Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Ni pardon, ni oubli, ni preuves

La justice allemande échoue à envoyer une ex-SS grabataire en prison

Hilde Michnia, une Allemande de 93 ans, qui était affectée aux cuisines dans le camp de Bergen-Belsen, est persécutée depuis un an pour avoir, dit-on, participé, en tant que gardienne SS, à la marche de la mort menant les détenues de Gross-Rosen au camp de travail de Guben, une marche au cours de laquelle 1.400 femmes sur 2.000 seraient mortes.

Un témoin avait pu confirmer la méchanceté de cette femme : il a affirmé l’avoir vue administrer des coups de trique et de pied à deux hommes qui avaient volé deux navets dans la cuisine...

Un an plus tard, le ministère public de Hambourg avoue qu’après douze mois d’enquête, il a fallu arrêter la procédure, le 24 février 2016, pour « manque de preuves ». Si Hilde Michnia, 94 ans désormais, reconnaît bien avoir participé, en janvier 1945, à l’évacuation du camp de Gross Rosen, en revanche elle n’aurait pas dépassé les 60 premiers kilomètres et aurait retrouvé là une parente tandis que, après 5 jours de pause, la colonne repartait pour Bergen-Belsen, camp qu’elle allait rejoindre un peu plus tard.

Le tribunal a donc estimé que, faute de preuves, il n’était pas possible de lui imputer la mort des détenues qui avaient succombé à cette marche.

Vous reprendrez bien un peu de Mémoire ?

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1409819
    le 02/03/2016 par beclame
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    "à la marche de la mort menant les détenues de Gross-Rosen au camp de travail de Guben, une marche au cours de laquelle 1.400 femmes sur 2.000 seraient mortes."

    À cette époque le travail tuait les fainéants. Pas de travail pas de nourriture donc mort s’en suive.

     

    • #1409916
      le 02/03/2016 par VORONINE
      Ni pardon, ni oubli, ni preuves

      Et il est bien connu , dans toutes les armées du monde , que ce sont les cuisiniers qui commandent et qui organisent les déplacements des prisonniers......


  • #1409821
    le 02/03/2016 par Phil29
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    S’acharner contre une vieille cuisinière de 94 ans... Une fois encore, cela démontre la conception très particulière de l’existence de certains, qui à moyen terme ne peut que se retourner contre eux...
    Pourquoi toujours chercher à humilier, à piétiner, à écraser ? Qui plus est des faibles, souvent des innocents, quitte pour cela à mentir et travestir la réalité...


  • #1409824
    le 02/03/2016 par Gallier
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Pour bien comprendre, l’iniquité de ces procès contre des personnes qui étaient affectées aux cuisines, ou qui montait la garde sur les miradors des camps, il faut ce pencher sur l’histoire de personnes tel Hans Globke.

    Globke, juriste de haut vol, qui participa à la préparation des premiers décrets d’exécution des lois de Nuremberg (15 septembre 1935). Il fut corédacteur et coauteur du premier commentaire officiel sur les lois de Nuremberg et leurs décrets d’application (la base juridique des génocides nazis perpertrés contre les juifs, tsiganes, handicapés etc.).

    Après la guerre, il fut de 1953 à 1963, chef de cabinet du chancelier Adenauer (le Richelieu de ces années 50 et 60. Il lui sera remis la grand-croix de l’ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne pour ses états de service.

    Donc en peu de mots, le juriste qui a conçu les lois, bases légales de l’assassinat de masse, fait carrière. Les lampistes sont traduits en justice plus de 70 ans après les faits.

     

    • #1409902
      le 02/03/2016 par révi-sioniste
      Ni pardon, ni oubli, ni preuves

      "Donc en peu de mots, le juriste qui a conçu les lois, bases légales de l’assassinat de masse, fait carrière"
      Vous devriez arreter de prendre vos cours d’histoire sur arte ou chez Spielberg,vous verriez que les massacres de masses ne viennent pas de qui l’on croit et que l’inversion accusatoire était déjà d’actualité à l’époque.


    • #1410255
      le 03/03/2016 par S.Z.
      Ni pardon, ni oubli, ni preuves

      @revi-sioniste

      Vous pouvez développer ?


    • #1410289
      le 03/03/2016 par nabs
      Ni pardon, ni oubli, ni preuves

      ..il veut dire que ce sont les bombardements intensifs des "alliés" sur l’allemagne qui sont responsables des milliers de morts... !


  • #1409836
    le 02/03/2016 par Mojo Risin
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Le peuple allemand a traversé tellement de souffrances. Cette femme au bon regard est la preuve qu’après une jeunesse d’épreuves, il est possible de reconstruire son pays et sa vie. Malgré la haine, la bassesse et la vengeance.

    Et en plus, je suis sûr qu’elle fait d’excellentes soupes.

     

  • #1409863
    le 02/03/2016 par Seb
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Sa cuisine n’était pas casher ?

     

    • #1410025
      le 02/03/2016 par Mojo Risin
      Ni pardon, ni oubli, ni preuves

      Après une randonnée, pas chères, pas casher, les soupes de Frau Michnia !

      Voilà, un exemple de ce qu’auraient pu être les pubs si les ricains n’étaient pas venus. Au lieu de ça, on persécute les vieux, peut-être Alzheimer, au nom de la mémoire. Heureusement que la mère Denis n’est plus là. Elle aurait fini par stresser.


    • #1410590
      le 03/03/2016 par karimbaud
      Ni pardon, ni oubli, ni preuves

      trop de Riesling sur la choucroute .


  • #1409872
    le 02/03/2016 par Sauve qui peut
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Je ne sais pas si les peuples vont se souvenir de leurs tribulations imposées par les oligarques qui se succèdent depuis un demi siècle et se gavent sur leur dos , mais à leur place je me méfierais , quand on voit ces derniers , s’acharner sur les vieillards ! ( soit dit en passant : à Gerber ! )


  • #1409884
    le 02/03/2016 par solaine
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Ni pardon, ni oubli, ni preuves... ni amour, ni sentiment pour et vers l’autre, en état de faiblesse ou pas, vieille personne ou pas, peu importe, malheureusement, les intérêts semblent avoir pris le pas sur les sentiments en ce bas monde. Dommage !

     

    • #1409955
      le 02/03/2016 par pifou
      Ni pardon, ni oubli, ni preuves

      Le pardon, véritable valeur chrétienne, ils sont incapables de comprendre a quel point cela apaise l’esprit et prolonge l’espérance de vie. De toutes les personnes de plus de 80 ans que j’ai connu, aucunes n’avaient de rancoeur et plaisantait meme des horreurs vécues.


  • #1409894
    le 02/03/2016 par katapugon
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Ô shit ! it’s not very top.
    "Si on peut pu faire condamner une goy sans preuves" Ou qu’on va ..... C’est le laisser aller d’une société en perdition.


  • #1409951
    le 02/03/2016 par Robin
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Tout un porcès 70 ans après pour des coups de trique sur deux personnes volant de la bouffe en temps de guerre...


  • #1410001
    le 02/03/2016 par obs
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Quand on pense que le sioniste Lazare Kaganovitch, co-responsable de l’effroyable famine qui ravagea l’Ukraine dans les années trente (Holodomor) , ordonnateur des purges "staliniennes" et co-responsable du massacre de Katyn - est décédé gentiment dans son lit, à 97 ans, en 1991, cela laisse rêveur . Un des pires bourreaux judéo-soviétique n’a jamais été inquiété alors qu’on persécute une vieille cuisinière allemande...

     

    • #1410270
      le 03/03/2016 par Themistocles
      Ni pardon, ni oubli, ni preuves

      A Obs,

      Je ne veux même pas le savoir. Un type qui se prénomme Lazare est forcément un type bien !


  • #1410016
    le 02/03/2016 par Al0n3_1N_Th3_d4rk
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Et dans cent ans peut-être encore ? Lamentable de vouloir à tout prix emprisonner une quasi-centenaire plus de 70 ans après les hypothètiques faits qui lui sont reprochés.


  • #1410030
    le 02/03/2016 par scutigere
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    C’est effectivement au cours de cette marche que les 1.400 femmes ont été gazées à la dernière station service avant l’autoroute... raconte un témoin.


  • #1410032
    le 02/03/2016 par stephanedu49
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    A quand "une madame pipi" ?


  • #1410084
    le 03/03/2016 par Jérôme2709
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    C’est comme si dans 60 ans, pour punir les Israéliens d’avoir bombardé Gaza au phosphore blanc, on s’acharnait sur une ancienne conscrite qui était de corvée de chiottes dans le hangar où était garé l’avion.


  • #1410087
    le 03/03/2016 par Goy pride
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    il a affirmé l’avoir vue administrer des coups de trique et de pied à deux hommes qui avaient volé deux navets dans la cuisine



    Doux Jésus ! Ils forment un dossier d’accusation pour emprisonner une vieille dame de 93 ans sur la base de ce type de témoignages ! Rien ne les arrête !


  • #1410096
    le 03/03/2016 par Francois Desvignes
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Dans sa cuisine, elle en a sauvé quelques uns, peut-être qu’un ou deux.

    Et heureusement qu’à cette époque elle a trouvé la force de réprimander les chapardeurs de navets, car la vie de ces un ou deux en a dépendu

    Pendant ce temps là, le lobby qui n’existe pas faisait bombarder Dresde,

    - trois jours et trois nuits de suite,
    - sans aucun intérêt stratégique, absolument aucun,
    - alors qu’on savait la ville saturée de réfugiés,
    - soit tous ceux qui par leur âge ou leur condition n’avaient pu porter un uniforme, femmes, enfants, infirmes, vieillards sans défense,
    - brûlés vifs au phosphore, les enfants devant les yeux de leur mère, les mères devant les yeux de leurs enfants
    - la ville, surnommée Venise de l’Allemagne, joyau de la Saxe, plus que rasée en fusion : le bitume brûlait
    - 650 000 bombes incendiaires pour 300 000 morts innocentes et inoffensives ; en trois jours !
    - Soit 2 bombes par personne : 1 bombe pour le tuer et une bombe pour s’acharner

    Ce sont les mêmes qui aujourd’hui font un procès à une grabataire pour deux navets qui ont du sauver deux petites vies anonymes, à la différence de leurs bombes qui en tuèrent des millions et des millions sur toute l’Allemagne martyrisée de l’après 1942 soit 8 millions de morts civils

    Eux parfaitement prouvés

    Ce sont les mêmes qui aujourd’hui appliquent les mêmes méthodes aux mêmes fins, avec la même cruauté et la même malhonnêteté intellectuelle, ajoutant au meurtre de masse aveugle l’inversion accusatoire supposée les absoudre,

    Sous leurs bombes, la Palestine, l’ Irak,la Syrie sont devenues des Dresdes réactualisées.

    Ils sont Charlie ?
    Je suis Allemand !
    Et pas n’importe lequel : celui d’avant 1945

     

  • #1410141
    le 03/03/2016 par H. K. Daghlian
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Allez, encore quelques efforts et ils ne restera plus aucun témoin oculaire en état de parler.

     

    • #1410173
      le 03/03/2016 par herbert
      Ni pardon, ni oubli, ni preuves

      Pas sûr.
      Les techniques de clonage progressent. On parle aussi de charger la mémoire d’un cerveau dans un autre. Enfin il y a de grandes avancée sur la régénération des cellules.


    • #1410229
      le 03/03/2016 par kevorkian
      Ni pardon, ni oubli, ni preuves

      C’est sans compter sur le "fait" que le traumatisme modifierait la génétique, s’inscrivant dans l’ADN, se transmettant ainsi de génération en génération... à tout jamais !

      Oui oui, ils en sont là pour tenter de prolonger la rente.


  • #1410144
    le 03/03/2016 par Chronos
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Entre 1923 et 2016...


  • #1410162
    le 03/03/2016 par Chevalier Lefebvriste...
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Merde ils ont loupé celle là !
    Flute alors....ce n’est que partie remise !
    On leur fait confiance....


  • #1410185
    le 03/03/2016 par monterosso
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Accusé de sodomie digitale, le medecin nazi qui soignait les déportés malade de la prostate, est toujours vivant et activement recherché.


  • #1410246
    le 03/03/2016 par renton61
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    « volé deux navets dans la cuisine »

    Hahaha c’est Dieudo qui a écrit l’article ?


  • #1410296
    le 03/03/2016 par bla
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Cela s’appelle "pousser le bouchon"...ou de l’abus...et tous ces abus font que de moins en moins de gens adhèrent à la religion de la Shoah...de plus en plus de gens doutent des juifs et de leurs motivations réelles...un peuple qui pourrait être aisément qualifié d’implacable, dénué de pardon et de pitié...une vision différentes que celle voulu par le cinéma, la télévision et les médias qui font des juifs un peuple affable, doux, aimant, généreux...et qui, bien entendu, a beaucoup souffert, c’est d’ailleurs le peuple qui a souffert le plus depuis que la souffrance humaine existe !

    Les hommes politiques de notre pays qui espèrent réussir leurs carrières nous indiquent régulièrement que la population juive de France est indispensable à notre pays, que sans eux nous ne serions rien...

    Tous cela n’est pas bon pour la communauté juive...les chouchous, les faillots de la maîtresse finissent toujours par passer un mauvais quart d’heure dans la cour...


  • #1410376
    le 03/03/2016 par katholikhos
    Ni pardon, ni oubli, ni preuves

    Oui... Admettons à la rigueur que le cas de cette dame ne soit pas assez documenté (quoi que le témoignage oculaire d’un témoin en droguet à rayures devrait, selon moi, amplement suffire a l’envoyer aux travaux forcés ) admettons. Mais il n’en reste pas moins que les complices objectifs, bien que subalternes, de la plus atroce vilenie de tous les temps, coulent encore, dans quelques villégiatures alpestres, des jours heureux, quoique rhumatismaux et catarrheux. Ah ! je les imagine, ces haineux grabataires, narguant sous leurs perfusions la justice des hommes et celle, plus terrible encore, de Jéhovah ! Car enfin, les cloutiers, qui forgèrent ces fers cruels, pareils, mais bien plus atroces, à ceux qui clouèrent l’usurpateur galiléen au gibet du Golgotha ? Et les ouvriers maudits qui façonnèrent, en salivant de haine, les loquets de portes d’Oswiecim ? Et les menuisiers ? Les fabricants de clés ? Toutes ces "petites mains" de l’Enfer qui contribuèrent avec un satanique enthousiasme à édifier le lieu exécrable entre tous, L’anus Mundi ? Tout un peuple de menus démons cacochymes continue de narguer l’immense souffrance des survivants et ayant droit !


Commentaires suivants