Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les États-Unis se désengagent de la gestion d’Internet

Au profit d’une "entité internationale autorégulée" basée en Californie

C’est une information passée inaperçue, mais Internet vient de connaître une petite révolution. Depuis samedi, les États-Unis ne supervisent plus l’organisme attribuant les adresses des sites Internet dans le monde. Désormais, les fameux « noms de domaine » seront gérés par une « entité internationale autorégulée et à but non lucratif ». Difficile de savoir quelles seront les conséquences de cette nouvelle gouvernance de la Toile, mais ce changement inquiète certains, notamment aux États-Unis.

 

Internet est-il en danger ou est-il, au contraire, désormais mieux protégé ? Les avis sont très partagés, et seul l’avenir le dira. Mais le moment est en tout cas historique, puisque les États-Unis avaient promis de se désengager de la structure gérant les noms de domaine dans le monde entier depuis 1998.

Lire l’intégralité de l’article sur rfi.fr

 


 

Hypocrisie de la privatisation ?

 

Le rôle de l’ICANN est régulièrement remis en question, notamment à cause de ses liens avec le gouvernement américain. L’ICANN a en effet été fondée à la suite d’une directive du département du Commerce des États-Unis, et l’ICANN fonctionne toujours sur la base d’un mémorandum avec ce ministère.

Ce contrat passé entre l’ICANN et les États-Unis stipule que l’ICANN sera sous tutelle du gouvernement jusqu’à ce qu’il remplisse un certain nombre d’objectifs. Ce contrat a pris fin le 30 septembre 2009. L’ICANN, estimant avoir rempli les objectifs fixés par le gouvernement, avait contacté ce dernier en demandant son indépendance avant la fin du contrat mais sa demande n’a pas été acceptée.

De nombreux pays aimeraient que la fonction dévolue actuellement à l’ICANN soit prise en charge par un organisme dirigé par l’ONU. Ainsi, l’Union européenne demande une privatisation totale de l’ICANN à partir du 1er octobre 20097. L’ONU elle-même a indiqué avoir eu des projets dans ce domaine, mais le gouvernement Bush s’y était alors fortement opposé.

D’autres personnes préféreraient une autre organisation sous forme coopérative qui ne soit ni l’ICANN ni l’ONU, qui est inter-gouvernementale et où la société civile n’est pas représentée.

Le contrat de l’ICANN s’étant terminé le 30 septembre 2009, une nouvelle réorganisation de la gestion d’internet devra avoir lieu.

Les États-Unis ont prévu, en mars 2014, de renoncer au contrôle de l’ICANN et d’en confier la gestion en 2015 à une organisation internationale. Toutefois ils refusent que ce soit sous contrôle de l’ONU.

Lire l’intégralité de l’article sur fr.wikipedia.org

Sur le contrôle des masses par le contrôle d’Internet,
lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Très mauvaise nouvelle, dites adieu à la liberté d’expression sur Internet qui était fondamentale jusqu’à présent car très importante aux USA.
    Mais bon il y a du American bashing primaire ici donc ça va faire plaisir à tout le monde que ça devienne un comité composé de chinois, saoudien, etc. qui s’en occupe.

     

    • #1570256

      En France aussi depuis Charlie la liberté d’espression c’est très important, ho ! Moi je suis pour une gestion en interne, à échelle nationale, et chaque réseaux nationaux connectés entre eux et accessibles selon certains critères.


    • Globalement très d’accord avec toi...c’est évidemment une volonté de la communaute organisée qui veut censurer le net...Ils se sont rendu compte que le 1 er amendement américain était la et risquait d y rester quelque temps, surtout si trump passe... (Même si des lois anti hate speech sont en preparation) Et donc en catimini le pion de la communauté, obama, s empresse de refiler ce contrôle à une organisation fantoche juste avant de partir...depuis quand en pleine guerre contre le terrorisme et avec le patriot-act se sépare-ton du contrôle d Internet ???si les usa sont une démocratie ou est la volonté populaire ?même les pays étrangers ne le demandaient pas...a la limite à l onu ça aurait eu un sens...Mais les israéliens n’ont plus le contrôle de l onu et ont des pays non alignés face à eux...

      Concernant le "bashing" par contre là tu m’as fait rire...
      Qu il y ait des anti-Americains en france c’est la moinde des choses...Mais il y a aussi une grande quantité de supporters de Trump par exemple...honnêtement cela va dans les deux sens et c’est équilibré. ..
      J ai connu le bashing antifrancais de 2003 à 2007 aux usa et je te dis que C est du pipi de chat ce que tu as ici...Et même encore aujourd’hui vas voir n’importe quel blog américain, y compris après une tragédie en france et tu vas voir des stéréotypes immondes s étaler sous tes yeux étonnés. ..c est vraiment le dernier pays que j’ai envie d entendre se plaindre du bashing...


    • #1570869

      C’est exactement ça, la privatisation d’internet sens très mauvais mais le bashing anti-américain dont tu parles est contre le gouvernement américain qui travaille a fond pour les mondialistes et non contre les ’’américains’’ en tant que tel.


  • Qui va diriger cette association à but non-lucratif ?

    Dieudo ou ses ennemis ?


  • #1570249

    "Ainsi, l’Union européenne demande une privatisation totale de l’ICANN à partir du 1er octobre 20097" putain d’ici là je serai mort les amis ! enfin sans doute...


  • Ainsi, quand l’Empire va censurer ou ( en cas de IIIe guerre mondiale ) déconnecter des pays d’internet, les USA auront les mains propres : "c’est pas moi !"


  • #1570251

    Les gens vont-ils vraiment croire que ce changement se fait pour la bonne cause ? Il y a très probablement anguille sous roche ! Probablement une mesure "cosmétique" pour se conformer à l’esprit "gouvernance mondiale" où aucune nation en particulier ne doit prétendre au contrôle d’une instance à vocation internationale...on fait style "maintenant internet est indépendant et auto-régulée..." comme les banques centrales si vous voyez où je veux en venir...


  • #1570266

    Il y a 15 ans, ça aurait été une excellente nouvelle.
    Aujourd’hui, on peut redouter le pire, c’est à dire la disparition du net.


  • #1570371

    Il s’agit de donner des noms de domaine... ou de les ôter, les invalider.
    En effet c’est inquiétant. La loi sur la libre expression américaine protégeait tant bien que mal les internautes.
    Dieu merci, les as du net pourront recréer un réseau parallèle, à partir de pays dissidents et leurs services aguerris. Les censeurs du monde en veulent probablement trop.
    La science, la connaissance, l’esprit, le goût inné de la vérité et de l’harmonie, tout ceci plane au-dessus des gros matérialistes brutaux et tracassiers. S’ils le pouvaient, ils mettraient ces aigles en cage.
    Mais il faudrait regarder vers le ciel, ce qui n’est pas dans les habitudes ni les capacités des vilaines taupes.
    Et qui sera quoi dans cet organisme international, pas sous l’égide de l’ONU (qui inclut la Russie et la Chine) ?
    Il y aura sûrement BHL dans les candidats-octroyeurs de noms de domaine, au sein du comité central. Il aime tellement les mots.

     

    • Il n’y a pas grand chose à craindre dans le domaine de la censure à une échelle globale car l’internet est quand même pas trop mal conçu. Certes l’attribution des noms de domaines, par exemple egaliteetreconciliation.fr, est centralisée vers un organisme unique, ce afin d’éviter les doublons et faire respecter quelques règles de nomenclature (.com, .fr, .gov, etc) pour éviter l’anarchie la plus complète.

      Mais c’est ce qui se passe ensuite qui est astucieux. Il y a des ordinateurs, répartis sur la colonne vertébrale du net (backbone mondial), jouant le rôle de serveurs de noms de domaine (DNS pour les intimes). En gros quand vous demandez l’accès à une page web, entre autres, un premier dialogue s’opère avec un DNS. Vous lui envoyez l’adresse HTTP d’un site et il vous retourne l’adresse internet physique correspondante s’il existe dans son annuaire. Sinon vous ne pouvez accèder au site, du moins pas à partir de l’adresse HTTP habituelle.

      En imaginant que l’administration ricaine décide de supprimer des noms de sites en amont, celà affecterait tous les DNS, qui viennent périodiquement chercher ces informations topologiques à cette source unique. Tous ? Pas forcément. Certains DNS, en Chine par exemple, ne sont pas obligés d’appliquer les indications de suppression fournies par l’organisme gérant les noms de domaine. Seuls les DNS sous contrôle ricain seraient affectés.

      En quoi celà nous concerne-t-il ? Peu le savent mais votre ordinateur stocke l’adresse IP (physique) d’un DNS par défaut. Il vous suffirait donc de diriger vos requêtes vers un DNS de votre choix (non-censuré) pour accéder à ces sites devenus inaccessibles. Certes, ce n’est pas un bidouillage à la portée des néophytes mais quand le temps viendra, ceux qui seront intéressés apprendront vite.

      D’autre part, avant que l’administration US ne mette la main sur le processus d’attribution des noms de domaine, c’était le Stanford Research Institute, basé à Palo Alto en Californie, qui s’en chargeait dans les années 80. Plus précisément l’assistante de l’un des directeurs, toute seule comme une grande. C’est quand le volume de demandes a explosé et que l’internet a pris un intérêt géopolitique que le SRI a passé la main au gouvernement.

      Donc si la main repasse à un nouvel organisme plus ou moins indépendant, on en reviendra à la solution initiale dont personne ne se plaignait... car aucun DNS n’est obligé de supprimer un site de son annuaire. Il le fait parce que son administrateur le veut bien.


    • #1572451

      A Sherlock,

      oui mais le problème semble être celui des OS.

      Si Mac, Microsoft, Google ... décident de supprimer l’accès au net, tu ne pourras pratiquement plus rien faire : plus aucun téléchargement, plus aucune messagerie.

      Resteront les clés USB pour se refiler des programmes libres qui joueront les navigateurs.
      Tu en connais ?


  • #1570398

    "Entité internationale autorégulée" = Matrix du Diable !!!...


  • Qui dit privatisation dit droit de copyright.


  • De pire en pire apres une attaque ciblée du jamais vue dans l’histoire de l’internet, une puissance jamais enregistrée avec des retraits. Y’a de quoi reflechir. En resumé mis a part la puissance de l’attaque ddos, c’est seulement avec pres de 150.000 aappareils en plus de pres de 6900 cameras, oui des camera. que l’attaque a été perpétrée. Le pire c’était tellement ingenieux. En resumé pour les moins aboutis, imaginez on viens pour vous cambrioler 1-on retire la serurre on s’en va. Le lendemain vous achetez une nouvelle serrure et signalez le tout a la police.
    2-il reviennent et retirent la serrure et tue le chien. vous achetez deux chiens, une nouvelle serrure, un syteme d’alarme et une arme. 3-ils reviennent enlevent la serrure, tuent les chiens, desactivent votre syteme d’alarme et s’en vont avec le systeme entier, volent votre arme Sans oublier qu’a chaque visite un seul ou deux objets disparaissent. Ainsi de suite.

    Voila le monde l’internet en 2016 il s’y prepare quelques chose. De mal en pire. n’oublions pas le nombre d’appareil connectés non securisé de la puce du chien a l’ordinateur de votre auto c’est inquiétant.