Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

2017 : le big data au service de la démocratie de marché

Comprendre l’ère Macron

Finie l’époque des programmes et des projets politiques, nous sommes dans l’ère de la programmation et de la projection à partir des « faits » informatiques. Le big data – l’analyse algorithmique d’un grand nombre de données – témoigne de ce changement de paradigme dont l’élection d’Emmanuel Macron est l’illustration.

 

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1736679

    C’est bien une vidéo faite par des gauchistes : on fait semblant de s’émouvoir, on s’indigne, mais finalement on dit tout l’inverse. On dénonce à juste titre un fait, mais on s’arrête en chemin voire on en tire une conclusion erronée.

    Car penser que le Big Data force les politiciens à être conservateurs pour ne pas bousculer les électeurs et être réélus c’est oublier qu’au contraire ils ont souvent été à l’encontre du peuple : le mariage gay, le traité de Lisbonne, la peine de mort (à l’époque), l’immigration massive (dont les Français ne veulent pas), la loi Travail, etc.

    En vérité le Big Data permet aux politiques de naviguer entre les idées opposées du Peuple et celles qu’ils veulent imposer en raison de l’agenda des intérêts des groupes de pression. C’est du pur marketing, mais non pas destiné à ne rien faire bouger, mais destiné à faire bouger contre les intérêts de l’électeur tout en s’assurant quand même son consentement !

     

    Répondre à ce message

    • #1736710
      Le 30 mai à 18:54 par The Médiavengers
      2017 : le big data au service de la démocratie de marché

      Vous avez parfaitement raison.
      Le problème est qu’il n’y a que des "gauchistes" pour faire ce genre de vidéo. La fameuse "droite", et encore moins des Identitaires (bas du front, pour une fois la terminologie des progressistes est juste) en sont totalement incapables. La nature ayant horreur du vide, les "gauchistes" ont encore de beaux jours devant eux.

       
  • #1736686

    Votre analyse se base sur des faits qui ne prennent pas en compte comme facteur le fait qu’une élection peut être truqué et notamment au premier tour...

     

    Répondre à ce message

  • #1736694

    "Il est incroyable de voir comme le Peuple, dès qu’il est assujetti, tombe soudain dans un si profond oubli de sa Liberté qu’il lui est impossible de se réveiller pour la reconquérir : Il sert si bien, et si volontiers, qu’on dirait à le voir qu’il n’a pas seulement perdu sa Liberté mais gagné sa Servitude"... La Boétie, Discours de la Servitude Volontaire. 1576.....Près de cinq siècles plus tard, le Veau Français n’a fait que régresser, confortablement installé dans sa torpeur il abandonne son libre arbitre au profit de Big Data, Facebook, Google, Decodex, Médias dominants Instituts de sondages et spéculateurs de tout poil.. L’homme soumis à son insu est l’individu parfait pour le meilleur des mondes..qui est En Marche !

     

    Répondre à ce message

  • #1736741
    Le 30 mai à 19:45 par réGénération
    2017 : le big data au service de la démocratie de marché

    La gestion du bétail humain : les peuples acceptent les règles en échange de quelques bonbons sans goût...
    On croise aussi tout le temps ce terme de "démocratie", alors que dans les faits c’est une prison totalitaire qui s’installe, assez lentement pour que le bétail sous hypnose se contente de miettes de plus en plus petites.
    Tout l’enjeu pour les mondialistes est de nous imposer leur paradigme à notre insu, sans qu’on se réveille...
    Jusqu’où va-t-on descendre, et surtout, va-t-on se réveiller, ou est-ce que la mort sera si lente qu’on ne l’aura pas vu venir ?
    (OK je dramatise, mais le "big data" n’est qu’un aspect de la Matrice. Pour être juste et encore plus pertinent, il faudrait oser faire le cumul de toutes les bonnes idées de nos bergers lucifériens, histoire de voir le cadre de notre prison).

     

    Répondre à ce message

  • #1736784
    Le 30 mai à 20:46 par Rémi O. Lobry
    2017 : le big data au service de la démocratie de marché

    En 1982 je faisais partie de l’équipe Télétel (projet qui allait être connu du grand public sous le nom de son petit terminal le Minitel) chez Didot-Bottin (il avait été décidé de leur vendre d’abord l’Annuaire Électronique pour introduire un terminal informatique chez tout-le-monde). On avait dû se farcir le rapport Nora/Minc sur l’informatisation de la société. C’était tout plein de bon sentiments nous mettant bien en garde contre le recoupement des données. En 1982 tout français de quinze ans figurait déjà dans 500 fichiers. Avec Télétel (Expérience des 3V) l’équivalent de l’adresse IP s’appelait alors le numéro banalisé d’abonné (NBA) et en aucun cas il ne devait être rattaché à une vraie personne. C’était juste pour faire des stats et optimiser la navigation entre les écrans (on dirait pages aujourd’hui).

    Aujourd’hui, en 2017, on connaît le rapport de force entre les GAFA (1) et les trois pelés, deux tondus de la CNIL.

    Bientôt, un cabinet d’avocats vous appellera pour dire "D’après les informations en notre possession il y a 87% de chances pour que votre épouse demande le divorce d’ici la fin de l’année et obtienne une très grosse pension alimentaire. Voulez-vous passer chez nous qu’on en discute ?"

    La seule parade est, en dehors de votre tout petit cercle perso tout riquiqui de personnes de confiance, de mentir, de s’inventer des légendes pour les perdre dans le petit bois.

    Au niveau individuel, pour le moment, Big Data se moque de vous. Les gens qui ont les outils ainsi que les prérogatives d’accès à Big Data barbotent encore en pleine serendipity dans le Zeitgeist.

    Nous attendons donc, avec Francis Cousin, l’immanence de la radicalité barricadière en mouvement qui mettra fin à la recherche du taux de profit inhérent au fétichisme de la marchandise.

    Ou alors Jésus qui revient.

    (1) Google, Apple, Facebook et Amazon.

     

    Répondre à ce message

  • #1736816
    Le 30 mai à 21:33 par informaticien fou
    2017 : le big data au service de la démocratie de marché

    la donnee ou l’infomation est devenue la matiere premiere de l’economie informatisee.
    quel est votre bien le plus precieux ? votre ADN.

     

    Répondre à ce message

  • #1736828
    Le 30 mai à 21:44 par Bernard Lapotre
    2017 : le big data au service de la démocratie de marché

    Il faudrait quand même une bonne fois pour toutes arrêter avec cette croyance de l’implication politique des citoyens ordinaires en démocratie représentative.

    La démocratie représentative ne conduit pas à l’engagement public, c’est même tout le contraire.

    Comme le pressentait Alexis de Tocqueville, " je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme.
    [...]
    Au-dessus de ceux-la s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance ; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur ; mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages ; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ?
    [...]
    C’est ainsi que tous les jours il rend moins utile et plus rare l’emploi du libre arbitre ; qu’il renferme l’action de la volonté dans un plus petit espace, et dérobe peu a peu chaque citoyen jusqu’à l’usage de lui-même. "

     

    Répondre à ce message

    • #1737019

      Encore un troll sur E&R : Je cite : "Il faudrait quand même une bonne fois pour toutes arrêter avec cette croyance de l’implication politique des citoyens ordinaires en démocratie représentative." : NON, il n’y a pas de citoyens "ordinaires" ; il a des citoyens tout court. Et "OUI", ils se doivent de s’impliquer politiquement dans la démocratie. De plus, Tocqueville était un "frère la truelle" donc un imposteur.

       
    • #1737025

      Tocqueville et la perte de la Liberté...

      Comme vous avez raison de citer ce texte !
      La perte de la Liberté est ...Le phénomène fondamental
      que nous vivons .et dont l’immense majorité du peuple
      est totalement inconsciente .
      Perte d’Identité et Perte de Liberté sont indissociables,
      l’un permet l’autre .
      Une plante coupée de ses racines ,est assujettie à l’arrosage .
      Les Maîtres de la monnaie et des données contrôlent Tout,
      Les peuples se croient plus libres que leurs ancêtres alors
      qu’ils sont devenus des esclaves consentants .
      Tocqueville avait vu juste !

      .

       
    • #1737043
      Le 31 mai à 10:16 par Heureux qui, comme Ulysse...
      2017 : le big data au service de la démocratie de marché

      @ Bernard Lapotre

      Un type de commentaire que les hommes bien nés aimeraient à lire plus souvent ici...

       
  • #1736848

    De multiples conférences sur le big data (comme sur le transhumanisme) sont actuellement organisées un peu partout dans les loges maçonniques. Ce qui veut dire simplement, que ce n’est pas bon pour les gens.

     

    Répondre à ce message

  • #1736883

    Du mode de gouvernement par les lois à la gouvernance par les nombres ...

     

    Répondre à ce message

  • #1737382

    Dans l’absolu, la représentation exacte de la volonté du peuple pourrait être une bonne chose même si cette norme utilise le numérique comme médiation. Il faudrait pour ça la soumettre à trois impératifs :

    1/ une culture populaire assez juste du fait politique
    2/ une stricte application du programme établis
    3/ un sens commun qui ne privilégierait pas systématiquement le court terme.

    La réalité c’est : totale inculture, reniement total post élections et individualisme,
    C’est pour ça que la démocratie d’opinion, c’est de la merde.

     

    Répondre à ce message