Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Commission nationale des droits de l’homme prône la dépénalisation de l’usage du cannabis en France

Dans un avis voté ce mardi, la Commission nationale consultative des droits de l’homme a recommandé de décriminaliser la consommation de cannabis. La CNCDH, qui assure que la « répression ne fonctionne pas », s’est également prononcée en faveur d’une dépénalisation l’usage des autres drogues et pour une sanction allant de la simple amende à l’injonction thérapeutique.

 

[...]

Bilan  : selon la CNCDH, « c’est l’échec absolu de l’interdit pénal ». « La répression ne fonctionne pas et la loi s’applique de façon complètement discriminatoire et inégalitaire selon les publics  : on poursuit les usagers de temps en temps et seulement certains », explique Christine Lazerges, présidente de la Commission.

Dans un avis voté ce mardi, la Commission recommande donc de décriminaliser la consommation de marijuana. La vente et la production de cette drogue seraient alors réglementées et encadrées, « ce qui permettrait d’avoir un meilleur produit » alors que selon les spécialistes auditionnés par la commission, « les produits sont de plus en plus dangereux, plus dosés. Les usagers ne savent pas ce qu’ils consomment ».

 

 

Lire l’intégralité de l’article sur ouest-france.fr

Démarche humaniste ou volonté étatique de contrôler un marché ?
Lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Maintenant que Trump est élu ,la gôoooooche met les bouchées doubles avant la fin de son règne. .

     

  • En clair privatisation (officiel cette fois) de la nébuleuse de réseaux qui achemine le produit jusqu’en France ; puisque lautoproduction en France n’est pas représentative de l’ampleur de ce qui circulent ( bien qu’on nous laisse penser le contraire) abrogation de la loi du 31 décembre 1970


  • J’ai toujours dit que l’intransigeance du gouvernement en ce qui concerne la dépénalisation est une comédie et qu’en coulisse il préparait la dépénalisation. Pour maintenir le calme dans le troupeau rien de mieux que ces substances...que le pain, les jeux et le sexe ne suffisent plus, il reste encore la banalisation, normalisation et généralisation de l’usage des drogues.


  • Et ben ! Ils leur en aura fallut du temps pour comprendre un truc aussi con que celui là ! Ces gens (nos "z’élites" ) ne savent pas tirer les leçons du passé et de notre huistoire donc ! S’ils savaient le faire ils auraient tiré les leçons de la "prohibition" américaine et aurait fait comme les Pays-Bas qui eux ont compris depuis longtemps que plutot que de faire courir nos flics après une armée d’ombres, qui a chaque fois qu’une ombre est arretée, une autre vient instantanément la remplacer et que toute cette économie souterraine coute une véritable fortune pour un bénéfice nul !
    Donc faisons de tous ces dealers de rues qui s’entretuent pour leurs lieux de vente, des chefs d’entreprises, qui paieront des taxes, créérons des emplois et l’état en plusencaissera les taxes comme la SEITA et cela permettra de payer les retraites de nos vieux, les notres et celles des enfants jusqu’en 2060 !!
    Mais si le "régime" et les gouvernements qui se sont succédés ne l’ont jamais fait c’est sans doute parce qu’ils profitaient allègre-ment de tout ce juteux trafic et là au moins nos policiers pourront travailler à ce pour quoi ils sont fait ! à la sécurité des français !


  • Le dealer est un délinquant et son client est évidemment COMPLICE de son délit, donc il est également coupable et doit être puni autant que lui . Même chose pour les prostituées dont l’activité est "légale" : elles sont en fait COMPLICES du délit commis par leurs clients qui risquent désormais d’écoper d’une amende de 5ème catégorie (1500 euros !) . Dépénaliser le client du dealer c’est dépénaliser son complice : absurde . Et cela ne peut mener logiquement, à terme, qu’à la dépénalisation du dealer .


  • Si le client d’un dealer écopait d’une amende de 1500 euros, comme le client d’une prostituée, cela limiterait sa consommation...


  • Il devient si difficile que ça de blanchir l’argent salle ?


  • Le cannabis n’est pas une drogue c’est une plante, dans les régions très ensoleillées elle développe un feuillage fin alors que dans d’autres régions moins lumineuses elle développe des feuilles larges, quand il fait froid elle prend des tons bleutés,cette plante elle vit, elle pousse depuis des millénaires ; elle chante avec le soleil, elle boit la même eau qui désaltère les hommes, elle les soigne dans leur chair et dans leur âme...mais Satan est arrivé et les hommes peu instruits se sont mis à haïr cette plante, à la tuer, à la dénigrer, à lui enlever son caractère divin en l’inoculant de son poison qu’on appelle l’argent...et le règne dictatorial de la chimie satanique.

    si le bon Dieu avait fait une erreur ça se saurait !

     

    • Beau message.merçi


    • J’ai connu de nombreux rastas complètement ahuris, des punks simplistes, des étudiants en rupture de ban, des prolos fatigués, des babouzes... Au fur et à mesure, le cercle c’est aggrandi. Les jeunes arabes, les rappeurs etc. La liste serait très très très longue. Et toujours les mêmes ingrédients : le shit, la beuh. En plusieurs décennies, j’ai croisé de nombreux milieux où la dope circulait. J’ai vu des jeunes hommes lessivés en quelques semaines. Pour le chichon c’est différent. C’est à la vicieuse. Pour certain les effets négatifs arrivent au bout de quelques mois, pour d’autres de quelques années. Mais ils arrivent.

      La vraie vie est ailleurs. Elle est précieuse.

      Et c’est pour ça qu’il y a mille moyens et mille ruses pour vous en éloigner.


  • Certes on ne doit pas faire confiance à tout ce qui se revendique des ’droits de l’homme’.

    Malgré tout, tous les pays et toutes les nations des US qui ont légalisé/dépénalisé l’usage du cannabis se portent très bien.

    Le Portugal d’ailleurs n’interdit aucune drogue.


  • Le jour où un Etat comprendra qu’il ne pourra pas endiguer le fléau de la consommation de cannabis (au moins aussi répandue que celle de l’alcool ?) et qu’il vaut mieux chevaucher la bête plutôt que de la tâter à distance, il se fera un paquet d’argent que d’autres se font pour le moment.

    Bon les dealers de weed devront trouver un autre travail, ou passer à autre chose que de l’herbe, mais bon ... On n’fait pas d’omelettes sans casser les œufs dit-on !

     

  • On ne peut nier que l’illégalité de certaines drogues (pas l’alcool, pourtant problème majeur de santé publique notamment avec l’alcoolisation de plus en plus précoce) entretient un trafic et donc une mafia. La composition des produits donne quant à elle froid dans le dos, aucun contrôle avant commercialisation sous le manteau, cela va de soi.

    Cela étant dit, où autrefois nous fumions en cachette une cigarette comme rite d’initiation, nos jeunes fument aujourd’hui un pétard. La légalité -et l’illégalité- fixent les bornes de la transgression. Où seront alors les nouvelles bornes de la transgression après la légalisation du cannabis ?

    A noter que l’éducation nationale n’a aucune politique sérieuse face à ce problème, les jeunes shootés au fond de la classe ne font l’objet d’aucun suivi, personne n’a envie de s’en mêler, l’institution renvoie la balle aux familles qu’elle culpabilise au besoin alors que c’est devant le collège ou le lycée, au vu et au su de tous (pas des parents qui sont au boulot) que les jeunes se fournissent.


  • Il y a eu lors de l’élection de mardi aux usa une poussée de la légalisation du cannabis en referendum dans 5 états des usa.
    Cela montre qu il y a une volonté d’un lobby international de faire avancer cet agenda au même moment partout dans le monde.
    Je suis sûr que ça doit être pour notre bien, et pas du tout pour avoir des zombies consommateurs au cerveau ravagé...en particulier chez les adolescents.


  • decriminalisation de la consommation mais pas de la production : je n’aurai pas le droit de planter un plant de cannabis (comme de tabac d’ailleurs) dans mon jardin, mais je pourrais aller en acheter a un grand goupe et payer de la tva dessus.

    consommez consommez mais ne maitrisez pas la production.
    bah, apres tout un petit pas apres l’autre dans la bonne direction ?

     

  • Les fils de bourgeois pourront continuer à acheter gentiment leurs barrettes de shit tandis que leurs fournisseurs iront en tôle .


  • Autant dire qu’on abandonne car il ne peut pas y avoir de lutte sérieuse si on agit pas sur tout les acteurs, du producteur au consommateur.

    Avec un tel "marché", il est évidement que plus rien n’arrêtera les trafiquants.

     

  • C’est joli !
    C’est tout plein de beaux dessins comme pour expliquer à des gosses.
    Par contre, j’ai vu une faute, "pharmacy", ça s’écrit pas comme ça ? Non ?
    Et c’est écrit gros, comme dans les livres pour enfants !
    L’état prend tellement soin de nous, ça me rassure.

     

  • Ben voyons, continuons dans le paradoxe et à descendre bien au fond. Plus de 500 morts sur les routes à cause du cannabis et çà augmente, des individus lobotomisés avec l’herbe qui fait rire, et certains qui encouragent ces pratiques ; vous irez voter Juppé ou Mélenchon, en regardant Hanouna à la TV la bave aux lèvres, pendant que les gros dealers de la mafia s’en mettront plein les fouilles. Tout va bien se passer...


  • Si la commission des droits de l’homme d’affaire veut qu’on légalise le cannabis c’est qu’il doit y avoir des affaires à faire .


Commentaires suivants