Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

Une voix dans la tête

Par définition, la logique du fou échappe à l’entendement de celui qui ne l’est pas. Ainsi, comment appréhender les troubles psychiatriques (hallucinations, paranoïa, confusion...) d’une personne atteinte de schizophrénie ? Voilà un défi parfois très perturbant pour l’entourage des personnes malades, qu’il s’agisse de la famille, des amis, des collègues ou même des soignants.

 

Pour tenter de sensibiliser au vécu d’une personne atteinte de schizophrénie, le laboratoire Janssen a développé une application de réalité virtuelle (VR) qui propose de se glisser dans la peau d’un schizophrène.

[...]

Expérimenter le vécu des malades

Pour développer ce scénario, le laboratoire Janssen a fait appel au Dr David Travers, psychiatre au centre hospitalier universitaire de Rennes.

Les psychiatres connaissent très bien les nombreux symptômes qui peuvent être rapportés par les personnes schizophrènes. « Je me suis fixé des objectifs pédagogiques visant à retranscrire dans l’expérience des symptômes comme les hallucinations bien sûr et les sentiments paranoïaques, mais aussi de faire ressentir la désorganisation quotidienne que ces troubles occasionnent », explique le médecin.

[...]

Sciences et Avenir a fait visionner le film – sans le dispositif de réalité virtuelle – à Arthur, atteint de schizophrénie de type paranoïde depuis presque 10 ans, qui reconnaît que l’expérience est relativement fidèle :

« Je trouve cela assez concluant. Les voix dans la tête, les délires de persécution, l’aphasie, les quiproquos... Un seul bémol toutefois, le sujet malade, endormi et pas très vif passe un peu pour un imbécile (la voix qui traîne, l’attitude dépressive...). En outre, nombre de malades s’estiment plus qu’ils ne valent, croient parfois avoir une mission, un rôle important. Tout cela n’apparaît pas du tout. »

« La réalité virtuelle est un outil incroyable de sensibilisation générale »

[...]

Pour l’instant, l’expérience n’est proposée qu’en démonstration lors de congrès médicaux, aux associations ou aux rédactions. « Mais les associations de proches sont très demandeuses », explique le psychiatre. Il faut dire qu’il y a « un grand mouvement dans la psychiatrie à l’heure actuelle qui mise sur l’éducation à la maladie des personnes en contact. Dans cette optique, la réalité virtuelle est un outil incroyable de sensibilisation générale ».

 

Lire l’article complet sur sciencesetavenir.fr

 

 

Une schizophrène américaine devenue psychologue raconte au cours d’une conférence
« la voix dans la tête » :

Pour distinguer les vraies des fausses manipulations
lire sur Kontre Kulture

 

Schizophrénie intime et schizophrénie politique, voir sur E&R :

 






Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1610190

    Dans cette vidéo, le schizophrène est présenté comme un français un peu râleur. Ce qui est quand même assez extrême !
    Dans la vraie vie le schizophrène est souvent, tout simplement, réparateur de tronçonneuses parfois même guide touristique (sur l’île d’Utoya). Il aime les gratins de femmes et les activités culturelles (folk autrichien) ou sportives telles que la chasse aux démons.

    Bref, ne stigmatisons pas ce genre de personne. Certes, "Je est un autre" mais nous sommes comme tout le monde..

    Trêve de plaisanterie : cette vidéo est d’une vulgarité et d’un mépris absolu, vraiment écœurant au regard de la très grande humanité de nos frères et sœurs différents et qui, en leurs maux, font preuve d’un courage ordinaire qui devrait nous inspirer.

     

    Répondre à ce message

  • Qu’en est-il des travaux de Yuri Nikolaev qui soigna des millier de schizo par le jeûne ? il faut le dire, quand même !

     

    Répondre à ce message

    • #1611409

      @Zéklon B.

      Son expérience me parle plutôt de possession. Des voix hostiles. Dans une relation avec Dieu, Jésus Christ, cette personne aurait pu bénéficier d’un exorcisme.
      Il est vrai que peu de personnes aujourd’hui croient en Dieu et laisse la porte ouverte au Diable. Sa technique est également de faire croire qu’il n’existe pas.

       
  • #1610238
    Le 27 novembre à 10:56 par envolées_des_incultes
    Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

    Tout cela reste des jugements de valeurs. Toute action, pensée, ou comportement, possède au moins une cause physico-chimique. Que l’on nous démontre ce qui conduit ces gens à se comporter ainsi, parce que l’obscurantisme des psy...
    .
    Ce genre de comportement est peut-être en train de se généraliser, raison pour laquelle on tente de le banaliser.
    .
    Les dernières recherches en la matière nous conduisent une fois de plus vers des bactéries d’origine intestinale, comme pour les troubles autistiques.
    .
    Que des bactéries en surnombre influencent directement les neurotransmetteurs, par ex. via la DOPA qu’ils produisent, ne me parait pas absurde. Cette substance, passant allègrement la barrière encéphalique, perturberait les taux de neurotransmetteurs, et donc le comportement, les idées, les perceptions.
    .
    Après, je me demandais s’il n’y avait pas un système de correction quand des neurotransmetteurs dépassent un certain seuil, une destruction organisée in situ par les défenses immunitaires, et qui génèrerait une cascade de perturbations. Ce serait alors un mal nécessaire pour pallier aux conséquences d’un autre mal. Un genre de billard à trois bandes, car c’est presque toujours ce genre de truc qui échappe à la majorité. La majorité se contente trop souvent de percevoir les liens de causalité direct, mais ne remonte guère dans l’arbre des causes en répondant trois fois à "Pourquoi".
    .
    Pourquoi dès lors ne pas instaurer un traitement allopathique ?
    .
    => Parce que la médecine moderne s’évertue à chercher des preuves d’inflammation et non des preuves d’infection. Or, nombreuses sont les bactéries "commensales" qui ne génèrent pas d’inflammation.
    C’est d’ailleurs pour cela qu’elle peuvent vivre en nous, sans quoi elles se feraient éjecter manu militari par le système immunitaire. Pas d’inflammation certes, mais qui produisent quantité de composants chimiques. Et que deviennent-ils ces composants ??? Bah euh ...
    .
    Les pistes sont nombreuses vers le système digestif. Il y a probablement une hygiène particulière ( diet’ ou autre ) qui nous a échappé.
    Se laver les dents avec du dentifrice semble une obligation hygiénique à notre époque, mais se laver le tube digestif non, alors qu’il y a certainement 1 000 000 000 fois plus de déchets alimentaires et bactéries qui y stagnent.
    Ou est la logique dans ces pratiques ?
    On est dans le superficiel, l’apparence, dents blanches et sourire de hyène, mais bides pourris et tête en miettes.

     

    Répondre à ce message

    • #1610362
      Le 27 novembre à 13:42 par Jean-Baptiste Cousin
      Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

      Tu suggères d’instaurer des traitements allopathiques.
      L’allopathie utilise des médicaments produisant des effets contraires à ceux de la maladie à combattre.
      La schizophrénie est due (enfin... c’est ce qu’un psychiatre dit à son patient) à des liaisons nerveuses déficientes.
      Un médicament prescrit dans le cas de la schizophrénie (un antipsychotique comme le risperdal) favorise les liaisons nerveuses. Les liaisons nerveuses étant déficientes chez un schizophrène, ces médicaments font l’effet contraire, donc l’allopathie n’est-elle pas déjà utilisée ?

       
    • #1610624

      Il paraît, en médecine, très difficile de remonter précisément aux causes premières tellement le corps agit en symbiose.
      Cela dit, en faisant des recherches sur internet et en s’informant des derniers travaux sur les maladies mentales, on voit qu’il existe une solide piste liée au système immunitaire. On retrouve chez les malades une inflammation chronique, une réponse immunitaire excessive bien qu’il est difficile d’observer avec précision les réactions immunitaires dans le cerveau. Souvent, les malades ont des membres de leur famille souffrants de maladies auto-immunes (diabète, alzheimer, parkinson,SEP etc).
      On sait aussi, que des femmes enceintes ayant eu des réponses immunitaires excessives pendant la grossesse ont mis au monde des enfants qui sont devenus plus tard schizophrènes.
      Les bactéries intestinales restent aussi une piste d’autant plus que 80 % de notre immunité se trouve dans le système digestif.

      Le jeûne long reste très certainement le meilleur moyen de guérison de ces maladies.

       
    • #1610689
      Le 27 novembre à 19:08 par envolées_des_incultes
      Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

      @ Jean-Baptiste Cousin
      Bonjour,
      par traitement, j’entends "traiter la cause" et pas traiter une de ces conséquences.
      .
      Par ailleurs ce que dit le psy nécessite du recul car ce neuroleptique agit en bloquant des récepteurs à dopamine. Dès lors, comment peut-il pallier aux déficiences de liaisons nerveuses ?
      .
      Il ne traite pas la cause, il hack le système nerveux en bloquant des récepteurs. Et ça calme ... Ben oui ça calme, ça assomme ! Et pourquoi doit-on bloquer les récepteurs à dopamine ? N’est-ce pas parce que les taux de dopamine explosent le plafond ? Et pourquoi explosent-ils le plafond ces taux de dopamine ? Comment est-elle produite ? Existe-t-il un point commun entre la production de dopamine et les squatteur de l’organisme que sont les bactéries commensales ? Quel est-il ? Ne pourrait-on pas envisager de cibler ces bactéries plutôt que se contenter de "taper" dans les récepteurs à dopamine ? Ne pourrait-on pas envisager, temporairement, de faire grimper les taux de sérotonine au lieu de taper dans les récepteurs à dopamine et voir si la compétition sérotonine/dopamine suffit à soulager le patient ?
      .
      Donc non, ça n’est pas un traitement allopathique, mais un indicateur du niveau de bêtise du corps médical, en particulier des psy.
      .
      Contrairement à l’idée répandue, il n’est pas compliqué de remonter aux causes et les maladies auto-immunes n’existent pas.
      .
      Suffirait de répondre à " Qui, quoi, comment, pourquoi, où ? " sur 2 à 3 niveaux pour trouver un vrai traitement car l’on se rendrait compte que la cause est infectieuse. 4,5 milliard d’années d’évolution pour se tirer une balle dans le pied, faut vraiment prendre nos cellules pour des connes pour oser affirmer l’existence des maladies auto-immunes. L’organisme est champion en physique-chimie. Si l’organisme détruit ses propres cellules, c’est qu’il y est contraint par un évènement ou élément extérieur, pour éviter par ex. la cancérisation due aux cellules devenues aberrantes à cause de l’infection.

       
    • #1610867
      Le 27 novembre à 22:02 par envolées_des_incultes
      Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

      @ Créponné
      .
      Bonjour,
      .
      Pourquoi écrivez-vous : " Il paraît, en médecine, très difficile de remonter précisément aux causes premières tellement le corps agit en symbiose."
      .
      Au lieu de :
      .
      " Il m’est difficile de trouver la cause " ?
      .
      Quel message cherchez-vous à faire passé avec cette rhétorique ? Voudriez-vous nous laisser croire que c’est compliqué et qu’il vaut mieux ne pas se pencher sur la question ?
      .
      Avec les bons outils organisationnels, des connaissances minimales ( le plan d’ensemble, le rôle des différents organes, les réseaux, les symptômes, etc ...), trouver les causes est à la portée d’un élève de 4 ème. D’ailleurs, quand on lit le mémoire de mon médecin traitant, c’est une dissertation d’un élève de 4ème. Je le résume ici : a) le sport c’est bien. b) le sport c’est pas bien c) le sport c’est bien, mais bon heu ... pas trop quand même hein.
      En plus, toutes les infos sont accessibles rapidement à présent, pas besoin de les retenir, suffit de saisir un mot clé et de lire les dix liens qui s’affichent pour prendre connaissance. Vous tapez "Dopamine", vous lisez son cycle de production. Grâce au dénominateur commun dans ce cycle de production, vous remontez la piste des causes potentielles. En quoi est-ce compliqué ?
      .
      Qu’est-ce qu’une réaction immunitaire excessive ? Est-ce une réaction dont la cause est inconnue par le praticien ? Dans ce cas, pourquoi ne pas la nommer " réaction immunitaire de cause non trouvée " ? et que serait alors une réaction non excessive ? Une réaction de cause connue ?
      .
      Pourquoi ne pas insister sur l’infection très probable puisque le rôle du système immunitaire est justement de combattre les infections. S’il réagit, c’est peut-être qu’il y a une/des raison(s) infectieuse(s)...
      .
      Pourquoi le fait que le praticien ne trouve pas la cause ayant déclenchée l’action du système immunitaire ne révèlerait-il pas la bêtise du praticien au lieu d’une maladie auto-immune, qui encore une fois, comme le père-noël, n’existe pas ? C’est le nouveau marronnier pour masquer l’incompétence et laisser mourir les gens. Avant, c’était " c’est psycho-somatique", maintenant : " c’est auto-immun ". "Sont vraiment enquiquinant ces Français, veulent pas être malades, veulent pas mourir et ne gobent plus rien à ce qu’on leurs raconte. Mince, mais que va-t-on faire d’eux ?"

       
    • #1610903
      Le 27 novembre à 22:37 par Jean-Baptiste Cousin
      Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

      @envolées_des_incultes
      Bonsoir,

      Mes connaissances n’étants que superficiels sur le sujet, ce que je vais te dire n’est pas forcément un encouragement médité.

      Ta réponse, la méthode médicale que tu suggères et la logique qu’elle contient me paraissent exact.

       
    • #1611406
      Le 28 novembre à 13:45 par envolées_des_incultes
      Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

      @ Jean-Baptiste
      Salut Jean-Baptiste, comment gères-tu ces symptomes ?
      .
      1) Quels influences ont-ils dans tes relations ? ( ça pourrit tout, ou tu peux quand même mener une vie "normale" entre les crises ? ) Quel est ton point de vue et ceux de ton entourage sur tes conséquences des symptomes ?
      .
      2) As-tu essayé de consulter un infectiologue ou d’autres disciplines que la psy pour remédier à ça ? Connais-tu les médecins du groupe "chronimed" ? Apparement, certains d’entre eux ont réussi à guérir des autistes. Cela n’a rien à voir avec les symptomes d’un schizophrène, mais comme leurs méthodes de travail donnent des résultats sur ce type de "pathologie" sensée être incurable, peut-être qu’ils pourraient aussi guérir la schizophrènie. De mémoire, il y en a un dans la Drome qui aurait d’excellents résultats.
      .
      3) Les symtomes, quels sont-ils exactement ? Hormis ce qu’il se passe dans la tête, y-a-t-il des symptomes physiques ? ( peut-être que je le suis ou le serai ...)
      .
      4) As-tu effectué des examens physiques, genre scanner/IRM cérébral ou abdominal ? Quels sont les résultats ?
      .
      Si ces questions te semblent indiscrêtes ou que tu ne souhaites pas répondre, dommage, ma curiosité ne sera pas comblée sur ces points précis. Si elles t’apparaissent blessantes, je te présente mes excuses. Etre blessant n’est pas mon but. Mais comme l’occasion se présente de combler mes lacunes en évitant la narration médiatique, je saute dessus :-) Aborder ce type de sujet, sur un site généraliste et politique, est plutôt rare, ça change.

       
    • #1611635
      Le 28 novembre à 19:21 par Jean-Baptiste Cousin
      Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

      @envolées des incultes

      J’ai écris une réponse complète à tes questions, tu peux essayer de me joindre sur facebook ou youtube où j’ai le même nom.

      Le site E.R refuse ce message (trop long de peu) et refuse que je mette mon adresse mail (alors qu’il permet que j’affiche ma réelle identité en haut de mes commentaires ici même).

       
    • #1611730
      Le 28 novembre à 21:09 par envolées_des_incultes
      Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

      Bien compris. Zappons.

       
  • #1610245

    Salut...ce qui m’épate est que en gros nous n’avons plus le savoir que nous sommes tous schizophrènes dans le sens d’avant les psycho bla bla pour le pognon seulement ou la manipulation mentale,dans le sens de divisé du réel...

    la pensée qui hélas est la seule de nos capacité encore en marche, les autres sont là mais en panne, la pensée qui elle n’analyse que ce que les sens ont mémorisé, elle analyse donc le passé, son passé, et est par nature schizophrène dans le sens de divisé du réel ..

    ceci transposé dans le monde d’aujourd’hui, dans le film "the matrix", néo et amis ne savent pas que eux aussi sont dans la matrice ( de la pensée) ..ils ont juste créé une autre illusion où ils ne le seraient pas..

    bon etc ..c’est quasiment le sujet central totalement abandonné de toute une vie ..

     

    Répondre à ce message

  • Jung nous a largement enseigné et traité le sujet depuis..1914. Ses ayants droits ont d’ailleurs enfin accepté la publication en 2009 du LIVRE ROUGE qui traite du sujet !
    Mais nous savons à quel point il est difficile de rendre à César ce qui est à César...
    Il semble qu’ Eleanor oublie de remercier le maître ou alors qu’elle ne l’a tout simplement pas lu, malgré son super master de psychologie américaine !
    Néanmoins il faut retenir que le principe est toujours le même et que le sujet doit accepter de se confronter à ce qui surgit des profondeurs de lui-même. Sa découverte n’en est pas une, désolé ! D’où le nom de cette science : Psychologie de l’Inconscient et des profondeurs. Je signale pour ceux qui sont intéressés que l’Institut Carl Gustav Jung de Zurich communique sur cette problématique psychiatrique depuis bien avant la fondation de notre sympathique Eleanor !

     

    Répondre à ce message

  • ce que je ne comprend pas, car je ne le suis pas, c’est comment une personne peut-elle croire qu’il y est vraiment des voix dans sa tête, et comme peut-elle croire une seconde que c’est réel.

    il faudrait faire un test de Qi en même temps que le test psychiatrique, pour voir si il n’y a pas "congruence".

     

    Répondre à ce message

    • #1610942
      Le 27 novembre à 23:18 par Cousin Marc-Antoine
      Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

      J’ai un QI au dessus de la moyenne et on m’a diagnostiqué schizophrénique, ces voix sont nos pensées.

       
    • #1611041
      Le 28 novembre à 00:57 par Jean-Baptiste Cousin
      Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

      @Desk
      Bonsoir,

      Entendre des voix, est-ce pathologique ? A première vue oui, tandis que non avec le contre exemple de Jeanne d’Arc. En quoi c’est un contre exemple ? Car les perceptions intra-sensorielles de Jeanne d’Arc l’investirent d’une mission importante à grande échelle qui en plus, fut fructueuse. Donc entendre des voix peut être bénéfique et pas que pour soi. Donc on a pas forcément un Q.I inférieur.

      Comment différencies-tu les perceptions de Jeanne d’Arc des "symptômes" d’une schizophrène x ? Bien qu’il paraisse évident de pouvoir répondre qu’on compare ce qui est comparable, cette question peut te paraître dissocié de la réalité, mais ma recherche de vérité me pousse à écrire le contenue de ce message et aussi parce qu’étant moi même schizophrène, je me sens assez sous estimé, voir dédaigné par ceux (toi, en l’occurence quand tu présupposes que les gens qui entendent des voix doivent certainement avoir un Q.I bien bas.) qui discriminent les schizophrènes.

      Comment être sur que le fait d’entendre des voix est une pathologie (et en quoi pour toi, cela relève t-il de la débilité ?) et pas de la médiumnité ?
      Les perceptions intra-sensorielles de Jeanne d’Arc l’investissait d’une mission légitime tandis qu’une schizophrène x pourrait avoir une mission aussi, mais celle-ci serait infructueuse.

      Il est facile de deviner que des Anges loyaux missionnaient Jeanne d’Arc mais il est difficile de prouver que la schizophrène de mon hypothétique deuxième exemple est en contact (qu’elle en soit consciente ou non) avec des entités. Je suppose qu’il y a une différence de noblesse d’âme qui détermine ce que le médium va capter : les plans supérieurs ou le bas astral. Donc, pour moi, Jeanne d’Arc comme la schizophrène x sont médiums et Jeanne d’Arc serait, si j’extrapole, schizophrène aussi, uniquement dans le sens où sa particularité l’a amenée loin et à la faire passer pour folle.

      Pour répondre à tes deux questions, je dirais que 1, une voix dans ta tête est réel dans la mesure où, puisqu’elle est entendue, c’est qu’elle existe (au moins pour celui qui l’entend), donc qu’elle est réelle.. comme le serait ta propre pensée (où seul le volume est moins élevé) ; et 2, le concept de synchronicité révèle, pour celui qui en vit une, qu’un évènement intérieur (exemple : pensée, interrogation d’ordre personnelle) congrue presque immédiatement avec un évènement extérieur considéré comme étant l’évidence d’une réponse.

       
  • #1610745

    Très déçue par ces 2 vidéos au niveau des pâquerettes. Quel comportement avoir dans une société malade dirigée par des dangereux psychopathes .....(bien plus dangereux, mais chut interdiction !)
    Pourquoi ne parle t-on pas de nos dirigeants et de leur comportement criminel (les 3/4 pédophiles au minimum) ???
    Ne pensez-vous pas que ce sont nos "zélites" qui devraient finir en HP, plutôt ? Et pourquoi ne pas parler aussi des expériences faites par la CIA et autres sur le cerveau humain....des puces qu’ils veulent nous intégrer et des travaux démontrés par Jean-Pierre Petit, Astro-physicien, sur le comment ils arrivent à lire dans la pensée des gens....

     

    Répondre à ce message

  • #1610785
    Le 27 novembre à 20:38 par Jean de la lune
    Dans la peau d’un schizophrène, une expérience de réalité virtuelle

    Sympa la citation de Chavez !

     

    Répondre à ce message

  • #1611031

    @envolées_des_incultes
    Du calme, ne me prête pas des intentions qui ne sont pas les miennes, parler d’auto-immunité ne veut pas dire c’est la faute à pas de chance, prend donc tes médocs.
    Les Maladies auto-immunes sont avant tout dus aux vaccins qui tout d’abord "court-circuitent" l’immunité au niveau des poumons et du tube digestif, crée une inflammation chronique avec les métaux lourds, ces mêmes métaux lourds utilisés comme adjuvant (aluminium) qui créent une énorme réponse immunitaire, totalement disproportionnée, des virus et bactéries qui colonisent le corps et qui obligent le système immunitaire à être constamment à l’attaque.
    En parlant des femmes enceintes, je pensais à celles ayant été vaccinées, d’ou la réaction auto-immune.
    Tu pourras vérifier mes dires sur les femmes enceintes sur wikipedia, je connais personnellement des gens qui ont développés de graves troubles psys après avoir reçu des vaccins.

     

    Répondre à ce message

  • Voilà la conséquence de ne voir les éléments que du point de vue de la Société et de n’avoir aucune conscience du fonctionnement humain dans la globalité (du plus concret au plus subtil), ni conscience des différentes natures en place sur la Terre. La moindre des choses serait de remercier infiniment ces êtres qui dérangent la bien pensance établie et qui rappellent à l’ordre la réalité des autres mondes... Car quel courage faut-il avoir pour faire face à la bêtise humaine de cette Société qui condamne et qui se veut en même temps emplie d’une certaine empathie : mensonge ! Mais après tout le mensonge n’est-il pas le propre de cette Société... ?

    Enfin, comment nomme-t-on quelqu’un qui déduit et qui tire des conclusions hâtives sur les dires de l’autre, sans jamais entrer en contact avec cet autre ni se mettre en relation avec lui... ? Réponse : l’autisme ! Grand mal de cette Société qui dévaste tout espoir, hélas, de voir émerger un jour une réelle Conscience du Collectif...

     

    Répondre à ce message

    • #1611945

      Alors là il y a de quoi s’insurger !

      Non, la personne autiste n’est pas cela ! Chacun met sa disponibilité où il veut ! Même si vous ne voyez pas le où !

      Ce quelqu’un que vous décrivez qui déduit et qui tire des conclusions hâtives sur les dires de l’autre, sans jamais entrer en contact avec cet autre ni se mettre en relation avec lui... C’est juste quelqu’un (de type plutôt rigide) qui n’est pas relier a l’Autre !

      Déjà qu’il se relie à lui-même et il la ramènera moins ; voyez !

       
Afficher les commentaires précédents