Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les banques italiennes au bord de la faillite

Matteo Renzi remplacé en octobre ?

Le plongeon en Bourse des banques italiennes depuis plusieurs mois témoigne des problèmes de fond du secteur bancaire en Italie, qui fragilisent le système financier de la troisième puissance économique de la zone euro, au risque de contaminer d’autres pays de l’Union européenne (UE).

Les déboires du secteur bancaire pourraient entraîner l’Italie dans une nouvelle récession et, dans le pire des cas, provoquer une crise à la grecque que l’Europe aurait toutes les peines du monde à maîtriser.

Les banques italiennes ploient sous une montagne de créances douteuses, nourrissant un sentiment croissant d’instabilité, y compris sur le plan politique.

Le président du Conseil Matteo Renzi a ainsi promis de démissionner s’il était désavoué en octobre lors d’un référendum sur une réforme de la Constitution. Au vu des derniers sondages, il a toutes les chances de perdre.

Lire la suite de l’article sur capital.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1504061
    le 07/07/2016 par Francois Desvignes
    Les banques italiennes au bord de la faillite

    "Dans le pire des cas provoquer une crise à la grecque"

    Non

    Dans le meilleur des cas provoquer une crise à la grecque : et c’est pas pour faire de la syntaxe.

    La cessation des paiements de la Grèce soit un pays faisant 5% du P.I.B. de l’UE a failli casser les rotules de l’U.E.

    Ça nous a coûté très très cher de ne pas sauver la Grèce puisque les prêts que nous lui avons consentis n’ont eux mêmes pas sauvé leurs banques prêteuses mais seulement accordé à ces dernières un sursis moyennant le saignage à blanc de la Grèce réelle. :

    Maintenant, imaginez que le même scénario se reproduise pour l’Italie.

    L’Italie et ses prêteurs sont trop gros pour être sauvés

    Et la dead line c’est octobre


  • #1504360

    les idiots utiles des médias français n’en parlent pas trop .....