Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Manifestation des "Survivants", un mouvement qui réunit les "rescapés de l’avortement"

Et contre-manifestation féministe et antifasciste

« Les Survivants » est un mouvement activiste non-violent qui rassemble des jeunes, nés après la loi Veil de 1975, autour d’une même souffrance, celle de se sentir comme des « rescapés de l’avortement », face à la planification froide des naissances et aux souffrances et injustices provoquées par l’avortement.

 

Lors d’une manifestation à Paris aux abords du parvis du Centre Georges Pompidou, des militants de ce mouvement anti-IVG se sont enroulés de papier adhésif où était inscrit « conforme » et ont distribué des tracts anti-IVG aux passants. Ils se sont rassemblés aux slogans de « Survivants, un sur cinq » ou « Nous sommes tous des rescapés » sous les yeux attentifs de la Police nationale. Ils exigent notamment que des alternatives à l’IVG soient développées, partant du principe que le meilleur avortement est celui qu’on évite.

Des contre-manifestants étaient présents, encerclant les « Survivants » et scandant : « Mon corps, mon choix… ta gueule, casse-toi », « Mon corps, mes joies…ta gueule, casse-toi » ou « Tout le monde déteste les cathos ».

 

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

95 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il faut savoir qu’il existe, d’un côté, des enfants qui ont été détectés atteints du chromosome responsable du mongolisme avant leur naissance. Les parents ont refusé l’avortement. Certains de ces enfants sont nés sains.
    D’un autre côté, on sait qu’il y a du traffic, comme ER le montrait dans une vidéo ou un mèdecin vendeur de foetus se faisait piéger.
    La question est qu’en France, dans un département proche de Paris, pas très loin d’un centre hospitalier où l’on travaille sur la myopathie, il y a un autre centre hospitalier où il y a beaucoup beaucoup d’avortements.
    Mais faire le lien entre le téléthon dont la recherche, in fine, se fait sur des foetus, et l’avortement d’enfants déclarés atteints d’une grave maladie ou d’un handicap alors qu’ils naissent sains, est-il possible ?
    En d’autres mots, pousserait-on les couples à avorter pour se servir des foetus ?
    Seuls les catholiques ayant fait le choix de garder leur enfant, qui s’est avéré sain, peuvent témoigner.
    Courage ER, si vous publiez ça.


  • Le degré 0 du sens politique ...


  • Ces antifas de 18 ans ont à chaque fois la manie de reprendre des slogans et "combats" des années 70-80, qui ne sont plus du tout logiques aujourd’hui, et cela par simple mimétisme, par "contestation", sans aucune finesse d’analyse ni intelligence.

    Je sais qu’on est pas très malin en fac de socio (et que la vrai sociologie s’apprend en dehors des facs. La seul chose qui peut s’apprendre en fac sans pensée dominante, ce sont les maths ou la physique, et encore...) et que ce sont des gauchos rastas à pétard revendicatifs et destructeurs (ils veulent tout détruire : la famille, la police, l’armée, le drapeau, la vraie presse, l’éducation, l’instruction, l’art... en somme, le pays, pour que ne restent que des ratés alcooliques à pantalons baggy faisant de la danse contemporaine de merde subventionnée par l’état...), mais quand même...

    Tout le contraire du beau, du vrai et du bien ces gens.

    Ça traduit une grosse névrose sociale de gueuler à tout prix et n’importe quoi comme cela.

     

    • D’autant que le refrain qu’ils chantent les deux dernier antifas c’est une chanson sur l’Action Française !!
      Les Camelots du Roi



      Et vive le roi, A bas la République
      Et vive le roi, La gueuse on la pendra. A la lanterne
      Et si on ne la pend pas, on lui cassera la gueule,
      Et si on ne la pend pas, la gueule on lui cassera !




      Bien à toi camarade E&R...
      (Ces petits cons devraient s’instruire plutôt que de brailler dans la rue avec des épingles à nourrisses dans les nazos ! euuuh ! les naseaux mille excuses tristes sires antifas...)



    • Ces antifas de 18 ans ont à chaque fois la manie de reprendre des slogans et "combats" des années 70-80, qui ne sont plus du tout logiques aujourd’hui, et cela par simple mimétisme, par "contestation", sans aucune finesse d’analyse ni intelligence.



      J’ai expliqué à un antifa de ma connaissance (en fait c’est tout de même un pote, c’est juste qu’il est un peu con) que No pasaran qu’il beuglait était le cri de guerre du POUM en Espagne et qu’ils se sont fait éliminer par les staliniens après avoir tenu leur rôle d’idiots utiles. Je lui ai aussi appris que, tout facho que j’étais, mon père avais fait la guerre d’Espagne avec les anars. Je lui ai conseillé d’étudier l’histoire avant de traiter tout le monde, dont moi, de facho.


  • Bon Dieu, parfois je me réjouis d’être single. L’hystérie féminine commence de plus en plus à me les pomper.


  • Les pro IVG n’ont jamais entendu parler de la contraception ?

    De toute façon ce n’est pas parce que c’est légal que c’est bien. Personnellement je n’irais pas manifester contre l’IVG, mais si on me demande mon avis, je suis contre.

    Pour le reste ces gens rendront des comptes au Très-Haut.

     

  • J’étais bien placé pour observer un long moment cet événement.

    Si les rescapés étaient dignes et calmes, les "antifa" étaient d’une agressivité évidente,
    ils ont essayé d’entrainer le groupe dans une bagarre mais ça n’a pas réussi, ils y ont pourtant mis du leur.
    Ils essayaient aussi d’empêcher les passants de faire des photos, bien cachés derrière leur capuche et leur écharpe. Il est difficile d’avoir des convictions et de les assumer.
    Quant à la police, comme le plus souvent dans ce quartier, n’est arrivée que quand les deux groupes n’en étaient plus qu’ à des échanges de slogans. Lorsqu’il y a danger, on laisse la populace se démerder, c’est du vécu.

    Un détail m’a marqué, c’est à quel point les pro avortement (femelles) étaient d’une laideur repoussante mais recherchée. Cheveux bleus ou verts, coupes hideuses, genre punk à chiens.
    On se dit que parfois l’avortement a du bon, dommage qu’on se trompe de cible bien souvent.


  • Cette fille en photo ne le sait pas mais elle est née d’une grossesse non désiré, sa mère n’a pas osée avorter a l’époque, il n’est jamais trop tard, soit cohérente.

    Blague.


  • Privilégier la vie=facho, stopper la vie=pas facho. Les bobos abruties par la société de consommation individualiste me surprendront toujours.

    N’empêche j’ai vraiment horreur de ces manifestations à slogans hurlés, on dirait des troupeaux de bétails bêlants...les pancartes remplaçant le son de cloche pour bovins...le degré zéro de l’intelligence.

     

  • Les parisiennes, c’est souvent le degré zéro de la féminité authentique : arrogantes, pimbêches, hautaines, étriquées, sottes-à-diplomes, faussement libérées, branchées, piercées, teinturées, moralement dégueulasses, endoctrinées, canalplussées, correctifiées. Je donne 100.000 parisiennes infectes pour une bonne bouseuse campagnarde, même un peu simplette ou moyennement jolie.

     

    • Ça sent le vécu. Je confirme.
      Même si la "campagnarde" est elle aussi de plus en plus polluée par toute cette merde.
      O tempora, o mores !


    • En somme, "républicaines !"
      Heureusement, ça marche aussi au masculin : "républicains !"


    • Non mais à Paris ,il y a un nid ,faudrait casser les œufs.


    • Paris elle-même, toute la ville est devenue une tarlouze hystérique et sans humour, que des pubs de parfum, de maquillage, de glamour, de mensonge, "brunch en terrasse" et autres "plans sympas" tout le monde s’y vautre et le reste subit (en protestant mollement contre l’un ou l’autre aspect qui leur déplaît - sur l’air de "les gens sont si cons" hinhin - mais sans jamais se résoudre à enlever le collier) le commerce fleurit, l’argent règne, et les clients se chargent de faire respecter sa loi.


    • Ce n’est pas Paris qui est en cause, ce sont les gens qui la contrôle aujourd’hui.
      J’ai connu le Paris où les chanteurs de rue vendaient les partoches de ce qu’ils chantaient pour vivre. Il n’y avait pas d’ intermitents du spectacle pleurnichards. LeParis des rémouleurs, des vitriers (l’Ange Heurtebise), des bougnats, des flics à batton blanc et képi, des curés en soutanne à bicyclette...

      Durant les trente glorieuses les gosses de riches bourgeois (qui dénonçent l’esprit petit bourgeois depuis 68) ont tout envahi parce qu’ils trouvaient ça sympa (le fameux "plan sympa") et authentique chassant de leur propre présence toute sympathie et toute authenticité. Je m’en suis aperçu lorsque gamin (douze ans en 1964) je séchais les cours (petit Condorcet) pour traîner avec les potes du côté de Pigalle et de Montmartre. Pour moi ça a commencé avec les faux peintres de la place Dutertre. Ces parisiens/parisiennes se déguisent en peintre mais ne le sont pas. Aujourd’hui ils se déguisent en punk sans l’être ou en sauveurs auto-proclamés de toutes les minorités, de toutes les pratiques tordues.

      Un jour mon fils me demande pourquoi je l’ai eu avec une québécoise ? Réponse : parce que les françaises de ma génération sont incultes, prétencieuse et chiantes.

      Bad news folk
      s, je vis en province depuis seize ans à présent et... elles sont toutes aussi connes que les parisiennes, toutes dans des milieux associatif LGBT, féministes, No Borderiste, mon cul sur la commode.

      Mon gamin fréquente essentiellement des filles de l’Est, protégées durant 73 ans de toutes ces conneries.


  • Insupportablement anxiogène les cris de ces harpies "anti-fascistes". Ils feraient mieux de se cultiver ces jeunes bobos au lieu de perdre leur temps en luttes inutiles. Soros s’occupe de tout bande de dindons. Et puis "tout le monde déteste les cathos", il se passerait quoi si une autre horde d’abrutis se mettait à gueuler "tout le monde déteste les musulmans" voir "tout le monde déteste les juifs"... Attention, je n’incite pas à ça. En attendant, ils sont jeunes, ils ont le temps d’évoluer dans un sens plus noble, c’est tout le mal qu’on peut leur souhaiter.


  • Je vais peut être passer pour un con, mais quelle est la signification du signe de mongolito qu’ils font tous avec leur main ? Ils ont l’air bien mûrs en tout cas

     

    • Je pense que tu parles des rescapés. Il montre les 5 doigts de la main et en baisse un au milieu en référence aux 1 enfants sur 5 qui survivent si j’ai bien compris.


    • Normalement c’est un "shocker", qui en anglais se résume par : two for the pink, one for the stink. Deux pour le rose, un pour celui qui pue. Du grand niveau évidemment


    • Il y a environ 800 000 naissances par an pour environ 200 000 avortements soit un enfant sur cinq est avorté en France chaque année.

      C’est un nombre annuel de décès équivalent à celui de la guerre de 14-18, mais qui dure depuis 40 ans là où comme son nom l’indique la guerre de 14 n’a duré que quatre ans.

      Nos 200 000 victimes sont remplacés par un migrant légal, à l’unité près

      Rythmes et proportions constantes donc depuis 40 ans.

      Ce n’est donc pas une coïncidence, (trop répété à l’unité près pour cela) mais une planification.

      l’histoire du doigt (que je ne connaissais pas) c’est un shocker détourné. : c’est nul.


  • Il y a clairement un camp qui a meilleure tête que l’autre. Entre les têtes de paumés, cheveux décolorés, agressifs et aux slogans hargneux, je préfèrerais que mes garçons choisissent ma belle fille dans l’autre camp qui a l’air légèrement plus sain de corps et d’esprit.


  • Des cheveux de toutes les couleurs, des hurlements d’animaux, des slogans ineptes, de la connerie pure, bref : il faut d’urgence prescrire à ces "trucs" attardés du repos et de longues séances de lecture et d’apprentissage de l’auto-contrôle.
    .
    Pour ces cas je dirais que l’avortement aurait été judicieux et même salutaire et de salubrité publique.


  • d’un point de vu moral, je suis contre l’avortement qui est indéfendable. Chaque parents sais qu’un fœtus ressent des choses qui lui viennent de l’extérieur, comme la voix de sa mère, la musique etc ... Et définir à partir de quand le fœtus est sensible à cela, malgré ce qu’en disent les médecins est une gageure. Les romains donnaient un statu juridique - à raison - à l’enfant à naître, et l’avortement est à mes yeux un meurtre.

    D’un point de vu strictement légal, on peux comprendre que certaines filles affichent des convictions du genre "c’est mon corps, c’est mon choix." Ce sont elles, même si ce ne sont pas qu’elles, qui subissent l’avortement.
    Par contre, quand je vois des mecs manifester pour l’avortement, je ne peux pas m’empêcher d’y voir une forme de cynisme particulièrement odieux.
    Autrement dis, je te baise, et tu avortes, et c’est progressiste et de gauche et moral ! Elle est pas belle la vie !!

     

    • Vous ne savez pas à quel point vous avez raison.
      J’ai déjà vu le cas d’un mec exigeant son "droit" à ne pas porter de préservatif pendant l’acte.
      Son argument vis à vis de la fille qui ne prenait pas de contraception ? "Ben la pilule du lendemain, t’auras qu’à la prendre !"........Cynisme et consultation médicale pour elle, tout en la culpabilisant si elle disait non.
      Heureusement elle a refusé le "package" proposé, pas conne ou faible à ce point.



    • "c’est mon corps, c’est mon choix."



      C’est là que l’arnaque réside, l’avortement, ce n’est plus un choix aujourd’hui, c’est un pousse-au-crime.

      Lorsque j’ai appris ma grossesse, je commençais à peine mes études. J’étais paumée et paniquée. J’ai eu la chance d’avoir une famille et un compagnon qui m’ont soutenue, car à la fac, chez le médecin, au planning, ils n’avaient que le même refrain :" avorte, ce sera plus simple etc...

      Par la suite, j’ai eu l’occasion d’échanger avec des femmes qui ont avorté et qui regrettaient amèrement qu’on ne les ait pas davantage éclairé sur les alternatives existantes.
      Car on a la chance d’être dans un pays très social, et pour celles qui prennent la décision d’accueillir leur enfant, il existe des aides réelles. Mais j’ai l’impression qu’on y incite pas trop.

      Le pire, c’est que parmi les femmes qui avortent, beaucoup ont tout à fait les moyens de l’assumer : elles ne sont pas isolées, elles ont l’âge, un toit, un boulot...


    • Euh, oui il y a des salauds irresponsables, tout ça.
      Mais il y a des pères qui sont aussi des victimes de l’avortement, et on n’en parle jamais. Ce sont les grands oubliés de la question. Car il s’agit aussi de leurs enfants, et ils n’ont aucun droit. Leur responsabilisation passe AUSSI par leur reconnaissance, hein.

      Sauf que la société moderne a tué le père. A tous les niveaux.


  • Les harpies crient « mon corps, mon droit », mais elles n’ont pas compris que ce n’est pas de leur corps qu’il est question, et que l’enfant n’a pas le même corps que la mère ! Elles sont vraiment débiles.


  • Hi hi hi ^^...
    Savent même pas écrire IVG sur leurs pancartes... ^^ (à partir de 1’30)
    IGV, ça veut dire Imbécilité à Grande Vitesse ? Ou bien... ?

     

  • "Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?"
    Corinthiens 6:19


  • D’un côté : Jolies filles et grands bonhommes.
    De l’autre : Laiderons et petits hommes.

    En passant, la petite militante des ’’survivantes’’ qui danse à 1min08 ne m’a pas laissé insensible. J’aurais aimé être présent juste pour la taquiner un peut. Ce n’est pas pécher que d’aimer les jolies femmes après tout !

    Cette lutte semble aller au delà de l’idéologie, elle est presque charnelle. D’un côté les valeurs de la vie soutenue par des gens plutôt beaux et de l’autre des valeurs moribondes soutenue par des gens laids.

    Ce genre d’argument ne plait pas toujours, mais c’est un détaille significatif comme dirait Maître Viguier. Rassurons nous quand même en nous disant que les beaux luttent pour avoir des enfants et que les laids pour ne pas en avoir (ou les jeter à la poubelle). Au moins, ils ne se reproduiront pas... N’est ce pas là finalement que tout se joue ?


  • Une pro-avortement me disait "Mon corps est à moi". Je lui ai répondu un truc que j’ai trouvé sur la toile : "Lorsque que tu avortes c’est le bébé que tu tues, pas toi. C’est toi qui est à toi alors c’est toi que l’avortement devrait tuer, pas le bébé."

    J’ai bien failli ne pas exister. Mes parents trouvaient que ma grande soeur était encore trop jeune (deux ans de plus que moi) pour avoir un petit frère ou une petite soeur. J’ai été conçu en 51 et je suis né en janvier 52. Mon père avait un ami médecin qui aurait pu me "faire passer" proprement. Ce qui m’a sauvé c’est que mes parents étaient des militants communistes et que des toubibs soviétiques étaient à Paris, à la clinique des bluets avec Fernand Lamaze entrain d’inventer l’accouchement sans douleur. Ma mère (avec moi dedans) a donc été sélectionnée pour faire partie du premier groupe d’essai. Si ça se trouve je suis le ou un des premiers enfants à naître "sans douleur" durant les essais avant que Lamaze ne se mette à jouer du tambour.

    Toutes les femmes que je connais qui ont avorté l’on regretté. Ma première femme qui avait avorté avant notre rencontre s’en est retrouvée stérile et a dû adopter.

    On voit bien le côté affables et bienveillantes des pro-IVG avec leurs "Casse-toi" C’est la génération Sarkozy "Casse-toi pauv’ con !"
    .

     

    • absolument d accord...si elle veulent mutiler LEUR corps elle peuvent commencer par se couper un bras...curieusement aucune ne le fait...
      le foetus ou l’embryon, ca nest pas leur corps mais un corps etranger, autant legalement que genetiquement, et qui plus outre un corps que la mere est moralement sensée proteger...

      j’entendais recemment un debat americain ou l’intervenant etait americain et rappelait que lors de l’accouchement, la mere pouvait faire l objet d une prise de sang et qu en cas de detection d alcool ou de drogue elle pouvait etre poursuivie et mise en prison pour mise en danger d autrui...alors que la mere qui tue sciemment son enfant avec l’assistance de l’etat elle ne risque rien, alors que c est infiniment plus grave et premedité...

      quand on en arrive a ce genre d absurdité on voit que l’avortement est moralement indefendable, sauf cas de mise en danger de la sante de la mere.


  • ces antifas m’effrayent , de futurs tortionnaires si la dictature mondialo/socialistes s’installent.
    Fanatisme, haine, bonne conscience absolue. L’horreur. Que répondre à des gens pareils qui vous traite de fachos ?

     

  • Quand je vois -rarement il est vrai, tant j’essaie de me soustraire à la laideur autant qu’à la vulgarité de ce monde en capilotade- de ces hordes de jeunes gauchistes, me reviens en mémoire toujours quelques pensées Pasoliniennes...

    « Une bonne partie de l’antifascisme d’aujourd’hui, ou du moins ce qu’on appelle antifascisme, est soit naïf et stupide soit prétextuel et de mauvaise foi. En effet elle combat, ou fait semblant de combattre, un phénomène mort et enterré, archéologique qui ne peut plus faire peur à personne. C’est en sorte un antifascisme de tout confort et de tout repos. Je suis profondément convaincu que le vrai fascisme est ce que les sociologues ont trop gentiment nommé la société de consommation, définition qui paraît inoffensive et purement indicative. Il n’en est rien. Si l’on observe bien la réalité, et surtout si l’on sait lire dans les objets, le paysage, l’urbanisme et surtout les hommes, on voit que les résultats de cette insouciante société de consommation sont eux-mêmes les résultats d’une dictature, d’un fascisme pur et simple. »

    - Pier Paolo Pasolini, "Lettres luthériennes" .

    « Aujourd’hui, la liberté sexuelle de la majorité est en réalité une convention, une obligation, un devoir social, une anxiété sociale, une caractéristique inévitable de la qualité de vie du consommateur. »

    - Pier Paolo Pasolini, "Écrits corsaires" (1976)

    « Le fond de mon enseignement consistera à te convaincre de ne pas craindre la sacralité et les sentiments, dont le laïcisme de la société de consommation a privé les hommes en les transformant en automates laids et stupides, adorateurs de fétiches. »

    - Pier Paolo Pasolini, "Lettres luthériennes"


  • Les pro IVG veulent tout de même tuer des bébés mais insultent leur opposant de "fascho" et "nazzi". Encore une belle inversion des valeurs


  • D’un côté, des jeunes thons, hargneux, vulgaires et intolérants
    De l’autre, des jeunes tout mimis, bien élevés
    what else ?



  • C’est drôle que ces pasionarias et militantes (lgbt ou autres), donnent toujours la même impression : celle d’être aigries et de ne pas s’aimer.

    J’ai par contre un avis moins tranché sur la question elle-même ; (sinon, une certitude : un foetus est déjà un être vivant, qu’on le veuille ou non).

     

    • Si vous vous interrogez sur la portée morale d e l’avortement, sa signification politique ne souffre aucune discussion : la nation ayant besoin de se perpétrer pour exister, l’avortement est par principe un crime politique et ceux qui le présentent comme un droit, des traitres à la patrie.

      Tout avortement est l’assassinat d’un élément constitutif de la France.


  • j’ai rien compris, on voit les anti-IVG 5 seconde au début de la vidéo seulement ?
    Puis 5 mecs face à la meute ?


  • Perso je les trouve aussi nazes les uns que les autres (avec tout de même une mention évidente pour les antifa qui sont en + agressifs, l’air idiot et physiquement répugnants). Quand je vois ça j’ai envie de les envoyer tous au boulot à coup de pied au cul : quand un camp comme l’autre devront gagner leur croûte au lieu de passer leur temps d’oisifs à adhérer à une cause sans comprendre vraiment de quoi il s’agit, ils mettront peut-être de l’eau dans leur vin et seront enfin aptes à discuter. Pro-IVG, anti-IVG, ça n’a pas de sens, le problème est plus complexe et nécessite consensus.
    Ceci dit à la décharge des anti-IVG, eux au moins défendent la vie et non pas un matérialisme de jouisseurs parasites.


  • Ce sont toujours des femelles en première ligne (les plus virulentes ) et derrière les mâles féminisés (soumis à leurs vilaines copines) suivent comme des chiwawas ou des teckels !
    Que c’est triste de voir cela !
    Il y a des tartes et des coups de pieds aux culs qui se sont perdus, chez ces jeunes, leurs parents ont dû les élever en copain, un échec total !!


  • Comme par hasard les nanas qui militent pour l’IVG de façon fanatisé ont presque toutes un point commun ; elles semblent ne pas s’être lavées depuis 5 jours. Je ne juge personne, je fais le constat de l’image qu’elles renvoient.
    Des gauchistes de récré’, de l’antifa primaire aux relents de rave party et une horde de filles imbaisables, aux cheveux crasseux et aux idées courtes, des punkettes retardées qui ne pensent que par le "droit des femmes" et une poignet de militantes glam "féménisées" aux idées aussi courtes que les autres.
    Force est de constater que ces "survivants" ont eux des gueules bien plus avenantes.

    La pièce de théâtre est bien ficelée ; des abrutis qui utilisent le mot facho par automatisme, d’autres par mimétisme et des débiles profonds qui se pensent antifascistes de bonne foi mais qui chante la haine ; la pendaison ou le tabassage, joli sort réservé à l’opposition idéologique, mais c’est un bien grand mot pour eux...


  • Petite anecdote : une ancienne collègue de travail, moins de la trentaine, se faisant avortée pour la énième fois, à l’insu de son mari, car celui-ci refusait qu’elle prenne un contraceptif...
    C’est du vécu.

     

    • et quand elle voudra enfin un gosse elle se rendra compte que la machine est cassé...comme patricia kaas...trop dur pour elle la justice immanente


    • Une ancienne collègue de travail ? donc elle travaillait... tout comme son mari j’imagine. C’est bizarre, car selon certains le travail permet la légitimation de la parole -car nous savons alors vraiment de quoi l’on parle- en raison du fait que l’on doit gagner sa croûte ; contrairement aux oisifs qui ont le temps de réfléchir, penser et méditer des problèmes, mais qui les dépasses forcément, car vous comprenez, il ne travaille pas... eh bien non en fait, il semblerait, selon votre anecdote, qu’il existe aussi des travailleurs débiles. J’en suis tout retourner.. N’est-ce pas huckle ?! ;-)


  • niveau du débat actuel : des gens qui se hurlent dessus des slogans de 3 mots répétés en boucle...
    Qu’on soit d’un côté ou de l’autre, franchement ça fait pitié...


  • Quelle ferveur pour le meurtre !
    Celle ci démontre qu’ils sont vraiment convaincus du bien fondé de leur militantisme, hypnotisés qu’ils sont par les arguments, ou plutôt les suggestions qui leur sont insufflés ; la vidéo d’une "opération" d’avortement suffirait pourtant à le réduire à néant ;
    Ça n’a rien d’une "opération médicale" (quand bien même la médecine occidental s’apparente au garagisme et dont il est une application logique mais barbare), c’est pourquoi je parle de meurtre, il n’y à pas d’autre mot...dire qu’ils usurpent la morale quand leur matérialisme s’en contrefout...ça fait froid dans le dos


  • Et dire qu’avant j’étais pour mais avec de gros doute néanmoins...
    Les mecs et les gonzesses veulent la liberté sans les responsabilités.
    Le lavage de crane qui est mis en place est effroyable.
    Généralement quand on traite l’autre de facho, c’est qu’on a pas réglé sont propre problème.


  • Quelle bellle jeunesse, on dirait des monstres

     

  • En tout cas chez la plupart c’est l’orgasme quand on se retrouve face à la caméra. Narcissiques ?


  • Antifas ? Surtout Anti-France, anti-patriote, poussent de toutes leurs forces à la disparition du peuple français en préconisant l’avortement : ce sont bien des délinquants qui cherchent à devenir des criminels .


  • Les antifas voudraient voir crever les "rescapés de l’avortement", incroyable... Ils estiment qu’ils n’auraient pas dû naître, et qu’ils n’ont pas le droit de vivre ! La haine (raciale ?) poussée jusqu’au délire .


  • "Mon corps est à moi"

    "Ma tete est à la doxa"


  • et quelques semaines plus tard, tout ce qui garanti la vie du nouveau né sera priorisé.
    Suffit de regarder baby boom et leur code rouge pour manger du paradoxe.
    L’auto mutilation est interdite il me semble, pourtant c’est notre corps, notre choix, notre plaisir...


  • C’est une reunion de troupe de theatre pour ados difficiles ? Les monos sont ou ? Igv, tgv peut etre ? Language des mains ? (Moi rien comprendre). Et l’autre avec son ceintre ! Genre Zola !

     

  • c’est marrant , on ne parle jamais du coïtus interruptus (sauter en marche) pour éviter l’issue probable d’un coït non protégé.
    j’ai pratiqué cela pendant des années pour le plus grand bien de mes compagnes et ce sans aucune issue fatale. Cela demande juste une acclimatation (et une participation féminine pour humaniser ludiquement la chose) mais cela a l’avantage d’éviter toute chimie et tout ustensile barbare : c’est naturel et gratuit.
    Ah oui, il faut être responsable ; c’est vrai que ce n’est pas dans l’air du temps

     

    • Tu sais les préservatifs ça marchent aussi très bien. J’ai eu un enfant quand nous l’avons souhaité mais pendant 25 ans je n’ai jamais mis enceinte une compagne. Ce qui est très loin d’être le cas dans mon entourage varié pendant tout ce temps. Avec un peu de bon sens il n’y a aucuns problèmes. Toutes les grossesses non voulues que l’on nomment pudiquement "accident" sont pour moi des foutaises. Ils ont joué au con et c’est tout. Aujourd’hui, à mes yeux, les "accidents" ne devraient JAMAIS arriver.


    • ouais les préservatifs, encore une marchandise de plus, j’ai jamais trop apprécié ce tue l’amour.
      En Inde les gamins utilisent des sac plastique, pourquoi pas.


    • Et ben !!! si à notre époque on nous apprend encore ce genre de pratique pour éviter une grossesse pas étonnant que l’on constate tant d’accidents ! Pffff ! Car vous croyez vraiment que les spermatozoides attendent la grande vague ou le coup de sifflet avant de partir lol


  • Ça devait être marrant, dommage que j’ai raté ça. Entre les semi-punks aux coiffures dégueulasse qui revendiquent le droit de se faire mettre (par qui ???) sans la capote, ceux qui croient devoir se cacher le visage en tant que grands rebelles, et toute cette masse qui est incapable de s’écouter ou de se battre, ça devait être quelque chose !


  • Quand on voit ces "antifas" on comprend mieux comment la dictature pourrait se mettre en place...comment demain on pourrait faire "la chasse aux fachos", enfin ceux qu’ils désignent "fachos"...

    Quand aux "gueulardes" à demi-hystériques, y’a pas a dire, ces "meufs" ont la classe...


  • Qu’ils pratiquent ce genre de meurtre sur eux et leurs descendances.
    Libre à eux de profaner leurs corps, de ne pas se respecter.
    Votre soif de destruction vous regarde, ne l’imposer aux autres.
    Se posent ils seulement la question de ce qu’il advient de la psychologie de ses femme après cette profanation. Des dégâts irréversibles de leurs dignités, de leurs raison de vivre..., sans compter que pour des milliers de femmes, ça se passe mal.

    Pour le reste,nous appelons, nos frères humains à respecter la vie et leurs corps.

    Le corps que j’habite ne m’appartiens pas, c’est un don de Dieu.
    Je dois en prendre soin, le respecter comme je dois respecter toute vie sur Terre, comme je dois respecter les rivières , l’air, les montagnes, les forets et les océans.


  • Je me sens plutôt concerné, car ma mère m’a avoué il y a trois ans que je n’étais pas vraiment désiré, mais "qu’en 1972, ça ne se faisait pas" (d’avorter). Aujourd’hui elle a deux petite-filles, et je crois qu’elle ne regrette pas son choix (ou son "non-choix"). Du coup, ouais, je suis un "survivant"...
    Pour autant, je ne suis pas contre l’avortement, mais je suis farouchement contre le prosélytisme qui est pratiqué dans les plannings familiaux. Le soi-disant "choix" est en fait devenu une "obligation" d’avorter...


  • les pro ivg sont pour les frontiéres dés le début de la vie ?
    une fois qu’eux sont passés ?
    ils sont marrants dans leurs tétes .


  • C’est une caméra cachée ? ou une comédie musicale ? rien de sérieux en tout cas, faudra attendre que des adultes s’en mèlent.


  • incroyable !! l’intolérance, la haine, le mépris, la crasse, la vulgarité, l’agressivité des pro avortement d’un côté face à la finesse, les sourires, la dignité et le calme de ces anti avortement
    ils ont l’âge de mes enfants et me réchauffent le coeur, il existe donc des jeunes qui n’ont pas le cerveau lavé et qui ont le courage d’affronter ces harpies
    ils me redonnent de l’espoir


  • Je note qu’il n’y a pas beaucoup de variantes pour les "arguments" des "antifas". Faudrait penser à se renouveler....

    "un enfant, si je veux, quand je veux" Et surtout quand TU ne veux pas. Dis comme ca, c’est plus clair.

     

    • Un enfant à qui elles expliqueront qu’un homme est par essence un pourri qui pense qu’à sa poire. Si c’est une fille elles en feront une homo, si c’est un garçon un névrosé. Ou, un miracle pouvant toujours se produire, l’un comme l’autre pourraient devenir des acharnés de boulot et y trouver un exutoire et même connaitre une résurrection dans une vie de famille saine et épanouissante.


  • En même temps, quand tu vois la tête de certains et surtout certaines on ne peut que leur donner en partie raison : l’avortement des fois, ça a du bon. Si seulement leurs parents y avaient pensé...


  • Il y a suffisamment de malheur et de détresse sur Terre pour ne pas y ajouter les pleurs et la souffrance d’un enfant non désiré.
    Seule la mère peut décider ce qui est préférable pour elle et pour l’enfant à venir.
    Une capote qui éclate, ça demande de réfléchir avant ?
    Ou alors tu prônes l’abstinence ?
    Tu jeteras donc la première pierre sur des "erreurs de parcours" qui peuvent avoir une fin assez dramatique ?

    Donc tant pis pour celles qui ont "fauté", le gosse sera leur punition...
    Et dans le cas d’un viol ? quel plaisir pour la femme de le regarder grandir ce petit qui lui rappellera à toujours cette soirée traumatisante ! et vive les enfants en bas ages !

    Il est évident que dans le meilleur des mondes l’avortement ne devrait pas exister... mais dans le meilleur des mondes il n’y a pas de mecs qui abandonnent une femme lorsqu’ils apprennent qu’elle est enceinte.
    Il n’y a pas de famille qui renient leur enfant et le mettent à la rue pour être "fille-mère".
    Dans le meilleur des mondes possibles, il n’y a pas de problème avec les capotes, pas d’erreur de prise de pilule. Dans le meilleur des mondes possible, un gosse n’est pas une charge, il n’y a pas de détresse morale, physique, ou d’argent...
    En fait le meilleur des mondes n’existe pas.
    Et dernière petite chose : dans beaucoup trop de familles, le sujet de la contraception reste tabou, ce qui n’aide pas...
    par contre je suis d’accord avec vous, les IVG doivent rester exceptionnels, un dernier ptit détail aussi,elles m’ont bien fait marrer les anti IVG sur cette vidéo, ça m’a fait prendre un coup de vieux ! Bref, ne pas généraliser non plus une cause en se basant sur quelques tetes dépravées.
    Sur ce, amis ER, bonne soirée.

     

    • Sauf votre respect, je trouve certains de vos arguments scandaleux.
      A chaque fois que j’entends un pro-avortement me dire que "de toute façon mieux vaut être avorté que non désiré", je pète un câble. Mais qui êtes vous pour décréter qu’une vie ne vaut pas la peine d’être vécue ? Qui êtes vous pour décider à la place de l’enfant que la non-existence vaut mieux qu’une enfance difficile ? Pourquoi ne pas aller assassiner des gens malheureux ou handicapés si on suit ce raisonnement ? Non, ce n’est qu’une mauvaise justification pour se donner bonne conscience.


    • Ce que je trouve scandaleux c’est votre façon d’essayer de contreindre les gens " jeunes" se foutrent dans la merde pour une erreur , un accident de parcour quand c’est pas pire... , Oui sa peut arriver et bien plus que ce que l’on pense !
      La mauvaise justification c’est d’essayer de faire culpabiliser ces jeunes en les accusants de meurtre pour l’acte d’un IVG , alors qu’un embryon de quelques jours n’est pas comparable avec un petit pouvant ressentir ,penser ect...mais bon , votre fanatisme ne peut le comprendre !


    • Déresponsabilisation de l’individu et égoïsme.
      On ne répare pas une connerie par un meurtre. On assume. Et ça vaut pour le père également, bien entendu (il doit être contraint de soutenir la mère tant moralement que financièrement, d’assumer jusqu’au bout l’entretien de cet enfant).

      L’embryon est un être vivant. Ce n’est pas du fanatisme, c’est la réalité. Ce n’est pas qu’un amas de cellules, il a déjà un système de régulation interne, etc. C’est un petit humain au tout début de son développement, et ce n’est pas parce qu’il n’est encore que peu développé que cela justifie son meurtre. Quant à son ressenti, qu’en savez vous ?

      Oui, celles qui avortent et ceux qui les poussent à avorter sont des meurtriers. C’est un fait, pas un jugement. Maintenant ces gens ne sont pas les premiers fautifs, on est d’accord. Le responsable c’est le système qui autorise et généralise le meurtre.


    • Wha les sophismes à la pelle, ça pique les yeux !

      Alors dans l’ordre :

      - > oui fallait réfléchir avant, car tout le monde aujourd’hui connait le risque pour les preservatifs. Sans compter qu’il y a encore la possibilité d’avoir recours à la pilule du lendemain. Et aujourd’hui plus personne n’a d’excuses, on nous bassine avec ça à l’école depuis mes 10 ans pour ma part et j’en ai 27 aujourd’hui.

      - > Pourquoi ça vous pose un problème ? Attendre "le bon" et de pouvoir assumer c’est un acte odieux à vos yeux ? Faut forcément se faire sauter par tout ce qui bouge pour être dans le coup ?

      - >Absolument je jette la pierre à tous les cons qui ne sont pas capable d’assumer leurs actes et vivent comme des bonobos, mais qui trouvent quand même le panache pour se planquer derrière n’importe quel argument pour fuir leurs responsabilités. Au pire des cas, naissance sous X ça ne vous dit rien ?

      - > Je l’attendais l’argument rabâché du cas de viol. On peut très bien concevoir une loi réadaptée pour ce qu’on appelle les cas d’urgences :
      - mise en danger de la mère
      - viol
      Ou toujours adapté avec la naissance sous X pour le dernier cas.

      Je passe tous les clichés ridicules que vous citez pour essayer de justifier rappelons-le les 200’000 avortements commis chaque année et qui ne sont pour la plupart pas applicable à notre génération, ou qui trouverais des solutions simples (comme des aides financières pour les mères etc.). Quant à votre jugement à l’emporte pièce pour dire ce qui est humain ou pas, je vous laisse allez visionner quelques images d’avortements à 3 mois et de regardez quelques documentaires sur la mémoire intra-utérine, allez donc aussi jeter un oeil aux témoignages des sages-femmes qui voient ces enfants lutter pour respirer lorsqu’ils sont "évacués" et qu’on les laisse mourir comme des parasites au fond d’une poubelle.


  • J’invite ceux qui sont contre l’avortement à imprimer cette photo et à la coller au hasard dans les rues :
    http://images.google.fr/imgres?imgu...


  • Alors si j’ai bien compris, les anti fascistes ce sont ceux qui crient, qui insultent et qui enlèvent aux autres le droit d’avoir une idée ou une opinion différente voir même qui voudraient imposer leur idée par la terreur ou la violence ?


  • A-t-on le droit de remarquer qu’il n’y a que des blancs des deux côtés ?
    Si notre/leur civilisation en est là, peut-on dire que c’est bien fait pour nous, pour eux ?


  • #1482934

    Bonsoir à tous.
    Je viens en paix.
    J’aimerais vous dire premièrement que l’avortement n’est pas un acte barbare, comme beaucoup de propagande anti-IVG essaye de vous faire croire. L’avortement c’est juste une dose d’hormone. Rien de plus. De 0 à 6 semaines l’embryon est juste un amas de cellules, il commence ensuite à se développer. Mais il n’est pas "en vie", il n’est pas conscient, il n’aime pas, il n’a pas d’opinion. Descartes a dit : Je pense donc je suis.
    Ce n’est qu’après la naissance ( voir peu de temps avant ) que le fœtus "pense". Il n’est donc pas.
    Dans l’article il est dit que "le meilleur avortement est celui qu’on évite" et je suis totalement d’accord avec ça. Un avortement ce n’est jamais une décision facile. Mais ça ne veut pas dire que l’IVG doit être interdit. Parce que lorsque les IVG sont interdits cela veut dire avortement en cachette et donc beaucoup plus de complication par la suite.

    Pour répondre à "Les pro IVG n’ont jamais entendu parler de la contraception ?", figurez-vous que si ; mais le préservatif sa craque, les hormones ne conviennent pas à tout le monde ; et les accidents ça arrive, beaucoup plus souvent que ce que l’on pense.
    Les viols aussi.

    Je vois aussi beaucoup de vos commentaires parlants de l’extrémisme féministe, des pro-IVG. Mais laissez-moi vous rappeler que les anti-IVG sont aussi extrémistes, il faut des gens des deux côtés de la balance. Ce n’est pas parce que ce n’est pas de votre côté que c’est pas tout aussi légitime.
    Et j’aimerai adresser une dernière chose. Mon corps, mes choix. C’est tout.
    J’espère avoir fait réfléchir certains d’entre vous.
    Merci.
    Signé
    Une putain de féministe.

     

    • Si vous pouviez vous "éteindre" démographiquement et pacifiquement, vous et les homosexuels (dénatalité/stérilité) ; et ne pas entraîner les autres dans vos lubies malthusienne, la cohabitation pourrait bien se passer. 
      Ne dit-on pas vulgairement "prendre son cas pour une généralité ?". De l’individualisme, rien de plus. Quand on a un peu de pudeur et de responsabilité, on a pas à quémander l’aide de l’Etat, des lois ou autres. C’est d’ailleurs le paradoxe de ces idéologies là qui se disent libres, mais qui sont au fond les plus étatistes qui soient. Pour le coup, ton corps appartient à l’Etat. Paix.


    • "L’avortement c’est juste une dose d’hormones" ???? Et c’est avec des absurdités pareilles que vous prétendez faire "réfléchir" ? On croit rêver. Si vous en avez le courage, renseignez-vous un peu sur les diverses méthodes d’avortement légales. Regardez en face la photo d’un embryon avorté, coupé en morceaux parfois. Osez dire que ce n’est pas de la barbarie.
      On parvient maintenant à sauver des bébés prématurés nés à cinq mois, ce qui était impossible avant. Allez voir une de ces crevettes dans leurs couveuses et expliquez aux parents que ce truc ne pense pas donc que ce n’est pas un humain, et que le tuer ne serait pas un crime.
      Quant à la citation de Descartes, au secours... Descartes a entraîné la pensée occidentale vers un intellectualisme desséchant et n’est certainement pas une référence. Il est aussi l’auteur de la théorie des "animaux-machines" : il considérait les animaux (lesquels ne pensent pas, n’est-ce pas) comme des machines perfectionnées, pas vraiment vivantes. Pour lui, les cris qu’un animal émet sous la vivisection n’étaient que le résultat d’un mécanisme, donc pas de souci à se faire.
      Puisque vous considérez que la pensée est ce qui détermine le droit à la vie, je ne peux que vous suggérer de creuser un peu plus la vôtre, et d’accéder à ce qui s’appelle la cohérence et la logique : si vraiment l’avortement ce n’est rien du tout, alors pourquoi reconnaissez-vous que ce n’est jamais une décision facile ? Il faudrait savoir.


    • La France, c’est Descartes... Si t’as pas compris ça mon pote, t’as rien compris.


  • Savoir qu’on attend un bébé c’est grandiose, c’est une joie et on se sent responsable devant ce miracle donc pourquoi vouloir détruire cette magie ?
    Maintenant, en cas de viol ou de grave maladie du foétus, je peux comprendre l’avortement mais seulement là.
    Avec la pilule et le préservatif, l’avortement (qui est une boucherie) devrait se pratiquer de façon exceptionnel.


  • Ces féministes ... toujours avec des idées farfelues


  • Je suis un peu perdu... C’était qui finalement les fachos ?


  • #1483014
    le 08/06/2016 par Ma main invisible dans ta tête arc-en-ciel
    Manifestation des "Survivants", un mouvement qui réunit les "rescapés de (...)

    Sur le "terrain", le point d’inflexion est passé. Ces bobos-gauchos n’ont plus le niveau de leurs aînés, tandis que les manifestants ont gardé leur calme et leur sagesse. Continuons à gagner du terrain, avec nos valeurs. La Nature a horreur du vide.


  • La laideur physique et gestuelle (vulgarité, style de dégénérés, etc) des antifas et féministes n’est que la représentation parfaite de leur laideur d’âme, de leur crasse morale, de leur néant spirituel.


  • Que l’on soit pro ou anti-avortement tout en étant modéré dans son propos, tout le monde s’accorde à dire, du moins implicitement, qu’il y a un véritable malaise latent autour de ce phénomène. En effet, les "pros" disent "que ce n’est finalement pas une décision facile à prendre" et les "antis" de dire "que c’est malgré tout une pratique contre nature".

    Donc IMC mis à part, L’avortement de masse n’est en réalité qu’un symptôme visible d’un problème plus profond. La vraie question est alors de savoir POURQUOI dans le fond autant de femmes, et même de plus en plus, ont recours à cela ? Il y a nécessairement une raison commune inconsciente, et quelle est-elle ? Une fois ceci élucidé, se demander ce qui a pu être prodrômatique à ce mal singulier.

    En réalité, il s’agit de mettre en exergue les VRAIES causes sous-jacentes à la mise en place de ce procédé. Une fois cela exposer, il va de soi que tout le monde serait contre.


Commentaires suivants