Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Le bâtonnier de Paris pointe les dangers de la réforme pénale

"En l’état actuel du texte, la France peut basculer dans la dictature en une semaine"

Depuis son élection et son entrée en fonction, en janvier 2016, Frédéric Sicard, le nouveau bâtonnier de Paris, porte-parole et patron des avocats parisiens, dresse un portrait relativement sombre du fonctionnement de la justice française.

Dans une interview au Figaro, le 1er mars, il revient sur les conditions particulières de son arrivée au barreau de Paris, marquée par l’encombrement des tribunaux et l’arrivée d’une « série de lois qui grignote l’État de droit », notamment après les attentats de novembre.

Interrogé sur la réforme de la procédure pénale, qui entend renforcer de façon pérenne les outils de lutte contre « le crime organisé, le terrorisme et leur financement » et actuellement examinée par les députés à l’Assemblée, Frédéric Sicard ne cache pas son hostilité face à un texte qui « manque de garde-fous en faveur des droits de la défense » :

« Tous les spécialistes le disent : l’arsenal juridique existait au moment des attentats, c’est juste que l’État n’a pas les moyens de l’utiliser. Une loi de plus ne changera rien. En revanche, en l’état actuel du texte, la France peut basculer dans la dictature en une semaine. Ce n’est pas acceptable. »

Lire la suite de l’article sur slate.fr

La dictature est déjà en place, à lire sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "peut basculer dans la dictature en une semaine"

    Quel euphémisme, comme si ce n’était déjà pas le cas. Et dire que ce n’est que le début.


  • Il est peut être temps qu’il se réveille le type, qu’en un gouvernement fait mettre sur écoute illégalement ses dissidents, fait perquisitionner sans mandat les locaux d’un parti politique dissident et vole les disques durs et les téléphones portable à un an des élections présidentielles...je sais pas ce qu’il faut de plus pour ceux qui croient encore être dans un pays démocratique.

     

    • #1410812

      A mon avis, il ne s’agit que de luttes de pouvoir et d’influence internes à ce "milieu".
      Comme le reste, tout est en train de pourrir.
      Est-ce que ce monsieur dénonce les autres lois iniques, anti-constitutionnelles et anti-démocratiques ? J’en doute fortement.
      500 000 lois et décrets encadrent la vie publique, ou sont censées l’encadrer. Ca donne du travail à tous ces gens-là, mais nous on y gagne quoi ? Pas grand-chose, voire que des emmerdements.


  • Lui , il est bon pour le placard !


  • "En l’état actuel du texte, la France peut basculer dans la dictature en une semaine"
    Plus fort que les américains parce que c’est une loi martiale en tout cas ses composantes qui est constituée sous nos yeux et en catimini.


  • #1410923

    Mettez-vous un instant à la place de nos gouvernants après avoir lu "les-inquiétudes-du-Bâtonnier-de-Paris"

    Immédiatement, vous conclurez : "au moins de ceux-là on n’a pas grand chose à craindre"

    Internautes, circulons, il n’y a rien à voir et le Bâtonnier,cette caution aussi implicite que consciencieuse du système, n’a rien à nous apprendre.

    En effet, ce n’est pas parce que les scribes critiquent l’imp(r)udence des Pharisiens, que le Sanhédrin changera quoi que ce soit à sa feuille de route, savoir notre crucifixion.

    Maintenant que la loi a pipé les dés, que nos tribunaux arbitres sont achetés (ou vendus) et que nos auxiliaires de justice ne sont plus que des avocats à la soviétique, nous allons devoir, comme hier les dissidents soviétiques, nous battre sur d’autres terrains ; soit "en dehors" de la loi pipée.

    (...)


  • "Toucher à la Constitution, c’est toucher à la loi fondamentale de la nation. On ne peut y revenir tous les deux ans. Il ne s’agit pas de la délivrance du passe Navigo ! »

    La Constitution de la Cinquième République française est une Constitution républicaine, partant, antidémocratique.

     

    • #1411713

      La constitution est entièrement fondé sur la déclaration des droits de l’homme et les traités européens ont purement abolis certaines disposition qu’elle comporte, ça ne dérange pas ce monsieur qui comme tout bon bâtonnier de Paris qui se respecte est probablement membre du très apolitiques syndicat de la magistrature qui tient un mur des cons et qui persécute les humoristes pas drôle pour faire plaisir à l’état et par plaisir sadique personnel.
      En Angleterre les syndicats de magistrat sont interdits et c’est le pays du monde qui a déployé le plus de caméra de surveillance dans les rues et qui espionne toute les communication entre l’Europe et les Amériques. Est-ce que l’Angleterre est une dictature pour autant ?
      Vous savez pourquoi les Anglais ont interdit les syndicats de magistrat ?
      Parce le judiciaire n’est pas sensé s’occuper du législatif et de l’exécutif ou de juger la moralité des politiques poursuivies, qui plus est à travers le prisme d’une idéologie sectaire et d’un esprit de caste, mais seulement de vérifier de façon froide, dépassionnée et totalement asexuée la bonne conformité constitutionnelle des nouvelles lois (d’où le symbole de la sphinge) et au besoin juger un politicien qui enfreint la loi. Si les magistrats s’extraient de ce devoir et s’octroient des privilèges indus, alors l’équilibre des pouvoirs est rompus et on entre dans le gouvernement des juges, mode d’organisation qui n’empêche pas l’arbitraire, l’Histoire l’a largement démontré, mais en plus, on entre de plein pied dans ce qui se fait de pire comme tyrannie bureaucratique déconnecté de la volonté populaire.
      Monsieur, en assumant pas les devoirs inhérents à sa fonction depuis des années, cad vérifier la conformité de la loi de façon apolitique et veiller à son respect en sanctionnant les coupables pour préserver les victimes, est largement responsable de l’ambiance dans ce pays !
      La dernière fois que la France a basculé officiellement dans la dictature, c’est la caste dont ce monsieur est membre qui a fournit le plus de collabo...
      Qu’il dise que l’ordre constitutionnel normal est brisé depuis 1992 ou qu’il ferme sa gueule.


    • Croire qu’il existe une "loi fondamentale de la Nation" comme il y avait une "loi fondamentale du Royaume de France" est un véritable janotisme, une crétinerie. Une constitution oui, mais de quoi ? Constitution "des pouvoirs publics". Pas des droits des citoyens car, étant libres, ils sont tous les droits sans qu’il soit besoin de les leur énumérer. Les citoyens ne sont donc intéressés qu’indirectement par la "constitution" (ou plutôt aux principes supra constitutionnels) qu’en ce qu’elle organise la séparation des pouvoirs. Point. Et que voit-on aujourd’hui ? des juges qui font la loi ! Bravo !

      Énumérer les droits des citoyens dans une constitution, c’est grotesque à en pleurer. C’est les anglais et les américains qui prétendent faire cela (les "amendements" . Car il faut alors bien que des gens jugent de cela ! Si tel était le cas, alors les juges règnent en maîtres, comme aux Etats Unis. Voilà qui est contraire aux traditions françaises. Les français se méfient des "Grands Juges" et ils ont raison.

      Mais à quoi bon maintenant énoncer ce qui était autrefois vérités d’évidence alors que tout sombre corps et biens dans une américanisation forcenée et béatement acceptée ?


  • Ouais ! C’est ce même bâtonnier de Paris qui supporte maintenant qu’il y ait des avocats salariés (larbins d’entreprise), l’ouverture des cabinets au capitaux extérieurs, la publicité, plus d’avoués, des ahuris en attachés-case se carapatant aux Batignolles etc, bref, l’américanisation foireuse à tous les étages du métier d’avocats est avancée ! Et il en sont fiers !.

    Les français avaient la plus belle profession d’avocats du monde ! Ses règles ancestrales les empêchaient et de devenir des hommes d’affaires véreux sortis d’une série genre Dallas à la solde de milliardaires. Mais c’était pas bon pour le "bizness".

    Il y a beaucoup à dire sur la responsabilité des bâtonniers (qui d’ailleurs ont perdu tous leur pouvoir au passage soit disant pour "démocratiser" la profession et qui ne font plus que de la représentation) dans cet effondrement moral exigé par les milieux d’affaire. Cela laissait prévoir ce qui se passe avec le droit du travail.

    Mais le métier d’avocat est au monde des affaires américains ce que le quartier de la Défense est à New-York... Hin .. Hin .. même les chinois rigolent. Vous les imaginez admirer l’Esplanade de la Défense ? Nous sommes la risée du monde. Nous ressemblons au facteur de Jour de Fête, du film de Jacques Tati.