et Hollande. Regarder ce discours et regarder Hollande balbutier ses 20 mots de vocabulaires(avec note sous les yeux en plus) dans un français médiocre vidé de toute force vitale, nous suffit à comprendre toute l’ampleur du désastre.


  • #1475268

    Sur le fond, le discours n’a pas pris une ride.

    C’est le discours que l’on espère en vain de nos politiques, eux totalement passéistes, au mieux faussement progressistes.

    - 1/ La France est carolingienne.(Charlemagne est franc)
    - 2/ Comme l’Allemagne, sa petite soeur.(L’Allemagne est la "Francia orientalis" de l’Empire)
    - 3/ L’Europe est carolingienne, donc française.
    - 3/ L’Europe est donc française comme l’Allemagne, sa soeur
    - 4/ Vive la France antérieure et supérieure à l’Europe, sa fille.

    Bruxelles doit donc recevoir ses ordres de Paris et non l’inverse


  • Et oui, c’était encore le temps de la grande illusion où les français croyaient encore que leurs "morts pour la France" avaient sacrifié leur vie pour la "patrie".
    Entre Hollande et de Gaulle, je ne vois guère de différence d’intention et d’objectif.
    Un peu plus de vernis en 66 qu’aujourd’hui et de Gaulle meilleur comédien que Hollande.
    Quand j’ai eu 7 ans, mon grand père, qui avait participé aux deux guerres, m’a emmenée à Douaumont et m’a montré l’ossuaire afin que, selon ses propres mots : "tu me crois quand je te dis que la guerre est une saloperie qui sert à remplir les poches des puissants et que tu ne l’oublies jamais".
    Je le croyais pourtant quand il me racontait les tranchées, les rats, les copains déchiquetés, les parties de cartes avec les allemands d’en face entre deux assauts et la dose de gnôle que les soldats devaient ingurgiter pour avoir le courage de charger, baïonnette au canon, ces mêmes mecs avec lesquels ils venaient de jouer.
    Je le croyais, mais devant cet amoncellement de crânes qui semblaient me regarder en rigolant, empêtrés dans un pelle-mêle de tibias et de cubitus, j’ai ressenti une douleur intense en pensant que mon grand-père adoré aurait pu être là.

    Pour moi, mon grand-père était un héros, pas parce qu’il avait défendu la patrie, mais parce qu’il s’en était sorti vivant.
    Mon grand-père n’était pas gaulliste.

     

  • Quelle escroc pendant son hommage-quenelle à Pétain, le plus grand Français du 20ème siècle, de parler de défaillances... Faudra qu’on m’explique lesquelles... et j’attends un dossier solide.

     

    • Quelle Défaillance ? Quelle mémoire !

      Pétain n’a commis que deux erreurs ! Deux c’est peu, mais elles comptent : la première avoir lâché le Maréchal Lyautey en 1925 et la seconde l’entrevue de Montoire !

      Quand on a sept étoiles sur son képi et que l’on est le vainqueur de Verdun on adresse pas la parole à un caporale de bohème ! C’est pas une question de politesse, ni même de dossier mais bien de politique ! A partir de là toute son action fut faussée.


  • C’est qui ce grand antisémite, fasciste, raciste néo-nazi ? (humour)

     

    • Un homophobe mysogine atteint de xenophobie fulgurente !

      Ecoutez le bien : la France par-ci, la France par-là. Tout ce qu’il nous a légué c’est « Une certaine idée de la xénophobie. »

      P.S. En plus il fumait en secrèt, c’est dans le bouquin d’Alain Peyrfitte.
      P.P.S. Et pis il mangeait de la viande rouge quasiment encore vivante !
      P.P.P.S. Et dans ses déplaçements il était toujours accompagné par des Déesses Noires le sale esclavagiste ! Il aurait pu prendre des blanches !


  • C’était l’époque où le capitalisme devait encore faire croire aux gens que les politiciens menaient la barque. Aujourd’hui, le capitalisme tout puissant n’a plus besoin de faire croire cela au peuple. Quelques pantins pathétiques peuvent désormais jouer le rôle de politiciens.

    Charles de Gaulle aussi était un pantin mais il était un pantin ayant du style. Au Canada nous sommes exactement dans la même situation qu’en France, nous avons un jeune insignifiant photogénique à la tête du pays et comme premier ministre du Québec un médecin corrompu. Les gens ne semblent pas se rendre compte de cette transition voulue et calculée. Je suggère à tous la lecture des livres du brillant et honnête philosophe Francis Cousin qui explique ces choses avec une grande clarté.


  • #1475424

    Remarquez qu’il n’avait pas de notes, pas de pupitre sur lequel se trouverait un discourt prémâché à répéter comme un automate à quatre endroit différent de la France avec les mêmes mouvements et les mêmes intonations.

    Nik la France sera marqué sur sa statue 50 années plus tard par ceux qui ont voté pour un gnome à lunette invitant une raclure de l’immigration à vocaliser l’anti-France par des braillement d’animaux en guise de chants chrétiens à ce même endroit.

    Grand dans ses dires, dans ses actes et même de par sa taille. Il nous reste son souvenir et ses écrits. Puissent-t-ils se transmettre encore longtemps.

    Que vive la France !

     

    • pour vivre il va falloir se battre, il n’y a plus d’autres solutions que de virer ce système, journaleux, télé, politiques, impots de toute sorte, banques, écoles de la ripoublique, on doit repenser notre France, son autonomie, sa liberté, et c’est à nous de le faire, Francais, eteindre la télé et se réveiller, c’est chez nous ici, et c’est mon Pays. Le reveil a sonné !!!


  • Hé oui.Il est déséspérement loin ce temps là.Je n’ai pas connu le Général a la tête de la France.Mon Dieu il nous en faut un autre ! Ca va venir je me fait pas de bille.Nous chasserons le Diable chez nous ! Par n’importe quel moyen.


  • Il ose rendre hommage à celui qu’il a diabolisé à jamais. Gonflé.


  • « Lors des commémorations des cent ans de la bataille, François Hollande confond Verdun et Berlin dans un lapsus gênant »
    http://www.huffingtonpost.fr/2016/0...
    L’ « homme d’état mondial » hors-sol , de nulle part.


  • de gaulle reveille toi ils sont devenus fou !!! plus que jamais nous aurions grand besoin du grand homme !!


  • Je vote Charles de Gaulle en 2017


  • Notre président devrait juste écouter le "vive la France" de la fin du discours et s’enfuir loin sur son scooter.


  • De Gaulle c’est tout de même autre chose ! Vous vous rendez compte, il parle en français ! Et on comprend tout. Les phrases ciselées, coulent comme un ruisseau d’eau fraiche, on nous raconte l’Histoire de France ! En même temps, on filme les visages de ceux qui y étaient.

    Malgré de matraquage des communicants et le "français massacré" récité par nos politiques halogènes -pardon, issu de la diversité- on comprend ce qu’il dit et l’on peut être ému ! Attention il ne s’agit pas de "tchouner", mais d’être en empathie avec ces hommes aux regards étranges...

    Merci Charles.


  • C’était déjà la fin des haricots mais c’était encore beau...

    Merci aux poilus. C’est vrai que vous vous êtes fait avoir, mais vous n’avez pas agi pour rien... Un jour, la vérité sera dite sur toutes les places, et justice sera rendue à la pureté de votre engagement.

    Merci au Général qui, bien que pris dans le marécage politique de son temps, a su préserver un reste d’âme française dans un monde qui l’avait déjà soldée.

    Par lui, on a pu voir encore des enfants de chœur célébrer une fête nationale devant un parterre d’hommes véritables.

    C’était encore la France et c’était beau...

     

    • Quel BAIN DE JOUVENCE de revoir le Grand Homme prononcer un de ses fameux discours à la Hauteur de LA FRANCE de l’époque—

      Les petits politiciens d’aujourd’hui devraient bien essayer de prendre exemple.........Hélas ! Qui va pouvoir nous sortir de l’ornière dans laquelle ceux aux affaires depuis1981, nous y enfoncent


Commentaires suivants