Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Insécurité et violence sociale : les Américains s’entretuent

Retour sur les dernières tueries aux États-Unis

Les États-Unis, pays de l’insécurité chronique, de la peur et de la violence armée et institutionnalisée. Des dépêches quotidiennes font état de violences raciales, de fusillades, de rapts, de tueries, d’assassinats et d’incendies criminels. Des dizaines de personnes meurent tous les jours en raison de cette violence armée. Cette « démocratie » s’est transformée en un État policier dans lequel les forces de l’ordre ont le droit de tuer. Les événements des derniers mois tendent à le prouver.

 

À la fin de juillet, un policier blanc inculpé de meurtre pour la mort d’un Noir en Ohio. À la fin d’août, l’assassinat en direct d’une journaliste et de son collègue en Virginie. Huit personnes (cinq enfants et trois adultes) sont assassinées dans une résidence à Houston. Au même moment, la cérémonie de commémoration pour Michael Brown, un jeune noir assassiné par un policier blanc en août 2014, a tourné à la violence. Une fusillade a éclaté. Les policiers ont tiré sur un jeune homme qui s’est retrouvé dans un état critique. L’état d’urgence a été décrété à Tyrone au Missouri (journal Le Devoir, 11 août 2015, p. B5). Le 26 septembre dernier un homme Noir en fauteuil roulant est abattu par la police dans la ville de Wilmington en Caroline du Nord. Le 1er octobre une dizaine de vies sont fauchées avec une quinzaine de blessés dans une tuerie dans l’Umpqua Community College, à Roseburg en Oregon, cette tragédie s’avérant la 45ème fusillade à se produire dans un établissement scolaire en 2015.

Ces dépêches quotidiennes font frémir. Aucun État n’est épargné. Les Étasuniens s’entretuent. Une véritable hécatombe qui s’avère le reflet d’un processus réel de décomposition sociale, elle-même amplifiée et aggravée par la circulation libre des armes à feu, la propagande haineuse et raciste et l’état de pauvreté dans lequel se retrouve une proportion de plus en plus importante de cette société. Cette entité nationale qui correspond aux États-Unis a développé un environnement marqué par l’insécurité pour la majorité des citoyens. Les règles non écrites de la « self-defense » sont suivies. Les meurtres deviennent une chose banale et ils se multiplient dans l’indifférence.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette situation d’insécurité chronique : l’augmentation de la pauvreté et son corollaire la marginalisation d’un nombre croissant de citoyens, l’augmentation du chômage, le recours obligé à des emplois précaires, des emplois qui ne permettent pas de répondre aux besoins essentiels. Ainsi, le vol devient une pratique répandue. Les règles de l’État de droit sont bafouées pour laisser place aux activités criminelles.

Dans ce bref exposé, le troisième de trois articles consacrés aux États-Unis, le premier concernant leur puissance militaire actuelle, les compressions budgétaires annoncées ainsi que le redéploiement de leurs installations, le second sur le processus de confinement des USA observés un peu partout dans le monde et le présent essai sur le processus de l’implosion sociale qui tend à s’accentuer à l’intérieur du territoire national et dans lequel nous ferons état de cette situation alarmante qui prévaut dans ce pays considéré encore par plusieurs comme un eldorado alors que l’augmentation générale du taux de pauvreté, avec comme toile de fonds l’effondrement de l’économie, a gravement affecté le tissu social au cours des dernières années.

 

I. La mort est au rendez-vous. De Columbine à Newtown, 13 tueries en 13 ans

« Chaque jour aux États-Unis, les armes à feu tuent plus de 30 personnes. Si la plupart sont des règlements de comptes entre criminels, des innocents périssent régulièrement dans des tueries de masse, comme ce fut le cas le 14 décembre 2012 à Newtown dans le Connecticut, où 26 personnes, dont 20 enfants, ont trouvé la mort ».

Voici les principales tueries qui ont marqué l’histoire récente des USA entre le 20 avril 1999 et le 14 décembre 2012 :

- 20 avril 1999, Columbine : 13 morts. Deux adolescents lourdement armés sèment la mort dans le lycée Columbine de Littleton, dans le Colorado, tuant 13 lycéens, professeurs et membres du personnel administratif avant de se donner la mort.

- 29 juillet 1999, Atlanta : 12 morts. Un homme tue neuf personnes dans deux sociétés de courtage d’Atlanta, en Georgie, après avoir semble-t-il tué sa femme et leurs deux enfants. Il se suicide cinq heures plus tard.

- Octobre 2002, Washington D.C. : 10 morts. John Muhammad et Lee Malvo tirent au hasard de leurs pérégrinations dans Washington DC pendant plusieurs jours. Le bilan total est de dix morts.

- 16 avril 2007, Virginia : 32 morts. Sur le campus de l’université de Virginia Tech, à Blacksburg, en Virginie, un étudiant sud-coréen tue 32 personnes avant de se suicider. C’est à ce jour la tuerie la plus meurtrière de l’histoire des États-Unis.

- 5 novembre 2009, Fort Hood : 13 morts. Un psychiatre de l’armée américaine, le commandant Nidal Malik Hasan, fait treize morts sur la base militaire de Fort-Hood, au Texas.

- 8 janvier 2011, Tucson : 6 morts. Un déséquilibré ouvre le feu en plein meeting électoral de Gabrielle Giffords, élue démocrate de l’Arizona au Congrès. Six personnes sont tuées et treize autres blessées, dont la députée.

- 2 avril 2012, Oakland : 7 morts. Un homme d’origine coréenne fait sept morts et trois blessés dans un collège chrétien d’Oakland.

- 20 juillet 2012, Aurora : 12 morts. James Holmes ouvre le feu dans un cinéma d’Aurora, dans la banlieue de Denver, Colorado, durant une projection du dernier Batman. Il tue 12 spectateurs et en blesse 58 autres.

- 5 août 2012, Oak Creek : 6 morts. Six personnes sont tuées lors d’un office dans un temple sikh d’Oak Creek, dans le Wisconsin. Le tireur est abattu par la police.

- 31 août 2012, New Jersey : 3 morts. Une fusillade fait trois morts, dont le tireur, dans un supermarché du New Jersey.

- 27 septembre 2012, Minneapolis : 5 morts. Un ancien employé licencié ouvre le feu dans son ancienne entreprise à Minneapolis, il tue cinq personnes avant de mettre fin à ses jours.

- 12 décembre 2012, Portland : 2 morts. À Happy Valley, dans la banlieue de Portland, Oregon, deux personnes sont tuées lorsqu’un individu ouvre le feu dans un centre commercial où les clients effectuaient leurs achats de Noël.

- 14 décembre 2012, Newtown : 26 morts. Une fusillade se produit dans une école élémentaire de Newtown, dans le Connecticut. Vingt-six personnes, dont 20 enfants, sont tuées. Le corps de l’auteur présumé a également été découvert dans le bâtiment. La police du Connecticut évoque un autre mort sur une scène de crime « secondaire ».

Lire la suite de l’article sur mondialisation.ca

« La plus grande démocratie du monde », sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’industrie cinématographique hollywoodienne et series télévisés americaines endoctrinent les americains a devenir des nevropathes , psychotiques en s hypnotisant avec ces films ultra violents.

    L industrie des jeux vidéo conditionne et banalise aussi les jeunes a être ultra violent. Entendre des gamins de 10 ans parler comme des mec pourris, ils apprennent bien ca quelque part...

    Cette mode de pensée ultra violente se repand en Europe.

     

  • C’est mieux chez nous ? Vous voulez les chiffres de NOTRE délinquance ? (la France pays "socialiste-progressiste", quatre fois moins peuplée que les USA, où le port d’arme est strictement interdit)

    Chaque JOUR en France :
    450 violences sexuelles (hors ménage)
    1 360 violences physiques (hors ménage)
    4 800 voitures vandalisées
    20 000 atteintes aux biens
    33 000 crimes et délits...
    Sans oublier les 150 disparitions « mystérieuses » (d’enfants notamment)
    Par JOUR je le reprécise pour les lecteurs-zombies. Je ne parle même pas des apprentis-terroristes organisant des massacres dans les rues de Paris en pleine opération "Sentinelle"...

     

    • Merci pour cette piqûre de rappel, Ted ...
      Mo’Truckin’


    • La France orange mécanique.


    • Soit env 60000 délits/jour... ? L’essentiel c’est , quand même, que les automobilistes soient jugés au pénal. Les ’polices’ (services de surveillance) ne peuvent pas être en embuscade le long des routes pour rançonner le quidam et s’occuper d’autre chose(de beaucoup plus risqué.. ?). D’ailleurs le délit automobile est le seul qui fait entrer de l’argent dans les caisses et ceci explique cela. Avec en plus une ’magistrature’ inscrite dans le sabotage social (illégitime défense, punition de la victime, protection de communautés) on ne doit pas s’attendre à ce que les choses s’améliorent (ça n’est d’ailleurs pas l’objectif du tout) Une seule issue et elle ne réside pas dans la confiance mais plutôt dans la méfiance chronique vis-à-vis d’institutions noyautées et instrumentalisées que leurs résultats dans discréditent complètement.


    • Absolument d’accord ,on a rien à envier aux Américains,dans ce domaine .


    • France, bon an mal an environ 2 homicides par jour, USA une cinquantaine, ce qui rapporté aux populations respectives des deux pays fait 10 (dix) fois plus aux EUA.


  • c’est plutôt une bonne nouvelle


  • ils commencent à flipper parce que les tueries les concernent directement , mais quand Bush a lancé des tonnes de bombes sur la gueule d’innocents, en Irak - on entendait pas grand monde qui se révoltait !

     

    • @sasha
      C’est tout simplement la nature humaine. Ce n’est d’ailleurs pas différent en France. Lorsqu’une situation ne concerne pas directement les intérêts individuels, les gens ont tendance à être indifférents. Ce n’est malheureusement pas nouveau.


  • ...et ?

    La propagande anti-armes des gauchistes a été maintes et maintes fois démontée par les faits. Heureusement que Trump va passer.

     

    • C’est sûr des pays surarmée apporte la sécurité c’est bien connu. USA 13000 mort par balle, Mexique 30’000, Brésil 40’000, Colombie 20’000, Irak, Syrie et c et j’en passe. T’es d’un ridicule ! Si tu crois que Trump est différent des autres c’est que t’es vraiment très intelligent.


    • @abdel il existe des Americains qui en ont marre du politiquement correcte, et qui pensent que Trump peut ameliorer la dictature du politiquement correcte. après, je ne sais pas si il pourra faire grand chose.


    • @kgr : Trump, Obama, Clinton Républicain, Démocrate etc... c’est tout la même merde. Il faut arrêter de croire qu’il va révolutionner les chose. Ce type est sur la même ligne concernant les principaux sujet qui fâche (Israël, dette, impérialisme américain.etc... ). C’est un genre de Bush. Et lorsqu’on voit ce que Bush a apporté comme sécurité dans ce monde, je te laisse deviner dans quel monde on risque de ce retrouver avec ce type. Guerre avec la Russie ? La Chine ? Le monde arabe et j’en passe. De plus, concernant les la fermeture des frontières et le refoulement des émigrés mexicains, ce n’est que du pipeau. Il sait très bien que la principale main d’oeuvre pour pour l’agriculture US est d’origine latinos.


    • @Adel

      Ça va la désinformation ? T’es au courant que tu comptes les suicides avec dans tes chiffres ?
      C’est ça la magie des chiffres, on peut les faire dire ce qu’on veut.


    • @Adel

      Le canada a longtemps eu une législation sur les armes à feux aussi léniante que celle des USA sans jamais connaitre une criminalité aussi élevée.
      Il y a une vingtaine d’années, l’Australie a mis en place une législation très contraignante sur les armes à feu et on y constate depuis une augmentation significative de la criminalié, particulièrement du nombre d’homicides.

      Pouvez-vous nous expliquer ces exemples qui d’évidence contredisent votre théorie ?


  • #1487972

    Il est à peut près 16h50, et sur une chaine télévisé Je viens d’assister à un meurtre d’une femme par noyade, par deux individus habillés de noir. La femme les supplies tant bien que mal de ne pas la tuer... scène d’une série...

    Inutile de vous dire pourquoi j’ai insisté sur l’heure... 16h50 quand même !


  • #1487973

    La mentalité de l’américain moyen montre la justesse des thèses de Clouscard sur les dérives de la société de consommation :« La stratégie de la totale libération du désir consisterait à radicaliser et systématiser la consommation de l’émancipation transgressive pour atteindre la croissance maximale, implanter le désordre immoral, dissoudre les institutions de la Nation […] pour qu’enfin esthétique, marchandise, éthique soient une seule et même chose et règnent sur des individus massivement schizophrénisés, livrés aux dispersions transcendantales et aux participations panthéistes par le plus fantastique déploiement de médias, de jeux, de drogues et de fêtes » (Néofascisme et idéologie du désir.)


  • #1488064

    Société vulgaire, ultra-concurentielle plus individus consommateurs : armez tout cela et le cocktail est sacrément dangereux....


  • #1488066

    L’extension de l’ego est forcément celui de la peur de l’autre et du réel donc du besoin de sécurité.
    Là où le Christ nous a dit "aimez-vous les uns les autres", dans la culture anglo-saxone protestante majoritaire, on préfère "gagner" d’abord, et si çà n’est pas ou plus possible, l’ego se révolte : la peur et la paranoïa prennent le dessus, et pour peu qu’on vienne les provoquer, c’est la colère, le désir de vengeance qu’on voit poindre... toujours pour être en phase avec ce "rêve américain" qui n’est finalement qu’un rêve individualiste.
    C’est pour çà qu’ils admettent tous le fait de posséder une arme mais en France, çà serait contre nature.
    Sur ce point je ne suis pas le FN, dont certains membres trouveraient légitimes que l’on puisse s’armer... comme aux États-Unis, c’est pourtant pas un modèle, ou alors à double tranchant, tant que çà se passe bien.


  • « Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette situation d’insécurité chronique », écrit Jules Dufour... Le facteur principal est l’impression que les merdia donnent au public, que « les Américains s’entretuent » ; ainsi les merdia participent-ils à l’entreprise terroriste d’Etat.


  • Bonjour et paix à toute l’Humanite.

    La déliquescence de la société américaine est triste à voir.On ne dira jamais assez que la plus grande insécurité est d’ordre sociale, économique mais avant tout la conséquence d’une perte des valeurs morales et spirituelles, surtout des élites.Les responsables sont les mêmes que ceux qui fomentent la corruption sur terre et qui sont les puissants du moment, à savoir les sionistes talmudistes car il faut lire (en anglais) un article d’investwatch blog, où un acte criminel cybernétique a laissé sur le carreau plus de 50 millions d’américains, en stoppant le réseau informatique qui s’ occupe de distribuer les bons alimentaires (food stamps) !.


  • " Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette situation d’insécurité chronique : l’augmentation de la pauvreté et son corollaire la marginalisation d’un nombre croissant de citoyens, l’augmentation du chômage, le recours obligé à des emplois précaires, des emplois qui ne permettent pas de répondre aux besoins essentiels.."

    Cette explication de la délinquance et de la criminalité par causes économico-sociales ressemble fort à la ridicule culture de l’excuse brandie par les "gauchistes" depuis 30 ans ou plus.
    Ridicule car elle ne résiste pas à l’analyse. Pas plus à l’échelle des nations ou il n’existe aucune relation entre pauvreté/misère et criminalité, ni même à l’intérieur des EUA ou les villes/états/régions les plus pauvres ne sont pas forcément les plus criminogènes, loin de là.
    A répéter inlassablement les mêmes antiennes infondées on fait perdre de la crédibilité à son discours. Et se tromper sur les causes d’une situation donnée conduit pratiquement à coup sur à proposer de mauvaises solutions.
    Merci donc de bien vouloir chercher encore.


Commentaires suivants