Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

1983 : rencontre avec la jeunesse punk

« Portrait du roi Punk de Nice à Londres » : un sujet diffusé sur FR3 Côte d’Azur le 27 janvier 1983.

 

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2207364
    le 28/05/2019 par René
    1983 : rencontre avec la jeunesse punk

    Le punk s’est arrêté en 1978 au profit (?) de la new wave... Ces gens ne respectent pas l’éthique du mouvement, ce ne sont que des déguisés.

     

    • #2207629

      Ce que j’essayais d’expliquer avant que la liberté d’expression ne sévisse, c’est que les punks étaient anti-bourgeois mais ils n’étaient pas anti-bohème.

      Dans le sens où c’est leur marginalité frivole - être contre un système mais ne rien proposer d’autre - qui les a conduit à être récupérés par le business, lequel a ensuite effectivement innové avec la new-wave etc.

      Aujourd’hui l’artiste est bien un bobo : un bohémien au service du bourgeois, politiquement correct.

      Exemple : Angèle, Bilal Hassani, le mécénat d’entreprise etc.


  • #2207392
    le 28/05/2019 par Marthe
    1983 : rencontre avec la jeunesse punk

    d ’abord baba cool puis punk dans ma jeunesse, sex pistol, nina hagen, les cheveux violets puis noirs pour finir rouges, les rangers et Cie, il met même arrivé de démissionner d’un boulot à l’époque (1980 1985) vendeuse dans le prêt à porter, pour aller voir un concert de Nina H ou autre et de retrouver un travail dans les 15 jours qui suivaient, punk ? ça dérangé et ça provoquer son existence comme pour stimuler son moi en recherche de vérité et ça a plutôt fonctionné aujourd’hui catholique pratiquante sans le col Claudine et la jupe bleue marine !

     

    • #2207513
      le 28/05/2019 par JULIUS TRACTUS
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      @MARTHE

      Belle perf !!! Et beau parcours Marthe ... !! Que de passer de la culture Woodstock et des concerts de Nina Hagen des 80 ’S ...au Christ ( j’ai fait en gros le même parcours, ce n’est pas si fréquent .. ) !

      J’en profite pour dire que je suis intimement convaincu que votre profil " aéré "de vie et de conversion ( Véronique LEVY ne me contredirait pas... ) manque cruellement dans la tradition catholique que je fréquente depuis longtemps ( problème de validité des sacrements de V2 ) et qui est... c’est un secret de polichinelle, méchamment sclérosée et comme sociologiquement coulée dans le béton...

      D’ ou trop souvent dérive et repli sectaire, auto satisfaction parfois maladive ( moi je ) , jeux d’ombres d’un clergé trop " prudent " et QUASIMENT PAS DE CONVERTIE... (cherchez l’erreur ) ... !!

      Merci pour votre témoignage Marthe, ça fait un bien fou... !


    • #2208514
      le 30/05/2019 par Michelly58
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      Comme quoi toutes les voies mènent à Dieu.


  • #2207424

    Génération déglinguée ,complètement à l’ouest ,ne sachant que faire de leurs os .Leur seule passion ,la bière et l’excentricité .Je ne parlerais pas de musique ,parce que là ?? .Et un petit problème avec la savonnette .

     

    • #2207444
      le 28/05/2019 par Peter
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      Réactions imprévisibles face à l’hypocrisie ambiante ?

      Il y a aussi des questions à se poser concernant le rejet des normes.... ça n’est pas toujours de la faute des autres.

      Tout ce qui amène à un questionnement n’est pas forcément mauvais... reste à savoir ce qui est fait de ce questionnement.. et comment va être rédiger l’esprit après cette rupture plus ou moins importante...

      La vitalité de la jeunesse... lorsqu’elle illustre un désœuvrement, c’est effectivement douloureux à voir... Mais chaque histoire est différente et il y a parfois des chemins détournés pour apprendre certaines choses. Il faut surtout accompagner la jeunesse car la déchéance c’est souvent que tout le monde a été démissionnaire...


    • #2207559
      le 28/05/2019 par léon
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      On pourrait dire la même chose des (jeunes) générations actuelles.
      Sauf qu’elles ne produisent rien de contestataire ou allant contre l’idéologie en cours...Au contraire elles sont au service du marché jusque dans leurs outrances.

      A tout prendre je préfère ces vauriens à ce qu’il s’est fait après, et jusqu’à aujourd’hui.
      Un marginal sans dessein me parait préférable à tous ces pseudo-subversif modernes qui ne pensent qu’a monétiser leur délire ou à en faire une mode reproductible en série.

      Où va se loger la transgression aujourd’hui ? combien elle rapporte ? Qu’est ce qu’a rapporté le punk ? et à qui ?
      C’est n’importe quoi, mais ce n’importe quoi là avait ( a toujours ?) une certaine élégance.


  • #2207457
    le 28/05/2019 par Traitement de fond, effet retard plus electro-narcose
    1983 : rencontre avec la jeunesse punk

    Ce spike est mort quelques temps après !
    Super la vie No Future


  • #2207463
    le 28/05/2019 par anonyme
    1983 : rencontre avec la jeunesse punk

    C’est marrant ça me rappel certains potes qui dessinent des croix gammées juste pour faire chier les bien-pensants. En fait l’esprit punk c’est pas quelque chose de fixe, c’est simplement d’aller dans le politiquement incorrect. Je discutais avec un pote un soir et on parlait du père Le Pen et on se disait qu’il avait un humour punk à sa manière.

     

    • #2207535
      le 28/05/2019 par Milles Sabords !
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      C’est pas faux : s’il n’y avait pas des LE PEN, des William Guy CARR, des Douglas REED...des François d’Assises ...et des SORAL...Le monde serait mortifère !!!

      Pour info un vrai catholique est un poisson qui nage à contre courant du monde, comprennes qui voudra !!!


    • #2207612
      le 28/05/2019 par Sedetiam
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      J’étais à deux minutes de répondre à nos camarades commentateurs du dessus qu’il existait des « punks » encore par ici, que ça se lisait sans que l’on puisse le deviner par l’excentricité de leurs tenues : vous venez de le faire (les balancer), à deux.
      Pour ce qui me concerne, je n’ai jamais été punk pour avoir été rock’n roll bien avant cela et peut-être même swing où l’on se tremousse alors que tout s’écroule, que l’on s’en « balance » alors qu’il pleut des bombes mais qu’il ne faut pas emmerder car ça voudrait twister. Sans qu’aucune de ces époques ne m’ait vu naître et que la polyphonie est ma langue de l’âme ; ce qui est plus fou encore.


  • #2207489
    le 28/05/2019 par Batboum
    1983 : rencontre avec la jeunesse punk

    C’était de la belle merde, comme celle d’aujourd’hui.

     

    • #2207705
      le 29/05/2019 par Pitchou
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      @Batboum
      A cette époque j’avais 23 ans, je trouvais déjà bizarre que tous ces mouvents, ou plutôt mode venait tous sans exception du monde anglo saxon, Rock, Twist, Hippie, Punk, toutes les dérivés du hard rock etc..., bref à l’époque je n’avais pas de réponse. Je crois que le protestantisme est à même de favoriser ce genre de révoltés. Bien sur c’est un raccourci, mais tout de même, le constat s’impose.


    • #2207873
      le 29/05/2019 par Peter
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      @Pitchou,
      Oui.. et pourtant il faut différencier deux choses bien différentes ou alors vous risquez de ne pas vous faire comprendre.

      La manipulation, c’est la récupération par l’industrie de la musique... l’amplification d’une chose plutôt qu’une autre... Pour le rap par exemple, c’est skyrock qui fait la promotion d’un rap faisant l’apologie du gangstérisme... plutôt que l’éveil du citoyen et la paix sociale. Un copié collé de la promotion du gansta-rap aux us par le réseau des radios commerciales !!!

      Il faut donc différencier la créativité de l’Homme et sa récupération et son orientation, par des réseaux franc-maçons ou réseaux occultes.

      La Grande Bretagne, il y a deux choses qui marquent une telle prolificité en matière de créativité.. L’enseignement de la musique à l’école d’une part, ainsi qu’un lieu de performance de proximité -un public acquis- les « pubs » (public house..). Un lieu de socialisation, en parti familial.

      Il y a donc un phénomène d’émulation dans un environnement fécond.. Dans le reste de l’europe il y a presque exclusivement les classes moyennes qui créer.. En Grande Bretagne, il y a aussi les classes populaires.

      Une presse journalistique pour la musique trés compétente... des radios efficaces... une télévision diffusant les « charts » (Top of the tops) pour indiquer les nouveaux talents et les nouvelles tendances.... En France, en comparaison il y a la télévision qui est la chasse gardée de la mafia de la variété française.. qui n’a rien de varié..

      Alors, il faut séparer la créativité de la jeunesse de sa récupération et orientation par les réseaux occultes... Notamment, l’esprit de défiance envers l’autorité.. la critique sociale.

      Margaret Tatcher a fait beaucoup avec ses mesures inhumaines pour créer de l’inspiration... Le faites également qu’il pleuve beaucoup... ça permet des activités à l’intérieur comme la musique... Un bon réseau de bibliothèques... la lecture qui compense le fait que l’école (formant les futurs travailleurs) sous le Tatcherisme n’est pas censé enseigner la culture car cette tâche incombe largement à la famille.. un « savoir » élitiste comme marque de distinction, etc.

      La langue anglaise est censée être un outil de propagande (British Council)... il y a en conséquence énormément de débouchés commerciaux.. les labels ont des budgets faramineux pour faire la promos des artistes....


    • #2207931
      le 29/05/2019 par Peter
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      Aux usa il y a les écoles de musique gratuites pour les pauvres comme les fanfares (les cuivres) ou les églises pour les negro-spirituals... Plus il y a de débouchés.. plus ils augmentent le niveau moyen, plus ils découvrent des surdoués.
      La Go-Go music né à Washington DC à la fin des années 1970 a influencée la funk avec ses cuivres... c’est lié à la grosse tradition de la fanfare dans la ville dans les classes les plus pauvres...


    • #2208519
      le 30/05/2019 par Michelly58
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      Admirez comment ses hippies crasseux méprisent les punks, elle est belle la tolérance. Ses cloportes allaient finir par devenir les bobos insupportables que l’on connaît.


  • #2207498
    le 28/05/2019 par Bertrand
    1983 : rencontre avec la jeunesse punk

    En 83, ça fait déjà six ans que le mouvement punk est mort.On est au pire dans le folklore, au mieux dans le post-punk.
    Aucun intérêt.


  • #2207571
    le 28/05/2019 par James Fortitude
    1983 : rencontre avec la jeunesse punk

    Grande époque créative que celle de la fin des 70’s des débuts des 80’s, tout était possible,on achetait nos fringues aux fripes et aux puces, on se coiffait comme on voulait, on était qui on voulait, et les gens quand ils nous voyaient ils rasaient les murs ! C’était cool ces périodes nihilistes, certains "les plus faibles" en sont morts d’autres ca les a au contraire fortifiés a devenir quelqu’un de respectable et créatif !

     

    • #2207603
      le 28/05/2019 par Lynx dans la brousse
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      Je le vis toujours ce que tu décris de ton expérience à pas loin de 40 et en 2019... Mon secret ?

      Conversion à l’Islam après une vie d’errance punk pour trouver Dieu.

      Si en plus t’es ensuite classé natio tu pètes tellement de codes que "les gens" rasent les murs voir sont prit de transe incontrôlable rien qu’à l’évocation de ton nom (dont ils ne sont jamais très bien sûr qui plus est).

      Pas trouvé de drogue plus forte qui te met plus hors système que celle là, elle te crame à vie.

      Spéciale Dédicace à mon ex vie parmis des punk et punkettes de toutes la France, les beurs et beurettes ne valent pas mieux.

      https://youtu.be/MDe2BTpX5wE


  • #2207882
    le 29/05/2019 par pandanlagl
    1983 : rencontre avec la jeunesse punk

    J’avais un pote ancien punk au début des années 90. Il avait une compagne et déjà une petite fille (il avait la vingtaine). Il était complètement chauve, à cause de toute la m*rde qu’il s’était mis sur les cheveux pour se faire ses crêtes et les couleurs. Il le vivait mal. Après on s’est perdus de vue...
    Désolé pour pour la tranche de vie bébête, mais ce reportage m’a fait penser à lui. J’me demande bien ce qu’il est devenu...

     

    • #2207919
      le 29/05/2019 par Peter
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      Vous pensez spécifiquement à la greffe de cheveux et l’avancée scientifique concernant les cellules-souches et la multiplication des follicules pileux « on the other side of the moon » ? Je ne me ferais pas trop de soucis à votre place..

      Regardez au pire de nos jours, ils arrivent à faire des miracles avec les perruques.. Bill à l’ail Hassani utilise les siennes dans un but thérapeutique... J’ai pas réellement compris pourquoi il voulait tant ressembler à un lévrier afghan... mais ça lui donne du chien !!


  • #2207976
    le 29/05/2019 par Mojo Risin
    1983 : rencontre avec la jeunesse punk

    Vaste sujet. En tout cas traité dans la vidéo d’illustration avec le maximum de putasserie. Pour forger le titre "roi des punks", il faut être un sacré roi des c...

    A l’heure où ce crétin se lançait à la poursuite du "roi des punks niçois" la période créative s’achève. En France, il y a eu le situationnisme sur boîte-à-rythmes primitives de Metal Urbain, le premier album de Starshooter, populiste avant l’heure, à Lyon Marie et les Garçons et leur élégance "new-yorkaise", sans oublier la scène parisienne (Jean Néplain !) .
    Mention spéciale à l’album de Reich Orgasm (Orléans) avec des titres inusables tels que "Salope" et "Juin 40".
    Le punk a aussi poussé toute une génération à se prendre en main et à s’exprimer, dans tous les domaines... plutôt que de critiquer et se laisser enc... sans broncher par le système.
    MAIS, car il y a un mais... cette vague d’effronterie, de créativité était attendue au tournant. A partir de 1987, avec les Béruriers Noirs en tête de gondole, alors que le punk arrivait au fin fond de la dernière des provinces, les associations anti-racistes, No Pasaran, le Scalp, Reflex (et d’autres..) fliquaient tout ce qui bougeait. Associations de gauche culturelles noyautées par et pour les réseaux habituels. Cette horde (et pas celle de Gogol 1er !) se spécialisait dans la dénonciation tous azimuts. Il y avait les bons groupes (Ludwig van 88, les Sheriff, Parabellum... qui d’ailleurs sont tous intéressants chacun à leur façon) et les autres, les suspects. Ces pseudos "alternatifs" ont flingué toute la provocation créative, toute l’intelligence, toute la subversion. Ces associations de contrôle (peuplées de valets qui n’avaient rien connu de l’accélération punk) totalement encouragées par les notables et très souvent subventionnées marchaient main dans la main avec les pouvoirs publics.
    Loin très loin de Reich Orgasm dont on est sûr que Bilal ne fera pas la reprise :
    "Juin 40, les Messerschmitt sont en folie
    Juin 40 la France tourne au Vichy
    Juin 40 Churchill fume le cigare
    Juin 40 pour Jacob il est trop tard !
    Où est le bon vieux temps des années quarante
    Et des restriction-Sion-Sion-Sion-Sion ?"

     

    • #2209626
      le 31/05/2019 par Peter
      1983 : rencontre avec la jeunesse punk

      C’est Ludwig Von 88
      En hommage à Yvonne.. une fan de Ludwig van beethoven... la grand-mère d’un des membres fondateur ; elle est morte à 88 ans.

      Un pied de nez également (à coup de rangers), non sans humour et ironie... au nom de code 88 pour signifier Heil Hitler, le H étant la 8e lettre de l’alphabet.

      ♪♫♬Houla là ! Houla Houla Houla là !!!♪♫♬
      Ça n’est pas pour rien qu’ils ont chantés ce titre.


  • #2208061
    le 29/05/2019 par Peter
    1983 : rencontre avec la jeunesse punk

    À 3:51 minutes dans le reportage le journaliste dit que de toute évidence la propriété reste un droit sacré en Angleterre.. Et il y a une affiche décrépit qui dit « STOP THE SALES »... Mais pourquoi il y avait autant de squats ?

    À cause des expropriations...

    Les années 80 c’est les années Tatcher... Le néo-libéralisme avec la réduction de la dépense publique, ça implique de nombreux programmes de privatisations..

    Les logement sociaux, par exemple, ils sont gérés par les collectivités locales. Ils représentent un tier des logements dans le pays. Pendant la deuxième guerre mondiale beaucoup de villes sont bombardées, tout le pays a alors investis dans l’habitat des plus modestes.

    Il y a toujours eu la possibilité pour les locataires de racheter leur logements sociaux (pour en financer d’autres) mais cela fait des décennies qu’il n’y a pas eu de mesures dans ce sens. Il ne s’agit plus de vendre pour construire, il faut brader les bijoux de familles et faire plaisir à ceux à qui il faut faire plaisir... Il faut être fou d’ailleurs pour ne pas acheter.. Une réduction d’un tier par rapport au prix du marché et des réductions supplémentaires par rapport à l’ancienneté et ce jusqu’à 50%...

    L’électorat conservateur est le plus avantagé... Les banques prêtent à 100% du crédit. Les alcooliques se font prêter de l’argent par des « entre-preneurs » avec la promesse de leur revendre la maison derrière.. Ceux qui ont de l’argent de côté s’enrichissent.

    Il y a aussi la mise en place de taux d’intérêts élevés visant à juguler l’inflation par la maitrise de la masse monétaire...

    Du jour au lendemain les propriétaires privés ont le droit d’augmenter sans limites leur loyers... L’arrivée massive de logements met en difficulté des propriétaires privés qui ne peuvent plus rembourser leur emprunts et se font exproprier..

    Des rues entières ont les fenêtres baricadées de planches de bois pour empêcher les squats. Les jeunes ne louent plus de logements car il y les squats... ils n’ont plus besoin de travailler et deviennent punks.. De plus en plus de logements se font exproprier.. Les banques font un peu de la rétention car les logements se vendent trop mal aux enchères... il a alors toujours plus de possibilité de créer des squats..


Commentaires suivants