Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Bagdad sous haute sécurité après l’envahissement du Parlement par des manifestants anticorruption

La capitale irakienne reste sous haute sécurité après que des milliers de manifestants ont envahi le Parlement à Bagdad pour protester contre l’incapacité de la classe politique à s’accorder sur un nouveau gouvernement.

 

 

Criant, chantant et brandissant des drapeaux irakiens, les protestataires ont occupé pendant plusieurs heures samedi après-midi le Parlement situé dans la Zone verte, le quartier ultra-sécurisé de Bagdad où se trouvent les principales institutions de l’État.

Ces partisans de l’influent chef chiite Moqtada Sadr ont envahi le Parlement, certains saccageant du mobilier, a constaté un journaliste de l’AFP.

« C’est nous qui dirigeons ce pays à présent ! Le temps de la corruption est révolu », a lancé un manifestant. « Vous ne restez pas ici ! Ceci est votre dernier jour dans la Zone verte », a crié un manifestant à des parlementaires.

Les forces de sécurité étaient présentes mais ne sont pas intervenues.

Des mesures ont été immédiatement prises par le gouvernement pour renforcer la sécurité autour de la Zone verte, où se trouvent également les bureaux du Premier ministre et des ambassades.

De leur côté, les manifestants ont placé des barbelés sur une route menant à l’une des sorties du quartier, empêchant certains parlementaires de s’enfuir.

Les manifestants ont occupé le Parlement pendant six heures avant de quitter le bâtiment à l’appel de membres de la milice de Moqtada Sadr et d’entamer un sit-in sur la place Ihtifalate dans la Zone verte, a constaté un photographe de l’AFP.

Le Premier ministre Haider al-Abadi a affirmé dans un communiqué que la situation à Bagdad était « sous le contrôle des forces de sécurité ».

Cette montée des tensions intervient alors que la capitale irakienne était déjà placée en alerte ce week-end en raison des craintes d’attentats à l’occasion d’un important pèlerinage chiite. Une attaque revendiquée par l’organisation jihadiste sunnite État islamique (EI) a d’ailleurs provoqué dans la matinée samedi la mort d’au moins 23 personnes, dont des pèlerins, selon des responsables irakiens.

Les manifestants ont décidé d’envahir la Zone verte après avoir appris que les députés avaient de nouveau échoué à approuver la formation d’un gouvernement de technocrates proposé par le Premier ministre.

[...]

Mardi, les députés avaient approuvé une partie des candidats proposés lors d’une séance houleuse qui a vu des parlementaires jeter des bouteilles en direction du Premier ministre.

« Le Parlement et le gouvernement (...) défendront toujours leurs privilèges aux dépens des réformes », a estimé Zaid al-Ali chercheur à l’université américaine de Princeton et auteur du livre La lutte pour le futur de l’Irak. Pour lui, le mouvement de colère de l’opinion était « entièrement prévisible ».

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a condamné l’assaut du Parlement, mettant en garde contre une nouvelle déstabilisation du pays qui connaît des difficultés économiques liées à l’impact de la chute des prix du pétrole.

Cette crise est également suivie avec inquiétude par les États-Unis qui craignent qu’elle « ne détourne » les autorités de la lutte contre l’EI qui constitue « la véritable menace » pour les Irakiens, selon un haut responsable américain.

Les États-Unis mènent la coalition internationale qui soutient les offensives des forces irakiennes pour reconquérir les territoires aux mains de l’EI, dont la deuxième ville du pays Mossoul.

 

 

Lire l’intégralité de l’article sur france24.com

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.