Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un juge de la Cour suprême se prononce contre Donald Trump

De l’indépendance de la justice américaine

Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour suprême des États-Unis, et donc soumise au devoir de réserve sur le plan politique, s’est livrée à une tirade contre Donald Trump sur CNN en le traitant d’« imposteur ».

Le prochain président des États-Unis devra nommer un juge à la Cour suprême pour remplacer l’excellent juge catholique pro-vie Antonin Scalia récemment décédé. Et Donald Trump a dit qu’il fallait quelqu’un comme Scalia. Ruth Bader Ginsburg déclare au New York Times :

« Je me refuse à imaginer ce que l’on deviendrait – ce que ce pays deviendrait – si Donald Trump était président. Pour le pays, cela pourrait être l’affaire de quatre ans. Pour la Cour, cela pourrait... je ne veux même pas l’envisager. »

 

« Le juge Ginsburg de la Cour suprême nous a plongés dans l’embarras avec ses déclarations stupides à mon sujet. Elle a perdu la tête. Qu’elle démissionne  ! », a réagi Donald Trump.

Même chez les adversaires de Trump, la sortie de Ruth Bader Ginsburg ne passe pas. Car ce n’est pas ce qu’on attend d’un juge à la Cour suprême.

Mais Ruth Bader Ginsburg n’est pas un juge. C’est une militante acharnée de l’avortement et des « droits » LGBT. Et à 83 ans elle continue son travail infernal au service de la culture de mort et de la subversion. Au point d’interférer dans la campagne électorale en violant la déontologie de l’institution suprême des États-Unis.

 

Addendum

Désavouée même par la gauche, Ruth Bader Ginsburg a publié cet après-midi un communiqué où elle déclare :

« À la réflexion, mes récentes remarques en réponse à des questions de la presse étaient malavisées, et je regrette de les avoir faites. Les juges doivent éviter de faire des commentaires sur les candidats aux postes de la fonction publique. A l’avenir je serai plus circonspecte. »

On remarque qu’elle ne regrette pas ce qu’elle a dit, mais de l’avoir dit. Malavisé, c’est « mal à propos et sans y prendre garde ». Elle ne retire donc rien de ses insultes, elle avoue seulement, face au tollé, que ce n’était pas son rôle de les dire. Quant à l’avenir, on n’espère pas franchement qu’elle en ait un, circonspect ou non, mais que Donald Trump soit élu et ait d’emblée deux juges à nommer à la Cour suprême.

À ne pas manquer, l’analyse de l’élection présidentielle américaine par Alain Soral :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ouais, bof,si cette dame voulait faire élire Donald Trump, elle ne s’y prendrait pas autrement...tout se passe comme si le système, sous couvert de critiquer Trump, militait ouvertement pour son élection. Bref, je me demande si la couverture médiatique dont jouit ce monsieur n’est pas là pour le faire élire...

     

    • Non la pythie, C est ta vision déformée depuis la france en prétendant tout analyser et comprendre cyniquement derrière ton clavier à partir d’une bribe d information.

      L ensemble des médias et du système americain est férocement antitrump. Il est même rendu responsable des fouteurs de merde qui l’empêchent de tenir sereinement ses meetings. C est la tactique de rendre le candidat toxique qui a marché pendant 40 ans et à empêché jean marie lepen d être président. Tu ne vas pas jusqu’à dire que les médias on tout fait pour faire élire jean marie ???parcequ cela a pas marché très fort...va marche beaucoup mieux de prétendre d avoir un sauveur...a chaque élection cela marcheaux usa ..le dernier sauveur était obama...

      La ils se sentent plus et ils sont allé trop loin...l idée était d avoir une femme vénérable a un poste prestigieux qui rende toxique la candidature trump aux yeux des gogos...la réalité est qu’ils me contrôlent pas trump et qu’il fait dérailler leur plan.


    • Sur tous les sujets qu’elle aborde la Pythie fait un sans-faute parfait d’analyses brillamment fausses. C’est d’un art consommé et difficile. Remplacée par une pièce de monnaie tirée à pile ou face, elle aurait raison 50% du temps, ce qui serait un énorme progrès. Au moins la pythie de Delphe émettait des borborygmes incompréhensibles ce qui permettait de croire qu’elle disait des choses très justes.

       

    • Ca me posait question aussi.
      Mais je ne vois pas quel serait leur interet dans ce cas.
      Je ne pense pas qu’il aurait un grand champ d’action tout de même mais peut-être qu’il dérange vraiment quand même... Et ça c’est plutot bon signe,enfin je crois.


    • A l’allure ou vont les choses ,Trump est le futur president US,ce qui m’inquiete de plus en plus ,c’est vu que les ronds de cuir ont raté tous leurs plans foireux contre Trump. J’espere qu’ils ne soient pas entrain de planifier son assassinat pure et simple. J’en veux pour preuve une sortie recente du pentagone et des services de sécurité US qui disaient en gros ne plus etre capables d’assurer la sécurité des candidats a l’election US actuelle . Ah bon ? on va faire des guerres partout ; en Syrie,en Iraq,en Ukraine et on ne peut pas proteger le futur president US lors de meeting ? C’est un aveu clair dans le language des barbouzes.


  • les juges doivent d autant plus eviter cela que cela s appelle la separation des pouvoirs, le pilier sur lequelle est basé la democratie americaine...c est le peuple americain qui decide du president (meme si en general il ne decide pas des candidats qu on lui propose) et pas une juge sioniste qui a fait carriere par privilege communautaire...

    et si comme en 2000 la cour supreme doit decider en novembre prochain de la legalité des recours et des comptages de voix, il n’y aura aucun doute que cette juge sera partiale et ne basera pas sa decision sur le droit...

    theoriquement elle devrait demissioner...ce qui est une immense victoire pour trump qui pourra regarnir la cour supreme de juges patriotes americains si il passe...
    cest assez marrant de voir l avant garde faire autant d erreurs et se griller comme cela...panique a bord...

     

    • Petite correction, les américains ne choisissent pas leur président par vote (suffrage universel directe), mais ils votent pour des "grands électeurs" qui eux seuls votent pour les candidats à la présidence.


    • Oui bien sur mais les grands électeurs doivent voter pour qui ils ont été mandatés donc si , les américains votent pour leur président et le choisissent. Le système des grands électeurs permet de donner plus d’importance à certaines régions moins peuplées. C est un artifice qui ne change pas le fond du principe.


    • La démocratie bourgeoise est à distinguer de la démocratie populaire. Il n’existe plus aucune démocratie populaire : nous votons pour des "bourgeois" qui ne nous représentent pas et qui ne sont là que pour perpétuer le système ... capitaliste. Ce n’est pas la démocratie qu’il faut abattre, c’est la "bourgeoisie", pour la remplacer par le "peuple" !


  • Traduction :

    Si Trump passe, il va tous nous virer à coups de pied dans le fion car on n’a aucun dossier majeur sur lui, tandis qu’il en a plein sur nous ! Au secours, peuple ! Vote pour tes maîtres, euh, pour tes humbles serviteurs démocratiques ! Pitié !


  • le tort de Trump c’est de ne pas avoir promis d’entrer en guerre contre l’Iran dés son election en remerciement du vote du lobby le plus influent aux USA.


  • C’est une affaire d’une extrême importance et elle aura probablement des conséquences considérables à long terme : un juge de la Cour Suprême (d’origine juive) perd son sang froid pour la première fois de l’histoire ! Elle prend parti, tout simplement. Or la Cour Suprême est la clé de voûte non seulement du droit américain mais est imitée pa tout un tas de pays que l’amérique contrôle, et notamment des pays européens convaincus par l’idée que tout ce qui est américain est mieux (tu parles !). La Cour Suprême a infiniment plus d’importance sur le plan intérieur que le président, qui n’est qu’un chef de guerre pour écraser les sauvages. Ses arrêts font loi non seulement en Amérique mais dans le monde entier qui s’aligne dessus (le "mariage gay" !). C’est au fond l’arme la plus efficace du fameux soft-power.

    En effet, comment refuser le "mariage entre des hommes", et tout un nombre étonnant de conneries que l’amérique nous envoie comme si c’était un "progrès" ? N’oublions pas que l’amérique est profondément manichéenne par l’intermédiaire de l’idéologie maçonnique qui, elle, l’est complètement : le Bien d’un côté (elle), le Mal de l’autre. Point. Tels sont les américains.

    Il se trouve que sur cette question de "Cour Suprême", pendant deux siècles, américains et français ont divergé totalement. La révolution français avait pris le chemin inverse : elle a pulvérisé la puissance judiciaire (loi des 16-24 août 1792) et elle avait toujours refusé d’instaurer une telle chose qui menaçait l’exécutif (souvenir de l’ancien régime et la fronde des parlementaires) et cette idée lui faisait littéralement horreur. C’est pourquoi il y a deux ordres de juridictions en France, judiciaire et administratif.

    Maintenant, l’influence américaine en Europe et en France est telle que les "Cours Suprêmes" (disant donc le "Droit Suprême" ?) fleurissent un peu partout, notamment par "l’Europe". Evidemment. Si la crise de la cour Suprême américaine se confirme après l’élection de Trump, alors les français regretteront leurs tentatives d’acclimater cela. Et je ne parle même pas de cette immonde "Cour de Strasbourg" et de la fameuse "Convention Européenne des Droit de l’Homme", écrite en charabia anglo-saxon pour enrichir les avocats incultes, qui est comme l’Europe et comme Schengen et comme l’euro, une simple construction diplomatique... Au moins la Cour Suprême américaine tire son pouvoir d’un texte constitutionnel court et lisible quoi qu’écrit en anglais..

     

    • Excellente et remarquable analyse. Les quelques mots de la fin sont de trop "lisible quoi qu’écrit en anglais". L’anglais est très lisible est beaucoup moins ambigu que le français car beaucoup plus riche en vocabulaire (grosso modo celui de l’allemand plus celui du français). Le gros Merriam-Webster Unabridged doit faire plus de 700 000 entrées.


    • #1510380

      Brillante et typique analyse républicaine.

      Sur la différence technique entre l’Autorité judiciaire française et le Pouvoir judiciaire américain, son histoire et sa portée : d’accord et merci de l’avoir rappelé.

      Mais ce serait faux de croire que la Cour supr^me des U.S.A. parce que "suprême", ne serait pas contrôlée et si elle ne l’était pas, Ginsburg ne nous aurait pas fait des excuses publiques pour son imprudence.

      D’ailleurs, ce n’est pas à nous qu’elle les a faites mais à ses maîtres et sur leur ordre.

      (Ses maitres sont ceux qui sont sur le billet d’un dollar en haut à droite et qui en bas et au milieu vous certifient qu’ils sont Dieu et que vous devez les adorer. On les appelle pudiquement l’Etat profond )

      Ses maitres en lui commandant des excuses publiques, ont rappelé à tous les petits camarades de Ginsburg QUi gouverne SANS partage et ont envoyé aux goyim un message codé qu’ils comprendront plus tard : c’est notre candidate qui sera élue quoi qu’il advienne.

      Je peux donc vous prédire qui sera cooptée en fait d’être élue le 8 novembre prochain : Miss Clinton.

      Et pas pour la paix mais le chaos.

      Et si Trump était élu ?

      Priez pour le salut de son âme : Lincoln et Kennedy qui avaient commencé par obéir sont morts de s’être crus indépendants.

      D’ailleurs, de ce point de vue, Ginsburg vous a dit la vérité....sans la nommer !


    • Merci à PMJLL et à F. desvignes. "Quoi qu’écrit en anglais". L’anglais n’est pas une langue juridique car elle est instable et change tous les cinquante ans et elle est assez coupée des langues gréco-latines, auprès desquelles on parvient à retrouver le sens exact des mots.

      Mais j’ajoute quelque chose à ce débat aussi profond que passionnant : la faiblesse de la Cour Suprême c’est que, quoique "suprême", elle n’est que judiciaire et qu’elle n’a pas de pouvoir "normatif", à savoir, elle n’est pas législateur .. Mais elle parvient à faire croire que ses arrêts sont éternels et universels et c’est cela qui est fou. Elle profite d’une sorte de sidération. Le monde est sidéré devant ses arrêts comme devant Moïse descendant du mont Sinaï. Or ce ne sont que des "décisions" d’un jour statuant sur un cas particulier, tranchant un débat. Un juge d’instance de quartier fait la même chose...

      La Cour Supreme a le monopole de la définition des "droits" ! Ce qui est inadmissible pour un français. Et c’est cela qui est dangereux car cela atteint le concept de liberté. L’homme a tous les droits et fait ce qu’il veut, quitte à en assumer les conséquences. Au cœur du système américain, il y a donc une atteinte fondamentale à la liberté humaine. Mais comme cela arrange les affaires, ils se gardent bien de la dénoncer.

      Mais ce que la Cour Suprême a fait, la Cour Suprême peut le défaire. Ce qu’elle a dit sur un "droit" elle peut plus tard soutenir l’inverse. A savoir changer de jurisprudence, tout simplement ! La Cour, "autrement composée" comme on dit en France, peut un jour dire que le mariage gay, le "droit" des LGBT et les affaires de toilettes pour transsexuelles au Texas ne sont que de simples conneries. Ce que je pense..

      C’est en cela que le conflit qui pointe entre le président américain et la Cour Suprême est porteur d’une crise redoutable. Car ce conflit "dévoile" la nature de cette juridiction, au fond politique, et la politique, c’est prendre parti. Les juges pouvaient donc pendre parti "après" mais surtout jamais "avant" d’avoir examiné. Cette juge se prononce donc "avant" d’une manière générale sur la politique préconisée par un candidat ! Effarant. Aucun reproche ne lui aurait été fait si elle avait "après" sabordé la politique de Trump.

      Son erreur est tellement énorme qu’elle s’en est "excusée". Mais Trump à raison de demander sa démission car elle est définitivement suspecte de partialité. Elle n’est plus un juge.


  • "Je regrette de m’être fait prendre"...Comme disent les voleurs !
    Enfin,je dirais que sa tronche parle pour elle...et là,c’est Ciceron qui disait que "Le visage est le miroir de l’âme !"....Pas besoin d’en rajouter !


  • Tiens je vais utiliser une tactique de l’adversaire même si je suis persuadé qu’elle a toute sa tête : la vieillesse est un naufrage !


  • Décidément, un certain "establishment" étasunien craque complètement à l’idée que Donald Trump sera bientôt élu Président ..... Et comme par hasard, cette "juge" porte l’exquis patronyme de "Ginsburg" !!!


  • Si j’étais Trump, je ferais gaffe à ma vie en cas de victoire ou victoire sûre...


  • Que l’on se rassure, ces nénettes qui font les colonnes des femmes les plus puissantes au service de l’Empire, selon Forbes, finissent, lorsque la machine n’en n’a plus besoin, par prendre une toute autre colonne qui mène à la fosse commune, à défaut d’être sceptique.
    Cette bonne Dilma Rousseff que l’on encensait la veille, cinq ans durant, en sait quelque chose.
    Un coup de chaîne et, dans un bruit de siphon (les petites marionnettes), fini la vie d’ange...

     

    • #1510571

      Que l’on se rassure, ces nénettes qui font les colonnes des femmes les plus puissantes au service de l’Empire, selon Forbes, finissent, lorsque la machine n’en n’a plus besoin, par prendre une toute autre colonne qui mène à la fosse commune, à défaut d’être sceptique.

      Vous voulez dire plus rapidement, et plus profondément que leurs homologues masculins ?
      Ca rassure qu’à moitié à vrai dire...


  • Bernanke( l’ex directeur de la FED )au féminin !


  • #1510577
    le 15/07/2016 par Palm Beach Cult : " Post ! "
    Un juge de la Cour suprême se prononce contre Donald Trump

    C’est un personnage de Sade, Les Cent Vingt Journées de Sodome.


  • Elle a l’air bien méchante cette vieille.


  • Une belle gueule de dame pipi. "Ruth Bader Ginsburg". Sentiment étrange et immédiat qu’il ne sortira d’elle que du mauvais, du nocif, du désastreux pour les étrangers à sa communauté. Mais pourquoi cette nocivité ? Ce n’est pas congénital pourtant ! Bizarre. Je ne comprends pas.

    Ce magistrat qui plane sur le monde, sur l’histoire, et sur l’humanité depuis la protohistoire s’est occupée de très près de la question du droit aux chiottes des transsexuelles au Texas ! Il faut vraiment selon elles et c’est de l’intérêt de l’humanité souffrante que les transsexuelles aient un "droit" aux chiottes ! A quels chiottes ? "ladies" ou "gentlemen" ? On ne sait pas... Mais on est où ? C’est vrai qu’elle a une belle gueule de dame-pipi.. et qu’à côté, Trump est un homme cultivé, fin et distingué.


  • Avant que d’avoir vu son patronyme, je m’étais déjà dit qu’elle avait bien le phénotype des ennemis du genre humain. Ça ne trompe jamais. Toujours cette propension dingue à faire le mal, à détruire, à pourrir la société dans laquelle ils ont réussi à s’incruster. Incroyable ! Ils sont quatre sur neuf à la "cour suprême", soit 44,4%. C’est comme s’ils étaient 142 millions aux USA.


  • Ce que les US ne doivent pas apprécier, c’est qu’elle vient de faire perdre une partie de son prestige à la Cour Suprême, comme les sionistes ont fait perdre son autorité au Conseil Constitutionnel au cours de l’affaire Dieudonné .


  • #1510986

    Les sionistes tiennent la FED et la Cour Suprême. Une bagatelle ...


Commentaires suivants