Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Hassan Nasrallah : "Le sang de Badreddine va nous pousser à renforcer notre présence en Syrie"

Dans un discours prononcé lors d’une cérémonie en hommage au chef militaire du Hezbollah, Moustapha Badreddine, tué la semaine dernière en Syrie, le secrétaire général du parti chiite, Hassan Nasrallah, a annoncé vendredi que sa formation va renforcer sa présence en territoire syrien. Sur le plan politique, le leader du Hezbollah s’est contenté d’un bref appel aux Sudistes, les invitant à participer au troisième round des élections municipales ce dimanche.

 

Dans la première partie de son discours, Hassan Nasrallah a présenté ses condoléances à la famille du « commandant martyr » et aux familles de tous les « martyrs tombés en Syrie ». Il a ensuite rappelé les grandes étapes du parcours militaire du cadre hezbollahi jusqu’à sa mort, soulignant que Badreddine était « l’un des premiers hommes de la résistance islamique à faire face à l’ennemi israélien ».

Moustapha Badreddine, environ 55 ans, était responsable du dossier de la Syrie, où la guerre fait rage depuis cinq ans entre troupes du régime, rebelles et jihadistes, après la répression d’une révolte pacifique pro-démocratie en 2011. Il était aussi l’un des cinq membres du Hezbollah accusés du meurtre de Rafic Hariri, l’ex-Premier ministre libanais tué dans un attentat à Beyrouth en 2005. Il était même qualifié de « cerveau » de l’attentat. Il faisait en outre l’objet de sanctions du Trésor américain.

« Quand le Hezbollah a décidé de partir combattre en Syrie, Moustapha Badreddine avait été chargé de diriger les unités militaires et sécuritaires en territoire syrien, a dans ce contexte précisé Hassan Nasrallah. Dans un premier temps, il dirigeait les opérations à partir du Liban car je lui interdisais de partir en Syrie, par crainte pour sa sécurité. Mais ces derniers mois, il passait la majorité de son temps en Syrie. »

Selon le chef du Hezbollah, « c’est grâce aux efforts de Badreddine que la résistance a réalisé des exploits et empêché la chute de la Syrie ».

Et Hassan Nasrallah de souligner par ailleurs : « Le martyr avait également joué un rôle central dans le démantèlement des cellules d’espionnage au Liban. »

 

« Nous n’accusons pas sans preuves »

Samedi dernier, le Hezbollah avait accusé des islamistes extrémistes d’être derrière la mort de Moustapha Badreddine, une rare mise en cause de ces groupes dans l’assassinat d’un cadre aussi important du parti. Aucun groupe rebelle ou jihadiste, que le Hezbollah combat aux côtés du régime dans la guerre en Syrie, n’a cependant revendiqué l’attaque. Le parti chiite, qui a livré une guerre à Israël en 2006, accuse généralement l’État hébreu de l’assassinat de ses cadres, mais pour la première fois, il ne l’a pas mis en cause. Le Hezbollah est l’ennemi juré d’Israël et classé « organisation terroriste » par les États-Unis. Il est devenu la bête noire des rebelles et des jihadistes depuis son entrée en guerre aux côtés du régime.

Commentant la mise en cause des islamistes dans la mort de Badreddine, Hassan Nasrallah a confirmé qu’« aucun élément ne pointe le doigt vers les Israéliens ». « Nous sommes contre les accusations politiques, a martelé Nasrallah. Même dans le cadre d’une guerre psychologique, nous ne mentons pas et nous n’accusons pas sans preuves. »

Lire la suite de l’article sur lorientlejour.com

Dernières nouvelles du Liban, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • " « c’est grâce aux efforts de Badreddine que la résistance a réalisé des exploits et empêché la chute de la Syrie »..." La seule chose qui a permis que la Syrie ne tombe pas c’est l’intervention de la Russie. Pourquoi la Russie a décidé d’intervenir ? Parce qu’elle s’est rendu compte tout simplement que le camps d’en face grignotait de plus en plus de territoire, arrivant à la limite des zones stratégique russe. Donc la grande du hezbollah peut se la coincer un peu. Car sans la Russie ils seraient déjà au Liban.

     

    • Hassan Nasrallah a toujours la réponse adéquate aux coups durs, c’est à cela que nous reconnaissons les Justes. Des actes toujours calibrés, proportionnés, en phase avec les objectifs déterminés avec ses alliés (avec une finalité toujours bonne en soi) . Du Aristote en acte (cf Ethique à Nicomaque). En somme, H. Nasrallah nous rappelle à notre bon souvenir une grande partie de notre culture / civilisation helléno-chrétienne.

      ...Quant à d’autres qui ne savent pas de quoi il en tient, il ferait mieux de ....


    • Le Hezbollah a remporté la bataille d’Al Qusaïr en juin 2013 ce qui a donné l’avantage à l’armée syrienne et forcé les saouds à organiser l’attaque chimique à Damas deux mois plus tard. Le Hezbollah a stabilisé le front et a permis aux russes d’avoir une base solide pour reconquérir le territoire. Vous devriez avoir un peu de respect pour Nasrallah lui au moins ne se cache pas derrière un pseudo.


    • Hahaha, ne t’inquiètes pas pour ça camarade Boussard. DolceGusto est toujours dans les bons plans pour nous faire partager ses vues bien bienveillantes sur la Turquie, l’Egypte et le monde arabo-musulman en général. Sauf quand il s’agit de la Syrie, de l’Iran ou du Liban (voir Bahreïn et le Yémen ?). Je n’arrive pas à m’expliquer pourquoi... :)