Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

De l’Auvergne à la Bretagne, l’itinéraire original de Marie, femme matelot

La nuit est noire et seules quelques lumières scintillent au loin. Le visage crispé, Marie, l’une des rares femmes marins pêcheurs, tire de toutes ses forces sur le filet rempli de sardines du Spered Breizh, un bolincheur du Guilvinec (Finistère).

 

Malgré l’effort, Marie Rouffet, 46 ans, rayonne sous son ciré jaune. Une fois le poisson vidé dans le ventre du navire, elle ferme les yeux et inspire une profonde bouffée d’air iodé : « Je suis une femme comblée, heureuse ! »

« Quand t’es seule au milieu de la nuit, en pleine mer, avec tes collègues et ton poisson, c’est énorme. Je peux pas le raconter, c’est un truc de ouf », dit-elle après un court moment où seul le grognement du diesel vient bercer le silence de cette nuit de septembre au large des côtes bretonnes.

« J’ai toujours été passionnée par la mer, depuis toute petite », raconte-t-elle, sa longue natte brune s’échappant de sa capuche. Pourtant, Marie voit le jour à Chamalières, près de Clermont-Ferrand. Un 15 octobre 1969.

C’est son grand-père maternel qui transmet à sa fille, puis à sa petite-fille l’amour de la mer et de la pêche. « Il avait une grosse situation chez Michelin et venait souvent pêcher ici », raconte cette femme divorcée, mère de trois filles de 26, 12 et 7 ans et d’un garçon de 23 ans.

Pourtant jusqu’à ses 39 ans, elle reste en Auvergne et travaille comme aide-soignante à domicile, après un Bac L et deux années de droit. « Mais j’étais tout le temps triste », se souvient-elle.

En 2008, elle part donc 15 jours au Guilvinec « pour voir ». Elle réussit à embarquer comme passagère pour une campagne de pêche de plusieurs jours. « Là, je me suis dit que je voulais faire ça ».

« Il y a assez peu de femmes marins pêcheurs, c’est quand même un métier exigeant », explique Philippe Bothorel, directeur du lycée maritime du Guilvinec, qui forme chaque année quelque 180 futurs matelots. « Quand on a une fille par an chez nous c’est exceptionnel », dit le chef d’établissement.

La France comptait en 2015 environ 40 300 marins dont 44% à la pêche, soit 17 700 personnes, dont 1,5% sont des femmes, selon le ministère de l’Environnement, de l’énergie et de la mer.

Lire la suite de l’article sur liberation.fr

 

Privilégier l’être sur l’avoir avec Kontre Kulture

La France et la mer, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • On avait déjà Roger le coiffeur. Mais ça depuis longtemps déjà.
    Il va falloir aussi placer Jérôme, Kevin, Bernard, Victor, Jacques et les autres,
    en école maternelle (paternelle), fleuriste, standardiste, secrétaire etc. pour qu’ils puissent s’éclater eux aussi. Parité oblige et mixité.
    Alain hotess (sans E) au salon de l’auto.


  • "raconte cette femme divorcée"

    Parfois j’ai l’impression que c’est un statut dont il faudrait être fière, qqchose que l’on doit revendiquer haut et fort. Un peu comme le fait de mentionner son statut de "féministe", homosexuel, transgenre,.... J’en doute que cette article aurait mentionné son statut si il s’avérait que cette dame était tout simplement mariée. Ça semble tellement ringard de nos jours de parler de ce genre de choses, et puis ça évoque un peu les familles traditionnels, non ? Ceux qu’il faut à tout prix faire disparaître...


  • Toutes les bretonnes ont un côté marin ou aventurier. Les bretons et les bretonnes sont des insoumis de nature. Sur ce, je vais me dévorer une sardinade avec des sardines bien de chez nous.

    Salut à Boris Le Lay

    Une bretonne fidèle