Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Deux princes gays dans le conte de fées "Promised Land"

Les pédophiles pourront le lire à "leurs" enfants

Devant la guerre mondiale qu’avait déclenchée notre analyse sur les « divas de l’anus », nous allons prendre quelques précautions pour présenter cette nouvelle « avancée » des mœurs.

Notre lucidité sur la tentative de destruction des repères oedipiens des enfants ne doit pas être confondue avec de l’homophobie, et nous savons bien, pour l’avoir éprouvé avec le soi-disant antisémitisme, à quel point ce concept fallacieux est utilisé comme arme d’attaque et de défense. L’accusation d’homophobie sert tout simplement à neutraliser les défenses adverses, qui voient dans cette pseudo-évolution, une menace pour l’équilibre relationnel futur des enfants. Le projet idéologique LGBT peut ainsi avancer sereinement, sans rencontrer de résistance dans la société civile, et affaiblir la structure familiale classique. C’est un combat civilisationnel, ne nous y trompons pas.

- La rédaction d’E&R -

 


 

Deux auteurs illustrateurs néo-zélandais ont décidé de créer un livre de conte de fées qui met en scène deux princes gays : Promised Land. Une très belle initiative encore trop rare !

 

JPEG - 39.1 ko
Les deux auteurs présentent leurs personnages

 

Comment assumer sa différence dès le plus jeune âge si sa sexualité est ignorée dans les représentations culturelles telle que la littérature ? Comment se construire enfant lorsque les modèle proposés – notamment à travers la littérature de jeunesse – sont hétérocentrés ? Comment parler à un enfant simplement des différentes formes d’amour si aucun ouvrage ne vient soutenir les messages de tolérance et de diversité ?

En somme, y a-t-il assez de littérature de jeunesse traitant des questions de genre et d’orientation sexuelle auquel les jeunes LGBT pourraient s’identifier ? Il semblerait que la réponse soit plus qu’évidente : non !

« Comme nous avons grandi avec très peu d’histoires LGBT aussi bien sur papier qu’à l’écran, nous avons décidé d’écrire l’histoire que nous aurions aimé lire quand nous avions 8 ans. Durant notre enfance et notre adolescence nous n’avions aucun modèle ou histoire permettant de représenter la notion de « Ils vécurent heureux pour toujours » si vous étiez gay. Ainsi, nous avons penser qu’il fallait plus d’histoire de ce genre et nous en avons donc écrit une ensemble. »

C’est en partant de ce constat que deux auteurs illustrateurs néo-zélandais, Chaz Harris et Adam Reynolds, ont décidé de créer un conte de fées mettant en scène des princes gays : Promised Land. L’histoire reprend les codes traditionnels du genre en les adaptant tout simplement à la sauce LGBT.

Le livre raconte l’histoire de Léo le prince et Jack le fermier, lesquels se rencontrent par hasard dans la forêt enchantée où vit ce dernier. Jusque-là tout va bien. Mais la reine se remarie (pour une fois ce n’est pas l’inverse) à un sinistre roi qui cherche en réalité à prendre le contrôle de la forêt enchantée que la famille royale est censée protéger.

Lire la suite de ce conte de fées moderne sur tetu.com

L’idéologie LGBT, qui cherche à toucher les enfants, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Si je dis que le progrès c’est de la merde, je risque un procès ?


  • #1444488
    le 15/04/2016 par Godefroi de Javron
    Deux princes gays dans le conte de fées "Promised Land"

    Satan séduit de toutes les manières possibles. Nous le savons, ou nous devrions le savoir, les temps que nous vivons sont difficiles, car ce sont les derniers temps, nous sommes à la fin des temps et l’arrivée de l’Antichrist est proche.

    "Et, parce que l’iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira" (Matthieu 24 :12).


  • #1444494
    le 15/04/2016 par Aiguiseur de guillotine
    Deux princes gays dans le conte de fées "Promised Land"

    Vas’ y, vomis .
    Si c’est pas triste de voir ça.


  • Ce que je trouve malsain c’est de balancer de la sexualité ostentatoire vers les enfants . J’ai regardé Chapi Chapo étant gamin et heureusement qu’ils ne se tripotaient pas dans les cubes pendant que Léonard forniquait avec Casimir ou que le facteur pompait François derrière le kiosque de l’île aux enfants .
    Dans quelle époque degueulasse sommes nous ?

     

    • "Dans quelle époque dégueulasse sommes nous ?"

      le Kali Yuga ou "âge de fer" est celui où les êtres souffrent le plus, et où ils sont les plus nombreux à souffrir, et ce faisant, où il est plus facile d’atteindre la Délivrance


  • .... IIs ont oublié le trans-genre.

     

  • Preuve en est que tu peux lire ou ne pas lire à l’heure d’être nain de jardin, arrive ce qui arrive. Donc de vouloir écrire, démontrer le manque en ce sens est un non-sens.
    Et tu verras qu’un de ces quatre matins, d’aucun(e)s finiront par écrire des contes qui n’auront ni queue, ni tête...
    Tout comme l’ont fait certains philosophes.


  • C’est plutôt logique quand on y pense, les princes tombent amoureux, ont des enfants qui succèdent à leur parents qui héritent du trône.

    Derrière, parce qu’ils sont ouvert d’esprit, ils vont chercher leur enfant (ben oui ce sont deux hommes...) parmi un étranger du royaume, de préférence pauvre.

    Mais plus sérieusement, le manque cruel de réflexion et le narcissisme chez ses personnes repousse chaque jour la limite de la connerie humaine.

     

    • Ils reprennent les codes des contes... Oui enfin j’ai l’impression que les contes de Grim sont moins glauque à coté.

      ’’Ils se marièrent et achetèrent beaucoup d’enfants. Quand à la Reine elle divorcat et devin féministe en jurant qu’on ne l’y reprendrait plus !’’

      Ahlala, que j’ai hâte de lire ca à mes enfants.


  • #1444644

    Je hais mon époque.

     

  • « ...Et à la fin ils s’enculèrent et vécurent heureux. »

     

  • Alors à quel âge on devient gay ?
    Ceux qui ont dit que c’etait "génétique" sont soit disant des Nazis,des eugénistes,
    sinon c’est acquis très tôt..
    Parceque maintenant ils veulent s’en prendre aux enfants,dès 4,6 ou 8 ans.

    Mais après on ne sait toujours pas innée/acquise ? Et les transgenres,les Bi,etc ?
    On parle de quoi, d’une culture ?, d’une différence intrinsèque ? des aléas de l’éducation ? De facteurs environnementaux ?

    C’est tout mélangé sous le sigle LGBT , et puis pourquoi on devrait accepter tout le package ? ca recouvre des dizaines de sujets !!


  • #1444733

    Et le titre est : "La Terre Promise".
    ça ne s’invente pas !

     

  • C’est terrible. Ils ont les mêmes yeux cernés que les divas, reflet d’une douleur cachée qui s’expose aux yeux de tous. C’est un peu comme le célibat qui se ressent d’un sexe à l’autre. Bim ! Le réel a encore frappé.


  • #1444760

    Au camping on n’est jamais trop-aidé pour monter sa tente !
    Déjà qu’il n’est pas facile de se contruire à l’adolescence, rajouter une orientation ( qui plus on avance, ressemble à un effet de mode et de consommation) va vraiment aider nos jeunes !
    En plus ce n’est pas ce que veulent la majorité des homos que je connais, ceux que je connais ne revendiquent rien (surtout pas le mariage !), si ce n’est qu’on leur foute la paix !
    Ils ont fait un choix mais ne se prennent pas pour des exemples, et leur "particuliarité" ne fait pas leur "identité" !
    Comme souvent leur cause a été réccupérée par des associations qui, elles, ne cherchent que pouvoir et visibilité !


  • Putain je viens de réaliser que ça s’appelle "Terre promise", leur truc. Ca vire à l’obsession.


  • #1444796

    Sans la propagande LGBT, cette couverture n’évoquerait rien d’autre aux yeux des gosses que deux amis qui s’apprécient vachement.
    Maintenant ce sont les deux futurs papas d’un heureux élu à l’adoption.


  • ça ne veut rien dire "hétérocentré"... La société est normale et place à la marge ce qui est marginal... Il n’y a pas plus d’hétérocentrisme que d’hétéro, il n’y a que des déviants lgbt.. et des gens normaux. Il y a par contre une homophilie médiatique dans les films, musiques, livres.. mais tout ça est "encore trop rare" pour eux.. Comme si des déviants scatophiles bouffeurs de merde reprochaient à la société d’être scatophobocentrée..
    Ce ne sont rien d’autre que des suprémacistes homosexuels.


  • là, çà va bien au delà de montrer aux enfants que des couples homo, çà existe .
    Le conte met en avant les gentils heros qui sont gay et qui combattent les méchants hétéro


  • #1444855

    Le délit de corruption de la jeunesse existe-t-il ? Parce que là, il y a de quoi légitimement porter plainte.


  • Ces gens ont oublié leur 8 ans, ou simplement ce qu’est un enfant de 8 ans, c’est à dire un petit machin qui veut affirmer son identité, y compris sexuée, et qui est bien plus intransigeant qu’un adulte sur le sujet. Ce ne sont pas les adultes qui force les cartable bleu et roses : essayez un peu de suggérer autre chose et vous verrez comment vous serez reçu, garçon comme fille. Et un garçon ça va avec une fille pour devenir un Papa et une Maman comme pour leurs parents parce que hé, quoi d’autres ?


  • Ce qui me choque dans cette initiative c’est que l’on traite d’homosexualité à des enfants qui n’ont rien demandé ! C’est PEUT-ÊTRE une bonne chose dans le cas où certains enfants vivent mal leur difference, et qu’effectivement ils se sentent marginalisés ou anormaux, mais perso je n’aborderais pas le thème de l’homosexualité avec mes gosses sauf si l’un d’eux me demandent ou si je repère chez l’un un comportement "different", et donca priori ne les emmenerai pas voir dessin animé où 2 princes tombent amoureux. Certains parlent de bouger les mentalités, c’est sur que l’homophobie chez certains est assez insupportable et mérite une bonne paire de claques, mais qu’on laisse tranquilles les gens qui n’ont pas demander à avoir des cours d’homophilie à chaque fois qu’ils allument la télé ou vont au ciné !


  • #1444879

    ’’Et à la fin, ils se tapèrent la grenouille et eurent plein d’enfants !"


  • #1444922
    le 16/04/2016 par Camelot du Christ-Roi...
    Deux princes gays dans le conte de fées "Promised Land"

    Encore une histoire de trou du cul, que mes enfants ne liront pas !
    Les pauvres (eux, pas mes enfants)


  • #1444932

    Ceci n’est ni plis ni moins que du prosélytisme en faveur des homosexuels,et en direction des enfants en plus !
    En d’autres temps ceci aurait relevé du tribunal.


  • Oh ils manquent de fantaisie..... Moi j’aurai mis une histoire d’amour entre pamela Anderson et dodo l’hippopotame ,pamela pour sauver le monde change de sexe et se nomme maintenant palmoli Anderson et l’hippopotame change d’espèce et devient bhl le renard futé , ensemble ils tue rintintin benhit dit la vilaine braguette qui a kidnappé des enfants pour "jouer" avec eux ,seul ils se font adopter par nos deux héros et ils vécurent heureux et eurent beaucoup de jouissance.... ensemble


  • Les pédophiles pourront le lire à "leurs" enfants

    Comment pouvez-vous vous plaindre d’être accusés d’homophobie après un sous-titre pareil ?

     

  • Chaz Harris and Adam Reynolds have written Promised Land


  • La terre promise...


  • David Weiss est un scénariste américain, vice-président de la Guilde des Auteurs d’Amérique. Né dans le judaisme, il s’est ensuite converti (au christianisme) avant d’y revenir.
    "Le thème principal de Shrek 2 est basé sur une parole du rabbin Shlomo Goldberg (qui la tenait du rabbin Noach Orlowek). C’est une définition de l’amour.
    Lors des réunions avec les cadres de Dreamworks (dont beaucoup sont juifs), je disais, en passant, que c’etait une idée juive bien traditionnelle. C’est vraiment un thème fondamental du film, et je suis fier d’avoir aidé à pousser les choses dans cette direction. Ainsi, a travers Shrek, la sagesse juive touche des millions d’Américains."
    http://www.ikehillah.org/shrekonjud...
    https://en.wikipedia.org/wiki/David...


Commentaires suivants