Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

Une « petite phrase » de Nicolas Sarkozy est en train de déchaîner les commentaires quand il a affirmé qu’à partir du moment où l’on devient français : « l’on vit comme un Français et nos ancêtres sont les Gaulois » [1].

 

On connaît le goût immodéré des politiciens pour les « petites phrases » et celle-ci ne fait pas exception à cette règle. On peut la trouver inadéquate, manquant de précision, mais le fond de ce qu’elle dit n’est autre que quand on vient d’un autre pays pour devenir français on s’approprie l’histoire de France. Est-ce donc si scandaleux ? Il est paradoxal qu’un adversaire de Nicolas Sarkozy, quelqu’un qui a combattu ses idées et sa politique, soit amené à le défendre sur ce point devant la meute hurlante de la « bien-pensance ». En fait, cette petite phrase s’inscrit dans le contexte actuel du débat sur l’identité. Ce débat touche à un problème réel, même si la notion d’identité est largement déformée voire défigurée par certains. L’absence de toute distinction entre l’identité politique et la question des racines culturelles permet toutes les dérives, dérives dont Eric Zemmour est désormais devenu, comme je l’indiquais dans un ouvrage sorti cette année [2], l’exemple et le synonyme. Le débat oppose même le terme de souveraineté à celui d’identité, comme on peut le voir dans articles de David Desgouilles [3] ou de Pierre Arnoux [4] dans Causeur.

 

La poule et l’œuf ?

La question de la souveraineté et celle de l’identité pourraient s’apparenter à la vieille question de la première poule et du premier œuf. On conçoit qu’il y a des peuples qui n’ont pas la souveraineté nationale, qui la réclame, mais qui ont une conscience forte de leur identité, et cela va des kurdes aux québécois.

Encore faut-il comprendre comment cette conscience, qui est une conscience politique tout autant que culturelle s’est construite. Le grand historien, et homme politique, français François Guizot, donne une explication du processus. C’est par l’extension des domaines de souveraineté a été la forme prise par les luttes sociales qui, au fil du temps, ont construit les institutions. Il analyse ainsi le processus d’affranchissement des communes, ce qui le conduit d’ailleurs à la célèbre conclusion que voici :

« (…) la lutte, au lieu de devenir un principe d’immobilité, a été une cause de progrès ; les rapports des diverses classes entre elles, la nécessité où elles se sont trouvées de se combattre et de se céder tour à tour, la variété de leurs intérêts et de leurs passions, le besoin de se vaincre sans pouvoir en venir à bout, de là est sorti peut être le plus énergique, le plus fécond principe de développement de la civilisation européenne ». [5]

Pour autant, l’analyse de Guizot va au-delà de cette simplification. Ses implications n’en n’ont pas été d’ailleurs pas toujours pleinement comprises. Ce que Guizot affirme, c’est non seulement la nécessité de la lutte comme principe d’engendrement des institutions, mais aussi un lien circulaire, ou plus précisément en spirale, où l’on repasse régulièrement au même point mais pas à la même hauteur, entre une institution de souveraineté, la commune bourgeoise par exemple, et le principe de la lutte des classes. La première partie de la citation doit alors être comprise de la manière suivante : sans les garanties que leur donnait la commune, jamais les bourgeois n’auraient osé franchir le seuil qualitatif de la lutte pour les institutions de la société dans son ensemble. Guizot, par ailleurs, analysait très justement la frilosité politique de ces bourgeois et montrait tout ce que leur force devait à une démarche collective :

« Le bourgeois d’une ville, se comparant au petit seigneur qui habitait près de lui et qui venait d’être vaincu, n’en sentait pas moins son extrême infériorité […] il tenait sa part de liberté non de lui seul mais de son association avec d’autres, secours difficile et précaire [6]. »

La lutte des bourgeois d’une ville pour leurs franchises et celle qui emplit le XVIIIe siècle et qui se déroule à l’échelle nationale appartiennent l’une et l’autre à la lutte des classes ; pour autant, il ne s’agit pas de la même chose si on l’envisage sous l’angle de la dynamique de la société. La victoire dans le premier stade fait subir à cette lutte un changement qualitatif, parce qu’elle dote la classe en question d’une institution lui permettant d’acquérir une conscience différente de ses intérêts et de ses besoins, et lui offrant des moyens nouveaux. En d’autres termes, il n’est de possibilité d’expression de ses intérêts que par la conquête d’espaces de souveraineté.

Le sentiment d’appartenance, ce qui fait « peuple », ce qui constitue le « corps politique » vient justement de la mémoire de ces luttes, mémoire qui peut être transformée, manipulée, et nous savons que mémoire n’est pas histoire, mais qui est un élément constitutif essentiel de l’identité. Cette dernière se construit simultanément à l’acquisition d’espaces de souveraineté, par le biais des luttes sociales et politiques qui traversent le « corps politique ». Ce dernier se constitue ainsi progressivement en « peuple », en particulier quand s’affirme un pouvoir central en quête de souveraineté, l’État, qui émerge d’une double lutte – dans le cas français – contre un pouvoir transnational (celui du pape) et contre des pouvoirs locaux (les seigneuries). L’oubli de ce processus engendre les dérives ethnicistes qui, aujourd’hui, polluent le débat sur l’identité.

 

Qu’est qu’être français ?

On peut alors reprendre la question, en se démarquant des errements d’un Zemmour ou d’un Ménard, qui ont été condamnés même par le Front National [7]. De même, dans sa forme, la citation de Nicolas Sarkozy est fausse car il n’y a pas de continuité entre l’espace politique des celtes influencés par les grecs [8], que l’on appelle les « gaulois » [9], et la constitution progressive du « peuple français » qui s’affirme à partir de Philippe Auguste [10], autour de ce moment historique qu’a représenté la bataille de Bouvines [11].

Mais, ce « peuple » est bien constitué au moment de l’aventure de Jeanne d’Arc. Car, qu’est-ce qui sépare les « français » des « anglais » à cette époque ? Des deux côtés on est chrétien ; l’élite politique parle la même langue ; les formes du pouvoir politique sont très proches. Pourtant, il est clair que la culture politique n’est plus la même, ce qui fait que le sentiment de la différence n’est pas seulement ressenti par l’élite mais bien par la population. Le « peuple » s’est construit, sans avoir conscience de cette construction, en même temps que s’affirmait le pouvoir du souverain et l’émergence d’une bureaucratie royale [12]. La construction politique du « peuple » et celle de l’État sont les deux faces d’une même pièce de monnaie. Ce qui permet de comprendre pourquoi, en ce moment historique où l’État se défait, où l’on abandonne la souveraineté, la question de « ce qui fait peuple » ressurgisse avec autant de violence, mais aussi autant d’incompréhensions. En un sens les thèses d’Eric Zemmour, ou celle de Pierre Arnoux, sont l’exact symétrique de celles d’un François Hollande ou de l’élite européiste.

Là où François Hollande ne voit dans la France qu’un espace de gestion dépourvu de souveraineté, Zemmour affirme des principes ethnicistes car il ne peut (et ne veut) penser la centralité de la question de la souveraineté.

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Notes

[1] http://www.lefigaro.fr/politique/le...

[2] Sapir J., Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, Editions Michalon, 2016.

[3] http://www.causeur.fr/eric-zemmour-...

[4] http://www.causeur.fr/pas-de-souver...

[5] F. Guizot, Histoire de la civilisation en Europe, rééd. du texte de 1828 avec une présentation de P. Rosanvallon, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1985, p. 182.

[6] Ibid., p. 184.

[7] Voir la réaction de Louis Alliot aux déclarations de Robert Ménard, http://www.lefigaro.fr/politique/le...

[8] Wierner K-F, Histoire de France. Tome 1, Les Origines, Avant l’an mil, Paris, Fayard, 1984.

[9] Qui, ethniquement, sont très proches des germains, mais qui ont adopté sous l’influence des grecs une forme d’organisation politique particulière qui les spécifie.

[10] Flori J., Philippe Auguste – La naissance de l’État monarchique, éditions Taillandier, Paris, 2002 ; Baldwin J.W., (trad. Béatrice Bonne, préf. Jacques Le Goff), Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondations du pouvoir royal en France au Moyen Âge, Paris, Fayard,‎ Paris,1991.

[11] Duby G., Le Dimanche de Bouvines, Gallimard,‎ Paris, 1973

[12] Favier J., Les légistes et le gouvernement de Philippe le Bel », in Journal des savants, no 2, 1969, p. 92-108. Idem, Un Conseiller de Philippe le Bel : Enguerran de Marigny, Paris, Presses universitaires de France, (Mémoires et documents publiés par la Société de l’École des chartes), 1963.

Comprendre la France avec Kontre Kulture :

Jacques Sapir, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1561878

    Rappelons que ce schizophrène, en a voulu à Nadine Morano, pour n’avoir pas dit, finalement (politiquement) pire. T’ es vraiment dégénéré, Nico ! La consanguinité, sans doute ?


  • #1561882

    Amis de E&R
    Je ne comprends pas ce débat sur l’identité.
    Racines et identités sont 2 choses différentes.
    Les racines sont immuables, l’identité est changeante chez l’homme. En fonction des changements climatiques, des famines, des épidémies etc....
    Remarquez le lien avec la lèpre par exemple, c’est une très belle épopée qui marque notre histoire autant qu’une guerre.
    L’identité n’est pas quelque chose qui se déclare ou se chante mais qui se vit.
    Je lis ,ici et là, que la France à une racine Chrétienne ok, mais pas une identité chrétienne. Désolé les Eglises ne font pas la foi, Elles l’habitent, et ces mêmes Eglises sont vides ! Et certains ici de suffoquer quand on doit en détruire une parce que vide et en ruine.Schizophrénie... ? Est chrétien toute personne ui pratique le christianisme, est musulman toute personne qui pratique l’Islam, est cycliste toute personne qui pratique le cyclisme :-) (je suis fan de la petite reine)
    En réalité cette pseudo crise d’identité actuelle n’est qu’un prétexte pour le choc des civilisations cuisinés amoureusement par nos élus.
    La FM et le consumérisme ont depuis longtemps réduit tout ça. La messe du dimanche est remplacée par celle du samedi chariot à la main, mais ne vous en faites pas bientôt même le dimanche, pour être raccord avec le travailler plus pour gagner plus.
    Le sursaut identitaire ne se fait pas grâce à une prise de conscience pour le bien du pays, mais contre une identité étrangère.Nous sommes moins Français parce que les musulmans veulent nous coloniser.
    Quelle hypocrisie ! Attention que la ne change rien au problème des flux d’immigration incontrôlés et des conséquences (chômages, précarités, délinquance etc..) mais cic est pour le futur le plus facile des points. Le point crucial ce sont nos élites.
    Et oui les amis nous revenons toujours face à cette réalité d’esclaves que nous sommes.
    Il est facile de se battre contre les autres esclaves à partir du moment que c’est bien le maître qui donne le tempo à coups de fouet qui si on y prête attention ressemble parfois à un serpent ,....se mordra-t-il la queue ?
    Ne varietur
    Lavrov


  • #1561896

    « l’on vit comme un Français et nos ancêtres sont les Gaulois »

    moi ca me choque pas, au contraire, je suis né en France et je considere ceux qui sont nés avant moi sur cette terre comme des ancetres, disont, spirituels... c’est quelque chose d’humain, si on considere que l’esprit est vivant et qu’il impacte le monde materiel alors il faut etre en accord avec l’esprit des ancetres (anciens etres) pour rentrer et prolonger l’histoire du pays...

    c’est sur que si on est uniquement materialiste alors seul la genetique compte et dans ce cas le mode de vie et la vision du monde se transmet par le sang et la race... mais je n’y crois pas. Pour moi c’est le pays qui fait l’homme plus que l’homme ne fait le pays.

     

    • #1561934
      le 21/09/2016 par Brian Boru
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      Hein ? Donc si tes enfants partent vivre en Chine , leurs descendants deviendront de vrais Chinois ? C’est bizarre car les Cajuns , les Békés aux Antilles ,les Québecquois qui vivent depuis plus de 100 ans loin de leur pays d’origine revendiquent leur identité Française
      Les Boers sont restés fidèles à leur origine en Afrique du Sud , les immigrés Espagnols d’Amérique du Sud reviennent en Espagne retrouver leur racines .Les Ecossais des U S A gardent leurs traditions et leurs défilés en kilt à la moindre occase ,les Italiens ,les Mexicains , les Amerindiens de nationalité "Americaine " restent des Amérindiens, des Mexicains et des Italiens (Si tu as voyagé tu as du t’en rendre compte ).
      Les Afro Américains restent des AFRO Américains Le pays Amérique n’a construit qu’une juxtaposition de cultures d’immigration qui ne se mélangent pas et méme se combattent et vivent entre elles comme à Chinatown , Detroit ou Chicago . C’est l’inverse du magnificent "vivre ensemble dans l’égalité "que prônent ceux qui vivent dans leurs beaux apparts a porte blindée , se déplacent en voiture à chauffeur et garde du corps
      Ce baratin de melting polt ouiouiesque factice est bon pour les séries télé US dans lesquelles tout le monde à sa place
      La réalité c’est les SDF qui vivent dans les sous sol du métro et les crimes quotidiens entre ethnies , qui ne vont qu’en s’aggravant jusqu’à une probable guerre raciale qui se profile à l’horizon .
      L’homme est un animal qui a toujours vécu en tribus et en territoires . les girafes vivent avec des girafes sauf dans le paradis des crédules ou elles embrassent les lions ...


    • #1561958

      Peu importe ce qu’a dit cet opportuniste hongrois, on est quand même le seul pays où l’on remet en cause l’héritage celte avec mépris et condescendance préférant mettre l’accent sur les apports qui se sont ajoutés par la suite (qui entre nous n’avait rien avoir avec ce que la France connait depuis la fin du XIXe)
      A ce rythme dans dans 200 ans on nous dira que la France a toujours été nourri d’étranger (au vu du métissage des visages du moment)


    • #1561984
      le 21/09/2016 par D. Kada - Oran
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      Pour moi c’est le pays qui fait l’homme plus que l’homme ne fait le pays.



      C’est faux. Les USA, ce sont les émigrés européens qui l’ont édifié dans le sang et le massacre des amérindiens. C’est par le plus grand génocide de l’Histoire qu’ils ont fait l’Amérique. Et "ça marche".

      Le Pire DK


    • #1562052
      le 21/09/2016 par insoumis de la dissidense
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      Je suis entièrement d’accord avec Rachid car c’est bien le pays qui fait l’homme.

      Point de vue pragmatique :
      C’est bien notre géologie et nos reliefs extrêmement variés soumis aux influences sub-boréales nordiques, atlantiques pour la façade ouest et continental pour la façade est et enfin méditerranéennes pour le sud qui sont à l’origine de tous nos terroirs.
      Et chaque terroir de dégager un peuple avec son patois, ses coutumes, ses mythes, un peuple qui élèvera et cultivera d’abord les variétés locales (voyez le nombre de nos fromages).

      Point de vue philosophico-politique :
      Il faut analyser la chose à l’aune du dualisme : un homme est un corps et un esprit.
      De la même manière la patrie est notre corps et la nation est notre âme.
      Un chinois sera toujours génétiquement un chinois mais pourra devenir un vrai français si il entre dans la communion nationale.
      Le nier c’est avoir une vision communautariste et racialiste faisant évidemment les choux gras du système.
      L’accepter c’est respecter l’esprit français : une nation partiellement multiraciale mais surtout totalement mono-culturelle. Combien de peuples depuis les Celtes sont arrivés sur nos territoires ?
      C’est ce qui fait aujourd’hui notre richesse si menacée.
      Certes il y eu de nombreux métissages mais leur origine fut et doit rester naturelle, n’en déplaise à Soros.
      C’est lorsque ce métissage est forcé et qu’il risque d’atteindre de folles proportions que nous disons « non ! ».
      Le métissage, comme beaucoup de choses dans ce bas monde ne doit pas être traité de manière binaire « oui – non » ou « pour - contre » mais à travers le prisme de ce qu’est l’Ordre Naturel « oui mais dans des proportions naturellement raisonnables ».

      A l’ami D. Kada j’aurais envie de rétorquer que, à la lumière de ce que l’on observe aux USA, on ne peut pas vraiment dire que « ça marche ».
      C’est même tout le contraire et dans ce sens je ne peux que citer deux posts très récents de E et R : pour Olivier Delamarche « l’Amérique ne va pas bien du tout » et pour Oliver Stone « Les États-Unis sont un éléphant sous l’emprise de stéroïdes ».


    • #1562140
      le 21/09/2016 par D. Kada - Oran
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      @ insoumis de la dissidense



      …à la lumière de ce que l’on observe aux USA, on ne peut pas vraiment dire que « ça marche ».



      Ne sont-ils pas le porte flambeau de la civilisation moderne ? Si ça grince chez-eux, ça grincera partout ailleurs. Je le répète, c’est le premier pays au Monde érigé à 100% par des franc-maçons (je suis tenté de dire qu’ils n’ont d’hommes que leurs apparence). Donc ce n’est pas les USA qui ont fait les francs-maçons se sont les franc-macons qui ont fait les USA par le feu et le génocide. Ceci pour répondre à celui qui dit que ce n’est pas l’homme qui fait le pays, c’est le pays qui fait l’homme.

      Le Pire DK


    • #1562193
      le 21/09/2016 par D. Kada - Oran
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      @ insoumis de la dissidense



      …à la lumière de ce que l’on observe aux USA, on ne peut pas vraiment dire que « ça marche ».



      Ne sont-ils pas le porte flambeau de la civilisation moderne ? Si ça grince chez-eux, ça grincera partout ailleurs. Je le répète, c’est le premier pays au Monde érigé à 100% par des franc-maçons (je suis tenté de dire qu’ils n’ont d’hommes que leurs apparence). Donc ce n’est pas les USA qui ont fait les francs-maçons se sont les franc-macons qui ont fait les USA par le feu et le génocide. Ceci pour répondre à celui qui dit que ce n’est pas l’homme qui fait le pays, c’est le pays qui fait l’homme.

      Le Pire DK


    • #1562379

      @insoumis de la dissidence

      J’aime cette manière de théoriser la multiracialité de la France quand dans le reste du monde c’est le monoracialisme qui est en vigueur....

      Donc l’Europe est sensé être le rassemblement de tout les peuples du monde mais les autres peuples gardent leurs terres ancestrales...

      Sauf que cela ne marche pas comme ça, les européens veulent une Europe européenne comme elle l’a toujours été et non pas la négation de l’Europe que constitue toute cette rhétorique de promotion de la diversité, rhétorique qui est maintenant utilisé ouvertement pour justifier l’expropriation des blancs de leurs propres pays.

      Aux USA les politiciens disent que le fait que les blancs soient minoritaires est une excellente chose, le cas des USA n’a pas d’importance en soit étant donné que c’est un pays artificiel mais comme ce qui se passe là bas fini par être importé chez nous, nous avons donc un aperçu des effets de ce genre d’idéologies.

      Sinon un pays c’est un peuple et non pas une idée.


    • #1562626
      le 22/09/2016 par insoumis de la dissidense
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      @ Sobieski

      Vous déformez ma pensée en la caricaturant, en utilisant des amalgames pour la pervertir, méthode connue, non ?

      D’abord je ne parle que de multiracialité partielle issue de l’histoire ancestrale de la France et de phénomènes naturels bien connus.
      La France est l’extrémité occidentale de l’Eurasie et tous les déplacements de populations s’incrustent dans ce genre de cul-de-sac.

      Bien que n’acceptant pas le terme de race il faut bien que je l’utilise afin de pouvoir communiquer alors que je préfère le terme d’ethnie.

      Qui a dit qu’une multiracialité partielle impliquait tous les peuples du monde ?

      Qui a dit que multiracialité partielle nous faisait forcément sortir du monde blanc ? Entre un alsacien, un basque, un breton, un ch’ti ou un marseillais je ne vois que des blancs, biens différents entre eux mais des blancs. Et des polonais, italiens ou portugais se sont bien assimilés NATURELLEMENT à la nation française sans que personne ne s’en offusque, non ? C’est la même chose pour des migrants bien plus anciens que furent les Normands, des germains comme les Francs un peuple d’Europe Centrale comme les Celtes sans compter les Romains qui, en plus d’occuper les camps retranchés de Babaorum, Laudanum, Aquarium et Petibonum ont sans doute fricoté avec de jolies gauloises sans filtre, et qui eurent donc une descendance.

      Accepter le fait qu’une multiracialité partielle ait contribué à la création du peuple français n’est PAS accepter le Grand Remplacement imposé par le système toxique et anti-naturel.

      Le modèle communautariste américain que l’on tente de nous imposer doit être repoussé de même que cette idée fallacieuse de peuple européen. Le juste contraire n’est rien d’autre qu’accepter une grande étape de la mondialisation.

      Je suis un immigré et je serais moins français que d’autres, quelque-soient mes gènes ?
      Je ne sais pas d’où ils viennent mais mes ancêtres au 8ème siècle ont migré dans le Maine en Francie Occidentale, placés là par Charles II, ce dernier ne faisant pas confiance aux locaux Mérovingiens. Faites donc des recherches sur la deuxième Marche de Bretagne. Peut-être ne suis-je qu’un descendant de boches en fin de compte :)

      Je ne peux rien contre l’histoire réelle et remarque une fois de plus que bien des différends trouvent leurs origines dans des mots dénués de sens ou mal compris, entendez par là tout ce qui tourne autour du concept non scientifique de race. C’est sans doute ce qui alimente le discours LeLayiste de certains...


  • #1561909

    Sarkosy s’adresse à Pépère et à Bobonne, c’est à dire à la masse des électeurs, qui approuve ses propos de patriote de pacotille . Il veut évidemment ratisser le plus large possible .


  • #1561942
    le 21/09/2016 par Atepomaros
    Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

    C’est bien beau tout ça mais les descendants de ces celtes que César a appelé gaulois ils se trouvent où si ce n’est en Europe de l’Ouest, et donc sur le territoire de l’actuel France ? Au Brésil peut-être ?...Moi qui suis né en France, et qui ne peut me rattacher, à la connaissance des membres de mes familles paternelles et maternelles, d’aucunes autres origines que Française, pourquoi je ne pourrais voir en ces celtes des territoires européens mes ancêtres ? On ne refuse pas, par exemple, de voir dans les égyptiens actuels des descendants de la culture des pharaons à ce que je sache...


  • #1561945

    C’est amusant que l’identité ethnique française pourtant indiscutable soit remise en question alors que l’identité ethnique des juifs largement fantasmée ne pose pas question .
    Comme on peut le penser les invasions guerrières ne changent pas la composition ethnique d’un peuple seulement celle de son aristocratie. Sauf en cas d’invasion génocidaire comme pour les indiens d’Amérique.Les mongols n’ont pas rendus - malgré les apparences - les chinois mongols et les arabes n’ont pas bouleversés la composition ethnique du peuple palestinien mais seulement sa religion de chrétienne elle est de venue musulmane. En Palestine, lors des invasions arabes il y a longtemps que les juifs étaient devenus majoritairement chrétiens.

     

    • #1561976
      le 21/09/2016 par Brian Boru
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      Je recommence ;Iparceque le terme " ethnie Française " n’a pas de sens .La France n’existe que depuis très peu de temps .Longtemps elle fut constituée de royaumes et de peuples divers perpétuellement en conflit . La Lorraine ,l’Alsace , Nice ,la Savoie , Le Nord pas de Calais , les Pyrénées ,la Bourgogne la Bretagne ,la Corse appartenaient à des Européens d’origine diverses Espagnols ,Lombards , Anglo saxons , Germains ,Francs , Nordiques etc ...
      On peut parler d’Identité culturelle ou de Nationalité ,mais pas d’ethnie ;Un Basque et un Savoyard n’ont pas grand chose en commun ,ni génétiquement , ni dans leurs traditions ;Ils sont Français quand ils y pensent !


    • #1562143

      Monsieur Boru le terme ethnie dans son sens moderne qui date de Max Weber recouvre un sentiment commun d’appartenace et peu très bien spécifié ce que sont les français - bien que ce sentiment hors des matchs de foot disparaisse.
      Le sens ancien d’ethnie qui voulait en faire une réalité objective résultat d’une sélection naturelle n’a plus cour de par sa définition trop vague.Il était le pendant de RACE terme que l’on n’osait plus employer.
      Pour ma part je voulais dire que le peuple français était issue d’une ethnie gauloise. Les gaulois n’avaient d’unité que culturelle et non biologique c’était un conglomérat de peuples caucasiens . Ce qui fait une apparence physique commune chez un peuple c’est son métissage et sa vie en commun et non qu’il descendrait d’ancêtres communs dont il aurait su garder les caractéristiques.


    • #1562232

      @kabouli

      "Les gaulois n’avaient d’unité que culturelle et non biologique c’était un conglomérat de peuples caucasiens."

      Il aurait fallu expliquer cela à Vercingétorix en personne car ce dernier ne voulait pas seulement bloquer les incursions latines mais voulait reprendre Rome comme Brennus jadis et reformer "l’empire" celte de la Gaule jusqu’au bord de la mer noire la terre d’origine des celtes.


  • #1561956
    le 21/09/2016 par réGénération
    Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

    Personnellement mon nom de famille remonte à 1634, avant j’en sais rien, j’ai autant de sang gaulois, qu’africain si on remonte encore plus loin... faut bien voir que dans l’Arche de Noé il y avait les quatre races de présentes : nous sommes tous issus de la même souche ! Alors pourquoi vouloir diviser, sans doute pour des raisons électorales.

     

    • #1562003

      Personnellement mon nom de famille remonte à 1634, avant j’en sais rien, j’ai autant de sang gaulois.....nous sommes tous issus de la même souche !

      C’est assez bas ce genre d’arguments, on croirait entendre le NPA.
      Si tu n’es pas remonté plus loin, c’est soit la conséquence de manque d’archives, soit le fait que tu n’as pas utilisé toutes les sources possible, pour mal part j’ai des branches qui trainent à monter et d’autres qui filent facilement au portes du XVe.
      Une fois la renaissance atteinte tu peux te dire clairement selon l’étymologie du nom que cela amènera au Moyen Âge et qui dit Moyen Âge dit ancestralité Celte (parce que bien sur)
      Ne pas hésiter aussi à regarder les rapports des commanderies de templiers etudiés qui parfois recensaient les patronymes présents sur les villages.


    • #1562047
      le 21/09/2016 par Atepomaros
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      « Des scientifiques chinois et américains viennent de dater les restes de l’homme de Zhirendong dans le sud de la Chine : ils auraient au moins 100 000 ans. Cette datation repousse la date de la présence des hommes modernes en Chine de près de 60 000 ans.

      Elle bouscule aussi le scénario de “l’Out of Africa“, selon lequel les Homo sapiens sapiens seraient sortis d’Afrique il y a environ 70 000 à 90 000 ans pour conquérir peu à peu le monde. L’homo sapiens archaïque de Zhirendong étant antérieur, il ne pourrait pas en être issu. De quoi remettre en question l’origine exclusivement africaine de l’homme moderne. »

      Si vous aviez autant de sang européen qu’africain vous seriez d’un morphotype africain, si ce n’est pas le cas alors il n’y a pas de raison d’avoir du sang africain, pourquoi s’inventer des origines venant d’ailleurs ?..ça fait tendance c’est ça ?

      Il n’y a pas eu tant de mélanges et de migrations de populations que ça jusqu’à une date récente, c’est un mythe.. (1860 environ les débuts de l’immigration en France, et encore une immigration européenne) et avant ça l’Europe a été pendant très longtemps une terre difficile, sous les glaces, avec une terre peu nourricière (la plupart des fruits et légumes que nous consommons aujourd’hui ont une origine extra-européenne et importés depuis les expéditions coloniales) alors qu’est-ce que des peuplades issus d’autres continents, aux conditions d’existences moins rude (et surtout non adaptés à ces conditions : physiologiquement,en terme de connaissances du terrain et des moyens d’y survivre...) seraient venu y faire ?


    • #1562064
      le 21/09/2016 par réGénération
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      Qu’est-ce qui est assez bas ? ton analyse ? mes archives remontent en 1634 et je suis pas du NPA, donc ton commentaire tu te le glisses bien profond.


    • #1562134
      le 21/09/2016 par insoumis de la dissidense
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      @ Atepomaros

      Les prémisses de ton exposé sont fausses car il y a belle lurette que l’on sait qu’il y a eu au moins DEUX « Out of Africa ».

      La première concerne Homo erectus (- 1 millions d’années – 100 000 ans), forme eurasiatique issue de l’Homo ergaster africain et qui évolua ensuite localement en Homo neanderthalensis.
      La seconde concerne effectivement Homo sapiens connu en Afrique vers -195 000 à – 154 000 ans et sorti d’Afrique vers -97 000 à -80 000 ans puisqu’on l’a retrouvé en Israël (désolé je ne suis pas responsable des découvertes paléoanthropologiques lol !!).

      Et pour prolonger la discussion, l’interprétation de la mâchoire de Zhirendong est encore loin de faire l’unanimité et il n’y a donc à l’heure actuelle encore aucune certitude (voir Nature de Mars 2015 : http://www.nature.com/articles/srep12408).


    • #1562185

      Vive la mondialisation d’Attali !


  • #1561969

    Vercingétorix s’est fait avoir par les Romains : il eut mieux valu que l’armée gauloise fût dirigée par un Herman (Arminius) qui sut attendre que les trois légions de Varus se soient engagées dans la forêt de Teutobourg pour les tailler en pièces et sauver l’indépendance de la Germanie . " Varus rends moi mes légions " soupirait Auguste en gémissant .


  • #1561979

    Sarko a compris depuis longtemps que pour être élu il faut s’adresser en priorité à la masse des... naïfs (restons courtois) .


  • #1561992

    En fonction de nos racines on peut dire que nous avons une descendance gauloise où plus exactement d’une tribu gauloise par exemple de mon père je descend des Vénètes et de ma mère des Rutènes deux régions qui ont résisté à l’envahisseur romain converti à la religion de Rome fortement catholique et superstitieuses où encore les guérisseurs se côtoient avec les hommes d’églises avec une vierge marie encore adorée où sur chaque lieu vénéré par les gaulois des croix et des églises y ont été dressés... C’est sur que l’on est bien loin des villes, du rationnel et du bling bling !!


  • #1562026
    le 21/09/2016 par le colonel
    Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

    Nos ancêtres les Gaulois ? Simple rappel.

    Le gaulois est un homme de type caucasien et de culture païenne.

    Le français est un homme de type caucasien et de culture chrétienne, en raison de l’évolution de la société – le capital primant sur la terre – s’est opérée une mutation, le français tend vers le métissage et le multiculturalisme, la primauté dans le pays – vieille France – n’est due qu’à l’héritage de la démographie, pour l’instant.

    Résultat.

    Éradiquer les traces de l’anthropologie Celte fut et reste l’obsession des élites de ce pays, quel que soit leur appartenance – francs-macs, clergé catho, juifs, et le reste – cette terre a été conquise par un ethnocide qui perdure de nos jours, il s’agit donc pour leurs trop nombreux descendants de continuer à combattre cette racine qui leur est inaccessible !

     

    • #1562115
      le 21/09/2016 par insoumis de la dissidense
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      "Nos ancêtres les Gaulois"

      Cette affirmation est fallacieuse pour les raisons suivantes :

      - On dirait que les Gaulois sont apparus ex nihilo dans un big bang ethnique. Pourtant il y avait des hommes bien avant par chez nous : les populations néolithiques à l’origine des mégalithes. Et encore bien avant, l’homme dit de Cro-Magnon...etc. A ce petit jeu on pourrait facilement remonter à l’archaeobactérie primordiale ! Mais je vous l’accorde dire que nos ancêtres sont des archaeobactéries n’a que peu de sens d’un point de vue culturel, ethnique ou nationaliste. Bref je ne vois pas pourquoi nous faisons remonter notre histoire qu’à partir de celle des dits "Gaulois".

      - Le terme de "Gaulois" n’a pas de réelle signification. Inventé par César, il désigne un ensemble hétérogène de populations venues d’Europe Centrale et présentant des points communs culturels et ethniques : les Celtes. Ceux-ci ont bien été obligés de se mélanger aux populations autochtones non ? L’archéologie n’a pas montré à ce jour que ces populations locales aient été soumises à un génocide par les nouveaux arrivants.

      - Si le "nos" donc "nous" désigne les français il faudrait plutôt aller chercher nos ancêtres à l’époque du baptême de Clovis, acte fondateur de la France. Il faut donc y voir là un "mélange" autochtono-celtique (subséquemment mâtiné de culture gréco-romaine) et germanique (les Francs), les deux étant jusqu’alors grandement séparés par des frontières naturelles (Rhin, Massif Hercynien). La preuve en est qu’à l’âge du fer et du bronze les motifs des poteries et les rites funéraires étaient distincts de part et d’autre de ces frontières. Il faut donc voir dans la naissance de la Francie une réunion de peuples et de cultures relativement proches mais avec leurs caractéristiques propres. Paradoxalement c’est postérieurement à cette réunion que l’on commence à parler de France lorsque l’Empire Carolingien fut séparé en Francie occidentale et orientale, la première devenant bien plus tard la France au sens strict et la deuxième l’Allemagne.

      Moralité l’expression "Nos ancêtres les Gaulois" ne serait-elle pas encore une invention de Fernand Nathan ?


    • #1562389

      @insoumis de la dissidence

      Bref un mélange d’européens quoi...

      Avec pour base les celtes de Gaule, quand aux celtes de Germany ils ne présentaient pas vraiment d’énormes différences avec les gaulois, la distinction Germain/ Gaulois est une invention de César.

      Comme quoi il est plus simple de faire comme De Gaulle, Morano et Ménard et dire que le peuple français est un peuple européen blanc de culture gréco-romaine, de religion chrétienne et de traditions païenne.


    • #1562632
      le 22/09/2016 par insoumis de la dissidense
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      @ Sobieski

      Décidément vos bases historiques sont bien fragiles.

      Les Celtes de Germany ? Non ce sont des Goths, pas des Celtes.

      De Gaulle, Morano et Ménard sont sont pas, et de loin, mes références. Mais cela est une autre histoire :)


    • #1563081

      @insoumis de la dissidence

      Les germains sont bien des celtes, la dichotomie gaulois/germains est totalement artificielle eu égard aux très nombreux point communs entre ces peuples, il est très probable que cette dichotomie a été inventé par les Romains pour distinguer les peuples celtes avec lesquels ils ont fait du commerce et les autres.

      Sinon il faut bien admettre que les celtes prennent pour point de départ une localité alpine qui se trouve aujourd’hui en Autriche.


    • #1563406
      le 23/09/2016 par insoumis de la dissidense
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      @ Sobieski

      C’est curieux à quel point vous déformez l’histoire et les données archéologiques.

      Les goths sont issus de Pologne ou pour certains de Scandinavie.

      Les Celtes (définis par des observateurs externes) correspondent à un ensemble hétérogène de 100 à 150 peuples sans unité politique et venant « d’Europe Centrale » sans autre forme de précision.

      Votre « point de départ » en Autriche n’est qu’un des points d’arrivée de ces peuples celtes en Europe Occidentale. Votre localité alpine est Hallstatt et à permis de définir le premier âge du fer, période d’extension maximale pour les peuples celtiques.
      Leur zone d’extension fut réduite par l’invasion romaine (guerre des Gaules) et au NE par les Goths.

      Puisque l’on parle ici « d’ancêtres gaulois », le terme de Gaulois ayant été effectivement défini par César, on n’est plus depuis belle lurette à l’époque de la civilisation de Hallsatt mais à celle de la Tène ou deuxième âge du fer.
      La Gaule de Jules César (en tout bien tout honneur) n’inclus donc pas les territoires des peuples germains regroupés sous le nom de Goths.

      Repères chronologiques :

      Hallstatt : -1200 à -450 (environ)

      La Tène : -450 à -25 (environ)

      Guerre des Gaules : -58 à -50 (donc en plein dans La Tène)

      La séparation entre Goths et « Celtes » n’a rien d’artificielle puisque, malgré d’indéniables points communs, leurs cultures sont distinctes et les différences s’expriment dans les motifs décoratifs des poteries (pour le temporel) et les rites funéraires (pour le spirituel).

      Bonne journée


  • #1562102

    Dit-il, descendant de juifs hongrois.


  • #1562108
    le 21/09/2016 par The Shoavengers
    Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

    Il s’agit d’un débat sans fin. Commençons déjà par reprendre notre souveraineté, on pourra toujours causer après car il n’existe pas de définition précise ou standard du terme.

     

    • #1562392

      Le truc c’est que la souveraineté ne sert à rien sans le peuple qui va avec, la question est de savoir si les descendants des gaulois seront encore là dans quelques années...


  • #1562178

    « (...) et nos ancêtres sont les Gaulois »

    Euh... Il n’est pas de lignée gallo-romaine. La mère est une séfarade et le père est magyar... Faut pas exagérer.


  • #1562237

    Le lien est évident, par exemple, Le Cardinal Barbarin est Primat des Gaules.

    P.s. Mr Soral en parle très bien dans sa dernière vidéo.


  • #1562243

    En tous les cas, l’image que donne cet "Astérix" des gaulois est digne de Disney Land. C’est un humour gaguesque typiquement américain qui s’adresse aux enfants. C’est puéril. Les gaulois méritent mieux que ces pitreries de mauvais goût et ces plaisanteries lourdes.

    Les américains, lorsqu’ils daignent se pencher pour faire de l’argent comme toujours sur l’immense e magnifique passé de l’Europe, déforment tout et n’y comprennent rien. Caricatures outrancières, déformation monstrueuses. En plus, il s’y mêle une sorte de ricanement juif assez insupportable sorti d’Hollywood (Goscinny était juif). Des gens qui ne respectent rien.

    Il semble que les gaulois aient fait l’objet d’une véritable extermination (sorte de génocide) de la part des soldats de César (le Sénat de Rome a été indigné des manières d’agir de ce dernier) et qu’ils ne s’en sont jamais vraiment remis. Rome s’est vengée de l’invasion gauloise antérieure de trois cents ans. C’est triste car ils avaient vocation à créer un empire continental occidental à l’instar des hellènes en Orient et à porter une très fine civilisation. C’était autre chose que les yankees.

    .


  • #1562250

    Malheureusement, il y a des choses qui ne tiennent pas à la simple volonté, à la simple "convention" mais relève de la nature.

    Appartenir à une "ethnos" relève du droit naturel, et cela ne s’achètent pas et n’est pas objet de convention. Ce n’est pas sur le marché. Le "démos", oui, est conventionnel mais a besoin de l’ethnos pour exister. C’est ce que ne comprennent pas les modernes. Les grecs avaient eu la chance de consolider de manière extrême leur "ethnos" et ainsi d’assurer au milieu une "démocratie", du moins à Athènes. En tous les cas des libertés civiques des formes diverses de gouvernement et une culture que personne n’a pu égaler.

    Sarko renverse les choses et confond tout. On ne devient pas "gaulois" parce qu’on le veut ! Impossible. On n’est pas de la famille Sarkozy-de Nagzy-Bocza parce qu’on le veut ! Il faut être de la famille. Pareil pour nous les gaulois. Un sénégalais aura beau faire, il n’a pas les mêmes ancêtres. Désolé.

    Le conflit actuel est entre l’ethnos (droit naturel) et le demos (droit conventionnel). L’une n’est rien sans l’autre et réciproquement.


  • #1562524
    le 22/09/2016 par Heureux qui, comme Ulysse...
    Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

    P..., comme si la lutte des classes avait présidé à la construction de la plus grande nation de l’histoire connue de l’humanité !...
    Il faut vraiment être bas de plafond pour ne pas saisir le caractère inédit de la France (je ne parle pas ici de son ersatz maçonnique actuel et de sa putain que l’on nomme la Gueuse).
    La France fut l’incarnation du projet catholique porté par l’Evangile et c’est à ce titre qu’elle diffère de toutes les autres nations.
    C’est de son unité spirituelle nouvelle que naquit sa puissance et sa légitimité que d’aucuns appellent aujourd’hui souveraineté.
    Quand la France était encore elle-même, on ne se battait pas pour elle mais pour Dieu... et soumis au lieutenant du Christ sur Terre !
    Mais j’entends déjà les pleureuses ne pas comprendre ce que se soumettre veut dire, tant pis, elles n’ont qu’à ouvrir un dictionnaire !
    Sur la question ethnique aussi, là, c’est la confusion totale entre les causes et les effets et l’on voit nos bons petits anthropologues en herbe sortir du bois pour défendre l’origine africaine de l’espèce ou autre leçon bien apprise mais sans aucun fondement scientifique : désolé, nous n’avons pas les mêmes Coppens !
    Passer du singe à Hollande (non, là je déconne car c’est possible dans ce cas) par le fait de "l’évolution" et en si peu de temps quand d’autres espèces n’ont pas bougé depuis des dizaines de millions d’années...
    Et oui, l’apparence physique n’est rien chez l’homme, cette approche réellement racialiste pour le coup (celle consistant à ne considérer que le visible) est une impasse.
    Se pencher sur les phénomènes physico-chimiques qui régissent le fonctionnement de l’encéphale apportera à celui qui doute honnêtement un éclairage nouveau.
    Non, on ne pense pas pareil sous les tropiques ou par 40° de latitude Nord... donc l’unité ethnique et spirituelle de la France véritable n’était pas basée sur l’exclusion de cet autre qui n’est pas nous pour des raisons subalternes mais bien à l’état réel et objectif (physique) de ses populations.
    Comment expliquer, sinon, la proximité troublante entre le fonctionnement intellectuel d’un Français et celui d’un Japonais par exemple ?
    Ce que l’Empire veut briser en nous imposant des populations allogènes ce n’est pas l’apparence physique des individus mais bien s’assurer que les conditions réunies chez l’homme blanc des zones tempérées pour produire une pensée structurée et critique envers un pouvoir illégitime ne le seront plus jamais, point !

     

    • #1562711

      L’un des but avoué c’est de faire venir le maximum d’allogènes en Europe car cela dilue l’identité ethnique et donc empêche toute pensée nationale, comment expliquer sinon que les pays des blancs soient les seuls à subir ce genre d’immigration ?

      Après tout si l’immigration, la diversité et le multiracialisme sont des chances alors on devrait voir ça dans le monde entier... Mais il faut dire que les autres pays dit riche (pays de l’Est, Japon, Corée...) on des politiciens normaux et non pas des traîtres.

      Le métissage (donc la disparition des blancs) est une manière qui mène à ce but, c’est pour cela qu’il est aussi promu dans les médias.

      Aux USA Joe Biden s’est réjouis du fait que les blancs seront minoritaires dans quelques années, le cas des USA n’a pas d’importance en soit mais comme nos """élites""" suivent ce qui se passe dans ce pays alors on peut savoir quel est leurs but réel.


    • #1562715

      Sinon il est faux de dire que l’apparence n’est rien chez l’homme alors que c’est l’un des critères les plus importants dans le choix des partenaires, en plus le physique est aussi une manière de distinguer le compatriote de l’étranger.


    • #1563209
      le 23/09/2016 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

      @ Sobieski

      C’est là que vous vous trompez, l’étranger "de faciès" pouvait, par le passé et lorsque que l’unité ethnico-culturelle de notre nation était préservée, devenir un "Gaulois d’esprit", ce qui n’est plus possible aujourd’hui sauf pour quelques cas isolés.


  • #1563433
    le 23/09/2016 par insoumis de la dissidense
    Les Gaulois, l’identité et la souveraineté

    Quelques faits pour alimenter la réflexion "Qu’est-ce que le peuple français ?
    Très schématiquement :

    - durant la préhistoire au Néolithique : autochtones constructeurs de mégalithes

    - arrivée des Celtes

    - arrivée des Germains au NE (Goths)

    - colonies grecques (Marseille) où se glissèrent probablement quelques Phéniciens

    - invasion romaine => civilisation gallo-romaine

    - arrivée d’autres Germains, les Francs => création du Frankenreich

    - invasions des Vikings ou Hommes du Nord, sédentarisés et catholicisés ensuite en Normandie

    - invasion des Anglois (Guerre de Cent Ans), ceux-ci étant représentés par des peuples germains (Angles et Saxons) ayant battus et donc probablement phagocyté Bretons, Gaëls et divers Highlanders (Pictes, Scots, Calédoniens...)

    - annexion de nouveaux territoires au Royaume de France

    etc etc

    Voir ce gif animé :
    https://upload.wikimedia.org/wikipe...

    Le peuple français s’est donc constitué par plusieurs phases de migrations et d’invasions, c’est ce qui fait notre richesse et notre diversité naturelles, notre culture.
    Rien à voir avec ce que nous vivons actuellement avec les "migrants" qui n’ont a priori pas l’intention d’adopter notre culture et qui de toute façon sont trop nombreux pour pouvoir mécaniquement s’y fondre.

    Paradoxe 1 : nous venons pour la plupart d’ailleurs

    Paradoxe 2 : la création de la France est d’origine germanique (Baptême de Clovis)


Commentaires suivants