Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

11 Septembre : quelques arguments de physique ordinaire – Conférence de François Roby à Lille

À l’occasion du dix-huitième anniversaire des attentats du 11 Septembre, l’équipe d’E&R Lille accueillait le physicien français François Roby le 28 septembre 2019 pour une conférence intitulée « 11/09 : quelques arguments de physique ordinaire ».

 

 

François Roby, sur E&R :

Pour soutenir les sections régionales d’Égalité & Réconciliation :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

87 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Courageux et excellent à la fois. La connaissance, la science et l’honneur réunis ! En ce moment même je relis, en le feuilletant, "La faillite des médias" de David Ray Griffin.


  • Le physicien a dit la vérité, il sera exécute. Guy Béart.


  • Très bonne vidéo.

    Roby est un des rares scientifiques français courageux.


  • Pourquoi Roby montre-t-il le film de l’affaissement d’un sol alors que les tours 1 et 2 ne se sont pas affaissées comme la tour 7 mais ont été démolies de haut en bas ?

    Si des explosions nucléaires ont eu lieu le 11 septembre sous les tours jumelles, pourquoi l’affaissement du sol n’a pas causé l’effondrement des tours ? À ce rythme là, on va finir par conclure que les tours ont été démolies pour dissimuler des explosions nucléaires... ;-)))

     

    • Contrairement à l’immeuble 7, la destruction des tours jumelles n’a pu être expliquée de façon satisfaisante jusqu’à ce jour. La pulvérisation de ces bâtiments défie l’entendement ! TOUT a été broyé, réduit en miettes. C’est un mystère complet et certainement encore pour longtemps. Ceux qui ont réalisé cet "exploit" possèdent plusieurs longueurs d’avance sur toutes les théories, même les plus audacieuses.


    • " Idiocratie "

      Meuhnan !!!

      En 2001 , ça faisait déjà longtemps que dans l’industrie de la démolition , ils utilisaient des " mini-nukes " pour descendre des immeubles !!!


    • @ Idiocratie



      la destruction des tours jumelles n’a pu être expliquée de façon satisfaisante jusqu’à ce jour




      Oui, absolument, mais toute la tour 7 descend d’un seul bloc, comme dans les démolitions contrôlées classiques. Dans la vidéo citée par Roby, le sol descend de plusieurs mètres, or les tours jumelles auraient dû descendre d’un bloc si un vide avait été créé sous elles :

      https://www.youtube.com/watch?v=u1X...

      Exactement comme la cabane rouge descend tout entière dans le vide. Pendant l’effondrement des tours jumelles, elles sont pulvérisées de haut en bas sans que l’on puisse voir l’altitude des étages inférieurs changer.

      L’estimation que Roby fait de la quantité de chaleur libérée après la destruction des tours est intéressantes, mais il a parfaitement pu se tromper dans ses paramètres de départ.

      — -

      De plus, une onde de choc aurait dû être visible au sol et sur l’eau. Quand on voit l’onde de choc d’une explosion chimique souterraine :

      https://www.youtube.com/watch?v=_Ku...

      ...comment aurait-on pu rater trois ondes de chocs d’explosions nucléaires souterraines ?


    • @Gogol Ier démolition contrôlée pour le bâtiment 7, pas de problème. Mais impossible d’expliquer la chute de haut en bas des TT, c’est comme si quelque chose les avait liquéfiées durant leur descente ! Poutres en acier, béton armé, matériel de bureaux (solides armoires métalliques), TOUT a été réduit en poussière. Le plus gros morceau retrouvé avait la taille d’un demi téléphone portable. Sans compter les victimes humaines identifiées par leur seul ADN. Je le répète : personne ne sait quels moyens de destruction ont été employés ce jour-là.


    • @ gogol 1er : ne pas oublier que les WTC 1 et 2 faisaient plus de 400 mètres de haut, comparé à la n°7 beaucoup plus petite...


    • Il semble s’agir d’une technologie de "disruption" opérant au niveau moléculaire, les images, les témoignages vont tous en ce sens.

      Bizarre que cette théorie, plus simple et correspondant mieux au images, ne soit jamais mise de l’avant...

      Non, on aime mieux échafauder(..) des théories DÉLIRANTES, qui font appel à d’autres complots...

      N’utilisez plus le rasoir bic, mais plutôt celui d’Occam.


  • Un immense merci à ce Monsieur pour la simplicité de son courage. Face à la puissance de la propagande les seules réponses efficaces pour détricoter le formatage généralisé des esprits sont une approche scientifique et non violente.


  • Le crif attaque François Roby, lequel aborde les attentats du 11-9-2001 par le biais de la Physique, sans JAMAIS y mêler Judaïsme ou Israël. Quel est le rapport entre le crif et ces évènements ? La Physique est-elle « antisémite » ?

     

  • Quelqu’un peut balancer le lien vers l’intégralité de la lettre que le crif a adressé au président de l’université ?

     

    • Un extrait fictif de la lettre :

      « Vous n’êtes pas sans savoir que les allégations basées sur les lois de la Physique, proférées par le sieur François Roby à propos des attentats du 11-Septembre, vont à l’encontre des desiderata d’un lobby représentant 1/6 de 1% de la population française. C’est pourquoi, au nom de la Souffrance éternelle, vous conviendrez qu’il est de votre devoir de faire interdire tout écrit ou toute parole pouvant engendrer un lien entre les attentats du 11-Septembre, Israël et tous ses satellites. Vous ne voyez pas le rapport ? C’est normal, vous n’avez pas encore intégré le fait que les heures les plus sombres soient encore fécondes dans l’antre de la Bête, et la Physique sur certains aspects peut engendrer la Haine.

      Si vous ne voyez toujours pas le rapport entre le crif et les attentats du 11-Septembre, et pourquoi nous mettons tout en oeuvre afin de bâillonner ce professeur de Physique antisémite négationniste d’extrême-droite extrême, parmi d’autres personnalités, peut-être devriez-vous vous soumettre aux injonctions du Président Macron et de ses prédécesseurs, lesquels ont accordé un crédit sans faille à nos exigences. N’y voyez-là aucune pression de notre part, mais ce serait dommage que des têtes doivent tomber pour un professeur lambda avide de vérité. La Physique n’est pas l’alpha et l’omega, il est des domaines où elle doit se plier à certains intérêts géopolitiques, voire eschatologiques. À bon entendeur. »


  • Bravo ! Je viens de finir de visionner la conférence et cela correspond à beaucoup de faits, quelques exemples :
    - températures et incendies plusieurs mois après...
    - l’impression de "peu de débris" au sol en volume par rapport aux tailles des Tours (une partie serait donc descendue dans le trou de l’effondrement ??)
    Mais bon, on est des conspirationnistes !


  • Très bonne conférence. C’est difficile de manipuler quelqu’un qui connait les ordres de grandeur.
    Merci monsieur Roby.


  • #2351889

    Et si c’était tout simplement l’énergie potentielle de la gravité ?
    Parce que l’on a un million de tonnes qui tombent de 300m de haut.
    Trois milliards de kj. ?
    Ok, mille fois trop petit. Mais il faudrait un paragraphe pour "fermer la piste".


  • Larry Sylverstein a touché le pactol par l assurance suite a l effondrement des tours
    les salariés goyim decedés des tours ont ete remplacé

     

  • Il part du principe que fumée blanche = vapeur d’eau.
    Je suis désolé, mais la poussière aussi forme de la fumée blanche.
    Ceci dit, son étude sur la chaleur émise est plutôt convaincante.

     

  • J’ai peur de comprendre : les WTC ont été construits dans l’optique d’être détruits un jour ou l’autre si besoin ?
    À l’époque, parce que l’ennemi n’était pas le monde musulman mais l’union soviétique ?... Le fait d’avoir marcher sur la Lune en 69 aurait reporté cette échéance ?
    Il me semble qu’à l’époque, aussi, ces tours étaient les plus hautes du monde, le symbole de la puissance américaine... Mais le simulacre avec les avions n’aurait pu alors se faire, technologie pas au point.

    Il y a un instigateur derrière la marche du monde ? Parfois j’ai l’intuition en lisant l’histoire, que certains illuminés ont pensé à des trucs alors que ça n’était pas possible de leur temps mais savaient que ça arriverait, comme s’ils étaient sûrs de leur projet...
    N’est-ce pas glaçant ?
    Allez bonne nuit, je laisse la lumière allumée.


  • Si vos relevés de températures sont exacts, ça ne cadre pas avec une démolition contrôlée avec des explosifs. En supposant que 50 tonnes de kérosène avaient été positionnées dans chaque tour pour rendre crédible la "thèse avioniste" et en supposant 50 tonnes d’explosifs par tour, à la louche on est à 8,4 terajoules (50 X 4 X 42 gigajoules), très loin des 0,7 pétajoules. Cependant, lorsque l’on observe les images de l’effondrement des tours, on remarque une explosion en haut de chaque tour jumelles (avec projection de matière vers l’extérieur) et le fait que c’est le haut qui commence à s’effondrer. Il y a donc eu aussi un peu d’explosif, ce que confirme les résidus de thermites retrouvés lors de l’analyse des poussières. Quant à l’effondrement de la WT7, pour les non complotistes, c’est un mystère total. Vous m’avez convaincu et je vous souhaite bon courage.


  • Il existe en effet des altimétries de références différentes : culturelles, historiques ou scientifiques... ou même ponctuelles pour un projet ou ensemble de projets donnés. Vous devriez vous rapprocher de l’ordre des architectes local - American Institute of Architects (AIA) - pour en avoir le cœur net.

    Concernant la polémique scientifique, peut-être connaissez-vous cette revue et ses conclusions à l’opposé des vôtres : https://www.popularmechanics.com/mi...

    Merci pour cette conférence

     

  • Je suis physicien.
    Ce que je retiens de cette démonstration est qu’il semble en effet impossible d’envisager autre chose que des mini-explosions nucléaires pour expliquer le dégagement de chaleur colossal indéniable, observé pendant des mois.
    Je pense que le tremblement des caméras quelques secondes avant l’effondrement final est très probablement autre chose qu’un coup de pied dans le trépied du photographe.
    Je m’explique ainsi le mécanisme de destruction des 2 grandes tours : deux explosions nucléaires dans chaque sous-sol, à 2 moments différents.
    Ces secousses énormes ont à chaque fois eu pour conséquence de faire céder les derniers piliers présents dans les quelques étages concernés par l’impact direct des avions. Ces étages étaient ravagés par l’incendie causé par les réservoirs de kérosènes quasi-pleins des avions-suicides.
    La secousse nucléaire a suffit pour que les étages situés au-dessus des flammes tombent de quelques mètres en écrasant ceux concernés par les flammes et fragilisés par l’incendie.
    Le poids énorme de ces étages "sains" a fait que l’énergie cinétique emmagasinée dans cette chute de quelques mètres était suffisante pour faire céder à son tour les supports internes de l’étage "sain" immédiatement en dessous de l’incendie et donc de l’ajouter au poids des étages supérieurs en mouvement vers le bas.
    Dès lors il était impossible d’arrêter la destruction intégrale de chaque étage inférieur, et tout s’est passé comme pour une démolition contrôlée, étage par étage, par explosifs chimiques ordinaires parfaitement synchronisés.
    Il est même explicable de comprendre que la destruction a été remarquablement verticale et que les tours ne sont pas tombées de côté comme l’a fait la tour 7. Cette dernière n’était pas assez haute pour bénéficier de ce mécanisme "naturel" du poids des étages au-dessus de l’incendie. De plus elle n’a pas connu d’impact d’avion, ni d’incendie préliminaire.
    L’extraordinaire recrudescence des cancers chez les sauveteurs et ouvriers travaillant sur les sites, plaide aussi en faveur de 3 explosions nucléaires.
    Je suis un peu perplexe cependant pour expliquer la photo où la "vapeur" dégagée semble concerner beaucoup plus que la zone des tours détruites. Mais les canalisations existantes sous New-York, le métro etc, peuvent avoir propagé les effets des explosions nucléaires et les ruptures de "tuyauteries".

     

    • Dommage mais la théorie du "pancake" ne fonctionne pas :
      https://www.darksideofgravity.com/b...

      De plus, comment expliquer la désintégration presque intégrale de poutres d’acier de 60cms d’épaisseur, qui elles, n’ont subies aucune chaleur ?


    • Si vous continuez à croire à l’idée que les étages des tours se sont effondrés les uns sur les autres, c’est que vous ne prenez pas en compte le fait que ce soi-disant "effondrement" s’est produit en moins de 12 secondes, ce qui implique qu’à chaque seconde, 10 étages se seraient effondrés les uns sur les autres. Comptez mentalement dans votre tête, un étage qui s’effondre chaque dixième de seconde, avec une régularité de métronome (le tempo devrait vous évoquer celui d’une mitraillette) et voyez si vous continuez à croire en cette éventualité. Contrairement à ce qu’avance la thèse officielle, parce que c’est indispensable à sa "crédibilité", la structure d’acier et de béton des tours était d’une solidité à toute épreuve et l’idée qu’elle ait été "affaiblie" par les incendies consécutifs à l’impact des "avions", qui dans une des tours n’ont même pas duré une heure, au point de permettre un effondrement des tours sur elles-mêmes jusqu’en dessous du niveau du sol, c’est un non-sens. Je n’ai pas de religion définitive sur ce qui s’est passé exactement, mais j’en ai une, en l’espèce, sur ce qui n’a PAS pu se passer !


    • @idiocratie, Michel Mertz,
      je ne connaissais pas ces calculs réfutant la théorie du pancake. Ils semblent en effet convaincants.
      Je pense que la réalisation de tirs atomiques dans les profondeurs de la roche de Manhattan directement sous les tours concernées et suffisamment profond cependant pour ne pas laisser d’indices trop gênants en surface, nécessite une logistique ultra-sophistiquée dont on peut penser que seul un Etat est capable.
      A propos, y-a-il eu des relevés officiels précis et fiables de radio-activité connus ?
      Faire EN SUPPLEMENT une démolition contrôlée à l’explosif chimique résultant en l’effondrement par le haut qui a été observé, est comparativement facile pour des services étatiques capables d’explosions nucléaires, et donc très probable.


    • @PMJLL Des doses élévées de Tritium ont bien été décelées à ground zéro décidément bien nommé :
      https://www.zerohedge.com/news/2016...


  • Des explosions atomiques a New-York... c’est une blague ?

    J’invite ici les gens a réfléchir 5 MINUTES : c’est completement grotesque.

    Non, l’explication est ailleurs, et l’on cherche à couvrir, c’est évident : ces immenses morceaux d’édifices, se desagregeant en poussière AVANT de toucher le sol... du jamais vu, ni avant, ni depuis.

     

    • Et l’origine de cette chaleur extrême subsistant plusieurs mois dans les fondations des tours ?


    • Si c’est vrai , c’est une bonne question.

      Peut-être est-ce simplement de la désinformation, destinée a empecher/bloquer, toutes initiatives des différents pouvoirs publics, le temps d’effacer les traces, ou plutôt, d’escamoter quelque chose ?

      Je reviens au images : ces pans entiers d’édifices qui se desagregent EN FINE POUSSIERE(retournez les regarder)... ça aucun sens. Plusieurs ont sans doute déjà assistés a des démolitions contrôlées... ça fait pas ça, ça fait jamais ça.

      Quant à l’expression "ground zero", elle désigne le centre d’un désastre, pas nécessairement nucléaire, et ce depuis longtemps. Par exemple, l’explosion du port d’halifax,L’on désigne le point d’origine de ground zéro.

      L’article est donc tendancieux dès le départ... etk.


    • Grotesque ? :
      les autorités ont installés peut après sur l’ensemble de la ville , des détecteurs de radiations , les journalistes français qui étiraient sur place , étaient très étonnés que les autorités prennent de telle décision , qui va a l’encontre de l’affirmation ce l’on la quel ce sont les avions . qui ont causés les destructions .


  • explosion nucléaire ??? non j-y crois pas...en plus la zone serait toujours irradiée et que je sache personne n’a rapporté une augmentation de la radioactivité à NYC

     

    • @slim :"explosion nucléaire ??? non j-y crois pas.." Mais personne ne vous demande d’y croire !!!! On vous demande simplement de reflechir et de juger si cette explication est plus ou coherente à la version officielle et surtout d’argumenter comme le fait si bien F Roby (bon vs me direz c est son metier en tant que docteur en physique et Professeur d’université)...
      "en plus la zone serait toujours irradiée et que je sache personne n’a rapporté une augmentation de la radioactivité à NYC". Qu en savez vous ? Avez vs été verifier par vs même ? Que faite vs des milliers de cancers qui sont apparu tres rapidement chez les sauveteurs et les personnes presentent ? Cancer que l’on retrouve apres chaque explosion nucleaire (la derniere Fukushima en est un excellentexemple). Quid du cratère et de la chaleur intense toujours presente 3 mois et demi apres les explosions ???
      Si vs pouvez repondre par la science à mes interrogations alors je commencerais à vous ecouter....
      Mais apparemment vs donnez juste votre avis, ce qui n’a guère d’intérêt !!!


    • Le cancer a été cause par la poussière d’amiante, entre autres.


    • Et toi Francky, tu y a été vérifier par toi meme ?

      Le cancer n’est pas exclusif au radiations... l’amiante aussi, cause le cancer, or, le wtc était bourré d’amiante...


    • Je ne le crois pas à l’irradiation de la zone, car il s’agit d’explosions souterraines et non aériennes. Les produits de fission (strontium et césium) restent confinés dans la roche qui fait aussi écran aux rayons gamma. De plus, s’il s’agit de petites bombes H, la quantité de produits de fission est réduite au minimum. Il n’y a pas, d’après le document, d’autre explication possible à la quantité de chaleur dégagée par ces "attentats". Mais je pense quand même qu’il y avait quelques tonnes de kérosène préalablement disposée (fumée noire) et un peu d’explosifs en haut de chaque tour (explosion de débris vers l’extérieur lors des pseudos impacts de avions et effondrement des tours commençant par le haut).


    • Comme momo, la nanothermite retrouvée prouverait qu’il y a eu plusieurs types d’explosions`(d’ailleurs entendues sur certaintes vidéos et rapportées par quelques pompiers)


    • Ce personnage n’argumente pas. Il se pare d’une aura scientiste et de martyr, pour se constituer en autorité, puis il énumère, il brode, et il digresse, à desseins.

      En plus, il se trompe d’ennemis et nous impose sa narrative, sous couvert de mise en perspective et d’appel à l’esprit critique, esprit critique dont il ne montre aucune trace. A ranger avec les théoriciens de la terre plate.

      La science est justement ce qui nous sortira bientôt de l’enfer.

      Les armes de destructions massives sont à présent à la portée de n’importe qui, la communication de masse aussi ( c’est pourquoi ils tentent de la supprimer sous des prétextes de lutte contre le terrorisme ), la dictature judiciaire est caduque car il est aisé de mettre en place des contre-mesures afin de se rendre intouchable, bref ...

      Tous les facteurs de puissance sont en cours de généralisation.

      Tu peux te bâtir une défense de sorte que, si tu te fais embastiller, tout l’édifice de dictature mondiale s’effondre. Pour pas cher, pas compliquer à mettre en œuvre, et d’une redoutable efficacité puisque cela fait intervenir des éléments d’un réseau incorruptible, donc sans hommes.

      Tout cela est rendu possible grâce à la science et aux connaissances.

      La vie suit les courbes d’un paradoxe. Ce qui fait vivre est aussi ce qui fait mourir, ce qui enchaîne est aussi ce qui libère.

      Plus il y a de contraintes, plus il y a de puissance éruptive lors du retour à l’équilibre, donc lors de la libération.

      J’entends déjà leur plainte future entre deux claquements de dents : ’ on y était presque ! bou . . ."

      Le 11 septembre fut le prétexte mis en avant par la loge pour utiliser l’armée américaine dans son plan de domination globale. Le 11 , le "II", fait référence aux deux piliers des loges, qu’on retrouve au sein des cathédrales, mais aussi des mosquées. Ce sont les deux piliers qui servent à mesurer le temps long, les solstices d’été et d’hiver, quand l’astre se tient au milieu, comme ceci : IoI

      La cour suprême d’Israël est entre les mains de la loge, comme partout, y compris en Chine. Ils tiennent banques centrales, justice, appareil d’état. Et malgré cela, ils avancent vers leur chute. N’est-ce pas cocasse ?

      https://www.youtube.com/watch?v=jrm...


    • @Le malicieux, les cancers dus à l’amiante n’apparaissent que 20 ans environ après l’exposition à l’amiante.
      D’autre part le tritium est un marqueur sûr d’explosion nucléaire à fission. Cet élément très rare a été mis en évidence uniquement au WTC et dans l’eau contaminée des égouts du WTC, nulle part ailleurs à Manhattan.
      https://www.zerohedge.com/news/2016...


    • @frankiki

      Et toi, t’as personnellement vérifié les radiations ou la chaleur sur place ?
      Des centaines d’hommes se démenaient sur le site dès le lendemain.. sur 1500C° ?! ;)

      De plus, y a aucun cratère et même F.Roby reconnaît paradoxalement que le manteau rocheux est intact, et d’ailleurs la seule source d’eau était celle des pompiers, pas de la rupture du "thub"...évidemment.


    • Le tritium ?

      Ouais....personne, sauf "Les experts autorises" affirment sa présence...
      Dans un monde où l’on remet sans cesse en question ce qu’on nous sert... la, cette fois ci, ça serait fiable,sans aucunes questions ?

      Non.


  • Il serait intéressant de confronter ça avec l’ouvrage "Debunking the myths about the 9/11" où je ne résiste pas au plaisir de citer cette présentation puisque vous insistez : "The reporting grew into a 2006 book with a forward by Sen. John McCain". Et au site "les crises" qui présente aussi la version officielle numéro 1 comme la seule possible (si si).


  • n’importe quoi ! tout le monde sait bien que c’est un mégot de cigarette qui a déclenché tout ça.


  • L ’ attentat du 11 septembre ce n ’est pas seulement deux , trois tours qui s ’effondrent ; c ’est aussi deux avions percutant chacun un gratte -ciel et il fallait que ces deux avions pas un seul ( car alors le pot aux roses eût été découvert ) frappent leur cible .Tout ceci était bien compliqué et surtout ne souffrait aucune anicroche qui aurait tout fait rater . On peut dire que les instigateurs de ce crime ont eu bien de la réussite et de la chance : il en faut aux auteurs de crimes parfaits ; à moins que devant tant et tant de difficultés , l ’hypothèse d ’un attentat de fanatiques isolés ne perde pas toute crédibilté ? . C ’est du côté de l ’examen des circonstances de l ’action des avions que que pourrait venir un jour un rebondissement plus que de celui de la destruction des immeubles dont les vestiges avec les preuves ont été évacués .

     

    • Visiblement, cet "examen des circonstances de l’action des avions" que vous réclamez, vous ne l’avez pas du tout mis en œuvre à titre personnel, pour continuer à régurgiter ainsi cet aspect de la thèse officielle. Je vous invite à lire le livre de Laurent Guyénot sur le 11-Septembre et Kennedy, qui est une excellente base de départ si vous ne connaissez rien au sujet. Je n’affirme pas qu’il n’y a nécessairement "pas eu d’avions", je n’affirme rien du reste, sinon que trop d’indices convergents excluent absolument qu’il s’agisse d’un détournement d’avions classique : vols non prévus, passagers fantômatiques, pirates de l’air aux profils improbables dont certains semblent même avoir survécu à leur exploit, absence sur les sites de débris prouvant irréfutablement la présence matérielle desdits avions, vidéos des impacts dans les tours défiant les lois de la physique (vitesse maximale d’un avion à quelques dizaines de mètres d’altitude, "avions" entrant comme dans du beurre dans des piliers d’acier alors que ces tubes d’aluminium auraient plutôt dû s’écraser sur la façade et les débris chuter au pied des tours, etc.) !


    • Michel Mertz : je me dis simplement que dans cette affaire , la preuve scientifique ne pourrait être apportée qu ’en rebâtissant les tours jumelles à dessein d ’y faire se jeter deux avions identiques et d ’ observer les effets produits : cela est impensable . En attendant , il faut se contenter d ’hypothèses scientifiques sans doute fondées mais indécises , parfois divergentes et qui ne vaudront jamais preuve ; En revanche lorsque vous évoquez les avions ( je note que vous donnez des raisons et des indices à la fois de leur présence et de leur absence donc rien de certain , alors que mettre en doute leur présence paraît a priori audacieux ) je me dis que là une enquête policière pourrait apporter des éléments , par exemple ces " passagers fantomatiques " , l ’identité des pilote . Sans doute me direz vous que cela à été fait , épuisé et surtout étouffé ; mais voilà justement , c ’est une piste dangereuse pour le pouvoir qui préfère sans doute voir s ’affronter des savants dans des débats sibyllins pour le public .Disons que je parierais plus sur des indices policiers que sur des supputations scientifique car encore un coup la reconstitution des faits ne sera jamais à l ’ordre du jour . Et les expériences sont parfois cruelles pour les théories . Mais merci Michel Mertz , j ’apprécie vos interventions éclairées sur un sujet que vous possedez parfaitement je ne fait moi que soumettre des réflexions de candide dur la question ; j ’avais toutefois lu les articles de Monsieur Guyenot . Mais ce dernier indique justement des pistes d ’investigation à suivre qui devrait être le boulot du FBI mais qui ne sont pas menées comme toute enquête est écartée , défendue au sujet de l ’incendie criminel de notre -Dame ce qui en soi est une preuve indéniable de collusion du pouvoir . Pour me résumer : les débats scientifiques si précieux ( et bravo à cette remarquable vidéo ) ne doivent pas être l ’unique préoccupation ; l ’enquête sur le terrain enquête policière ou à défaut journalistique (sur les faits en amont de la catastrophe ) pourraient aussi produire des révélations intéressantes ;mais sans doute mon avis est il bien fragile .


    • Merci de votre réponse constructive et ouverte d’esprit.

      Comme je l’ai écrit, je me garde bien d’avoir des certitudes, me contentant de pencher pour les hypothèses qui me semblent les plus probables, mais ayant évolué dans mes convictions au gré des sources consultées, je me garderai bien d’être péremptoire et affirmer savoir ce qui s’est passé. Mes seules certitudes concernant plutôt des impossibilités.

      Toutefois, n’étant pas scientifique, j’en suis réduit à me référer aux affirmations de scientifiques qui me semblent crédibles et de bonne foi. Par exemple, sur le fait que des avions sont, pour simplifier, des tubes d’aluminium conçus pour être aussi légers que possible et qui, par conséquent, sont d’une solidité très relative lorsqu’ils entrent en collision avec un obstacle, a fortiori d’épaisses murailles d’acier. Mais mes sources sont peut-être erronées.

      Pour le reste, nous sommes tributaires des sources que nous choisissons de privilégier, et quiconque pratique le sujet du "complotisme" finit très vite par comprendre que beaucoup des gens qui interviennent dans ces débats en prétendant apporter des informations ou des révélations sont en réalité là pour nous embrouiller, en distillant quelques vérités "explosives" (au sens figuré) pour mieux nous refourguer des fausses pistes, ou des contradictions insolubles.

      Ce dont il faut être bien conscient, c’est que jamais nous n’aurons droit de source officielle à la vérité complète et objective, devant laquelle chacun n’aura plus qu’à s’incliner. Ces débats ne seront jamais officiellement tranchés, à moins d’une très hypothétique victoire par KO des chercheurs de vérité de bonne foi dont j’estime faire partie. C’est désespérant, mais il faut l’accepter car d’une manière générale, nos ennemis, les menteurs, les "méchants", sont bien plus puissants que nous autres, honnêtes gens ou aspirant à l’être...


    • Il y a une très grosse différence entre un mur d’acier plein et une grille d’acier ajouré, dans le premier cas tout rebondit à l’impact, dans le second tout s’y injecte à 800km/h.

      Et encore une fois, si le manteau rocheux est intact, je ne vois pas l’intérêt physique d’une explosion atomique, ni comment on peut même y songer en l’absence d’onde de choc.


    • @ED

      Aucun Boing n’est capable d’atteindre 800 Kh à 200 m du sol en vol horizontal. À cet altitude l’air est trop dense et le Boing n’a pas pas puissance ni la solidité pour atteindre cette vitesse.

      Je constate que 20 ans après, les gens répètent en boucle les mêmes conneries sans jamais faire leur propre recherche en allant simplement voir les paramètres de vol des avions chez le constructeur ou en demandant à un ami pilote.


  • Exposé très interressant,

    Reliant structure de la matière,dégagement de chaleur
    dans une réaction chimique ,donc émission de rayonnement
    de fréquences liées aux niveaux d’énergies des structures atomiques
    cet exposé centré sur le 11 septembre,est important sur le plan théorique
    On raisonne en niveaux d’énergie et rayonnements et non pas en masse .
    la notion de masse ne peut apparaître que pour établir un pont
    d’équivalence théorique entre la physique des masses et celle des ondes.
    D’un coté l’approche de Lorentz et Poincaré,de l’autre la formule célèbre
    d’Einstein ! Qu’en pense le professeur Roby ?


  • Pour moi votre raisonnement scientifique est problematique et faux la décroissance thermique d’une tasse avec la correspondance de ground n’st pas valide dans le premier cas vous avez l’eau en contact direct avec l’air sur une dimension et le reste entouré d’une épaisseur équivalente sur toute la surface, dans le cas de ground zéro vous avez un melange d’air et de gravats ou les poches d’air sont parfois bloquées et n’arrive à s’évacuer , le sol est un très bon isolateur thermique puisqu’on sait en agriculture natamment que la température dans le sol a un décalage important dans le temps avec la température en surface ou a 5 cm du sol c’est pourquoi la quantite de chaleur calculée par la puissance initiale fois le temps n’a pas de validité l’approximation est mauvaise et n’est pas valable.

     

    • Robi a raison.

      Robi a précisé qu’il ne prenait en compte que la convection pour calculer la chaleur dégagée par la surface chaude. Il ne prend pas en compte le flux de conduction et de rayonnement. La chaleur dégagée par effet de convection par un surface ne dépend que de sa température et de l’air. Ce flux ne dépend pas du matériaux de la surface, que cette surface soit en terre, en béton ou en bois, le flux sera le même.
      Si on connaît l’évolution de la température de la zone chaude qui se refroidit et la superficie de la zone, on peut calculer la quantité d’énergie émise par la zone.
      C’est ce qu’a fait Robi.

      Jean n’a donc rien compris ou il est de mauvaise foi.

      Explication du pourquoi :

      La convection c’est la circulation de l’air qui en touchant la surface chaude du convecteur se réchauffe et en montant dans la pièce se refroidit. Lorsque qu’un petit volume d’air touche la surface solide du convecteur, le volume prend quasi instantanément la température du convecteur, il y a donc transfert de chaleur (d’énergie) entre la surface de contact et le petit volume d’air. Cette petite quantité ne dépend que de l’air et de la température du convecteur pas du matériaux, car l’air est très peu dense et le solide a une capacité thermique bien plus grande que l’air. Dès que l’air a pris la température du convecteur, il monte et il est remplacé par un autre volume d’air frais. C’est la convection.

      La quantité d’énergie donnée par le convecteur dépend donc de sa surface, de sa température et de la vitesse de circulation de l’air sur le convecteur. Mais cette quantité ne dépend pas du type de matériaux de la surface : que cette surface soit en fer, en aluminium ou en verre, le flux restera le même pour un surface identique et une température donnée.


  • Je tiens à remercier E&R pour cette diffusion et tout particulièrement le travail de post-production réalisé sur la vidéo :

    - les animations pédagogiques sur les figures ne sont pas de moi, c’est le monteur qui en a pris l’initiative et je lui tire mon chapeau pour la qualité du résultat !

    - le sous-titrage en anglais est également un travail très utile pour une diffusion internationale, merci à l’équipe de traduction.

    Un certain nombre de questions posées dans les commentaires ont été abordées avec le public après la conférence. Les précisions que j’ai pu apporter étant trop longues pour l’espace commentaire, j’invite les personnes intéressées à lire quelques compléments sur mon blog :

    https://aitia.fr/erd/11-09-quelques...

     

    • Merci pour votre commentaire et surtout pour le lien, je ne manquerai pas de passer sur votre site afin de discuter de tout cela.


    • Merci à vous Monsieur Roby. Merci pour votre gentillesse, votre simplicité, votre sens de la pédagogie et, avant tout, votre courage … qualités bien trop rares dans le monde scientifique actuel. Et tenez bon face aux persécutions dont vous faites l’objet pour faire « simplement » votre travail d’homme de sciences.


    • Merci pour votre commentaire, c’est une surprise agréable, l’attention est touchante, vraiment merci.


    • Peut-on faire un lien (ou bien votre théorie, à laquelle je crois étant moi-même de formation scientifique, rend caduque cette révélation) avec la découverte de nanothermite dans les décombres ?
      Merci M. Roby pour votre abnégation et votre honnêteté


    • @ FredCho : la présence éventuelle de (nano)thermite dans les décombres est compatible avec mon explication, je dis seulement que ceux qui s’en remettent uniquement à cette substance pour expliquer les phénomènes font une erreur car elle ne peut, comme toute source d’énergie chimique, expliquer la quantité phénoménale de chaleur dégagée. Mais il semble clair qu’il y eut des "préparatifs" avant la démolition finale (ne serait-ce que pour le "show" des avions) et qu’un mode quelconque (mais non-nucléaire) de découpage de l’acier a été nécessaire à ce stade.


  • Je ne suis pas physicien. J’essaie de comprendre ce que dit Roby, par exemple, il suppose qu’une quantité de chaleur initiale déterminée est libérée d’une masse inerte. C’est bien ce qui se passe avec sa tasse d’eau chaude. Mais que se passe-t-il si la combustion se poursuit sous les décombres ? Si de l’énergie est constamment ajoutée à cette masse ? Est-ce que ça fait une différence ou pas ? Le refroidissement et la combustion, c’est les mêmes lois ? Roby connaît-il la masse des matériaux brûlant dans les décombres du WTC ? Leur nature, leur structure ? Dans son exemple, sa tasse n’est pas couverte, est-ce que cela change quelque chose pour ce qui est du temps de refroidissement ? De plus, y a-t-il une différence entre une image infrarouge (prise en surface) et un relevé de température souterraine ? Et la différence de température n’est pas constante... la température change du jour à la nuit et de l’automne à l’hiver. Les ordres de grandeur, d’accord, mais en multipliant les approximations de deux, trois, quatre facteurs, on finit aussi par obtenir un écart d’ordre de grandeur. Par exemple :

    1h x 1kg x 4 (capacité thermique) x 5 (différence de température) x 2 (surface) = 40

    4h x 4kg x 16 (capacité thermique) x 20 (différence de température) x 8 (surface) = 40 960

    Le second résultat est 1 024 fois supérieur au premier, du simple fait qu’on a varié des paramètres à chaque fois dans le même ordre de grandeur (jamais plus de 1 à 4 puisque 1h ou 4h, dit Roby, c’est le même ordre de grandeur). Est-ce que de 1 à 1000 on est dans le même ordre de grandeur ?

    Et puis ces incendies n’ont pas eu lieu à 75 m sous le niveau de la roche ? Et est-ce que cela signifie quelque chose que la température tombe au moment où s’éteint le dernier incendie ? Ou c’est juste une coïncidence ?

    J’aimerais bien qu’on m’explique gentiment... ne me pendez pas, svp.

     

    • Et il y a aussi qu’entre le 11 septembre et le 11 janvier, le sol libère une énorme quantité de chaleur puisque la température de l’air ne cesse de descendre. Est-ce que M. Roby a calculé cette quantité et l’a soustraite de sa quantité de chaleur supposée dans le cas ou elle représenterait une valeur significative ?

      Il faisait 8°C le 11 décembre 2001 à New York :

      https://www.wunderground.com/histor...

      et 23°C le 11 septembre :

      https://www.wunderground.com/histor...

      soit une différence et une chute de 15°C... Ce qui signifie qu’avec ou sans incendie, pendant ces trois mois, le sol de New York a libéré une quantité de chaleur à calculer... Par exemple à Central Park, quelle quantité d’énergie le sol a-t-il libéré entre le 11 septembre et le 11 décembre 2001 ? Cette question a-t-elle un sens ? ;-)

      Bien à vous


    • @ Nicolas Gogol :

      (réponse 1/2)

      C’est une bonne question, la chaleur libérée dépend en effet de la différence de température entre le sol et l’air ambiant. J’ai d’ailleurs mentionné l’évolution à la baisse des températures à la page 15 de mon "preprint", en expliquant que, comme pour les autres approximations, je m’arrangeais pour minimiser la quantité de chaleur calculée (la quantité réelle est donc, en fait, supérieure). Et pour cela, je fais l’hypothèse que la température ambiante reste comparable à celle de septembre, et même un peu plus haute puisque je prends 300 K soit 27°C.

      Mais c’est l’occasion de vous montrer que même cette quantité de chaleur supplémentaire est négligeable, en faisant encore une fois des approximations "sauvages" mais qui garantissent la validité du résultat.

      Chacun sait que le sol garde, en été et en hiver, une température à peu près constante dès une profondeur modeste : c’est le principe même des installations de chauffage par pompe à chaleur "géothermique" (terme impropre mais faisons avec). Si transfert de chaleur il y a en raison des saisons, il est donc limité à une couche relativement peu épaisse, de l’ordre du mètre. Soyons fous : prenons-en 10 histoire de bien surestimer cette chaleur restituée.

      La surface chaude utilisée pour le calcul de la chaleur dans mon article est de 12 000 m^2. Une couche de 10 m d’épaisseur représente donc 120 000 m^3. Reste à déterminer la capacité thermique volumique du sol pour savoir combien il peut relâcher de chaleur pour une différence de température donnée.

      En thermodynamique il y a une loi ancienne célèbre, la loi de Dulong et Petit :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_d...


    • @ Nicolas Gogol :

      (réponse 2/2)

      Derrière ce nom rigolo se cache un résultat très général lié au concept même de chaleur et à son interprétation en physique statistique. Je n’en dirai pas plus mais c’est juste pour situer sa généralité. Cette loi donne une valeur universelle à la capacité thermique molaire des corps solides, dans la limite "haute température" qui correspond en fait déjà à la température ambiante. Elle vaut 25 J/(K.mol). Combien a-t-on de moles dans 1 m^3 de sol ? On peut raisonner en ordre de grandeur en prenant, par exemple, la silice qui est un constituant majoritaire de bien des roches.

      La silice (SiO2) a une masse molaire de 60 grammes, et une masse volumique de 2,2 g/cm^3 soit 2,2 tonnes par m^3. Ce qui signifie que dans un mètre cube de silice on compte :

      2,2.10^3 / 60.10^(-3) = 37.10^3 moles de SiO2

      dans 120 000 m^3 de sol supposé de silice pure (ce qui est osé mais augmente la valeur finale de chaleur relâchée) on a donc :

      37.10^3.120 000 = 4,4.10^9 moles, arrondissons à 5.10^9 (toujours pour maximiser).

      En supposant qu’une chute de température uniforme de 15°C se produit dans une couche de 10 m d’épaisseur de silice sur une surface de 12 000 m^2, et en utilisant Dulong et Petit, on aboutit donc à une chaleur restituée :

      5.10^9.25.15 = 1,9.10^12 soit en arrondissant 2.10^12 J ou 2 térajoules.

      Donc même avec ces hypothèses très « optimistes » (qui surestiment la quantité de chaleur), on voit que ce dont vous parlez est négligeable, de toute façon, par rapport à mon estimation : ici j’obtiens 0,2% en mettant tous les potentiomètres à fond !


  • ER,est enfin un site scientifique universitaire .

    Comme toujours avec ER,chaque fois que vous souhaitez
    quelque chose de haut niveau intellectuel et...honnête ,
    Vous l’obtenez ! Je suis impatient de la suite.
    La défaite de l’Empire se fera sur le plan scientifique et technique.
    Les escrocs perdront cette bataille décisive .
    La Science est une école de rigueur et d’humilité !

     

  • France télévisions a diffusé un documentaire en début d’année sur l’effondrement des tours. Malheureusement, je n’ai pas réussi à retrouver le lien. Selon ce documentaire, ce seraient les matières brûlées de l’avion mélangées avec les réservoirs d’eau des tours qui auraient provoqué les explosions et donc les effondrements suite à une réaction chimique.

     

    • Vous semblez bien ignorant du sujet. Je vous recommande de vous documenter un minimum avant de relayer naïvement les inepties de la version officielle et passer pour plus bête que vous ne l’êtes sans doute. Si vous recevez quelques euros pour vos étrennes, offrez-vous le bouquin de Laurent Guyénot par exemple.


  • J’y étais. C’est limpide ! Bravo à François Roby et merci E&R Lille.


  • 140 kts ??? Hiroshima faisait 15kts ! Les essais souterrains à Mururoa la bombe était enterrée à 600 mètres. Avant de parler d’explosion de cette puissance faudrait d’abord expliquer comment ils ont foré le puits sous le WTC ? Ensuite c’est certain, ces incendies qui ont duré des mois sont plus que suspects... Mais je pense qu’il doit y avoir une autres explication que la bombe H ? Même miniaturisée... Les plus petites font moins du kilotonne.

     

    • Selon Dimitri Khalezov (cité par F. Roby dans sa conférence, et dans son commentaire un peu plus bas), le système de destruction des tours a été créé en même temps que les tours, donc à la fin des années 60, mais tenu secret pour des raisons évidentes. Selon lui, d’autres bâtiments seraient équipés de la même manière, dont le siège de l’ONU, également à New York. Donc les tunnels en profondeur, avec un système de wagons sur rails transportant les explosifs nucléaires de leur lieu de stockage au lieu de leur explosion. Il donne sur ce plan des explications détaillées et plutôt convaincantes. En tout cas, l’ensemble paraît cohérent et fonctionnel.


  • Dès le premier visionnage de la chute des tours, j’ai vu une destruction contrôlée. Je suis expert en mécanique expérimentale et la chute des corps n’a pas de secret pour moi.
    Reste ensuite à savoir ce qui a provoqué la destruction. Les avions n’y sont pour rien. En effet pour avoir une chute verticale « parfaite » il faut réunir plusieurs conditions :
    Symétrie de la géométrie – OK
    Symétrie des masses – OK
    Symétrie des rigidités – OK
    Symétrie des amortissements – OK
    Symétrie des liaisons – OK
    Symétrie du chargement – NON pas de chance, donc l’avion n’y est pour rien.
    Par ailleurs on a observé le même résultat sans avion.

    Aux USA, il est courant de prévoir une durée de vie limitée aux bâtiments. La destruction contrôlée des immeubles est une technique parfaitement au point et utilisée régulièrement. Mais d’habitude pour les bâtiments d’habitation, on fait cela après évacuation des humains, démontage des ouvrants et fragilisation de certains éléments de structure pour économiser les explosifs. Dans le cas des tours de Manhattan, ils ont fait cela avec les occupants, les sauveteurs et une bonne police d’assurance. Cela a permis de transformer cette destruction en attentat et de toucher la prime.

    Le Professeur ROBY apporte dans cette conférence une approche scientifique nouvelle (pour moi) et très pragmatique, toujours basée sur l’observation des ruines et l’analyses des documents disponibles sur Internet. La quantité d’énergie nécessaire à faire bouillir de l’eau pendant des mois et l’effondrement du sous sol sont typiques d’une explosion nucléaire souterraine. L’empressement des autorités à déplacer les débris vers un lieu tenu secret et les pathologies propres à la pollution radioactive confortent cette hypothèse.

    Le scientifique s’arrête là car il a besoin de travailler encore un peu. Les auditeurs se posent alors les questions : Qui a bien pu faire cela ? Qui possède la technologie nucléaire nécessaire ? Qui était propriétaire des bâtiments au moment des faits et quels étaient ses liens avec les pays et services spécialisés pour organiser cela ? Qui avait besoin de traumatiser la population pour engager une nouvelle guerre ?

    La recherche avance ainsi. A chaque réponse à un problème en cours, dix nouvelles questions sont posées. Il faut donc continuer à réfléchir. Mais un pas significatif vient d’être franchi. Encore merci Professeur ROBY.

     

    • Merci à vous, non seulement pour votre soutien, mais aussi et même surtout pour rappeler la bonne méthode que beaucoup de commentateurs ici semblent ignorer, qu’ils soient "pour" ou "contre" d’ailleurs : dans une démarche scientifique, il n’y a pas de camps comme en politique, mais simplement le respect d’une démarche rigoureuse, et dont on ne sait jamais où elle peut mener.

      Comme je le disais dans la conférence, si je suis arrivé à cette démonstration c’est parce que je ne croyais pas à l’explication de Khalezov et me suis mis en tête de démontrer sa fausseté, ce qui m’a conduit à l’exact opposé (bien que Khalezov commette, lui aussi, des erreurs).

      Et comme vous le dites, toute nouvelle réponse entraîne de nouvelles questions. Comme je le rappelle à la fin, les relevés sismiques publiés posent encore problème dans le cadre de cette explication... mais ils en posent également (et à mon avis de plus graves) dans le cadre de l’explication officielle. On pourra lire avec intérêt l’analyse qu’en a faite le géophysicien français André Rousseau :

      http://www.journalof911studies.com/...

      ou encore en français ici :

      http://www.reopen911.info/11-septem...


    • Ne peut-on pas envisager que la tour 1 qui a été percutée le plus haut et le plus symétriquement enregistre l’onde la plus forte lors du crash ?

      Je ne me hasarderais pas dans le domaine scientifique (géologie, sismologie, balistique ou physique), mais il me semble (intuitivement) que la colonne centrale était assez rigide pour pouvoir transmettre l’onde verticalement au manteau, de même que la structure extérieure dans une moindre mesure, on parle quand même de 200 tonnes (100 d’alliages divers et de polymères, 100 de kérosène et de passagers ) propulsées à 800km/h contre un corps relativement solide à 400m du sol auquel il est bien encré.

      Il est aussi notable que la tour 2, touchée plus tard, plus bas et plus désaxé, s’est effondrée plus vite dans le temps et dans l’espace en transmettant le moins d’ondes au sol.. mais toujours plus que des explosion subaériennes et, à fortiori, "disruptives ".

      J’avais cru comprendre que la magnitude (2) correspondait à l’effondrement d’une structure à la masse plus ou moins 10 x inférieure par démolition contrôlée,


  • de ReOpen info
    Une révélation du FBI
    Le 5 juin 2006, le journaliste d’investigation au Muckraker Report, Ed Hass, a remarqué dans l’avis de recherche sur ben Laden publié sur le site Web du FBI, que ce dernier était recherché pour plusieurs crimes mais pas celui du 11 Septembre. Il s’est donc renseigné auprès de Rex Tomb, chef de l’Investigative Publicity and Public Affairs Unit au sein du FBI et voici la conversation qui en a résulté :
    Haas : « Pourquoi il n’y a aucune mention du 11 Septembre sur la page Web « Most Wanted » de ben Laden ? »
    Tomb : « La raison pour laquelle le 11 Septembre n’est pas mentionné dans l’avis de recherche sur Oussama ben Laden est qu’à ce jour, le FBI n’a pas de preuves formelles de l’implication de ben Laden dans ces attentats. »
    Haas : « Comment est-ce possible ? »
    Tomb : « le FBI rassemble les preuves qui sont ensuite communiquées au Département de la Justice. Ce dernier décide s’il y a suffisamment de preuves à présenter à un jury d’accusation. Dans le cas de ben Laden, il n’a pas été formellement accusé, car le FBI n’a pas de preuves impliquant ben Laden dans les attentats de 11/9. »


  • Le travail de forme de cette vidéo (présentation, son, lumière, etc...) est indéniable et touche à la vraie performance militante qui anime la cellule de ERLille dont je prends toujours plaisir à savourer les créations mais sincèrement le fond (le sujet de cette vidéo) est d’un ennui pathétique. Rien n’est remis en cause à savoir que les tours jumelles et le WTC7 ont bien été l’objet d’une démolition contrôlée comme le sont les barres d’immeubles, alors se questionner sur la formule choisie pour cette démolition contrôlée (classique ou nucléaire) en s’interrogeant sur le temps de dispersion thermique qui trahirait l’emploi du nucléaire n’ajoute vraiment rien à ce grand cirque hollywoodien qui aura sacrifié près de 3000 âmes pour "légitimer" le top départ de la lutte contre l’intégrisme islamique dans le monde. Amitiés à ER Lille.


  • #2357472

    @ François Roby

    Merci pour avoir abordé cette question -essentielle- de l’énergie nécessaire pour créer ce qui nous a été donné à voir et sur quoi j’ai tenté d’attirer l’attention depuis plus d’une décennie sans susciter l’intérêt de nos semblables.
    Je me souviens d’avoir alerté des "chercheurs de vérité" outre-Atlantique il y a fort longtemps et même d’avoir ironiquement conclu que la seule explication pour tout ce métal en fusion pendant des semaines était qu’une entreprise sidérurgique s’était installée dans les sous-sols du complexe !
    Maintenant, j’aimerais vraiment que vous sortiez des sentiers battus (par d’autres) et que vous vous penchiez sur mon invitation passée à rompre avec l’universalité de vos modèles.
    Oui, ce cirque du 11 Septembre est bien d’origine nucléaire, encore faut-il définir ce que l’on entend par là. Je préviens les grincheux que j’ai déjà écrit ici qu’un produit aluminothermique et des charges creuses ont aussi été utilisés et que j’ai toujours insisté sur ce que j’appelle la fonction "ET" (donc non exclusive) dans la recherche de la vérité, mais là n’est pas le sujet.
    Il serait vraiment intéressant de pouvoir analyser ce qui justement était en fusion pendant tout ce temps, du fer ? Oui, sans doute, et quoi d’autre ? Du cobalt peut-être ?
    D’ailleurs, où sont les 100 000 tonnes d’acier évoquées pour chaque tour ? Même avec une densité de 7,8, il y aurait de quoi remplir quelques piscines olympiques (là, c’est pour l’ordre de grandeur que vous évoquez très justement) !
    En comparaison des quelques vagues poutres visibles après la chute et évacuées rapidement vers un ailleurs inconnu, le compte n’y est pas !
    Sinon, et pour reprendre votre exemple de la production d’énergie par la digestion des aliments, je vous invite à prendre connaissance des travaux de Louis-Nicolas Vauquelin.
    Et puisque je me rappelle vous avoir conseillé de vous intéresser aux "Egyptiens",
    leurs problèmes dermatologiques liés à l’usage de vermillon (oh pardon, sulfure de mercure) devraient retenir toute votre attention.

    Bien à vous.


Commentaires suivants