Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

En meeting à Marseille, Emmanuel Macron pulvérise les limites connues de la démagogie

« Je vois des Arméniens, des Comoriens, des Italiens, Algériens, Marocains, Tunisiens, Maliens, Sénégalais… Mais je vois quoi ? Je vois des Marseillais… Je vois des Français. Regardez-les bien, messieurs et mesdames du Front national, c’est ça, être fier d’être Français ! »
(Emmanuel Macron, au sommet de son excitation)

C’est le site franceinfo qui propose de regarder le meeting d’Emmanuel Macron à Marseille en direct. Sauf que le lecteur vidéo ne fonctionne pas. On est bien sur le service public audiovisuel. Manu 2 (Manu 1 c’était Valls) ne le sait pas, donc il hurle à pleins poumons pour les peut-être 5 000 Marseillais rassemblés dans les gradins. Cependant, impossible de se faire une idée juste, tant les plans des caméras sont serrés, d’après les internautes qui eux arrivent à suivre en vidéo.

 

 

Mais l’intérêt n’est pas dans le comptage des fans de Manu 2 ou des Marseillais qui n’avaient pas grand chose à faire ce samedi 1er avrill 2017, il est dans le discours du candidat de la Banque et des Médias, qui ne recule devant rien pour rafler des voix. Les pros de la politique savent que ça ne marche pas aussi facilement, qu’il vaut mieux pratiquer le porte à porte mais dans le staff Macron, on n’a pas le temps de faire campagne à l’ancienne, on utilise les techniques modernes. Le Big Data et les médias, à fond pour le poulain de François Hollande.

Et en matière d’écriture démagogique, on sent que l’urgence de figurer au second tour pour le Système fait prendre des raccourcis avec la vérité.

« Avec vous, à vos côtés, comme on dit ici : on craint dégun ! », a lancé Emmanuel Macron pour entamer son meeting à Marseille. Le candidat a promis à ses supporters d’arriver en tête au premier tour, et ne recule devant aucun classique local pour séduire : après avoir cité IAM, il raconte comment l’OM l’a fait « pleurer, vibrer, rêver ».

 

Notre petit doigt nous dit qu’il serait incapable de dire qui a marqué le but vainqueur en finale de Coupe d’Europe en 1993 contre les Milanais... Mais on ne va pas juger un candidat sur des textes grattés par ses rewriters. Pourtant, dans son discours, il n’y a que ça : de la démagogie pour attardés mentaux. C’en est presque insultant pour les Marseillais. Dire que Manu 2 a été coaché par Julien Dray sur conseils du président Hollande... Le Baron noir et le barbon poissard, la paire de socialistes qui a mené la France dans le trou.

Sur sa page Facebook, Emmanuel Macron a mis au défi les Marseillais de faire aussi bien que lors de son dernier meeting parisien, le 10 décembre, à Bercy, qui avait attiré près de 15 000 personnes. En fin d’après-midi, le candidat, qui s’est déjà déclaré supporter de l’OM, rejoindra le stade Vélodrome pour assister au match de football Marseille-Dijon.

On s’attend à la partie de pétanque contre les pointeurs et les tireurs locaux, ou la descente de la Cannebière en Cadillac décapotable, l’achat de quelques rougets dans le Vieux-Port qui ne produit plus rien depuis perpète, la visite de L’Évêché, là où les flics jouent aux cartes avec Pagnol...

Bref, le sérieux il repassera. Néanmoins, accordons-lui d’être allé chasser sur les terres du FN, que ce soit dans le Nord ou dans le Sud. C’est là que le candidat autoproclamé « anti-Système » doit chercher son salut, car le Fillon, il n’est pas éliminé. Il s’accroche.

 

 

Passons maintenant au minute par minute de franceinfo, qui remplace avantageusement la vidéo inexistante.

14h19 : Des chauffeurs de taxis et des pieds-noirs ont tenté d’empêcher Emmanuel Macron d’accéder à la salle où il doit tenir son meeting. Les uns l’accusent d’avoir favorisé l’émergence des sociétés de VTC, les autres lui reprochent ses propos sur la colonisation.

14h54 : Emmanuel Macron fait son entrée dans la salle du Parc Chanot de Marseille, où il doit prononcer un discours de campagne. Vous pouvez le regarder s’exprimer en direct sur notre site, avec les images fournies par l’équipe du candidat.

Ah, on comprend mieux les plans serrés sur la « foule »... On termine ce petit reportage sur une note assez joyeuse :

16h17  : Mais où est passée Laurence Haïm, médiatique prise de guerre d’Emmanuel Macron ? La porte-parole du candidat d’En Marche ! a disparu de la circulation depuis quelques semaines, note Libération. On apprend dans le portrait que le journal consacre à l’ex-journaliste qu’elle a enchaîné les bourdes à ses débuts, en conseillant à son champion de ne pas faire de meeting en février « car tout le monde est au ski ».

Avant ce spectacle gaguesque, Macron avait pris soin de prendre la température de la trahison préventive de droite avec Estrosi, l’homme des réseaux atlanto-sionistes :

 

 

Comme lui, il lutte contre le FN :

 

Retour au sérieux de la politique en lisant sur Kontre Kulture

 

Valls, Macron et la gauche bidon, sur E&R :

 






Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents