Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les 99 ans du Chemin des Dames, un anniversaire sans officiels

Le 16 avril 1917 débute la tragique offensive aux 350 000 victimes

Samedi, une marche silencieuse a rassemblé plus de mille anonymes pour les 99 ans du Chemin des Dames. Un évènement pour lequel aucun officiel n’a fait le déplacement.

 

Il fait encore nuit noire. Une nuit nuageuse et humide. Il y a 99 ans il neigeait mais la même lueur annonçant le jour pointait au même endroit au pied du ciel, vers l’est en direction de Reims. Ils sont plus de mille à attendre sur la route au coin d’un bois. Pas un seul officiel n’a fait le déplacement. Pas un seul ministre. Pas même le secrétaire d’État aux Anciens combattants. Pas même un président de conseil général ou un élu régional. Pourtant c’est ce matin, il y a 99 ans, à 5h30 précises que l’armée française s’élançait à l’assaut improbable du Chemin des Dames.

Ici, devant Craonne, et sur un front de 30 km. L’assaut, voulu et planifié par l’état-major français, conçu pour percer le front allemand, comme les Allemands l’année précédente avaient imaginé le faire devant Verdun, fut un fiasco. 300 000 morts français au moins – en fait personne ne connaît le chiffre exact des pertes aujourd’hui encore. 10 morts par mètre sur toute la longueur de ce petit front. Un fiasco devenu un tabou. Depuis 99 ans à part Lionel Jospin en 1997, pas un seul élu national n’a osé faire le déplacement à Craonne. Comme si une malédiction devait les y poursuivre...

 

Une marche de plusieurs jours pour le centenaire

Sur la crête du Chemin des Dames trois lueurs et des fusées sonnent le départ de cette marche silencieuse.. Les mille de ce matin avancent à travers champs. Les colzas sont en fleurs. Le jour se lève. Froid et sombre. Noel Genteur, l’ancien maire de Craonne, agriculteur habité par la guerre de 14, propose des haltes. En quelques scènes d’une histoire qu’il connaît par cœur il fait revivre le front.

 

Lire la suite de l’article sur lejdd.fr

 

L’offensive racontée en 2013 par le maire de Craonne (Aisne) :

 

Une animation sur le déroulement de la bataille :

 

La chanson de Craonne rend hommage aux millions de morts du conflit :

Retour sur les raisons profondes d’un conflit exterminateur, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Tout ce sacrifice humain pour finalement accoucher de la société d’aujourd’hui... je pense que c’est ça le plus triste !
    Et dire que la plupart de ces gars étaient des "indigènes", ah non ?
    Quelle honte devrions-nous ressentir, non plus ?
    Allez, j’arrête mon ironie mal placée (pas sûr)...


  • A vrai dire, je préfère qu’il n’y ait pas d’hommages officiels plutôt que d’entendre les litanies habituelles des historiens de gauche sur "l’absurdité de la guerre", les "sacrifices inutiles", les "officiers incompétents", et j’en passe.

    On est passé d’une version prométhéenne de l’histoire où l’on ignorait les difficultés quotidiennes du poilu et où on refusait d’évoquer les errances stratégiques ou politiques de la période à une version victimaire de l’histoire où le poilu énergique, patriote et volontaire est devenu une figure doloriste et quasiment négative que l’on évoque plus que pour verser une larmiche sur le cadavre national.

    L’échelle des destructions a conduit les historiens à interroger la victoire et à remettre en question jusqu’à la notion même d’héroïsme. Durant un débat sur France 2, j’entendais - atterré - un historien expliquer qu’il n’y avait pas vraiment eu d’héroïsme de la part des soldats français, mais des manifestations diverses "d’inconscience face au danger". Les hommes n’étaient plus que les rouages plus ou moins inconscients d’une mécanique absurde déclenchée par les nationalismes.

    Or, j’ai eu la chance de connaître mon arrière-grand-mère, qui m’a beaucoup parlé de cette période, dont plusieurs frères ne sont pas revenus de la guerre, dont la mère, en signe de deuil, a passé le restant de ses jours à porter le noir, et que je n’ai jamais entendu une seule fois parler "’d’absurdité".

    Aucune personne n’a réagi sur le plateau, c’est passé comme une lettre à la poste. Un historien peut désacraliser la mort de ces soldats et les dépouiller de leur héroïsme simplement parce qu’il a une lecture politique et idéologique de ce conflit qui n’était certainement pas celle des soldats de l’époque.

    Là où ça devient insupportable, c’est que ce sont les mêmes qui retournent sans cesse le couteau dans la plaie de 1940, en expliquant cette fois que les Français auraient dû se battre jusqu’au dernier, faire obstacle de leurs corps aux panzers et sauver l’intégralité des juifs pour conserver leur honneur et leur nation.

    En quelque sorte la France est coupable en 1916 de s’être défendue avec l’acharnement et l’énergie guerrière que sa démographie lui permettait encore. Elle a envoyé des centaines de milliers d’hommes au sacrifice au nom d’un nationalisme désuet et inhumain. En 1940, elle est coupable de ne pas avoir pu le faire.

    Ne pas se battre ou se battre, le résultat est toujours le même : coupable.

     

    • vois le problème autrement : il ’y a pas de bonne guerre. la guerre n’est que la manipulation des pauvres types qui la font pour les intérêts d’une élite qui profite de leur faiblesse ou de leur bêtise pour accaparer un pouvoir ou des richesses par la violence
      Ce sont les gouvernements qui font les guerres,mais ce sont toujours les peuples qui les subissent et même le peuple vainqueur n’y trouve aucun avantage sur le long terme


    • bravo ! c’est notre histoire commune.


  • "tous les camarades sont enterrés là pour défendre les biens de ces messieurs là"

     

  • Témoignage noble et intéressant du maire de Craonne.
    J’avais presque " oublié " que mon grand père en était revenu, traumatisé.


  • homage a tous les combattants , et sutout a mon arriere grand pére caporal a 18 ans dans la brigade du colonel viennot 20eme corps d’armee,nivelle et mangin doivent passer un sale quart d’heure là ou ils sont...


  • et Valls ca l’intéresse pas la grande guerre ?

    quand je pense aux millions de braves gens qui sont morts comme des chiens à patauger dans la boue, sous les balles, les obus et les gaz !

    l’espagnol aurait au moins du bouger son petit cul jusque là ! je n’en ai rien à foutre des discours, il aurait du être là et fermer son clapet. Si Monsieur représente la France, qu’il ailles présenter ses excuses pour les millions de gens morts inutilement !


  • Pourquoi continue t-on d’honorer ces joffre, clémenceau et compagnie ?

    Quand les allemands ont demandé la paix clémeceau leur répondit : je fais la guerre, encore la guerre, toujours la guerre.

    Résultat, la France fut mortellement blessée. Elle ne s’en relèvera pas !

     

  • La quasi non commémoration des français sacrifiés de 1914-18 sera la plus grande honte du quinquennat Hollande .


  • #1445221

    Regardez les hommes politiques d’aujourd’hui, ce sont des piverts, des locataires, qui se sont placés pour gratter un max mais rien à foutre de l’âme de la France, rien à foutre de l’histoire, rien à foutre des sacrifices, parce que ce sont des ignares, des petits, des minables sans honneur, des manipulateurs de couloir, des rats de cave.

    Des misérables qui grattent pour se gaver car c’est leur seule référence, honneur pour la vitrine mais pleutres en réalité.

    Pleutres à la tête d’un peuple d’eunuques qui râlent, qui rongent leur frein mais qui au moment de voter ne sont pas à la hauteur de leur colère...
    Qui au moment de voter se dégonflent et préfèrent se leurrer avec des messages rassurant...l’excuse des peureux

    Je dois avouer que je suis assez amer et même en colère contre mes concitoyens, mais comment ne pas l’être, je suis obligé de me farcir les erreurs de vote de la majorité du peuple, on se demande ce qu’il leur faut, d’étranglement, d’amnésie, d’humiliation... qu’est-ce qu’il va leur falloir pour se réveiller... où est leur fierté ? ...est-ce peine perdue ?

    Des centaines de milliers d’homme se sont sacrifiés sous la mitraille pour assurer la liberté de leur descendance...

    Mais leur descendance amnésique a-t-elle mérité ce sacrifice ? quand on voit une telle vacuité on peut en douter sérieusement...

     

    • Merci pour votre message. Au regard de la société actuelle, je me dis que c’est peine perdue. Il y a un siècle certaines valeurs morales existaient encore, elles ont presque disparu aujourd’hui. Tout fout le camp lentement mais surement.


  • "Ces messieurs-là" feraient bien de ne pas nous donner des fusils cette fois-ci, il se pourrait bien qu’il vienne aux troufions l’idée de les mettre aux arrêt à peine l’entrainement au tir validé !


  • Mon grand-père fut enrôlé dans l’armée à 18 ans, en 1914, il fit tout la durée de la guerre jusqu’à l’armistice de 1918, il avait 22 ans. Je ne l’ai pas connu, seulement ma mère me racontait parfois, et souvent lors des commémorations, que mon grand-père n’en parlait jamais, de sa guerre. Mais à présent que je connais l’horreur de ce conflit pour l’avoir étudié, je comprends mieux le silence de mon aïeul, son alcoolisme aussi. Ce silence, je le mets en parallèle avec l’universel gueulement d’un groupe humain qui ne manque jamais une occasion d’étaler ses plaies à jamais suppurantes et sa souffrance inouïe. Pauvres pioupious de France, vous qui creviez dans la boue par millier, la patrie est reconnaissante, puisqu’elle ne veut pas troubler votre sommeil...


  • #1445238

    le chemin des Dames doit son nom aux filles de Louis XV, Victoire et Adélaïde, qui empruntaient cet itinéraire pour rendre visite à leur gouvernante au château de la Bove prés de Vauclair et qui fut empierré à cette occasion. Mon Grand père y a combattu pour le compte des banquiers de la city et de Wall street. Il a survécu à quatre ans d’horreur sans que ni lui, ni ses fils et petits-fils n’organisent la moindre pleurniche pour toucher le pactole à vie.
    D’ailleurs il n’en parlait jamais, il travaillait pour gagner à la sueur de son front de quoi faire vivre décemment sa famille , handicapé par des poumons sévèrement gazés dans sa tranchée. Il a fini par en mourir à petit feu, mais son cas permet de certifier qu’il y a bien eu des milliers de morts par utilisation de gaz homicide, il s’agit juste d’être précis sur les dates.


  • Nos élus préfèrent se prosterner pour d’autre circonstances bien plus intéressantes et très à la mode ,que de commémorer un évènement qui fit 350 000 victimes .C’est vrai que ça fait peu par rapport à 6 millions ,çà compte pas .


  • Merci pour votre devoir de mémoire ER.

    Mon arrière a fait ce Chemin des Dames en 1917.L’offensive Nivelle.Les soldats le surnommait "la Manivelle"

     

    • Nivelle nous a nivelés
      Mangin nous a mangés
      Foch nous a fauchés

      Pétain nous a sauvés.....Voilà ce qu’ils chantaient dans les tranchés !


    • Mon grand père me racontait sa guerre de 14/18 et les épreuves du" chemin des dames".A chaque célébration du 11 novembre,c’est le seul jour o’u je le voyais pleurer face au monument aux morts (depuis peu la municipalité à fait disparaitre tous les noms des" mort pour la France")
      Récemment,en parcourant le cimetière de mon village,j’ai retrouvé une stèle,dans les poubelles,"ici repose le soldat ROY Firmin mort pour la France.le 27 mai 1918 au bois Dailly forêt d’Apremont"
      Selon la Mairie,c’est la loi:je reste toujours horrifié


    • #1445546

      Je ne connaissais pas cette chanson "Nivelle nous a nivelés ...", mais je pense que la dernière ligne explique largement la non commémoration de la chose ...


  • " Ce que tu entends là furent mes berceuses, assise sur un fagot de bois dans le ti-koz.
    Mon père ressassant à l’infini sa douleur. Ses angoisses. Face aux Allemands.
    La disparition de son frère Alain dans le petit bois au dessus d’Amiens.
    Lui faisait du feu pour cuire à manger aux bêtes. J’avais 3/4 ans, je n’ai que le ressenti de sa douleur. "


  • En fait le massacre fut plus bien plus grand car dès l’époque des faits, on pris l’habitude de parler, d’une part du Chemin des Dames, d’autre part de la bataille des Monts de Champagne. Hors on peut considérer qu’il s’agit d’une seule offensive.
    C’est d’ailleurs, il y a 99 ans précisément, sur les hauteurs de Moronvilliers, que le frère de mon grand-père est mort. Une semaine auparavant, lors de son ultime permission, il avait annoncé à ses parents, lors d’une dernière balade, qu’il était sûr et certain d’y passer.

    Pas un officiel présent !


  • Comme nous sommes de nos jours mieux informés, allons nous battre pour notre mise en esclavage ? Toutes les guerres, les révolutions et les conflits sont menés par les sionistes et les banquiers avide de pouvoir.

    Cordialement.

     

    • Avec toi a 100 % andreas . tout ces hommes morts pour assoir le pouvoir qui nous ecrases aujourd’hui ils se retournent dans leurs tombes paix a leurs ames en plus le commandement faisait fusiller ceux qui refusés le combat . Er arrêter avec la flicaille et l armée ils doivent nous rejoindre et pas l inverse.


  • ER organiserait un deplacement en bus pour le centenaire... ?
    ou un rassemblement sur place... ? On serait des milliers avec ERtv, pas besoin de BFM et Alain et Dieudo pas besoin d’Hollande ou de Valls...


  • Nos "maîtres" ne sont pas pas là, c’est logique, ils savent qu’ils se préparent à une 3éme guerre, donc ils ne peuvent pas venir avec leurs litanies et leurs regrets, c’est leurs nourritures.... faut pas pousser !

     

  • Ce n’est ni en cours d’histoire a l’école, ni en lisant les lettres du front d’un poilu de la famille (tombé a 19 ans)...mais en lisant le voyage de Céline (quelle claque !) que j’ai profondément réalisé que les généraux francais étaient l’objet de toutes les détestations de la part des petits soldats/paysans sous leur ordres. Bien plus craints et détestés que les petits allemands de l’autre coté de la ligne.


  • Devoir de mémoire à géométrie variable.


  • Après l’épuration dans l’armée des officiers royalistes, on peux admirer "l’humanisme" des généraux francs maçons comme Joffre, Nivelle, etc... et bien sur le traitre anglophile Clemenceau, qui n’ont pas hésité à sacrifier la jeunesse catholique de France.


  • Tous ces généraux "humanistes" français ont sacrifié la jeunesse française avec un mépris inouï ..... Il est terrible de rappeler que la France et l’Allemagne ont eu un nombre de morts assez voisin, alors que l’Allemagne se battait sur deux fronts et contre de nombreux pays .....
    Et il faut malheureusement avoir l’honnêteté de reconnaître que les généraux "impérialistes" allemands étaient beaucoup plus économes de la vie de leurs soldats !!!


  • il parait que les généraux n’ont pas voulu rapatrier les blessés sur Paris, montrant ainsi le fiasco de l’opération. Ils ont été envoyé sur Lyon et Marseille, en passant 3 jours de trop sans soins corrects , dans les trains et ambulances


  • Mon grand-père y a laissé ses poumons, sa vie...
    Parce qu’il y a les morts pendant la bataille mais il y a aussi les morts d’APRES la bataille, qui finisse par crever des années après à cause de l’inhalation "intensive" de gaz.
    Ceux là ne rentrent pas dans les chiffres des statistiques. Un véritable massacre, ce fût le suicide de l’Europe et la mise à mort réglée et définitive de la France, voulue et exécutée par nos "élites".


  • La honte du quinquennat de Hollande non !!!!!!! Ces messieurs de la grande république franc- maçonne ont toujours eu que mépris le plus total pour le peuple. Mépris de son sacrifice, pour eux il est bien évidemment du plus haut degré de crétinerie d’aimer sa patrie, sa terre, sa famille et ses enfants.
    Cf sur ER " la république contre le Peuple".
    L’idée de tout E.R en pèlerinage aux grands héros du peuple français pour le centenaire est excellente. La mission sera d’interdire l’accès ou toute prise de parole à toute cette vermine sans nom qui se sert de nous aujourd’hui comme cette boue qui les a engendré, le faisait il y a 100 ans. Pour les faire taire, sono 2000 w avec la chanson de Craonne et la reprise de "Salut à toi" version augmentée : l’hymne de la dissidence en boucle.
    Force et courage aux frères de la plèbe.


  • Des centaines de milliers de mort pour la France, mais surtout pour que les élites politiques de ce pays puissent rester sur leur siège. Résultat des courses, 100 ans plus tard, les mêmes élites ne se fatiguent même pas pour venir ne serais ce que rendre hommage à ces morts pour la rance, pour la République. Ce n’aurait rien coûté, un petit geste, un simple symbole, mais qui en aurait tellement dit, et pourtant rien.

    La République a oubliée ses enfants, elle préfère les envahisseurs du tiers monde, les actionnaires, les LGBT. Le peuple qui l’a défendu et s’est sacrifié pour elle peut bien crever désormais, il s’oppose à son nouveau monde. Maintenant vous savez quel est votre destin et la reconnaissance que les élites auront pour vous si une nouvelle fois, la République vous propose le grand sacrifice pour sauver ses fesses.

    Pour moi ce sera une petite parti de pêche ; je laisse les Hollande, Valls, Macron, etc prendre leurs armes pour défendre la Raie Publique.

     

    • Ce n’est pas que le petit simple geste "n’aurait rien coûté"... Ils ont l’habitude de se rincer la gueule sur le compte de l’Autre, c’est que le simple petit geste, même symbolique, ne leur aurait rien rapporté.

      Le conflit c’est tellement plus lucratif.

      Quand il n’y a rien à prendre... ya plus personne ;

      Même le soldat inconnu n’intéresse plus grand monde... Une p’tite gerbe une fois l’an, c’est bien suffisant pour légitimer un $ous-$ous $ecrétariat d’Etat aux anciens combattants des champs de bataille, pour maintenir un p’tit confort anthrop’(de)’pot morphique entre soi(s).

      Faut dire que :

      - 1914 > 2014
      - 1917 > 2017

      Ça commence à dater.

      Ça doit être rapport aux droits d’auteur. Déjà que la SAÇAIME touche plus un centime sur les refrains de l’époque. Faudrait réviser la législation.


  • Commentaires suivants