Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les chambres de compensation, failles systémiques de la zone euro ?

"Les risques et leurs conséquences ont été transférés"

L’Eurozone et ses satellites telle que la Suisse présentent des dangers de faillites systémiques réels. Pourtant, pour qu’une région fasse faillite, il faudrait que les tenants de la haute finance internationale le décident.

Nous avons vu comment ils avaient imposé un embargo bancaire au peuple grec. Ils avaient tout bonnement coupé le robinet d’approvisionnement en liquidités. Après avoir pris en otage un pays et sa population, le gouvernement d’extrême gauche a cédé à toutes les demandes…

Le cas de la crise actuelle des grandes banques européennes, et on pourrait les mettre toutes dans le même panier, est différent. La situation réelle de ces banques est inconnue pour différentes raisons. Retenons pour l’instant les masses financières dont le volume est simplement inconnu car elles ne sont pas comptabilisées par les banques. C’est de l’argent créé par les banques et qui n’a pas de traçabilité comptable fiable.

On suppose que ces sommes sont juste énormes…

Pourtant, certaines choses qui se passent sont portées à notre connaissance.

En octobre 2015, HFR Global Hedge Fund Industry Report nous apprenait que 95 milliards de dollars sur 3 trillions s’étaient évaporés. Dans ce système-casino, où la spéculation est devenue un objectif en soi, la volatilité bat des records et beaucoup d’agents spéculateurs font faillite.

Des sommes effrayantes partent en fumée sans que cela ne déclenche les palabres de 2007 ou de 2012…

Pourquoi les effets de ces pertes astronomiques ne font-ils plus la une des médias et ne semblent-ils plus créer – en apparence en tout cas – de troubles politiques majeurs ? Que s’est-il passé ?

En 2009, suite à la crise des subprimes et au dysfonctionnement devenu structurel des marchés des produits dérivés, le G20 a décidé de :

« … confier aux chambres de compensation le soin de gérer le système de sécurité lié à ces produits financiers. Traditionnellement pratiquée par les banques, la compensation bilatérale est remplacée, pour un grand nombre de produits, parl’obligation de compensation centralisée où une CCP prend en charge la gestion des appels de marge ». (Source)

Voilà que des entités privées ont été créées pour amortir les chocs dus à de grosses pertes ou à des faillites de hedge funds. Ce processus ressemble à la méthode que l’on avait vue lors des sauvetages de banques et assurances suite à la crise des subprimes, où des reprises de titres toxiques ont été échangées contre du cash (UBS Stabfund).

Une sorte d’assurance tous risques a donc été créée au milieu des circuits sur lesquels circulent ces trillions de produits financiers plus ou moins toxiques et systématiquement spéculatifs. Tout le monde peut comprendre que les risques et leurs conséquences ont été transférés.

Lire la suite de l’article sur leseconoclastes.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • « Les risques ont été transférés » on ne sait pas trop à qui, mais ils n’ont sûrement pas disparu, sinon pourquoi avoir introduit partout et en même temps (bizarre, bizarre...) la limitation de garantie à 100 k€ sur les comptes ?
    La masse des fonds spéculatifs (options, futures, CDS, etc.) est devenue tellement énorme que toute tentative de dénouer les positions entraînera l’effondrement du système financier, étant donné qu’il n’y a plus de contrepartie pour honorer les engagements pris.
    Pour éviter la catastrophe, le financiers « reportent leurs positions », c’est-à-dire payent un peu pour retarder l’échéance à laquelle ils devraient payer beaucoup, ce qu’ils ne peuvent pas faire. Voilà une petite fable pour illustrer le fonctionnement du système financier :
    Le bousier est une espèce de scarabée coprophage. Il se déplace en roulant devant lui une boule de merde qui constitue sa réserve de nourriture et tente de la faire grossir autant que possible. Mais il progresse la tête en bas et ne sait pas trop où il va car la boule de merde lui cache la route. S’il s’engage sur un pente de plus en plus raide, il fait des efforts de plus en plus grands pour pousser sa boule, mais finalement celle-ci lui roule dessus et l’écrase.
    Nous sommes dans la pente et la boule de merde est devenue très grosse...

     

    • j’ai lu il y a quelques temps à combien se chiffre le montant total du fond de garantie des comptes de placements des clients... (FGDR)
      Çà pesait pas bien lourd, vu les chiffres astronomiques mis en jeu par les banques d’investissements... qui sont aussi nos banques de dépôts.

      En France en 2007, il y avait 500 milliards d’euros d’éligibles à la mesure Bail-in et non sécurisés, sur les comptes de placements.

      Je viens de retrouver le chiffre du fond de garantie ...
      Il y a 1700Mrds d’€ d’éligibles sur les comptes concernés en Europe (chiffre de 2007), et le Fond de Garantie "dispose".....
      ....de 2Mrds...
      Aller un peu voir qui gère ce fond de garantie, et là, c’est le bouquet... de roses noires.