Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Leçons d’introduction historique à l’étude du droit – Par Damien Viguier

Leçon 3/6

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Mdr, ça me rappelle une discussion avec une prof de droit de la fac de Reims, qui elle aussi fait une introduction historique et aborde la période de la république puis de l’empire romain. Elle était consternée par le niveau des connaissances historique de certains(pas tous évidemment) de ses étudiants. Ils étaient persuadé par exemple que les invasions barbares sur la Gaulle se sont passées bien avant l’empire Romain. C’est vrai que c’est assez consternant.

     

  • Je n’arrive pas visionner cette vidéo.

    En attendant, je vous passe une information concernant le placement en "zone verte" des terrains à bâtir au niveau du PLU.
    Cette initiative qui a pour effet de rendre des terrains à bâtir, inconstructibles et ruine ainsi des petits propriétaires.
    Il faut-être vigilant lors des modifications du PLU

    J’ai un problème à ce sujet et je recherche un avocat.


  • 1 h 08
    Intéressant cette réflexion sur le statut de l’enfant à naître, avec comme axe, la femme fut elle mariée ou non.
    Je sais qu’en droit français c’était une chose quasi similaire il y a encore pas si longtemps encore. Maintenant précisément je ne sais pas ce qu’il en est, j’ai l’impression qu’il y a un sacré bordel en œuvre.

    Casuistique :
    Telle une de mes grands mères enfant de l’amour d’une bourgeoise, abandonné auprès des bonnes sœurs, cas parait il assez courant au XIXième et XXième siècle.
    Remplacer esclave / libre, sans être fassisste par prolo / bourgeois.
    Si sa naissance avait été dans le mariage j’aurais été bourgeois (de vrai sang ou non), actuellement avec un patrimoine qui m’aurait permis de passer des vacances aux Seychelles.
    Mais comme elle fut abandonné et enfant de l’amour comme on dit, son statut fut prolo ainsi que celui de sa descendance et dans une société de castes assez hermétique qu’est la société française, ça pèse.

    PS : chez les quandmêmes, la mère ça compte plus apparemment ;) question religieuse et allégorique ?

    1 h 20
    La Nation comme somme des clans, ça dépend de quelle nation, la Chine est assez isolationniste avec 200 noms de famille vous avez quasiment la quasi totalité des 1.5 milliards de chinois ! Je ne dis pas que les combines politiques ne jouent pas dans le Nation Building, surtout en Occident.

     

    • Le système de caste en France n’était pas si hermétique que cela. Mais il est vrai que pour en sortir il fallait être brillant. Les médiocres dans le sens étymologique du terme, non péjoratif, restaient à leur place et c’était très bien ainsi. Fernand Braudel, académicien, et un des plus grands historiens du monde occidental, était d’extraction paysanne...il y a moult exemples de ce genre, chercheurs, historiens, hommes politiques d’envergure...un système de castes performant est capable de faire monter les éléments exceptionnellement brillants pour dynamiser les castes supérieures et apporter du sang neuf, mais possède aussi des dispositifs permettant de gérer les éléments qui de naissance sont inaptes à leur fonction initiale. D’ailleurs la société sans caste est un mythe. Dans toute société il y a une hiérarchisation, certes plus ou moins stricte mais bien présente.
      De nos jours il n’y a plus vraiment de caste (hormis le cercle très fermé de l’oligarchie mondialiste apatride), n’importe quel médiocre ambitieux peut sortir de sa caste à condition qu’il mette l’essentiel de ses médiocres compétences au service de ce système corrompu...tout le monde ou presque a son bac, va à la fac...on voit le résultat que cela donne !
      Il y en a un peu marre de ce discours à la mode où des gens viennent pleurnicher parce qu’il n’ont pas le statut social de leur ambition et viennent expliquer cela que c’est à cause des castes...nos problèmes actuels n’ont guère à voir avec cela ! Si tu es authentiquement brillant mais ne jouis pas d’une haute considération sociale c’est plus parce que tu ne suces pas assez les bonnes personnes, où parce que tu ne t’inscrits pas dans le paradigme autorisé...ainsi un jeune et brillant chercheur en médecine parvenu à démontrer la supercherie vaccinale deviendra un paria et perdra peut être son métier...en revanche un médiocre chercheur au service des intérêts du lobby pharmaceutique se verra propulser en haut de l’échelle, deviendra riche, peut être même une vedette médiatique...rien à voir avec le système des castes, juste des histoires de conflits d’intérêts...
      Si nous en étions resté au système traditionnel des castes nous n’en serions pas dans cette situation où des Djamel se voit propulser au sommet de la gloire médiatique...un tel individu serait resté une sinistre petite frappe, gloire de son pâté de maisons d’un quartier à la dérive...tel médiocre médecin serait resté petit médecin et non ministre de la santé ni professeur...


    • Dans la série filiation naturelle et destins tragiques.

      Des gens russes de ma connaissance ont conseillé à un Russe de leur entourage de me contacter si je voulais bien l’aider à rentrer en contact avec la branche française de son ascendance.

      Le gars la quarantaine dans la fin des années 90 était le petit-fils d’une jeune fille russe des années 40 qui avait été esclave dans une grosse exploitation agricole allemande (volontaires ou rafles de prisonniers) où elle s’était entichée d’un jeune Français du STO (Service du Travail Obligatoire) avec grossesse à la clef.

      La jeune fille et son enfant née en captivité, mère de mon Russe, furent rapatriées chez Staline lors de l’occupation de la région par les anglo-saxons.

      Le jeune homme, exploitant agricole, déjà marié et père chez Pétain, retourna la joie et la mort dans l’âme dans sa province dauphinoise où il reprit sa vie normale, gardant le secret sur ces détails aventureux de son séjour et sur cette filiation.

      Il tint jusqu’à sa mort au début des années 1990 une correspondance en pointillés avec la prisonnière russe qui avait sur place l’avantage de la traduction, l’ami du Français Maire de la Commune tenant lieu d’intermédiaire, d’archiviste et de Poste Restante.

      Puis le Maire attendit le décès de l’épouse française pour déclarer le dossier.

      J’ai averti mon Russe, le petit fils indirectement né de cette idylle, de la nature du droit français en termes de transmission de patrimoine, sa mère étant encore en vie (et quand bien même), tant pour lui éviter un coup de fusil de chasse que pour lui permettre de faire valoir d’éventuels droits.

      Il s’avérait être un de ces nouveaux riches à dizaines de millions de francs et m’a déclaré ne rien souhaiter revendiquer et qu’ils étaient même prêts à formaliser l’abandon de tout droit.

      Et bien l’accueil de cette famille nombreuse, par ses oncles et tantes, fils et filles du prisonnier, fut très froid et les regards très méfiants. Seule la cadette était très admirative de son nouveau neveu. Ce n’est que lorsqu’ils eurent compris qu’il n’y avait aucune prétention sur les terrains, baux et fermes déjà réparties que le contact finit par s’établir, plus chaleureux.

      Il avait déjà bien à faire depuis son enfance de l’héritage de ce bizarre long nez français.


  • Ce qu’oublie de dire Monsieur c’est que dans le IVème siècle le nombre de saints foisonnes, grande période de spiritualité.

    Puis dire que les germains étaient à l’age de pierre, c’est se moquer du monde, excellent en travail du fer, excellent cavaliers et une rudesse au combat légendaire (ce qu’il n’oublie pas de souligne par la boutade : ils sont turbulents). Évidement la structuration sociale est communautaire pas comme chez Rome.

    Par contre je me demande si Rome n’était pas restée à l’age de bronze notamment en agriculture, vraisemblablement du à sa conception latifundiaire des choses.
    Chez les celtes et les germains l’innovation était bien au delà dans ce domaine, la structure communautaire et autonome et le fer le permettait ?
    Certes il eu de bonnes choses chez les romains comme les traités de Caton l’ancien mais je le perçois cela plus sous la grâce de leur qualité littéraire, dans la compilation des savoirs et gardons toujours l’idée de gestion de la maison, de la propriété du latifundium.

    Bref, je sens un parti pris gênant pour la casuistique romaine, sur la conception religieuse des choses ou la communautaire. Enfin on verra le 4eme épisode si cette intuition est précisée.