Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Poutine, Depardieu et le MMA

Réflexion sur la virilité (en) politique

La superstar mondiale d’arts martiaux mixtes, Conor McGregor, champion du monde des poids plumes de la ligue Ultimate Fighting Championship, a reçu l’invitation à demander la nationalité russe de la part d’un député de la Douma (chambre basse du Parlement de la Fédération de Russie), Dmitry Nosov, lui-même judoka et médaillé de bronze aux J.O. d’Athènes.

 

Même si la motivation principale du champion d’accepter une telle offre serait de profiter d’une assiette fiscale plus basse en Russie qu’en Irlande, son pays de résidence, ou qu’aux États-Unis, où il participe aux compétitions, il y a peu de chances que McGregor saisisse cette chance, tant il est porté aux nues par le patriotisme irlandais, aussi bien en Irlande qu’aux États-Unis ; un élan patriotique qui ferait rougir de honte tout citoyen européen contemporain qui (ne) se respecte (plus), c’est-à-dire, de nos jours, un mouton docile (pléonasme, mais il est attendu du mouton européen qu’il soit particulièrement docile), suspect voire coupable de racisme et d’antisémitisme, prompt à l’auto-flagellation et adepte malgré lui du vivre-ensemble.

S’il lui prenait l’envie d’accepter cette offre généreuse, McGregor rejoindrait notre monument national Gérard Depardieu, en disgrâce auprès du Parti socialiste (le comble de l’ignominie), mais également de nombreux autres champions sportifs, notamment dans le domaine des sports de combat, tels Jeff Monson (autre vétéran américain de MMA) et Roy Jones Jr. (champion de boxe olympique en 1988, et surtout champion multi-catégories, de poids moyen à poids lourd), qui ont récemment bénéficié des largesses du Président Poutine.

La politique d’octroi de la nationalité russe ne se limite pas aux hommes de caractère, loin s’en faut. La baronne française Irina von Dreyer s’est vue remettre son passeport russe lors de son 100e anniversaire en 2015, et l’architecte italien célèbre à Moscou Lanfranco Cirillo a bénéficié de ce même honneur en 2014, aussitôt raillé par les médias de la nébuleuse Soros (Radio Free Europe et Radio Liberty) pour ses liens privilégiés avec ses clients fortunés.

Vin Diesel, qu’on ne présente plus tant ses rôles de gros bras sont caricaturaux, et Cary-Hiroyuki Tagawa, acteur américano-japonais de films d’arts martiaux, sont également sur les rangs pour demander la nationalité russe. D’autres comédiens américains, virils sans être pour autant connus pour leurs exploits physiques, tel Robert de Niro, ont également exprimé leur intérêt pour le passeport orné de l’aigle bicéphale.

Le Kremlin accepte volontiers les avances qui lui sont faites par un certain nombre d’acteurs de films d’action de Hollywood, et sait les utiliser à des fins de communication.

L’image masculine du président Poutine, habilement entretenue par son équipe de communication, attire forcément les sympathies d’hommes et femmes du monde entier qui ont appris la discipline physique et morale, le respect de l’adversaire, autant de qualités forgées dans les salles de sports de combat et sur les tatamis. Conor McGregor a d’ailleurs déclaré au sujet de Vladimir Poutine : « Poutine est un homme bien, qui lui aussi pratique les arts martiaux. On ne la lui fait pas. Les Russes sont un peuple fort. Ils peuvent détecter le baratin et la frime à des kilomètres ».

La Russie, par l’intermédiaire de Vladimir Poutine, bénéficie d’une image positive en se voyant ainsi courtisée par des hommes d’action, champions sportifs ou acteurs de cinéma. Et cela sans effort particulier de la part du Kremlin.

Cet élan de sympathie des acteurs de films d’action américains se transforme ainsi peu à peu en outil de soft power russe.

Les acteurs de films d’action Mickey Rourke, admirateur de Vladimir Poutine, et Steven Seagal, se sont eux aussi rapproché du Kremlin, au beau milieu de la crise ukrainienne, ce qui dénote quand même un certain courage. Officieusement invités par Doors to Hollywood, une société russe de relations publiques dirigée par Bob van Ronkel – un producteur hollywoodien pur jus expatrié en Russie, qui y a fait venir une centaine de célébrités américaines pour animer des événements sportifs, de charité et des festivals –, leurs voyages ont pris une tonalité politique, du fait de la nationalité des deux acteurs, et de la propagande russophobe rabique qu’ils doivent affronter une fois rentrés dans leur pays.

Steven Seagal est probablement l’acteur le plus proche des cercles du pouvoir russe. Il n’hésite pas à faire des déclarations fracassantes (car pleines de bon sens) dans les médias russes, ce qui lui vaut d’être systématiquement tourné en dérision par les médias américains.

Il fait régulièrement des déclarations pro-Poutine ou pro-russes, et ose des critiques acerbes de la politique américaine en Ukraine, qu’il qualifie de stupide. Il a également déclaré publiquement réfléchir à demander la citoyenneté russe.

Son enthousiasme à défendre la Russie, peut-être teinté d’opportunisme pour raviver une carrière cinématographique en berne, le place sous le feu de la critique des médias américains, qui ne se privent pas d’attaques personnelles et sous la ceinture, teintées de sarcasme et d’insinuations d’homosexualité pour expliquer sa proximité avec Vladimir Poutine.

Les deux hommes sont nés la même année, partagent une passion et une compétence reconnue en arts martiaux japonais, et ont éventuellement une vision géo-stratégique commune. Mais pour Bloomberg.com, il s’agit d’un « coup de foudre entre mecs » (man crush), tandis que pour Buzzfeed.com, c’est une « idylle entre potes » (bromance, contraction de brother et romance).

Brocarder ainsi deux amis, dont un chef d’État, comme étant deux homosexuels, faisant donc de l’homosexualité un sujet de plaisanterie, n’attire pas, dans ce cas précis, les foudres de l’ACLU (American Civil Liberties Union, le bouledogue de la bien-pensance et du politiquement correct aux États-Unis). Ou comment l’humour de caserne, interdit au peuple, est autorisé pour soutenir une certaine politique étrangère.

Ainsi, de façon assez paradoxale, les médias aux États-Unis, pays ou l’acteur Ronald Reagan a été président, et l’acteur bodybuildé Arnold Schwarzenegger a été gouverneur de l’État le plus riche du pays, ricanent au sujet du rapprochement d’acteurs de Hollywood ou de France avec Moscou.

[...]

L’utilisation habile du Kremlin de la personnalité de son président pour fédérer autour de la Russie les hommes et femmes qui comprennent encore l’importance de la virilité, des valeurs, des politiques volontaristes et du patriotisme, se fait paradoxalement grâce au pur produit de l’Amérique, le film d’action hollywoodien, vecteur du patriotisme et de la force dominatrice, qui se retourne finalement peu à peu contre la politique étrangère de l’Empire.

C’est le retour inexorable du Réel. Le peuple va chercher en Russie ce qu’on lui interdit en Europe et aux États-Unis depuis 50 ans : la virilité, le patriotisme, les valeurs religieuses et familiales, l’esprit sain dans un corps sain, etc.

Le mâle français urbanisé est devenu majoritairement un être efféminé, car soumis à différentes formes de terrorisme intellectuel : féminisme, anti-racisme et relativisme culturel. On a fait croire au mâle français qu’il était macho, raciste, xénophobe et antisémite, et que sa rédemption passerait par sa soumission aux femmes, aux immigrants, et à la pensée unique du vivre-ensemble. Il lui a été imposé comme seul cadre de discussion la matrice intellectuelle droitdelhommiste, forcément noble, tout en lui ôtant, à lui et à lui seul, la possibilité de refus catégorique ou d’une rébellion violente, qui seraient forcément primaires et bas de plafond.

Cette violence sociale appliquée sur le mâle français (et on doit pouvoir généraliser au mâle occidental) a été si bien intériorisée par celui-ci, que la possibilité de se trouver dans une situation de violence le terrifie au plus haut point.

Ce que les féministes et certains groupes d’immigrés ont bien senti, et ne se privent pas d’utiliser à leur avantage depuis des décennies. Avant même de parler d’immigration sauvage, les tragiques événements du Nouvel an à Cologne nous font poser la question : « Où étaient les hommes » ? Le même événement a eu lieu à Mourmansk, avec un dénouement assez différent, dont nos médias ne parlent pas, au cas où cela donnerait des idées.

C’est cette privation de virilité, cette diabolisation du patriotisme et cette interdiction de toute possibilité de violence auto-protectrice qui créent un manque naturel, que le peuple cherche à combler, par procuration, en plaçant sur un piédestal les champions de sports de combats et les acteurs virils.

Comme toujours, les États-Unis sont en avance de vingt ans sur l’Europe : les dérives extrêmes du féminisme aux États-Unis ont donné lieu depuis une décennie à l’émergence d’une nouvelle forme d’humour que l’on peut qualifier de gras : gentiment misogyne, légèrement xénophobe, il glorifie le politiquement incorrect, au nom de la revendication de l’homme blanc, accablé de tous les maux, de pouvoir rire à nouveau de ce qui l’a toujours fait rire.

C’est à peu près au même moment que s’est développée aux États-Unis et au Brésil la discipline des arts martiaux mixtes, le MMA, aujourd’hui en passe de devenir le sport qui se développe le plus rapidement dans le monde.

Lire l’intégralité de l’article sur lesakerfrancophone.fr

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1425156
    le 21/03/2016 par Eric
    Poutine, Depardieu et le MMA

    "Barack Obama, qui en huit ans d’exercice du pouvoir ne parvient pas à faire voter au Congrès une seule des législations importantes qu’il a promises au peuple américain ?"

    C’est le peuple américain qui doit voter ces législations importantes et non les oligarques du Congrès qui ne les voteront jamais. Quand les dissidents cesseront-ils de soutenir le parlementarisme (le pire des fléaux) ? Quand les sans-dents auront des dents ?


  • #1425167
    le 21/03/2016 par coucoune
    Poutine, Depardieu et le MMA

    à canal+ , il se foutait de la gueule de JCVD qui soutenait Poutine et quand on voit la liste de personnalités : le plus con n’est pas celui qu’on croit -
    après un p’tit exemple de la Russie sur le règlement Syrien , je crois que l’espoir de détruire toutes les raclures qui nous entourent , n’est pas interdit -
    d’ailleurs les USA se sont montrés discrets sur ce sujet -


  • #1425339
    le 21/03/2016 par Cyb888
    Poutine, Depardieu et le MMA

    La virilité est un style de puissance, très recherché par les semi-fort (ou semi-faible).
    Cherchez plutôt à vous sacrifier comme la fait le roi des rois, non ?

     

    • #1425457
      le 21/03/2016 par Le Viet
      Poutine, Depardieu et le MMA

      Non.
      Viril-ité.
      Itas en latin.
      Donc une instance d’expression de la modalité "virile" de l’existence.

      Quand à la puissance, la Bible dit d’être méfiant à l’extrême, pas allergique.

      Énorme nuance...

      Et bien entendu tout cela est vrai pour tout le monde et n’a rien a voir avec les genres/sexes ou la pseudo énergie du slip... Seuls les abrutis ont de la "castration" plein la bouche....

      Il vous en prie.


    • #1425478
      le 21/03/2016 par durandal
      Poutine, Depardieu et le MMA

      Oui oui oui, vous êtes bien gentil mais si on se sacrifie tous et qu’on abandonne tous notre virilité au profit d’une ascèse chaste qui va faire les bébés pour perpétuer l’espèce ?


    • #1425743
      le 22/03/2016 par Cyb888
      Poutine, Depardieu et le MMA

      Qui est plus puissant ? le gars qui se satisfait de sa virilité, ou celui qui n’a pas peur de la mort ?

      Extrait des principes du Bushido :
      "L’absence de peur résulte du don total de soi, sans réserves, à une vérité plus grande que soi. Cette Paix intérieure donne l’aisance dans le danger, même s’il est extrême."

      Matthieu 10:28
      "Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne."

      Perdez pas de temps à viser la virilité. Visez plutôt la communion avec Jésus qui est l’apha et l’omega.


    • #1426348
      le 22/03/2016 par Iskandaar
      Poutine, Depardieu et le MMA

      Perdez pas de temps à viser la virilité. Visez plutôt la communion avec Jésus qui est l’apha et l’omega.



      Il n’y a pas d’opposition entre sacrifice et virilité puisque le premier procédè de la seconde. La virilité n’est pas un ’style’ mais une composante fondamentale de la psyché humaine, créée par Dieu, donc voulu par lui. Arrêtez de tout opposer, mais réfléchissez plutôt de manière intégrale et synthétique, et sortez des logiques dualistes qui sous-tendent toujours des fins égotiques...

      Ensuite il est très déplacé et de mauvais goût de parler de « sacrifice » à travers un écran, et pire, d’appeler autrui depuis cette position en répétant un simple crédo et en s’en gargarisant sans preuves. Dans ces cas là il vaut mieux montrer l’exemple et se taire, à l’image du Roi des rois... Il faut penser à grandir un peu à l’aube de ce 21éme siècle pour cesser de pédaler dans le vide...


  • #1425374
    le 21/03/2016 par durandal
    Poutine, Depardieu et le MMA

    Super article, souvent j’essaie de défendre l’idée parmi mes contemporains que si Poutine est un "dictateur" c’est le choix du peuple Russe et qu’au moins lui assure le redressement à la foi économique et culturel de son pays. Ce à quoi on me répond quasi systématiquement "dictateur, dictateur, dictateur" comme un mantra.

    Cet article met aussi le doigt sur un point crucial pour comprendre notre chute : la castration du mâle occidentale. La lente disparition du yang  !
    Non pas que tout reposait sur nos épaules masculines (quoique) mais il s’agit plutôt de comprendre que la tradition est une affaire d’équilibre.
    Le sancouillisme si caractéristique de notre époque est, je pense, le principal terreau de la destruction de notre civilisation et de notre stature économique et politique (applicable à l’Europe entière).
    Quelle formule magique pour contrecarrer cette tendance à l’inversion ? (d’où le nombre croisant d’invertis)
    Éduquons nos enfants dans la tradition, à une saine virilité pour les garçons et une saine féminité pour les filles.
    Pour cela rien de plus simple, il faut leur parler et les mettre en contact avec les bons supports. Arrêtons de confier nos gosses à la téloche et repassons systématiquement derrière le discours institutionnel. Le tout en souplesse et avec bonté pour éviter de créer un rejet/inversion à l’adolescence.
    C’est ça ou alors vous aurez droit à une femme à barbe en guise de rejeton.

     

    • #1425525
      le 21/03/2016 par révi-sioniste
      Poutine, Depardieu et le MMA

      Cest exactement ce que je fais avec ma fille depuis des années. Maintenant a 16 ans, elle a pigé et vient me raconter le véritable lavage de cerveau infligé au cours de phylosophie


  • #1425683
    le 22/03/2016 par Dany Dan
    Poutine, Depardieu et le MMA

    Très bonne analyse